obesite enfant et adolescent recommandations .pdf



Nom original: obesite_enfant_et_adolescent_-_recommandations.pdf
Titre: Obésité enfants_recomandations_4.10.2011
Auteur: e.lavie

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.0.2 / GPL Ghostscript 8.70, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/04/2015 à 23:22, depuis l'adresse IP 88.160.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 463 fois.
Taille du document: 1.4 Mo (44 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

Surpoids et obésité de l’enfant et de
l’adolescent
(Actualisation des recommandations 2003)
Méthode « Recommandations pour la pratique clinique »

RECOMMANDATIONS
Septembre 2011

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Les recommandations de bonne pratique (RBP) sont définies dans le champ de la santé
comme des propositions développées méthodiquement pour aider le praticien et le
patient à rechercher les soins les plus appropriés dans des circonstances cliniques
données.
Les RBP sont des synthèses rigoureuses de l’état de l’art et des données de la science à
un temps donné, décrites dans l’argumentaire scientifique. Elles ne sauraient dispenser
le professionnel de santé de faire preuve de discernement, dans sa prise en charge du
patient qui doit être celle qu’il estime la plus appropriée, en fonction de ses propres
constatations.
Cette recommandation de bonne pratique a été élaborée selon la méthode résumée dans
l’argumentaire scientifique et décrite dans le guide méthodologique de la HAS disponible
sur son site :
Élaboration de recommandations de bonne pratique – Méthode « Recommandations pour la
pratique clinique »

Les objectifs de cette recommandation, la population et les professionnels concernés par
sa mise en œuvre sont résumés en dernière page (fiche descriptive) et décrits dans
l’argumentaire scientifique. Ce dernier ainsi que la synthèse de la recommandation sont
téléchargeables sur www.has-sante.fr.

Grade des recommandations

A

B

C

AE

Preuve scientifique établie
Fondée sur des études de fort niveau de preuve (niveau de preuve 1) : essais
comparatifs randomisés de forte puissance et sans biais majeur ou méta-analyse
d’essais comparatifs randomisés, analyse de décision basée sur des études bien
menées
Présomption scientifique
Fondée sur une présomption scientifique fournie par des études de niveau
intermédiaire de preuve (niveau de preuve 2), comme des essais comparatifs
randomisés de faible puissance, des études comparatives non randomisées bien
menées, des études de cohorte
Faible niveau de preuve
Fondée sur des études de moindre niveau de preuve, comme des études castémoins (niveau de preuve 3), des études rétrospectives, des séries de cas, des
études comparatives comportant des biais importants (niveau de preuve 4).
Accord d’experts
En l’absence d’études, les recommandations sont fondées sur un accord entre
experts du groupe de travail, après consultation du groupe de lecture. L’absence de
gradation ne signifie pas que les recommandations ne sont pas pertinentes et utiles.
Elle doit, en revanche, inciter à engager des études complémentaires.

Haute Autorité de Santé
Service documentation – information des publics
2 avenue du Stade de France - F 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX
Tél. :+33 (0)1 55 93 70 00 - Fax :+33 (0)1 55 93 74 00

Ce document a été validé par le Collège de la Haute Autorité de Santé en Septembre 2011.
© Haute Autorité de Santé – 2011

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Sommaire
Abréviations et acronymes....................................................................................................4
Préambule...............................................................................................................................5
Objectif de la recommandation
Définitions
Prévalences
Facteurs associés et facteurs étiologiques du surpoids et de l’obésité
Obésités secondaires
Conséquences de l’obésité : comorbidités, complications, retentissement

5
6
7
8
8
8

Recommandations .................................................................................................................9
1
Comment et quand dépister le surpoids et l’obésité des enfants et des
adolescents ? .........................................................................................................................9
1.1
1.2

Surveillance de la corpulence
Annonce du diagnostic

9
10

2

Prise en charge .............................................................................................................12

2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6

Principes généraux
Objectifs généraux
Évaluation initiale
Approche et moyens thérapeutiques
Modalités du suivi
Niveaux de recours et coordination de la prise en charge multidisciplinaire recommandés

12
12
13
16
22
23

Actions ou recherches futures..............................................................................................25
Annexes ..................................................................................................................................28
Annexe 1. Propositions organisationnelles .........................................................................29
Annexe 2. Références françaises et internationales définissant le surpoids et l’obésité.30
Annexe 3. Signes évocateurs d’une obésité secondaire et examens à visée étiologique 31
Annexe 4. Complications et comorbidités du surpoids et de l’obésité de l’enfant et de
l’adolescent ............................................................................................................................33
Annexe 5. Prescription de l’activité physique ......................................................................36
Annexe 6. Professionnels pouvant intervenir dans la prise en charge multidisciplinaire 37
Participants.............................................................................................................................39
Organismes professionnels et associations de patients et d’usagers
Groupe de travail
Groupe de lecture
Autres personnes consultées dans le cadre de ce projet
Remerciements

39
40
40
41
41

Fiche descriptive ....................................................................................................................42

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
3

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Abréviations et acronymes
En vue de faciliter la lecture du texte, les abréviations et acronymes utilisés sont explicités cidessous.
Tableau 1. Abréviations les plus courantes
Abréviation

Libellé

Anaes

Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé

APA

Activité physique adaptée

APS

Activités physiques et sportives

BMI

Body Mass Index

ENNS

Étude nationale nutrition santé

EPS

Éducation physique et sportive

ETP

Éducation thérapeutique du patient

HAS

Haute Autorité de Santé

HTA

Hypertension artérielle

IMC

Indice de masse corporelle

Inpes

Institut national de prévention et d'éducation pour la santé

IOTF

International Obesity Task Force

IQ

Indice de Quetelet

IRM

Imagerie par résonance magnétique

NICE

National Institute for Health and Clinical Excellence

OMS

Organisation mondiale de la santé

ORL

Oto-rhino-laryngologie

PMI

Protection maternelle et infantile

PNNS

Programme national nutrition santé

RéPPOP

Réseaux de prévention et de prise en charge de l’obésité pédiatrique

RBP

Recommandations de bonne pratique

RPC

Recommandations pour la pratique clinique

SIGN

Scottish Intercollegiate Guidelines Network

SNC

Système nerveux central

SSR

Soins de suite et réadaptation

STAPS

Sciences et techniques des activités physiques et sportives

TSH

Thyroïd stimulating hormone (thyréostimuline)

UNSS

Union nationale du sport scolaire

USEP

Union sportive de l’enseignement du premier degré

ZEP

Zone d’éducation prioritaire

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
4

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Préambule
La recommandation de bonne pratique sur le thème « Surpoids et obésité de l’enfant et de
l’adolescent » a été élaborée à la demande de la Direction générale de la santé (saisine
transmise à la Haute Autorité de Santé le 14 juin 2007). Ce travail a été réalisé dans le cadre
du deuxième programme national nutrition santé (PNNS) 2006-20101.

Objectif de la recommandation
L’objectif de cette recommandation est d’améliorer la qualité de la prise en charge médicale
des enfants et adolescents ayant un surpoids ou une obésité.
Cette recommandation vise à répondre aux questions suivantes :








Quand faut-il rechercher un surpoids et une obésité ?
Quels sont les critères diagnostiques ?
Quel bilan initial : origines et conséquences de l’obésité ?
Quels conseils proposer à l’enfant/adolescent en surpoids et à l’enfant/adolescent obèse
et à sa famille ?
Quels conseils pour l’entourage, le milieu scolaire, etc. ?
Quelles sont les structures de prise en charge spécialisées ?
Quel est le rôle des différents acteurs et structures ?
Quand faire appel au médecin spécialisé ?
Quand faire appel aux autres professionnels de santé ?
Quelle est la place d’un réseau ?
Etc. pour les différentes structures et acteurs.

Sont exclues du champ des recommandations les questions relatives :
aux obésités syndromiques ou secondaires (seul la réalisation du diagnostic différentiel
sera traité)

à la prévention primaire de l’obésité en général (traitée par le PNNS) ;

à la prise en charge spécifique des complications de l’obésité et des dysrégulations
métaboliques


1

Le PNNS2 a pour objectif d’améliorer l’état de santé de l’ensemble de la population en agissant sur l’un de ses
déterminants majeurs qu’est la nutrition. Il est orienté vers la prévention, l’éducation nutritionnelle, l’offre
alimentaire et aussi vers le dépistage précoce et la prise en charge des troubles nutritionnels (obésité,
dénutrition).

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
5

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Définitions
Le surpoids et l’obésité sont définis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme
une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé2.
► Indice de masse corporelle (IMC)
L’indice de masse corporelle (IMC)3, reflet de la corpulence, est couramment utilisé pour
estimer l’adiposité.
2

IMC = poids (kg) / taille² (m )

Chez l’enfant l’IMC s’interprète à l’aide des courbes de corpulence, en fonction de l’âge et du
sexe (voir figure 1).

4

Figure 1. Courbes de corpulence du PNNS 2010 adaptées à la pratique clinique (Voir outils)

► Seuils de surpoids et d’obésité (voir tableau 2 et figure 2)
AE

Les seuils recommandés en pratique clinique pour définir le surpoids et l’obésité chez l’enfant
et l’adolescent jusqu’à 18 ans sont ceux des courbes de corpulence du PNNS 2010. Ces
5
seuils sont issus à la fois des références françaises et des références de l’IOTF .

2

World Health Organization. Obesity: preventing and managing the global epidemic. Geneva: WHO; 2000.
Egalement appelé indice de Quetelet (IQ) et Body Mass Index (BMI) en anglais
4
www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/IMC/courbes_enfants.pdf .
5
L’International Obesity Task Force a élaboré en 2000 une définition du surpoids et de l’obésité chez l’enfant, en
utilisant des courbes d’IMC établies à partir de données recueillies dans six pays disposant de larges échantillons
représentatifs (Cole et al. Establishing a standard definition for child overweight and obesity worldwide:
international survey. BMJ 2000;320(7244):1240-3.)
3

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
6

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Tableau 2 et figure 2. Termes et seuils recommandés pour définir le surpoids et l'obésité chez l’enfant et
6
l’adolescent jusqu’à 18 ans, selon les courbes de corpulence du PNNS (Inpes )

7

IMC ≥ seuil IOTF-30

Obésité

Surpoids
(incluant obésité)

e

IMC ≥ 97 percentile

e

3
≤ IMC
percentile

<

e

IMC < 3 percentile

8

e

97

Corpulence
normale

Insuffisance
pondérale

► Rebond d’adiposité
Au cours de la croissance, la corpulence varie de manière physiologique. En moyenne, elle
augmente la première année de la vie, puis diminue jusqu’à l’âge de 6 ans, et croît à
nouveau jusqu’à la fin de la croissance. La remontée de la courbe de l'IMC observée en
moyenne à l’âge de 6 ans est appelée rebond d’adiposité.
Les études montrent que l’âge au rebond d’adiposité est corrélé à l’adiposité à l’âge adulte :
plus il est précoce, plus le risque de devenir obèse est élevé.
Le rattrapage de la croissance staturo-pondérale survenant habituellement chez les enfants
nés petits pour l’âge gestationnel (hypotrophie) ne doit pas être confondu avec un rebond
sauf si ce rattrapage dépasse le 90e percentile de façon très rapide.

Prévalences
En France, la proportion d’enfants entre 5 et 12 ans en surpoids (≥ 97e percentile des
références françaises) a progressé de 6 % à la fin des années 70, à 13 % en 1996. Depuis
les années 2000 les observations montrent une stabilisation de la prévalence du surpoids et
de l’obésité chez l’enfant. En 2006, la prévalence estimée du surpoids incluant l’obésité était,
selon les références IOTF, de 18 % chez les enfants de 3 à 17 ans, dont 3,5 % présentaient
une obésité. Les prévalences du surpoids et de l’obésité sont supérieures en France dans
les populations défavorisées.
La probabilité qu’un enfant obèse le reste à l’âge adulte varie selon les études de 20 à 50 %
avant la puberté, à 50 à 70 % après la puberté.
6

Evaluer et suivre la corpulence des enfants [brochure]. Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé, Inpes,
2011 : 12 p.
7
IOTF-30 = courbe atteignant la valeur 30 à 18 ans (la valeur 30 étant le seuil définissant l’obésité chez l’adulte)
8
L'obésité, qui débute à partir du seuil de l'IOTF-30, est une forme sévère du surpoids.

