nh 43 .pdf



Nom original: nh-43.pdfTitre: AFFAIRE BEN BARKA : LE POINT DE VUE DES SERVICES DE RENSEIGNEMENTAuteur: Gérald Arboit

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par HAL / PDFLaTeX, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 29/05/2015 à 10:44, depuis l'adresse IP 45.219.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1111 fois.
Taille du document: 1.2 Mo (18 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


AFFAIRE BEN BARKA : LE POINT DE VUE DES
SERVICES DE RENSEIGNEMENT
G´erald Arboit

To cite this version:
G´erald Arboit. AFFAIRE BEN BARKA : LE POINT DE VUE DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT. article. 2015. <hal-01152723>

HAL Id: hal-01152723
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01152723
Submitted on 18 May 2015

HAL is a multi-disciplinary open access
archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from
teaching and research institutions in France or
abroad, or from public or private research centers.

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est
destin´ee au d´epˆot et `a la diffusion de documents
scientifiques de niveau recherche, publi´es ou non,
´emanant des ´etablissements d’enseignement et de
recherche fran¸cais ou ´etrangers, des laboratoires
publics ou priv´es.

Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0
International License

Centre  Français  de  Recherche  sur  le  Renseignement  
 
 
 
 
 

NOTE  HISTORIQUE  N°43  
AFFAIRE  BEN  BARKA  :    
LE  POINT  DE  VUE  DES  SERVICES  DE  RENSEIGNEMENT  
 

Gérald  Arboit  
 
 
 
 
 
Aborder   l’Affaire   Ben   Barka   du   point   de   vue   des   services   de   renseignement  
revient   à   délaisser   les   interrogations   et   les   suspicions   de   la  querelle  politicienne,  dans  
laquelle  l’Affaire  s’est  enferrée  depuis  la  pantalonnade  des  deux  procès  de  1966  et  1967.  
De   cette   analyse,   reposant   sur   l’abondante   bibliographie   publiée1   et   quelques  
documents   d’archives   provenant   des   services   français2   et   américains3,   le   mystère  
politique   ne   sera   certainement   pas   levé.   Toutefois,   l’Affaire   sera   rétablie   dans   son  
double   contexte   géopolitique.   La   disparition   du   dirigeant   révolutionnaire  
internationaliste   El   Medhi   Ben   Barka   doit   en   effet   être   replacée   dans   son   époque,   à  
savoir  le  Maroc  des  lendemains  de  l’indépendance  et  de  l’accession  d’Hassan  II  au  trône.  
Elle  doit  aussi  l’être  en  regard  du  «  Grand  Jeu  »  des  services  de  renseignement  au  milieu  
des  années  1960.  Aussi,  cette  analyse  n’entend  pas  apporter  une  réponse  à  la  polémique  
entourant   la   disparition   du   responsable   politique   marocain,   mais   bien   montrer  
1   Jean-­‐Paul   Marec,   La   ténébreuse   affaire   Ben   Barka.   Les   grandes   affaires   de   ce   temps,   Paris,   Les   Presses  
noires,   1966  ;   François   Caviglioli,  Ben   Barka   chez   les   juges,   Paris,   La   Table   ronde   de   Combat,   1967  ;  Roger  
Muratet,   On   a   tué   Ben   Barka,   Paris,   Plon,   1967  ;   Daniel   Guérin,   Les   assassins   de   Ben   Barka,   dix   ans  
d’enquête,   Paris,   Guy   Gauthier,   1975   et   Ben   Barka,   ses   assassins,   Paris,   Syllepse   &   Périscope,   1991  ;  
Bernard   Violet,   L’affaire   Ben   Barka,   Paris,   Fayard,   1991  ;   René   Gallissot,   Jacques   Kergoat   (dir.),  Medhi   Ben  
Barka.  De  l’indépendance  marocaine  à  la  Tricontinentale,  Paris,  Kerthala/Institut  Maghreb-­‐Europe,  1997  ;  
Zakya   Daoud,   Maâti   Monjib,   Ben   Barka   une   vie   une   mort,   Paris,   Michalon,   2000  ;   Maurice   Buttin,   Ben  
Barka,   Hassan   II,   De   Gaulle,   ce   que   je   sais   d’eux,   Paris,   Karthala,   2010  ;   Mohamed   Souhaili,   L’Affaire   Ben  
Barka  et  ses  Vérités,  Paris,  La  Procure,  2012…  
2  Archives  de  la  Préfecture  de  Police  de  Paris,  E/A  1390  (articles  de  presse)  et  HB 3  1-­‐9,  Renseignements  
généraux   (1965-­‐1967)*  ;   Archives   nationales,   Pierrefitte,   19870623/41-­‐42,   dossier   de   la   Section   des  
étrangers   et   des   minorités   des   Renseignements   généraux*,   2003327/2,   enquête   judiciaire   (1965-­‐1967),  
19920427/42-­‐44,   dossier   de   la   Direction   générale   de   la   Police   nationale   (1965-­‐1967)  ;   Documents  
diplomatiques   français   [DDF],   1965-­‐II,   1966-­‐I   et   1966-­‐II,   Paris/Bruxelles,   Ministère   des   Affaires  
étrangères/Peter  Lang,  2004  et  2006  ;  Roger  Faligot,  Pascal  Krop  (RFPK),   La  Piscine.  Les  services  secrets  
français  1944-­‐1984,  Paris,  Seuil,  1985,  p.  390-­‐405  ;  Pascal  Krop  (PK),  Les  secrets  de  l’espionnage  français  de  
1870  à  nos  jours,  Paris,  Lattès,  1993,  p.  798-­‐821  (dans  les  deux  cas,  il  s’agit  de  documents  provenant  du  
dossier  de  Marcel  Le  Roy,  colonel  du  SDECE  contraint  de  démissionner  suite  à  l’Affaire).  
3  FOIA  CIA  et  David  S.  Patterson,  Nina  Davis  Howland  (Dir.),  Foreign  Relations  of  the  United  States,  1964-­‐
1968,  XXIV,  Africa  [FRUS],  Washington,  United  States  Government  Printing  Office,  1995.  

___________________________________________________________________________
21  boulevard  Haussmann,  75009  Paris  -­‐  France  
Tél.  :  33  1  53  43  92  44          Fax  :  33  1  53  43  92  92          www.cf2r.org  
Association  régie  par  la  loi  du  1er  juillet  1901          SIRET  n°  453  441  602  000  19  
 

 

2  

comment  les  services  de  renseignement  du  Royaume  chérifien  et  d’Israël  ont  pu  monter  
une  opération  et  comment  le  ministère  de  l’Intérieur  français  se  servit  de  la  révélation  
de   l’enlèvement   de   Ben   Barka   pour   mener   une   opération   de   déstabilisation   à   l’encontre  
du  Service  de  documentation  extérieure  et  de  contre-­‐espionnage  (SDECE).  
 
 
Le  renseignement  marocain  et  Ben  Barka  
 
 
Pour   bien   comprendre   les   ressorts   de   l’Affaire   Ben   Barka,   il   convient   de   se  
pencher  dans  un  premier  temps  sur  la  structure  de  renseignement  marocaine.  Celle-­‐ci  
est  moins  héritée  de  la  période  du  protectorat,  comme  le  suggérerait  son  nom  de  Sûreté  
nationale,  que  des  conceptions  personnelles  du  pouvoir  de  Mohamed  V  et  surtout  de  son  
fils,  le  futur  Hassan  II,  à  qui  il  laissa  la  haute  main  sur  les  affaires  de  sécurité  nationale  
(police  et  armée).  Les  deux  souverains  connaissaient  la  fragilité  de  la  cohésion  nationale  
autour   de   leur   trône   et   utilisèrent   les   possibilités   offertes   par   la   police   et   les   Forces  
armées   royales,   créées   le   13   mai   1956,   pour   contenir   les   tentations   sécessionnistes  
(opération   franco-­‐hispano-­‐marocaine   Ecouvillon-­‐Ouragan1   dans   le   Sahara   espagnol,  
1957-­‐1958  ;  insurrection  du  Moyen-­‐Atlas,  février  1960)  et  la  guérilla  urbaine,  comme  le  
Croissant  noir  (proche  du  Parti  communiste),  à  laquelle  s’ajoutait  l’agitation  étudiante  et  
syndicale   créée   par   une   situation   économique   et   sociale   indigente.   Pour   garantir  
l’efficacité   de   sa   police,   Mohamed   V   entreprit   une   radicale   politique   de  
«  marocanisation  »,   qui   se   traduit   par   le   renvoi,   à   compter   du   1er   juillet   1960,   des  
quelques   trois   cents   policiers   français   restés   à   la   Sûreté   nationale2.   Confiée   depuis  
l’indépendance   à   Mohamed   Laghzaoui,   riche   homme   d’affaires   proche   de   l’Istiqlal   (parti  
nationaliste),   la   Sûreté   nationale   dépendait   pour   administration   du   ministre   de  
l’Intérieur   par   le   laconique   dahir   (décret   royal)   du   16   mai   19563.   Mais,   Laghzaoui,  
spécialiste   des   «  coups   tordus  »,   resta   avant   tout   l’homme-­‐lige   du   prince   héritier.  
A  partir   de   janvier   1958,   il   commença   à   organiser   une   série   de   brigades   spéciales  
confiées  à  des  fidèles  et  dépendant  uniquement  de  son  cabinet,  d’où  leur  dénomination  
de   CAB.   Véritables   polices   politiques   autant   que   commandos   urbains,   ils   furent   créés   en  
fonction   des   besoins   sécuritaires   du   moment.   Le   CAB1   fut   ainsi   dirigé   contre   la  
subversion   de   la   gauche   nationaliste,   comme   l’Union   nationale   des   forces   populaire  
(UNFP),  de  Ben  Barka4.  Sept  autres  suivirent  jusqu’au  dahir  du  17  juillet  1958,  le  CAB7  
étant   chargé   des   interrogatoires  ;   selon   les   canons   de   la   lutte   contre-­‐insurrectionnelle  
développée   en   Indochine   et   en   Algérie5,   la   «  Septième  »   devint   l’antre   de   la   torture   à  
laquelle  furent  soumis  les  différents  opposants  au  régime  alaouite.    
 
A   partir   de   l’accession   d’Hassan   II   à   la   plénitude   du   pouvoir   royal,   au   décès   de  
son   père   le   26   février   1961,   cette   structure   de   sécurité   intérieure   devint   la   colonne  
vertébrale   du   régime   jusqu’en   1972.   A   compter   du   13   juillet   1960,   un   fidèle   parmi   les  
fidèles,   son   compagnon   d’armes   au   cours   d’Ecouvillon-­‐Ouragan,   le   lieutenant-­‐colonel  
Mohamed   Oufkir   remplaça   Laghzaoui,   tout   en   gardant   les   sept   CAB   créés   par   son  
1  Service  historique  de  la  Défense,  Département  de  l’armée  de  Terre,  Vincennes,  6  Q  32/3.  

2   Ignace   Dalle,   Les   trois   rois.   La   monarchie   marocaine   de   l’indépendance   à   nos   jours,   Paris,   Fayard,   2004,  
p.  203.  
3  Juris-­‐classeur  marocain,  Paris,  Editions  techniques,  1972,  p.  219.  
4  Maurice  Buttin,  op.  cit.,  p.  68.  
5   Gérald   Arboit,   Des   services   secrets   pour   le   France.   Du   dépôt   de   la   Guerre   à   la   DGSE   (1856-­‐2013),   Paris,  
CNRS  Editions,  2014,  p.  269-­‐274.    

