yy18 .pdf



Nom original: yy18.pdfTitre: Mise en page 1

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par QuarkXPress(R) 9.3, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/05/2015 à 17:54, depuis l'adresse IP 196.201.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1482 fois.
Taille du document: 89.7 Mo (10 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


20 haytô gali

Maysaxxaga / Annonces

YafYinti

le 22 mai 2015, l’Intronisation du 21è Sultan de Goba’ad

H

Habib Mohamed Loita
nouveau Sultan de Goba’ad
(22 mai 2015 - ?)

abib Mohamed Loita dit Bôko est né è As-Eyla (Katumbâti) en
1945 dans le fief du Sultanat de Gobaad. Il fait l’école élémentaire à Dikhil où vit son père, Okal général. Le Sultanat est réduit
au rang d’Okal général depuis son abolition par décret colonial en
1930. De 1964 à 1977, il travaille comme secrétaire à l’état civil à
As-Eyla et à
Dikhil.
A 1’indépendance Habib Mohamed Bôko est élu député à la
premiére Assemblée Nationale. En octobre 1978, âgé seulement dc
33 ans, Habib Boko entre dans le gouvernement et occupe le
poste de ministre de la défense de 1978 à 1985. Sa carrière politique
se poursuit à l’assemblée où i1 conservera son siège jusqu’à sa
retraite en 2003.
Habib Boko est membre fondateur du RPP à Dikhil en 1979 et il a
reçu du Président de Parti une médaille lors du 30ème aniversaire
du RPP.

Le 27 mai 2015, aura lieu
au siège social de l’UDC
la conférence sur la
littérature Afar présentée
par Hassan M. Hassan
(Hassan Pilote)

Qafar Afih Fanteyna

Afar Pen Center

ADDATINO / SOMMAIRE
Ammunta / Editorial
01 haytô gali / page 01

Xaagu / Nouvelles
03 haytô gali / page 03
Xaagoysiyya / Interview
06 haytô gali / page 06
Qafar-afa / Langue Afar
07 haytô gali / page 07
Egla / Vie Associative
16 haytô gali / page 16

Présentation du nouveau livre des proverbes Afars (Qafar missilitte) par Mohamed Al-Gani dont la date vous sera
communiquée ultérieuremant

Missilitte / Proverbes
18 haytô gali / page 18
Qasiiri / Leçons
19 haytô gali / page 19
Maysaxxaga / Annonces
20 haytô gali / page 20

GEXSIS MARO / EQUIPE DE DIRECTION

Fayyata Gexsis Maro / Comite de rédaction

Massoysa saqal/ Chef Maquettiste

Qabdulkadir Macammad Qali / Abdoulkader Mohamed Ali

Yayyaaqe Saqal / Impression

Maybalaalaqâ Saqal / Directeur de Publication

Ali Chehem Mohamed (Ali Aref)

Cigiila Maybalaalaqâ saqal / Directeur de Publication Adjoint

Mohamed Youssouf Gaddaaqay/ Macammad Yuusuf Gaddaaqay

Ali Mahamoud Ahmadini

Resp. Administratif et Financier:

Feeraysô saqal / Redacteur en Chef:

Mohamed Obakar Bililis

Ciggiila Feeraysô saqal / Redacteur en Chef Adjoint:

Assia Mohamed Ali

Saqid Kaamil Acmed/ Said kamil Ahmed

Qalii Macammad Amiin / Ali Mohamed Amin
Saleh Mohamed Hassan
Hassan Robbahe
Saqdiya M. Ahmaddine
Assia M.Ali
Kako Ibrahim Kako

Sécrétariat/ Distribution / Archives :
Omar Seik Daoud

FEERASSA MARO / EQUIPE DE REDACTION

Ahmed Abdoulkader
Mohamed H. Hassan dit «Charlie»
Ali Mohamed Amin

Nombre de tirage: 1000 exemplaires

WARÂ XONGOLO

QAFAR AFIH
WARA

Q
C
U
X
Q. QARI
C. CAXXA
U. UMMATTA
X. XAAGU

SOOMAALIH
AFIH WARA
C
X
U
DH

CARI
XADHA
UMMATTA
DHAAGU

Djibouti, Bd. Bonhour,
Tél.: 21 35 38 14
Mail: yafyinti@yahoo.fr
Web: www.afarpen.org
Facebook.com/yafyinti

Mensuel N° 18 Caxah-alsah / mai 2015

Melleb/Prix:100

Inti waanam dite, ayti waanam dibu, af bayam baati

La myopie est une obscurité, la surdité est une solitude, la perte de la langue est une assimilation.

Ammunta / Editorial

Qaada wagri kellaaqo

Gabuuti, wagri kellaqo. Ta qangara,
naharsi wagitol hida kee yabti bila
celtaah, takke way tabbixsime
numma’kal hada hinna.
Net maqaadah tan cugaane baaxooxat
(yamanaay, somaaliya) akkuk assah
xintam nable waqdi, say kak yaanam
nek (gabuutih ayyunta kinnuk) mano
rakiibooy, xinto maqaaney ramid ni
sugeetit le kinnim qaduk tanbulle.
Boq kee balluq, xiine-kali kak
yamaatem înki ayyuntak qaada xintot
axawah taniimi.

Kah kinnim faxe sehaadayti yaabakay
uma numuh mayaabuka. Takkay ikkal,
qeb kee saay darraqossà hayta caagida
taysubukem sehaadaytu.
Toh kah kinnim, sehaadayti dibuk
mano xiinam maduudaay, ayyunti
addat yaabukeeh cataamih sabbatah,
too ayyunti sittallih leh yan
xintok-maacissoh qaada.
Too qaada kak xissintam woo ayyuntih
tummabul kinniimih sabbatah.

Tama boq kee baluqquk aftabu kee
daylah inkih Qaadat raqtam geytimta.
Sehaadayti baxi maggo umaane
baahami dudda le. Toh tascassem
Saytun Qhoranih addal, nabaamak
naba Rabbi iyyam “ Nabii Yuusuf iyyeh
:anu inni nafsi ma saytunnoysa diggah
nafsi isi num umaaneh amrisa yi
Rabbi kah nacroore num akke waytek,
diggah yi Rabbi dambi cabti li xuwaw
li kinni kay naqoosak kaal gace
marah». (suurat Yuusuf-(53 haytôh
Aayata. )
Tamannal, sehaadayti abaakih kah
umaanet xayuk yaabukem neh
tanbulle.
Tonnal tama umaane fanah kaa gexe
kaltuh ayyunti qaadah haysite yan

La Paix par la culture

Djibouti, un havre de paix ! Cette acclamation qui, à première vue, sonne
comme un slogan publicitaire, n’en est
pas point une fiction. La guerre au
Yémen et son corollaire, l’afflux des réfugiés vers Djibouti, nous confirme
combien la paix fait intrinsèquement
partie de notre culture ou de nos cultures faisant de Djibouti une terre hospitalière. Qu’Allah ramène la paix dans
ce pays frère qu’est le Yémen. Amiin !
Il est bien connu que la violence est une
émanation de la société. Aucun être humain ne naît violent. La guerre est malheureusement une invention de
l’homme. De là à dire que la violence
est un fait culturel il y a un pas que nous
franchirons allègrement. Le terrorisme
sous toutes ses formes ne germe-t-il pas
dans un marais idéologique et culturel
avant de devenir une violence aveugle?
Le mal guette l’homme dès sa naissance. Allah (Soubhanahou wa Ta'ala)
nous le Rappelle dans son Saint Coran;
« […] c’est le propre de la nature humaine à pousser au mal, à moins qu’on
ne soit touché par la grâce de Dieu, car
Il est Clément et Miséricordieux »(S
Youssouf, v53). En philosophie, cela
nous renvoie à l’idée kantienne selon laquelle existent chez l’homme un «penchant au mal « et une «disposition
originelle au bien». Cependant, la Culture possède en elle l’antidote à la violence. En effet, pour l’écrivain anglais,
Somerset Maugham, « la valeur de la
culture tient à l’influence qu’elle exerce
sur le caractère. Elle est inutile à moins
qu’elle ne l’ennoblisse et l’affirme. Elle
doit servir la vie. Son objectif n’est pas
la beauté mais la bonté ». Aussi, Maîtrise de soi, altruisme et générosité
pousse le fils d’Aden à faire le bien.
Trois valeurs, parmi tant d’autres, bien

02 haytô gali

Ammunta / Editorial

madqa kee Xinto tan.

Qafar ayyuntih addal, abbiini kalawta «wagro migaq
luk sukteeh, toh Qafar sugeet neh yascasse. Toh taybullem qafar wagri xinto qaadat edde kak tan mara kinniimi. Yalli saay wayta cugaaneenah saay baahay.
Aamiin.

Tonna kinnuk, sehaadayti tama umaaneenak isi elle
raaqisu duudam meq-mariino le num yakkeemi, axcih,
xiiqiiy, kuuxuuy, cinda kee meqem-xici. Kinnuk tama
caloota ni qaadah addal daabah tan.

Ta bilol, Yafyintih maro siinih xayyossam qafar afih
feerak 40to liggidih qafaydah waynabooy warree
febriyyee kee avril alsal Gabuutii kee samaral inkih
tekke. Too qafaydah gabuutih ummuunok foocat
doolat afak naharsi malaak Gifta Qabdulkaadir Kaamil
Macammad kak yan erga kak anuk tutaaxago kee
qunxaneytak maggo mari edde yengele.
Etiopiyak federal doolatih afak qaada kee wacaysir
malaak Gifta Amin Abdoulkader Barkat edde yucdure.

Tonna kinnuk, a bilol sin fooca maknu waynam,
Samaral tekkeh tan waynaboh amo-gacsaa kee qafar
afih dadal wagsiisak akkeh meqeemi kak iyyen ximmoomay, Akkaademi naharsitoh kak tanit yabta iyyentitte kinni.

Amo gexak, Samaral tekke waynabok lafa luk kassitnam Qafar afih ayqiseyna takku wayta Akkaademik
xexxar xaa daabisenimi.

