NGP 1ère partie Minonzio .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: NGP 1ère partie Minonzio.pdf
Titre: 2013_02_20_Cours_5_NMP_1ere_Partie_Minonzio.pptx
Auteur: Jérôme Minonzio

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par pdftopdf filter / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/05/2015 à 20:11, depuis l'adresse IP 89.3.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 521 fois.
Taille du document: 285 Ko (8 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


4è année du secteur Affaires publiques
Parcours Action et gestion publique

La Nouvelle Gestion Publique – NGP (1ère
partie) :
Principes et origines.

Jérôme MINONZIO
Formateur Indépendant.
Chercheur associé au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques
publiques de Sciences-Po et à l’Institut de formation et de recherche sur les
organismes sanitaires et sociaux (IFROSS), Univ. Jean Moulin Lyon 3.

Plan du cours
Introduction :
Objectifs du cours :
Notions à connaître : Nouvelle gestion publique / Nouveau management
public, Accountability, Evaluation, Performance, Benchmarking

I.  Aux origines de la NGP
II.  Les principes et les références de la NGP
III. La rupture avec l’administration wébérienne

Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

2

I° Aux origines de la NGP : la RCB
Un ancêtre commun : la Rationalisation des choix
budgétaires (RCB) :
!  Planning Programming Budgeting System (PPBS) aux ÉtatsUnis ou la Rationalisation des Choix Budgétaires (RCB) en
France (au cours de la période 1960-1970).
!  Perspective Coût/efficacité ou Coût/bénéfice
!  Echec de la RCB pour diverses raisons : contexte politique
insuffisamment pris en compte, manque de transparence de
la collaboration Bercy / ministères sectoriels (dépensiers !),
crises économiques de 1974 / 1981…

Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

3

I° Aux origines de la NGP :
Un contexte favorable au développement de la NGP
(1980s et 1990s) :
!  idéologique : la révolution thatchérienne au RU,
néolibéralisme ;
!  économique : crises budgétaires aigües dans certains Etats
(NZ, Suède) ou lancinantes (récessions, croissance faible) ;
!  politique : une crise de légitimité contradictoire de l'action
publique. Désaffection à l’égard des élus, réticence à l’égard
de l’impôt mais l’Etat est l’assureur en dernier recours.
!  intellectuel : diffusion des techniques de gestion issue du
privé (comptabilité, organisation…).
Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

4

I° Aux origines de la NGP :
En France, la réforme est axée sur la modernisation du
service public
!  Programme de “modernisation administrative” : réforme Le
Garrec de 1985 ;
!  Politique des « Cercles de qualité » du Ministre de la
Fonction publique Hervé de Charette de 1986 ;
!  Circulaire Rocard du 23 février 1989, “Renouveau du service public”.

Améliorer la « relation de service » en mobilisant les
agents publics.
Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

5

II° Les principes et les références de la NGP

Les fondements de la NGP
!  Un ensemble théorique hétérogène
!  Des relais doctrinaux puissants : OCDE, Banque mondiale
… Les think tanks patronaux ou réformistes.

Des paradigmes communs :
!  L’administration poursuit sa propre finalité. ) ;
!  Le management privé est supérieur au management
public ;
!  Faire bouger les lignes entre public et privé
(privatisations) ;
!  Décentrer la décision.

Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

6

II° Les principes et les références de la NGP
Un danger dénoncé : la bureaucratisation de
l'Etat des Trente Glorieuses
!  critique de la "bureaucratisation de
l'administration" (Crozier).
!  l'administration a tendance à se focaliser sur
ses propres intérêts (Ecole du Public Choice) ;
!  centralisation de la décision /
déresponsabilisation des responsables de
terrain ;
!  le secteur public serait trop coûteux ;

Spécificités du cas français : jacobinisme et
grands corps de l'Etat.
Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

7

II° Les principes et les références de la NGP
Les objectifs ambitieux de la NGP :
!  Mieux répondre aux attentes et exigences des
citoyens (tout à la fois usagers, contribuables,
bénéficiaires et... électeurs) ;
!  Encadrer, rationaliser voire réduire la dépense
publique.