 

3  

prédécesseur,  qui   avait   jugé   prudent   d’emmener   avec   lui   leurs   personnels1.   Brillant  
officier   «  français  »   -­‐   huit   citations,   deux   croix   de   guerre   (1939-­‐1945   et   théâtres  
opérations  extérieures)  avec  palmes  et  étoiles,  officier  de  la  Légion  d’honneur  (1949)  -­‐,  
Oufkir   ne   fut   versé   que   le   28   février   1957   seulement   dans   les   Forces   armées   royales.  
Toutefois,   il   navigua   à   compter   du   1er   mars   1950   dans   les   sphères   royales.   Jusqu’en  
novembre   1955,   cet   ancien   lieutenant   du   régiment   de   marche   du   4e  régiment   de  
tirailleurs   marocains   en   Indochine   fut   affecté   au   cabinet   militaire   du   commandant  
supérieur   des   troupes   françaises,   le   général   Maurice   Duval.   Il   devint   ensuite   l’aide-­‐de-­‐
camp   des   derniers   résidents   généraux,   puis   de   Mohamed   V   à   son   retour   d’exil2.   Il  
s’affirma   rapidement   comme   un   familier   du   prince-­‐héritier,   au   point   que   l’ambassadeur  
de   France,   Alexandre   Parodi,   nota   perfidement   que   «  sa   femme   [était]   la   maîtresse   du  
roi.   A   diverses   reprises,   on   l’a[vait]   vu   sortir   du   harem   royal.   Il   fermerait   les   yeux  
complaisamment  sur  son  infortune  »3.  Homme  de  confiance  d’Hassan  II,  promu  colonel  
le   1er   janvier   1962,   il   s’avéra   un   fidèle   exécutant   de   la   volonté   royale,   à   l’image   du  
nationaliste   Laghzaoui   qu’il   remplaçait.   Après   lui   avoir   fait   suivre   un   stage   dans   le  
renseignement   militaire,   Oufkir   s’entoura   du   lieutenant   de   parachutiste   Ahmed   Dlimi,  
qu’il   avait   rencontré   au   cours   d’Ecouvillon-­‐Ouragan.   Il   confia   à   ce   «  Français  »   la  
direction  du  premier  CAB4.  
 
L’ancien  chef  de  gouvernement  Abdallah  Ibrahim,  donna  une  vision  plutôt  juste  
du  mandat  et  de  la  latitude  de  cet  officier  à  la  tête  de  la  Sûreté  nationale  :  
«  Oufkir  (…)  était  un  homme  façonné  par  l’armée,  et  dont  le  cerveau  ne  fonctionnait  
que  par  les  vertus  de  l’armée  (…).  Il  a  transformé  le  Maroc  tout  entier  en  centre  de  
renseignement,   y   compris   au   sein   de   l’UNFP.   Pas   de   morale,   pas   d’éthique.   C’est   un  
lourd  handicap  qui  a  ouvert  la  porte  à  une  politique  de  violence  officielle.5  »  
 

 
Par  «  armée  »,  il  fallait  d’abord  entendre  l’armée  française.  Aussi  bien  Oufkir  que  
son   adjoint   Dlimi   firent,   directement   pour   l’un,   à   l’instruction   pour   l’autre6,   l’expérience  
des  guerres  de  la  décolonisation  et  de  leurs  déviances  en  termes  de  maintien  de  l’ordre7.  
S’il   n’était   pas   certain   qu’Oufkir   eût   un   rôle   actif   dans   l’opération   visant   à   arrêter   les  
chefs  du  Front  de  libération  nationale  algérien  du  22  octobre  1956,  ni  qu’il  fut  approché,  
cinq   ans   plus   tard,   par   les   «  Barbouzes  »   chargées   par   Roger   Frey   de   lutter   contre  
l’Organisation  de  l’armée  secrète  (OAS)  en  Algérie  (novembre  1961-­‐mars  1962),  il  était  
clair  que  le  directeur  de  la  Sûreté  nationale  jouât  un  rôle  dans  les  missions  de  «  la  Main  
rouge  »,  faux-­‐nez  du  SDECE  et  de  la  DST,  au  Maroc8.  Cette  violence  importée  se  retrouva  
bien   vite   inscrite   dans   un   cycle   proprement   marocain   enclenché   bien   avant   son  
accession   à   ce   poste.   La   menace   intérieure   ne   fut   jamais   jugulée,   les   conjurations   se  
succédant  sans  que  jamais  l’on  sache  si  elles  étaient  avérées  ou  imaginées  (février  1960,  
juin-­‐juillet  1963  contre  l’UNFP  ;  mars  1965  contre  les  étudiants  et  les  syndicats),  et  qui  
1  Stephen  Smith,  Oufkir.  Un  destin  marocain,  Paris,  Calmann-­‐Lévy,  1999,  p.  204.  
2  Bureau  central  des  archives  administratives  militaires,  Pau,  134953.  
3  Cité  par  Ignace  Dalle,  op.  cit..  
4  Roger  Muratet,  op.  cit.,  p.  160.  
5  Cité  par  Ignace  Dalle,  op.  cit.,  p.  288.  
6  Dlimi  était  à  Pau  à  l’automne  1956,  comme  adjoint  au  commandant  de  la  1re  Compagnie  de  parachutistes  
marocains  à  l’instruction  [Jamila  Abid-­‐Ismaïl,  Calvaire  conjugal,  Casablanca,  Eddif,  2007,  p.  53].    
7   Avec   les   précautions   d’usage   relatif   à   tout   travail   journalistique   et   éludant   les   effets   sur   les   forces   de  
sécurité   marocaines,   cf.   Marie-­‐Monique   Robin,   Escadrons   de   la   mort.   L’Ecole   française,   Paris,   la  
Découverte,  2004.  
8   Maurice   Buttin,   op.   cit.,   p.   72  ;   Gérald   Arboit,   op.   cit.,   p.   278-­‐279  ;   Raymond   Aubrac,   Où   la   mémoire  
s’attarde,  Paris,  Odile  Jacob,  1996,  p.  233.    

 

4  

finirent   par   emporter   jusqu’à   Oufkir   (août-­‐septembre   1972).   Entre   temps,   Hassan   II  
proclama   l’état   d’exception   (7   juin   1965),   interrompant   pour   cinq   ans   un   difficile  
processus   de   dialogue   politique   et   social   ouvert   par   son   Mémorandum   aux   partis  
politiques  et  aux  organisations  syndicales  (20  avril  1965).  Dans  ce  contexte  se  produisit  
l’enlèvement   du   principal   opposant   politique   qu’était   El   Medhi   Ben   Barka.   Décidée   au  
printemps   par   Oufkir,   promu   général   le   6   septembre   1963   et   devenu   ministre   de  
l’Intérieur  le  20  août  1964,  cette  opération  fut  confiée  au  CAB1.    
 
 
Le  renseignement  israélien  et  Ben  Barka  
 
 
Pour  mener  une  telle  mission  contre  un  homme  qui  parcourait  le  monde  entier,  
les   capacités   du   renseignement   chérifien   ne   suffisaient   pas.   Les   inspecteurs   du   CAB1  
n’avaient  d’ailleurs  pas  réussi  à  éliminer  Ben  Barka  via  un  banal  accident  de  la  route,  le  
15   novembre   1962  ;   l’opposant   principal   d’Hassan   II   s’en   tira   moyennant   la   fracture  
d’une  vertèbre  cervicale  qui  nécessita  la  pose  d’un  plâtre  dans  un  hôpital  allemand.  Pour  
réussir  l’enlèvement  d’une  cible  aussi  mouvante  que  médiatisée,  il  fallait  disposer  d’un  
réseau  que  la  brigade  spéciale  de  la  Sûreté  nationale  marocaine  n’avait  évidemment  pas.  
Ni  ses  missions  de  renseignement  intérieur,  ni  la  formation  de  ses  personnels  n’avaient  
été  prévues  pour  opérer  à  l’étranger.  Inévitablement,  il  fallut  se  tourner  vers  un  service  
étranger.   Mais   Oufkir   ne   pouvait   décemment   pas   demander   au   SDECE   ou   à   la   CIA  
d’intervenir.   Certes,   ils   bénéficiaient   des   compétences   pour   mener   à   bien   la   mission,  
mais   ils   n’avaient   aucun   intérêt   à   le   faire,   surtout   pour   la   minuscule   Sûreté   nationale.  
Pourtant,   tous   deux   s’intéressaient   aux   activités   du   dirigeant   internationaliste   Ben  
Barka  ;   le   premier   le   faisait   depuis   septembre   1959,   le   plaçant   par   intermittence  
pendant   la   guerre   d’Algérie   sur   la   liste   des   personnes   à   éliminer1,   tandis   que   la   seconde  
semblait   ne   l’avoir   découvert   que   deux   ans   plus   tard   à   l’occasion   d’un   colloque  
florentin2.  Mais,  au  «  grand  Jeu  »  des  services,  Oufkir  n’était  qu’un  pion  permettant  à  ces  
deux  centrales  d’obtenir  des  informations  et  des  facilités  sur  le  théâtre  africain,  comme  
au   Congo,   contre   une   simple   aide   technique,   notamment   en   contre-­‐insurrection.   Le  
«  premier   flic  »   du   Maroc   n’était   pas   de   ceux   qui   traitaient   à   égalité   avec   ces   grandes  
maisons,  si  tant  est  que  l’on  pût  traiter  ainsi  avec  elles.  Il  fallait  donc  qu’Oufkir  trouvât  
un  partenaire  à  sa  hauteur.    
 
 Depuis   août   1961,   Oufkir   avait   également   succédé   à   Laghzaoui   dans   la   liaison  
avec   le     Ha-­‐Mossad   le-­‐Modi’in   u-­‐le-­‐Tafkidim   Meyuhadim   (Institut   israélien   pour   le  
renseignement   et   les   opérations   spéciales).   Son   prédécesseur   l’avait   inaugurée   à  
l’occasion   de   sa   volte-­‐face   consécutive   à   l’arrestation   d’un   agent,   Amos   Ravel,   à  
Casablanca,  aux  lendemains  de  l’indépendance  :  la  découverte  des  filières  d’évasion  de  
la   communauté   juive   marocaine   en   direction   du   jeune   Etat   hébreu   avait   conduit   le  
directeur  de  la  Sûreté  nationale  à  ordonner  la  fermeture  de  la  structure  d’immigration,  
Qadimah,   et   la   fin   de   l’aliya.   L’action   du   représentant   britannique   de   l’Agence   juive  
mondiale,   Alexander   Easterman,   avait   permis,   le   19   juin   1956,   de   faire   revenir   sur   sa  
décision  Laghzaoui,  vraisemblablement  contre  une  part  des  sommes  versés  par  l’Agence  
1  Philippe  Bernert,  SDECE  Service  7.  L’extraordinaire  histoire  du  colonel  Le  Roy-­‐Finville  et  des  clandestins,  
Paris,  Presses  de  la  Cité,  1980,  p.  89,  268.  
2  FOIA  CIA,  51966ec6993294098d509ff5,  note  de  criblage,  19  mars  1963  ;  51966ec6993294098d509ff5,  
Ugo   Antonio   Emanuele   Dadone   (Desdemone),   «  “colloquio   Mediterraneo”   Firenze   3/6   octobre   1958  »,  
p.  14.  