Samara magaalay a 15 liggidih addat, sissikuk toobokey, boyna wahanal geytimta, inkih tan Etiyopiyak
qedaddo kaxkaxxoh geytima data giti qaxal geytimta
amo xer qafar ayyuntah af kee Qaadah ifoyta
sidiicaamol takku wayta.
Xayi waktih addat, kaxxa qafayday Goobaqad sultaanih
reedah takku wayta nee qambalta.
To reeda elle soltam qafarrek xinto deqsitta exxah
abbootan kinnuk ayyuntak sittalluk abit kee sitin qokol
miraacisak, agat dacayri kee kalalu kak yaaxigeeni
kinni. Goobaqad sultaanih taama kee abto caxal maacis
raddi miraaciino kurraasiten waqdi kaah yeexegen
maglab kinni.

Yaf yintih maro kulsa le gadda gacissa iyyentitte ruuba
marah. Kawissah tan tooboko kaadu nanu ahat fannam
ninni Abukraqti dacayri kee maybalaalaqa kinnim nek
geyaanamal kibal lino.

2

19 haytô gali

Yaf Yinti

ancrées dans notre Culture nomade comme nous l’avons
écrit dans nos précédents numéros. Foi, morale, Madqa
et Xeer permettent à l’Homme de surmonter son instinct
grégaire. Chez les Afar par exemple, le mot wagari signifie paix. Il est tiré de wagarto, l’arbre de l’olivier luimême connu comme un symbole de la paix. Le wagar
n’est-il pas le bout de bois qu’on glisse sous l’oreiller
du bébé pour lui assurer un sommeil paisible ?
Avec ce numéro, nous bouclons la fin de la célébration
de la transcription de la langue Afar qui a débuté en février à Djibouti et pris fin en avril à Samara la capitale
de la région Afar de l’Éthiopie. Pour l’occasion, une délégation gouvernementale de Djibouti conduite par le
Premier ministre monsieur Abdoulkader Mohamed
Kamil et constituée de trois ses ministres et de parlementaires a fait le déplacement à Samara. Côté Éthiopien, le ministre de la Culture et des Loisirs Amin
Abdoulkader a fait le déplacement. Pas moins d’une cinquantaine de personnalités issues du milieu culturel a
aussi fait le déplacement dont la présidente du Pen Afar,
madame Aicha Robleh et l’équipe de rédaction de Yaf
Yinti.
Nous vous proposons donc un compte-rendu de notre
déplacement à Samara et d’autres articles ayant trait au
développement de la langue et à la future académie Afar.
L’évènement marquant de cette célébration fut justement la pose de pierre de la future académie Afar, une
des recommandations retenue lors du 40ième anniversaire
de l’Alphabet Afar tenu à Djibouti.
Samara, une ville surgie de nulle part et construite la
faille sismique, il y a de cela quinze ans. Position stratégique pour l’économie éthiopienne de par ses axes
routiers, la Capitale de la Région Afar - et dorénavant
de la langue Afar - ambitionne de devenir un phare culturel qui illuminera tout le Triangle Afar.
Last but not least, un évènement historique aura lieu le
22 mai 2015. Celui de l’intronisation du Sultan de Gobaad régit par le Xinto – une juridiction à caractère militaire axée sur la défense de l’intérêt collectif. Ne dit-on
pas que si tu veux la paix, il faut préparer la guerre ? Ce
rôle est dévolu au Sultanat de Gobaad depuis le partage
de pouvoir des petits-fils de Caxal-Maacis.
Toute l’équipe de Yaf Yinti remercie ses collaborateurs
qui envoient régulièrement leurs articles. Nous espérons
que d’autres comprendront la raison – ô combien noble
- qui les anime ; celle de protéger notre patrimoine immatériel contre l’acculturation accélérée du XXIième
siècle.

Qasiiri / Leçon

Yaf Yinti

Yabti-exxaaxi

Lafî

Abna

Ciggiilè
Yascassi

Catà

Weelo

Yasgalli

Abnigurra

Cakkumé

Seeceynà

Gurra

Nadô

Ixxima
N.I

Wargu

Xongolo

Caalata

Yababak lafî loowo le affara exxa, waqdiik
waqdi qangor ossitak gexxa. Catô loowo la
affara exxaay, inki, inkigid takkê kal
qangara mossitta
Kak gabbaqnem: Qafar-afak yabti-rakiibo deqsita kitaaba.
Orbissem : Gamaaladdiin Q. Reedo.
Faaticissem: Qafar-afih Cubbussoo kee Gaddaloysiyyi Fanteena.

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

19

18 haytô gali

Missilitte / Proverbes

Yaf Yinti

Tama missilite Qafar Missilih maysaqarraqa deqsita kitaabaay 2015 yewqeey
Macammad Acmad Al-Gani orbisek siinih neyyeeqe.

18

Abba camitta kaloo kee daqar kak makkiime kalo
aysuk ma taysa.
Abba cabem baxah raqtaah, abeenim malcina
abul raqta.
Abbak raqtem baxi nagraah, caxak raddem kimbiro onkossa.
Abbah umaanek baaxo taameeh, aynih umaanek
can yaame.
Abba wayte kedoo kee karma elle baate baaxo
weelo taame.
Abba edde yoome numul baaxo ceynittaah, barra
edde toome numul qari baaxi ceynita.
Abba cabem baysa baxaa kee abba cabe weem
yadre baxa.
Abba butaytu axcuk-kicna baxa leh-iyan.
Abba butaytu axcuk-kicna baxa leh-iyan.
Abba waa baxaa kee karma qaran carra tattikiyye.
Abba migaq baxa urmaah, karsimi saga huma.
Aabbih caban yab yaniih faxah cinanc maaqo
tanih
Aabuk-koo raageenik raba koo yaysammeniih,
abaluk-koo raageenik mano koo yaysammmem.
Aabukeh umo’may baxi koh yaabukeeh, radeh
umo’may rob koh rada.
Aabbi’naanim akah warissa barra kee geennaanim edde qidda bagu xiini koo ma hayta.
Abba xalem akkaluk xale waa baxa leh.
Abba ceelaanam-meqeh immay abba cal edde
loonumul tayse.
Abba-baxaay, assakaatih, ilqam celsiisay, inaay,
bursutah faylissa yan.
Abbah abaaroh xalan carra gaadoowan.
Abbah yan num tacee gaba lem-meqeeh, taxee
gaba lem-meqe.
Abba-isik ma yaaxigi abaah abbal itritaah, meela
isik aaxige waa num abiinol itrita.
Abba sugsaah,baxi baysah.
Abba saqal ma yakkaay,saqal baxi saqal ma
yakka.
Abba wee mari babbok awqe kal raagh.

Abba sinni mari marol awqe kal raagah ,qeebil
gob luk,balaala.
Abba wee biiliiy bayah , abba geyte ligàay bar
take !
Abbotan faxek cabuliiy, cabuleelah abba
yakkeh.
Abce bad kee-kutubla eleelitah raban .
Able kal mayaaxigaanaay atce kal mayanxuqan.
Able wayni daban goroyyaay sabtic le.
Able ween baaxoh ma maxhaxaanaay aabuke
wee baxa ma mugaaqisan.
Absumaa kee qayso dabu yeynebeenih caban.
Absumi weemik-kok-gexaah, gaali qabaarak-kok
gexa.
Absumi suddak yaabukeeh, sudda muda.
Absumi yemqek abiinoh agbu dacrisaah, yoomek
abiinoh agbu dalwisa.
Absumi abiinoh digraah, riciidi ukmaytol digra.
Absumi yemqek abiinoh goorisaah, yoomek abiinok fillat gaca.
Absumi-abul meqeeh, abi-absumal meqe.
Absumi beem- magoh ma katayaanay, yalli
qidem caneh ma katyan.
Abte gaba rabtaah, gaba abtem raqtah.
Abtam-elliya fayu celtaah, raamoh ixxiga celta.
Abet abet abto kok baysaah, agar yab numma
kok baysa.
Able waan marah ma seecanaay, rade wee roobuh ma yaarran.
Abalih ruubaanaah, able kal gunnusan.
Abalih cabaanaah, giirisah taban.
Abeenim abto take-kal abenno abto ma takka.
Abeenim kee abaaro gacta.
Abee-igimi abtaamih waytik-koo lafah.
Abeesa inki gitih addal koo-kah takmem ku, cubbi
dagna.
Abeesa kee abeesa edde qiden caxxa sittat qambisan.

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

03 haytô gali

Xaagu / Nouvelles

Yaf Yinti

Le Premier ministre djiboutien participe à Samara, en Ethiopie, à la célébration du 40e
anniversaire de la transcription de la langue afar.

toutes les régions de l’Éthiopie, de Djibouti, ainsi que
des représentants de la diaspora afar en Europe.
Ont également pris part aux festivités, les deux
initiateurs de la transcription de la langue afar “dimis
kee Reedo”, ceux-là même qui ont été soutenus par
l’organisation ‘’UDC’’, le fer de lance pour
l’émancipation et le développement de la communauté
et de la langue afar.

Un comité d’organisation a été mis en place pour
préparer les festivités du 40e anniversaire de la
transcription de la langue afar, une langue qui,
rappelons-le, est très développée dans l’état Afar de
l’Éthiopie où elle est enseignée à l’université jusqu’au
niveau licence.

Notons que la langue afar est devenue un outil officiel
de travail dans les 32 régions que comptent l’Etat afar,
et ce grâce à la volonté et à la détermination de ses
dirigeants.

Dans une intervention faite à cette occasion, le
Président de l’État afar d’Éthiopie, M.Ismaël Ali Siro,
a annoncé que la volonté politique des autorités
éthiopiennes et djiboutiennes demeurait un atout
majeur pour la promotion de la langue qui, a-t-il dit,
est aujourd’hui une langue de développement pour les
afars.
Le Premier ministre djiboutien participe à Samara, en
Ethiopie, à la célébration du 40e anniversaire de la
transcription de la langue afar.

Après Djibouti, le 40e anniversaire de la transcription
de la langue afar a été célébré aujourd’hui en grande
pompe à Samara, capitale de l’État Afar de l’Éthiopie,
en présence du Premier ministre djiboutien,
M. Abdoulkader Kamil Mohamed.