Accroître l’efficacité des politiques publiques tout
en améliorant le fonctionnement du système
politique démocratique.
Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

8

II° Les principes et les références de la NGP
Réformer le secteur public selon les 3 "E" : "d'économie,
d'efficacité et d'efficience" (Urio, 1998) :
!  recentrer le secteur public sur les activités régaliennes ou
sur les activités ayant un intérêt public ;
!  favoriser des "managers autonomes et responsables" vis-àvis des résultats attendus par les usagers ou les tutelles
administratives ou politiques (Principe de
l'"Accountability ») ;
!  Renforcement des modalités de gouvernance par
l’évaluation systématique du couple ressources mises en
œuvre / valeur ("value for money").

Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

9

II° Les principes et les références de la NGP
Les quatre modèles de référence (idéaux types) de
la NGP :
1.  Modèle de l’efficience ou du rendement
2.  Modèle du « downsizing » et de l'externalisation
3.  Modèle l’excellence
4.  Modèle de "l’orientation service public »

Ces idéaux-types ne sont pas exclusifs mais cohabitent.

Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

10

II° Les principes et les références de la NGP
Les outils NGP pour favoriser la pratique du contrôle de
gestion, outil majeur de la NGP
Des outils communs (OCDE, 2003) :
! 
! 
! 
! 
! 

comptabilité analytique et tableaux de bord
indicateurs de performance
centres de responsabilité
démarche objectifs / résultats
benchmarking / parangonnage

Développement exponentiel de structures d'audit, de
contrôle, de surveillance, d'évaluation… (en plus des
inspections traditionnelles…).

Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

11

I° La nouvelle gestion publique : origines et principes
Les procédures communes de la NGP (OCDE,2003) :
1.  Contrer les effets pervers de l'annualité budgétaire par des
budgets pluriannuels glissants.
2.  Prudence des hypothèses pour les prévisions budgétaires.
3.  Négociation de l'allocation des ressources afin de limiter la
reconduction des dépenses sans examen.
4.  Diminution du contrôle a priori des ressources financières
et humaines.
5.  Modernisation comptable.
6.  Dialogue budgétaire.
7.  Responsabilisation des échelons intermédiaires de
management.
8.  Modernisation de la gestion RH (GEPC…).
9.  Transfert au privé des activités qui ne nécessitent qu'une
régulation publique.
Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

12

I° La nouvelle gestion publique : origines et principes
Une rupture avec l'idéal-type wéberien de la bureaucratie.

Pour Max Weber, la condition de l'efficacité de la
bureaucratie est son organisation rationnelle, grâce à :
!  l’impersonnalité des règles,
!  le caractère d’expert et de spécialité des fonctionnaires,
!  un système hiérarchique contraignant impliquant
subordination et contrôle.

Le secteur public se révèle donc essentiellement fondé sur
une rationalité juridique alors que le secteur privé est
plutôt mu par une rationalité managériale, recherchant
l’efficacité.

Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1ère partie

13

I° La nouvelle gestion publique : origines et principes
Comparaison adminstrations wéberiennes / NGP
Source : Lamar et Berthier, 2007
Administration
Wéberienne

Administration NGP

Objectifs

Respecter les règles et Atteindre les résultats /
les procédures
satisfaire les clients

Organisation

Centralisée (structure
pyramidale)

Exécution des tâches

Division, parcellisation,
Autonomie
spécialisation

Recrutement

Concours

Contrats

Promotion

Ancienneté

Mérite/Performance

Contrôles

Indicateurs de suivi

Indicateurs de performance

Budget

Axé sur les moyens

Axé sur les objectifs et les
résultats

Jérôme MINONZIO, Démarche performance

Décentralisée (délégation de
compétence, structuration en
réseau, gouvernance)

14

287&20(285e$/,6$7,21,138728,175$17"

I° La nouvelle gestion publique : origines et principes

3(7,7'e7285/(;,&$/

Q 8QHSUpFDXWLRQLQGLVSHQVDEOHV¶HQWHQGUHVXUODWHUPLQRORJLHFDUOHVPrPHVPRWVQ¶RQWSDVOHPrPHVHQV

Les limites de la transposition lexicale

Q /HVGLI¿FXOWpVOLQJXLVWLTXHVVHGRXEOHQWG¶DFFHSWLRQVGLIIpUHQWHVTXLGpSHQGHQWGHVGRPDLQHVG¶DFWLYLWpHWSDUIRLVGHVDGPLQLVWUDWLRQV

