mahrouz fatima .pdf



Nom original: mahrouz-fatima.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Nitro Pro 7 / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 07/06/2015 à 22:33, depuis l'adresse IP 197.205.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 714 fois.
Taille du document: 4.3 Mo (68 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


UNIVERSITE KASDI MERBAH – OUARGLA FACULTE DES SCIENCES DE LA NATURE ET DE LA VIE ET DES SCIENCES DE LA
TERRE ET DE L’UNIVERS
DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA NATURE ET DE LA VIE

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES
En vue de l’obtention du Diplôme D’Ingénieur d’Etat
Spécialité : Agronomie saharienne
Option : phytotechnie

THEME
Effet du stress salin sur la croissance et la
composition chimique de l’Atriplex canescens

Présenté et soutenu publiquement par :
MAHROUZ Fatima
.
Le 26 /06/2013

Devant le jury :
Président :
Promoteur :
Examinateur :
Examinateur :

BISSATI SAMIA
DJERROUDI OUIZA
CHELOUFI Hamid
CHAABENA Ahmed

Professeur. Univ. Ouargla
Maître assistante(A). Univ. Ouargla.
Professeur. Univ. Ouargla.
Maître assistant(A). Univ. Ouargla

Année Universitaire : 2012/2013

Remerciements
En premier lieu, je remercie Dieu le tout puissant de m’avoir accordée le courage et la
force de mener à bien ce modeste travail.
Au terme de cette étude, mes reconnaissances respectueuses vont d’abord à Mme.

DJRROUDI Ouiza Maître assistante à l'université d'Ouargla, pour avoir accepté de
m’encadrer ainsi que pour ses précieux conseils et orientations, sa disponibilité, sa
gentillesse, sa modestie et pour l’intérêt bienveillant manifesté pour mon travail.
Je remercie Mme BISSATI Samia Professeur à l'université d'Ouargla, pour avoir
accepté de présider le jury de ce mémoire.
Je remercie également Mr. CHELOUFI Hamid Professeur à l'université d'Ouargla
et Mr. CHAABENA Ahmed, Maître Assistant à l'université d'Ouargla d’avoir accepté
d’examiner ce modeste travail.
Je remercie tout le personnelle du laboratoire de recherche « bioressources
saharienne préservation et valorisation » de l'université d'Ouargla
Il m’est agréable d’exprimer ma profonde gratitude et mes plus vifs remerciements
envers toute personne qui de loin ou de près a contribué à la réalisation de ce travail.

Mahrouz Fatima

LISTE DES ABREVIATIONS :
-

Mm : Milli mole

-

CR : capacité de rétention ;

-

MS : matière sèche ;

-

MM : matière minérale ;

-

MO : matière organique ;

-

CB : cellulose brute ;

-

MAT : matière azotée totale ;

-

UFL : unité fourragère lait (=1700 Kcal d’énergie nette) ;

-

CV : coefficient de variation ;

-

NS. : non significatif ;

-

S. : significatif ;

-

HS. : hautement significatif ;

-

F.A.O : Food and Agriculture Organization.

LISTE DES TABLEAUX

Table

Titre

Page

1

composition chimique d’Atriplex halimus et Atriplex canescens

13

2

Composition de la solution nutritive de HOAGLAND, (1938)

17

3

Composition de la solution saline à base de NaCl+CaCl2
.

18

4

Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la matière séché au
niveau des tiges de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress

28

5

Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% des cendres au niveau
des feuilles de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress.

30

6

7

Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% des cendres au niveau
des tiges de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress
Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la matière organique
au niveau des feuilles de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress

31

33

8

Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la matière organique
au niveau des tiges de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress
.

35

9

Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la cellulose brute au
niveau des feuilles de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours le stress

36

10

11

Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la cellulose brute au
niveau des tiges de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress
Analyse de la variance et le test de Fisher pour la matière sèche au niveau des
feuilles.

38

53

12

Analyse de la variance et le test de Fisher pour la matière sèche au niveau des
tiges

53

13

Analyse de la variance et le test de Fisher pour les cendres au niveau des
feuilles.