A la tête d’une importante délégation comprenant
notamment des membres du gouvernement et du
parlement, le Premier ministre a été accueilli par le
Président de l’État Afar de l’Éthiopie Ismaël Ali Sirro,
le ministre éthiopien de la culture, M. Amin
Abdoulkader, les autorités de la région afar ainsi que
le président du comité d’organisation du 40e anniversaire de la transcription de la langue afar, M.Mohamed
Yayo.
La cérémonie qui s’est tenue au centre “Lucy” de
Samara a regroupé plus de 750 personnes venues de

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

Le premier ministre djiboutien qui a ensuite pris la
parole a tenu à féliciter le comité d’organisation de la
cérémonie du 40ième anniversaire de la transcription
de la langue Afar à Djibouti.
M.Abdoulkader Kamil Mohamed a par ailleurs promis
que la République de Djibouti soutiendrait les efforts
qui visent à promouvoir la langue afar.

Rappelons enfin que le Premier ministre djiboutien a
participé à la cérémonie de la pose de la première
pierre de l’académie Afar.
http://www.lanationdj.com/celebration-du-40eme-anniversaire-de-latranscription-de-la-langue-afar-le-premier-ministre-abdoulkaderkamil-mohamed-prend-part-aux-festivites-de-samara/#

3

04 haytô gali

Xaagu / Nouvelles

Yaf Yinti

17 haytô gali

Qafar afih feerah Qafayday Samaral tekke

Gabuutî doolatak, abbottiiy Eglaali (UDC
kee Afar Pen) inkih edde sugteeh, Gabuutik naharsi
malaak, Qabdulkaadir Kaamil foocat kak suge. Adda
Caagiidah malaak Casan Qumaraay. Qaadaa kee diini
Caagidaah malaak, Adan Casan Adan. Qunxaaneyti
malaak, Badduul Casan Badduul. Qafar afih
fanteynáh Saqlá Gt. Qayshá M Roble edde sugte.
Diyaspora inkih edde tengele. Eretriya doolat xagar le
marak nu ma suginnâ may numtin amoh caddol sugeenih.
Taddiirak fakoot Qafar Rakaakayih Doolatak
maysaxxaga saqal Gt. Qusbaan Macammad kande
abeeh, kay lakal Qafar Qaadaa Tuurusmih biiroh saqal
Gt. Macammad Yayyo ciggiileeh, Qafar afih feerah
Qafayda tekke hadaf ummattah foocal xayyoyse.

Qafar Rakaakayih Doolatih abba Gifta. Ismaaqil Qali
Sirro amo xer yaabah yaabe. Qafar afah tekke taama
mangom fayseeh, kah macle mara kaxxa gadda gacseeh, Muxxi muxxi Dimis kee Reedoh kulsa le gadda
gacse. Fayya heemih Qafar Rakaakayih Doolat is le
kabuk Qafar afih feerah xiqteemit yaabeeh, Qafar af
barittoh caddol gufe caddot yaabe. Taamah caddol
yoofe gurrat yaabeeh, ellecaboh Qafar afih feerah
xexxar xaa kak hoonu waan Akkademit yaabe.

4

Gabuutih Ummuunok temeete Ergak qandayat yemeete
Gabuutih ummuunok naharsi malaak Gt. Qabdulkaadir Kaamil Macammad
ciggiileeh, Qafar
Rakaakayih Doolat keenit abte arcibal gadda gacseeh,
Qafar afah aben taama kaxxam yassakaxxem fayliseeh,
fayya heeh. Xexxar xaa kak haan Akkademit beeray
iyyan saaku afah xiqe lem mangoh iyye. Kay lakal
Gabuutik Qaadaa kee Diini caagidah malaak Adan
Casan Adan Qafar af Qafar ummattah addal baahe
fooca kaxxam yassakaxxem warseeh, af kak yaanam
feerak dadaltam kinnim warse.

Gaba-aftiinah Egla.

A qangara (Gaba-aftiina) inna waqdi, ah
migaaqay egla‘le
muggaqsimta kinni.

Qafar afih feeral 40hayto liggidi yendebbeemih kassitih Qafar Rakaakayih
Doolatak inaytáh tan Samara magaalal
11/03/2015 yemeete sabtih maaca luusi
kalqatal fakkinte. Tokkel Qafar tu taaxago
mango kaalibik edde tengeleeh, Qafar
Rakaakayih Doolat qammuuk edde sugte.
Etoppiak fayya itta maloktik Qaada Malaak
Gt. Amiin Qabdulkaadir sugeeh, miglis
Aadoytit inkih edde sugte.

Qafar afih feeral 40hayto liggidi yendebbeemih kassit wagsitih mango kutuubuy
Qafar afih feerat yunkuttube ummatta fooca
makseenih, boolittel loowinta kitooba yuybullen. Mango gexoh tan maybalaaqay
mango baaxol tawqe kaadu yuybullen.

Egla / Vie associative

Toh inki eglay Qafar
af kee Qafar qaada
dadlissaamih hadaf
luk taamitta kinnuk,
ta egla xissimtem:
08/10/2013 hayto Liggida kinnuk, asaaku
inki liggidaa kee alsitte barak toofeh.

Kay lakal Qafar afih fanteynáh saqlá Gti. Qeyshá M
Roble yabteeh, sayyo sinni giclo qasbo sinni maaqoh
inna kinnim warisseeh, Qafar afih giclo sayyo edde
anuk taysem warissek a saaku say mari duma luk suge
fooca korsem warisse dadal caddol. Qunxaaneyti
malaak, Badduul Casan ciggiileeh, Qunxaaneyti kulli
waktik maqar kinnim warseeh, Qafar afah kulli caddol
qiku waam warse.

Tohuk lakal Akkadeemik xexxar Qido Xaa elle qidan
arac fanah haysiteeniih, tokkel Qafar Rakaakayih abba
massakaxxale Gt Ismaaqil Qali Sirroo kee Gabuutik naharsi Malaak massakaxxale Gt. Qabdulkaadir Kaamil
xexxar xaa hayteeh, Dimis Kee Reedo amo keenih kak
tibbixeeh, Akkademik ekraaro Xaa heen.

Tokkeek, luusi madabal yendebbeeniih, yab ummattah
yeceeniih, Qafar afih feeral 40hayto liggidi yendebbeemih
kassit wagsiisak mango tu taaxago yabteeh, Akkadimik
yakkaleenimit yabeenih. Akkadeemi, xisoh carayah
mango mari lakqo yeceeh, kulli daqar maali caray ittacabto yeceeniih, ellecaboh fayya itta gabay daga raqta
Dubte tecee.
Ellecaboh daffeyna Qafar afih feera wagsiisak namma
ayro gexak sugteeh, faxxitam macaay, taysem macaay,
axcuk mango walal yekkeeh, xaa kah heen akkademih
faxxintam elle tayse’nna xisoonuuy, dadlisoonu gulguluh kah gacnaama itta xawa mango tu taaxagoh fanal
tekkeeh, tanay takkay immay, Qafar afih feera bisô
maxcot elle matrinnaanih innah abenno yaanamat
orben.
Fayya ittaamah, Madqah Abbaa kee Cusen Qabbo numuuy, Dorro wanbaral xayyoseeniih, Qabbo Dorro
saakuuy, Madqah Abba Raddi celta Dorro carra gacse.
A namma numih yab table waqdi Qafar ummattah
caalatak gexxaamak kee tanimiiy, taysem kee takYaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

Ta egla tummabul cagalah Qafar afih dadalaay, to
dadalih giclo tallem faxximta afkan kee gexso gabaaftiina elle table ‘nnal, Qafarak xongoloh yanih yan
sugeetik duddu haanam teelak kobxisak aracat haanam
kee kutbeh gacisak baye kak wayta ayqiseynal
dacrisak, qusba waktih gexsot kaadu tet esgelli heenih
yaybeleeleqeenimi.

Tamah inna waqdi Qafar af alfitte liggiditte kutbeh ane
kal waarem takkay immay, away edde nan waktil
mango sababitteek uguttah tan coocitteh boolaatak
geytimam tambulle tiya.

Tohuk gexaak, hununuh luk duma luk yen bilhadak tuk
teyna waa way, raba ‘ffan kaa beya qabaarak waddiimuh edde yankuttube feera yallem faxximta.
Toh oggolsimteh Qafar afah feera daabimtam ummaan
Qafar baxi nummah hadafah yellek, to feera Qafar afih
xongolo nagay baxxaqissaamih dudda le feera
abaanam lafit luk faxximta.

Toh aboonuh afak rakiiboh afkan aki afittel qeedaalisak marin afitte lem aturgumak kaah yaktubeenim
dibuk hinnay, kay rakiibo elle xissimta raat cubbusak
kaah daffeysaanam faxximta.

Tamah abinat asisaanam kaadu takkuh Qafar afak
yabti maaqiita suggutem inkih arac xagissi heenih,
wayya haannaan qangaraa kee rakiiboh afkanah inkih
teeti ‘ffan adaaruk abe weenik, kulli num isih faxem
hadlam kee isih yakkale afkan kah yaceem raq mali.
Toh tekkek af kak wadaanam faxan qabar hinnay
qusba dalkaa kee baatiy, aftabu alle waytat culussam
numuk ma qellitta.

Tamah inkih cubit haak Gaba-aftiinah egla isi taama
abnissuh leh tan ekraaro ahaak gubal uxxuk xayyosnam teeti.

Egla a hadaf arac xagissuh edde agxittu wayta lafnabah
tan affara taama le.

