Pour impression .pdf



Nom original: Pour impression.pdfTitre: 6.pages

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Pages / Mac OS X 10.9.2 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 07/04/2015 à 09:27, depuis l'adresse IP 82.126.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 318 fois.
Taille du document: 14.3 Mo (23 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

1. Où sont les Européens ?

STATISTIQUES*

1. OÙ SONT LES EUROPÉENS ?
a. Généralités

Évolution de la structure démographique du continent européen.

!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
! !
!
! !!
!
!

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

1/23

DÉMOGRAPHIQUES
* Démographie : étude
quantitative d’une population
humaine donnée.
Data : Eurostat.

BEL 11,2 GRC 11 BEL 11,2 CZE 10,5 PRT 10,4
HUN 9,9 SWE 9,6 AZE 9,5 BLR 9,4 AUS 8,5
CHE 8,1 BGR 7,2 SRB 7,1 DNK 5,6 FIN 5,4
SVK 5,4 NOR 5,1 IRL 4,6 GEO 4,5
HRV 4,2 BIH 3,8 MDA 3,6 ARM 3
LTU 2,9 ALB 2,9 MKD 2 SVN 2
38
LVA 2 KOS 1,8 BEL 11,2 EST 1,3
AUTRES
CYP 0,8 MNE 0,6 LUX 0,5
ÉTATS
MLT 0,4 ICE 0,3 AND 0,08
BEL 11,2 LIE 0,04 SMN 0,03
MCO 0,03

RUS
143,5

DEU

NLD 16,8

80,8

ROU 19,9
POL
38

TUR

UKR

76,7

45,2

ESP

FRA

46,5

65,8

ITA

GBR

50

64,3

Population par État en 2014.

Densité de
population dans
les États de l’UE
(hbts/km2).
Moyenne : 115.

17,6

22,7

30,9

36,3

53,1

65,2

68,3

86,2

86,5

90,1

91,5

101,3

101,4

101,5

107,7

110,5

115,5

121,9

128,2

135,8

192,5

204

229,9

252,5

356

489,7

UE
Accroissement naturel : 0,1 %
Indice de fécondité : 1,58/♀
Taux de natalité : 10,4 ‰
Taux de mortalité : 9,6 ‰
Taux de mortalité infantile : 4,5 ‰
Espérance de vie : 79,8 a
Solde migratoire : 1,90 ‰

NLD BEL GBR DEU ITA LUX CZE DNK POL PRT SVK HUN AUT FRA SVN ESP ROU CYP GRC BGR IRL LVA LET EST SWE FIN

1980
694 M

0-14 a

!

2015

0-14 a

2050

0-14 a

743 M

709 M

15-64 a

22,2%

!

65-79 a 80+ a

!

15-64 a

15,7%

67%

!

15,3%

65,3%

!

15-64 a
57,9%

10,9%

65-79 a

!
65-79 a
17,3%

12,7%

2%

80+ a
4,6%

80+ a
9,5%

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

1. Où sont les Européens ?

DENSITÉ DE POPULATION

VILLES ET AIRES URBAINES
LES PLUS PEUPLÉES D’EUROPE

1 2 3 4

5
6A+6B
7
8

9 10

Varsovie

Hambourg
Essen
Cologne

11

12

14

13

Dnipropetrovsk

15
Istanbul

16

17 18 19 20

21 22

Budapest
Vienne
23

Habitants/km2
0
Plus de 5000

24 25 26 27

28

Villes
de plus de 600 000 habitants
de plus de 2 000 000 habitants

EUROSTAT, Geostat Population grid (based on national datasets and grid data produced by the Austrian Institute of Technology), 2014.

AIRES URBAINES LES PLUS IMPORTANTES : (4) Moscou 14,9 M; (_) Istanbul 13,9 M; (12) Paris 12,1 M; (11) Londres 12 M; (20) Milan
7,9 M; (14) Madrid 6,3 M; (3) Saint-Pétersbourg 6,1 M; (9) Berlin 5,9 M; (17) Munich 5,5 M; (16) Barcelone 5,3 M; (6A) ManchesterLiverpool 5,3 M; (_) Varsovie 5,2 M; (28) Donetsk 4,5 M; (15) Kiev 4,5 M; (_) Hambourg 4,3 M; (21) Naples 4,2 M; (20) Rome 4,1 M; (27)
Athènes 4,1 M; (6B) Birmingham 3,8 M; (_) Dnipropetrovsk 3,4 M; (_) Budapest 3, 3 M; (13) Lisbonne 2,9 M; (26) Bucarest 2,8 M;
(10+) Copenhague-Malmö [DNK-SWE] 2,7 M; (17) Munich 2,5 M; (_) Eurométropole : Lille-Kortrijk-Tournai [FRA-BEL] 2,3 M; (_)
Lyon 2,2 M; (7) Bruxelles 2,2 M; (_) Vienne 2,1 M.
État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

2/23

!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!
!
!
!!
!
!
!
!
!
!
!
!
* Dichotomie : division en deux
éléments nettement opposés.

!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!

* Polycentrique : avec plusieurs
centres.

!

1. Où sont les Européens ?

b. Réseaux urbains
Source : CATTAN, Nadine et SAINT-JULIEN, Thierry. «  Modèles de l'intégration spatiale et

réseau des villes en Europe occidentale ». In L'espace géographique, n°1, 1998.