 

5  

juive   pour   chaque   émigrant.   Ayant   mis   officiellement   fin   à   l’action   de   Qadimah   (1949-­‐
1956),   il   accompagna   l’opération   clandestine   pilotée   par   le   Misgeret   (1956-­‐1961),   la  
nouvelle   structure   mise   en   œuvre   au   sein   du   Mossad,   malgré   les   vicissitudes   de   la   vie  
politique  marocaine1.  Laghzaoui  resta  un  acteur  de  la  stratégie  israélienne,  rencontrant  
dans   un   premier   temps   Easterman2,   puis   des   responsables   du   Mossad,   Jo   Golan   et   Akiva  
Levinsky3.    
Dans  le  même  temps,  Easterman,  puis  un  agent  personnel  des  Affaires  étrangères  
israéliennes,  André  Chouraqui,  enfin  des  agents  du  Mossad,  Yaagov  Caroz  et  Lili  Castel,  
entretinrent   une   liaison   avec   Ben   Barka  ;   il   s’agissait   de   trouver   une   solution   au   blocage  
de  l’opération  du  Misgeret  consécutif  au  raidissement  marocain.  Avant  même  le  renvoi  
de  Laghzaoui,  les  Israéliens  cherchèrent  à  trouver  un  interlocuteur  dans  l’entourage  du  
prince   héritier   Moulay   Hassan.   La   réussite   de   cette   liaison,   en   août   1961,   marqua  
également  la  fin  de  celle  avec  Ben  Barka,  devenu  trop  instable  pour  jouer  encore  un  rôle  
au  Maroc4.  Au  moment  où  le  Mossad  se  détachait  de  lui,  en  mars  1960,  l’ancien  président  
de  l’Assemblée  consultative  se  laissa  approcher  par  la  Státní  Bezpečnost  (Sécurité  d’Etat,  
StB)   tchécoslovaque.   Mieux,   le   28   mars,   il   rencontra   à   11   h   30   Caroz,   qui   ne   lui   laissa  
aucune  illusion  quant  au  soutien  israélien  à  ses  projets,  et  à  20  h  30,  se  rendit  au  dîner  
auquel  le  second  secrétaire  tchécoslovaque,  le  capitaine  du  StB  Zdeněk  Mičke,  rencontré  
une  semaine  plus  tôt  au  Fouquet’s,  l’avait  convié5.    
Instruit   de   ses   contacts   avec   les   Israéliens,   Ben   Barka   va   chercher   à   obtenir   la  
même   chose   de   la   part   des   Tchécoslovaques.   Ainsi   fait-­‐il   aux   deux   parties,   le   28   mars  
1960   pour   le   Mossad6   et   entre   le   12   mars   et   le   1er   juillet   1961   pour   le   StB,   la   même  
proposition  :  un  soutien  financier  et  un  approvisionnement  en  armes  pour  ses  partisans  
quand  l’heure  du  soulèvement  arriverait.  Comme  les  Israéliens,  les  Tchécoslovaques  lui  
offrirent   de   venir   visiter   leur   pays  ;   il   s’y   rendit   onze   fois   à   compter   de   septembre   1961.  
Ils   le   stipendièrent   en   outre   pour   son   voyage   en   Guinée,   à   la   deuxième   Conférence   de  
solidarité   des   peuples   afro-­‐asiatiques,   où   Ben   Barka   prononça   un   discours   encore   très  
favorable   à   Israël.   Pourtant,   s’enferrant   dans   sa   relation   avec   le   StB,   il   lui   offrit   des  
informations   sur   la   France,   en   provenance   du   SDECE,   du   Quai   d’Orsay   et   du   ministère  
des   Armées.   Dans   le   langage   du   renseignement   de   l’Est,   il   fut   d’abord   un   verbovka  
agenta  (agent  en  recrutement),  puis  devint,  à  l’issue  de  son  second  séjour  à  Prague,  en  
février  1963,  un  důvěrným  stykem  (contact  confidentiel).  Le  changement  qui  suscita  ce  
déclassement   aux   yeux   du   StB   tenait   au   changement   de   la   donne   politique   marocaine.  
Ben   Barka   retourna   dans   son   pays   le   15   mai   1962,   suspendant   ses   rapports   avec   le  
capitaine   Mičke.   Lors   d’un   bref   séjour   à   Prague,   en   février   suivant,   il   se   vit   affecter   deux  

1   Yigal   Bin-­‐Nun,   «   La   quête   d’un   compromis   pour   l’évacuation   des   Juifs   du   Maroc   »,  Pardès,   n°   34,   2003/1,  

p.  75-­‐98.  
2   Archives   de   l’Etat   d’Israël   (AEI),   Jérusalem,   Ministère   des   Affaires   étrangères,   2525/9,   Easterman   à  
Goldmann,   1er   juillet   1957  ;   4317/10/II,   télégr.   Shneurson   suite   à   sa   conversation   avec   Easterman,   19  
janvier   1958  ;   4318/10/II,   Easterman   à   Laghzaoui,   26   novembre   1958.   Cf.   Yigal   Bin-­‐Nun,   «  The  
contribution   of   World   Jewish   Organizations  to   the   Establishment   of   Rights   for   Jews   in   Morocco   (1956-­‐
1961)  »,  Journal  of  Jewish  Modern  Studies,  n°  9/2,  2010,  p.  251-­‐274.  
3  Ibid.,  4317/10/II,  Levinsky  lors  d’une  rencontre  d’agents  du  Mossad  à  Paris,  7  novembre  1958.  
4  Ibid.,  4319/4/1,  rapport  de  Chouraqui,  Chouraqui  à  Castel  et  Gazit  à  Castel,  24  mars  1960.  Cf.  Yigal  Bin-­‐
Nun,  «  Chouraqui  diplomate.  Débuts  des  relations  secrètes  entre  le  Maroc  et  Israël  »,  Perspectives,  Revue  
de  l’Université  hébraïque  de  Jérusalem,  n°  15,  2008,  p.  169-­‐204.    
5   Archives   de   l’Úřad   pro   zahraniční   Styky   a   Informace   (AÚZSI),   Prague,   43802-­‐20,   rapport   de   Mičke,  
1er  avril  1960.  
6  AEI,  op.  cit.,  4319/4/2,  Caroz  à  Gazit,  3  avril  1960  ;  2052/84/2,  Verad  à  Maroz,  13  juillet  1960.  

 

6  

nouveaux  officiers  traitants,  Karel  Čermák  et  Jiřího  Vančuru,  du  siège  du  StB1.  Ben  Barka  
continua   encore   ses   allers-­‐retours   vers   Prague   de   juillet   1963   à   octobre   1965.   Entre  
temps,   il   fut   notamment   invité   à   remplir   une   mission   de   bons   offices   entre   les   amis  
tchécoslovaques   et   ses   amis   baasistes   en   Syrie   en   mai   1963,   mais   il   ne   trouva   pas  
«  le  moment   approprié   pour   une   telle   intervention   de   l’emporter,   propos[ant]  
d’attendre  un  certain  temps  »2.  
Ces  activités  clandestines  de  Ben  Barka  finirent  par  alarmer  les  services  d’Oufkir,  
notamment   le   CAB1.   Ou,   du   moins,   les   révélations   du   représentant   du   Baas   syrien   à  
Genève,  l’étudiant  Atef  Danial,  à  Abdelkrim  el  Khatib,  ministre  d’Etat  chargé  des  Affaires  
africaines,  dans  la  chambre  d’un  hôtel  genevois  qu’Oufkir  et  Dlimi  mirent  sur  écoutes3.  
Ben   Barka   jugea   plus   prudent   de   s’exiler   le   23   juin   1963,   tandis   qu’Oufkir   lançait   une  
nouvelle   série   d’arrestations   dans   les   rangs   de   l’UNFP   dans   le   cadre   du   «  complot   de  
juillet  ».  Dlimi  continua  son  enquête  sur  l’ancien  président  de  l’Assemblée  constituante  
et  mis  à  jour  les  liaisons  avec  le  StB.  La  Rezidentura  tchécoslovaque  de  Rabat  l’apprit  le  
15  octobre  1963  :  
«  Le  Maroc  [sut]  que  [Ben  Barka]  était  en  Tchécoslovaquie.  Dans  les  milieux  de  la  police,  on  
estim[ait]  que  le  but  de  sa  visite  était  de  discuter  du  développement  de  formation  et  de  divers  
groupes  marocains  destinés  à  être  déployés  sur  la  frontière  Maroc-­‐Algérie4.  »    

 
 
Le   CAB1   ne   se   trompait   qu’à   moitié,   puisque   Ben   Barka   ne   suivit   un   stage   de  
formation  aux  techniques  conspiratives  qu’à  compter  du  9  au  17  mars  1965  à  Prague5.  
Une   quinzaine   plus   tard,   au   Caire,   dans   le   cadre   d’un   colloque   sur   la   Palestine,   il  
prononça   un   discours   critiquant   «  le   rôle   d’Israël   en   Afrique  »6.   Il   est   peu   probable,  
compte   tenu   du   «  besoin   d’en   savoir  »   qui   régit   les   relations   dans   le   monde   du  
renseignement,  que  le  Mossad  fit  part  de  cette  évolution  à  son  homologue  marocain.  
Pourtant,   le   service   israélien   n’avait   pas   tardé   à   établir   une   liaison   avec   Oufkir.  
Comme   pour   Laghzaoui,   son   entrée   en   jeu   se   concrétisa   par   l’arrestation   de   vingt  
membres   du   Misgeret,   marquant   la   fin   de   leur   opération,   et   en   inaugura   une   nouvelle,  
Yakhin   (1961-­‐1966).   Mais   la   liaison   avec   Oufkir   n’intervint   qu’en   toute   fin   des  
démarches  d’Easterman  et  de  Golan7.  Et  encore  se  contenta-­‐t-­‐il  dans  un  premier  temps  
que  de  signer  les  passeports  collectifs  et  de  demander  à  son  ami,  le  général  Ben  Aomar  
Driss,   gouverneur   de   Casablanca,   d’en   finir   avec   le   rançonnage   des   émigrants8.   Au   cours  
d’un  temps  d’observation  (1961-­‐1963)  équivalent  à  celui  que  connut  Laghzaoui  (1956-­‐
1958)   avant   son   premier   contact   direct,   Oufkir   fut   d’abord   mis   en   relation   avec   le  
commissaire   divisionnaire   de   la   Sûreté   nationale   parisienne,   Emile   Benhamou.   Il   est  
difficile  de  dire  si  les  deux  hommes  se  connaissaient  depuis  la  Seconde  Guerre  mondiale,  
comme  il  est  généralement  établi,  ou  si  le  policier  spécialisé  dans  les  affaires  financières,  
né   à   Tlemcem,   rencontra   son   collègue   marocain   à   propos   des   trafics   de   devises   entre  
l’Afrique   du   Nord   et   la   métropole   aux   lendemains   de   la   décolonisation.   Toujours   est-­‐il  
1  AÚZSI,  op.  cit.,  Čermák,  25  février  1963.  
2  Ibid.,  Rezidentura  Rabat,  23  mai  1963.    
3  Ignace  Dalle,  op.  cit.,  p.  288.  
4  AÚZSI,  op.  cit.,  Rezidentura  Rabat,  23  octobre  1963.  

5   Petr   Zídek,   Karel   Sieber,   Československo   a   Blízký   východ   v   letech   1948-­‐1989   [La   Tchécoslovaquie   et   le  
Moyen-­‐Orient,  1948-­‐1989],  Prague,  Ústav  mezinárodních  vztahů,  2009,  p.  220-­‐225.  
6  Medhi  Ben  Barka,  Ecrits  politiques  1957-­‐1965,  Paris,  Syllepse,  1999,  p.  199-­‐218.  
7  Ian  Black,  Benny  Morris,  Israel’s  Secret  Wars.  A  History  of  Israel’s  Intelligence  Services,  New-­‐York,  Grove  
Press,  1992,  p.  179  ;  Yigal  Bin-­‐Nun,  «  La  quête  d’un  compromise…,  op.  cit.,  p.  83-­‐95.  
8  Stephen  Smith,  op.  cit.,  p.  232.  

 

7  

qu’en   février   1963,   Behamou   organisa   un   déjeuner   entre   le   directeur   de   la   Sûreté  
national  marocaine  et  Yaagov  Caroz.  Suivirent  la  réception  par  Hassan  II  du  directeur  du  
Mossad,   Meir   Amit,   accompagné   de   Caroz   et   à   laquelle   assista   évidemment   Oufkir,  
à  Marakech,   en   avril,   puis   une   série   de   rencontres   de   ce   dernier   avec   son   officier  
traitant,   David   Shomron,   dans   les   hôtels   genevois   Beau   Rivage   et   Cornavin1.   Mi-­‐
décembre,  le  chef  des  opérations  du  Mossad,  Rafi  Eitan,  et  Shomron  se  rendirent  à  Rabat  
pour   rencontrer   Oufkir.   Tandis   que   Shomron   faisait   connaissance   de   Dlimi,   Eitan   et  
Oufkir   établirent   les   bases   de   la   coopération   entre   leurs   services   respectifs.   Dans   le  
contexte  de  guerre  avec  l’Algérie,  soutenue  par  l’Egypte  nassérienne  et  Cuba2,  la  Sûreté  
nationale  marocaine  était  demandeuse  de  formation  à  la  protection  de  ses  ambassades  
et   au   renseignement   électromagnétique,   tandis   que   le   Mossad   recevait   un   accès   aux  
prisonniers   égyptiens   qui   combattaient   aux   côtés   des   Algériens.   Le   service   israélien  
obtint   d’ouvrir   une   station   par   laquelle   transiteraient   les   renseignements   échangés  
entre  les  deux  partenaires  ;  Shomron  en  prit  la  direction.  Cette  information  fut  confiée  à  
Oufkir   lors   de   son   premier   voyage   à   Tel   Aviv,   le   3   janvier   suivant,   que   confirma  
Hassan  II3.    
   