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

Yaf Yinti

Toh : 1. Abukraqti gonantoo kee teelooy, sugeet qusba
waktih gexsot culusak, qunxaaneytah bilqissi sahhalossu haak xayyoysaanama.
2. Qafar afak yabti rakiiboo kee sugeetil xuucusa kusaq
gexisak, kitoobaa kee CDh ayyaaquk, kalah barsi
cogda sahhalossa teknoolojih taddiirat antafaqqamuk
afti barittoh faageega yaymaggeenimi.
3. Qafar af kee aki afitteh fanat maqnisso fanteyna
abak, Qafar af ixxigat gablusaanam kee Qafar afih kulsal aki mara yaybulleenmi.
4. Qafar afat feerassa heenim le numuk konnabaa kee
gar diggossa sumaqtal tabisak aamanti le daan kee qax
meqe maybalaalaqa edde abaanama.
Tama ‘nnal tama egla tama hadafittek abtem, Qafar
afih sugeet faxa giclo tangem akke wayta way, taama
edde kak tan.
Tohuk abteemiy aracat le waginnek, Gaba-aftiina:
Dokon Doklak:- kassoowu, Saxxaqa,
Royyana, Horra, Mareyta saare, Kalluwalle
sabo, w.w. tanim xongoloh anuk gaabossu
hayteh aracat luk, kutbeh gacisak geytimta.
Dicil Doklak:- Saxxaqa, Horra, Heddadde,
Hellalle, Karanbo gada, Hayyamme, Abiinoyta. w.w. tanim xongoloh gaabossu hayteh
kutbeh gacisak geytimta.
Laciimik :- Gaali saare, Laahi qadara, Garad
saare, Faras qadara, Raakiiba saare, w.w.
tanim xongoloh gaabossu hayteh kutbeh gacisak
geytimta.
Kitaaba kutbe wagittaamak yabti rakiibo wagsiisa kitaabay <Af kee feera > deqsita Qali Amiin
feerayse sekkactuu kee mayyaaqah gitat yani
aracat le.
Aysakamuk giti fakneh <Af kee kinnaane > deqsita qunxa kitaabay Qali Amiin kee Kaako
Ibraahim hayte afti qadaritte elle gaaboyseeni
aracat le.
Kalah Samara jaamiqatal, Gaba-aftiinah kusaqabah nammay, Qafar afak yabti maaqiital aben
gonanto Qafar afih barteynitih koona ayroh
Qasiirih xayyosse.
Casan Macammadih Casan ( Casan-piiloot)
abeh yan taamak naybeleelequh neh tabse
namma kitaabay, tii kak < Diidaale> deqsitaah
Gaditte elle taniiy, nammeyti <Abaaro> deqsitaah, kassow dorroora hadleh elle hee kinni.
Tama ‘nnal Gaba-aftiinah egla Qafar afih dadal
akkelem kak table taamah isih duddih caddol tangicille.
Ellacaboh Qafar af feeraa kee qilmi af yakkuh
faxximta giclo nabam baaxaa kee onqoro xexxar
inkih leemih sabbatah kaxxa qokol kee fayu amo
xer Qafar ayyuntak inkih qanbalta.

17

16 haytô gali

Egla / Vie associative

Yaf Yinti

Afarensis: une Association au service de la culture Afar en Europe.
Le 25 Avril 2015, nous avons
eu le privilège d’assister à la 4e
édition de La Journée de
l’Afrique, initié par un parti
politique belge (Parti Socialiste). Cette journée était dédiée à la mise en valeur de la
diversité culturelle, qui par ailleurs, est l’une des grandes richesses de la Belgique.

Tenant compte de cette particularité, l’évènement avait pour
but de réunir les acteurs de la société civile et les politiques, pour débattre des thématiques de l’intégration
de ces populations, de leur accès à l’éducation, à l’emploi et à leur place dans les médias belges.

Un village associatif et gastronomique a été mis en
place, en regroupant toutes les associations des différentes communautés africaines. Notre association disposait d’un stand aux côtés de trois autres associations
originaires de Djibouti. A savoir, Waaruf Belgique,
Acta Asbl et Abed.

C’était une belle occasion pour l’Afarensis Asbl, de
présenter dans une volonté de décloisonnement communautaire, l’action culturelle de la communauté Afar
sur le territoire de la Région bruxelloise, en favorisant
les rencontres et les découvertes dans des échanges
conviviaux.

Pour la petite histoire, l’Asbl Afarensis est une association de femmes afars, ayant pour objectifs entre-autres, de représenter au mieux la culture afar dans toute
sa diversité et améliorer ainsi les échanges culturels en
Belgique et en Europe ; faire la promotion de notre
identité culturelle et linguistique sans pour autant nous
marginaliser et stimuler ainsi l’ouverture du regard et
de l’esprit au monde qui nous entoure par le biais ar-

16

05 haytô gali

Xaagu / Nouvelles

keemik inkih bisu cedu duddah. Ken kah seceenim
digir kee doklaay, usun kah yaabeenim tu taaxagô
yaaba. Suge wee mari kaa yable gidah nanu yafyintih
ayyufta siinih hayne Tama namma dorro ahak gubal
tanim teeti.
Cusen Qabboh dorro
Saaki Dorro

tistique et culturel.

Arborant fièrement nos tenues traditionnelles issues
du Triangle Afar, nous avons exposé un panel d’objets
artisanaux décoratifs et vestimentaires, allant des
Qafar Shaxi au Maskati, en passant par des Fiddimaa … etc. (voir photo du stand).

Le public présent ce jour-là, a été séduit par notre stand
riche en couleurs. L’engouement suscité a été tel qu’il
nous a permis de nouer de nombreux contacts avec
des personnalités politiques ainsi que des structures associatives en vue de collaborations socio-culturelles
futures.

A noter qu’au-delà d’une participation culturelle, le but
de l’Afarensis Asbl est de faciliter et favoriser l’intégration sociale de ses membres dans des dynamiques
participatives, d’échanges et de rencontres dans la société dans laquelle nous évoluons.

Au vue de la forte attraction qu’a engendré notre présentation, nous pouvons ainsi dire, sans prétention aucune, que ce fût une belle réussite!

Afarensis Sayyo.

Aakamal Qafar ummatey salaamaqle
Salaamatta qaalam ittah abak suge
Dagoo tiyat yaaba yabti kassiisih
Qafar tu taaxagoh killil farmo ruube
Killilil Qaada Qalayli takke yyen
Killilil gad-aba kabirwa gaaboysen
Gabuutik arbaahim kaako baaheeni
Aysaqiyti urruk madqah abba yemeete
Logyi gambiinak Qalo ken baahen
Naagatak Muusâ baxak ken baahen
Qaalamak ni tu taaxago edde baaheen
killilil qafar af hanaawisa iyyeenih
Woo tiyah bisu wokkel elle nayseede
Fooci yab kate kal gammaddi yab mooba
Yabti kassiisih dagoo tiyat yaaba
Num abbode kal numuk waydal malfima
Yab qaxah koo maada waqdi koh yayse
Tara yol temeetek inkittot yaabu waa
Numuk teyni yaabak adda fakeh caba
Numuk teyni yaabak exxa xageh caba
Qafar baaxol kas wadir -raaqah suge
Qafar xaylok kas wadir- raaqat suge
Qafar xaylok af wadir raaqat suge
Qafar baaxol barte nee kala kas suge

06 haytô gali

Qafar baaxol dadle nee kala kas suge
Qafar migaq le bandiiral xukko sugte
Qafar rakaakayih partil xukko sugte
Qafar killil xukkutan meelat suge
DERG saa nanu xukkutan marat sugne
Doolatiinuh a saaku nayse woo saakuk
Agbi siltaanal ma nanna woo saaku
Ma nanna woo saaku xaagi messeegit
Ma nanna woo saaku farmo messeegit
Ma nanna woo saaku xaagi telfoonut
Ma nanna woo saaku gexso tayyaarat
Ma nanno woo saaku qaalamat gexo nek
Ma nanno woo saaku warkat ixxiga luk
Doolatiinuh a saaku nayse woo saakuk
Carri Dorro
Madqah abbah Dorro

Aakamal qafar ummatey salaamaqle
Able kal raageenimik tahaay rufto
Kidiini kacni muuma’may yo’xayi uuma
Caddo sinnim uma kal itta way muuma
Giclo muumay isil taduure giclo uma
Salat qibaada muuma may yoobula uma
Kedok garay muumay numma sinnim uma
Cakki geyto muuma may cagle wayti uma
Nooko muumay mari edde mango nooko uma
Baritto muuma may iss’af igmam uma
Abenno muuma may abto sinnim uma
Meela kah tangalem bagi yangaleemi
Bagi iyyem af yaama yab kah abtol asam
Udurro muuma may issim igmam uma
Baritto muuma may iss’af igmam uma

Xaagoysiyya / Interview

Yaf Yinti

Rencontre avec Saleh Mohamed Hassan, technicien supérieur du Cerd qui a bien voulu
répondre à nos questions sur la visite qu’il a effectué à l’université de Samara en
compagnie de son compère Ali Amin.

Yafyinti : Bonjour Mr Saleh, vous êtes un employé du
CERD, précisément à l’ILD( Institut de Langues de
Djibouti) en tant que technicien supérieur dans la recherche des langues, vous avez été invité à la commémoration du 40ème anniversaire de la transcription de la
langue afar qui a eu lieu dans la capitale de l’état régional afar de la république fédérale d’Ethiopie, à Samara du 10 au 13 avril. Durant votre séjour à Samara,
vous avez rendu visite à l’université de Samara. Pouvez-vous nous dire le but de votre visite ?

Saleh Mohamed Hassan : Ma visite à l’université de
Samara est un projet personnel qui remonte à l’année

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

Yaf Yinti

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

2010 alors que l’université n’avait que deux ans d’existence. Pour être plus précis, tout a commencé lorsque
j’ai rencontré dans la même année ici à Djibouti Mr
Muhyadin, un des responsables de l’université de Jigjiga, qui participait à un colloque sur le dictionnaire somali organisé par le CERD. Je lui ai parlé de mon désir
d’entrer en contact avec ses collègues de l’Université
de Samara afin d’échanger avec eux. Mr Muhyadin me
suggère d’écrire au Recteur Adem Borri en me donnant
son adresse Email. Ce dernier est l’actuel Président de
l’Université de Samara. Je lui envois donc un message
qui malheureusement n’a jamais eu de réponse. C’est
trois ans plus tard que je saurais de la bouche de son

5

06 haytô gali

Xaagoysiyya / Interview

ancien vice-président Mr Mohamed Ousman alors en
visite à Djibouti qu’ils n’ont jamais reçu de message
de ma part. Effectivement, quand après vérification,
j’ai réalisé que mon message n’a jamais quitté mon
dossier d’Envoi (Rires).

Yafyinti : Pourquoi cet engouement pour l’Université
de Samara et pour ses dirigeants ? D’autres Universités
existent pourtant en Éthiopie, notamment à Addis.