L'Europe est un terrain d'observation privilégié des processus de
transformation territoriale et les réseaux urbains en sont les puissants
vecteurs. En concentrant l'activité économique, l'information, le pouvoir, la
culture et les individus, les villes sont avant tout des nœuds dans des réseaux
d'échanges et d'interconnexions complexes.
L'accroissement spectaculaire de la mobilité, l'évolution rapide des
réseaux de transports et la diffusion des technologies d'information et de
communication ont conduit à l'émergence de nouvelles formes
d'organisation territoriale. Cette dynamique n'intègre cependant pas de la
même façon les différentes parties du territoire européen. Au centre des
débats sur son aménagement, les processus et les formes de l'intégration
territoriale posent question en terme d'équité, d'équilibre et de durabilité.
Deux modèles classiques de réseaux urbains

Les formes de l'intégration du territoire européen par les réseaux de villes
ont souvent été réduites à deux modèles de représentation classiques : le
modèle centre-périphérie (France) et le modèle hiérarchique de mise en
réseau des systèmes urbains (Allemagne). L'espace européen est ainsi
figuré de façon dichotomique*. Dans le premier cas, un centre dominant
auquel se raccrochent tant bien que mal des périphéries dépendantes ou
isolées ; dans le second cas, des pôles majeurs qui font des centres
secondaires des satellites en mal de visibilité.
Une réalité bien plus nuancée

Limiter les processus d'intégration à ces deux types de structures, c'est
appauvrir et limiter la réalité car le mode d'organisation du territoire
européen par les réseaux de villes est, dans les faits, beaucoup plus
diversifié. Deux autres modèles d'intégration viennent compléter les
précédents.
D’abord, les réseaux urbains spécialisés se définissent par une logique de
production matérielle ou immatérielle, où les échanges reposent sur la
complémentarité et la coopération, comme par exemple dans les réseaux
scientifiques, financiers ou aéronautique.
On identifie également des réseaux de ville « capitales » : politiques ou
économiques. L'intensification des échanges entre ces dernières constitue
aujourd'hui le moteur le plus dynamique de l'intégration territoriale à
l'échelon de l'ensemble européen.
En partie affranchies des contraintes de la distance, de la hiérarchie
urbaine et des frontières politiques, ces deux modes de développement
accentuent les relations entre les villes de leurs réseaux et donnent
naissance à des dynamiques inédites.
Dans la perspective d’un développement territorial équilibré et durable
d’une Europe polycentrique*, il faut donc comprendre que les moteurs
d’aménagement des territoires sont de plus en plus les réseaux et de
moins en moins les pôles eux-mêmes.
Voir p. 4 :
« Tissu urbain de la France métropolitaine » et « Aire urbaine parisienne ».

!!
!

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

3/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

1. Où sont les Européens ?

DAMOUNS. Densité de population en France métropolitaine en 2009 par commune. 2012 (Data : INSEE).

!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
TISSU
URBAIN*
!!
DE LA FRANCE MÉTROPOLITAINE
!!
(INDICATIFS TÉLÉPHONIQUES)
!!
ET AIRE URBAINE
!!
PARISIENNE
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
100+
50-100
30-50
15-30
0-15

Hbt/km2

* Tissu urbain
ou Maillage urbain :
surface homogène obtenue par
l’assemblage d’éléments de même
nature ; les villes.

Le pôle urbain :
Paris intra-muros,
20 arrondissements
sur 1 département.

L’unité urbaine :
Agglomération,
415 communes
sur 8 départements.

L’aire urbaine :
Bassin d’emploi,
1188 communes
sur 14 départements.
Aire urbaine

Paris (ville,
intra-muros)
Banlieue

Couronne 1

Couronne 2

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

4/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!
!
* Benelux : Belgique + Pays-Bas
+ Luxembourg.

!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!

* voir les compléments de cours
pour chacun de ces modes de
transport.

!

1. Où sont les Européens ?

c. Connectivité
> Les connections entre villes qui impliquent cinq heures de trajet maximum
concernent principalement des pays voisins.
> La plus importante proportion de connections entre villes se trouve au
Benelux*, au nord de la France et à l’ouest de l’Allemagne.
> Les connections entre villes sont moins importantes à l’est de l’Europe,
principalement parce que les infrastructures sont moins développées.
> Un certain nombre de connections transnationales routières sont
complétées par d’autres modes de transport (par le rail, par les vols aériens).
Les moyens de joindre différentes villes d’Europe sont multiples mais ce
sont les infrastructures routières qui dominent les liens entre centresvilles. D’autre par t, les connections de cour te distance signifient
généralement que les villes concernées sont plus faciles à atteindre, ce qui
les rend plus compétitives à l’échelle continentale comme à l’échelle
mondiale.
La possibilité de joindre facilement et rapidement les différentes villes est
un facteur-clé de développement économique, autant par les transports
publics que par le fret. La construction d’un marché commun unique serait
impossible sans de bonnes connections entre les différentes zones du
continent et, dans ce cadre, les connections internationales restent
cruciales. Cependant, ces dernières sont insuffisantes, à en juger par les
flux de biens et de personnes à travers et autour de l’UE, notamment en
Europe centrale et orientale.
Plus les passerelles entre les villes sont importantes, plus les connections
internationales sont aisées. La politique européenne de transport a donc
pour priorité la réalisation d’un réseau (TEN-t) reliant les 94 principaux
ports aux rails (d’où la multiplication des lignes à grande vitesse), aux
routes, ainsi qu’aux 38 aéroports essentiels*.
Voir p. 6 :
« Connectivité urbaine en Europe ».

!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!

Ci-contre :
Gros plan sur deux ensembles urbains transnationaux.

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

5/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

1. Où sont les Européens ?

!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!

CONNECTIVITÉ URBAINE
EN EUROPE

source : ESPON. “International Urban Connectivity 2011”, in Programme - Territorial Observation No. 9.
© EuroGeographics Association for administrative boundaries, 2013.