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
7

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Facteurs associés et facteurs étiologiques du surpoids et de l’obésité
Bien que résultant d’un déséquilibre de la balance énergétique entre les apports et les
dépenses, l’étiologie du surpoids et de l’obésité commune (par opposition aux obésités
secondaires) est complexe et multifactorielle.
Il existe une prédisposition au surpoids et à l’obésité d’origine génétique, modulée par une
éventuelle influence épigénétique9.
Facteurs associés au risque de surpoids et d’obésité commune de l’enfant et de l’adolescent












Surpoids et obésité parentale notamment de la mère au début de la grossesse
Grossesse : prise de poids excessive, tabagisme maternel, diabète maternel quel que soit son
type
Excès ou défaut de croissance fœtale (macrosomie/hypotrophie)
Gain pondéral accéléré dans les 2 premières années de vie d’autant plus important que la
période de gain pondéral accéléré est longue,
10
Difficultés socioéconomiques des parents et cadre de vie défavorable
Manque d’activité physique et sédentarité
Manque de sommeil
Attitudes inadaptées de l’entourage par rapport à l’alimentation (restrictives ou au contraire trop
permissives)
Facteurs psychopathologiques : dépression chez les filles, hyperphagie boulimique
Négligences ou abus physiques ou sexuels dans l’enfance ou l’adolescence
Handicap (moteur ou mental)

L’allaitement maternel semble avoir un effet protecteur de faible importance.

Obésités secondaires
Les obésités dites « secondaires » regroupent les obésités de cause endocrinienne, les
obésités syndromiques, les obésités iatrogènes. Ces pathologies ne sont pas traitées dans
le cadre de cette recommandation qui ne concerne que l’obésité dite commune. Nous les
présentons à titre indicatif et pour orienter le médecin dans son diagnostic.
Voir les signes évocateurs d’une obésité secondaire et les examens à visée étiologique
recommandés en annexe 3.
AE

Il est recommandé de rechercher une cause endocrinienne, tumorale ou non, ou
syndromique à l’obésité dans les cas suivants :

ralentissement de la vitesse de croissance staturale alors que se constitue une
obésité franche ;

présence de signes dysmorphiques ou malformatifs ;

changement rapide de couloir de la courbe de corpulence.
En cas de maladie rare associée à l’obésité, il est recommandé que le médecin s’adresse au
centre de compétence maladie rare correspondant.

Conséquences de l’obésité : comorbidités, complications,
retentissement
Voir les principales complications retrouvées chez les enfants en surpoids et obèses, les
signes évocateurs à rechercher et la conduite à tenir, notamment l’indication d’examens
complémentaires, en annexe 4.
9

Ensemble des informations cellulaires transmissibles d'une génération à l'autre sans modification de l’ADN.
Foyer appartenant aux catégories modestes (employés, ouvriers, inactifs, chômeurs) en situation d’équilibre
financier fragile, voire en situation de précarité
10

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
8

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Recommandations
1

Comment et quand dépister le surpoids et l’obésité des
enfants et des adolescents ?

Les études épidémiologiques montrent que le fait d’être obèse dans l’enfance ou à
l’adolescence augmente les risques de morbidité et d’obésité à l’âge adulte.
AE

Il est recommandé de dépister tôt et de proposer une prise en charge précoce des enfants
qui présentent un surpoids afin d’éviter la constitution d’une obésité persistante à l’âge adulte
et la survenue de complications métaboliques.

1.1 Surveillance de la corpulence11
AE

Les seuils de surpoids et d’obésité recommandés en pratique clinique sont ceux définis dans
les courbes de corpulence du PNNS (cf. outils)
e
Surpoids (incluant l’obésité) : IMC ≥ 97 percentile des courbes de corpulence de
référence françaises
12
Obésité : IMC ≥ seuil IOTF-30

► Chez qui et quand surveiller ?
AE

Il est recommandé de surveiller l’IMC systématiquement chez tous les enfants et adolescents
quels que soient leur âge, leur corpulence apparente et le motif de la consultation.
Il est recommandé d’être particulièrement attentif aux enfants présentant des facteurs de
risque précoces de surpoids et d’obésité et aux enfants de familles en situation de
vulnérabilité.
La fréquence recommandée pour effectuer les mesures est la suivante :

de la naissance à 2 ans : au minimum 3 fois par an ;

après l’âge de 2 ans : au minimum 2 fois par an.

► Comment suivre la corpulence ?
Chez l’enfant l’IMC s’interprète à l’aide des courbes de corpulence (courbe d’IMC) en
fonction de l’âge et du sexe.
AE

Il est recommandé de :
peser et mesurer l’enfant et de calculer l’IMC

tracer les 3 courbes (cf. outils courbes) :
courbe de corpulence (= courbe d’IMC),
courbe de taille,
courbe de poids.


Ces éléments doivent figurer
dans le carnet de santé.

Il est recommandé que ces mesures soient réalisées au moment des examens obligatoires
du carnet de santé et des visites des services de prévention (PMI et santé scolaire).
11
12

Voir figure 3 : algorithme du dépistage du surpoids et de l’obésité de l’enfant et de l’adolescent
IOTF-30 = courbe atteignant la valeur 30 à 18 ans (la valeur 30 étant le seuil définissant l’obésité chez l’adulte)

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
9

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

► Quels sont les signes d’alerte à repérer sur la courbe de corpulence ?
AE

Il est recommandé d’être particulièrement attentif à la dynamique de la courbe d’IMC
Il est recommandé d’être vigilant aux signes d’alerte suivants :
ascension continue de la courbe depuis la naissance ;

rebond d’adiposité précoce (plus il est précoce, plus le risque de devenir obèse est
élevé) ;

changement rapide de couloir vers le haut.
Ces signes sont associés à un risque plus élevé de développer un surpoids et une obésité.


En cas de rebond d’adiposité précoce, il est recommandé d’expliquer à la famille
l’importance du suivi de la courbe de corpulence en programmant un rendez-vous ultérieur.
Une obésité très précoce, en particulier avec ascension continue de la courbe d’IMC depuis
la naissance, doit évoquer et faire rechercher une obésité génétique (monogénique ou
syndromique) (cf. annexe 3).

► Quelle mesure réaliser en plus si l’enfant ou l’adolescent présente un surpoids ?
L’excès de graisse abdominale est associé à un risque cardio-vasculaire et métabolique
accru.
AE

Il est recommandé de mesurer le tour de taille (périmètre abdominal) et le rapporter à la taille
pour évaluer la répartition de la masse grasse.

Le tour de taille est mesuré sur un enfant debout, à mi-distance entre la dernière côte et la
crête iliaque ou au niveau du périmètre abdominal le plus petit.
Si le rapport tour de taille / taille (TT/T) est supérieur à 0,5, l’enfant présente un excès de
graisse abdominale.

1.2 Annonce du diagnostic
La prise en compte du contexte familial, social, environnemental et culturel est nécessaire
pour appréhender l’accès au soin et la motivation.
AE

Il est recommandé d’explorer la représentation qu’a l’enfant ou l’adolescent de son corps et
de son poids et celle qu’en ont ses parents.

► Le choix des mots : expliquer, rassurer, dédramatiser, déculpabiliser

Les termes utilisés pour annoncer le surpoids ou l’obésité devront être choisis de manière
adaptée à l’enfant/adolescent et à sa famille pour éviter de blesser, de vexer, de fâcher, et
de dramatiser, afin de leur permettre de s’engager dans un processus de prise en charge.
AE

Il est recommandé d’utiliser la courbe d’IMC comme outil pédagogique.

Le professionnel devra s’attacher à ne pas culpabiliser l’enfant/adolescent et ses parents,
par exemple en expliquant que « ta courbe montre que » ou « la courbe de votre enfant »
(selon l’âge)… et non « tu es trop gros/obèse/etc. ».
AE

Il est recommandé d’expliquer de façon simple et rassurante les objectifs à long terme et les
moyens de les atteindre ensemble.

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
10

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Figure 3. Algorithme du dépistage du surpoids et de l’obésité de l’enfant et de l’adolescent
HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
11

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

2

Prise en charge

L’objectif de soin est l’amélioration de la qualité de vie physique, mentale et sociale et la
prévention des complications.

2.1 Principes généraux
AE

Il est recommandé que la prise en charge prenne en compte les principes de l’éducation
thérapeutique du patient. L’éducation thérapeutique vise à aider le patient à acquérir ou
maintenir les connaissances et compétences dont il a besoin pour gérer au mieux sa vie
avec une maladie chronique. Elle vise également à l’accompagner dans la mise en place des
changements. Il s’agit d’un processus continu, intégré dans les soins et centré sur le patient.
La prise en charge recommandée comprend plusieurs domaines d’intervention avec pour
objectif final la modification des comportements. Cette prise en charge prend en compte
l’alimentation, l’activité physique, la lutte contre la sédentarité, l’équilibre des rythmes de vie,
dont le sommeil, et les aspects psychologiques et socio-économiques.
Il est indispensable que les parents et/ou les adultes responsables de l’enfant ou de
l’adolescent soient impliqués dans les interventions. Selon l’âge, le professionnel s’adressera
en priorité aux adultes (petit enfant) ou à l’enfant/adolescent.
Il est recommandé d’obtenir l’adhésion de l’enfant ou de l’adolescent et de sa famille sur la
prise en charge proposée, et de veiller à ne pas culpabiliser, blesser ou stigmatiser.

AE

Il est recommandé de prendre en considération les spécificités de certaines familles,
notamment celles des milieux modestes. Quand les recommandations sont bien perçues, les
familles des milieux modestes peuvent moins facilement les mettre en application que les
familles des milieux favorisés. Les questions de coût de certains aliments (en particulier les
fruits et légumes), des représentations de l’alimentation familiale et du corps de l’enfant (un
enfant rond est souvent perçu comme un enfant en bonne santé), de la perception de la
notion de santé (la santé peut constituer une notion très abstraite pour les parents et les
enfants) sont à prendre en compte. Ces éléments sont à aborder avec le professionnel et la
famille.

2.2 Objectifs généraux
AE

Il est recommandé que la prise en charge s’inscrive dans la durée et de veiller à :

amener l’enfant/adolescent et sa famille à prendre conscience de l’excès de poids ;

diagnostiquer les comorbidités et prévenir les complications ;

identifier les représentations, les croyances, les idées reçues et les valeurs de la
famille (freins potentiels à la prise en charge et au changement) ;

motiver l’enfant/adolescent et sa famille à s’engager dans une prise en charge ;

mobiliser les ressources et les compétences de la famille ;

prendre en compte le contexte économique, social et culturel dans lequel vivent l’enfant
et sa famille (y compris la fratrie) et établir les conseils en fonction de ce contexte, en
particulier quand il s’agit de milieux sociaux défavorisés ;

accompagner l’enfant/adolescent et sa famille dans leurs changements d’habitudes en
privilégiant des changements modestes mais atteignables ;

maintenir la motivation.

► Pertinence d’un objectif de perte de poids ?
AE

Il est recommandé d’avoir pour objectif de ralentir la progression de la courbe de corpulence
(réduire la pente).

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
12

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Chez l’enfant en cours de croissance : l’objectif sera de stabiliser le poids ou de ralentir la
prise de poids pendant que la croissance se poursuit.
Chez l’adolescent en fin de croissance : l’objectif sera de stabiliser le poids ou d’en perdre
très progressivement.
AE

La perte de poids n’est pas un objectif prioritaire chez l’enfant et l’adolescent en
surpoids ou obèse.
Cependant, une réduction de l’IMC est recommandée dans les situations suivantes :

surpoids ou obésité avec comorbidités sévères :

intolérance au glucose ou diabète de type 2 ;

troubles respiratoires et apnées du sommeil ;

complications orthopédiques sévères ;

complications hépatiques sévères ;

handicap induit par l’obésité (gêne dans la vie quotidienne, incapacité à se déplacer, à
assumer des gestes courants de la vie quotidienne, etc.).

