SUFER MOMO .pdf



Nom original: SUFER MOMO.pdfTitre: Microsoft Word - 110515-caribsat-action6-ra-tuto-surfer9.docxAuteur: Marc Morell

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Microsoft® Word 2010, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/04/2015 à 23:40, depuis l'adresse IP 41.207.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 893 fois.
Taille du document: 1.2 Mo (27 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Réalisation :
Alami Samy
DEBUTANT Caribsat – Action 6
Avril/Juillet 2011
Contact : alami.samy@gmail.com

Tutoriel d’utilisation de Surfer 11

AUTEUR : LEONEL MOMO
e-mail techoung405@yahoo.fr
techoung504@gmail.com
GESTIONNAIRE URBAIN EN HERBE

Centre IRD Martinique
LLEO3, rue de la rose des vents. Route de Moutte
Email : martinique@ird.fr
Tél : 0596397739 / 8032
GSM : 0696 31 12 66
Fax : 0596503261

Introduction
Le logiciel Surfer 11, conçu par Golden Software, vous permet de réaliser des modèles
numériques de terrain (MNT) issus des données que vous aurez récoltées sur le terrain via DGPS.
Le principe de Surfer est le suivant : le logiciel vous permet de créer des grilles qui vont interpoler les
données irrégulières de vos points x,y,z afin de les ordonnées. C’est à partir de ces grilles que l’ont
pourra créer plusieurs types de cartes : base map, contour map, 3D surface, vector et bien d’autres…
Les possibilités d’utilisation sont nombreuses. Avant de commencer, sachez qu’il existe un
tutoriel complet dans le logiciel dans lequel chaque manipulation possible est expliquée. Il existe
également un lien vers le site officiel de Golden Software sur lequel vous trouverez quelques vidéos
pédagogiques, des explications et des forums bien fournis.
Le but à travers ce tutoriel est de faire gagner du temps aux
Je précise que je suis également novice dans l’utilisation de ce tutoriel, et qu’il a vocation à
être alimenter des nouvelles trouvailles que vous ferez pendant vos TRAVAUX . Je serais heureux d’en
bénéficier à mon tour !
A la fin de ce tutoriel, vous serez capable de :
-

Mettre en forme votre fichier excel
Afficher vos données sous surfer et connaître les outils à disposition
Créer une grille x,y,z
Créer différents types de cartes et les superposer
Mettre en forme vos cartes
Réaliser des profils de plage
Réaliser des calculs de volume
Calculer des longueurs et des surfaces
Créer des zones de blank
Calculer des volumes par rapport à une zone choisie de la plage

2

3

Sommaire

Introduction ............................................................................................................................................ 2
Généralités : ............................................................................................................................................ 5
Première partie : préparation des données, visualisation, et mise en forme ......................................... 7
1.

Mettre en forme le fichier excel ................................................................................................. 7

2.

Afficher vos points ...................................................................................................................... 9

3.

Créer une grille x,y,z .................................................................................................................... 9

4.

Ouvrir d’autres cartes et les superposer ................................................................................... 11
4.1- ouvrir d’autres cartes ............................................................................................................. 11
4.2- Superposer des cartes (overlays) ........................................................................................... 11
4.2.1- Par la fonction Add.............................................................................................................. 11
4.2.2- Par Object manager : .......................................................................................................... 12

5.

Mettre en forme vos cartes ...................................................................................................... 13

6.

Réaliser des profils de plage ...................................................................................................... 15
6.1- digitaliser le tracé ................................................................................................................... 15
6.2- Trancher votre grille avec le profil ......................................................................................... 15
6.3- Traiter le fichier .dat .............................................................................................................. 16
6.4- Afficher le profil et le mettre en forme .................................................................................. 17

7.

Créer des blank ......................................................................................................................... 18

8.

Calculer des longueurs et des aires ........................................................................................... 19

9. Calculer un volume par rapport à une surface choisie de la plage…………………………………………….21

4

Généralités :
L’interface se présente comme souvent pour les logiciels de traitement de l’information
géographique de la manière suivante.
-

Une barre des menus en haut

Nous utiliserons principalement les menus Grid et Map.

un cadre principal (plot) dans lequel s’affichera vos cartes au centre, et à gauche, le cadre object
manager dans lequel vous pourrez modifier la disposition de vos données, les afficher ou les
supprimer, en modifier la symbologie, etc. Par analogie, cela ressemble aux calques d’adobe
illustrator ou plus encore aux couches des logiciels de SIG.

image : 1 Worksheet
-

Une barre d’outils :

Vous permet de manipuler la carte. L’outil trackball entouré en rouge vous permet de tourner votre
affichage dans tous les sens et toutes les orientations.
possibles.