Saleh M. H : Oui, l’Éthiopie compte effectivement
plusieurs Universités et non des moindres. Mais
comme je travaille sur la langue afar, j’étais sollicité
depuis 2009 pour un projet intitulé « Territoire et mémoire à Djibouti» du CRUD (centre de recherche de
l’université de Djibouti) dont le directeur était Dr
Kadar Ali. J’étais donc associé à son cours comme enseignant de la littérature Afar – notamment la poésie et
ses différentes sonorités et formes - incluse dans le module « littérature de la corne d’Afrique » enseigné en
3ème année de lettres modernes du Flesh. Mais ce projet
s’est arrêté au cours de la deuxième année, lorsque Dr
Kadar avait été nommé à la tête de la RTD.
Yafyinti : D’où l’idée de continuer l’enseignement à
l’Université de Samara…

Saleh M. H : Effectivement, c’est la raison pour laquelle j’ai cherché à contacter l’université de Samara
afin de continuer ce que j’avais commencé avec Dr
Kadar à l’université de Djibouti. Donc, j’avais la
conviction que je pourrai réaliser mon rêve d’améliorer
mon expérience sur un terrain plus propice et ce, même
si l’université de Samara n’avait pas encore ouvert le
département afar de son Humanity, language, journalism, and social science collège.

Yafyinti : Vous étiez déjà en contact et aviez toutes les
informations sur le programme qui vous intéressait afin
de réaliser votre projet en somme.

Saleh M. H : Oui, pour cela je me suis intéressé au programme du département depuis 2013 lorsqu’il a été
lancé. A l’époque, j’avais fait part de mon projet au Dr
Adem, qui poursuivait sa thèse à Addis-abeba. Il
m’avait conseillé de m’adresser à son intérimaire Mr
Mohamed Osman. Mais j’ai changé mon stratégie pour
m’introduire là-bas. Donc, j’ai suis allé sur place l’été
dernier pour rencontrer monsieur Mr Med Idriss , chef
de département afar et l’actuel vice-président monsieur

6

Yaf Yinti

Med Ibrahim. Ces derniers m’avaient demandé de revenir la saison prochaine, c’est-à-dire à l’entrée 2015.

Yafyinti : Concrètement, qu’est-ce que vous avez pu
réaliser lorsque vous êtes resté là-bas ?

Saleh M. H : J’ai été introduit chez les étudiants afars
du département afar grâce au soutien du professeur de
linguistique afar (Yabti’xongolo), Mr Ali Abdoulkader
Houmed, qui a eu la gentillesse de nous céder, à moi et
à mon ami Ali Amin qui m’accompagnait, ses deux
heures de cours.

Yafyinti : Autrement dit, vous avez été confronté aux
étudiants du département afar. Qu’est-ce que votre enseignement leur a apporté plus ?

Saleh M. H : Durant les cinq jours que nous sommes
restés là-bas, nous leur avons donné dix heures de cours
sur la littérature afar sous forme de conférences que
nous avons présentées à tour de rôle sur la définition
de la littérature afar et ses genres, la technique de versification de la poésie et quelques analogies sur la rhétorique . Ce qui leur a été très bénéfique en terme
qualitatif par rapport à ce qu’ils savaient jusqu’ici sur
la littérature. Ce constat c’est la réaction des responsables comme celle des étudiants qui nous l’a confirmé.
D’ailleurs, un témoignage sonore que nous allons bientôt mettre en ligne vous permettra de juger à sa juste
valeur la satisfaction de ce beau monde.

Yafyinti : Avoir pu partager vos connaissances durant
cette brève rencontre vous a-t-il enrichi à votre tour ?

Saleh M. H : C’est avant tout une expérience académique dont je ne peux qu’être fier. Donc, sur ce plan
là, j’ai le sentiment du devoir accompli ; avoir rendu
un grand service, en si peu de temps à ma langue maternelle et par ricochet à mes frères de l’Université de
Samara sur qui repose la survie de la langue afar. Survie parce que c’est la langue officielle de l’état régional
afar, c’est-à-dire la langue de l’enseignement et de l’administration. Enfin, c’est qui nous a le plus marqué
mon ami Ali et moi, c’est d’avoir participé à la formation des premiers licenciés du département afar. Certains étudiants nous ont même invités à participer à la
cérémonie de remise de diplôme. Si Dieu le veut, c’est
avec plaisir que nous serons présents l’année prochaine, jour où ils seront vêtus de la toge.

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

15 haytô gali

Qafar afà / Langue Afar
Feera kee feerayse.

Qafar-afih feera toobokeemih 40 karma tan. Tohih
qafayda, Gabuutiiy elle toobokee kee elle tembeh
dadalte, Etiopiyak Qafar rakaakayak Samaral qax
maquk gexsen.

Qagisak hawweene waynu, Akaademi toobokeh tan
Samaral tekke qafaydal. Toh kaxxa tiyaay kaxxam
ruffu nee hayte kinni. Qafar-afih feerah dadalal, maddur caddo takku, qaadah caddo takku, kaxxam farakka
axcelem waaga le tiya hinna, inkih inkim edde
nekkelek.
Qafar-afih feera maa tuxiq tellee qafar ayyuntih addal?

Qafar-afih ferra mangom xiqte innam dudnah. Dimis
kee Reedo kah iyyen innah, Barit isi inah af deqsita
kitab kee yabti rakiibok aakamal: «Qafar afih gunanat
nee haytem, (…) qafar afaay, feera waytik, saax kee
baatih gexa, cattiimamih fayxi». Nummah asaaku,
baytem taniway, naharsi tuxiq, qafar-af saax kee baatik
cattiimeh. Kah kinnim mango kutuubuuy baxsa le feeraysimeh. Nammeyhaak, qafar-af gaqamboyta edde orbisan af yekkeh yan. Qagitak, muxxo leh yan tuxiq,
qafar ayyunti, marak-maral kaxab kah axcekal, Yalih
Yab sinni afih feeral kawsaanam xayi uddurih addat
abeloonum xagana. Toh kaxxa muxxooy, Yalla elle
faatitnaah, faylisnaah, ni diinih tu taaxago elle nassakaxxe taama kinni, Yallaay ken maydaa’may.

Qafar-afih feerah tuxiq amahat mayaadaay, kah inneh
innah, mangoh. Immay, dagoom uxih feerayseh caddol
ittawway le tiya-baxa tan. Toh maa tiyaay innekii, xagisa le qangooruuy, feeraysek mariiy isih elle faxa’nal
fiirisa kinni. Ceelelloh dago qangor ahak gubal ascasseenno:
Wohim:

Yaf Yinti

Sidiica feerasyse tet elle fiirise inna:
Naharsi feerayse: “Faylissâ yan”

Tama feerayse “iyyan” deqsitta qangarak (i) kee (y) kak
bayseeh, tohih aftok “Faylissa” deqsitta qangarak ellecbot tan “a” amot kaqita osise (â). Tokkel “Faylissayyan” tekke kawsal.
Nammahaytô feerayse: “Faylissa’yan”.

Tama feerayse “iyyan” deqsitta qangarak (i) kee (y)
kak bayseeh, tohih aftok “Faylissa” deqsitta qangarak
kee “yan” deqsitta qangarak fanat xukkuta (‘) xakbe.
Tokkel “Faylissayyan” tekke kawsal.
Sidiccaytô feerayse: “Faylissa’yyan”

Tama feerayse “iyyan” deqsitta qangarak (i) bayseeh,
tohih aftok “Faylissa” deqsitta qangarak kee “yyan”
deqsitta qangarak fanat xukkuta (‘) xakbe. Tokkel
“Faylissayyan” tekke kawsal.
Tama sidiica feerayseh feerah ittin way tiita elle
geyu xiqam manni malsiiy?

Qafar akkademi elle toobokeh tan ikkel, tama’nah taniimik kusaaqaay, agaarad kee maggarqa teetit tanu duddam kasah yaaxigen tiya. Tohih taagah, xexxar xaa kah
qiden madab faxe saaku xissiima’may tu kak yaanam
abtaah absissam ummat kinnim edde naaxigeh nan
kasat, Akkaademil taama gexissu wayta maro, daabite
kal, arcisaanam saqala. Kah kinnim, feerayseh feerah
itta way wadir raaqak nee ma korsa.
Meqe Kawsaay! Ani haay Qafar-ummat kee Qafar
feera!

Naharsi ceelallo:

Qangarak asaasa: “Faylissa iyyan”.

Y A F Y I N T I

S I N

M A Y B A L A A L A Q A K

K A W I S A A Y ,
Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

F I I R I S A A Y ,

Q I K A
15

14 haytô gali

Qafar afà / Langue Afar

cubbusso.Tûbaritto malaakih caddol kah yeexegen
footima anuk, inah afitteh gablusso uxih wankaxexxah.Wankaxex hinnay, Galliinoh (baaddoyso) afitte
(Engliz, Faransa, Qarabi) ninontih afitte buulak
maacise le nanu elle malsewayneh, kah maclewaynek.

Tû-baritok gurantok raceyna (CRIPEN) le xaquk,
Cripen raadiyokalah, inah afat sidiicabuuk yewqe, uxih
kaadu booxal moobinna too taamà.Taamà tekkeh tani
kuxih fan Qafar af kee Soomalih af baaxô booxal kah
oobewaam macaay? Baad afitte inah afitte nek elle giqtanna wagsiisak, iskool adda inontih af kah oobewaam
macaay uxih fan?

Tokkel maggo gibdaabini yanim bictaah; axcih
saaqootaay urruu kee maqallimaatah heeni ken xiqe
waytam bicta tiyaay, barsyenit kaadu faxximta akittokuuy.Maali malaakih caddol mataaka tanim bictah.

Gabuutih ummuunoh addal, UDC, Qafar Pen kee
Soomali Pen eglaali inah af ceteerik radewayu maggom
xoqoysiman, buukat yayballaqoonayaay, baddal-taybullii kee taysabbih xongoloola kaadu maggom kaa ixibteeh.

Ellacboh, gersi katuk, cuggi asaaku xaqul(QafarRakaakayih doolat kee Somaliland doolat) afti dadalah
naba macal yekkeh.Toh afuruk Samra gaamiqata
ayugut teemih qusba waqla le, Qafar afaha bteh tan
caddi taturte karma afti footima kah arcisak, barseynah
kak Gamaladdiin Reedo iseh kakgeytimak. Buukat
tayyaaqe makiina kaadu ruubiteenih too ceyà
kattuh.Tonnah, Somaliland doolatih addal dagih

Yaf Yinti

namma gaamiqat geytimta Hargeesaa kee Booramah
fanal.Inah af nagay yanqaawebaahe elle qanbaale
waanxexxaa rittel. Xayi laqo, Qafar doolat 4O°to
ubkay dobbi qafar afak Aysaqiiti ruugul doqaysaanam
faxaanaah; gersi xaquk inah gabuutil yoobokeemih
kusaaqak gexaak, inaytâ mandaral yakkem maggo mari
qaagita tiya.