$1*/$,6

)5$1d$,6

&200(17$,5(

,QSXW

5HVVRXUFH PR\HQ
LQWUDQW

0R\HQV¿QDQFLHUVKXPDLQVHWPDWpULHOVXWLOLVpVSRXUO¶DFWLRQ

2XWSXW

([WUDQW SURGXLW

%LHQVpTXLSHPHQWVVHUYLFHVUpVXOWDQWVGHO¶DFWLRQ(Q)UDQFHFRUUHVSRQG
VRXYHQWDXWHUPH©UpDOLVDWLRQVª

2XWFRPH

5pDOLVDWLRQ HIIHWGLUHFW

&HTXHO¶DFWLRQGRLWDFFRPSOLU &7RX07 SDUIRLVDSSHOpVHQ)UDQFH
©UpVXOWDWVLPPpGLDWVª

,PSDFW

,PSDFW

(IIHWVjORQJWHUPHSRVLWLIVRXQRQLQWHQWLRQQHOVRXQRQ

3HUIRUPDQFH

3HUIRUPDQFH

0HVXUHVHORQODTXHOOHO¶DFWLRQ RXXQSDUWHQDLUH RSqUHVHORQGHVFULWqUHV
GHVQRUPHVGHVRULHQWDWLRQVVSpFL¿TXHVRXREWLHQWGHVUpVXOWDWV
FRQIRUPHVDX[REMHFWLIVDI¿FKpVRXSODQL¿pV

5HVXOWV

5pVXOWDWV

([WUDQWVUpDOLVDWLRQVRXLPSDFWVG¶XQHDFWLRQ

6RXUFH*ORVVDLUHGHVSULQFLSDX[WHUPHVUHODWLIVjO¶pYDOXDWLRQHWODJHVWLRQD[pHVXUOHVUpVXOWDWV2&'(3DULVMXLQKWWS
ZZZRHFGRUJGDWDRHFGSGI
Source : Glossaire des principaux termes relatifs à l’évaluation et la gestion axée
sur les résultats, OCDE Paris.

