Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



Communiqué CPCFLNKS recours 2015 n°2 .pdf



Nom original: Communiqué CPCFLNKS recours 2015 n°2.pdf
Titre: Communiqué CPCFLNKS recours 2015 n°2
Auteur: Mat

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/04/2015 à 07:54, depuis l'adresse IP 203.147.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 440 fois.
Taille du document: 323 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


 
COMMUNIQUE  
 
I.   LES   RECOURS   EN   RADIATION   OU   EN   INSCRIPTION   IRRECEVABLES   DEVANT   LE  
TRIBUNAL  DE  PREMIERE  INSTANCE    
La   charge   de   la   preuve   pesant,   dans   des   recours   exclusivement   individuels,   sur   les   seuls  
tiers   électeurs   rend   les   recours   massifs   inopérants   devant   le   Tribunal   de   Première  
Instance.   L’absence   de   droit   de   recours   en   annulation   des   opérations   devant   le   Tribunal  
administratif   de   Nouvelle-­‐Calédonie,   réservé   au   seul   Haut-­‐commissaire,   empêche   le  
contrôle  juridictionnel  du  fonctionnement  des  commissions  administratives  par  le  juge  
administratif.  
En  l’état  actuel  du  droit,  la  fraude  collective  à  la  sincérité  du  corps  électoral  ne  pourra  ni  
être  empêchée,  ni  être  sanctionnée.    
Ainsi  suivant  la  jurisprudence  actuelle  du  Tribunal  de  Première  Instance  de  Nouméa,  «  il  
est   constant   que   le   Tribunal   statuant   en   matière   électorale   n’est   pas   juge   d’appel   des  
décisions   de   la   commission   administrative   et   il   ne   lui   appartient   pas   de   contrôler   la  
régularité   des   travaux   de   la   commission.   (…)   Il   n’appartient   pas   au   juge   de   suppléer   le  
requérant   dans   l’administration   de   la   preuve,   lorsqu’il   conteste   la   décision   de   la  
commission,  il  lui  incombe  en  revanche  de  vérifier  concrètement  la  pertinence  des  preuves    
qui  lui  sont  soumises  ».  
C’est   dans   ce   cadre   limité   que   sont   déposés   les   recours   individuels   2015.  Ces   recours  
devant  le  Tribunal  de  Première  Instance,  signés  des  tiers  électeurs  issus  des  différentes  
composantes  politiques  de  la  commission,  listent  certains  dysfonctionnements  continus  
des  commissions  administratives  électorales.  
 
Affaire  n°  1  :  M.  Jean  PRADAL  a  été  le  président  du  Tribunal  de  Première  Instance  de  
Nouméa   de   1994   à   2013.   Il   a   quitté   ses   fonctions   pour   la   Cour   d’Appel   de   Lyon   en   2013,  
où  il  est  président  de  chambre.  
M.  Jean  PRADAL,  auparavant  vice-­‐président  au  Tribunal  de  Grande  Instance  de  Tours,  a  
été  nommé  par  décret  du  24  août  1994  président  du  Tribunal  de  Première  Instance  de  

 

1  

Nouméa.   Il   ne   fait   pas   partie   des   populations   d’avant   le   8   novembre   1988.   Il   relève   ainsi  
de  l’art.  LO  188  b).    
 
M.  Jean  PRADAL  a  été    nommé,  par  décret  du  1er  juillet  2013,  à  la  Cour  d’Appel  de  Lyon  
en   qualité   de   président   de   chambre.   Il   a   ainsi   quitté   définitivement   la   Nouvelle-­‐
Calédonie  en  bénéficiant  des  avantages  liés  au  retour  définitif  en  Métropole.  
 
M.   Jean   PRADAL   ne   figure   pas   sur   la   liste   électorale   générale   de   février   1998,   la   liste  
spéciale  des  électeurs  du  scrutin  du  8  novembre  1998  et  le  tableau  annexe  de  1998.    Il  a  
été   ainsi   irrégulièrement   inscrit.   Après   son   départ   définitif   de   la   Nouvelle-­‐Calédonie,   il  
n’a  pas  été  radié,  comme  de  très  nombreux  fonctionnaires  interrompant  leurs  séjours.    
 