Vous choisissez ici l’affichage de vos points, les différentes cartes

5

Le logiciel vous permet en principe de réaliser vos MNT du début à la fin. Cependant, pour ceux qui
recherchent une meilleure qualité de réalisation finale, il est conseillé de finaliser vos cartes sous
adobe pour la mise en page.
Le logiciel possède également un worksheet qui vous permet d’afficher vos données dans un tableau.
C’est un peu le excel de Surfer. C’est dans le worksheet que vous pourrez organiser vos données pour
créer des profils de plage, créer des blank etc.

6

Première partie : préparation des données, visualisation, et mise en
forme
1. Mettre en forme le fichier excel
Vos données de terrain une fois déchargées sont affichées sous Excel. Comme pour Profiler, il faudra
effectuer un premier traitement sur Excel qui ressemblera fort à celui de Profiler avec néanmoins
quelques petites différences.
Supprimez les mêmes colonnes que pour profiler. Vous avez ici une colonne supplémentaire que
vous devez garder : celle où vous avez indiqué sur le terrain le code du levé, à savoir du semis ou des
lignes de ruptures.
Nous avons donc 4 colonnes : le nord, l’est, l’élévation et type de levé (semi ou ligne de rupture).
Surfer a besoin que l’on extrait les lignes de rupture à part pour qu’il les fasse ressortir. En effet, avec
l’interpolation, les lignes de ruptures vont être atténuées si elles sont gardées avec les semis.
Pour plus d’informations, cliquez-ici : breaklines and faults

Pour séparer vos lignes de ruptures, ouvrez un nouveau document excel. Sélectionnez toutes vos
lignes de rupture et copier/coller les dans la nouvelle feuille. Il est important de les conserver dans le
premier fichier, ne les coupez pas.
Vos lignes de rupture ont surement des noms différents selon l’endroit où vous les avez relevées sur
la plage. Pour une meilleure organisation des données et un affichage optimal sous surfer, il faut
indiquer le nombre de lignes que vous avez pour chaque groupe de ligne de rupture.
Insérez des lignes vierges entre chaque groupe de ligne de rupture. Surlignez chaque jeu de ligne de
rupture. Indiquez le nombre affiché dans la ligne vierge.

Enregistrer avec un nom explicite précisant bien qu’il
s’agit des lignes de ruptures.

Le traitement sous excel est terminé. Le plus par rapport à profiler est qu’il faille traiter ces lignes de
ruptures.
L’opération qui suit consiste à ouvrir les lignes de rupture sous surfer pour les sauvegarder sous le
format de surfer qui est le Golden Software Blanking ou .bln. Sans plus de précisions, c’est ce format
qui va vous permettre d’afficher par la suite le MNT. Pour l’instant, contentez vous d’appliquer dans
l’ordre les opérations.
Ouvrez surfer, affichez vos lignes de rupture dans le worksheet (file

open), et sauvegardez en .bln.

2. Afficher vos points
A partir de votre simple fichier excel, vous pouvez déjà afficher vos points. Allez dans map
new
post map. Les points de votre plage s’affichent dans le plot. Dans object manager s’affichent les
composantes de votre map (axes, titre, type d’affichage…).

Si vous essayez d’ouvrir d’autres cartes (eg. Image map, 3D Surface, etc.) , cela ne marche pas. C’est
qu’il faut créer une grille, réelle puissance du logiciel surfer. Le fichier excel ouvert dans Post Map est
un simple affichage de vos points géoréférencés. En revanche, la grille applique une méthode
d’interpolation qui définira la topographie de votre plage.

3. Créer une grille x,y,z
Cette manipulation est la base du traitement sous Surfer. Si vous souhaitez avoir des précisions, vous
trouverez en ligne une vidéo d’apprentissage assez complète ici.
On créer une grille à l’aide du menu grid
data. Ouvrez d’abord votre fichier excel total.
Rappel : pour l’instant nous avons trois fichiers. Celui de départ avec tous les points que nous allons
ouvrir, nos lignes de rupture en excel et ces mêmes lignes de ruptures sauvegardées en .bln.