Ellacboh tiyal, Oromoh af Soomalih af kee Qafar afih
innah maggo taqabi kaat garee himmay isi caddol elle
yaafuwaa’kkeyoofeh. Too af Geez feerà maggoluusa
kaa buulak raagteeh, naharsi dabaanal elle Oromoh amcari feeral feeraysimak sugeh, xongoloh af kinniimih
taagah, maggo caddol gibdaabinal culehsuge kawsi kak
wagteenik. Shayk Bakri iSaphalo 1941 kee 1953 fanal
Oromoh af lattiin feerah korisak amcari feerah
xixxibaanek kaa yeyyeeqeh. OLF (Oromo xukkocina)eglà maro kah hayteh novembar alsak 3uh liggidi
1991 yan waqdi Oromok laatin feerà Oromoh ayyuntiino elle solta rakiibok rakiibok teyna kinniimih
baxxaqisiyya. Oromoh af asaakih uddurul Qafaraf kee
Soomalih afak muxxi dadla isi caddol. Maggo laqo
xukkot sugeemih, usuk isi amô-xexxar geeh nidabaanal.

Afrikah gaysal, kushitik afitte sitta giqta cuggaaneh
anuk, baadafittet kabuki koositan ken kinnaane fuuxe
akke waytuh, ken doolat kaadu baxaabaxsa le cogaysoo
saaracat kah hayte inontih afitte nagay assamaq geytuh.

7 haytô gali

Qafar afà / Langue Afar
Niinah af Qafar-afà

Yaf Yinti

Caacayak rebsimaanaha’kal ma yaawwan
Boohatte koxxa dambiyaanaha’kal ma qidan
Dum'ayro waagiseenim, qusba gurral aban
Migdal yeffereenim gural gabbatan

Madqa kee xinto afiitoh le afa
Qaadaa kee sugeet miraacisa afa
Afbeecinna kee qallal xagra le afa
Dimis kee Reedo fiirisse afa

Xiqam qafar baxah xiqa afa
Xiqam qafar sidiica amoh xiqa afa
Xiqam qafar fayuh xiqa afa
Xiqam qafar eglah xiqa afa

Arkan illaltaay qafar baxak goobu
Deesitan garbooy qafar baxak reebu
Ma boolasna ni inah af xiqam lownuh
A kah gaadenno ni inah af bisoh yaxcuh
Ixxiga celta iggima nee kak badissa
Diifu celta dite nek kak badissa
Gita celta boolo nee kak badissa
Mayso ceela boola nee kak badsà

A kak raaqe weenim rikek teyna guftam
Mariiy marak raaqiseemi duudusaanam
Kulsa luk n'af mà boolasna
Loyna luk kaa mà waysisna
Farmo akah ruubam xaylo leena
Yaakume barseyni awkak inà
Farmo akah ruubam qafar sayyo
Sinn'afat yaabay barsita xaylo

Qafar qaballe urrih farmo yeexegeenik
Y'ab abto lem tayse cubbuseenik
Saaku tablen numuk maacissey inxica
Carra tablen numuk nagassey inxica

Aado aadok tayse’kal magacta

Yi Qafar toogima luk ten carri sugeh, asaaku
yoffofeenih baritto lon.
Yi Qafar boola luk sugte’yaanam maxcaay, ma xaga.
Labhatiinot aydaadi keenik yaaba, ken abini keenih
sumaaqita digga luk.

Axcih, edde yaabam tookome aadoy nek naharsi mara.
Yi aado manket tanii itta tiya asaaku inkih innam!
Duma celem elle aaxaguk sugeenim qeeb kee silaaca.
Asaaku to silaacah faxxintam matan. Ni ayroh silac :
baritto, ixxiga, guranto. Tama sidoc kinni, digga luk a
saakî baadal nek faxxintam. Num naharak bartaah,
sarrak, abeh yan baritto asaasah luk gurantot yafkunem
kaak faxximta, leh yan kas kee isi qakli edde assagalluk, bartem kinnim yaaxigem faxximta yeexegeemi gunanto kak abah a kah cawlam. Qarab intah iggima
diteey ixxiga noori. Aadoy aadok tayse saamih asaaku
baritto caddol, kinni way baritto qarwal aben baritto
baritto ma deqsitta toh gunantok maftaca kinnih tama

tiya diggi haynam faxximta tiya kinni. Hay barito
linom meqehik luk neneemik may naboodo iyanam
tan?
Diini aakamuk qaada ciggilak, tama nammay waagisanah’kkal taakumeemiy aben barittol ken qikatta kal
derreh ken hayta tiya inkinnah akke waytam digga
immay awaydi qunxaaneyti waaga kak loonum
tootiyaay yoo biyaktam teeti.
Duma alle waak neneemiy asaaku lino maggoh fayla
Yallah dabqata, ahak tamaate hora kaadu ni horak
ayseleem waaga mali toh digga immay loonumk qusbaamal nawqe carra kinni finqi yamaatem.

Yi num maqakkosinay qika !Baritneh maxcinaay
gunnusa ! Marak gacnah maxcinay aysenno ixxica !
Sinni diinil digga’xxicay, sinni qaada ikcina, linoh
marak baxsa elle linom teeti. Ni qaada qaxa’lle lem
neek tet maqakkoysina !

Yafyintih maro Sultan Cabib bookoh qaagittah:
14

yukkuqe reedah katayyi kaal yamqem.

Yaf Yinti N° 17 Ciggilta kudo / mars 2015

Yaf Yinti N° 17 Ciggilta kudo / mars 2015

7

08 haytô gali Qafar afà / Langue Afar

Yaf Yinti

Qafar af kee Eglaali macal

Tu kulli waqdi haan waqdi kah haanam taniih, tu-xiqtan keh
hanaah; heenim naharak kah malsaanah ,maggi dago marak
uguttaah, sarrak raaqe mari edde ugtak dumal.
Buqre xarrita kah yaymaaqeenim faxxa naharak ,sarrak mexeexu kak qidaanah,qiden mexeexu leek yafqeenih
dacriseenih edde taqban buqre tabukeeh tanbeh ayyunti yakmem kaak tawqeh lac yakmem kaadu kak tawqeh.Tuh kulli
dabbal faxxintam abeenik,tamqem raq mali.kulli maari
kaadu tu edde xage kal maraaqan.A saaku qafar ben mingil
nek aftoye tu -xagootu.
Yab kak ugtek fanah gacsaanah, wokke fanah gacissu sugteemiiy tekkeemiiy,takkeemiiy, sarrah faxxintam waktaanah
kah malsaanam faxxinta. Dimis kee Reedoh feera dumal
qafar afih feerak asasaay ken abini fayla lee, keenik kalah
taamite maawannoonuuy, takkay abinaay obba lee keenik
ugte.
Qafar af mangih UDC kal taamitteeh dacayri kaat abtak
dumal, fiirise kalah ayyunti aliilit sugeh aben kassow
raaqissah ayyuntat tabsah gabbaaqa mari kay dacayrit
sugeh. Wonnah kaa aba mari kay dadalat sugeeh missilitte
qafar afak dadalay edde yaloole garbok sugte. Missili afak
diifuy ayroh inna noori kinni.
Sayyoh naaxigeh aben taama sinni inah afih dacayrih maalabo edde abak sugeenih, saxxaq edde abak sugeenih ken
maxcak barten qangor mangoh.
Kulli marak afak ramid barril geytimaah akki kat mahan aki
afih qangor angali kulliimih migaq sinni afat aban,maaglal
ayyunti afat gersi afih qangor yasgalle.asgulli lamma afah
tanih axige kal aban asgolli tanih axigah aban asgolli tanih.
Kinni way tiya kak mameqe.
Kulli’nnal afat kok yangale qangor sarrak af baatih kok
beyaah sarrimaane, ayyuntaay afak wagaay warigit culsa
.Qafar Pen amah elle taamitam faxximta tiyaay, kaxxi-kaxxi
away qafar afih dadalah samaral xahi- qido kak hen qaril
taamittu wayta mixigwa elle taamittam faxximta tiya yot
celta .
Qafar Pen mingil arac xagem kee akke tekkem mangooh
,gori lee maray abeenih aban taama kak mango mari axige
waak sugeeni, ken ayyunti ken barteh , arcih Sheik Qali
Buhaye ,Hajji Cummad Gabaay ,gaddaqaay ,Casan macamaday edde cabeyyoh raqe maara baratik maacisenno.
Magalal af madadla maxcay kah kinnim magaalal af dadlissam taniih woh fanniiy, gaditte takku ,ransa takku,ayyufta
takku af dadlissa .
Qafar ben mangom ayyuntah tuxiqeeh, baaheh naharak
ayyuntal bayeh suge goori yeydebbeeh, lamma hak isikol

Ah yoo qafar ben kinniyo
Saduye gooriye ahlinno
Faram sarreye nacna kinni
Faram qiikuye kulsa kinni
Afaye qadaye dadal kinniyo
Qafar migaqaye qasa bab cedma