Affaire   n°   2  :   M.   Bertrand   TURAUD,   qui   a   effectué   sa   formation   à   l’IRA   (Institut  
Régional   d’Administration)   de   Lyon   en   1991   et   1992,   est   attaché   d’administration  
centrale  du  Ministère  des  finances.  Il  a  été  affecté  à  l’Outre-­‐mer  par  la  décision  n°  2409  
du  24  octobre  1997  du  secrétariat  d’Etat  à  l’Outre-­‐mer.  Par  arrêté  n°  1494  du  26  juillet  
1999  portant  nomination  d’un  attaché  d’administration  centrale,  il  est  nommé  en  qualité  
de   Chef   du   service   des   affaires   juridiques   et   du   contentieux   à   la   Direction   de   la  
Réglementation   et   de   l’Administration   Générale   (DIRAG)   du   Haut-­‐commissariat   de   la  
République  en  Nouvelle-­‐Calédonie.  
M.   Bertrand   TURAUD   est   aujourd’hui   un   collaborateur   politique   du   parti   Calédonie  
ensemble.  Il  travaille  à  l’association  de  défense  des  «  citoyens  »  calédoniens  et  participe  
activement,   en   qualité   de   représentant   des   électeurs,   aux   opérations   de   ces   mêmes  
commissions.   Il   ne   relève   pas   des   populations   présentes   en   1988,   ne   figure   pas   sur   la  
liste   électorale   générale   de   février   1998,   la   liste   spéciale   des   électeurs   du   scrutin   du   8  
novembre  1998,  et  a  ainsi  été  inscrit  indument.  
 
M.   Bertrand   TURAUD   a   fait   l’objet   d’un   jugement   n°   14/813   du   11   avril   2014   de  
radiation  du  Tribunal  de  Première  Instance  de  Nouméa  et,  le  même  jour,  d’un  jugement  
de  rejet  n°  14/03880  de  ce  même  Tribunal.  La  commission  administrative  électorale  l’a  
toutefois  maintenu  sur  la  liste  spéciale  tant  en  2014  qu’en  2015.    
 
 
Affaire   n°   3  :   M.   Tristan   DERYCKE   est   médecin.   Né   à   Paris,   il   a   d’abord   exercé   à   la  
Réunion,  puis  a  été  affecté  en  Nouvelle-­‐Calédonie  au  CHT  Gaston  Bourret  en  1995.    
M.  Tristan  DERYCKE  est  un  élu  du  parti  Calédonie  ensemble  qui  représente  l’association  
de   défense   des   «  citoyens  calédoniens  ».   Il   est   également   15ème   adjoint   au   Maire   de  
Nouméa,  chargé  de  l’hygiène  et  de  la  salubrité  publiques,  de  la  santé  environnementale,  
de   la   prévention   des   risques   sanitaires   et   de   la   sécurité   civile.   Il   ne   relève   pas   des  
populations   présentes   en   1988,   ne   figure   pas   sur   la   liste   électorale   générale   de   février  
1998,   la   liste   spéciale   des   électeurs   du   scrutin   du   8   novembre   1998   et   a   ainsi   été   inscrit  
indument.  
M.   Tristan   DERYCKE   a   fait   l’objet   d’un   jugement   n°   14/00070   du   11   avril   2014   de  
radiation  du  Tribunal  de  Première  Instance  de  Nouméa  et,  le  même  jour,  d’un  jugement  
de  rejet  n°  14/01891  de  ce  même  Tribunal.  La  commission  administrative  électorale  l’a  

 

2  

toutefois   maintenu   sur   la   liste   spéciale   tant   en   2014   qu’en   2015.   Il   a   ainsi   voté   aux  
élections  provinciales  du  11  mai  2014  et  l’a  fait  savoir  publiquement.  
 