La fenêtre ci-dessous s’affiche. Les colonnes a,b,c représentent l’emplacement de vos coordonnées
x,y,z. Cliquez sur view data pour vous assurez qu’elles correspondent bien. Si ce n’est pas le cas, vous
pouvez les intervertir.
Le gridding Method correspond à la méthode d’interpolation utilisée. Par défaut, nous utilisons la
méthode fiable en ce qui nous concerne, le kriging.
Il nous faut maintenant aller chercher nos lignes de ruptures précédemment sauvegardées en .bln.
Cliquez sur Advanced Options
breaklines et
importez le fichier .bln.
Revenez à la fenêtre de départ et cliquez sur ok.
Le chargement peut prendre quelques
secondes. A la fin, un gridding report vous est
proposé, contenant les caractéristiques de vos
données. Vous pouvez le fermer.

Maintenant que nous avons une grille, nous allons pouvoir ouvrir d’autres cartes et effectuer nos
traitements. La grille s’affichera de la manière suivante dans votre jeu de données.

10

4. Ouvrir d’autres cartes et les superposer
4.1- ouvrir d’autres cartes
A partir du menu map (new), amusez-vous à expérimenter les contour map, image map, Shaded
Relief map, grid vector, 3D wireframe, 3D surface. Toutes ces cartes s’ouvrent à partir d’une grille. A
vous de découvrir les spécificités de chacune. Pour plus de précisions sur la manière dont elles sont
produites, je vous renvoie au tutoriel et au site internet.
A chaque ouverture, remarquez que les informations de la carte apparaissent dans Object Manager.

4.2- Superposer des cartes (overlays)
Une autre fonction essentielle de Surfer est de pouvoir superposer les cartes. Pour cela vous avez
deux manières de faire.
4.2.1- Par la fonction Add : Sélectionnez par exemple votre post map. Allez dans map
add et
cliquez sur contour layer. Choisissez à nouveau la grille de votre fichier total ou de toute autre carte
que vous voudriez superposer. A votre post map est alors ajouté le contour demandé.

11

4.2.2- Par Object manager :
Vous avez votre post map affichée. Faîte map
new et ouvrez le contour map. A partir d’Object
Manager, faîtes glisser l’icône du contour au-dessus ou juste en-dessous de celle de votre post map.
Les deux cartes se superposent.

Essayez ces deux techniques avec d’autres cartes. Parfois, une carte va complètement cacher celle du
dessous. Cela est du à l’opacité. Dans notre exemple, si vous ajoutez une image Map, il vous faut
double-cliquer sur l’icône relative à l’image map dans Object manager, puis aller dans layer pour
ajuster l’opacité (l’opacité dans général ne vous aidera pas).
Désormais, à chaque fois qu’il vous sera demandé de superposer une carte à une autre, vous devrez
vous référez à cette partie du tutoriel.

12

5. Mettre en forme vos cartes
Mettre en forme signifie choisir ses propres couleurs, ajuster l’échelle des axes, leur attribuer un
titre, mettre une échelle…
De manière intuitive, vous avez possibilité de trouver tout ce qui vous intéresse en cliquant
directement sur les axes dans le plot (il faut être très précis), ou sur les informations dans Object
manager.
Par exemple, double-cliquez sur le top axis de votre carte dans
Object manager. Vous pouvez taper un titre, en modifier la police et
la taille dans font, etc. Dans ticks vous réglez les graduations, dans
scaling l’échelle. Je ne m’étendrai donc pas dessus.

Pour l’apparence générale de la carte, double-cliquer sur la
Map elle-même dans Object manager.
Explorez les changements d’angles, passez en mode
perspective, etc.

Changer les couleurs :
Pour le contour map, l’affichage par défaut est
un fond blanc avec les lignes noires. Dans
Object manager, double-cliquez sur l’icône du
contour. Dans level, vous pourrez changer les
couleurs, mais seulement une par une, ce qui
peut être fastidieux. Vous pouvez aussi juste
cliquer fill contours pour le remplir en noir et
blanc.