Ces comorbidités doivent être expliquées à l’enfant et à sa famille et peuvent faciliter la
motivation dans l’engagement thérapeutique.
AE

En cas de troubles psychopathologiques suspectés ou avérés, un avis spécialisé est
recommandé avant de poser l’indication de réduction d’IMC.

AE

Il est recommandé de connaître le propre objectif pondéral que tout enfant/adolescent peut
avoir et de le prendre en compte.

2.3 Évaluation initiale
L’évaluation initiale par le médecin habituel de l’enfant/adolescent comporte :
• un examen clinique comprenant la recherche de facteurs associés et des comorbidités ;
• un entretien de compréhension centré sur l’enfant et sa famille.
Compte tenu de l’ensemble des éléments nécessaires à cette évaluation initiale, celle-ci
pourra se dérouler sur plusieurs consultations et être réalisée par différents professionnels.
► Examen clinique
Objectifs





Confirmer le diagnostic de surpoids ou d’obésité, son historique, et apprécier son
importance et les facteurs de risque associés
Rechercher des éléments cliniques d’orientation étiologique qui évoquent une pathologie
endocrinienne ou une obésité syndromique, nécessitant une consultation spécialisée
Rechercher les comorbidités (y compris psychopathologiques) et les complications
Repérer les risques médicaux éventuels à la pratique d’activité physique ou sportive

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
13

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

AE

Déroulé de l’examen clinique












Mesure du poids, de la taille, du tour de taille, calcul de l’IMC
Reconstitution des courbes de poids et taille et de corpulence à partir
des données antérieures de poids et de taille (carnet de santé)
Entretien précis avec la famille avec recherche des antécédents
personnels et familiaux (y compris la fratrie) pouvant évoquer
l’existence d’un facteur de risque étiologique ou de complications
(retentissement)
Repérage d’éventuels signes de souffrance psychologique en particulier
de trouble de l’estime de soi et du corps
Examen médical comprenant en particulier :
auscultation, mesure au repos de la fréquence cardiaque (pouls) et de
la pression artérielle (avec un brassard adapté) ;
évaluation du stade pubertaire ;
recherche des signes d’une pathologie endocrinienne ou d’une
obésité syndromique (cf. annexe 3) ;
recherche de comorbidités de l’obésité et indications d’examens
complémentaires (cf. annexe 4).

► Examens complémentaires
AE

Il n’y a pas lieu de réaliser des examens complémentaires à la recherche de complications
chez un enfant présentant un surpoids sans obésité

sans signe clinique évocateur d’une comorbidité ou d’une étiologie et

sans antécédent familial de diabète ou de dyslipidémie
Il est recommandé de réaliser systématiquement un bilan chez un enfant en surpoids avec
antécédent familial de diabète ou de dyslipidémie OU chez un enfant présentant une
obésité (IMC ≥ seuil IOTF-30) :

exploration des anomalies lipidiques (EAL) : cholestérol total, HDL-C et triglycérides
plasmatiques, permettant le calcul du LDL-C ;

glycémie à jeun ;

transaminases (ASAT, ALAT).
Il est recommandé de prendre un avis spécialisé dans les cas suivants :

obésité de cause endocrinienne suspectée (ralentissement de la vitesse de
croissance) ;

obésité syndromique suspectée (ralentissement de la vitesse de croissance, retard
psychomoteur, retard mental, signes dysmorphiques, malformations, etc.) ;

obésité compliquée suspectée (cf. tableau complications annexe 4) ;

obésité d’évolution très rapide, pour rechercher une cause organique (tumeur
cérébrale, maladie génétique, etc.) ou un facteur de stress (maltraitance, etc.).

► Entretien de compréhension et diagnostic éducatif
Objectifs et déroulé

L’entretien de compréhension permet de recueillir les données pour élaborer le diagnostic
éducatif. Ce diagnostic est réalisé en collaboration avec le patient et sa famille autour des
questions suivantes : Qui est-il ? / Qu’est ce qu’il a ? / Qu’est ce qu’il fait ? / Qu’est ce qu’il
sait ? / Qu’est ce qu’il croit ? / Que ressent-il ? / Quel est son projet ? / Quelle est sa
demande ?

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
14

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Sont à explorer :
le contexte socio-économique dans lequel évolue l’enfant ou l’adolescent ;

les conditions de vie de ce dernier au sein de sa famille et de son entourage ;

les connaissances, représentations, ressentis de l’enfant ou de l’adolescent et de sa
famille.


Cette approche doit inclure :
la reconnaissance du rôle des facteurs environnementaux (et notamment de l’entourage
familial : parents, grands-parents, fratrie) ;

l’identification des attentes de l’enfant ou de l’adolescent ;

l’évaluation de ses compétences dans la pratique de l’exercice physique, dans
l’alimentation, etc. et des compétences d’adaptation qui les soutiennent (avoir confiance
en soi, prendre des décisions, se fixer des buts et faire des choix, etc.) ;

l’appréciation de sa motivation et de celle de sa famille à apporter des changements à
leur mode de vie.


AE

À partir de 8/10 ans et en fonction de la maturité de l’enfant, il peut être intéressant de
prévoir, en plus des entretiens en famille, des temps d’entretien séparés pour les enfants et
les parents.
Chez l’adolescent il est recommandé que ces temps séparés soient systématiquement
proposés.

Bilan de l’entretien de compréhension

Cet entretien a pour but d’identifier les leviers sur lesquels il est possible d’agir pour modifier
les habitudes de vie ayant contribué au développement et au maintien de
l’obésité (sédentarité, temps passé devant les écrans, stress familiaux, conditions de prise
des repas, etc.).
AE

Il est recommandé d’en faire une synthèse avec le patient et la famille, afin de définir les
difficultés, les ressources et le savoir-faire de l’enfant ou de l’adolescent et de sa famille et
les priorités de la prise en charge.

À partir du bilan partagé qui aura été effectué :
AE




Il est recommandé que le médecin aide l’enfant/adolescent et sa famille à trouver euxmêmes des solutions en évitant de leur imposer son propre point de vue.
Il est recommandé que l’enfant/adolescent et sa famille choisissent avec le médecin un
nombre limité d’objectifs précis, impliquant un changement de comportement qu’ils se
sentent capables de réaliser, et qu’ils envisagent ensemble les stratégies permettant
d’atteindre leurs objectifs.

Chaque objectif sera

adapté aux besoins et aux attentes identifiées ;

adapté aux compétences et à la vie quotidienne de l’enfant/adolescent et de sa famille.
AE

Les recommandations sont inégalement reçues par les individus. Il est recommandé que le
soignant veille à ce qu’elles ne soient pas vécues comme une remise en question du mode
d’éducation des enfants car elles risquent alors de susciter moins d’adhésion.

Un résumé des données de l’évaluation initiale est présenté sous forme de tableau en outil.

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
15

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

2.4 Approche et moyens thérapeutiques
L’obésité résultant, à l’échelle individuelle, d’un déséquilibre de la balance énergétique chez
un enfant présentant un ou des facteurs de risque, l’approche thérapeutique doit tendre à
aider l’enfant/adolescent et sa famille à lutter progressivement contre ce déséquilibre entre
apports (alimentation) et dépenses énergétiques (activité physique), en prenant en compte
les aspects psychologiques et sociaux.
Les indications des approches et moyens thérapeutiques qui suivent seront modulées en
fonction de la gravité de la situation clinique de l’enfant ou adolescent. Trois types de
situations cliniques ont été définis, correspondant à trois niveaux de pris en charge (se
reporter au § 2.6 « Niveaux de recours et coordination de la prise en charge multidisciplinaire
recommandés »).
► Accompagnement diététique : rôle du médecin
L’approche diététique est nécessaire mais elle n’est pas suffisante à elle seule et doit
s’intégrer à la prise en charge globale.
Le but de l’accompagnement diététique est d'obtenir un changement durable dans les
habitudes alimentaires de l'enfant/adolescent et de son entourage.
AE

Les repères nutritionnels du PNNS pour l’enfant et l’adolescent adaptés à la population
générale sont valables pour la majorité des enfants et adolescents en surpoids ou obèses, et
il est recommandé de s’y référer afin de garantir la cohérence de la prise en charge (cf.
outils).
Les régimes à visée amaigrissante, quelle qu'en soit la nature (hypocalorique ou
hyperprotidique, etc.), ne sont pas recommandés car ils sont nocifs et inefficaces à long
terme. Leur indication dans des cas exceptionnels relève d’une équipe médicale spécialisée.
Il est recommandé de n’interdire aucun aliment. En effet, les interdictions alimentaires
13
peuvent induire ou renforcer un phénomène de restriction cognitive chez l'enfant ou
l'adolescent.
Il est recommandé que les objectifs soient retenus en accord avec le patient et sa famille en
tenant compte de leurs goûts et des représentations familiales de l’alimentation, liées au
contexte social ou culturel.
Les objectifs pourront porter sur

AE



Le choix des aliments




Qualité
Quantité



Les prises alimentaires
(repas/collations/grignotage)






Rythme et répartition dans la journée
Nombre
Durée
Contexte (maison, cantine, seul ou en famille, etc.)



Les perceptions liées à
l’alimentation






Faim
Satiété
Envie
Plaisir

13

La restriction cognitive se manifeste par des préoccupations excessives à l’égard du poids conduisant la
personne à contrôler son alimentation dans le but de maigrir ou de ne pas grossir. Cette phase d’inhibition
volontaire de la pulsion à manger (contrôle de l’alimentation) peut favoriser une phase de désinhibition (perte de
contrôle avec phase d’hyperphagie compensatrice).

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
16

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Dans le souci d'obtenir des changements durables, le soignant veillera à :
soutenir et renforcer les parents dans leur rôle éducatif : éviter les alimentsrécompense/réconfort, savoir dire « non », adopter un style éducatif cadrant : ni trop
permissif, ni trop autoritaire, ni négligent ;

s'assurer que le comportement des parents, du reste de la famille (grands-parents,
fratrie) et des autres personnes responsables de l’enfant est cohérent avec les objectifs
de la prise en charge (achats, contenu des placards et réfrigérateur, quantités
préparées, etc.) ;

préserver l'enfant de toute forme de stigmatisation et s’assurer de l’harmonisation
effective des pratiques dans l’entourage. L’enfant ou l’adolescent ne doit pas se trouver
mis à l’écart (menu différent, contrainte à manger plus de fruits et légumes, etc.). Si
l’harmonisation au sein de la famille n’est pas effective, l’enfant ou l’adolescent pourra
se trouver dans une situation difficile. Le rôle de soutien du soignant sera alors
essentiel.


L’appui d’un diététicien peut être nécessaire en fonction de la sévérité de la situation (cf.
§ 2.6 « Niveaux de recours et coordination de la prise en charge multidisciplinaire
recommandés »), de l’expertise du médecin dans ce domaine et du temps que ce dernier
peut y consacrer durant ses consultations.
AE

Dans ce cas, il est recommandé que le diététicien soit spécialisé ou formé aux troubles des
conduites alimentaires ou à l’obésité de l’enfant et de l’adolescent.

Voir un exemple de fiche pratique d’accompagnement diététique en outil.