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

6/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!!
!
!
!
!
!
!
!!
!
* Infrastructures : ensemble des
ouvrages que sont les fondations
et l'implantation sur le sol d'une
construction ou d'un ensemble
d'installations (par exemple
routes, voies ferrées, aéroports).
* Logistique : ensemble de
méthodes et de moyens
d’organisation, comprenant la
manutention, le transport, le
conditionnement (et
l’approvisionnement).
* Agrément : loisir.

!

1. Où sont les Européens ?

d. Mobilité (UE)
Source : COMMISSION EUROPÉENNE. Rapprocher les citoyens et les entreprises d’Europe -

Transports. © Luxembourg : DG Communication, 2014.

Les transports sont l’une des pierres angulaires du processus d’intégration
européenne et sont étroitement liés à la création et à la réalisation du
marché intérieur, lequel stimule l’emploi et la croissance économique.
Sans liaisons et réseaux de transpor t fiables, la libre circulation
n’existerait pas. C’est la raison pour laquelle la politique des transports de
l’UE a toujours eu pour objectif de surmonter les obstacles entre les États
membres et de créer un espace unique de transport en Europe, avec des
conditions de concurrence loyales pour et entre les différents modes de
transport: routier, ferroviaire, aérien et maritime.
De nombreuses entreprises européennes sont leaders mondiaux dans le
secteur des infrastructures*, de la logistique* et de la fabrication
d’équipements de transport. De plus, les ménages européens dépensent
actuellement 13,5 % de leur revenu dans des biens et services liés au
transport, tels que des abonnements de train et des billets d’avion pour
des voyages d’affaires ou d’agrément*, ce qui en fait le deuxième poste
budgétaire après les frais de logement.
En outre, les obstacles que sont les disparités existant dans les normes
techniques et administratives, de même que les distorsions de concurrence
entre les États membres de l’UE en ce qui concerne les prix, les taxes et
les autres frais, sont progressivement éliminés dans le cadre du processus
d’harmonisation d’un espace unique pour tous les modes de déplacement.
La politique des transports de l’UE vise également à aider et à protéger les
personnes lorsqu’elles voyagent. Elle a permis, entre autres, de garantir et
de défendre les droits des passagers. Désormais, lorsque ceux-ci subissent
des retards, ce n’est plus à eux d’essayer de trouver ce qui s’est passé :
ils ont droit à l’information. De même, les passagers souffrant d’un
handicap et à mobilité réduite ont droit à une attention particulière.
L’UE est ainsi devenue la première et la seule région au monde où les
passagers bénéficient de droits de base complets et intégrés, pour tous les
moyens de transport. Ces droits se fondent sur les principes de nondiscrimination et d’assistance immédiate et appropriée.
La politique de l’UE a également permis de rendre les transports moins
polluants, plus efficaces, plus sûrs et plus sécurisés ; l’UE ayant réalisé de
nombreux progrès dans ces domaines, à la fois techniques et
réglementaires.
Voir p. 8 :
« Axes de transport ou corridors européens ».
Voir aussi :
Compléments de cours.

!!
!!
!!
!!
!

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

7/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

1. Où sont les Européens ?

!!
AXES DE TRANSPORT

! EUROPÉENS
OU CORRIDORS
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!

Source : Regulation (EU)
No 1315/2013 et 1316/2013 O.J. L348. 20/12/2013.

!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!

TEN-T :
TRANS-EUROPEAN
NETWORK
TRANSPORT
TENtec :
Système
d’information
de la commission
européenne
pour supporter et
coordonner
la politique TEN-T.

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

8/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!
!
!
!!
!
!
!
!
!
!
!
* Polarisation : concentration
autour d’un point, qui devient
centre.

!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!

2. Dynamisme et dynamiques urbaines

2. DYNAMISME ET DYNAMIQUES URBAINES
a. Centres et périphéries
Source : SABATIER, Georges. Les disparités de peuplement au sein du continent européen. Inédit,

2011.

La population européenne est très inégalement répartie, à l’échelle du
continent comme à l’intérieur de chaque pays. On mesure la répartition de
la population en terme de densité, soit le nombre d’habitants au km², de
sorte que de fortes densités ne signifient pas forcément une population
importante si l’état est petit (Pays Bas par exemple).


Pourquoi ces différences de densités ?

Ces disparités de peuplement sont certes dues à des facteurs naturels (le
froid et l’isolement scandinaves expliquent en grande partie les faibles
densités de ces régions), mais aussi et surtout à des facteurs historiques
et économiques : les fortes densités correspondent au berceau de la
Révolution industrielle (RU, Belgique, Pays Bas et nord de la France).

D’une part, on contate que la population européenne se polarise. Ainsi,
aujourd'hui en France, 80% de la population vit dans des espaces à
dominante urbaine. D’autre part, la population a massivement investi les
littoraux. Ceux-ci sont généralement des lieux de fortes densités, comme
en Italie (différence littoral/intérieur) ou en Espagne.


Concentration au « cœur » de l’Europe

On appelle aussi ce « cœur », la dorsale européenne. Elle s’étend depuis
Londres jusqu’au nord de l’Italie, via la vallée du Rhin. Le fleuve en est
d’ailleurs l’axe de communication majeur, avec un débouché dans le port
de Rotterdam (le premier au monde). Une gigantesque zone industrielle
s’étend ainsi jusqu’à la Ruhr, cette dernière étant la région qui compte les
plus forts taux européens de sièges sociaux et d’activités financières et
bancaires.

Cette grande dorsale européenne laisse donc Paris, Berlin et Rome à
l’écart, alors que Londres en fait partie (2ème agglomération européenne).
Elle concentre à la fois les plus fortes densités de population, les
productions les plus massives et les plus importants flux de personnes et
de marchandises.