 
Affaire   n°   4  :   M.   Didier   THORAVAL   est   un   sous-­‐officier   militaire,   issu   de   l’ENSOA  
(Ecole  Nationale  des  Sous-­‐officiers  d’Active)  en  1980-­‐1981.  Il  est  affecté  au  8ème  RPIMA  à  
Castres  en  1991,  puis  effectue  un  séjour  Outre-­‐mer  en  Nouvelle-­‐Calédonie  au  42ème  BCS  
de  1986  à  1988.  Il  repart  ensuite  en  1989  au  4ème  BIMA  et  poursuit  sa  carrière  militaire  
(Fontainebleau,  Abidjan,  Toulouse).  Il  revient  en  1997  au  RIMAP  en  Nouvelle-­‐Calédonie  
pour   un   nouveau   séjour   de   2   ans   de   1997   à   1999.   Il   repart   en   Métropole   en   1999   (La  
Flèche).  Il  vient  s’installer  en  Nouvelle-­‐Calédonie  en  2006,  sa  carrière  achevée,  où  il  est  
maître-­‐nageur  sauveteur.    
Ce   parcours   classique   de   militaire,   sans   continuité   du   lien   avec   la   Nouvelle-­‐Calédonie,  
n’a   pas   empêché   la   commission   administrative   électorale   de   l’inscrire   au   vote  
majoritaire.   Il   s’agit   d’un   double   abus  :   il   ne   fait   pas   partie   des   populations   reconnues  
d’avant   le   8   novembre   1988   et   il   ne   fait   pas   partie   des   populations   dont   la   continuité   de  
carrière  est  reconnue  par  la  jurisprudence  Kilikili  du  26  mai  2005.    
Il  est  simplement  un  exemple  d’un  dysfonctionnement  majeur  des  commissions  sur  les  
séjours  interrompus  des  fonctionnaires  avec  retour  en  Métropole.  
 
Affaire   n°   5  :   M.   Eliott   DECASTILLE   est   né   le   28   septembre   1996   à   Nouméa.   Il   a   été  
inscrit   à   sa   majorité   par   la   commission   administrative   électorale.   Il   est   ainsi   inscrit   en  
2015   sur   la   liste   électorale   spéciale   de   Nouméa.   Il   convient   de   vérifier   l’existence   d’un  
parent  citoyen,  condition  requise  par  la  loi.  Cette  vérification  n’a  le  plus  souvent  pas  lieu  
dans   les   commissions.   Tout   au   plus   est-­‐il   fait   mention,   sans   obligation,   par   la   mairie  
d’une  annotation  «  PLS  »  ou  «  MLS  »  (père  ou  mère  sur  la  liste  spéciale).  Ces  jeunes  sont  
inscrits   directement   par   présomption   de   citoyenneté.   Suivant   une   jurisprudence   de   la  
Cour   de   cassation   de   novembre   2011,   «  les   jeunes,   nés   sur   le   territoire   et   s’étant   fait  
recenser   à   16   ans   en   Nouvelle-­Calédonie  »,   sont   inscrits   par   présomption   sur   la   liste  
citoyenne   à   leur   majorité.   Les   commissions   administratives   en   profitent   pour   ne   pas  
vérifier   la   condition   tenant   au   parent   citoyen,   soit   qu’il   est   inscrit   sur   la   liste   de   1998,  
soit  qu’il  remplisse  les  conditions  du  scrutin  de  1988.  
 
Les  tiers  électeurs  sont  dans  l’impossibilité  matérielle  de  vérifier  cette  condition  légale,  
car  l’accès  aux  dossiers  des  commissions  n’est  réservé  qu’au  maire,  au  juge,  président  de  
la   commission,   et   au   représentant   de   l’Etat.   Ce   recours   vise   à   faire   vérifier   au   juge   le  
respect  de  la  condition  de  l’existence  d’un  parent  inscrit  sur  la  liste  spéciale,  alors  que  
les   vérifications   manuelles   faites   à   partir   des   annotations   du   tiers   électeur   dans   la  
commission   n’ont   pas   permis   de   retrouver   cette   inscription.   Les   deux   parents   sont  
néanmoins   inscrits   sur   le   tableau   annexe   2014,   ce   qui   démontre   qu’ils   ne   relèvent   pas  
des   populations   d’avant   le   8   novembre   1988.   Il   s’agit   de   savoir   si   la   présomption   simple  
posée  par  la  Cour  de  cassation  peut  être  surmontée  ou  pas  devant  les  juridictions.  
 
 
Affaire  n°  6  :  M.  Tom  OUNEÏ,  Kanak  de  statut  coutumier,  né  à  Ouvéa  de  parents  kanak  
de   statut   coutumier,   qui   est   inscrit   sur   la   liste   électorale   générale,   a   demandé  
personnellement   avant   le   31   décembre   2014,   conformément   à   l’art.   LO   189   III,   à   être  

 

3  

inscrit  sur  la  liste  spéciale  de  la  commune  de  Nouméa  où  il  réside.  
 