8

barta qunxaneytah fanteynitte heh qunxaaneyta edde
kaseenim wartaah aysuk taysem axagih.A saaku woo qunxaneyti sinni afat feraysaanah sinni abuk raqtiiy qaadat gurantooy dacayrih yanin.
A saaku Qafar ayyuntak labuk sayih qunxik kaxxih naaxigeh
edde asnam faxximta. A mingil qiknam nek waagib kinnim,
kasal, maalul, tummabulul, malaay makkol, kaa fayisnam
nek faxximta qarsat faxe mari kak yan way , inki gide neh
yakke mingiliiy bayek nek bayaah dadleh bisoh iyyek
dadaltu waytah bisoh ittu waytam n’afay ni manooy,ossobba
bahtu waytam qafar ayyuntaay ken migaq kinnim asmatih.
Qari quka lacat haana itta qafar missilahay dumal quuke
Waatta shecemiiye, awaye qukta robleh qeysah kee qunxaneytaay kaamil saqidiiy, qabdo arhooy, diltourabaay, gadda
gacsah keenih qikuuy wakali yekke waara kak hawwenekal.
A saaku anu yaf yintil feeraysam ruffu yoo hayta ,feeraysa
waqdi baguk ferraysa kawissu waytam ni ayyunta kinnim
aaxigeh xuwaw luk feeraysah gexsi afittet aba feeraysok yot
tayseh qafar ben suge waytaamal geerar saami hinna.Ayrok
wadir dite baatah qafar beenik wadir qafar ayyuntak
maaca nek amele soltah.
Qafar ben afah manggom xiqeh arcih dago amot kaak
yabeyyo:
1-qafar ayyuntah illalta yekke, heenim fan kaak baheenik,
afak waagisanam elle geenik
2-qaadah tanim dooqah tanim horrah tanim kassowwuh
tanim gaaboysaah elle taamita mari elle yaanih
3-isi inah afat kawissa ayyuftaay yaf yinti deqsita elle geytah
4-qafar afat yuktuben kitooba elle geytaah
5-tayseh tayseh fayla yalli ellele khurqan kitabih tafsirih abni
elle yekkeh
6-baddal taysabbie taybullil af kee ferra waane tatrusaanah
tekkem ayyunti kak barta
7-qafar beenik wadir baati fanah gexak sugtem daan geyteh
8-Kaamus qarab kee qafar afat heenih
Loowo kak gacisu maduudaay edde cabah, kinnih immay
cutuktak diifuh alsa tayseh away Samaral xaa kak hayya
heen Akkaaddaamik ayyunti manggom qambalaah sinni
tu-taaxago af kee ayyunta bisoh haytam kak qambalan.
Ahak naharat gactu wayta tu-taaxago qafarak kaxxa taama
qambaltah ken ayyunti ken lakal yaniih ,taama yalli keenil
bicisay dooqah keenih iyya ayyunti. Kulli num elle duuda
gurral akkaaddemi xisne takku duddam abelem wagaah
mayyuuy yot macelta.

Qafar pen
An liyoh yoo leem qafar kinni
Yo maarasiya migdak gurak
Mayso abtoye maacal faxxa
Ferraysaye kawisa sinni af
Yok kibal yayyuntaye
Niya xeer baxol liyoh

Casan Qali Robbaahe

Ardil xiiku yoh maacala
Kulsi migdaye mayso orba
Qaranat faxo waam gita
Migaq waaraye dabbi walwala
Coboyuye silye qafar ben kinniyo
Casan Qali Robbahe
Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

13 haytô gali

Qafar afà / Langue Afar

Yaf Yinti

Afrikah gaysal inah afitteh ilsiisih macalih cogaysoo kee caddo

Elle nan baaxooxa wagitaak, edde nan dabaanak ugutak, afah lakmisaanam sarri malà nek tekke, xeflih too
assakocci baxsaluk yaxxoomem Soomaliiy, Qafaraay
Oromogallitte. Gersi cuggi Tigreek Amcari, akkeey
meqe daban sinni’iinah feeral korsoonay woobohoyuk
kateenimih abuuymeher. Diini abobtiiy Aboona deqsitta abteh tan feerâ-raaqisso toonammaafaay geez
kutbel feeraysimta kah nookimtem.Asaaku Etobiyak
aydaaduu kee ayyyunti ikoytah nagay edde gamsimtem
tokkel diini buxà abteh tan xer tû-mabulu.

Afuruk afti caddol raqteh tan afitte wagga haynek 20°to
luusi gamadal, tokkel asaaku Soomaliyah doolat abte
taamak ugtaanam tanbulle tiya inah af kushitiikil muggaaqisan ayyuntitteh (Soomali, Qafar,Oromo, Bejja, …
)caddol bisoh iyyu aben cogda, faxximta sido maadu.
Macammad Siyad Barreh dabaqta too fayla lee kuuxmassakaxxa lee taamay amo-xer Soomaaliyah ayyunti
amo elle meqe akkeey baad addal.

Soomalih feerà afuruk daabitem 1972 wadir.Raaqisaanamah amô-baxxaqqaa kee Soomalih feerà arcimteemih fanal 10 karmak amo nel dacarte. Soomaliyah af
kee feerà maqarluk doogimte le Soomaliyal siyaasaa
kee qeebi uluuluka baxqisak naharal. Tokkel, amo
gexaak Soomaliyah afat maggo kas le gaba tesgelleeh,
toh Nuuriddiin Faaracaay asaaku baadal yeexegen katbeynah yaniiy, Hadraawiiy, hinna kaadu Dr Afracaay
Soomali Pen eglak miraacinnu luk sugge hee Gabuutil
naharsi dabaanay nookak tene. Tokkel Soomaliyah
dadal abem dumi laqo’kkal away canbabaariyyot yan
cuggi afitteh innah feeraa kee barittoh waadol. Qangortaay (maysarraqà) Khaamuusul migaqleey, iskoolat
inkih inah afat barseenikiiy, Gaamiqatal edde heenikiiy,
BBC baadal edde yabtu, Soomalih af dadal caddol
nagay tan baxxo beysite, asaaku uxih fan muuhakah
lem too udduruuk kaat gaceh yan maqaraay saaha kaa
bahsiise. Immay a dabaanal, Soomalih af giftoh geem
malikayrankoossimtu.
Soomaliyah doolatinni soomalih afah maggo xiqem asmata, maggoalootaa kee uwwitte soomaalih afat solte
too waqloolit. Soomali Pen wo laqok kah Soomaliyah
addal qoborteh ten. Gabuutil teetit tekkem qusba guubih ekraaro’kkal, qusba forta hinna.

Kinni way, Soomalih af baytil xayi af hinnam elle
naaxigem usuk maggo kulsa maggo deraafek geya
daqar kullik abuk lee kah baaha gurrah. Naharak Soomalih af baadal xongolo kah leeh, kah yantabimem
BBC radioh fursata, ciggiilak VOA radioh edde ossimte qusba laqok wadir. Qafar kee Oromo uxih fan
baadal ken edde yankacsen baddaltay sabbik ceytan.
Oromohtugactek, qusba laqo, nammabaddal-taybullih
saamih gee ayyunta. Qafar af uxih cemerraakutyan too
caddol. Soomalih nammeyhaak, maggo baddal-taybullitte lee asaaku(HCTV, Universal TV, Rtd, etc.) soomali

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

elle geytiminaanih baddoodil keenik toh afti faanuusa.

A laqo ni rasul, Soomalih af Gabuutil nagay elle dadlaamih saami gee ni baaxoh abba kaat abe konnabakamukuqsumak; Diaspora ise le xaqukqanxaffeluk kah
deeqehaftimalaa kee makkonagay CERD caddolSoomali Pen toobokomaggobuukatyeybeleeleqen Adan
Balaalooy, QabdilaahiCaashiiy, tokketaaduk, DrAfrac
edde tan horakinnuk. Hallaabuurdeqsittadokla kee
xaag’ayyuftitokkekwadirgaaximte date.

Qafar af elle dadlem naharak gabuuti; axcih qafar fannaaneh adda. Tokkel naaxigeemih aydaadul naharsi
feerà Kabir-Camzaay, sarrah Kaxxa-makkiiy, CamadLaqdeh Casan qarab feeray qafar af fiiriseeni. Ciggiilak, Didier Morin, Cerulli, Qasa Moltaay, hinna kaadu
Laqdee kee maggo fannaanen baxsa le laatin feerat aktubak sugen Dimis kee Reedoh feerah UDC eglah
waadol madqimtak duma. Yugulguleenih, too feerà
muddimte Qafarayyuntal, Soomali toobokoh gooriyak,
sinni sissinaane feeral qaddoosak.

1974, inah affiiruk buukul gaceh inti ruubem too laqo.
Casan Dalgâ ken teyyeeqeh ten naharsi Faransal afti
baritoh namma qunxa kitaab afuruk.Qunxam kaxxam
sinne kabe maraa kee kaxxam sinnek bayse mara
Qafar kee Soomali.Naharsi buukuuy Qafar afat yewqe
“Contes de Djibouti” deqsita Didier Morien kee Laqde
sittalihhayteliggidi 1980 sugewaq.

Boola faxe gide takkem’mmay, Qafaraf kee Soomalih
af muxxi kah dadlem UDC kee Soomaliyah doolat abte
tiya hinna dibuk. Too galto ta namma afat nagaylem
badal-taybullitteeykee taysabitteey(BBC, RTD, etc)
inah afat heen ransoosi kee gaddittê gexaak tama afitte
raamoo kee ramiidà kah teellem. Gadaba kee gadgina
faxximta taamà tokke elleabtem, ranseynit kak habbaalekal.

Soomali Pen Gabuutil arcibisen waqdi Qafar Pen
eglahsaami 2006 bilem, tohuk saqal kee maqanxa inki
bar leeh, inki maslem celta asaakih uddurul. Tokkeytakke, Qafar af maggo’nnal isi faxo geeh kulli booxal
waynabokma raaqooy, daban kee doklak ma raaqooy,
baddal-taybullii kee taysabbih kayyiqtak suneh ma
gaco. Naharsi taamak akabtem CERDik qilmii kee afti
madabaay wali koonah lic abuuk ellee weqqi hee. Isi
gideabe way, maggo buukat mawqooy, tewqem kaadu
xayih tenbexe.