Quant   le   CAB1   comprit   que   Ben   Barka   complotait   avec   le   StB,   il   chercha   à   le  
localiser.   Mais   l’opposant   marocain   se   déplaçait   sans   cesse,   changeant   d’identité   à  
chacun  de  ses  voyages  entre  Alger,  où  il  avait  sa  résidence,  et  Le  Caire,  où  il  bénéficiait  
de  complicités.  De  là,  il  s’évaporait  vers  des  destinations  que  les  compétences  du  service  
de  renseignement  intérieur  marocain  ne  pouvaient  identifier.  Le  25  mars  1965,  au  soir  
des   manifestions   de   Casablanca   trop   sévèrement   réprimées   par   la   police   d’Oufkir,   un  
conseil   restreint   se   tint   à   Rabat   en   présence   d’Hassan   II  ;   outre   le   souverain   et   le  
ministre   de   l’Intérieur,   se   seraient   trouvés   ainsi   réunis   le   directeur-­‐adjoint   (Oufkir   en  
était   toujours   le   directeur   en   titre)   de   la   Sûreté   nationale,   le   commandant   Ahmed   Dlimi,  
le  chef  de  la  maison  royale,  le  colonel  Moulay  Hafid,  et  le  directeur  général  du  cabinet  
royal,  Driss  M’Hammedi.  L’objet  de  cette  conférence  fut  d’évoquer  «  le  cas  Ben  Barka  »  
dont   le   rôle   à   l’étranger   pouvait   être   plus   nocif   que   s’il   était   dans   le   pays4.   Avant   de  
pouvoir  l’amener  à  rentrer,  encore  fallait-­‐il  réussir  à  savoir  où  il  se  trouvait.  
   
Il  fallut  donc  demander  l’aide  des  Israéliens.  Début  mai,  David  Kimche,  de  l’unité  
Tevel   (Monde),   chargée   des   relations   avec   les   services   étrangers,   vint   à   Rabat   étudier  
avec  Oufkir  les  attentes  marocaines,  puis  les  deux  hommes  s’envolèrent  pour  Tel  Aviv,  
via   Rome,   afin   d’obtenir   l’accord   de   Meir   Amit.   Rapidement,   le   Mossad   localisa   Ben  
Barka   à   Genève.   La   capitale   économique   helvétique   formait   la   plaque   tournante   à   partir  
de   laquelle   le   dirigeant   de   l’UNFP   planifiait   ses   déplacements   en   Europe   et   dans   le  
monde  ;  ses  contacts  au  sein  du  SDECE,  au  temps  des  opérations  françaises  en  Algérie,  
lui   avaient   conseillé   d’éviter   la   France.   Un   kiosque   de   presse   genevois   lui   servait   de  
1  Raouf  Oufkir,  Les  invités,  Vingt  ans  dans  les  prisons  du  Roi,  Paris,  Flammarion/J’ai  lu,  2005,  p.  370-­‐373,  

citant   Y.   Bin-­‐Nun,   Les   relations   secrètes   entre   le   Maroc   et   Israël,   1955-­‐1967,   manuscrit   et   cycle   de  
conférences  au  Centre  Communautaire  de  Paris,  2004  ;  Yigal  Bin-­‐Nun,  «  Les  agents  du  Mossad  et  la  mort  
de  Mehdi  Ben  Barka  »,  La  Tribune  juive,  1er  avril  2015.  
2  Cf.  Karen  Farsoun,  Jim  Paul,  «  War  in  the  Sahara:  1963  »,  Middle  East  Research  and  Information  Project,  
n°45,  mars  1976,  p.  13-­‐16  ;  Piero  Gleijeses,  «  Cuba’s  First  Venture  in  Africa:  Algeria,  1961-­‐1965  »,  Journal  
of  Latin  American  Studies,  vol.  28,  n°  1,  février  1996,  p.  159-­‐195.  
3  Michel  Bar  Zohar,  Nissim  Mishal,  Mossad  les  grandes  opérations,  Paris,  Plon,  2012,  p.  178-­‐179  et  Ronen  
Bergman,  Shlomo  Nakdimon,  «  The  Ghosts  of  Saint-­‐Germain  Forest  »,  Yediot  Aharonot,  23  mars  2015.  
4   Ahmed   Boukhari,   Raisons   d’Etats.   Tout   sur   l’affaire   Ben   Barka   et   d’autres   crimes   politiques   au   Maroc,  
Casablanca,  Maghrébines,  2005,  p.  89  [ce  livre,  bourré  d’affabulations,  doit  être  manié  avec  précautions,  
malgré  des  éléments  issus  des  permanenciers  du  CAB1  toujours  classifiés].  

 

8  

boite   aux   lettres.   Mais   il   s’y   faisait   réexpédier   différents   journaux   et   revues  
internationaux,  dont  The  Jewish  Observer.  Le  Mossad  fit  aussi  la  découverte  qu’un  autre  
service  surveillait  le  Marocain  et  suspendit  ses  opérations  en  sa  direction.  Cette  décision  
signifiait  que  le  service  en  question  était  un  allié,  comme  la  CIA,  avec  lequel  la  Centrale  
israélienne   collaborait   depuis   octobre   19521.   En   aucun   cas,   le   Mossad   n’aurait   suspendu  
sa  surveillance  s’il  s’était  agi  du  StB.  Toujours  est-­‐il  que  les  agents  de  la  Sûreté  nationale  
marocaine   durent   remplacer   ceux   du   service   israélien   pour   «  planquer  »   autour   du  
kiosque  genevois.  En  deux  semaines,  ils  retrouvèrent  Ben  Barka.  
   
A   la   fin   de   l’été   1965,   Hassan   II   prit   la   résolution   d’en   finir   avec   cette   question.  
Lors  de  sa  demande  de  participation  au  compromis  proposé  par  le  souverain,  l’opposant  
en   exil   répondit   qu’il   fallait   renvoyer   «  les   opportunistes   et   les   traitres  »,   désavouant  
l’UNFP   autant   qu’il   courrouçât   le   souverain.   Le   roi   demanda   à   Oufkir   de   conclure   un  
marché  avec  le  Mossad  :  en  échange  de  son  accès  à  la  conférence  de  la  Ligue  arabe,  qui  
devait   se   tenir   à   Casablanca   du   13   au   18   septembre   1965,   le   service   israélien   aiderait   le  
CAB1  à  mettre  la  main  sur  Ben  Barka.  L’objectif  était  de  lui  donner  l’alternative  entre  un  
poste  ministériel,  donc  un  ralliement  à  la  monarchie  honnie,  et  un  procès  pour  trahison,  
sur   la   base   des   informations   relatives   à   ses   tractations   avec   le   StB,   devant   une   cour  
marocaine.   Ce   marché,   courant   entre   services   de   renseignement,   révélait   un  
changement  de  sens  dans  la  relation  entre  le  Mossad  et  la  Sûreté  nationale  marocaine  :  
l’opération  Yakhin  prenait  fin  et  les  transferts  financiers  se  faisaient  anecdotiques2.  
 
Début   septembre,   des   membres   de   l’unité   Tziporim   (unité   de   recherche  
opérationnelle),   dont   Rafi   Eitan   et   Zvi   Malkin,   se   rendirent   à   Casablanca,   que   le   CAB1  
installa,   sous   bonne   garde,   au   niveau   de   la   mezzanine   de   l’hôtel   accueillant   la  
conférence.   Le   12   septembre   pourtant,   Hassan   II   se   ravisa   et   ordonna   aux   agents  
israéliens  d’abandonner  le  site,  craignant  qu’ils  ne  fussent  reconnus  par  leurs  confrères  
de  la  partie  adverse  arabe.  Le  CAB1  utilisa  les  moyens  d’écoute  installés  par  le  Mossad  
et,   immédiatement   après   la   conférence,   transmit   toutes   les   informations   nécessaires,  
ainsi   que   le   matériel   électromagnétique   israélien.   Dans   l’affaire,   le   service   israélien  
obtint  un  aperçu  de  l’état  d’esprit  des  plus  grands  ennemis  d’Israël,  notamment  que  les  
armées   arabes   n’étaient   pas   préparées   à   une   nouvelle   guerre.   Quant   à   Nasser,   dont   le  
Gihaz   al-­‐Mukhabarat   al-­‐Amma   (Service   de   renseignement   général)   détecta   la   présence  
israélienne,  il  eut  la  preuve  de  la  duplicité  marocaine3…  
 
La  partie  du  marché  en  faveur  du  Mossad  ayant  été  tenue,  il  fallait  que  le  service  
israélien   tînt   sa   part.   Il   n’est   pas   inutile   de   voir   une   relation   entre   cette   responsabilité  
prise  par  Meir  Amit  envers  Mohamed  Oufkir  et  le  nom  que  le  Premier  ministre  israélien,  
Levi  Eshkol,  qui  aimait  citer  les  sources  religieuses,  donna  à  l’opération  :  «  Baba  Batra  »  
était   autant   une   référence   à   l’ordre   talmudique   relatif   à   la   responsabilité   individuelle  
qu’un  jeu  de  mots  autour  des  initiales  de  Ben  Barka.  «  Baba  Batra  »  prit  la  forme  d’une  
intoxication.  Elle  consistait  à  faire  croire  à  la  cible  que  son  conseil  et  son  aide  seraient  
décisifs   pour   un   projet   de   film   sur   les   mouvements   révolutionnaires   dans   le   monde.  
Depuis   cinq   ans,   le   Mossad   connaissait   la   propension   insurrectionnelle   de   celui   qui,  
depuis  le  printemps,  présidait  le  comité  préparatoire  de  la  conférence  Tricontinentale,  
1   Ephraim   Kahara,   «  Mossad-­‐CIA   Cooperation  »,   International   Journal   of   Intelligence   and  
Counterintelligence,  vol.  14,  n°  3,  2001,  p.  409-­‐420.  
2   Yigal   Bin-­‐Nun,   «  La   négociation   de   l’évacuation   en   masse   des   Juifs   du   Maroc  »,   Shmuel   Trigano  
(dir.),  La  fin  du  Judaïsme  en  terres  d’Islam,  P aris,  Denoël,  2009,  p.  357.  
3   Muhammad   Hassanein   Haykal,   ‫ ﻙكﻝلﺍاﻡم‬  ‫ ﻑفﻱي‬  ‫ ﺍاﻝلﺱسﻱيﺍاﺱسﺓة‬  (Propos   politiques),   Le   Caire,   Al-­‐Misriyya   linarch,   2001,  
cité  par  Abdelhadi  Boutaleb,  Un  demi  siècle  dans  les  arcanes  du  pouvoir,  Rabat,  Az-­‐Zamen,  2002,  p.  274.  

 

9  

ce   qui   l’amenait   à   travailler   avec   la   Dirección   de   Inteligencia   cubaine.   La   réalisation  
opérationnelle  et  le  recrutement  de  l’équipe  de  cinq  membres,  dont  le  service  israélien  
fournissait   les   passeports,   furent   laissés   à   l’initiative   marocaine.   Le   Mossad   n’apporta  
que   quelques   éléments   ciblés.   Le   premier   consista   certainement   dans   celui   de  
crédibilité  :   un   producteur   débutant   de   films1   suisse,   Arthur   Cohn,   collaborateur   du  
Shin  Bet,   le   service   israélien   de   renseignement   intérieur,   et   gendre   du   ministre   israélien  
de  la  Justice  Moshe  Haïm  Shapira.  Le  second  fut  plus  décisif  :  plutôt  qu’une  action  auprès  
d’un   fonctionnaire   de   la   police   fédérale   des   étrangers,   le   Mossad   fit   pression,  
certainement   contre   espèces,   sur   un   avocat   suisse,   évidemment   connu   de   Ben   Barka  
pour   lui   faire   comprendre,   le   28   octobre,   que   «  son   autorisation   de   séjour   et   son   visa  
seraient  arrivés  à  expiration  et  le  fonctionnaire  chargé  de  les  renouveler  serait  parti  se  
reposer  en  vacances  en  Israël  »2.    
Le  4  octobre  1965,  sans  en  dévoiler  les  attendus  opératifs,  Amit  fit  part  à  Eshkol  
de  la  nouvelle  demande  marocaine.  Les  deux  dirigeants  se  montrèrent  dubitatifs  quant  à  
la   sincérité   des   Marocains.   Leur   sentiment   sembla   être   confirmé   lorsque   le   capitaine  
Dlimi  demanda,  le  12  octobre,  de  fausses  plaques  de  voiture  et  du  poison.  Treize  jours  
plus   tard,   Amit   se   rendit   à   Rabat   pour   une   visite   de   routine.   Il   tenta   de   dissuader   les  
Marocains  de  remettre  à  plus  tard  l’assassinat  prévu,  «  de  sorte  que  leurs  préparations  
[fussent]   plus   parfaites.  »   Mais   le   chef   du   CAB1   le   surprit   en   lui   annonçant   que  
l’opération  était  «  déjà  en  cours  ».  Placé  devant  le  fait  accompli,  le  directeur  du  Mossad  
réalisa  qu’il  ne  pouvait  plus  louvoyer  et  se  devait  d’apport  un  soutien  à  l’opération3.  
 
