rapatriement 82 .pdf



Nom original: rapatriement 82.pdfTitre: rapatriement 82

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Keynote / Mac OS X 10.10.3 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/04/2015 à 02:56, depuis l'adresse IP 70.51.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 296 fois.
Taille du document: 389 Ko (7 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Rapatriement de la
constitution
Échec et manigances

Le débat constitutionnel


En 1980, Lévesque (premier ministre
du Québec) organise un référendum et
le non l’emporte avec 60% des voix.
Pendant la campagne référendaire
Trudeau avait promis aux Québécois
que s’ils votaient non, il allait changer
la constitution de façon, mais il n’a que
2 provinces qui sont d’accord.
La nuit des longs couteaux

La Loi constitutionnelle du 1982 entraîne le
rapatriement de la Constitution canadienne, une
formule d’amendement à la Constitution et la
rédaction de la Charte canadienne des droits et
libertés. Les détails de l’entente sont rédigés en
l’absence de René Lévesque, premier ministre du
Québec. Par conséquent, toutes les provinces du
Canada sauf le Québec accepteront de signer le
document.
Trudeau réussit le rapatriement en s’appuyant sur
les lois car les autres provinces n’acceptent pas
de rapatriement sans une entente majoritaire.

En 1987, Brian Mulroney (premier ministre du Canada) veut
que le Québec signe la constitution canadienne et pour ce
faire, il convoque tous les premiers ministres des provinces
pour en arriver à une entente constitutionnelle: c’est
l’entente du lac Meech. On se donne deux ans pour que
chaque province se fasse une idée et l’opinion publique
anglaise va trouver qu’on donne trop au Québec alors
l’entente tombera.
Elle tombe car Terre-Neuve pense que cette entente brisera
le Canada, de plus le député Elijah Harper du Manitoba
refuse de signer car les
autochtones n’ont pas été
consulté.

En 1990, Brian Mulroney essaie de refaire une
autre entente. Il convoque les premiers ministres
à Charlottetown et Robert Bourassa accepte de
revoir à la baisse les demandes du Québec.
Mulroney décide cette fois-ci de faire approuver
l’entente via un référendum dans tout le Canada.
Une majorité d’anglophones trouveront qu’on
donne trop au Québec et une majorité de
francophones du Québec trouveront que ce n’est
pas assez. Le non l’emporte tant au Québec que
dans le reste du Canada.

En 1994, le parti Québécois revient au pouvoir
avec, à sa tête, Jacques Parizeau. Après l’échec
du lac Meech et de Charlottetown, il considère
que d’autres négociations seraient inutiles et
promet un référendum sur la souveraineté du
Québec dans les plus brefs délais. Un
référendum a lieu en 1995 et le non l’emporte.
Aucune décision n’est encore prise et le problème
de la non-signature de la constitution canadienne
par le Québec n’est toujours pas réglé.

Chronologie
1980 : échec du référendum sur la souveraineté-association
1982 : rapatriement de la constitution canadienne (loi constitutionnelle de 1982) sans
l’accord du Québec ; on y insère la charte canadienne des droits et libertés.
1987 : Accord du Lac Meech qui reconnaissait les 5 conditions du Québec pour adhérer à
la constitution canadienne
1990 : Rejet de l’Accord du Lac Meech.
1992 : Rejet de l’Accord de Charlottetown (par référendum à 55%) sur l’intégration du
Québec à la constitution.
1993 : Le Bloc québécois devient l’opposition officielle à Ottawa.
1994 : Le Parti québécois prend le pouvoir au Québec.
1995 : 2ème référendum sur la souveraineté du Québec et 2e échec


Aperçu du document rapatriement 82.pdf - page 1/7
 
rapatriement 82.pdf - page 3/7
rapatriement 82.pdf - page 4/7
rapatriement 82.pdf - page 5/7
rapatriement 82.pdf - page 6/7
 




Télécharger le fichier (PDF)


rapatriement 82.pdf (PDF, 389 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


rapatriement 82
1980 1995 2
45290ac
austerite revue presse 01 07 12 2014
027200ar
revue presse austerite 24au30 novembre2014

Sur le même sujet..