► Accompagnement en activité physique : rôle du médecin
Le but est d’augmenter l’activité physique et de réduire la sédentarité.
Pour cela, l’objectif de l’accompagnement par le médecin est de faire émerger chez la famille
les ressources nécessaires afin que l’environnement devienne favorable à une pratique
physique plus régulière.
L’appui d’un professionnel de l’activité physique adaptée (enseignant en activité physique
adaptée (APA) et santé, médecin du sport, masseur-kinésithérapeute) peut être nécessaire
en fonction de la sévérité de la situation (cf. § 2.6 « Niveaux de recours et coordination de la
prise en charge multidisciplinaire recommandés »), de l’expertise du médecin dans ce
domaine et du temps que ce dernier peut y consacrer durant ses consultations.
AE

Il est recommandé de réaliser un entretien initial approfondi ainsi qu’un examen médical
centré sur le repérage des freins et des risques à la pratique d’activité physique ou sportive.
Chez l’enfant de moins de 6 ans
AE






Les activités physiques sont réparties dans la journée et se produisent de
manière spontanée.
Dès que l’enfant sait marcher, ses parents (et l’entourage : assistante
maternelle, grands-parents, etc.) doivent veiller à ce qu’il ne reste pas
inactif : éviter l’utilisation de la poussette, l’amener au square, partager
des activités en famille (jeux actifs, promenade…).
Les temps d’écran sont déconseillés chez les moins de 3 ans et devraient
être très limités au-delà.

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
17

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Chez l’enfant à partir de 6 ans et l’adolescent
AE





AE

Il est recommandé de parvenir à cumuler plus de 60 minutes d’activité
physique quotidienne modérée à intense, sous forme de :
jeux : activité récréative notamment à l’extérieur : ballon, vélo, rollers,
Frisbee, etc.
loisirs : danser, aller à la piscine, à la patinoire, au bowling, etc.
sports : scolaire, association sportive, maison de quartier, etc.
déplacements : promener le chien, aller à l’école à vélo, privilégier les
escaliers, etc.
activités de la vie quotidienne : passer l’aspirateur, faire les courses,
tondre la pelouse, etc.
Il est recommandé de limiter les comportements sédentaires, notamment
les temps d’écran à visée récréative (télévision, console de jeux,
ordinateur, téléphone portable).

Il est recommandé que les notions de plaisir, de rencontre et de bien-être physique et
psychique soient mises en avant pour faciliter la pratique d’une activité physique et son
maintien au long cours.
Il est recommandé que les objectifs et conseils en activité physique soient ajustés en
fonction des facteurs personnels de l’enfant (âge, sexe, niveau de surpoids, capacités
physiques, pratiques physiques existantes, motivation…) et de ses facteurs extrinsèques
(possibilités familiales, environnement…).
En cas de gêne à la pratique de l’activité physique, en particulier dans le cadre scolaire, il est
recommandé d’utiliser un certificat médical d’inaptitude partielle (précisant les limites
physiques, physiologiques et psychologiques) plutôt qu’une dispense totale d’activité
physique et sportive.
Le recours à un professionnel de l’activité physique adaptée est indiqué en cas de troubles
fonctionnels et physiologiques, ou de difficultés psychologiques et sociales autour de
l’activité physique.
Il est recommandé que le professionnel soit spécialisé ou formé à l’obésité de l’enfant et de
l’adolescent.

En annexe 5 un schéma résume les modalités de prescription de l’activité physique et de la
sédentarité
Un tableau résumant les principaux facteurs à évaluer et proposant des exemples de
questions à poser à l’enfant ou à la famille pour cette évaluation ainsi qu’un modèle de
certificat d’inaptitude partielle sont disponibles en outils.

► Accompagnement psychologique : rôle du médecin
L’approche psychologique implique une alliance thérapeutique (écoute active et soutien avec
empathie) initiale et tout au long du suivi avec l’enfant ou l’adolescent et sa famille, incluant
notamment le respect de leurs choix.
L’accompagnement psychologique, pour une part inclus dans la dimension d’éducation
thérapeutique, comporte des approches à la fois cognitives et comportementales.
Ces approches prendront en compte les connaissances, représentations, croyances et
ressentis de l’enfant/adolescent et de sa famille.
L’accompagnement psychologique comportera les dimensions suivantes :
évaluation et renforcement de la motivation ;

formulation positive des objectifs ;

soutien et déculpabilisation ;

renforcement positif ;

renforcement des compétences parentales et de la cohérence parentale.


HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
18

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

AE

Il est recommandé d’évaluer initialement et tout au long de la prise en charge :

l’état émotionnel de l’enfant/adolescent ;

l’environnement familial et social.

AE

Il est recommandé de rechercher notamment les facteurs psychiques intervenant dans les
situations suivantes :

le grignotage ou les prises alimentaires excessives : ennui, anxiété, tristesse, colère,
solitude, etc. ;

la résistance au traitement : manque de motivation, ambivalence, facteurs de stress,
etc.

Le succès d’une approche médicale, diététique et physique apporte souvent des bénéfices
au niveau du fonctionnement psychologique et social. Cependant, le recours à un
psychologue et/ou un pédopsychiatre peut s’avérer nécessaire.
AE

L’orientation vers un psychologue et/ou un pédopsychiatre est recommandée dans les cas
suivants :

souffrance psychique intense ou persistante (en particulier diminution de l’estime de soi
ou du corps, isolement social, stigmatisation) ;

formes sévères d’obésité ;

psychopathologie ou trouble du comportement alimentaire associé ;

lorsque sont repérés des facteurs de stress familiaux (dysfonctionnement familial,
carences, maltraitances, psychopathologie parentale) ou sociaux (événements de vie
stressants) ;

lorsqu’une séparation d’avec les parents est envisagée (séjour prolongé en centre de
soin type de Soins de suite et de réadaptation) ;

pour éliminer une éventuelle contre-indication à la perte de poids ;

échec de prise en charge.
Il est recommandé que le psychologue et/ou le pédopsychiatre soit spécialisé ou formé aux
troubles des conduites alimentaires ou à l’obésité de l’enfant et de l’adolescent.

► Autres moyens thérapeutiques
Séjours thérapeutiques en établissement de soins de suite et de réadaptation (SSR)
AE

Les séjours en SSR peuvent être recommandés dans certains cas et selon les niveaux de
recours définis au paragraphe suivant :
e
e

séjour court (< 2 mois) : 2 ou 3 recours ;
e

séjour prolongé (> 2 mois) : 3 recours.
Il est recommandé que l’indication d’un séjour soit posée par le médecin ou par l’équipe
e
e
spécialisée qui coordonne la prise en charge (2 ou 3 recours).
Il est recommandé que l’indication dépende de l’analyse préalable experte de chaque cas et
de la définition d’un projet thérapeutique (médical, psychologique, scolaire, social et
éducatif).
Il est recommandé que les parents ou l'entourage soient impliqués en amont, pendant et
après le séjour, pour le maintien des résultats obtenus au retour dans le milieu habituel de
l’enfant.

Se reporter aux outils pour une description détaillée de la place des établissements de soins
type SSR

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
19

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Traitements médicamenteux de l’obésité

En 2011 aucun médicament n’a d’autorisation de mise sur le marché dans l’indication du
surpoids et de l’obésité de l’enfant en France.
AE

Les traitements médicamenteux de l’obésité de l’adulte (orlistat : Xenical®, Alli®) n’ont pas
d’indication dans la prise en charge de l’obésité chez l’enfant et l’adolescent.
Leur utilisation n’est pas recommandée sauf dans des cas très particuliers et par des
e
équipes spécialisées (3 recours).

Traitements chirurgicaux
AE

La chirurgie n’a pas d’indication dans la prise en charge de l’obésité de l’enfant et de
l’adolescent. Son utilisation n’est pas recommandée.

Dans les obésités extrêmement sévères, en cas de résistance aux traitements, de
complications majeures, l’avis d’une équipe spécialisée peut être demandé sur l’opportunité
d’une indication chirurgicale qui doit rester exceptionnelle et qui ne peut être portée que par
un centre hautement spécialisé en lien avec une équipe pédiatrique (3e recours).
Voir figure 4 : algorithme des approches et moyens thérapeutiques

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
20

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Figure 4. Algorithme des approches et moyens thérapeutiques
HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
21

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

2.5 Modalités du suivi
AE

Il est recommandé un suivi mensuel à trimestriel d’au minimum 2 ans
Il est recommandé de programmer les consultations du suivi, et d’adapter la fréquence en
fonction de chaque situation et de l’évolution.

La régularité et la continuité sont des atouts majeurs car l’enjeu principal est de soutenir la
motivation, garante du maintien à long terme des changements de comportement.
Les consultations de suivi ont pour mission l’accompagnement et le soutien de l’enfant ou de
l’adolescent et de la famille dans le cadre de leur projet de soin.
Objectifs recommandés des consultations de suivi
AE









Analyser et apprécier avec l’enfant et la famille l’évolution de la courbe
d’IMC et du tour de taille
Valoriser l’enfant ou l’adolescent et sa famille dans leurs résultats quels
qu’ils soient
Évaluer l’implication de l’enfant ou de l’adolescent et de son entourage
Évaluer les changements réalisés en relation avec les objectifs
thérapeutiques définis lors de la consultation précédente
Analyser, le cas échéant, les difficultés rencontrées
Redéfinir si besoin, en accord avec l’enfant et sa famille, les nouveaux
objectifs
Réévaluer les modalités de prise en charge et le rythme du suivi et les
redéfinir si besoin

Suivi multidisciplinaire

La prise en charge optimale de l’enfant en surpoids ou obèse peut nécessiter le recours à
l’expertise de plusieurs professionnels.
AE

Une prise en charge multidisciplinaire est recommandée lorsqu’il existe

des comorbidités et/ou des complications ;

un contexte sociologique familial difficile ;

une évolution d’IMC défavorable après le début du suivi ;

une vulnérabilité particulière.
Il est recommandé que le coordinateur de la prise en charge soit le médecin habituel de
l’enfant ou de l’adolescent.

Selon l’âge de l’enfant, le contexte, les difficultés rencontrées dans la prise en charge, le
médecin peut s’aider du concours d’autres professionnels de proximité :

médicaux (pédiatres, pédopsychiatres, médecins du sport, etc.)

paramédicaux (diététiciens, psychologues, enseignants en APA, masseurskinésithérapeutes, etc.) ;

autres (scolaires, travailleurs sociaux, etc.).
Le suivi multidisciplinaire peut également comporter, selon le niveau de recours :
la participation à des séances d’éducation thérapeutique de groupe impliquant aussi les
parents ;

la participation à des ateliers ou des stages d’activité physique adaptée ;

un accompagnement téléphonique par un ou plusieurs professionnels ayant une
formation spécifique ;


HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
22

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

des séjours courts (< 2 mois) dans des établissements de soins type soins de suite et de
réadaptation (SSR) ou des séjours plus prolongés (> 2 mois) dans des situations très
spécifiques.
Cette prise en charge multidisciplinaire devra pouvoir être accessible aux patients en
particulier sur le plan financier et dans le cadre des réseaux ville-hôpital de prévention et de
prise en charge de l’obésité de l’enfant lorsqu’ils existent dans la région.



AE

Il est recommandé que l’ensemble des professionnels impliqués bénéficient d’une formation
spécifique initiale et continue avec au minimum une sensibilisation à l’éducation
thérapeutique et une formation à la prise en charge de l’obésité de l’enfant et de l’adolescent.

2.6 Niveaux de recours et coordination de la prise en charge
multidisciplinaire recommandés
► Les trois niveaux de recours (voir figure 5)
AE

• Le 1 recours
Il correspond à une prise en charge de proximité par le médecin habituel de l’enfant.
Il est recommandé qu’il soit proposé aux enfants et adolescents :
• en surpoids ou présentant une obésité commune non compliquée ;
• pour lesquels le contexte familial est favorable suggérant une capacité à mettre en
œuvre les changements proposés ;
• sans problème psychologique et social majeur identifié.
Le médecin habituel de l’enfant réalise l’évaluation initiale et décide des orientations
nécessaires. Le médecin peut être accompagné dans le suivi par un autre professionnel de
proximité, en fonction des besoins (diététicien, psychologue ou psychiatre, dans le cadre ou
non d’un réseau), auquel cas la coordination des soins est assurée par le médecin.