53

14

Analyse de la variance et le test de Fisher pour les cendres au niveau des tiges

54

15

Analyse de la variance et le test de Fisher pour les matières organiques au niveau
des feuilles

54

16

Analyse de la variance et le test de Fisher pour les matières organiques au niveau
des tiges

54

18

Analyse de la variance et le test de Fisher pour la cellulose brute au niveau des
feuilles
.
Analyse de la variance et le test de Fisher pour la cellulose brute au niveau des
tiges

19

Analyse de la variance et le test de Fisher pour la matière azotée totale au niveau
des feuilles

55

20

Analyse de la variance et le test de Fisher pour la matière azotée totale au niveau
des tiges

56

17

21

Analyse de la variance et le test de Fisher de la hauteur des tiges après
l’application du stress salin

55

55

56

LISTE DES FIGURES

Fig.

01

02

03

04

05

06

07

08

09

Titre
représentation de la hauteur de la tige de l’Atriplex canescens âgée de
90 jours après le stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2)
et le NaCl à 400 et 600 meq..
Taux de matière sèche (% MS) au niveau des feuilles de l’Atriplex
canescens âgées de 90 jours, stressés aux sels combinés (NaCl
+CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq.
Taux de matière sèche (% MS) au niveau des tiges de l’Atriplex
canescens âgées de 90 jours stressés aux sels combinés (NaCl +
CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
Taux de matière minérale (% MS) au niveau des feuilles de
l’Atriplex canescens âgées de 90 jours, stressées aux sels combinés
(NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
Taux de matière minérale (% MS) au niveau des tiges de l’Atriplex
canescens âgées de 90 jours, stressées aux sels combinés (NaCl +
CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
Taux de matière organique (% MS) au niveau des feuilles de
l’Atriplex canescens âgées de 90 jours stressées aux sels combinés
(NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
Taux de matière organique (% MS) au niveau des tiges de l’Atriplex
canescens âgées de 90 jours stressées aux sels combinés (NaCl +
CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
Taux de la cellulose brute (% MS) au niveau des feuilles de
l’Atriplex canescens âgées de 90 jours stressés aux sels combinés
(NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
Taux de la cellulose brute (% MS) au niveau des tiges de l’Atriplex
canescens âgées de 90 jours stressés aux sels combinés (NaCl +
CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq

Page

25

26

27

29

31

33

34

36

37

10

Taux de la matière azotée totale (% MS) au niveau des feuilles de
l’Atriplex canescens âgées de 90 jours stressés aux sels combinés
(NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq

39

11

Taux de la matière azotée totale (% MS) au niveau des tiges de
l’Atriplex canescens âgées de 90 jours stressés aux sels combinés
(NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq

40

LISTE DES PHOTOS
Photo
01
02

Titre
Atriplex canescens
plantules d’Atriplex canescens âges de 26 jours

Page
11
15

03

plantules d’Atriplex canescens après 5 jours de semis

57

04

plantules d’Atriplex canescens au stade de repiquage (après repiquage)

57

05

plantules d’Atriplex canescens âges de 1 mois après le repiquage

57

06

plantules d’Atriplex canescens âges de 2 mois après le repiquage

57

07

plantules d’Atriplex canescens âges de 3 mois après le repiquage

57

08

plantes témoin d’Atriplex canescens arrosée par la solution nutritive.

19

09

plantes d’Atriplex canescens traitées par les sels combinées à 400 meq (avant le stress)

19

10

plantes d’Atriplex canescens traitées par les sels combinées à 400 meq (après le stress)

19

11

plantes d’Atriplex canescens traitées par les sels combinées à 600 meq (avant le stress)

19

12

plantes d’Atriplex canescens traitées par les sels combinées à 600 meq (après le stress)

19

13

plantes d’Atriplex canescens traitées par NaCl à 400 meq (avant le stress)

19

14

plantes d’Atriplex canescens traitées par NaCl à 400 meq (après le stress)