Périphéries moins densément peuplées

Les densités sont moyennes dans les régions proches de ce centre de
l’Europe (Autriche par exemple) ou autour des capitales (Paris, 1ère
agglomération européenne, Madrid, Moscou ou Athènes notamment).

Les densités sont faibles dans les régions isolées (comme la Scandinavie
ou l’Écosse) ou dans les zones enclavées (comme le Massif Central). En
France, on parle de « diagonale du vide » de l’ouest des Pyrénées aux
Ardennes, en passant par le Massif Central.



!

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

9/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

* Homogène : uniforme.
Hétérogène : non-uniforme.

!!
!!
!!
!!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!

* Périurbanisation : urbanisation
autour d’une ville dominante.

2. Dynamisme et dynamiques urbaines

Évolutions hétérogènes*

La répartition de la population européenne à l’échelle continentale se
modifie peu. En revanche, les écarts ont nettement tendance à se creuser
à l’échelle des pays.

Le « rural profond » continue de se dépeupler (Massif Central, Alpes du sud,
intérieur breton dans le cas français) et cet exode s’explique encore par un
isolement, un enclavement et une perte des services de proximité
croissant.

Les zones urbaines, elles, continuent à voir croître leur population et leurs
densités, ce qui s’accompagne d’un phénomène de périurbanisation*
autour des grandes agglomérations (très net autour de Lyon ou de Toulouse
par exemple). On parle alors de déconcentration urbaine, c’est-à-dire un
étalement de la ville sur les campagnes aux alentours (caractérisé par la
quête de maisons individuelles des particuliers, de même que par l’intérêt
des entreprises à se placer à côté de nœuds de communication et sur des
terrains bon marché).
Voir p. 11 :
« Accessibilité et disparités régionales ».

Sources : ESPON. Airports: Number of destinations served. © EuroGeographics Association for
administrative boundaries, 2012 et PARLEMENT EUROPÉEN - DÉPARTEMENT THÉMATIQUE POLITIQUES STRUTURELLES ET DE COHÉSION. Les disparités régionales et la cohésion : Quelles
stratégies pour l’avenir ? © DG Poltiques intérieures de l’Union, 2007.

!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!

Ci-contre :
« Polarisations économiques ».

Source : ESPON. « Situation of territories
according to the neighbouring areas ». In
Project 3. 2 - Scenarios, 2007.

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

10/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!

2. Dynamisme et dynamiques urbaines

Source : ESPON. Airports: Number of destinations served. © EuroGeographics
Association for administrative boundaries, 2012.

ACCESSIBILITÉ

Nombre de destinations
desservies par les
aéroports européens :
1-5
6 - 10
11 - 25
26 - 50
50+

DISPARITÉS
RÉGIONALES
CONSTATÉES EN 2007, OBJET
DE LA POLITIQUE TEN-T

ACCESSIBILITÉ
SUPÉRIEURE À
LA MOYENNE

ACCESSIBILITÉ
INFÉRIEURE À
LA MOYENNE

D’après : PARLEMENT EUROPÉEN - DÉPARTEMENT THÉMATIQUE - POLITIQUES STRUCTURELLES ET
DE COHÉSION. Les disparités régionales et la cohésion : Quelles stratégies pour l’avenir ? © DG Politiques
intérieures de l’Union, 2007.

Aéroports sans programme de vols

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

11/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!

2. Dynamisme et dynamiques urbaines

MÉTROPOLISATION

b. Métropolisation

La métropolisation est un PROCESSUS qui concerne la
forme ET les fonctions de la ville. C’est un MOUVEMENT de
concentration de populations et d'activités qui touche des
ensembles urbains de grande taille. Généralement, il a
pour conséquence de renforcer le pouvoir des niveaux
supérieurs du système urbain et de sa hiérarchie.

L’ampleur de la métropolisation se mesure bien sûr à la

CONCENTRATION de population, mais aussi et surtout à

celle des appareils de commandement et de contrôle ; des
foyers d'innovation ; des réseaux de communication
virtuels et physiques ; ainsi qu’à son attractivité et son
poids culturels.
En s’inscrivant dans les RÉSEAUX DE L’ÉCONOMIE
MONDIALE

régional ou national d’une ville.

ENJEUX
D’AMÉNAGEMENT liés à l’étalement urbain, aux mobilités

croissantes et à l’augmentation de nuisances (pollution,
engorgement, etc.). L’ensemble réinterroge aussi les
modes de GOUVERNANCE urbaine.
Un mouvement
= une dynamique

!

Un facteur
de développement,
de croissance
= un dynamisme

Voir p. 11 :
« Attractivité de 6
capitales culturelles ».

Source : HOUSE TRIP.
What is the Culture Capital of Europe ?
2013.

PRODUIT INTÉRIEUR BRUT RÉGIONAL
Niveau régional : NUTS 3 / Data : Eurostat 2014.

PIB régional en M d’€

PIB/hbt en % (de la moyenne de l’UE)

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

MÉGALOPOLE

Le terme désigne des ensembles urbains reliés FONCTIONNELLEMENT (réseaux de transports, communications). La

mégalopole se distingue par ses dimensions spatiales et
son poids démographique. On en compte 3 sur la planète :
Boston-Washington aux États-Unis et Tokyo-Fukuoka au
Japon, auxquelles vient s’ajouter la dorsale de l’Europe.

12/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!!
!!
LE
!!
!!
DE FRANCE MÉTROPOLITAINE
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!

2. Dynamisme et dynamiques urbaines

RÉSEAU URBAIN

D’après REGHEZZA-ZITT, Magali. “Le systèmeurbain français”,
in La France, une géographie en mouvement. Paris : Dila, 2013.