AE

• Le 2 recours
Il correspond à une prise en charge multidisciplinaire organisée à l’échelle d’un
territoire, faisant appel à des professionnels spécialisés.
Il est recommandé qu’il soit proposé aux enfants et adolescents :
• en cas d’échec de la prise en charge de 1er recours ;
• et/ou en surpoids avec ascension brutale de la courbe d’IMC ;
• et/ou présentant une obésité avec d’éventuelles comorbidités associées ;
• et/ou dont le contexte familial est défavorable ;
• et/ou avec une problématique psychologique et sociale identifiée.
Il peut s’agir également d’une demande de diagnostic dans le cadre d’une obésité
secondaire nécessitant une équipe spécialisée pour déterminer la prise en charge la plus
adaptée.

er

e

Un suivi multidisciplinaire est recommandé (diététicien et/ou psychologue ou psychiatre et/ou
professionnel en activités physiques adaptées, etc.).
• Le médecin habituel de l’enfant assure la coordination des soins, en lien avec les acteurs
de proximité ou l’équipe spécialisée. Cette dernière peut intervenir en apportant son
expertise, en mettant à disposition son plateau technique pour des explorations
éventuelles, pour des séances d’éducation thérapeutique de groupe ou pour des courts
séjours (< 2 mois) en SSR

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
23

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

AE

• Le 3 recours
Il est organisé à une échelle régionale et correspond à une prise en charge
coordonnée par un médecin et un centre spécialisé.
Il est recommandé qu’il soit proposé aux enfants et adolescents :
• en cas d’échec de la prise en charge de 2e recours ;
• et/ou lorsqu’il existe des comorbidités sévères ;
• et/ou en cas de handicap dans la vie quotidienne généré par l’obésité ;
• et/ou lorsque le contexte familial est très défavorable (carence éducative,
maltraitance, composante psychiatrique et/ou sociale majeure).
Il peut s’agir également d’une demande de diagnostic dans le cadre d’une maladie rare
nécessitant une équipe spécialisée (centre de compétence maladie rare et/ou centre de
référence maladie rare) pour déterminer la prise en charge la plus adaptée.
e



Le médecin et l’équipe spécialisés peuvent intervenir en apportant leur expertise, en
mettant à disposition leur plateau technique. Le médecin et le centre spécialisé peuvent
également assurer la coordination des soins en lien avec le médecin habituel, décider et
réaliser des orientations nécessaires (avis spécialisés) et discuter des indications de
séjours prolongés en SSR (> 2 mois), ainsi que, dans les situations exceptionnelles, des
éventuelles indications de chirurgie bariatrique. Un suivi multidisciplinaire est
recommandé.

► Coordination de la prise en charge multidisciplinaire (voir figure 6)
Deux niveaux de coordination peuvent être définis
La coordination au niveau individuel de la prise en charge d’un enfant et de sa famille

Elle est assurée en premier lieu par le médecin habituel de l’enfant en lien avec les autres
professionnels impliqués dans les différents niveaux de prise en charge.
La coordination territoriale des soins

Elle nécessite une équipe de coordination qui permettra :
d’assurer l’organisation de la formation des professionnels en collaborant notamment
avec les autres organismes de formation de professionnels (médecins, diététiciens,
psychologues, enseignants en APA, infirmiers…) ;

de diffuser les référentiels et outils de prise en charge ;

de structurer l’offre de soin afin de pouvoir proposer un parcours de soin adapté à
chaque situation ;

de favoriser la circulation et le partage des informations entre les professionnels,
idéalement dans le cadre de dossiers partagés informatisés ;

de concevoir et coordonner, en lien avec les équipes hospitalières ou libérales, une offre
valorisée et structurée en éducation thérapeutique individuelle et de groupe ;

d’organiser et promouvoir l’offre en activités physiques adaptées auprès des
professionnels impliqués dans la prise en charge ;

d’assurer le lien avec les centres de compétence et de référence obésité, maladies
rares ;

de coordonner la transition du suivi adolescent/ adulte ;

d’évaluer les résultats de ce type de prise en charge ;

de réaliser une veille scientifique et de mettre en place des programmes de recherche
en particulier avec des structures hospitalières et/ou organismes de recherche ;

d’organiser le dépistage et la prévention en partenariat avec les organismes et les
acteurs concernés (PMI, médecins et infirmières de l’Éducation nationale notamment).
Idéalement cette équipe de coordination comprendra un médecin, un diététicien, un
psychologue, un infirmier puériculteur, un éducateur spécialisé ou un éducateur de jeunes
enfants, un assistant social, un enseignant en activité physique adaptée ainsi qu’un


HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
24

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

coordinateur administratif et un secrétaire. Cette équipe pourra aussi assurer les fonctions
d’équipe ressource mobile et réactive en fonction des besoins territoriaux.
Il est recommandé que cette équipe soit pérenne et si possible rattachée à un hôpital
universitaire.
Voir en annexe 1 les propositions du groupe de travail pour améliorer l’organisation de la
prise en charge multidisciplinaire au niveau régional.

Actions ou recherches futures
L’actualisation de cette recommandation de bonne pratique sera envisagée en fonction des
données publiées dans la littérature scientifique ou des modifications de pratique
significatives survenues depuis sa publication.

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
25

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Figure 5. Algorithme des trois niveaux de prise en charge
HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
26

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

CENTRES HOSPITALIERS
CHU Centre spécialisé

3e
RECOURS
RÉGION

CHG Équipe spécialisée

2er
RECOURS
TERRITOIRE

MÉDECIN SPÉCIALISTE
Pédopsychiatre,
endocrinologue…

1er RECOURS
PROXIMITE
MÉDECIN
HABITUEL
de l’enfant
et de la
famille

AUTRES PROFESSIONNELS DE SANTÉ
Diététiciens, psychologues, masseurs-kinésithérapeutes,
infirmiers, enseignants en APA…

SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR)
Séjours longs

Séjours courts

PROFESSIONNELS ET STRUCTURES
Figure 6. Coordination de la prise en charge multidisciplinaire et interprofessionnelle
HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
27

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Annexes

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
28

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Annexe 1. Propositions organisationnelles
Le groupe de travail a fait les propositions suivantes pour améliorer l’organisation de la prise en
charge multidisciplinaire au niveau régional.
Une équipe de coordination régionale pérenne, au mieux dans des structures de type réseaux
et rattachée à un hôpital, est nécessaire pour permettre l’organisation de la prise en charge
multidisciplinaire et notamment la mise en œuvre des cinq leviers suivants.
La formation (initiale et continue) des professionnels impliqués dans la prise en charge.
Celle-ci intégrera les référentiels (HAS/PNNS) ainsi que les supports de l’Inpes1 et la
formation en éducation thérapeutique du patient (cf. loi HPST-arrêté ETP).

La prise en charge financière du coût des rémunérations des professionnels libéraux
impliqués dans une prise en charge multidisciplinaire coordonnée, dans le cadre par
exemple d’une entente préalable.

Rémunération spécifique pour les médecins pour prendre en compte le temps passé
(suivi régulier, consultations longues d’au moins 40 minutes et coordination des soins).

Prise en charge financière des consultations diététiques, et psychologiques libérales
nécessaires (prestations dérogatoire [réseaux] ou système d’entente préalable pour une
prise en charge par l’Assurance maladie dans le cadre de la gestion du risque).
Une attention particulière doit être portée aux familles en situation de précarité qui peuvent
avoir des besoins spécifiques en termes d’accès aux soins, éventuellement sous la forme d’un
accompagnement éducatif à domicile.

Le développement d’une offre vis-à-vis de l’activité physique accessible à tous les patients.

Consultation en vue de la prescription d’activité physique adaptée au problème de l’enfant
par les enseignants ayant une formation STAPS2 mention APA.

Séances ou stages d’activité physique adaptée, individuelle ou de groupe, accessibles sur
l’ensemble du territoire.

Lien nécessaire avec les réseaux ou structures sport/santé.

Prise en charge d’un accompagnement individuel en activité physique par un spécialiste
en activités physiques adaptées (enseignant APA, médecin du sport, masseurkinésithérapeute).

Le développement de l’offre en éducation thérapeutique de groupe.

Des programmes structurés de prise en charge collective des enfants et de leurs parents
doivent pouvoir être proposés dans les situations qui le nécessitent, sur l’ensemble du
territoire. La conception, préparation, coordination et animation des séances doivent être
assurées par une équipe formée en éducation thérapeutique et ayant une connaissance et
une expérience de l’obésité de l’enfant. Le recrutement des patients et des familles peut
être assuré par des professionnels de santé libéraux sensibilisés à l’éducation
thérapeutique. Ceux-ci peuvent également être associés à l’animation des séances dans le
cadre des financements prévus à ce titre.


L’expérimentation d’approches innovantes permettant de pallier la carence démographique de
professionnels dans certains territoires et d’accompagner la motivation des familles
(accompagnement téléphonique par exemple).

1
2

Institut national de prévention et d'éducation pour la santé
Sciences et techniques des activités physiques et sportives

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
29

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Annexe 2. Références françaises et internationales
définissant le surpoids et l’obésité
► Références françaises - 1991
Les courbes de corpulence de référence françaises ont été établies en 1982 par RollandCachera1 à partir de la même population que celle qui a servi à établir les courbes de poids et
de taille selon l’âge. Elles ont été révisées en 19912 et figurent depuis 1995 dans le carnet de
santé des enfants.
Les courbes de corpulence de référence françaises sont établies en centiles, qui permettent de
définir les zones d’insuffisance pondérale (< 3e percentile), de normalité (3e - 97e percentile) et
de surpoids (> 97e percentile) depuis la naissance jusqu’à l’âge de 20 ans. Il faut noter que les
références françaises de 1991 permettent de définir le surpoids (> 97e percentile) mais qu’elles
ne comportent pas de seuil permettant de distinguer, parmi les enfants en surpoids, ceux qui
présentent une obésité.
► Références internationales - 2000
L’International Obesity Task Force (IOTF) a élaboré en 2000 une définition du surpoids et de
l’obésité chez l’enfant, en utilisant des courbes d’IMC établies à partir de données recueillies
dans six pays disposant de larges échantillons représentatifs3. Le concept de ces courbes est
différent de celui utilisé dans les références françaises qui définissent le surpoids et
l’insuffisance pondérale en fixant des seuils basés sur des distributions statistiques. L’IOTF a
considéré qu’en termes de morbi-mortalité, le risque principal pour un enfant en surpoids ou
obèse était de présenter un surpoids ou une obésité à l’âge adulte.
Disponibles de l’âge de 2 ans à 18 ans, les seuils du surpoids et de l’obésité sont constitués par
les courbes de centiles atteignant respectivement les valeurs 25 et 30 kg/m2 à 18 ans (les
valeurs 25 et 30 étant les seuils définissant respectivement le surpoids et l’obésité chez l’adulte,
établis sur la base des relations entre valeurs d’IMC et taux de mortalité). Selon la définition de
l’IOTF, le surpoids inclut toutes les valeurs au-dessus du seuil 25, donc aussi l’obésité.
L’obésité se définit par les valeurs d’IMC supérieures au seuil IOTF-30. La zone située entre les
seuils IOTF-25 et IOTF-30 correspond à la zone de surpoids (obésité exclue). Il est à noter que
la courbe IOTF-25 (seuil du surpoids) est proche de la courbe du 97e percentile des références
françaises.
Tableau 3. Termes et seuils utilisés pour définir le surpoids et l'obésité selon les
références françaises et selon l’International Obesity Task Force (IOTF)
Selon les références françaises

1,2

e

IMC < 3 percentile
e

e

3 ≤ IMC < 97 percentile
e

IMC ≥ 97 percentile

Insuffisance pondérale
Corpulence normale
Surpoids

Selon l’International Obesity Task Force (IOTF)

3

IMC ≥ seuil IOTF-25

Surpoids (obésité incluse)

seuil IOTF-25 < IMC < seuil IOTF-30

Surpoids (obésité exclue)