Gabuutî doolat inah afitteh tayse caddo teexege. Inahaf
iskoolatat cuulaamih malà temeete fiiruk. 1999 kaxxa
maro radde iskoolat caddol urribisoh elle yaysen gurrih
kusaaqat boositak.Tokkel asaaku inah afitte le faxogeytaamih xawà raddeemik sa, uxih fan inah affitteh
keenih faxxitimta gar kee migda markinnon. Iskool
caddol ma geytimo, ayyunti caddoo kee doolat caddol
ma geytimo 15 karmah lakal too cogaysoh13

12 haytô gali

Qafar afà / Langue Afar

sur le modèle de celles qui nous soient géographiquement les plus proches, en l’occurrence l’académie de
la langue somali et l’académie des langues des peuples
d’Ethiopie.
Tout en nous inspirant de tel ou tel autre modèle, nous
devrions procéder à la conception de l’académie en
partant de la situation linguistique ou sociale de notre
langue qui ne jouit certainement pas du même statut juridique que la langue somali, et qui n’a ni encore la
place qu’occupe l’Oromo sur l’échiquier linguistique
éthiopien.
Sachant que notre langue a été jusqu’ici reléguée à
l’oralité, nous allons commencer nos suggestions, en
ce qui concerne avant tout le profil des académiciens,
par éliminer les scientifiques, et garder non plus les
hommes de lettres dans le sens propre mais plutôt les
artistes afarisants. Ces derniers seront précisément sélectionnés parmi ceux qui ont accès au Kassow, le
genre le plus noble de la poésie traditionnelle afar, et
si nous puissions nominer déjà quelqu’un tel que Kako
ou Ali Amin.
Quant au modèle d’académie que nous allons proposer
ici, en partant du constat que notre langue ou littérature
est indissociable de notre folklore, notre académie sera
ainsi un lieu où l’on apprendra à nos jeunes les arts folkloriques afars dans l’intégralité afin de les revaloriser
et d’en perpétuer la pratique. Donc, un observatoire où
l’on fera la sauvegarde de la tradition orale, c’est-à-dire
un endroit pour sauvegarder les enregistrements sonores, les textes oraux en transcrivant le chant qui accompagne chaque danse folklorique et le faire réciter.
Cela afin de répondre à la carence de notre oralité écrite
qui aurait été un support important pour des études et
analyses.
Effectivement, nos politiques découvrent la valeur du
patrimoine au moment même où les ressources traditionnelles pour l’entretenir s’épuisent. En créant cet
observatoire, nous allons chercher à éviter la rupture
totale, et à maintenir vivant un lien irremplaçable et
menacé, celui entre hier et aujourd’hui, entre la tradition et la novation. Car, Tout change de façon si profonde et si brusque à notre époque qu’il serait bien
difficile d’assurer cette mutation qui s’impose de la tradition orale vers la tradition écrite.
Dans notre optique, la future académie afar aura son
statut qui précisera ses organes qui seront par exemple
l’assemblée des académiciens dont les membres se
composeront de quatre catégories, à savoir les académiciens dont le profil est défini ci-haut, les membres
associés qui sont issus de structures régionales en place
telle que l’institut des langues de Djibouti, et l’institut
de la langue afar de Samara, les membres correspon-

12

Yaf Yinti

dants qui sont des personnalités comme Didier Morin
et Enid Parker, et les membres honoraires qui sont Afar
Study Group créé par la diaspora afar. Le nombre des
sièges de l’assemblée des académiciens sera limité au
nombre de 44 que nous inspire les structures sociales
traditionnelles.
Puis il y’aura le comité technique dont la mission sera
de mettre un place une école de revalorisations des arts
folkloriques, et qui sera composé des connaisseurs de
la tradition orale dont à la tête la personne idéale serait
Mohamed Ahmed Algani, qui est un conservateur ardent de la tradition orale. C’est par là que tout doit
commencer pour les académiciens avant d’être candidat à l’assemblée des académiciens. Ce comité va former les étudiants aux danses folkloriques et au chant
traditionnel, tout en faisant le recueil des textes oraux
que véhiculent ces derniers. En plus de ces deux organes, l’académie sera dirigée par un conseil d’administration qui sera un organe délibérant, et un
secrétariat exécutif qui va faire fonctionner l’observatoire.
Et nous pouvons être assurés que notre académie va
jouer pleinement son rôle si on met tout sur le comité
technique qui aura le rôle d’accompagnateur des jeunes
gens dans cette période de transition, ou mutation vers
un monde moderne, sans pour autant couper les liens
avec nos racines. C’est un devoir pour moi d’avoir exprimé mon avis ou mon point de vue par rapport à la
nouvelle académie afar qui sera ouverte peut-être l’année prochaine.

09 haytô gali

Qafar afà / Langue Afar

Création de l’académie afar : futilité ou utilité sociale ?

SALEH MOHAMED HASSAN
Institut des langues de Djibouti (CERD)
Email : laqdesnev@yahoo.fr

Lors de la journée de commémoration du 40ème anniversaire de l’adoption d’une orthographe adéquate pour
la langue afar, le dimanche 12 avril 2015 à Samara, la
capitale de l’état régionale afar, Dr Chehem Watta,
vice-président du Pen afar, a pris la parole pour annoncer la création d’une académie pour la langue et la culture afare.
Rappelez-vous, nous sommes en janvier 2010, une
conférence HLT 2010 de l’académie africaine des
langues qui eut lieu à Djibouti avait pour thème le traitement des langues par l’informatique. L’académie africaine des langues (Acalan) avait alors inclut la langue
somalie sur sa liste des langues transfrontalières à l’exception de l’afar. Comme sa mission l’exigeait, l’Acalan avait aussitôt mis en place une commission pour la
langue somalie qui s’est réunie du 11 au 13 avril 2011
à Jigjiga, la capitale de l’état régional somali de la République fédérale d’Ethiopie. C’est lors de la réunion
de cette commission qu’il a été question d’éditer un
dictionnaire monolingue et de créer une académie de
la langue somalie. Cette dernière volonté a été rediscutée en décembre 2012, toujours à Djibouti, lors de la
commémoration du 40ème anniversaire du système de
transcription de la langue somali. Finalement, la création de cette académie est officiellement concrétisée
six mois plus tard, le 26 juin 2013, par un décret présidentiel du Président de la République de Djibouti, son
excellence Mr Ismail Omar Guelleh. Le projet de lancement d’une Académie de la langue Somali s’inscrivait ainsi dans la ligne droite des recommandations
faites à l’issue de la commémoration du 40ème anniversaire de la transcription du Somali, en décembre
2012.

Est-ce à partir de là que l’idée de créer une académie
pour la langue et la culture afar a germé chez les afars ?
Des démarches dans ce sens ont-ils été entamées bien
avant 2012, notamment par l’Afar Pen et l’UDC ? Toujours est-il que l’idée de la création d’une académie de
la langue et de culture afar a fait son chemin jusqu’à la
pose de la première pierre de son siège à Samara le 11
avril 2015 par le Président de l’état régional afar
d’Ethiopie.
Si tout le monde s’accorde sur l’importance d’avoir une
académie, quelques questions subsistent cependant
quant au bien-fondé du timing. Il y a d’abord ce sentiment, peut-être exagéré, de voir un effet
mimétique suite au projet de création d’une académie
de la langue Somalie. Un simple cliché que nous nous
sommes fait de nos confrères somali quand on sait que
notre langue n’est même pas reconnue comme une
Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

Yaf Yinti

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

langue transfrontalière de l’union africaine par le biais
de l’Acalan. Ensuite, cette impression d’assister à un
non-évènement en l’absence du chef de l’État djiboutien ou du Premier ministre de l’État fédéral d’Éthiopie
lors de cette cérémonie de pose de première pierre.
D’autres part, d’aucuns se demandent si nous avons
brûlé des étapes quand on déplore en même temps le
manque d’une politique linguistique dans les trois pays
où cette langue est parlée - à savoir l’Ethiopie, Djibouti,
et l’Erythrée. Ensuite, l’absence de nos confrères afars
d’Erythrée à ce séminaire à cause de la situation politique. Sans la participation de ces derniers, la future
académie afar pourrait-elle standardiser les règles orthographiques, fixer les normes et donc promouvoir le
code écrit de la langue afar ?
Aussi, à la lumière de ces critiques, la création d’une
académie de la langue Afar s’apparente-t-elle plus à de
la futilité plutôt qu’à une utilité académique et culturelle ?
Vu l’accueil enthousiaste du public et les enjeux culturels et linguistiques autour cette institution académique,
la deuxième hypothèse s’impose d’elle-même.
Toutes les attentes ont été dépassées. En effet, de simples mots exprimés lors du séminaire du 11 au 12 avril
à Samara au geste concret de collecte des fonds pour
la future académie débuté le jour même, les commerçants, les collectivités des zones fédérées et les simples
citoyens de l’état régional ont amassé plus de 200.000
$!
Ce bel élan de solidarité prouve que le développement
de la langue maternelle n’est pas l’affaire des seuls spécialistes et politiciens. Elle concerne toute la société
Afar qui voit, à travers cette initiative, les effets bénéfiques sur l’avenir de la langue et la culture afar. Aussi,
allons-nous participer à l’élaboration de notre future
académie pour ne pas faire ici que des critiques qu’ils
soient constructifs ou négatifs.
Pour ce faire, nous allons donner notre point de vue sur
les formes et les fonds de ce que notre académie doit
être en tant qu’une institution étatique dont la tâche
s’articulera autour de la langue et la culture.
Mais, avant de rentrer dans les détails de nos suggestions, nous allons donner d’une manière générale le
sens d’une académie : société regroupant des scientifiques, des hommes de lettres ou des artistes. C’est
aussi un lieu où l’on apprend et l’on s’exerce à la pratique d’un art. Brièvement, cela est pour le moins les
deux sens qui nous intéressent afin de savoir ce dont
on a besoin. En plus de deux autres sens, le mot académie a onze synonymes : assemblée, beaux-arts, conservatoire, cours, école, institut…etc. pour ne citer que
ceux qui nous intéresseraient afin de faire le meilleur
choix.
Donc, notre académie ne doit être nécessairement calquée sur le modèle de l’académie française, ni moins
Suite à la page 12

9

10 haytô gali

Tasaawiri / Images

Evénément en images à Samara

10

Yaf Yinti

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

11 haytô gali

Tasaawiri / Images

Evénément en images à Samara

Yaf Yinti N° 18 Caxah alsà / mai 2015

Yaf Yinti

11


Aperçu du document yy18.pdf - page 1/10
 
yy18.pdf - page 3/10
yy18.pdf - page 4/10
yy18.pdf - page 5/10
yy18.pdf - page 6/10
 




Télécharger le fichier (PDF)


yy18.pdf (PDF, 89.7 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


yy18
yafyinti no19
yafyinti no6 30 nov 2013
yafyinti n13 du 28 septembre finald
yafyinti no3 21 aout 2013 version final
yaf yinti n 9 et 10