 
Le  renseignement  français  et  Ben  Barka  
 
 
Le   CAB1   lança   son   opération   dès   le   printemps   1965   en   dépêchant   à   la   suite   de  
Ben  Barka  un  agent  sous  couverture.  Elle  fut  même  lancée  depuis  Paris  par  le  ministre  
de  l’Intérieur  en  personne  ;  le  général  Mohamed  Oufkir  organisa  une  réunion  avec  des  
«  amis  français  »,  le  21  avril  ;  neuf  jours  plus  tard,  une  note  du  service  de  la  recherche  au  
SDECE  ne  précisait  pas  qui  ils  étaient.  Tout  juste  était-­‐il  mentionné  son  objet  :    
«  Le  général  Oufkir,  ministre  marocain  de  l’Intérieur,  qui  est  arrivé  à  Paris  le  21  avril  a  été  
chargé   par   le   roi   du   Maroc   d’entrer   en   contact   avec   Mehdi   Ben   Barka   pour   tenter   de   le  
convaincre  de  rentrer  au  Maroc  avec  ses  compagnons.  Hassan  II  est  décidé,  en  effet,  à  lever  la  
procédure  de  contumace  pris  à  l’encontre  du  leader  de  l’UNFP  »4.    

 
 
Si   l’on   considère   la   réunion   du   25   mars   1965   à   Rabat   comme   lançant   la   première  
phase   de   l’opération,   cette   réunion   semblait   antérieure   à   la   réponse   israélienne.   Elle  
correspondait  à  cette  époque  où  les  Marocains  pensaient  pouvoir  retrouver  Ben  Barka  
facilement.  Aussi  Oufkir  vint-­‐il  à  Paris  dans  un  état  d’esprit  différent  de  celui  avec  lequel  
il  se  rendait  moins  de  deux  mois  plus  tard  à  Tel  Aviv.  Cette  fois,  la  réunion  du  21  avril,  
aux   accents   informels   puisqu’elle   se   tînt   au   Crillon,   où   descendit   le   ministre   de  
l’Intérieur,   se   contenta   d’obtenir   de   ses   «  amis   français  »   l’autorisation   de   mener   une  
opération   dans   la   capitale.   Parmi   les   «  amis  »   présents,   peut-­‐être   se   trouvait-­‐il   son  
homologue   français,   Roger   Frey,   le   chef   de   cabinet   de   ce   dernier,   Jacques   Aubert,  
1  Il  n’a  produit  que  deux  documentaires,  Le  ciel  et  la  boue  (1961)  et  Paris  secret  (1965).  
2  Zakya  Daoud,  Maâti  Monjib,  op.  cit.,  p.  347.  
3  Ronen  Bergman,  Shlomo  Nakdimon,  op.  cit..  
4  Citée  par  Maurice  Buttin,  op.  cit.,  p.  230-­‐231.  

 

10  

l’avocat   Pierre   Lemarchand   et   le   directeur   général   de   la   Sûreté   nationale,   Maurice  
Grimaud  ?  Outre  leur  implication  précédente  dans  les  opérations  barbouzardes  contre  
l’OAS,   ces   quatre   hommes,   à   diverses   étapes   de   l’opération   marocaine,   eurent   un   rôle  
éminent  à  jouer.  Le  premier  connaissait  son  collègue  de  Rabat  depuis  qu’ils  avaient  été  
présentés  peu  après  son  accession  à  l’Intérieur,  le  6  mai  1961  ;  certains  prétendent  que  
les  deux  ministres  se  fréquentaient  depuis  cette  date,  le  Français  se  rendant  en  famille  
chez  le  Marocain1.  Le  second,  directeur  de  la  Sûreté  nationale  en  Algérie  (janvier  1960-­‐
novembre   1961),   puis   en   métropole   (janvier-­‐décembre   1962),   eut   des   relations   avec  
son   homologue   marocain   à   l’occasion   d’affaires   aussi   diverses   que   la   prostitution,   le  
trafic  de  devises  et  la  lutte  contre  l’OAS.  Lutte  que  coordonna  le  troisième,  à  la  demande  
de   son   ami   Frey,   rencontré   en   1947   au   service   d’ordre   du   Rassemblement   pour   la  
France  (RPF),  avant  de  mettre  en  musique  l’opération  dessinée  par  le  Mossad.  Ces  trois  
hommes   figurent   parmi   la   fine   fleur   des   réseaux   de   renseignement   gaulliste.   Grimaud  
était   plus   atypique,   proche   de   François   Mitterrand.   Le   7   janvier   1963,   Oufkir   lui  
présenta  «  son  messager  »,  le  commissaire  El  Ghali  El  Mahi2.  
Un  cinquième  homme  était  un  habitué  du  Crillon  et  de  la  famille  Oufkir,  mais  dont  
le   rang   social   ne   permit   probablement   pas   de   figurer   parmi   ces   «  amis   français  »   du  
ministre   marocain   de   l’Intérieur  :   Antoine   Lopez.   Inspecteur   principal   d’Air   France  
(1963),   il   méritait   à   tout   point   de   vue   son   surnom   de   «  Savonnette  ».   Approché   par   le  
SDECE   lorsqu’il   n’était   encore   que   chef   de   trafic   à   l’aéroport   de   Tanger   (1953-­‐1956),  
il  devint,   peu   après   sa   mutation   à   Orly,   un   «  honorable   correspondant   d’infrastructure  
(HCI)  »   (1958)   du   service   VII   (service   de   recherche   opérationnelle).   Cette   ascension  
rapide  en  disait  long  sur  son  entregent  pour  recueillir  des  informations  brutes,  comme  
en   attesta   sa   progression   professionnelle   de   sous-­‐chef,   puis   chef   du   service   passages,  
puis   du   centre   de   permanence.   Au   SDECE,   Lopez   fut   considéré   comme   une   source  
généralement   fiable,   c’est-­‐à-­‐dire   qu’il   était   côté   B.   Courant   1962,   il   devint  
«  collaborateur  »  de  la  brigade  mondaine  ;  il  fut  traité  par  Louis  Souchon,  chef  de  groupe  
de   la   section   chargée   de   la   répression   des   trafics   de   stupéfiants.   Mais   ce   «  combinard-­‐
type  »3   cacha   bien   son   changement   de   légitimité,   effectif   au   début   de   l’été   1965,   pour  
devenir   un   agent   marocain.   Ce   processus   avait   été   entamé   dès   l’époque   que   Lopez  
passât   à   Tanger4.   Le   29   juin   1965,   Dlimi   lui   octroya   un   laissez-­‐passer   du   ministère   de  
l’Intérieur  marocain5.  Depuis  le  printemps,  il  cherchait  à  se  faire  détacher  d’Air  France,  
où  il  était  sur  une  voie  de  garage,  vers  la  direction  des  relations  extérieures  de  Royal  Air  
Maroc,  avec  l’appui  d’Oufkir  et,  à  Paris,  du  SDECE6.  Dans  l’opération  marocaine,  le  rôle  
de  Lopez  fut  double.  D’une  part,  il  désinforma  son  officier  traitant  au  SDECE,  le  colonel  
Marcel  Leroy  (Finville),  lui  distillant  suffisamment  de  données  pour  pouvoir  justifier  son  
rang  d’HCI,  photographiant  les  documents  de  la  réunion  du  Caire  de  la  Tricontinentale,  
contenus   dans   la   serviette   d’un   agent   marocain   le   5   septembre7,   mais   omettant  
les  éléments  qui  auraient  permis  d’identifier  l’opération  en  cours8.  D’autre  part,  il  assura  
1  Ahmed  Boukhari,  op.  cit.,  p.  103.  
2  Maurice  Grimaud,  Je  ne  suis  pas  né  en  mai  1968.  Souvenirs  et  carnets  (1934-­‐1992),  Paris,  Tallandier,  2007,  
p.  270-­‐271.    
3  Roger  Muratet,  op.  cit.,  p.  163-­‐164.  
4  Cf.  les  propos  d’Ali  Benjelloun,  in  DDF,  1966-­‐1,  Beaumarchais,  20  août  1966.    
5  Pièce  déclassifiée  par  la  DGSE  le  12  novembre  2004,  citée  par  Maurice  Buttin,  op.  cit.,  p.  407.  
6  Philippe  Bernert,  op.  cit.,  p.  320-­‐321.  
7  Roger  Muratet,  op.  cit.,  p.  144-­‐145.  
8   PK,   p.   798-­‐800,   «  Compte   rendu   de   voyage   effectué   du   8   au   10   mai   1965  »,   annexé   à   la   note  
VII/102/010/100  du  17  mai  1965  de  Leroy  à  Richard.  Note  VII/1912/R  du  22  septembre  1965  de  Leroy  à  

 

11  

la  logistique   (hommes   du   milieu   et   domiciles   privés)   de   l’opération   marocaine   en  
France.    
   
Si   Oufkir   mobilisa   son   réseau   de   soutien,   Dlimi   choisit   d’envoyer,   sous   fausse  
identité,  son  collaborateur,  le  jeune  commissaire  Miloud  Tounsi  (Larbi  Chtouki),  infiltrer  
l’entourage   parisien   de   Ben   Barka.   Rapidement,   courant   avril,   son   choix   se   porta   sur  
Philippe  Bernier,  un  jeune  journaliste  autant  gauchiste  qu’impécunieux.  Il  figurait  peut-­‐
être   sur   les   tables   du   CAB1,   tant   il   s’agissait   d’une   figure   connue   au   Maroc  :   outre   sa  
proximité   avec   l’ancien   président   de   l’Assemblée   consultative,   il   fut   producteur-­‐
directeur   des   programmes   de   Radio   Maroc   (1954-­‐1956),   puis   anima   un   réseau   de  
soutien  à  la  résistance  algérienne  (1958-­‐1960),  avant  d’occuper  brièvement  un  poste  de  
chargé   de   mission   à   la   présidence   algérienne   (printemps   1962)1.   Soupçonné   d’être   un  
agent   de   la   Sécurité   militaire   algérienne   aussi   bien   que   du   Mossad,   il   ne   fut   qu’un  
idéaliste,   «  un   journaliste   parfaitement   intègre  »2   embarqué   dans   une   affaire   qui   le  
dépassa.   S’il   fut   choisi   initialement   pour   son   contact   avec   Ben   Barka,   contre   des   fonds  
qui  lui  permirent  de  mettre  en  chantier  le  n°  0  d’un  nouveau  magazine  destiné  à  la  jeune  
génération,   L’Inter   Hebdo,   il   présenta   un   nouvel   intérêt   lorsqu’au   début   de   l’été   1965  
le  CAB1   dut   mettre   en   œuvre   le   scénario   israélien   de   film   sur   les   mouvements  
révolutionnaires  dans  le  monde.  En  effet,  son  entreprise  éditoriale  était  adossée  sur  la  
Société   d’étude   de   presse   L’Inter,   17   rue   Joubert,   dans   le   9e   arrondissement   parisien  ;  
cette  dernière  offrit  une  couverture  idéale  pour  héberger  la  tentative  d’approche  de  Ben  
Barka3.  
 