Dunkerque
Calais

Boulogne-sur-Mer

Lille

Lens

Douai

Arras

Valenciennes

Amiens

Cherbourg

Le Havre

Rouen

SaintQuentin

Beauvais

Charleville-Mézières
Thionville

Metz

Reims

Caen

Brest

Strasbourg

Paris

Saint-Brieuc

Châlons-enChampagne

Quimper

Angers

Saint-Nazaire

Dijon

Tours

Bourges

Chalon-sur-Saône
Mâcon

Niort

La Rochelle

>2
de 1 à 2
de 0,5 à 1
de 0,2 à 0,5
<2

Chambéry
Vienne

Périgueux

SaintEtienne

Bordeaux

Alès

Montauban

Albi

Tarbes

DYNAMIQUES

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

Toulouse

Valence

Grenoble

Avignon
Nice

Montpellier
Nîmes

Bayonne

Pau

Annecy

ClermontFerrand

Agen

HIÉRARCHIE

Bourg-en-Bresse

Lyon

Limoges

Angoulême

(en 2010)

Besançon

Nevers

Châteauroux

Poitiers

Mulhouse

Belfort
Montbéliard

Blois

Nantes

La Roche-sur-Yon

Colmar

Orléans

Le Mans

Vannes

Épinal

Troyes

Laval

Lorient

Nancy

Chartres

Rennes

Béziers

Marseille

Toulon

Perpignan

Bastia

Ajaccio

13/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!

* Taux de migration net :
différence entre immigration et
émigration. Ces taux sont donc
négatifs lorsque le nombre
d’émigrés dépasse celui des
immigrés.

2. Dynamisme et dynamiques urbaines

c. Attractivité
Source : ESPON. « Taux de migration nets », in Attractivness of European regions. © Programme,

2013.

> Les taux de migration nets* européens, associés aux per tes
démographiques, mettent en lumière les défis actuels du continent.

!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!

> Le processus de dépopulation du nord et de l’est s’accompagne d’une
concentration croissante autour des capitales de l’UE.

* Solde migratoire : différence
positive ou négative entre le total
des départs et le total des
arrivées au sein d’un ensemble
géographique donné.

Néanmoins, les taux de migration nets révèlent un solde négatif pour une
bonne partie de l’Europe de l’est et de la Scandinavie, mais aussi de la
Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, le nord-est de la France et le sud-est de
l’Italie.

!

> De manière générale, on note que les taux de migration nets sont faibles au
nord et à l’est, alors que la situation inverse est observée au sud et à l’ouest.
Les évolutions démographiques et les mouvements migratoires posent
problème dans le contexte de la politique extérieure de l’Europe. De
nombreuses régions périphériques connaissent ainsi une perte importante
de population alors que les taux de migration nets les plus forts
concernent les zones qui sont déjà les plus peuplées, et en particulier leurs
centres urbains.
Les migrations et les questions qu’elles soulèvent en terme de politique
territoriale font souvent leur apparition sur la scène européenne. Or, le
vieillissement de la population et la crise financière font qu’il est urgent de
se pencher sur les questions liées aux évolutions démographiques (cf. le
Rapport sur le vieillissement de la Commission européenne).
Les migrations - y compris internes - tendent cependant à accentuer des
problèmes considérables, tels que la réduction du marché du travail.

En revanche, la plupart des régions métropolitaines se trouvent dans la
situation opposée et constituent par ailleurs la majorité des destinations
touristiques (Madrid, Amsterdam, Prague par exemple). Le même principe
s’applique à certaines zones moins urbanisées (comme l’Irlande). Quant
aux côtes méditerranéennes, elles attirent toujours travailleurs et touristes
saisonniers. Hormis Londres, Paris et Berlin, les grands centres
économiques, eux, ne donnent lieu qu’à une migration modérée.
Voir p. 15 :
« Solde migratoire et attractivité des territoires européens ».

!d. Outil de gestion

L’Obser vatoire en réseau de l'aménagement du territoire européen
(ESPON) est un programme axé sur la « coopération territoriale », dirigé par
les 28 États membres de l’UE, plus l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège
et la Suisse.
Afin d’assurer le développement harmonieux et la cohésion territoriale, ce
programme fournit des recommandations aux décideurs politiques
européens.
Pour ce faire, il met à disposition des informations et des analyses
comparatives ainsi que des scénarios de dynamiques. Il contribue ainsi à
mettre en lumière le capital territorial et le potentiel de développement de
l’espace européen.

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

14/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

2. Dynamisme et dynamiques urbaines

!!
SOLDE MIGRATOIRE
!
ET ATTRACTIVITÉ
!!
DES TERRITOIRES
!
EUROPÉENS !
!!
!!
!!
!!
!!
!!

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

15/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!!
!
!
* Symbole de la naissance de
l’Union européenne.

3. Les mutations du monde rural

3. LES MUTATIONS DU MONDE RURAL
a. Vue d’ensemble
Source : Toute l’Europe. « La PAC » et « La PCP », Les politiques européennes [en ligne]. Paris :
Toute l’Europe, 2014. <http://www.touteleurope.eu/les-politiques-europeennes/agriculture.html> et
<http://www.touteleurope.eu/les-politiques-europeennes/peche.html>.

La politique agricole commune de l’UE

!
!

Figurant dès 1957 dans le traité de Rome*, la politique agricole commune
(PAC) n'a été mise en place qu'en 1962 et reflète, à cette époque, la
nécessité d'augmenter la production alimentaire dans une Europe dévastée
par des années de guerre. Très rapidement, elle atteint l'objectif principal
qui lui était assigné : garantir l'autosuffisance alimentaire de la
Communauté européenne*.

!
!
!