13

Pour les cartes 3D surface, double-cliquez sur l’icône dans Object manager. Cliquez sur la bande de
couleur pour accéder au menu colormap ci-dessous. Vous pouvez soit choisir un aplat de couleur
prédéfini dans les presets, soit créer vous-même votre dégradé. Pour cela, vous avez à disposition
ces petits carrés de couleur sous la barre : ce sont les nodes. Vous pouvez en changez la couleur, en
supprimer ou en ajouter pour affiner votre dégradé. Vous pouvez aussi les déplacer le long de la
barre pour appliquer la couleur autre part. Pour plus de précisions, je vous recommande vivement la
video en ligne 3D Surface map qui vous fera gagner beaucoup de temps.

Je ne m’étends pas précisément sur la mise en page car c’est ce qu’il y a de plus commun avec
d’autres logiciels et vous trouverez assez facilement tout seul. En revanche, le traitement de la
donnée est beaucoup moins facile à la première approche.

14

Seconde Partie
Avant d’aller plus loin, je vais expliquer en deux mots la logique du logiciel pour les manipulations qui
vont suivre car il y a des similarités entre elles.
La base de chaque traitement est toujours notre fichier total sous forme de grille. Par contre à
chaque fois qu’on veut désigner une zone spéciale pour un blank, un tracé pour un profil, il faut le
digitaliser et le sauvegarder en .bln.
A partir de ce .bln, on retravaillera la donnée dans le tableau du worksheet et on pourra coupler
notre grille et notre .bln pour afficher le résultat final et le mettre en forme.
A la fin des manipulations suivantes, vous comprendrez mieux cette logique.

6. Réaliser des profils de plage
Pour créer un profil de plage, il vous faut deux choses. Une grille avec tous vos points (nous l’avons
déjà), et un fichier .bln de votre profil. Celui-ci, nous devons le digitaliser, le réarranger sous le
worksheet, l’afficher et enfin le mettre en forme.
6.1- digitaliser le tracé
Votre post map est affichée. Sélectionnez-là. Accédez à la fonction digitize soit en double-cliquant sur
la carte, soit en faisait map
digitize. Ne faîtes que deux points pour définir le tracé. Sauvegardezle en .bln.
Ce cadre s’affiche pour vous indiquez les
coordonnées de vos deux points. C’est à
partir de file, save as que vous enregistrez
le fichier en .bln.

6.2- Trancher votre grille avec le profil
Allez dans grid
slice : Choisissez d’abord votre fichier total, puis logiquement votre ligne de profil
en .bln.

15

L’enregistrement en .dat va nous
permettre d’ouvrir le profil dans le
worksheet afin de le traiter, étape
nécessaire avant d’afficher le profil.

6.3- Traiter le fichier .dat
Dans Surfer ouvrez le fichier .dat dans le worksheet.
Supprimez les colonnes A et B, coupez/coller la colonne D en colonne A, et la colonne C en colonne B.

16

Copier/coller la dernière valeur de votre colonne A dans la case suivante. Ceci a pour effet de fermer
votre tracé, et d’indiquer à Surfer que c’est bien à ce dernier point que l’on s’arrête.

Dans le bas de la colonne B, indiquer une valeur inférieure au Z minimum. Par exemple, si le point le
plus bas de ma plage se situe à -5 mètres, je vais entrer -6. Copiez/coller le dans la case d’en-dessous.
En face dans la colonne A, insérer 0. Dans la colonne B, insérer enfin la première valeur de la colonne
en la copiant/collant.

Insérez une ligne en haut de la colonne A, et notez le nombre de lignes totales que vous avez.
Enregistrez en .bln, et répétez cette opération pour tous les profils que vous voulez afficher.

Le logiciel n’est dans ce cas pas intuitif du tout. Il faut appliquer à la lettre les opérations.

6.4- Afficher le profil et le mettre en forme
Chargez votre fichier .bln sous une base map (Map

new base map).

A l’affichage, le profil est loin d’être un chef d’œuvre
d’esthétisme…
Pour le mettre en forme, c’est le même principe que précédemment. Cliquez sur l’icône dans Object
manager, sur les axes, sur le repère directement…
17

Si vous superposez plusieurs profils et que vous n’êtes pas satisfait de leur disposition, changez les de
place dans Object manager. Le profil le plus bas sera placé en haut, et le reste de la hiérarchie suit la
même logique.