La  mise  en  œuvre  de  l’opération  imaginée  par  les  Israéliens  commença  le  30  août  
1965.  A  cette  date,  Chtouki  se  vit  délivrer  le  passeport  de  service  n°  551  par  le  ministère  
marocain   de   l’Intérieur4.   Le   lendemain,   il   arriva   à   Paris   et   rencontra   Bernier   et  
Lemarchand.  Après  explication  du  scénario,  l’avocat  entreprit  de  rédiger,  sous  la  dictée  
de  Chtouki,  un  questionnaire  qui  servirait  à  l’interview  de  Ben  Barka,  pour  la  partie  du  
tournage   liée   au   Maroc   et   aux   événements   de   mars   1965.   Puis   il   invita   Bernier   à  
rencontrer   un   de   ses   amis   de   collège,   qui   avait   ses   entrées   dans   le   monde   du   cinéma  
français,  Georges  Figon.  Omit-­‐il  de  dire  qu’il  ne  fût  qu’un  petit  délinquant,  sorti  d’hôpital  
psychiatrique  au  printemps,  et  impliqué  dans  les  trafics  de  dinars  ?  Chtouki,  et  à  travers  
lui,   le   CAB1,   le   savait,   puisqu’il   traitait   les   truands   chargés   des   «  procédés   non-­‐
orthodoxes  »,  signalés  par  Lopez  à  Leroy  le  12  mai  ;  ces  procédés  ne  consistaient  en  rien  
d’autre   que   l’enlèvement.   Avec   l’opération   marocaine,   Lemarchand   retrouva   les   échos  
de   ses   activités   barbouzardes   contre   l’OAS.   Figon   fut   son   intermédiaire   avec   le   milieu  
interlope   qui   prit   ses   quartiers,   en   attendant   Chtouki,   à   la   résidence   Niel.   Lemarchant  
intervint   également   auprès   du   commissaire   des   Renseignements   généraux   de   la  
Préfecture   de   Police   de   Paris,   Jean   Caille,   pour   faire   octroyer   un   passeport   à   son  
«  adjoint  »,   celui-­‐ci   étant   toujours   soumis   au   contrôle   judiciaire.   Par   contre,   Figon   utilisa  
les   services   de   l’inspecteur   Roger   Voitot,   adjoint   de   Souchon   à   la   brigade   mondaine,  
pour  remplacer  le  passeport  périmé  de  Bernier.  Ainsi,  Chtouki,  le  journaliste  Bernier  et  
le  «  producteur  »  Figon  purent-­‐ils  se  rendre  au  Caire  le  2  septembre  1965.  
 
Le  lendemain,  le  trio  rencontra  Ben  Barka.  Il  lui  soumit  le  projet  de  film,  au  titre  
Bertrand   (non   publiée)   reprise   dans   RFPK,   p.  391-­‐393,   note   5140/DG/CAB   du   22   décembre   1965   de  
Jacquier  à  Zollinger  ;  Ibid.,  p.  395-­‐397,  Leroy  à  Bertrand,  sd  [3  novembre  1965].  
1  Roger  Muratet,  op.  cit.,  p.  169-­‐174.  
2  Philippe  Bernert,  op.  cit.,  p.  328.  
3  World’s  Press  News  and  Advertisers’  Review,  18  juin  1965,  p.  14  ;  Roger  Muratet,  op.  cit.,  p.  221.  
4  Bernard  Violet,  op.  cit.,  p.  153.  

 

12  

évocateur  de  Basta  !,  évoqua  le  cinéaste  Georges  Franju,  très  en  vue  à  l’époque  pour  son  
réalisme   sans   concession.   Malgré   ses   multiples   occupations,   qui   l’avaient   obligé   à  
repousser  les  demandes  répétées  au  printemps  et  à  l’été  de  Moulay  Ali,  ambassadeur  du  
Maroc  à  Paris,  de  revenir  au  pays,  le  président  du  comité  préparatoire  de  la  conférence  
Tricontinentale  s’emballa  pour  ce  documentaire.  Il  accepta  de  revoir  ses  promoteurs  à  
Genève,   entre   deux   voyages   à   travers   le   monde,   le   20   septembre   et   le   6   octobre   suivant.  
Pour   cette   dernière   réunion,   Figon   fit   le   voyage   seul.   Bernier   lui   confia   une   lettre  
d’introduction  à  entête  de  la  Société  d’étude  de  presse  L’Inter,  datée  de  la  veille  à  Paris,  
ainsi   qu’un   contrat,   daté   de   Genève,   le   jour   de   la   rencontre   avec   Ben   Barka.   Une  
troisième  rencontre  fut  prévue  à  Paris,  en  présence  du  réalisateur.  La  date  fut  fixée  au  
29  octobre,  à  Paris.  
 
La   veille,   apprenant   ses   difficultés   à   renouveler   son   autorisation   de   séjour   en  
Suisse,   Ben   Barka   joignit   le   cabinet   de   Roger   Frey   pour   s’enquérir   de   deux   choses  :  
la  présence   d’Oufkir   à   Paris   et   son   libre   accès   au   territoire   français.   Comme   il   lui   fut  
assuré   que   rien   ne   s’opposait   à   sa   venue   en   France,   l’opposant   marocain   refusa   les  
mesures   de   protection   qui   lui   furent   offertes1.   S’il   est   impossible   d’identifier   le  
correspondant   français   -­‐   Jacques   Aubert  ?   -­‐,   ou   d’affirmer   que   la   conversation   eut  
véritablement   lieu   au   ministère   de   l’Intérieur   parisien,   et   encore   moins   d’assurer  
l’authenticité  de  ce  coup  de  fil,  il  semble  toutefois  qu’il  s’agît  de  la  seconde  partie  de  la  
manipulation  du  Mossad  sur  l’avocat  suisse.    
 
Pendant   que   Chtouki,   Bernier   et   Figon   appâtaient   Ben   Barka,   le   commissaire  
El  Ghali  El  Mahi  vint  officiellement  s’inscrire  à  l’Ecole  des  Hautes  études  commerciales.  
En   fait,   l’«  ordonnance  »   de   la   famille   Oufkir   lorsqu’elle   prenait   ses   quartiers   à   Paris  
avait  une  autre  mission,  celle  d’ordonnance  de  Chtouki,  qui  ne  connaissait  pas  la  capitale  
française.   Il   représenta   donc   ce   dernier   auprès   des   truands,   abrités   à   la   résidence   Niel   à  
compter   du   21   septembre.   A   peine   remis   de   sa   stupeur   en   apercevant   Lemarchand  
accompagnant   Figon   à   l’avion   de   Genève   deux   jours   plus   tôt,   Lopez   s’imagina   que   les  
Marocains  étaient  en  train  de  le  doubler.  Son  détachement  pour  Royal  Air  Maroc  était  au  
point  mort,  malgré  les  contacts  pris  par  Leroy  à  Air  France,  auprès  d’Henri  Barnier,  un  
ancien   du   SDECE   reconverti   chef   du   cabinet   du   directeur   général   de   la   compagnie  
nationale,   et   avec   la   secrétaire   de   Roger   Frey,   Henriette   Renaud,   au   cours   d’une  
réception   donnée   à   l’occasion   du   mariage   de   sa   fille,   en   juillet.   «  Savonnette  »  
connaissait   aussi   les   truands   recrutés   par   Chtouki.   Il   était   même   l’interlocuteur  
privilégié   de   Georges   Boucheseiche,   proxénète   bien   connu   des   deux   côtés   de   la  
Méditerranée   et   ancien   de   la   Gestapo   française   de   la   rue   Lauriston   et   du   gang   des  
tractions  avant.  Il  partageait  leurs  doutes  quant  à  la  sincérité  du  CAB1  :  il  ne  s’agissait  
pas  de  la  mission,  bien  sûr,  mais  de  la  rémunération.  Cette  question  les  agita  du  10  au  
27  octobre,   Figon   se   montrant   finalement   le   plus   instable   et   menaçant   d’utiliser   ses  
contacts   journalistiques   pour   déverser   sa   bile   dans   les   jours   qui   suivirent2.   Lopez  
préféra   dévoiler   l’opération   Bernier-­‐Figon   à   Leroy3.   Il   fit   de   même   après   l’enlèvement,  
taisant  naturellement  son  rôle,  en  téléphonant  au  chef  du  service  VII…  alors  qu’il  savait  
qu’il  serait  absent  de  chez  lui  ou  de  son  bureau.  
 
Si   le   SDECE   fut   maintenu   consciemment   sous   embargo,   hormis   peut-­‐être   le  
directeur  de  la  recherche,  le  colonel  René  Bertrand  (Jacques  Beaumont),  il  n’en  alla  pas  
de   même   du   cabinet   du   ministre   de   l’Intérieur.   Outre   la   conversation   téléphonique   du  
1  Zakya  Daoud,  Maâti  Monjib,  op.  cit.,  p.  347.  
2  Maurice  Buttin,  op.  cit.,  p.  239,  282.  
3  Note  VII/1912/R,  op.  cit..  

 

13  

28   octobre   avec   Ben   Barka,   son   implication   apparut   sous   deux   aspects.   Le   premier   était  
le   plus   connu,   toujours   au   téléphone,   à   10   heures   et   demie,   à   travers   l’autorisation  
imputée  à  Jacques  Aubert,  bien  que  la  voix  perçue  par  l’auditeur  fut  différente  de  celle  
de   l’orateur,   donnée   à   Louis   Souchon   de   répondre   à   la   réquisition   de   Lopez.   Le  
28  octobre,  le  «  collaborateur  »  de  la  brigade  mondaine  offrit  à  son  officier  traitant  une  
tricoche,   c’est-­‐à-­‐dire   une   rémunération   pour   services   rendus   à   des   intérêts   privés.   Il  
n’aurait   qu’à   «  interpeller   un   bic  »,   ainsi   que   Souchon   l’expliqua   le   lendemain   au  
commissaire-­‐adjoint  Lucien  Aimé  Blanc,  responsable  du  parc  automobile  de  la  brigade.  
Le   second   aspect   est   moins   connu  :   du   10   septembre   au   25   octobre,   le   cabinet   du  
ministre   de   l’Intérieur   autorisa   le   commissaire   Gaston   Boué-­‐Lahorgue,   un   ancien   des  
barbouzeries   anti-­‐OAS   devenu   chef   de   la   Brigade   de   documentation   et   de   recherche  
criminelle   de   la   Direction   générale   de   la   police   nationale   (DGPN),   à   mener   des   écoutes   à  
Paris,  en  contradiction  avec  la  procédure  qui  voulait  que  seule  la  Préfecture  de  Police  fût  
compétente   dans   le   ressort   de   la   capitale.   La   cible   était   la   résidence   Niel,   un   hôtel   de  
rendez-­‐vous   assez   bien   agencé   et   dirigé   par   le   proxénète   parisien   Marius   Chataignier.  
Tous   les   truands   sélectionnés   par   Chtouki   et   Boucheseiche   y   résidèrent   jusqu’au  
23  octobre1.  Ces  écoutes  signifiaient  soit,  que  Roger  Frey  se  méfiait  aussi  de  Mohamed  
Oufkir,   soit   qu’il   tenait   à   anticiper   un   mauvais   coup   de   ces   criminels,   armés   depuis   le  
21  septembre.   Dans   un   cas   comme   dans   l’autre,   il   savait   qu’une   opération   marocaine  
était  en  cours  et  que  la  structure  de  soutien  était  la  Préfecture  de  Police.  
 