La PAC a en effet permis d'augmenter très significativement le niveau de la
production agricole en Europe grâce à la mise en place d'outils qui
garantissent le revenu des agriculteurs, accompagnent l'exode rural et
favorisent la modernisation des exploitations.

* Capacité de subvenir aux
besoins alimentaires des citoyens
uniquement grâce à la
production locale.

* Tendance à rechercher
l’augmentation de la production
de manière systématique.

!

Cependant, des déséquilibres sont rapidement apparus et se sont
accentués avec le temps. Victime de son succès, la PAC a connu de
nombreuses réorientations visant à corriger ses excès productivistes* et
ses effets néfastes sur l'environnement, mais aussi à limiter ses coûts et à
prendre en compte les revendications des autres pays du globe.
Elle connaît ainsi depuis le début des années 90 un processus de réforme
continu, dont le fonctionnement vise à rendre l'agriculture européenne à la
fois plus compétitive, plus respectueuse de l'écologie, capable de
maintenir la vitalité du monde rural et de répondre aux exigences des
consommateurs en termes de qualité et de sécurité des denrées
alimentaires.
À ce jour, l’agriculture est le secteur économique dans lequel l'intégration
communautaire est la plus poussée. La PAC représente par ailleurs environ
40% du budget de l'Union européenne.
La politique commune de la pêche de l’UE
Avec 6,9 millions de tonnes de poissons fournis chaque année, une flotte
de près de 90 000 navires et le plus grand territoire maritime au monde,
l’Union européenne est le troisième producteur mondial de pêche et
d'aquaculture (4,4 % de la production mondiale), la première place étant
occupée par la Chine (60 millions de tonnes en 2012). La pêche,
l'aquaculture et la transformation des produits de la mer contribuent à
moins de 1 % du PIB de l'Union et emploient environ 400 000 personnes.
Née en 1983 d'une adaptation de la politique agricole commune, la
politique commune de la pêche (PCP) s'efforce d’allier l'exploitation
durable des ressources de la mer, le maintien de la biodiversité marine et
l'assurance d'un revenu décent aux professionnels du secteur. Cette
politique est révisée tous les dix ans.
Actuellement, 21 des 28 États membres de l'Union disposent d'un accès à
la mer. Les trois plus grands producteurs sont l’Espagne, la France et le
Royaume-Uni. En terme de main d’œuvre, les Espagnols représentent un
quart des professionnels du secteur, suivis par les Grecs et les Italiens.
Voir p. 17 :
« Activités dominantes du monde rural ».

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

16/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!!
!!
!!
DU MONDE RURAL
!!
a
!!
sub. !
!!
fcp !
!!
int.
!!
!!
!!
!!
a
!!
!!
!!
!!
!!
!!
int.
!!
int.
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
pol.
!!
!!
!!

3. Les mutations du monde rural

ACTIVITÉS DOMINANTES
méc. : Agriculture et élevage

: Aucune agriculture

mécanisés

pol. : Polycultures méditerranéennes

: Élevage de subsistance

ccc : Culture de céréales et de coton

: Exploitation forestière, chasse
et pêche

D’après : GNU FREE DOCUMENTATION, Agricultura y ganadería en Europa, 2009.

: Élevage intensif

(Pas de données)

sub.

sub.

fcp

fcp
int.

méc.

fcp

fcp

int.

méc.

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

méc.
int.

ccc
pol.

pol.

17/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!

* L’AEE, Agence européenne de
l’environnement est une agence
de l’UE, basée à Copenhague.

3. Les mutations du monde rural

b. Empreintes et surexploitation
Source : EEA*, Reports No.2/2015, Luxembourg : OPOCE, 2015.

L’eau
Dans l'ensemble de l'Europe, 44 % de l'eau prélevée est utilisée à des fins
de production d'éner gie, 24 % pour l'agriculture, 21 % pour
l'approvisionnement de la population et 11 % pour l'industrie. Cependant,
ces chiffres masquent des différences significatives dans la répartition de
la consommation des ressources sur le continent. En Europe du Sud, par
exemple, l'agriculture représente 60 % du total des volumes prélevés et
atteint 80 % dans certaines régions.
Les eaux de surface, comme les lacs et les rivières, fournissent 81 % du
total de l'eau douce prélevée et constituent la principale ressource pour
les secteurs de l'industrie, de l'énergie et de l'agriculture. En revanche,
l'approvisionnement du public exploite davantage les nappes souterraines
en raison de la qualité généralement meilleure de leur eau.
Les océans, mers et littoraux
Pour faire face à la pression croissante exercée sur les espaces marins
(rejet des eaux usées, de polluants, de contaminants et de déchets,
surpêche, détérioration des fonds etc.), l’Union européenne s’est dotée en
2008 d’une directive cadre qui définit des exigences et des objectifs. Les
critères d’un standard de bon état écologique (GES en anglais) ont alors
été établis.
Or on estime qu’à peine 50% de la pêche commerciale est issue d’espaces
qui répondent à ces critères et que 12% des stocks seulement sont
extraits dans le respect de la biodiversité et de manière à la préserver,
avec ici aussi de nettes différences régionales.
Les sols
Les activités industrielles, l’agriculture, comme entre autres le
développement des transports continuent de modifier les paysages en
laissant de larges empreintes, souvent irréversibles sur les terres utilisées.
Partout sur le continent, la relation entre les besoins de la société, les
ressources et l'espace disponible occasionne des tensions de plus en plus
fortes.
La stratégie thématique pour les sols (STS en anglais) adoptée par l’UE en
2012 cherche notamment les moyens d’améliorer la gestion de ces
conflits, de préserver les écosystèmes et de prévenir l’épuisement des
terres, à court et à long termes.
Voir compléments de cours :
« Human use of terrestrial ecosystems ».
Photos de fragmentation des écosystèmes.
Voir p. 19 :
« Taille moyenne des parcelles dans l’UE ».
« Taille moyenne de maille des milieux naturels par département en France ».

