Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



PCD 022 .pdf



Nom original: PCD_022.pdf
Titre: Lilin(Kenskoff)

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Adobe InDesign 2.0 / Adobe PDF Library 5.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 03/05/2015 à 22:26, depuis l'adresse IP 197.205.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 446 fois.
Taille du document: 4.4 Mo (41 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff
près de Port-au-Prince à Haïti

Charles LILIN
(Association
Paysages et Médiations,
Montpellier, France)
Photographies : © Charles LILIN

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

La ville de Kenskoff est située à proximité de

Les régions d’altitude situées à proximité de

Port-au-Prince. La mise en culture de versants

Port-au-Prince sont intéressantes pour une

en forte pente a conduit à une érosion intense

analyse de ce remodelage en relation avec les

sous deux formes : le décapage des versants

pratiques agricoles. En effet, ces processus y

par l’érosion mécanique sèche et l’érosion

sont particulièrement intenses, des talus sub-

hydrique, en particulier par ravinement.

verticaux de 1 à 2 m de hauteur étant souvent

Le remodelage des versants à forte pente sous

observés le long des limites de parcelles. Par

l’effet de la mise en culture a été un processus

ailleurs, on peut observer dans ces régions

longtemps sous-estimé. L’importance relative

l’émergence de pratiques paysannes visant à

de cette forme d’érosion avait déjà été mise

gérer ce remodelage par aménagement des

en évidence en France, dans les côteaux du

talus, non pas pour retenir la terre, mais afin

Lauragais, alors même que les pentes des

de réduire les pertes d’engrais par ruisselle-

versants concernés sont bien moins fortes

ment dans les cultures maraîchères.

que celles rencontrées en Haïti.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti
Les berges du ravin principal
Les photographies suivantes montrent les berges, hautes de quelques centaines
de mètres et entaillées de ravines dont certaines sont très actives. A l’amont
de ces berges, la zone cultivée, en pente forte, comporte à la fois des ravines
anciennes, bien marquées, et de quelques rigoles et ravines plus récentes, fortement liées à la mise en valeur agricole.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti
L’exhaussement du lit des ravins
principaux
Par les photographies suivantes, on observe que,
si la reprise d’érosion se traduit par des phénomènes d’incision et de décapage sur les versants, elle
conduit ici à un rehaussement généralisé du lit des
ravins principaux, incapables d’évacuer la charge
solide fournie par les versants.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti
Les talus situées entre les parcelles
de culture
Ces deux vues montrent que les talus sont liés en premier lieu à l’érosion mécanique sèche, mais aussi à l’érosion hydrique.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti
Ces deux vues montrent en revanche que d’autres
talus sont liés à un décapage généralisé de la parcelle,
même si au niveau du talus lui-même, on observe un
dépôt limité de terre. En général, la formation de tels
talus n’entraîne pas un remodelage notable du versant.
Envisageable sur des versants ayant une pente modérée (afin de maîtriser le risque de glissement de terrain
et de ne pas consommer une proportion trop élevée de
la surface cultivée), la terrasse progressive s’appuierait
sur les même processus que ceux qui créent les talus.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Sur ce versant, les talus sont créés par l’érosion mécanique sèche,
mais certains sont aussi liés à la construction de murettes dans le cadre de projets.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Sur ces pentes modestes, les conditions
naturelles seraient propices à une mise
en valeur et une consolidation des talus
créés par le travail du sol.

Talus mis en valeur par des cultures
sur des pentes modestes.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Le talus est enherbé, mais l’affouillement de son pied par le travail
du sol en compromet la stabilité. Le talus recule. Sur ces pentes
relativement fortes, le remodelage du versant nécessiterait une
densité de talus supérieure à celle qui existe du simple fait des
limites de parcelles de culture.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti
De nombreux talus sont ici liés, dans
ces deux vues, à la construction de
murettes dans le cadre de projets
de défense et restauration des sols.
Cependant, la forte pente rend difficile un remodelage significatif du
versant et crée un important risque
de destruction des murettes par l’affouillement que provoque l’érosion
mécanique sèche et, en second lieu,
l’érosion hydrique.

Le maintien d’un talus enherbé au pied des murettes les protège contre la destruction, mais cela au prix d’une diminution
de la surface cultivée d’autant plus sensible que la pente du
versant est importante.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Le ravinement des versants
Sur des versants à pente forte et à
manteau d’altération épais, l’incision
suite à la mise en culture provoque
la création de bad-lands.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

La culture de la pomme de terre. Les billons sont insuffisants pour stocker l’eau ruisselée,
d’autant plus que leur tracé n’est pas vraiment en courbes de niveau. Ils facilitent l’apparition de rigoles, qui se transforment en ravins par concentration du ruissellement.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Dans cette vue, les mouvements
de masse se développent au
niveau de vallonnements peu
marqués du versant.
La culture empêche la cicatrisation par reconquête végétale et
favorise l’incision de ravines au
niveau des zones perturbées.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Dans ces vues, le traitement des ravines privilégie ici les moyens
biologiques. Des seuils en sacs remplis de terre sont complétés par des plantations : bananier, bambou, sureaux, longoses.
Cependant, faute d’une gestion, la pérennité de telles structures
biologiques n’est pas garantie à moyen terme.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Les ravines montrent, sur ces deux photographies, de nombreux signes d’activité (berges nues et abruptes, ressauts
ou head-cuts, témoignant de l’érosion régressive.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti
Le travail du sol
Sur pente forte, le travail du sol est responsable de l’érosion mécanique sèche qui
constitue souvent le principal mécanisme
du décapage d’un versant.
Ce travail du sol construit un micro-relief
sous la forme de buttes, de billons, de
petites terrasses (« terrassettes »). Aux
limites des parcelles de culture, il est aussi
responsable de la formation de talus, indicateurs du décapage du versant par l’érosion mécanique sèche.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Deux formes de micro-reliefs créés
par le travail du sol : terrassettes.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Terrassettes créées par le travail du sol.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Le travail du sol a créé ici deux formes de relief :
- un micro-relief comportant des planches séparées par
de petits fossés ;
- des talus subverticaux aux limites des parcelles de
culture.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Ces talus rectilignes
sont liés à la construction de murettes en
pierres sèches.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Du fait du décapage,
certaines parcelles s’inscrivent en creux dans le
paysage. Les terrassettes
ont été créées par le travail du sol.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