IMC ≥ seuil IOTF-30

Obésité

1

Rolland-Cachera. Adiposity indices in children. American Journal of Clinical Nutrition; 1982
Rolland-Cachera et al. Body Mass Index variations: centiles from birth to 87 years. European Journal of Clinical
Nutrition 1991
3
Cole TJ, et al. Establishing a standard definition for child overweight and obesity worldwide: international survey.
Bristish Medical Journal 2000.
2

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
30

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Annexe 3. Signes évocateurs d’une obésité
secondaire et examens à visée étiologique
Tableau 4. Signes évocateurs d’une obésité « secondaire » et examens à visée étiologique
Pathologie suspectée

Signe(s) évocateur(s) associé(s)

Examens complémentaires
réalisables en première
intention

Obésité d’origine endocrinienne

Hypercorticisme







Déficit en GH




Hypothyroïdie



Ralentissement de la croissance
staturale
Vergetures pourpres verticales
HTA
Érythrose faciale
Ralentissement de la croissance
staturale
Antécédents néonataux
(hypoglycémie, ictère, micropénis et
cryptorchidie)
Visage enfantin, ensellure nasale
marquée, hypoplasie du massif facial,
front bombé
Céphalées

Ralentissement de la croissance
staturale
Frilosité, constipation, sécheresse de
la peau, chute de cheveux, goitre

1

Avis spécialisé
endocrinopédiatrique

Avis spécialisé
endocrinopédiatrique
IRM du SNC et
hypothalamohypophysaire
NB : en cas de troubles
visuels avec céphalées,
penser à une tumeur du
système nerveux central
(craniopharyngiome )
Avis spécialisé
endocrinopédiatrique
NB : dans les obésités
sévères il est fréquent que la
TSH soit modérément élevée
sans pathologie thyroïdienne
associée

Obésités monogéniques (obésité très sévère et très précoce)
Anomalie du MC4R
Mutation sur le gène de
la leptine
Mutation
du
gène
récepteur de la leptine
Déficit en POMC

1




Obésité et hyperphagie
Augmentation de la masse musculaire




Obésité majeure précoce avec
troubles du comportement alimentaire
Retard statural

Avis spécialisé
endocrinopédiatrique
Étude moléculaire
Avis spécialisé
endocrinopédiatrique
Dosage de la leptine





Obésité majeure
Retard statural
Hypogonadisme

Avis spécialisé
endocrinopédiatrique
Dosage de la leptine

Avis spécialisé : avis d’un spécialiste par téléphone, ou courrier, ou consultation

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
31

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Tableau 4. Signes évocateurs d’une obésité « secondaire » et examens à visée étiologique
Examens complémentaires
Pathologie suspectée
Signe(s) évocateur(s) associé(s)
réalisables en première
intention
Obésités syndromiques


Maladies rares
génétiques










Obésité précoce souvent hypotonie
néonatale
Retard statural
Hypogonadisme
Dysmorphie faciale
Anomalies des membres/extrémités
ou autres malformations
Anomalies sensorielles
Retard de développement
Troubles des apprentissages
Troubles du comportement

Avis spécialisé
endocrinopédiatrique
Diagnostic génétique
Remarque : le syndrome de
Prader-Willi représente la
cause la plus fréquente
Avis auprès du centre de
compétence ou de référence

Obésités iatrogéniques (liste non exhaustive)
Antipsychotiques
atypiques et
neuroleptiques (ex . :
rispéridone,
olanzapine)
Antiépileptiques et
thymorégulateurs (ex. :
dépakine, tégrétol)

Évaluer les facteurs de risque
Mettre en place des mesures
de prévention

Certains
antidépresseurs
Corticothérapie
Chimiothérapie
anticancéreuse ou
antileucémies
Obésités hypothalamiques
Obésité d’apparition précoce associée à
des troubles du système nerveux autonome
Syndrome
(dysrégulations thermiques, fréquence
hypothalamique
cardiaque, troubles respiratoires d’origine
centrale)

Avis spécialisé
endocrinopédiatrique
Diagnostic génétique

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
32

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Annexe 4. Complications et comorbidités du surpoids
et de l’obésité de l’enfant et de l’adolescent
Rappel : chez un enfant en surpoids sans signe clinique évocateur d’une comorbidité ni
antécédent familial de diabète ou de dyslipidémie, il n’y a pas lieu de faire des examens
complémentaires à la recherche de complications.
Tableau 5. Recherche de complications et comorbidités, conduite à tenir et indications
d’examens complémentaires
Pathologies
Conduite à tenir et examens
Signe(s) évocateur(s)
recherchées
complémentaires
Comorbidités et complications psychopathologiques
Symptomatologie dépressive
Tristesse, irritabilité
Agitation, ralentissement
Somatisation
Troubles dépressifs
Asthénie, repli sur soi
Hypersomnie ou insomnie
Autodévalorisation, culpabilité
Idées suicidaires
Phobie sociale, inhibition
Angoisse de séparation
Troubles anxieux
Attaques de panique
Troubles obsessionnels compulsifs
Consultation spécialisée
Stress post-traumatique
Agitation,
opposition,
difficultés
attentionnelles, impulsivité, provocation,
Troubles du
mensonge, vol
comportement
Agressivité verbale ou physique
Difficultés familiales et sociales
Troubles des
Hyperphagie boulimique
conduites alimentaires Syndrome d’alimentation nocturne
Abus de substances psychoactives
(alcool, tabac, cannabis, etc.)
Addictions
Perte de contrôle (jeu pathologique,
achats compulsifs, etc.)
Complications cutanées (inspection systématique de la peau)
Vergetures (ventres,
cuisses, bras)

Hypertrichose chez la
jeune fille
Mycoses
Acanthosis nigricans

1

Vergetures rosées

Conseils : expliquer le mécanisme
d’apparition de la vergeture

Vergetures larges et violacées et/ou
verticales pathologiques

Consultation spécialisée
endocrinologie

Pilosité excessive des zones sous la
dépendance des androgènes : cuisses,
thorax, seins, visage (favoris, lèvre
supérieure)
Inflammation des plis
Pigmentation anormale (aspect
« sale ») des plis : aisselles, cou...

1

Avis spécialisé
endocrinopédiatrique
Dosage des androgènes
Traitement local
Consultation spécialisée
endocrinopédiatrique
Recherche d’insulinorésistance

Avis spécialisé : avis d’un spécialiste par téléphone ou courrier ou consultation

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
33

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Tableau 5. Recherche de complications et comorbidités, conduite à tenir et indications
d’examens complémentaires
Pathologies
Conduite à tenir et examens
Signe(s) évocateur(s)
recherchées
complémentaires
Complications et comorbidités orthopédiques : à rechercher toujours à l’examen et ne pas
minimiser, impact important lors de l’activité physique
Urgence
Période pubertaire
Douleurs de hanche et du genou
Avis spécialisé orthopédique
Épiphysiolyse de la
Boiterie à l’examen
Radiographies : bassin de face et
tête fémorale
Hanche en rotation externe avec
hanche de profil et en abduction
limitation de la rotation interne
IRM si doute
Gêne
Pieds plats
Répercussions orthopédiques
Avis spécialisé
Douleurs
Hyperécartement des chevilles non
corrigé en serrant fort les cuisses en
charge

Consultation spécialisée

Syndrome fémoropatellaire

Gonalgies

Radiographies et avis spécialisé

Ante torsion fémorale

Gêne à la marche

Avis spécialisé

Rachialgies

Douleurs du rachis fréquentes

Avis spécialisé

Troubles de la statique
vertébrale (scoliose,
cyphose, etc.)

Anomalie à l’examen du rachis

Radiographies et avis spécialisé

Genu valgum

Épiphysite de
croissance :
Gonalgies
maladie de OsgoodSchlatter,
Talalgies
maladie de Sever,
Dorsalgie avec ou sans cyphose
maladie de
Scheuermann
Complications cardio-respiratoires

Bilan radiologique avec ou sans
avis spécialisé

Hypertension artérielle

Pression artérielle élevée

Prise de la pression artérielle avec
un brassard adapté
Holter tensionnel si les valeurs de
pression artérielle sont élevées

Asthme (souvent
associé et pouvant
être aggravé par
l’obésité)

Essoufflement, toux, sibilants, crises de
dyspnée, asthme d’effort (toux à l’effort)

Avis spécialisé si non contrôlé

Déconditionnement à
l’effort

Mauvaise tolérance à l’effort
(essoufflement, sensation de
palpitations, malaises)

Troubles respiratoires
du sommeil dont
apnées du sommeil

Ronflements
Réveils nocturnes
Somnolence diurne
Baisse des résultats scolaires

Consultation spécialisée et épreuve
fonctionnelle respiratoire et/ou test
d’aptitude à l’effort
Consultation ORL
Consultation spécialisée du
sommeil
Enregistrement
polysomnographique

Complications endocriniennes
Puberté avancée liée à
l’obésité

Âge osseux
Avis spécialisé si avance d’âge
osseux

Plutôt chez la fille

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
34

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Tableau 5. Recherche de complications et comorbidités, conduite à tenir et indications
d’examens complémentaires
Pathologies
Signe(s) évocateur(s)
recherchées
Complications endocriniennes (suite)
Syndrome des ovaires
Spanioménorrhée +/- hypertrichose +/polykystiques associé
acné
à un contexte
métabolique
Retard pubertaire

Plutôt chez le garçon

Verge enfouie

Taille apparente réduite
Verge de taille normale à l’examen

Gynécomastie

Développement de la glande mammaire
chez le garçon

Conduite à tenir et examens
complémentaires

Recherche d’insulinorésistance
Avis spécialisé
Avis spécialisé
Âge osseux
Expliquer et dédramatiser
NB : en cas de micropénis vrai
(suspicion d’hypogonadisme) : avis
spécialisé
Différencier de l’adipomastie
Avis spécialisé
Conseils : expliquer le mécanisme
et l’amélioration possible
Aborder la possibilité de traitement
chirurgical chez le garçon en fin de
croissance

Complications métaboliques
Dyslipidémie

Pas de signe spécifique

Stéatose hépatique

Pas de signe spécifique ou hépatalgie

Si obésité : dosage systématique
cholestérol total, HDL-C, LDL-C et
triglycérides
Si obésité : transaminases (ASAT,
ALAT)

Pas de signe spécifique hormis
Si obésité : glycémie à jeun et
l’acanthosis nigricans
insulinémie
Si antécédent familial de diabète et un
Glycémie à jeun
des facteurs de risque
Insulinémie à jeun
suivants (recommandation de
Insulinorésistance
Hémoglobine glycosylée A1c
1
Intolérance au glucose l’American Diabetes Association pour
Hyperglycémie provoquée orale
enfants > 10 ans) :
Diabète de type 2
- obésité
Avis spécialisé en endocrino- rapport tour de taille / taille > 0,5
diabétologie
- acanthosis nigricans
- syndrome des ovaires polykystiques
- populations prédisposées
L’excès de poids entraîne également des conséquences morphologiques et esthétiques (vergetures,
gynécomastie, hypersudation, verge enfouie, etc.) qui peuvent être source de souffrance physique et
psychique pour l’enfant et l’adolescent. Or, ces conséquences peuvent sembler mineures pour les
soignants ou la famille et être négligées par ces derniers.
Il est recommandé d’identifier les conséquences morphologiques et esthétiques de l’excès de
poids et de les évoquer avec l’enfant ou l’adolescent.
Le professionnel de santé pourra expliquer le mécanisme de ces complications et donner les conseils
suivants à l’enfant ou l’adolescent :

Frottement des cuisses entre elles à la marche : porter des vêtements en coton (éviter le
synthétique), mettre du talc avant l’effort, laver après l’effort, appliquer des crèmes si besoin.