19

15

plantes d’Atriplex canescens traitées par NaCl à 600 meq (avant le stress)

19

plantes d’Atriplex canescens traitées par NaCl à 600 meq (après le stress)
16

19

Table de matières
Introduction

01

Chap I : Synthèse bibliographique
I-de la salinité
I.1- Définition de la salinité
I.2-Principaux sels soluble
I.3-Répartition des sols salés
II- Salinité et la plante
II.1-Définition du stress
II.2-Types de stress
II.2.1-Le stress abiotique
II.2.2-Le stress biotique
III- Effets de la salinité sur la physiologie des plantes
III.1-Sur la germination
III.2- Sur la croissance et le développement
III.3- Sur la biochimie de la plante
III.4-Effets sur la nutrition minérale des végétaux
VI- Comportement de la plante en milieu salin
a- Excluder
b- Includer
IV-Mécanisme d’adaptations à la salinité
1- Caractéristiques morphologiques et anatomiques
2- Caractéristiques physiologiques
VI- La plante
1-Généralités
2-Taxonomie de l’Atriplex canescens
3-Description
4- Intérêts économique, écologique et fourrager de l’Atriplex
4.1- Intérêt écologique
4.2 -Intérêt fourrager

05
05
05
05
06
06
06
06
07
07
07
07
08
08
08
09
09
09
09
09
10
10
11
11
12
12
12

Chap II : Matériel et méthodes
Objectif

15

I-Matériel végétal

15

II-Méthodologie du travail
1-Préparation des grains
2- Préparation du substrat de culture
3- Préparation des pots
4-Repiquage des plantules
5-Dispositif expérimental
6-Préparation des différentes solutions

15
15
16
16
16
16
17

Table de matières
6.1- Solution nutritive
6.2- Solutions salines
a- Sels combinés NaCl + CaCl2
b-Solution à base de NaCl2
7- Mesure de la longueur de la tige
8-Application du stress salin
9-Prélèvement de matériel végétal
10-Séchage et le broyage
III- Technique d’analyse chimique
1-Détermination la matière sèche (MS)
2-Détermination de la matière minérale (MM)
3-Détermination la matière organique (MO)
4-Détermination la cellulose brute (CB)
5-Détermination la matière Azotée Totale (MAT)
VI- Analyse statistique des données

17
18
18
18
18
19
19
19
20
20
20
20
20
21
22

Chap III : résultats et discussion
I- Résultats
24
I. 1- Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la
hauteur de la tige
24
I.2-Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la variation du
taux de la matière sèche
25
I.2.1-Au niveau des feuilles
26
I.2.2-Au niveau des tiges
26
I.3- Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la variation du
taux de la matière minérale
28
I.3.1-Au niveau des feuilles
28
I.3.2-Au niveau des tiges
28
I.4-Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la variation du
taux de la matière organique
32
.4.1-Au niveau des feuilles
32
I.4.2-Au niveau des tiges
34
I.5-Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la variation du
taux de la cellulose brute
35
I.5.1-Au niveau des feuilles
35
I.5.1-Au niveau des tiges
37
I.6 -Action du stress salin par sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la variation du
taux de la matière azotée totale
38
I.6.1-Au niveau des feuilles
38
I.6.1-Au niveau des tiges
39
II-Discussion
40
Conclusion
44
Références bibliographiques
46
Annexes

Introduction
Les changements climatiques deviennent de plus en plus contraignants pour la
croissance et le développement des plantes notamment dans les zones semi-arides et arides
(HIGAZY et al, 1955 in BELKHODJA et al, 2004). L’Algérie fait partie du groupe des pays
méditerranéens où la sécheresse, observée depuis longtemps, a conduit manifestement au
processus de salinisation des sols (GAUCHER et al, 1974)
La salinisation est le processus majeur de la dégradation des terres. En moyenne, le
monde perd 10 hectares de terres cultivables par minute, dont 3 hectares à cause de la
salinisation (IPTRID, 2006).