Evidemment,   il   ne   soupçonna   pas   l’implication   du   Mossad.   Lorsque   le   décès   de  
Ben   Barka   fut   constaté,   le   29   octobre,   la   panique   prit   toute   l’équipe   marocaine,   les  
truands,   Chtouki   et   même   Lopez  ;   ce   dernier   ne   savait   que   trop   quelle   était   sa  
responsabilité  dans  l’affaire,  lui  qui  avait  désigné,  camouflé  derrière  d’épaisses  lunettes  
noires   et   de   fausses   moustaches,   à   Souchon   et   Voitot   la   personne   de   Ben   Barka   sur   le  
trottoir   de   l’avenue   des   Champs-­‐Elysées.   Après   avoir   été   ramené   à   Paris,   vers   13   h   30  
par   les   deux   policiers,   Lopez   rejoignit   Boucheseiche   à   Fontenay-­‐le-­‐Vicomte.   Entre  
temps,   il   téléphona   à   Leroy,   laissant   un   message   laconique   à   son   officier-­‐traitant   qu’il  
savait   pertinemment   en   réunion,   comme   tous   les   vendredis2.   Ben   Barka   décédé,   il   dut  
regagner  Orly  pour  téléphoner  au  Maroc,  mais  à  entre  17  h  32  et  17  h  38,  il  ne  toucha  
que  les  directeurs  de  cabinet  de  Dlimi,  le  commissaire  principal  Abdelhaq  Achaâchi,  et  
d’Oufkir,   Hajj   Ben   Alem.   Le   général   rappela   seulement   vers   22   h   30,   annonçant   son  
arrivée   par   l’avion   de   nuit  ;   seulement,   il   dut   passer   par   Fès,   pour   «  rendre   compte   au  
patron  »,   c’est-­‐à-­‐dire   à   Hassan   II.   Si   le   décès   avait   été   prévu,   il   est   clair   que   l’avis   du  
souverain   n’aurait   pas   été   nécessaire   pour   poursuivre   l’opération  !   Et   Dlimi   n’aurait   pas  
eu  besoin  d’abandonner  la  préparation  du  déplacement  du  roi  à  Alger,  pour  le  sommet  
afro-­‐asiatique  du  1er  novembre.  Lui  aussi  annonça  tardivement  son  arrivée  avec  l’avion  
du  lendemain.  Mais  l’un  et  l’autre  durent  repousser  leur  venue  à  la  fin  d’après-­‐midi  et  au  
début  de  soirée  du  30  octobre.    
 
Dlimi  profita  de  ce  délai  aérien  pour  se  concerter  avec  Oufkir  et  appeler  Naftali  
Keinan,   chef   de   la   section   Tevel   du   Mossad.   Ils   convinrent   de   se   retrouver   à   Orly,   où  
après   quelques   propos,   ils   préférèrent   se   revoir   après   l’arrivée   d’Oufkir,   à   la   porte   de  
Saint   Cloud  ;   leur   rencontre   fut   surveillée   par   Eliezer   Sharon   et   Zeev   Amit,   un   cousin   du  
chef   de   Meir   Amit.   Là,   Dlimi   lui   indiqua   la   route   pour   gagner   la   maison   de   Lopez   où   Ben  
Barka   fut   conduit   après   son   enlèvement   et   où   il   trouva   la   mort.   Keinan   demanda   à  
Emanuel  Tadmor,  le  chef  de  poste  du  service  israélien  à  Paris,  d’y  envoyer  en  urgence  
1  Lucien  Aimé  Blanc,  L’indic  et  le  commissaire,  Paris,  Plon,  2006,  p.  242-­‐244.  
2  Philippe  Bernert,  op.  cit.,  p.  348.  

 

14  

une  équipe  de  quatre  personnes  (Eliezer  Sharon,  Zeev  Amit,  Rafi  Eitan  et  Shalom  Baraq)  
couverte  par  d’autres  agents  planqués  dans  deux  voitures  diplomatiques,  s’occuper  de  la  
dépouille.   Ils   l’enveloppèrent,   le   mirent   dans   le   coffre   de   la   voiture   diplomatique   de  
Baraq  et  se  dirigèrent  vers  le  périphérique  pour  quitter  Paris.  Le  corps  de  Ben  Barka  fut  
enterré   nuitamment   dans   un   bois   au   nord-­‐est   de   Paris,   en   un   lieu   où   les   agents   du  
Mossad   avaient   l’habitude   de   faire   des   pique-­‐niques   avec   leurs   familles.   Ils   versèrent  
ensuite   sur   et   sous   le   corps   un   produit   chimique,   acheté   en   petites   quantités   dans  
plusieurs   pharmacies   de   Paris,   puis   versèrent   de   la   chaux   et   enfin   recouvrirent   la  
dépouille.  Quelques  heures  plus  tard,  la  pluie  activa  les  produits  chimiques  et  le  corps  se  
dissout.   En   l’absence   de   corps,   l’enquête   n’en   serait   que   plus   difficile.   Le   lendemain  
matin,   à   cinq   heures,   Oufkir,   Dlimi   et   Chtouki   quittaient   Paris,   l’un   pour   Genève,   les  
autres   pour   Casablanca.   Le   31   octobre,   Boucheseiche   s’envola   à   son   tour   pour  
Casablanca.  Peu  après,  Lopez  rendit  compte  à  Leroy  de  ces  allers  et  retours,  n’en  sachant  
à   vrai   dire   pas   plus.   Sinon,   il   tut   la   mort   de   Ben   Barka,   s’évitant   de   quelconques  
poursuites  ultérieures1.  
 
 
Les  services  de  renseignement  et  l’affaire  Ben  Barka  
 
 
 
Dès   le   30   octobre   au   soir,   des   bruits   entourant   la   disparition   de   dirigeant   de  
l’UNFP  se  répandirent  dans  Rabat2,  alors  que  l’événement  passa  presque  inaperçu  dans  
les   premiers   jours   à   Paris.   Toutefois,   l’annonce   par   Europe   1   de   la   disparition   de   Ben  
Barka,  à  19  heures,  alerta  Leroy.  Mais  il  ne  put  rien  faire  en  raison  du  long  week-­‐end  qui  
s’annonçait.  Néanmoins,  il  nota  «  mentalement  de  rappeler  au  général  Jacquier,  après  les  
fêtes   de   Toussaint,   le   mardi   suivant,   nos   deux   rapports   des   19   mai   et   22   septembre  »,  
puis   d’en   rédiger   un   nouveau   suite   à   la   conversation   qu’il   aurait   avec   Lopez3.   Le   chef   du  
service  VII  imaginait  déjà  avoir  été  dupé  par  son  HCI.  Il  en  eut  le  pressentiment  dès  le  
22  septembre,   lorsque   Lopez   lui   dévoila   l’opération   israélienne.   Leroy   ne   dit-­‐il   pas   à  
cette   occasion   à   son   rédacteur   pour   les   questions   arabes,   Marcel   Chaussée   (Marc  
Desormes)  :  «  Je  crois  que  les  Marocains  viennent  plutôt  à  Paris  pour  flinguer  (sic)  Ben  
Barka  ».  Ces  propos  furent  prononcés  trois  quarts  d’heure  après  que  le  chef  du  service  
VII  eût  demandé  à  son  subordonné  de  rédiger  une  note  sur  la  politique  d’Hassan  II  après  
les   révélations   de   Lopez4.   Leroy   tint-­‐il   ces   propos   d’une   conversation   qu’il   eût,   le  
22  septembre,  avec  son  supérieur,  le  colonel  Bertrand  (Jacques  Beaumont)  ?    
La   question   ne   fut   jamais   posée   car   le   SDECE   fut   emporté   dans   une   vaste  
«  opération   d’intoxication  »5.   Dès   l’annonce   de   la   disparition   de   Ben   Barka,   les   «  amis  
français  »   d’Oufkir   s’ingénièrent   à   distiller   dans   la   presse   une   vérité   incriminant   le  
service  de  renseignement  extérieur.  Le  3  décembre,  l’ambassadeur  britannique  Cynlais  
Morgan  James,  put  ainsi  noter  :    
«  Prétendument  corrompu,  véreux,  dépourvu  d’une  bonne  direction  ou  d’un  vrai  contrôle,  le  
SDECE  va  prendre  une  dérouillée  très  sévère  »6.    

 
1  Ibid.,  p.  350-­‐352  ;  Ronen  Bergman,  Shlomo  Nakdimon,  op.  cit.  ;  Yigal  Bin-­‐Nun,  «  Les  agents  du  Mossad  et  
la  mort  de  Mehdi  Ben  Barka  »,  La  Tribune  juive,  1er  avril  2015.    
2  DDF,  1965-­‐II,  télegr.  N°  3671,  31  octobre  1965.  
3  RFPK,  p.  395-­‐397,  et  PK,  p.  807-­‐809,  Leroy  à  Bertrand,  sd.  
4  Archives  privées,  M.  Chaussée-­‐Desormes,  13  février  1981.  
5  Philippe  Bernert,  op.  cit.,  p.  350,  353.  
6  The  National  Archives,  Kew  (TNA),  Foreign  Office,  371/184006,  James  à  Brown.  

 

15  

 
A   ce   petit   jeu   médiatique,   ce   dernier   répondit   par   le   plus   grand   mutisme,  
permettant  toutes  les  hypothèses,  en  premier  lieu  celle  de  l’implication  du  SDECE  dans  
cette  disparition.  Ce  silence  extérieur  se  traduisit  à  l’intérieur  du  service  dans  une  note  
du   directeur   général,   le   3   novembre,   prescrivant   à   son   directeur   de   la   recherche   -­‐   qui  
répercuta   dans   les   services   -­‐   de   «  ne   rien   faire   dans   l’histoire   Ben   Barka   (pas  
d’initiative)  »  et  surtout  pas  «  orienter  particulièrement  nos  sources  »1,  en  l’occurrence  
le   poste   de   Rabat.   Dans   sa   dépêche   du   3   décembre,   Cynlais   Morgan   James   établissait  
dans   cette   ville   l’élaboration   du   complot   «  par   le   service   de   sécurité   marocain   et   des  
représentants  régionaux  du  SDECE.  Les  deux  agents  du  SDECE  ne  sembl[ai]ent  pas  être  
haut  placés  »2  ;  l’information  venait  d’une  «  source  sûre  »,  mais  rien  ne  dit  que  cet  ancien  
officier  de  renseignement  dans  la  Royal  Air  Force  pendant  la  Seconde  Guerre  mondiale  
ne   fut   pas   également   intoxiqué   par   les   mêmes   «  amis   français  »   du   Maroc   qui  
attaquèrent   le   SDECE.   Un   fonctionnaire   du   Foreign   Office,   lui-­‐aussi   ancien   officier   de  
renseignement   jusqu’en   septembre   1956,   tenta   «  de   résumer   ce   que   [la   diplomatie  
britannique]  sav[ait]  de  l’affaire  Ben  Barka  ».  Il  conclut  que  «  mis  à  part  [un]  télégramme  
de  Paris  (…)  et  deux  lettres  de  Rabat,  nous  dépendons  d’articles  de  presse,  dont  certains  
sont  peu  fiables  »3.  Les  télégrammes  déclassifiés  de  la  CIA,  entre  le  2  novembre  1965  et  
le  1er  janvier  1967,  relayèrent  également,  à  77  %,  les  publications  de  la  presse4.  
Pour  autant,  le  3  novembre  1965,  Jacquier  se  méfia-­‐il  de  ses  agents  sur  le  terrain,  
dont   un   d’eux,   le   capitaine   Jarry,   était   très   lié   à   Oufkir5  ?   Ou   bien   de   son   responsable  
géographique   Monde   arabe   (III/A),   le   colonel   Tristan   Richard  ?   Ou   encore   du   colonel  
René   Bertrand   (Jacques   Beaumont),   véritable   chef   du   SDECE   et   premier   recruteur,   à  
Tanger,  de  Lopez  ?  Ou  bien  comprit-­‐il  que  tout  cela  fut  attaque  en  règle  de  la  part  des  
parties   à   cette   affaire,   aussi   bien   à   la   Préfecture   de   Police   qu’au   ministère   de   l’Intérieur,  
et  que  la  meilleure  des  positions  fût  de  laisser  le  réseau  marocain  du  service  en  état  de  
léthargie   afin   de   voir   ce   qu’il   se   passerait  ?   Le   directeur-­‐général   du   SDECE,   le   général  
Paul   Jacquier,   qui   n’était   pas   un   homme   du   renseignement,   ne   se   prononça   jamais   sur  
ses   doutes   et   options.   Néanmoins,   ces   questions   s’éclairaient   à   la   lumière   du   climat  
régnant   au   sein   du   service,   au   lendemain   du   long   week-­‐end   de   Toussaint.   Comme   à  
chaque  fois  depuis  1958,  les  officiers  de  renseignement,  personnels  militaires  et  civils,  
s’attendirent  à  une  nouvelle  purge.  Leroy  devint  bientôt  la  victime  expiatoire  idéale.  Lui-­‐
même  chercha  vainement  à  se  défausser  sur  ses  subordonnés,  réputés  proches  de  l’OAS,  
comme  Marcel  Chaussée  (Marc  Desormes).    
Cette   solution   à   courte   vue   s’imposa   en   raison   des   élections   présidentielles   qui  
allaient  se  dérouler,  le  général  de  Gaulle,  président  sortant  n’ayant  pas  encore  annoncé  
s’il  se  représentait.  Un  scandale  impliquant  la  police,  et  à  travers  elle  l’Etat,  ne  pouvait  
être  que  désastreux  pour  sa  réélection.  Qui  plus  est,  ce  coup  de  projecteur  sur  le  service  
de   renseignement   permettrait   de   faire   le   ménage.   D’une   part   en   éliminant   la   tendance  
pro-­‐OAS  qui  rendait  cette  administration  particulière  difficilement  commandable  depuis  
1961.   D’autre   part   en   réaffectant   administrativement   le   service.   Ces   grandes   décisions  
furent   repoussées   à   après   les   élections,   tant   il   était   clair   que   le   général   de   Gaulle   fût  
réélu.   Le   18   janvier   1966,   Leroy   fut   suspendu   de   ses   fonctions  ;   son   arrestation   et   sa  
mise   sous   écrou   intervint   le   10   février   suivant.   Le   lendemain,   le   Conseil   des   ministres  
1  Philippe  Bernert,  op.  cit.,  p.  368,  RFPK,  p.  398,  et  PK,  p.  801,  Bertrand  à  Leroy,  3  novembre  1965.    
2  TNA,  op.  cit..  
3  Ibid.,  16  novembre  1965.  
4  FOIA  CIA,  série  75-­‐00149R.  
5  Maurice  Buttin,  op.  cit.,  434.  