Macération des plis (aisselles, bourrelets, cou, ventre) : lavage régulier et bien sécher. Faire
surveiller pour éviter une mycose des plis.
Verge enfouie (NB : le diagnostic nécessite d’avoir examiné les organes génitaux externes et d’avoir
mesuré, désenfouie, la verge) : aborder le sujet avec le patient si la verge est enfouie car ce sujet est
souvent tabou mais inquiétant pour l’enfant ou l’adolescent.
1

American Diabetes Association. Type 2 diabetes in children and adolescent. Diabetes Care 2000;23(3):381-9

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
35

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Annexe 5. Prescription de l’activité physique
1er recours1

2e recours2

3e recours3

Surpoids

Obésité

Sans point d’appel clinique
Capacité physique normale

Point d’appel clinique
Désadapté à l’effort

Activité physique de la vie quotidienne

Lutter contre les comportements sédentaires
Limiter les temps d’écran récréatif (TV, ordinateur, jeux vidéo, téléphone …), réduire les temps d’inactivité physique …

Favoriser l’activité physique quotidienne et augmenter les déplacements actifs
Aller à l’école à pied ou à vélo, privilégier les escaliers, promener le chien …

Augmenter l’activité physique de loisir
Promenades en famille, jeux extérieurs avec des amis …

Activité sportive périscolaire
Maison de quartier, centre aéré ou de loisirs, colonies de vacances (ACM) …

EPS scolaire et associations sportives scolaires (USEP, UNSS)
Certificat d’(in)aptitude physique
partielle

Associations et clubs sportifs

-

Clubs multisports « loisirs – santé »

Atelier d’activité physique adaptée
Association – Réseau de santé

Éducation thérapeutique
CH – Réseau de santé - SSR

Kinésithérapie,
psychomotricité
Cabinet libéral

Séjour thérapeutique
Centre de soins de suite et de réadaptation
Séjour court (< 2 mois)
Séjour prolongé

Activité physique de réadaptation
1
1

er

1er recours : prise en charge de proximité coordonnée par le médecin habituel de l’enfant ou adolescent.
1 recours : prise en charge de proximité coordonnée par le médecin habituel de l’enfant ou adolescent.
Surpoids ou obésité (sans complication, contexte familial favorable et pas de problème psychologique et social
Surpoids ou obésité (sans complication, contexte familial favorable et pas de problème psychologique et social
majeur).
majeur).
2 e
2 2ème
recours : prise en charge pluridisciplinaire à l’échelle du territoire coordonnée par le médecin habituel
2
recours : prise en charge pluridisciplinaire à l’échelle du territoire coordonnée
par le médecin habituel
er
+/- équipe spécialisée. Surpoids ou obésité (avec échec de la prise en charge de 1er recours, ascension rapide de
+/- équipe spécialisée. Surpoids ou obésité (avec échec de la prise en charge de 1 recours, ascension rapide de
la courbe d’IMC, comorbidités associées, contexte familial défavorable et problématique psychologique et sociale).
la
d’IMC, comorbidités associées, contexte familial défavorable et problématique psychologique et sociale).
3 courbe
e
3 3ème
recours : prise en charge coordonnée par un médecin ou une équipe spécialisée (CHU). Obésité (avec
3
recours : prise en charge coordonnée
par un médecin ou une équipe spécialisée (CHU). Obésité (avec
e
échec de la prise en charge de ème
2 recours, comorbidités sévères, handicap dans la vie quotidienne généré par
échec de la prise en charge de 2
recours, comorbidités sévères, handicap dans la vie quotidienne générée par
l’obésité, contexte familial très défavorable, problématique psychologique et sociale majeure)
l’obésité, contexte familial très défavorable, problématique psychologique et sociale majeure.

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
36

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Annexe 6. Professionnels pouvant intervenir dans la
prise en charge multidisciplinaire
En fonction de la sévérité de la situation, l'appui des professionnels de santé et des paramédicaux
présentés ci-dessous peut être nécessaire. Il est toutefois recommandé que ces professionnels soient
spécialisés ou formés aux troubles des conduites alimentaires ou à l’obésité de l’enfant et de
l’adolescent.
Assistant social
L’assistant social sera utile pour les familles présentant des difficultés sociales ou économiques.
Diététicien
Le diététicien peut intervenir dans la prise en charge multidisciplinaire des enfants et adolescents en
surpoids ou obèses, sous prescription médicale et en complément de la prise en charge médicale. Il peut
s’agir d’un diététicien libéral ou institutionnel (le plus souvent hospitalier). Idéalement ce suivi sera réalisé
en alternance avec le suivi médical. En 2011 les consultations diététiques libérales ne sont pas prises en
charge par l’Assurance maladie et sont à la charge des familles sauf dans le cas des réseaux et d’autres
actions spécifiques.
Enseignants
Les enseignants peuvent éventuellement orienter un élève vers la santé scolaire s’ils sont préoccupés
par une situation d’obésité.
Infirmier et puériculteur
Dans les structures de PMI et de santé scolaire, ils assurent le repérage des enfants en surpoids et
peuvent accompagner leur prise en charge. En pratique libérale, ils peuvent participer au suivi
multidisciplinaire en aidant à la mise en place pratique des mesures diététiques, d’activité physique et de
modification du comportement définies avec le médecin référent et la famille par un accompagnement
éducatif de proximité. Enfin, ils peuvent être intégrés aux équipes spécialisées référentes, notamment
pour la mise en place des programmes structurés d’éducation thérapeutique.
Infirmiers et médecins de l’Éducation nationale
De par leurs missions ils sont particulièrement impliqués dans le repérage et le dépistage du surpoids et
de l’obésité dans le cadre des bilans médicaux ou infirmiers qui donnent lieu à la mesure du poids et de
la taille ainsi qu’au calcul et au tracé de la courbe de l’IMC. Dans certains cas, si la famille est
demandeuse, un projet d'accueil individualisé peut être établi, avec des objectifs limités, concrets et
accessibles et un accompagnement régulier. L’infirmière et le médecin de l’Éducation nationale sont
également observateurs des conditions de vie de l’enfant à l’école et conseillers techniques des
enseignants, personnels de restauration scolaire, gestionnaire. Ils sont aussi impliqués dans des actions
d’éducation à la santé et de prévention.
Masseur-kinésithérapeute
Le masseur-kinésithérapeute peut intervenir dans le cadre de la prise en charge multidisciplinaire sur
prescription médicale. La prescription de kinésithérapie donne lieu à une prise en charge par l’Assurance
maladie. La prescription de kinésithérapie est plus spécifiquement indiquée pour les enfants et
adolescents ayant une contre-indication transitoire au sport ou à l’effort, une pathologie associée, un
trouble orthopédique ou lorsqu’il existe une désadaptation à l’effort (obésités majeures, dyspnée d’effort,
etc.).
Médecins
Selon le niveau de recours, l’avis d’un médecin spécialiste peut être nécessaire : pédiatre,
endocrinologue, psychiatre, médecin de médecine physique et de réadaptation, nutritionniste, médecin
du sport, etc. Ils sont sollicités selon les cas pour leurs compétences particulières dans les situations
complexes.

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
37

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Pharmacien
Le pharmacien d’officine, notamment en tant qu’acteur d’un réseau type RéPPOP, peut aider à la prise
en charge de proximité et à l’éducation du patient et de sa famille.
Professionnels de l’activité physique
Enseignants en activités physiques adaptées (APA)
L’enseignant en APA et santé est un professionnel de formation universitaire qui propose un
encadrement dans le domaine de la Santé par l’utilisation d’activités physiques et sportives (APS) qu’il
adapte aux besoins spécifiques des personnes. Il a notamment pour vocation de participer à la
conception, la conduite et l’évaluation de programmes de réadaptation et d’intégration par l’activité
physique adaptée. Dans le domaine de l’obésité pédiatrique, les enseignants en APA peuvent être
sollicités par le médecin pour un accompagnement, des conseils, une orientation ou même un suivi en
matière d’activité physique dans un objectif de santé.

Enseignant en éducation physique et sportive (EPS)
L’enseignant en EPS, de formation universitaire (dont une partie est commune avec les enseignants en
APA), a la responsabilité de la mise en place de séances d’EPS obligatoires pour tous les élèves des
collèges et lycées.

Relation entre le médecin et le professeur d’EPS
Afin de faciliter l’accessibilité en toute sécurité de la pratique de l’EPS pour tous, il est
indispensable que le médecin rédige dès que nécessaire un certificat d’inaptitude partielle qui
précisera les difficultés présentées.

Associations sportives scolaires
En complément des enseignements de sport obligatoires, les associations sportives scolaires offrent aux
élèves la possibilité de pratiquer les activités physiques de leur choix. Ces associations sont
généralement placées sous l’égide de l’Union sportive de l’enseignement du premier degré (USEP) en
primaire et de l’Union nationale du sport scolaire (UNSS) au collège et lycée. Ces associations proposent
des licences à tarif privilégié.

Éducateurs sportifs
De formation fédérale, l’éducateur sportif intervient généralement dans les clubs et associations
sportives. Il est le spécialiste de la discipline sportive dans laquelle il exerce son métier. Cependant, sa
formation inclut très peu de notions sur la santé. De ce fait, il sera nécessaire, afin d’orienter un enfant
vers une pratique sportive en toute sécurité, d’informer l’éducateur sportif des difficultés possibles.


Psychologue
Le psychologue peut intervenir dans la prise en charge multidisciplinaire des enfants et adolescents en
surpoids ou obèses, en complément de la prise en charge médicale. Son activité n’est pas remboursée
par la sécurité sociale lorsqu'il exerce en libéral. Son exercice est pris en charge par la sécurité sociale
lorsqu'il s'inscrit au sein d'un dispositif hospitalier : hôpitaux généraux ou psychiatriques, centres de
consultations publics type centre médico-psychologique (CMP), centre médico-msycho-médagogique
(CMPP), centre de santé mentale infantile (CSMI) ainsi que dans le cas des réseaux de type RéPPOP.
Psychomotricien
Une prise en charge par un psychomotricien peut être utile aux enfants qui présentent un retard de
développement moteur. La psychomotricité permet un réinvestissement du corps, une amélioration de
l’estime de soi, un enrichissement du schéma corporel et une prise de conscience du corps. La
prescription est faite par le médecin référent. La prise en charge peut avoir lieu en libéral, en CMP, dans
les réseaux et dans les établissements de type SSR.
Socio-esthéticien
La socio-esthétique permet de réaliser des soins esthétiques et corporels dans le but de revaloriser et
restaurer l’estime de soi et d’aider l’enfant et l’adolescent dans sa construction identitaire. Cette approche
thérapeutique se développe dans les établissements hospitaliers et de type SSR.

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
38

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Participants
Les déclarations d’intérêts des experts ayant participé à l’une ou plusieurs réunions de travail sont consultables sur le
site de la HAS (www.has-sante.fr).