10 à 15% des surfaces irriguées soit (20 à 30 millions

d’hectares) souffrent, à des degrés divers, de problèmes de salinisation (MERMOUD, 2006).
En Afrique, près de 40 Million hectares sont affectés par la salinisation, soit près de 2% de la
surface totale (IPTRID, 2006). Les sols salins sont très répandus à la surface du globe, leur
salinité constitue l’un des principaux problèmes du développement agricole (BELDJOUDI et
al, 2002).

La salinité reste la plus grande contrainte, qui a franchit les sols agricoles et les
parcours parce qu’elle diminue gravement le taux de la fertilité de ses sols, même arrivant à
être stérile non adaptés à la culture ou pour le développement d’une végétation multi- espèces
sauf les halophytes. Elle entraîne une réduction des surfaces cultivables et combinée à
d’autres facteurs, elle représente une menace pour l’équilibre alimentaire des régions arides et
semi-arides (DUTUIT, 1999).

Dans les écosystèmes fortement salés, les halophytes évoluent naturellement;
néanmoins, au cours de leur développement diverses espèces expriment des degrés différents
dans la tolérance à la salinité (BELKHODJA et BIDAI, 2004).
La salinité joue un rôle important dans l’existence et la distribution des plantes. A la
différence des glycophytes, les halophytes se développent mieux sur un sol riche en sels (NIU
et al, 1995). Ces plantes, tolèrent non seulement des hauts niveaux de salinité dominée par la
richesse en sodium et en chlore, mais la présence de sels dans le milieu de culture est
nécessaire pour leur croissance et leur développement (FLOWERS et al, 1986 ; HASEGAWA
et al, 2000). D’autres halophytes, comme l’Atriplex canescens, peuvent survivre à des
1

salinités basses ou moyennes et peuvent compléter leur cycle de vie en absence de sel
(KHAN et al, 1985). Les halophytes, supportant des teneurs en sel jusqu' à 7 fois plus élevées
et dont la croissance est stimulée par des concentrations salines entre 200 et 500 Mm
(FLOWERS et al, 1977), représentent la limite supérieure des capacités adaptatives des
organismes végétaux à la salinité.

La production fourragère dans Les régions arides traditionnellement à vocation
pastorale, diminue de façon continue et le taux de satisfaction des besoins alimentaires du
bétail pour la production fourragère locale est passé de 70% en 1978 à 40% en 1986
(HOUMANI, 1997).
L’introduction d’arbustes fourragers résistants à l’aridité est l’un des moyens utilisés
pour la valorisation des sols dégradés dans l’Ouest d’Asie et le Nord d’Afrique. Le genre
Atriplex de la famille des chénopodiacées, appartient aux halophytes présente de grande
importance écologique et économique, en considérant sa tolérance aux sels, son adaptation
aux conditions d’aridité et son intérêt pastoral (LE HOUEROU, 1996 in BOUDA et al, 2011).
Dans les régions arides et semi arides, les Atriplex constituent un excellent fourrage
pour le cheptel, notamment en saison de disette (RAHMOUNE et al, 2004) ; en raison de leur
rusticité ainsi que leur richesse en protéines brutes. Dotée d’une biomasse aérienne et
racinaire assez importante, elles constituent un outil efficace et relativement peu coûteux dans
la lutte contre l’érosion et la désertification des sols surtout en zones steppiques (ESSAFI et
al, 2007)
L’Atriplex canescens a été choisi pour ses intérêts écologiques et économiques et
pour son usage fourrager (ALAZZEH et ABU-ZANAT, 2004). Elle possède par ailleurs, un
système racinaire très développé, fixant les couches supérieures du sol et peut être utilisée
comme moyen de lutte contre la désertification (BELKHODJA et BIDAI., 2004). Elle
possède une forte potentialité de croissance, de prélèvement et de stockage de sel dans leurs
parties aériennes et est intéressante pour la fixation et le dessalement des sols dans les zones
arides et semi-arides (MESSEDI et ABDELLY, 2004).
Nous signalons que cet essai rentre dans l’axe des travaux de recherches qui sont
entrepris dans le cadre du