7. Créer des blank
Il se peut que vous ne souhaitiez traiter qu’une partie de votre plage. Le blank permet de supprimer
les points au sein d’une zone que vous aurez digitalisée, ou bien au contraire de conserver les points
au sein de cette zone.
Comme pour le profil de plage, commencez par sélectionner votre post map et digitalisez le contour
de la zone à prendre.
Attention : vous ne pouvez pas fermer votre polygone en double-cliquant sur le point de départ
comme sur Adobe. Arrêtez-vous à l’avant dernier point.
Pour fermer le polygone, il faut copier coller les coordonnées du premier point à la dernière ligne du
tableau :

Enregistrez en .bln
Ouvrez ce .bln dans le worksheet. Dans la colonne B, codez 0 pour garder
les points à l’intérieur, codez 1 pour vous en débarrasser. Pour l’exemple,
codez 0. Ecrasez votre sauvegarde.

Pour afficher votre blank, sélectionnez votre carte, et superposez lui un base layer (avec add ou
Object manager) avec le .bln que vous venez d’écraser. Cette manipulation ne sert qu’à afficher votre
digitalisation pour vous assurer que vous en êtes satisfaits.
18

Pour terminer le blank, allez dans grid
blank. Choisissez en premier la grille de votre fichier
total, puis le .bln de votre blank. Une fois sauvegardé, vous remarquerez que la carte ne se met pas à
jour automatiquement. Double-cliquez dessus, et allez la recharger en cliquant sur le dossier jaune
dans la première fenêtre « général ».

8. Calculer des longueurs et des aires
Le principe est assez simple. A partir d’une carte, on superpose une carte vide « empty base layer ».
On va dessiner des lignes et des polygones dont la longueur ou l’aire sera calculée.
19

Pour l’exemple, ouvrez un contour map à partir d’une grille. Ajoutez-lui un empty base layer. Vérifiez
qu’il apparaît bien dans Object manager.

Clic droit sur l’icône et faîtes enter group. Cela va ouvrir une session dans laquelle nous allons
pouvoir dessiner nos lignes et polygones.

Allez dans le menu draw. Choisissez le trait ou le polygone selon
vos besoins.
Dessinez et doublecliquez quand vous
avez finit. Pressez echap pour quitter le mode dessin. Vos
dessins apparaissent dans Object manager (rappelez-vous
les calques d’Adobe). Un clic droit dessus vous permettra
d’en changer la couleur et l’épaisseur, et vous pourrez
également voir la longueur ou l’aire.

20

Quand vous avez finit, clic droit à nouveau sur l’icône base layer et choisissez exit group.

9. Calculer des volumes sur des parties choisies de votre plage
Dernière étape du tutoriel, nous allons voir comment calculer des volumes sur une partie
intéressante de la plage.
Affichez vos points. Dans l’option Map : Post Properties, affichez le label du codage choisit sur le
terrain. Là réside toute l’importance d’un codage précis sur le terrain de vos objets levés. Avec
l’option Font Properties, jouez sur la taille des croix, puis jouez avec le zoom pour voir apparaître vos
points tel que ci-dessous.

21

Ensuite, utilisez l’outil digitize pour délimiter le polygone passant par le centre de vos points selon la
surface dont vous désirez mesurer le volume.

Vous savez normalement faire la suite. Exactement comme pour les profils, enregistrez en .bln.
Exactement comme les blanks, codez dans le worksheet 0 ou 1. La différence avec les profils réside
dans le fait que vous choisissez « Volume » au lieu de slice. La logique est la même.
Surfer vous créera un report sur vos volumes.

Conclusion :

Nous arrivons à la fin de ce tutoriel. Pour aller plus loin, je vous redirige une nouvelle fois sur le
tutoriel complet et le support en ligne. Pour toute remarque, corrections ou apports, n’hésitez pas à
me contacter. Etant moi-même débutant dans l’utilisation de Surfer, je suis preneur de toutes les
avancées que vous pourrez apportez à ce tutoriel.
Bon TRAVAIL !
LE PROCHAIN TUTO ARRIVE

22


SUFER MOMO.pdf - page 1/27
 
SUFER MOMO.pdf - page 2/27
SUFER MOMO.pdf - page 3/27
SUFER MOMO.pdf - page 4/27
SUFER MOMO.pdf - page 5/27
SUFER MOMO.pdf - page 6/27
 




Télécharger le fichier (PDF)


SUFER MOMO.pdf (PDF, 1.2 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


sufer momo
tutoriel de surfer
tutoriel de surfer 11
detail des formations
autocad 2014 tips and tricks a4 fr
t