Organismes professionnels et associations de patients et d’usagers
Les organismes professionnels et associations de patients et d’usagers suivants ont été sollicités pour l’élaboration
de cette recommandation de bonne pratique :
Agence française de sécurité sanitaire des produits
de santé (Afssaps)
Allegro Fortissimo

Fédération française des psychologues et de la
psychologie (FFPP)
Fédération nationale des associations médicales de
nutrition (FNAMN)
Institut national de prévention et d’éducation pour la
santé (Inpes)
Pulpe Club

Association française d’étude et de recherche sur
l’obésité (Afero)
Association française de pédiatrie ambulatoire
(Afpa)
Association française de promotion de la santé
scolaire et universitaire (AFPSSU)

Société de formation thérapeutique du généraliste
(SFTG)

Association française de thérapie comportementale
et cognitive (AFTCC)
Association française des diététiciens nutritionnistes
(AFDN)
Association pour la prise en charge et la prévention
de l’obésité en pédiatrie (APOP)

Société française d’endocrinologie et diabétologie
pédiatrique (SFEDP)
Société française de documentation et de recherche
en médecine générale (SFDRMG)
Société française de kinésithérapie (SFK)
Société française de médecine du sport (SFMS)

Centre de recherche et de médecine de l’obésité
(CRMO)
Club européen des diététiciens de l’enfance (Cede)

Société française de médecine générale (SFMG)
Société française de médecine physique et de
réadaptation (Sofmer)
Société française de nutrition (SFN)

Collectif national des associations d’obèses (CNAO)
Collège national pour la qualité des soins en
psychiatrie (CNQSP)
Collège national des généralistes enseignants
(CNGE)

Société française de pédiatrie (SFP)
Société française de psychologie (SFP)
Société française des professionnels en activités
physiques adaptées (SFP-APA)
Société francophone de nutrition clinique et
métabolisme (SFNEP)
Union nationale des associations familiales (Unaf)

Coordination nationale des RéPPOP (CN-RéPPOP)
Fédération française de psychiatrie (FFP)

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
39

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Groupe de travail
Dr Thibault Hélène, pédiatre, Bordeaux - présidente du groupe de travail
M. Pitard Alexandre, directeur de la Fédération des réseaux de santé de Franche-Comté, Besançon – chargé de
projet
Mme Lavie Estelle, méthodologiste, Saint Denis - chef de projet HAS
Mme Atchoarena Sylviane, infirmière en chef
conseillère technique, Ciboure/Blanquefort

Dr Isnard Pascale, pédopsychiatre, Paris
Dr Kurtz François, pédiatre, Saint-Avold

Mme Bergère Jocelyne, psychologue, Draveil
Dr Caron François-Marie, pédiatre, Amiens

Dr Nègre Véronique, pédiatre, Besançon
M. Quinart Sylvain, enseignant en activités
physiques adaptées, Besançon
Mme Régnier Faustine, sociologue, Ivry-sur-Seine

Mme Citrini Marie, secrétaire générale CNAO,
repésentante des usagers, Paris
M. Communal David, formateur-enseignant en
activités physiques adaptées, Saint-Médard-enJalles
Mme Desjardins Hélène, diététicienne, Toulouse

Dr Santana Pascale, médecin généraliste, Paris
Pr Tauber Maïthé, pédiatre, Toulouse
Dr Treppoz Sophie, pédiatre, Lyon
Dr Moquet Marie-José, chef du département qualité
et labellisation, Inpes, Saint-Denis
Dr le Masne Arielle, chargée d'expertise
scientifique, Inpes, Saint-Denis

Dr Dhenain Muriel, chef de projet HAS
Dr Frelut Marie-Laure, pédiatre, Moulares
Dr Grandazzi Marie-Hélène, pédiatre, Bullion
Dr Guigné Christophe, médecin de santé publique,
médecin de l’Éducation nationale, Annecy

(#) Expert ne souhaitant pas endosser cette recommandation de bonne pratique.

Groupe de lecture
Mme Abgrall Sophie, enseignante en activités
physiques adaptées, Angers
Pr Basdevant Arnaud, nutritionniste, Paris
Dr Blanchet Corinne, endocrinologue, Paris

Dr De Billy Benoît, orthopédiste, Besançon

Dr Borgne Jean-Yves, médecin généraliste,
Ribemont-sur-Ancre

M. De Saint-Pol Thibaut, sociologue, Insee, Paris
Mme Delmotte Virginie, masseur-kinésithérapeute,
Berck-sur-Mer
Mme Dijuste Catherine, psychologue, BoulogneBillancourt

Dr Bouglé Dominique, pédiatre, Bayeux
Dr Briend André, nutritionniste, Montregon

Mme Dion Isabelle, infirmière, Château-Gantier
Dr Dubern Béatrice, pédiatre nutritionniste, Paris

M. Brun Nicolas, chargé de mission, Paris
Mme Bulliard Janine, diététicienne, Besançon

Pr Dupont Christophe, gastro-entérologue
pédiatrique, Paris
Dr Escoffier-Pietri Isabelle, médecin généraliste,
Amiens
Mme Ferreira de Carvalho Alice, infirmière scolaire
chargée du dossier éducation pour la santé,
Périgueux
Dr Feur Elisabeth, médecin de santé publique,
Athis-Mons
Mme Fèvre Corinne, infirmière de l’Éducation
nationale, Champagne-sur-Seine
Dr Gastaud Frédérique, pédiatre, Nice

M. Castel Patrick, sociologue, Paris
Mme Castetbon Katia, épidémiologiste, SaintMaurice
Mme Cavelier Régine, diététicienne coordinatrice
RéPPOP 69, Lyon
Pr Chantepie Alain, pédiatre cardiologue, Tours
Mme Chantereau Hélène, diététicienne, Paris
Dr Colette-Cluzeaud Martine, médecin du sport,
médecin de l’Éducation nationale, Le PlessisRobinson
Dr Courouble Catherine, médecin généraliste,
Amiens
Dr Dabbas-Tyan Myriam, pédiatre, Paris
Dr De Baillens Gyslène, médecin de l’Éducation
nationale, Parthenay

Dr Grohens Marc, psychiatre, Villejuif
Mme Guinot Brigitte, psychologue, Limoges
Pr Hankard Régis, pédiatre, Poitiers
Pr Jacquet Jean-Pierre, médecin généraliste, SaintJean-d’Arvey

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
40

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

M. Lauga Grégory, enseignant en activités
physiques adaptées, Bordeaux
Dr Liagre-Duteil Véronique, nutritionniste, Rochefort
Dr Marek Marie-Christine, médecin du travail,
Hénin-Beaumont
Mme Martinaud Laurence, diététicienne, Mérignac

Mme Rolland-Cachera Marie-Françoise,
épidémiologiste, Bobigny
Mme Sandalinas Fanny, ingénieur d’études,
Montceaux
Dr Sansonetti-Perrin Claudine, pédiatre, La Tronche
Dr Sépulcre Joël, pédiatre, Sanary-sur-Mer

Dr Mercier Charles-Symphorien, médecin
généraliste nutritionniste, Toulon
Dr Nicolet-Guenat Marie, médecin généraliste
nutritionniste, Salins-les-Bains
Mme Onorato Orianne, psychologue, Bordeaux

Dr Taillardat Michel, pédiatre, Romagnat
Pr Thevenon André, médecin de médecine
physique et de réadaptation, Lille
M. Thöni Gilles, physiologiste de l’activité physique
et de la santé, Montbazin

Mme Peirano Corinne, diététicienne, Paris
Dr Perès Gilbert, médecin du sport, Paris

Pr Tounian Patrick, pédiatre nutritionniste, Paris
Pr Turck Dominique, pédiatre, Lille

Dr Petiot-Bechet Sylvie, médecin de médecine
physique et de réadaptation, Le Grau-du-Roi
Mme Pourrat Muriel, pharmacienne, Bondy

M. Vellard Martin, masseur-kinésithérapeute,
Montrichard
Dr Vidailhet Michel, pédiatre, Saint-Max

Dr Robert Jean, médecin généraliste, Monnaie
Mme Robichon Françoise, infirmière, Annecy

Dr Wagner-Malher Kathy, pédiatre, Nice
Mme Watson Jocelyne, repésentante des usagers,
Cayenne
Dr Zerr Philippe, médecin généraliste, LevalloisPerret

Dr Rochereau Brigitte, médecin généraliste,
nutritionniste, Antony
Dr Roggero Jan-Louis, médecin généraliste,
Capvern-les-Bains
Mme Roy Élodie, psychologue, Fleury-Mérogis

Autres personnes consultées dans le cadre de ce projet
Dr Bertrand Anne-Marie, pédiatre endocrinologue
diabétologue, Besançon
Mme Bourron-Normand Catherine, diététicienne,
Paris

Dr Jouret Béatrice, pédiatre endocrinologue,
Toulouse
Mme Veyries Marie-Laure, Afssaps, Saint-Denis
Dr Vincent Isabelle, Inpes, Saint-Denis

Mme Dreyfus Marlène, psychologue, Paris
Dr Ginioux Chantal, médecin de l’Éducation
nationale, Bobigny
Pr Girardet Jean-Philippe, pédiatre, Paris

Mme Joly Anne-Sophie, association d’usagers,
Paris

Ont accepté de participer mais non représentés au comité d’organisation :
Dr Cornet Philippe, Regroupement des sociétés scientifiques de médecine générale

Remerciements
La HAS tient à remercier l’ensemble des membres cités ci-dessus pour leur collaboration ainsi que les
personnes suivantes :
M. Biosse-Duplan Alexandre, chef de projet MRAPU, HAS, Saint-Denis La Plaine
Mme Georg Gersende, chef de projet SBPP-SCES, HAS, Saint-Denis La Plaine
M. Paindavoine Cédric, chef de projet SBPP, HAS, Saint-Denis La Plaine
Mme Pauchet-Traversat Anne-Françoise, chef de projet SMACDAM, HAS, Saint-Denis La Plaine
Mme Thébaut Clémence, chef de projet SEESP, HAS, Saint-Denis La Plaine

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
41

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

Fiche descriptive
TITRE

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent

Méthode de travail
Date de mise en
ligne

Recommandations pour la pratique clinique (RPC)
Octobre 2011

Objectif(s)

Améliorer la prise en charge médicale des enfants et adolescents ayant un surpoids
ou une obésité.

Patients ou usagers
concernés

Personnes de la naissance à 18 ans présentant un surpoids ou une obésité, ainsi que
leur famille et/ou tuteurs légaux.

Professionnels
concernés

Demandeur
Promoteur
Financement
Pilotage du projet
Recherche
documentaire
Auteurs
de l’argumentaire
Participants

Conflits d’intérêts

Validation
Actualisation
Autres formats
Documents
d’accompagnement

Médecin habituel de l’enfant et tout professionnel de santé impliqué dans le repérage,
le diagnostic et la prise en charge du surpoids et de l’obésité de l’enfant :

Médecins généralistes

Pédiatres

Médecins scolaires

Médecins de PMI

Infirmiers, etc.
Direction générale de la santé
Haute Autorité de Santé (HAS), service des bonnes pratiques professionnelles
Fonds publics
Coordination : Mme Estelle Lavie, méthodologiste, chef de projet, service des bonnes
pratiques professionnelles de la HAS (chef de service : Dr Michel Laurence)
Secrétariat : Mme Laetitia Cavalière
De janvier 2005 à mai 2011 (stratégie de recherche documentaire décrite en annexe
2 de l’argumentaire scientifique)
Réalisée par Mme Emmanuelle Blondet, avec l’aide de Mme Sylvie Lascols (chef du
service Documentation – Information des publics : Mme Frédérique Pagès)
M. Pitard Alexandre, directeur de la Fédération des réseaux de santé de FrancheComté, Besançon – chargé de projet, avec la contribution des membres du groupe de
travail
Organismes professionnels et associations de patients et d’usagers, groupe de travail
(président : Dr Thibault Hélène, pédiatre, Bordeaux), groupe de lecture et autres
personnes consultées : cf. liste des participants
Les membres du groupe de travail ont communiqué leurs déclarations publiques
d’intérêts à la HAS, consultables sur www.has-sante.fr. Elles ont été analysées selon
la grille d’analyse du Guide des déclarations d’intérêts et de gestion des conflits
d’intérêts. Les intérêts déclarés par les membres du groupe de travail ont été
considérés comme étant compatibles avec leur participation à ce travail.
Avis du Comité de Validation des recommandations de bonne pratique en juillet 2011
Validation par le Collège de la HAS en septembre 2011
L’actualisation de la recommandation sera envisagée en fonction des données
publiées dans la littérature scientifique ou des modifications de pratique significatives
survenues depuis sa publication.
Recommandations et synthèse de la recommandation de bonne pratique,
téléchargeables sur www.has-sante.fr
Argumentaire scientifique
RPC « Surpoids et obésité de l’adulte : prise en charge médicale de premier
recours » (HAS 2011), téléchargeables sur www.has-sante.fr

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
42

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
43

Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent – Actualisation des recommandations 2003

HAS / Service des bonnes pratiques professionnelles / Septembre 2011
44




Télécharger le fichier (PDF)

obesite_enfant_et_adolescent_-_recommandations.pdf (PDF, 1.4 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


obesite enfant et adolescent has
obesite enfant et adolescent argumentaire
obesite enfant et adolescent recommandations
obesite enfant et adolescent annexe 6
obesite enfant et adolescent evaluation
obesite enfant et adolescent annexe 5