!

Voir les vidéos :
GOETZ, Julien et POULAN, Henri. Quand la surpêche, les poissons coulent
(#Datagueule 27), Biodiversité, l’essentielle différence (#Datagueule 24) et Monsanto, sa
vie son empire (#Datagueule 6). Paris : France Télévisions/Premières Lignes
Télévisions, 3’50, 3’39 et 2’58, 2014-2015.

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

18/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

3. Les mutations du monde rural

!!
!! DU PAYSAGE
FRAGMENTATION
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
Finlande
Suède
Grèce
Espagne
Irlande
France
Portugal
Italie
Royaume-Uni
Autriche
Pays-Bas
Danmark
Allemagne
Luxembourg
Belgique
Rép. Tchèque
Slovaquie
Hongrie
Slovénie
Pologne
Bulgarie
Roumanie

PAR DÉPARTEMENT EN FRANCE EN 2010

TAILLE MOYENNE DE MAILLE DES MILIEUX NATURELS

0

150

300

TAILLE MOYENNE
DES PARCELLES
DANS L’UE !
EN KM2

Source : EEA, Average size of non-fragmented land parcels, 2012.

450

600

Source : CEMAGREF, Taille effective de maille des milieux naturels, d’après les données SOeS, AAE, IGN et IFN, 2010.

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

19/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!!
!
!
!
!
!
* Phénomène intermédiaire.

!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!

* Système de classification par
type.

3. Les mutations du monde rural

c. Confusion des zones rurales/zones urbaines
Distinction peu évidente

Source : ESPON/ORATE. Projet 1.1.2 : Les relations urbain-rural en Europe. Luxembourg : ESPON

et ORATE, 2007.

Il est devenu peu évident de se référer à la distinction entre sphères
urbaine et rurale en Europe. Si la naissance de l'industrialisation avait déjà
brouillé l'image classique et facile à appréhender, de la ville et de la
campagne, le phénomène s’est trouvé renforcé par la dérégulation des
marchés immobiliers, l'amélioration des communications et plus
récemment, par les technologies avancées de l'information. Toute coupure
clairement visible a tout simplement disparu, remplacée par la
rurbanisation*, processus dans lequel les décors traditionnellement
associées aux milieux urbain et rural perdent leurs qualités.
Dans la plupart des pays, les centres urbains ont depuis longtemps perdu
leurs privilèges particuliers et il n'y a plus de différence de statut
administratif nette entre ville et campagne – ou alors elle est atténuée. Les
entreprises économiques se localisent où elles veulent, et la division
fonctionnelle du travail entre ville et campagne est de plus en plus
indifférente. Seules les activités encombrantes et grosses consommatrices
d'espace préfèrent clairement la campagne.
La carte mentale est brouillée également : la vie rurale s'urbanise en
dépassant le niveau des relations marchandes et les modes de vie sont
adoptés en fonction de modèles de consommation de masse, sans lien
avec le lieu. L'idée d'une mentalité urbaine ou rurale spécifique a été
battue en brèche, et même la perception du milieu urbain comme propice à
la créativité et du milieu rural comme favorable aux relations sociales plus
stables a été sérieusement mise en question.
Dans les économies de marché développées, parallèlement à la dispersion
des caractéristiques urbaines, on discerne également de nouvelles
demandes liées aux interactions entre zones rurales et zones urbaines, qui
incluent la demande d'une production alimentaire de qualité, d'espace pour
les équipements collectifs, d'espace pour l'habitat, ainsi que de zones de
protection de l’environnement.
Nouvelle typologie*

Source : EUROSTAT. Typologie urbaine-rurale révisée. Kirchberg : DG de l’information statistique,

2010.

Après avoir évalué et mis à l’épreuve les différentes définitions nationales
et les différents modes de classification en usage, une nouvelle typologie a
été élaborée, qui repose sur une carte des unités administratives locales
quadrillée en cellules d’1 km2 et sur des seuils quantitatifs. On distingue
ainsi trois catégories :
> les régions à prédominance urbaine : où la population rurale représente
moins de 15 % de la population totale;
> les régions intermédiaires : où la population rurale représente entre 15 et
50 % de la population totale;
> les régions à prédominance rurale : où la population rurale dépasse 50%
de la population totale.
Voir p. 21 :
« Nouvelle typologie urbaine-rurale appliquée à l’Union européenne ».

!
!

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

20/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

Source : EUROSTAT. Typologie urbaine-rurale révisée. Kirchberg : DG de l’information statistique, 2010.

!
!
NOUVELLE! TYPOLOGIE
URBAINE-RURALE
! EUROPÉENNE
appliquée à
L’UNION
!!
2010.
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!!
!

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

3. Les mutations du monde rural

9,9 %
38,7 %
51,4 %

Madeira (PT)

0

100

0

20

Canarias (ES)

Malta

0

0

100

10

21/23

VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

!!

4. PERSPECTIVES CONTEMPORAINES
a. Changement d’ère géologique

* Du grec ancien « anthropos »,
être humain.

!

4. Perspectives contemporaines

Nous serions entrés, depuis plus de trois siècles, dans l'ère dite de
l’anthropocène*. Ce terme proposé par Paul Crutzen, chimiste et
météorologue nobélisé pour ses travaux sur la couche d'ozone, signifie que
l'espèce humaine est devenue la principale force géologique de la Terre.
L'impact des activités humaines l'emporterait désormais sur l'ensemble
des facteurs naturels et viendrait modifier les grands équilibres de la
biosphère. Or, en tenant compte de la prodigieuse accélération des temps
géologiques, on peut déjà entrevoir la fin de cette ère : Elle se situerait
entre 2050 et 2150 et menacerait l’existence de l'espèce humaine.
Voir les compléments de cours :
« Échelle des temps géologiques ».

