ricoeur soi meme.pdf


Aperçu du fichier PDF ricoeur-soi-meme.pdf - page 4/214

Page 1 2 3 456214



Aperçu texte


PRÉFACE

La question de l'ipséité

Par le titre Soi-même comme un autre, j'ai voulu désigner le point de
convergence entre les trois intentions philosophiques majeures qui ont
présidé à l'élaboration des études qui composent cet ouvrage.
La première intention est de marquer le primat de la médiation
réflexive sur la position immédiate du sujet, telle qu'elle s'exprime à la
première personne du singulier: «je pense», «je suis». Cette première
intention trouve un appui dans la grammaire des langues naturelles
lorsque celle-ci permet d'opposer « soi » à « je ». Cet appui prend des
formes différentes selon les particularités grammaticales propres à
chaque langue. Au-delà de la corrélation globale entre le français soi,
l'anglais self, l'allemand Selbsl, l'italien se, l'espagnol simismo, les
grammaires divergent. Mais ces divergences mêmes sont instructives,
dans la mesure où chaque particularité grammaticale éclaire une partie du
sens fondamental recherché. En ce qui concerne le français, « soi » est
défini d'emblée comme pronom réfléchi. Il est vrai que l'usage
philosophique qui en est fait tout au long de ces études enfreint une
restriction que les grammairiens soulignent, à savoir que « soi » est
un pronom réfléchi de la troisième personne (il, elle, eux). Cette
restriction toutefois est levée, si on rapproche le terme « soi » du terme «
se », lui-même rapporté à des verbes au mode infinitif- on dit : « se
présenter », « se nommer ». Cet usage, pour nous exemplaire, vérifie
un des enseignements du linguiste G. Guillaume ', selon lequel c'est à
l'infinitif, et encore jusqu'à un certain point au participe, que le verbe
exprime la plénitude de sa signification, avant de se distribuer entre les
temps verbaux et les personnes grammaticales ; le « se » désigne alors le
réfléchi de tous les pronoms personnels, et même de pronoms
impersonnels, tels que « chacun », « quiconque », « on », auxquels il
sera fait fréquemment allusion au cours de nos investigations. Ce
détour
1. G. Guillaume, Temps et Verbe, Paris, Champion, 1965.

11