Principes n°77 web.pdf


Aperçu du fichier PDF principes-n-77-web.pdf - page 3/28

Page 1 2 34528



Aperçu texte


actualités

Les oreilles cassées

EN BREF…

Pour la 18e Journée de l’audition, le 12 mars dernier, l’association éponyme a
organisé une conférence de presse dévoilant les résultats d’une enquête sur la santé
auditive des jeunes. Hum… Ce n’est malheureusement pas glorieux, ces derniers
faisant toujours la sourde oreille aux messages de prévention et aux risques.

Le deuxième symposium de
l’homme énergétique se tiendra
le dimanche 26 avril au Corum de
Montpellier de 9 heures à 18h30.
Se penchant sur l’idée de définir
la constitution, la santé, la place
dans l’univers de cet « homme
énergétique », le symposium
réunira des spécialistes pour
des conférences ayant pour
thème le développement des
capacités psychiques (Dr Luc
Bodin) ou encore la découverte
de la mission de vie (Florence
Léautaud). À noter que tous
les bénéfices seront reversés à
une association pour l’enfance
handicapée. Inscription via le site
du Dr Bodin (www.luc-bodin.com).

D

epuis les années 1980, la pratique de
l’écoute de la musique a été révolutionnée par les baladeurs, et les nouvelles technologies n’ont fait qu’accentuer
ce qui devient un problème… Pourquoi ?
Parce qu’avant les premiers Walkman,
on allait à la rencontre de la musique (dans
les bars, devant sa chaîne hi-fi, aux concerts,
en boîte de nuit…). Depuis, la musique peut
nous accompagner en tous lieux, et les auditoriums choisis (métro, train, bus, rue…)
ne sont pas de premier choix. Du coup,
on doit augmenter le volume de son baladeur pour couvrir celui du monde ambiant !
Là où les nouvelles technologies creusent un
peu plus le problème (dévoilons-le, de surdité précoce, d’acouphène et/ou d’hyperacousie), c’est qu’elles sont plus puissantes,
débridables par des logiciels faciles à télécharger sur l’internet, et ont une autonomie
sans commune mesure avec les vieux « walkman-à-papa ». Autant dire que les oreilles
trinquent sévèrement, d’autant que les
signes de douleurs exprimés par l’appareil
auditif ne sont pas représentatifs des lésions
qu’il subit. En clair, l’oreille n’exprime de douleurs qu’à des niveaux sonores insupportables (120 dB, ce qui correspond au décol-

Trouver la bonne
fréquence
On dit les jeunes inconscients à
écouter la musique aussi fort et à faire
si peu cas des conséquences sur leurs
oreilles. Pourtant, on ne compte plus
sur les forums en ligne le nombre de
discussions dédiées aux questions
des acouphènes (bourdonnements,
sifflements, oreilles dans le coton…).
Preuve que la question les préoccupe
bien, mais (l’adolescence est ainsi
faite ?), ils ne l’évoquent qu’entre
eux, et la voix des médecins ou de
quelconque autorité ne passe pas
facilement. La bonne fréquence reste à
trouver.

Principes de Santé

• avril 2015 • n° 77

lage d’un avion), alors que dès 90 dB, des
lésions peuvent blesser, voire facilement
détruire les cellules ciliées de l’oreille. Ce sont
ces neurotransmetteurs qui, par fréquences
(schématiquement de 20 Hz pour les plus
graves à 20 000 Hz pour les plus aiguës),
transforment les vibrations en impulsions
électriques et les transmettent au cerveau.
Il est à noter que 90 dB, c’est mille fois moins
que 120 dB. Le décibel étant une unité logarithmique, il faut retenir que le son double
de volume tous les trois décibels. Entre 80 et
83, il a doublé, entre 83 et 86, il a quadruplé… On peut donc affirmer, sans (mauvais ?)
jeux de mots, que l’oreille est un organe qui
souffre en silence.

« C’est trop fort ? T’es trop vieux ! »
Revenons sur les résultats de l’enquête, portant sur 900 personnes (600 jeunes gens
âgés de 13 à 25 ans et 300 parents). Première constatation : pour nos chérubins, le
bruit est « normal » et son absence « angoissante ». La phrase de Pete Townshend des
Who qui disait, « si c’est trop fort, c’est que
tu es trop vieux », demeure dans les esprits,
phrase qui renvoie aux calendes grecques
les problèmes d’audition, toujours associés
à la vieillesse. En corollaire, l’attention que
les jeunes prêtent aux symptômes de traumatismes auditifs (oreilles dans le coton,
sifflements) reste faible (59 % admettent
attendre simplement que ça passe). Pourtant, ils avouent (un sur deux) se sentir
concernés par les troubles de l’audition.
Tant et si bien que deux jeunes sur trois se
disent personnellement sensibilisés par les
messages de prévention, notamment l’idée
de faire des pauses auditives. Cette sensibilisation est un soufflé qui retombe vite, car
encore maintenant, les jeunes fuient la distribution de protections auditives dans les
concerts. « Trop ringard »… Pendant que les
jeunes font la sourde oreille, on voit l’étendue du travail qu’il reste à faire. À bon
entendeur. l
Jean-Baptiste Méchernane

À ne pas manquer

Le remake des « Ripoux »

Alors qu’on nous promettait
monts et merveilles en termes
de transparence de santé,
Médiapart a sorti une enquête sur
la corruption des commissions
officielles, celles qui décident
et délivrent les autorisations de
mise sur le marché (AMM) ainsi
que du prix du médicament et
de son remboursement. L’article
révèle que, pendant des années,
d’éminents membres de ces
commissions (dont un président)
ont secrètement conseillé les
laboratoires pharmaceutiques.
Autrement dit, un petit cercle
de gens bien comme il faut a
donc, moyennant rémunération,
conseillé pendant vingt ans les
laboratoires, de sorte qu’éthique,
déontologie et probité du système
sanitaire français volent en éclat.

Service Abonnements
PRINCIPES DE SANTÉ, Service Abonnements
4, rue de Mouchy, 60438 Noailles Cedex
Tél. : 01 55 56 70 51.
Rédaction
65 rue Claude-Bernard, 75005 Paris.
Tél. : 01 40 46 00 46. Fax : 01 40 46 05 93.
Mél. : principesdesante@santeportroyal.com
Édité par SANTÉ PORT-ROYAL SAS,
RCS Paris B 434 728 952.
Également éditeur de Plantes & Santé.
N° CPPAP : 1015 T 89248 • ISSN : 1765-2170
Directeur de la publication : Alexandre Imbert.
Rédacteur en chef : Jean-Baptiste Talmont.
Conseillère de la rédaction : Isabelle Saget.
Rédaction : Dr Paul Alimi, Dr Naïma Bauplé, Dr Paul
Dupont, Isabelle Fontaine, Patrick Hoor, François
Lehn, Florence Leray, Jean-Baptiste Méchernane,
Camille Parinaud, Cristina Purcarete, Christine
Saramito, Dr Thierry Schmitz, Vittoria Segel,
Jean-Baptiste Talmont, Dr Georges Van Snick.
Secrétaire de rédaction : Thomas Roure.
Maquette : Sabrina Pezzot.
Imprimé en France par Chevillon, Sens (89).
Distribué par France Routage,
Bussy-Saint-Georges (77).

Abonnement annuel : 48 x.
Prix au numéro : 4 x.

3