 

16  

retira   le   SDECE   à   l’autorité   du   Premier   ministre   pour   la   confier   au   ministre   des   Armées.  
Le   général   Jacquier   fut   admis   à   faire   valoir   ses   droits   à   la   retraite.   Bertrand   resta   en  
place   encore   quatre   ans.   Le   10   novembre   1970,   suite   au   soupçon   d’être   un   «  agent   de  
l’Est  »,   il   fut   remplacé   furtivement   (un   an)   par   le   colonel   Richard.   Le   service   VII   fut  
supprimé,   son   personnel   et   ses   fonctions   opérationnelles   réparties   entre   les   autres  
services,   notamment   Action.   Pour   sa   part   dépossédé   du   SDECE,   le   Premier   ministre  
Georges  Pompidou  nota  que  :  
«  les   chefs   de   service   ne   [semblaient]   pas   avoir   couvert   le   moins   du   monde   leurs  
subordonnés  ;  ni  le  préfet  de  Police  Papon,  ni  le  général  Jacquier  qui  n’étaient  pas  au  courant  
eux-­‐mêmes  ».    

 
 
Toutefois,  il  pointa  l’absence  de  «  coopération  entre  les  services.  Les  polices1  se  
détest[aient]   ensemble   elles   détest[aient]   les   services   spéciaux,   et   ce   monde  
détest[aient]  la  justice  »2.    
 
En  Israël  également,  la  révélation  de  la  disparition  de  Ben  Barka  tourna  à  l’affaire  
politique.  Les  quelques  personnes  qui  connaissaient  l’implication  du  Mossad  pensèrent  
d’abord  pouvoir  l’éviter.  Au  fond,  le  service  n’avait  offert  qu’«  une  assistance  technique  
minimale  »,  selon  un  télégramme  envoyé  de  la  station  parisienne  du  Mossad  à  Amit.  Le  
5  novembre,   ce   dernier   put   dire   au   Premier   ministre   Eshkol   que   «  les   Marocains  
[avaient]   tué   Ben   Barka.   Israël   n’avait   aucune   connexion   physique   à   l’acte   en   lui-­‐
même.  »   Seulement,   cette   vision   ne   fut   qu’une   description   partielle,   voir   évasive,   des  
évènements.  Pour  Amit,    
«  La   situation   [était]   satisfaisante   (…)   Si   des   erreurs   [avaient]   été   faites   ici   et   là,   [elles]  
n’étaient  pas  dus  à  l’inattention,  mais  à  l’absence  de  moyen  de  prédire  ce  qui  se  passerait.  
Les   gens   sur   le   terrain,   qui   [avaient]   travaillé   sous   la   pression   du   temps   et   dans   les  
circonstances  les  plus  difficiles,  [firent]  quelques  erreurs,  et  je  prends  toute  la  responsabilité  
sur  moi.  Malgré  les  erreurs,  nous  sommes  encore  dans  les  limites  de  sécurité  que  nous  nous  
sommes  fixés.  »  

 
 
Mais   Amit   oubliait   l’histoire   interne   de   son   service.   Se   dressa   contre   lui   son  
prédécesseur,  Isser  Harel,  connu  comme  le  «  père  du  renseignement  israélien  »,  et  à  ce  
titre  se  croyant  détenteur  de  droit  sur  le  Mossad.  Surtout,  il  avait  été  forcé  de  quitter  son  
poste   suite   à   un   différend   avec   David   Ben   Gourion.   Consultant   pour   les   affaires   de  
renseignement   d’Eshkol,   il   n’attendait   qu’un   faux   pas   d’Amit   pour   montrer   que   son  
successeur   n’était   pas   digne   de   ses   fonctions.   La   médiatisation   internationale   de   la  
disparition  de  Ben  Barka  en  était  une  et  il  entendait  s’en  saisir.  Mais,  contrairement  à  ce  
qui   se   passa   à   Paris,   le   Premier   ministre   soutint   son   directeur   du   service   de  
renseignement.  Harel  ne  démissionna  qu’en  juin  1966,  suivit  par  son  plus  grand  allié  à  
l’intérieur   du   Mossad,   l’artisan   de   la   liaison   avec   le   Maroc,   Yaagov   Caroz3.   Aigri   par   la  
tournure   des   événements,   il   confia   à   Maxime   Ghilan   et   Schmuel   Mohr,   tous   deux  
journalistes   à   Bul   (Cible),   un   magazine   semi-­‐pornographique,   une   documentation  
présentant   l’apport   technique   du   Mossad   (appartement   de   repli,   passeports,   matériel   de  
maquillage,  fausses  plaques,  poison),  mais  taisant  l’opération  de  manipulation,  même  si  
l’implication   d’Arthur   Cohn   était   mentionnée.   L’auditeur   militaire   israélien   fit   saisir   le  
numéro  du  11  décembre  1966  de  Bul,  mais  cinq  cents  exemplaires  avaient  déjà  quitté  le  
pays.  L’article  «  Des  israéliens  dans  l’affaire  Ben  Barka  »  fut  publiée  dans  The  New  York  
1  Police  judiciaire,  DST,  RG,  Préfecture  de  Police  de  Paris.  
2  Alain  Peyrefitte,  op.  cit.,  p.  43.  
3  Ronen  Bergman,  Shlomo  Nakdimon,  op.  cit.  ;  Ian  Black,  Benny  Morris,  op.  cit.,  p.  204-­‐205.  

 

17  

Times  du  19  février  1967,  et  repris  dans  Le  Monde  et  France  Soir  du  22  février  suivant.        
 
L’«  opération  d’intoxication  »  toucha  également,  dès  le  2  novembre  19651,  la  CIA  
qui,  comme  le  SDECE,  n’avait  rien  à  voir  dans  ces  événements.  «  Il  n’[était]  toujours  pas  
connu   au   juste   de   quoi   il   en   retourne   exactement,   et   nous   ne   voulons   pas   y   être   mêlés  »  
fut  la  réponse  que  le  service  américain  entendit  faire  passer  par  le  biais  du  département  
d’Etat2.  Mais  le  désordre  qui  toucha  ces  services  de  renseignement  fut  aussi  l’occasion  
pour  les  services  de  l’Est,  guerre  froide  obligeait,  d’exploiter  les  difficultés  de  la  partie  
adverse.    Dès  le  12  novembre  1965,  le  StB  décida  de  lancer  une  Opération  Départ  dont  
les  objectifs  étaient  d’attirer  les  soupçons  sur  le  gouvernement  américain  et  la  CIA,  pour  
faire  croire  qu’ils  étaient  les  organisateurs  directs  du  rapt,  tout  en  dénonçant  d’une  part  
pour  compromettre  autant  que  possible  la  police,  les  services  de  renseignement  français  
et  Charles  de  Gaulle,  et  d’autre  part  Hassan  II,  Oufkir,  Dlimi,  les  cadres  du  régime,  tous  
présentés  comme  des  «  larbins  actifs  de  l’impérialisme  »  ou  des  agents  de  l’espionnage  
américain.  En  France,  un  journaliste  du  Canard  enchaîné  (Pipa)  contribua  à  l’opération  
de  déstabilisation  du  StB3.  
 
Bien  que  du  point  de  vue  marocain  l’opération  fut  un  ratage  total,  ni  le  ministre  
de   l’Intérieur,   ni   le   directeur-­‐adjoint   de   la   Sûreté   nationale,   ni   le   chef   du   CAB1   ne   furent  
ennuyés   par   l’enquête   judiciaire   qui   se   déroulait   en   France.   Dès   le   3   novembre,  
l’ambassadeur   marocain   à   Paris,   Moulay   Ali,   fut   remplacé   par   Laghzaoui.   Hassan  II  
optait   pour   le   conflit   avec   Charles   de   Gaulle.   Quant   aux   truands,   ils   furent   placés   sous  
surveillance   du   CAB1.   Les   inculpations   d’Oufkir   et   de   Dlimi   restèrent   non   seulement  
lettre  morte,  mais  le  ministre  de  l’Intérieur  devint  l’enjeu  des  rapports  diplomatiques4  
entre   les   deux   pays   pour   quinze   ans.   Lorsque   le   procès   des   protagonistes   français  
débuta   le   5   septembre   1966,   le   souverain   marocain   tenta   une   dernière   manœuvre  
dilatoire  :   le   19   octobre,   le   commandant   Dlimi   se   présenta   au   palais   de   justice   et   se  
constitua  prisonnier.  Cette  «  initiative  personnelle  »  lui  valut  cent  vingt  jours  d’arrêt  de  
rigueur   et   une   promotion   au   grade   de   lieutenant-­‐colonel.   Interrompu   le   temps   de   la  
nouvelle  instruction,  le  procès  reprit  le  17  avril  1967.  Le  5  juin,  Dlimi  fut  blanchi  par  la  
cour  d’assise  de  Paris,  tandis  qu’Oufkir  et  les  truands  furent  pour  leur  part  condamnés  
par  défaut  à  la  réclusion  à  perpétuité.  Antoine  Lopez  et  Louis  Souchon  écopèrent  de  six  
et   huit   ans   de   réclusion.   Leroy   fut   libéré   mais   sa   carrière   dans   le   renseignement   était  
finie.   Quant   à   Oufkir,   son   aura   grandit   dans   la   population   autant   que   son   étoile   pâlit   aux  
yeux  de  son  souverain.  Il  sombra  dans  la  boisson  et  finit  par  tenter  de  renverser  Hassan  
II.   Il   fut   exécuté   le   16   août   1972.   Quelques   heures   plus   tard,   les   truands   furent   éliminés.  
Dlimi   mourut   dans   un   accident   le   22   janvier   1983.   Ainsi   s’acheva,   du   point   de   vue   du  
renseignement,  l’affaire  Ben  Barka.    
 
 
Gérald  Arboit  
Mai  2015  
 

1  FOIA  CIA,  CIARDP-­‐75-­‐00149R000100360072-­‐6.  
2  FRUS,  p.  179,  McCluskey  à  Ball,  25  janvier  et  Rusk  à  Johnson,  12  février  1966.  
3  AÚZSI,  43802-­‐100.  
4  Cf.  DDF  1965-­‐II,  télégr.  2299/2300,  Couve  de  Murville  à  Gillot,  6  novembre  1965.  


Aperçu du document nh-43.pdf - page 1/18

 
nh-43.pdf - page 3/18
nh-43.pdf - page 4/18
nh-43.pdf - page 5/18
nh-43.pdf - page 6/18
 




Télécharger le fichier (PDF)


nh-43.pdf (PDF, 1.2 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


nh 43
newsletter unfm france europe 05 2017 5
appel meeting 09dec2017
infosud26
le jeunesse de la voie democratique parisest condamne
1 entretien ahmed bennani

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.017s