/¶RULHQWDWLRQYHUVOHVUpVXOWDWVUKpWRULTXHRXUpD 'XPDXYDLVXVDJH

Jérôme MINONZIO, Cours N°5, NGP 1èreGHVLQGLFDWHXUVGHSHUIRUPDQFH
partie
OLWp"/HVUpXQLRQVHWWDEOHVURQGHVFRQFOXHQWTXHVL
15
OHGLVFRXUVVHGpYHORSSHVLRQSUrWHTXHOTXHDWWHQ
WLRQDX[UpVXOWDWVO¶HVVHQWLHOGHO¶DWWHQWLRQSRUWHVXU %3 &DU RQ QH SHXW SDV SURJUHVVHU HQ SDVVDQW
OHVSURGXLWV DFWLYLWpV YRLUHPrPHVXUOHVLQWUDQWV VLPSOHPHQWGXQLYHDXGHVPR\HQVHWGHVSURGXLWV
jFHOXLGHVUpVXOWDWV7RXWOHPRQGHUHFRQQDvWTX¶LO
UHVVRXUFHV SRXUSOXVLHXUVUDLVRQV
 OHV UpVXOWDWV GpSHQGHQW HW LQWHUDJLVVHQW  DYHF \ D XQ SUREOqPH DYHF OD TXDOLWp GHV GRQQpHV VXU
OD SHUIRUPDQFH GRQQpHV GpIRUPpHV RX LQH[DFWHV
G¶DXWUHVIDFWHXUVDYHFG¶DXWUHVLQWHUYHQWLRQV
Bibliographie
 OHV UpVXOWDWV VRQW G¶XQH QDWXUH GLIIpUHQWH QL ¿ GRQQpHVQRQVLJQL¿FDWLYHVRXQRQSHUWLQHQWHV PDLV
QDQFLHUV LQWUDQWV RX SURGXLWV  OHV GRQQpHV VRQW F¶HVWSOXVIDFLOHGHIHUPHUOHV\HX[GHIDLUHVHP
AMAR
A., BERTHIER L. « AMAR Anne, BERTHIER
Ludovic, « Le nouveau
EODQWTXHFHQ¶HVWSDVJUDYHPDLVF¶HVWJUDYH6LOHV
SOXVGLI¿FLOHVjLGHQWL¿HUHWjREWHQLUGLI¿FLOHVj
GRQQpHV
UHÀqWHQW SDV
OHV SHUIRUPDQFHV UpHOOHV
management public: avantages et limites
»,QHGestion
et Management
TXDQWL¿HUHWjLQWHUSUpWHU
F¶HVWLQXWLOHPDLVLO\DSLUHF¶HVWpJDOHPHQWGDQ
ODQpFHVVLWpG¶XQFKDQJHPHQWFXOWXUHOGDQVOHVDG
Publics, Vol.5, Décembre 2007. ». Gestion
et management publics. Vol. 5,
JHUHX[SRXUO¶pODERUDWLRQGHVSROLWLTXHVHWGDQVOHV
PLQLVWUDWLRQVTXLRQWSOXVO¶KDELWXGHGHPHWWUHHQ
p. 2007 12.
SULVHV GH
SDU GpSODFHPHQW
GHV REMHFWLIV
°XYUHGHVPR\HQVTX¶jV¶LQWpUHVVHUDX[HIIHWV
BEZES
Philippe. « Le renouveau du contrôle
desGpFLVLRQ
bureaucraties.
L’impact
du
GpSODFHPHQWGHVFR€WVYHUVG¶DXWUHVGRPDLQHVDX
VRXYHQWGHVHIIHWVSHUYHUVLQYRORQWDLUHV
New Public Management ». Informations sociales. 2005. n°126, p. 26 37.
 x2EVHVVLRQGHVLQGLFDWHXUVHWFLEOHVTXDQWLWDWLYHV OLHXG¶pFRQRPLHVHIIHFWLYHV
Henri, DUREAU Guillaume, SILVENT Ruthy. Gestion publique.
 GUILLAUME
x'pIDXWVGHFRPSUpKHQVLRQFRQIXVLRQHQWUHOH
L’Etat
et
la
performance. Paris : Presses
de Sciences Po - Dalloz,, 2002.
/¶H[HPSOHGHODEXGJpWLVDWLRQGDQVOHVHFWHXUSULYp
VXLYLHWO¶pYDOXDWLRQ
p.
 x)271
DLEOHDWWHQWLRQUpHOOHPHQWSRUWpHDX[UpVXOWDWV
PHVXUpV
± HQ GpSLW
GX GLVFRXUV
VXU ©SHUIRU
OCDE.
"Budget
Reform
in OECD
Member Countries : Common Trends". OECD
3HUULQ%XUW  ©(IIHFWLYH8VHDQG0LVXVHRI3HUIRUPDQFH
PDQFHªHW©UpVXOWDWVª
Journal of Budgeting, 2003 -Vol 2 N°4,
pp 7 – 25.
0HDVXUHPHQWª 8VDJHHI¿FDFHHWPDXYDLVXVDJHGHODPHVXUH



SINE, Alexandre, LANNAUD, Brice, « La GHVSHUIRUPDQFHV $PHULFDQ-RXUQDORI(YDOXDWLRQ
mesure de la performance de9RO  
l’action
8QGp¿SRXUOD)UDQFHO¶RSSRUWXQLWpG¶DSSUHQGUH
 française, 2007.
publique » Les rapports de la documentation
GHVDXWUHV«RXGHIDLUHOHVPrPHVHUUHXUV
TROSA Sylvie, « Vers un management public postbureaucratique », Sociétal,
pp 44-49, 3ème trimestre 2006.
URIO P. (1998), « La gestion
publique au Rservice
du marché ». in HUFTY M.
/HV&DKLHUVGHOD6)(Q

(coord). La pensée comptable : État, néolibéralisme, nouvelle gestion
publique. Paris / Genève : PUF et Les nouveaux Cahiers de l’IUED. 1998.
p. 91-124.
16


Aperçu du document NGP 1ère partie Minonzio.pdf - page 1/8

 
NGP 1ère partie Minonzio.pdf - page 2/8
NGP 1ère partie Minonzio.pdf - page 3/8
NGP 1ère partie Minonzio.pdf - page 4/8
NGP 1ère partie Minonzio.pdf - page 5/8
NGP 1ère partie Minonzio.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00329672.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.