!

Voir la vidéo :
« Welcome to the Anthropocene ».

PHARAND-DESCHÊNES, Félix [Globaïa] et GAFFNEY, Owen [International GeosphereBiosphere Programme]. Welcome to the Anthropocene. Paris-Londres : Globaïa/Planet under
pressure, 3’38’’, 2012.

Transcription et traduction du commentaire de l’animation :
« Voici l’histoire d’une espèce qui, seule, a transformé la planète.
Le plus récent chapitre de notre histoire commence en Angleterre il y a 250 ans. Alimentées par le
charbon, puis le pétrole, plusieurs inventions de génie y furent réalisées. Elles ont déclenché la Révolution
industrielle, qui s’est prpopagée comme une traînée de poudre à travers l’Europe, l’Amérique du nord, le
Japon et partout ailleurs. Les chemins de fer, puis les voitures et les autoroutes ont relié les hommes à
travers le monde. Les avancées en médecine ont sauvé des millions de vies. De nouveaux engrais
chimiques ont permis de nourrir plus de gens. La population s’est accrue rapidement. Mais ce n’était rien
en comparaison de ce qui allait suivre.
Les années 1950 marquent le début de la Grande Accélération. La monndialisation, le commerce, le
tourisme et d’immenses investissements ont contribué à alimenter une croissance vertigineuse. Le
fourmillement des villes fut décuplé et celles-ci devinrent des moteurs encore plus puissants d’innovation.
Santé, richesse, sécurité, longévité : jamais autant d’hommes n’en ont autant bénéficié. Pourtant, un
milliard d’individus souffrent encore de malnutrition.
En l’espace de temps d’une seule vie, nous sommes devenus une force phénoménale à l’échelle du globe.
Nous déplaçons actuellement plus de sédiments et de roches que tous les processus naturels, tels que
l’érosion et le ruissèlement. Nous exploitons les 3/4 des terres dépourvues de glace. Le niveau des gaz à
effet de serre n’a jamais été aussi élevé depuis un million d’années. Les températures augmentent. Nous
avons causé un trou dans la couche d’ozone. Nous laissons s’appauvrir la biodiversité. De nombreux deltas
se détériorent, notamment à cause des barrages et des mines. Le niveau des mers est à la hausse.
L’acidification des océans est une menace réelle.
Nous modifions les cycles naturels de la Terre. Nous sommes entrés dans l’Anthropocène, une nouvelle ère
géologique dominée par l’Humanité. Cette pression constante sur la planète entraîne un risque sans
précédent de déstabilisation, mais notre créativité et notre énergie offrent une lueur d’espoir. Nous avons
façonné notre passé, nous façonnons notre présent et nous pouvons encore façonner notre avenir. Vous et
moi faisons partie de cette histoire. Nous appartenons à la première génération qui prend conscience de
cette responsabilité nouvelle. Alors que la population mondiale se dirige vers les 9 milliards d’habitants,
nous devons trouver une voie plus sûre pour l’Humanité, pour le bien des générations futures.
Bienvenue dans l’Anthropocène. »
Voir aussi :
« CO 2 - Humains 0 ».
GOETZ, Julien et POULAN, Henri. CO 2 - Humains 0 (#Datagueule 2). Paris :
France Télévisions/Premières Lignes Télévisions, 2’46’’, 2014.

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France

22/23

4. Perspectives contemporaines
VI. FRONTIÈRES DE L’AMÉNAGEMENT TERRITORIAL

b. Les villes en première ligne

1700
650 M d’Hbts
7% de citadins

1910
1,7 Md d’Hbts
20% de citadins

1950
2,5 Mds d’Hbts
30% de citadins

1980
4,5 Mds d’Hbts
40% de citadins

Aujourd’hui, plus
d’une personne
sur deux vit en ville

1.
On comptera 37 mégacités
(+10M d’hbts) en 2025,
principalement en Asie et en
Amérique du sud

2.
L’essentiel des richesses
provient des agglomérations
urbaines

3.
La production s’appuie sur
les énergies fossiles
(chauffage, transport...)

4.

Les émissions pèsent
considérablement sur les
coûts de santé publique

5.

VILLES

ANT DES

FLORISS

LES E
N
S VIL
P
RE
LE
M

ELLES
NOUV
VILLES

MARCHÉ

TES

LLIGEN

UE
TIQ

INTE S PAR DES
S
PILOTÉE INFORMATIQUE
S
CENTRE

N



ITIO

ER

NS

ÉN

TRA

ION

PLOITAT
GE ET EX
STOCKA TES LES
DE TOU

ES
DONNÉ
IQUES
NUMÉR

ST

ÉCOSY

ATION
SFORM
TRAN LES EN
IL
DES V
ÈMES

QUELLES
ALTERNATIVES ?

NE
LIG
RE


2013
7,2 Mds d’Hbts
53% de citadins

2050

9,5 Mds d’Hbts
65% de citadins

23/23

État des lieux des frontières en Europe et situation de la France


Aperçu du document Pour impression.pdf - page 1/23
 
Pour impression.pdf - page 3/23
Pour impression.pdf - page 4/23
Pour impression.pdf - page 5/23
Pour impression.pdf - page 6/23
 




Télécharger le fichier (PDF)


Pour impression.pdf (PDF, 14.3 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


pour impression
nos ruralites
petit guide des elections europeennes 2019
fiche de mission sc europe en vacances vf
prog et infos pratiques grundtvig belgique vdif
projet pagom

🚀  Page générée en 0.016s