M.  Tom  OUNEÏ  relève  de  l’art.  LO  188  a).  Il  lui  a  été  demandé  par  la  mairie  de  Nouméa  de  
prouver   10   ans   de   présence   continue   avec   justificatifs,   comme   les   «  populations  
arrivées  »  relevant  de  l’art.  LO  188  b).  Alors  qu’il  n’a  jamais  quitté  le  pays,  la  commission  
administrative  électorale  ne  l’a  pas  inscrit.  
 
 
Jugements  rendus  par  le  Tribunal  de  Première  Instance  
Les   convocations   du   Tribunal   ont   intégré   le   long   pont   du   week-­‐end   de   Pâques   dans   le  
délai   de   3   jours,   fixé   par   le   Code   électoral.   Un   tiers   électeur   a   reçu   la   convocation   le   jour  
même  (vers  9h45)  de  l’audience  fixée  à  8h00,  et  les  autres  le  lendemain,  contrairement  
aux  dispositions  de  l’art.  R.  14  du  Code  électoral  qui  dispose  :  «  Le  tribunal  statue,  sans  
forme   et   sur   simple   avertissement   donné   trois   jours   à   l'avance   à   toutes   les   parties  
intéressées,   dans   les   dix   jours   du   recours   (…)  ».   Une   autre   convocation   n’est   jamais  
parvenue.  
 
Suivant   le   Tribunal,   à   peine   d’irrecevabilité,   «  l’oralité   des   débats   qui   régit   la   procédure  
du   contentieux   électoral   politique   impose   à   la   partie   de   comparaître   ou   de   se   faire  
représenter  pour  formuler  valablement  les  prétentions  à  justifier  ».    
Ces   retards   ou   absences   de   convocations   ont   rendu   les   recours   irrecevables.   Il   s’agit  
d’irrecevabilités   de   pure   opportunité,   organisées   par   le   tribunal   lui-­‐même,   pour   éviter  
d’avoir  à  se  prononcer  sur  le  fond.  Cette  attitude  démontre  à  la  fois  l’obsolescence  des  
procédures  du  Code  électoral,  l’absence  d’impartialité  du  Tribunal  et  le  non  respect  de  la  
jurisprudence   de   la   Cour   de   cassation   elle-­‐même   sur   le   droit   à   bénéficier   de   la  
délivrance  d’un  avertissement  préalablement  à  l’audience.    
Les   recours   électoraux   en   Nouvelle-­‐Calédonie,   tant   groupés   que   ciblés,   sont   jugés  
abusifs  par  le  tribunal,  et  dès  lors  rendus  impossibles  à  mettre  en  œuvre.  
 
 
II.  LES  POURVOIS  DEVANT  LA  COUR  DE  CASSATION  
 
Les  tiers  électeurs  ont  déposé  les  pourvois  devant  la  Cour  de  cassation  dans  les  10  jours,  
comme  exigé  par  le  Code  électoral,  accompagnés  des  moyens.  
 
Il   est   fait   grief   aux   jugements   attaqués   d'avoir   «  déclaré   la   demande   [du   tiers   électeur]  
irrecevable   »   aux   motifs   suivants   :   «  Les   convocations   ont   été   adressées   le   2   avril,   par  
simple   avertissement,   pour   l’audience   du   8   avril   2015   à   8h00   aux   requérants   (…),   à  
l’électeur  intéressé  (…)  et  à  Monsieur  le  Délégué  du  Gouvernement.  L’oralité  des  débats  qui  
régit  la  procédure  du  contentieux  électoral  politique  impose  au  demandeur  de  comparaitre  
ou   de   se   faire   représenter   pour   formuler   valablement   des   prétentions   et   les   justifier.   Les  
demandeurs   n’étant   ni   présents,   ni   utilement   représentés   à   l’audience,   bien   que  
régulièrement   convoqués,   il   convient   de   déclarer   le   recours   irrecevable   sans   qu’il   soit  
besoin  d’aborder  le  fond  ».    
 