La parcelle apparaît en
creux, du fait d’un décapage lié à sa mise en culture
plus ancienne.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Sur cette parcelle où
les façons culturales
sont en cours, le dénivelé entre la partie travaillée et non travaillée
est un indice de l’intensité du décapage.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

La parcelle qui a été cultivée jusqu’à une date plus
récente que ses voisines
immédiates se dessine en
creux sur le versant.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti
Ces deux vues illustrent des talus créés par
l’érosion mécanique sèche, qui peuvent atteindre une hauteur de l’ordre de 2 m. Le talus
devient d’autant plus instable que sa hauteur
croît. La végétation herbacée qui colonise la
crête du talus ne peut pas s’opposer efficacement aux éboulements lors de fortes pluies.
La terre éboulée est déblayée vers l’aval par
le travail du sol.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Ce talus recule vers l’amont,
à la suite d’éboulements.
La mise à nu des racines est
un indice de recul du talus.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Eboulements.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Les racines des graminées ne sont pas en mesure
d’empêcher l’éboulement.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

L’éboulement du talus
créé
par
l’érosion
mécanique sèche est
plus fréquent dans
les vallonnements, où
la circulation souterraine de l’eau est plus
importante.

Cet arbre témoigne du recul
du talus.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

L’érosion hydrique se combine avec le décapage par l’érosion mécanique sèche. Au niveau d’un
vallonnement, une indentation se forme dans le talus. Le talus facilite aussi le creusement de
ravines par érosion régressive.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Talus, peut-être liés à d’anciens canaux de
contour, sur une partie de versant limitée
par les berges de ravins actifs.

De nombreuses rigoles témoignent de
l’intensité de l’érosion hydrique.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Si l’affouillement par les façons
culturales cesse définitivement,
ces talus enherbés deviennent
un outil au service du remodelage du versant.

Dans une parcelle pentue et à forte
pierrosité, ce talus suit une murette en
pierres sèches. Celle-ci a été affouillée
par l’érosion mécanique sèche dans la
parcelle inférieure.
Le talus vertical ainsi créé a localement
été conforté par les dépôt de pierres
provenant de l’épierrage. Mais une
telle protection est peu efficace tant
que se poursuit l’affouillement de son
pied.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti
Vues de l’aval et de l’amont d’une murette en
pierres sèches. Le talus créée par la terre qui
passe par dessus la murette et par les pierres provenant de l’épierrement de la parcelle
assure une protection aléatoire contre l’affouillement.

La stabilité de cette murette est compromise par l’affouillement. La hauteur affouillée est un bon indicateur de l’intensité de l’érosion mécanique sèche.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Cette vue montre des
canaux de contour qui
viennent d’être creusés.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Gradins d’infiltration destinés à intercepter les
eaux de ruissellement sur un versant cultivé en
forte pente.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

L’eau de ruissellement interceptée par
le gradin d’infiltration a provoqué l’incision d’une ravine.

Non entretenu, le canal de contour s’est
rempli de terre. Ses talus (surtout le talus
supérieur) fonctionnent comme un talus de
culture.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Le débordement de canaux de contour a ici entraîné la formation de nouvelles ravines.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Deux vues de l’évolution des canaux de
contour. Non entretenus, les canaux de
contour ou les gradins d’infiltration sont
remplis, puis sont à l’origine de talus analogues à ceux qui séparent deux parcelles
de culture. Dans ces deux vues, le canal
de contour a créé de nouvelles limites de
parcelle de culture et a provoqué la formation de talus qui évoluent sous l’effet de
l’érosion mécanique sèche.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

La culture de cette zone a cessé après la construction des canaux de contour ; de ce fait, ses
formes sont encore bien reconnaissables.

Vue de l’amont de ce qui fut un canal de contour.
La plantation de sureau s’est maintenue.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti

Vue de l’aval de ce qui fut un canal de contour.
Terrassettes créées par le travail du sol.

Erosion et lecture du paysage
Les versants de Kenskoff près de Port-au-Prince à Haïti
Fort-Jacques, à proximité de Kenskoff. Les
murettes ont permis de remodeler le versant,
grâce à des conditions favorables (pente faible),
à leur faible espacement et au maintien, en pied
de murette, d’un talus enherbé la protégeant
contre l’affouillement lié aux façons culturales.
Ce remodelage du versant permet de réduire
les pertes d’engrais par ruissellement lors des
fortes pluies.

Fort-Jacques, à proximité de Kenskoff. Zone à faible
pente remodelée par des murettes. Le dénivelé entre
la crête de la murette et la parcelle située en amont
permet, selon les agriculteurs, de mieux retenir la
terre et l’eau lors de fortes pluies.


Documents similaires


Fichier PDF pcd 022
Fichier PDF pcd 021
Fichier PDF ti talus et murs en sols renforces
Fichier PDF noue fermee a noquets 1
Fichier PDF noue fermee a noquets
Fichier PDF synthese projet agroforesterie san


Sur le même sujet..