projet

de recherche mené à l’université

d’Ouargla en

collaboration avec l’Université d’ Oran (Senia). Il s’agit d’une continuité des travaux déjà
2

réalisés dans le domaine de la contribution à la connaissance de la valeur fourragére des
Atriplex et leurs aptitudes à s’installer dans les régions touchées par la salinité. A cet effet,
nous citons les mémoires effectués dans notre université par (SETTO, 2011 et OUYABA,
2010) sur la composition chimique.
Notre travail a porté sur l’action de l’effet du stress salin sur la croissance (hauteur de
la tige) et la composition chimique de l’Atriplex canescens,

en utilisant deux types de

solutions salines, l’une à base de sels combinés NaCl+CaCl2 à 400 et à 600 meq/l et l’autre,
uniquement avec du NaCl, aux concentrations 400 et 600 meq/l.
Notre mémoire est structuré ainsi:
- Chapitre I- synthèse bibliographique.
- Chapitre II - matériel et méthodes.
- Chapitre III - Résultats et discussions.
Nous terminons enfin avec une conclusion et des perspectives.

3

Chapitre I :
Synthèse bibliographique

5

Chapitre I :

synthèse bibliographique

Chapitre I : synthèse bibliographique
I- Salinité et sols salés
I.1- Définition de la salinité
La salinité est définie selon plusieurs chercheurs comme la présence d’une
concentration excessive de sels solubles dans le sol ou dans l’eau d’irrigation (BAIZ, 2000 et
MAATOUGUI, 2001). C’est un facteur environnemental très important qui limite la
croissance et la productivité (ALLAKHVERDIEV et al, 2000 in BOUZID, 2010).
La salinité élevée des sols due essentiellement au chlorure de sodium affecte le tiers des
terres irriguées à l'échelle mondiale et constitue un facteur limitant prépondérant de la
production végétale dans les zones arides (HASEGAWA et al, 1986 in: NDEYE THIORO,
2000).
I.2- principaux sels solubles
Les principaux sels solubles qui participent dans la formation des sols salés sont :
Les carbonates : les plus rencontrés sont le carbonate de sodium (Na2CO3),
bicarbonate de

sodium (Na HCO3), carbonate de calcium (CaCO3) et le carbonate de

magnésium (mgCO3).
Les sulfates : ce sont les sels de l’acide sulfurique et les plus fréquents sont: le sulfate
de magnésium (MgSO4), sulfate de sodium (NaSO4) et le sulfate de calcium (Ca SO4).
Les chlorures : principalement : le chlorure de sodium (NaCl), le chlorure de calcium
(Ca Cl2) et chlorure de magnésium (MgCl2) ce sont plus soluble et forte toxicité.
La présence de sels solubles en quantité importante ou d’un horizon sodique à structure
dégradée, caractères qui ont une influence néfaste sur le développement de la végétation ou
des cultures (AUBERT, 1982).
I.3-Répartition des sols salés
La salinisation des sols est non seulement liée aux conditions climatiques (fort
ensoleillement et faible pluviométrie) mais également au recours souvent mal contrôlé à
l’irrigation, ce qui entraîne une accumulation des sels dissous en surface (BENNACEUR et
al, 2001 in BOUCHOUKH, 2010).

5

Chapitre I :

synthèse bibliographique

Les sols salins couvrent 397 millions d’Hectare (F.A.O., 2005). En Afrique, près de
4Mha sont affectés par la salinisation, soit près de 2% de la surface totale.
En Algérie, plus de 20% des sols irrigués sont concernés par des problèmes de salinité
(DOUAOUI et HARTANI, 2008).
Les sols salins se rencontrent dans les basses plaines et vallées d’Oranie, vallée de la
Mina, près de Relizane par exemple, sur les hautes plaines au sud de Sétif et de Constantine,
aux bords de certains chotts comme le Chott Melghir. Ils ont aussi une grande extension dans
les régions Sahariennes au Sud de Biskra jusqu’à Touggourt, Ouargla au-delà (AUBERT,
1982).
II- Salinité et la plante
II.1-Définition du stress
Un stress est l'ensemble des perturbations biologiques provoquées par une agression
quelconque sur un organisme. Selon Levitt (1980), c'est un facteur de l'environnement
induisant une contrainte potentiellement néfaste sur un organisme vivant.
La notion du stress biologique est le changement plus ou moins brusque par rapport aux
conditions normales de la plante ou de l’animal, et la réaction sensible de l’individu dans les différents
aspects de sa physiologie laquelle change sensiblement avec l’adaptation à la nouvelle situation à la
limite de dégradation menant à une issue fatale (LECLERC, 1999)