Alors   que   tout   requérant   se   voit   garantir   le   droit,   par   l'article   6.1   de   la   Convention  
européenne   des   droits   de   l'homme,   de   voir   sa   cause   entendue   en   justice   débattue  
 

4  

contradictoirement   sur   la   base   d'un   principe   de   l'égalité   des   armes   ;   que   le   juge   s’est  
borné  à  convoquer  dans  le  délai  de  trois  jours  issu  de  l’article  R.  14  du  Code  électoral,  et  
ce  sans  s'assurer  de  la  possibilité  qu'avait  l'électeur  de  comparaitre,  le  juge  se  fondant  
sur  un  motif  impropre  à  justifier  sa  décision,  a  privé  les  tiers  électeur  de  la  possibilité  de  
faire  entendre  leur  requête  et,  partant    méconnu  ensemble  :  
 
• le  droit  à  un  procès  équitable,  le  principe  de  l'égalité  des  armes,  le  droit  d'accès  
au   juge   garantis   par   l'article   6.1   de   la   Convention   européenne   des   droits   de  
l'homme  ;  
• le  principe  fondamental  de  l’accès  au  juge  reconnu  par  les  lois  de  la  République  
au  titre  de  la  réinterprétation  moderne  de  l’article  16  de  la  Déclaration  des  droits  
de  l’homme  et  du  citoyen  ;  
• la  jurisprudence  de  la  Cour  de  cassation  elle-­‐même  sur  le  droit  à  bénéficier  de  la  
délivrance   d’un   avertissement   préalablement   à   l’audience  :   «  Attendu   que   nulle  
partie   ne   peut   être   jugée   sans   avoir   été   entendue   ou   appelée   ;   que   dans   les  
contestations   en   matière   d'inscription   sur   les   listes   électorales,   les   parties   doivent  
être  avisées  3  jours  avant  la  date  de  l'audience  ;  Attendu,  selon  le  jugement  attaqué  
et  les  productions,  que  M.  X...  ayant  saisi  un  tribunal  d'instance  d'un  recours  contre  
la   décision   d'une   commission   administrative   qui   l'avait   radié   de   la   liste   électorale  
de  la  commune  de  Grugies,  l'avertissement  pour  l'audience  du  2  février  1993  ne  lui  
a   été   remis   que   le   8   février   1993   ;   qu'ainsi   M.   X...   a   été   dans   l'impossibilité   de  
comparaître   devant   le   Tribunal   et   de   présenter   ses   observations   ;   que,   dès   lors,   le  
jugement  doit  être  annulé  (Cour  de  cassation  ,  chambre  civile  2,  Audience  publique  
du  11  mars  1993,  n°  de  pourvoi:  93-­60084).    
 
Ce   faisant,   le   Tribunal   de   Première   Instance   de   Nouméa   a   rompu   la   confiance   que   les  
tribunaux  d’une  société  démocratique  se  doivent  d’inspirer  aux  justiciables.    
 
 
III.   L’ATTITUDE   A   AVOIR   DEVANT   LES   COMMISSIONS   ADMINISTRATIVES  
ELECTORALES  
 
La   commission   politique   et   citoyenneté   du   FLNKS   et   Nationalistes   considère   qu’il   est  
inutile   d’être   présent   à   la   3ème   séance   de   révision   de     la   liste   électorale   spéciale   réservée  
à   la   signature   de   l’arrêt   définitif   des   listes  ;   elle   demande   aux   délégués   de   ne   pas   se  
rendre  dans  leur  commission.  
En   effet,   la   procédure   appliquée   dans   ces   commissions   pour   rendre   les   listes   spéciales  
conformes   aux   règles   prévues   par   l’Accord   de   Nouméa   n’a   pas   été   respectée   dans   la  
majorité   des   mairies   du   pays,   en   particulier   dans   les   communes   du   grand   Nouméa   et   de  
la  côte  Ouest,  là  où  une  majorité  d’électeurs  figurent  sur  la  liste  spéciale  des  provinciales  
de  façon  abusive.      
 
A  Nouméa,  le  14  avril  2015  
 
Contact  :   Commission   Politique   et   Citoyenneté  
politikcitoyennete@gmail.com  ;  ounou@lagoon.nc    
 

 

FLNKS  

et  

Nationalistes  :  

5  


Documents similaires


Fichier PDF communique cpcflnks recours 2015 n 2
Fichier PDF lettres cratass
Fichier PDF modele pourvoi vdef
Fichier PDF newsletter n 31 fr
Fichier PDF cv bruneau guillaume
Fichier PDF modele pourvoi notif lrar vdef


Sur le même sujet..