Les dommages causés par le stress salin à long terme est surtout le déséquilibre
ionique et la toxicité provoqués par le Na+ plutôt que l’effet du sel sur le potentiel hydrique
réduisant la disponibilité en eau (MUNNS, 2002 in BELKHEIRI, 2007).
II.2- Types de stress
On peut distinguer deux types du stress dans la nature :
II. 2.1- Le stress abiotique: il est dû principalement à des facteurs environnementaux
comme la sécheresse, les températures extrêmes, excès d’eau (asphyxie racinaire),

la

salinité… .
On peut citer quelques types des stress abiotiques qui peuvent effectuer les végétaux :
-Le stress hydrique: provoqué par un déficit en eau constituant un menace permanent
pour la survie des plantes, néanmoins, beaucoup d’entres elles produisent des modifications
morphologiques et physiologiques qui leurs permettent de survivre dans les régions de faible
pluviosité et dont la teneur en eau des sols est peu élevée (HOPKINS, 2003).
6

Chapitre I :

synthèse bibliographique

-Le stress thermique: provoqué par la température, c’est l’un des facteurs les plus
limitant et qui conditionne la production et la croissance des plantes.
-Le stress salin: le stress salin est défini comme une concentration excessive en sel. Le
terme stress salin s’applique surtout à un excès des ions, en particulier Na+ et Cl- (HOPKINS,
2003).
II.2.2- Le stress biotique: dus à une agression par un autre organisme : insectes,
animal,….Etc.
III- Effets de la salinité sur la physiologie des plantes
III.1-Sur la germination
La plupart des plantes sont plus sensibles à la salinité durant leurs phases de
germination et de levée (Maillard, 2001) Parmi les causes de l'inhibition de la germination en
présence de sel, la variation de l'équilibre hormonal a été évoquée (Ungar, 1978 et Kabar,
1986 in BOUCHOUKH, 2010). Bien que les halophytes possèdent une teneur très élevée en
sel dans leurs tissus au stade adulte, leurs graines ne sont pas aussi tolérantes au sel au stade
germination (Belkhodja et Bidai, 2004).
Le stade germination est souvent limité par la salinité du sol et se montre le plus sensible
que les autres stades (BOUDA S et HADDIOUI ,2011)
III.2- Sur la croissance et le développement
La salinité est une contrainte majeure qui affecte la croissance et le développement des
plantes (BOUAOUINA et al, 2000). La salinité affecterait de plusieurs manières la croissance
de la plante :
 La concentration élevée de NaCl diminue également lʼabsorption de Ca2+ qui est
relativement tolérante au sel, lʼaugmentation de la concentration en Na+ sʼaccompagne dʼune
réduction de la concentration en Mg2+, K+, N, P et Ca2+ dans la plante (LEVITT, 1980). Ce
déséquilibre nutritionnel est une cause possible des réductions de croissance en présence de
sel lorsque des ions essentiels comme K+, Ca2+ ou NO3- deviennent limitant (SOLTANI, 1988
in Haouala et al, 2004).
 Les effets osmotiques du stress salin peuvent également limiter la croissance des
racines, ce qui limite les possibilités d’absorption des éléments nutritifs du sol (JABNOUNE,
2008).

7

Chapitre I :

synthèse bibliographique

III.3- Sur la biochimie de la plante
La salinité réduit la vitesse de la photosynthèse suite à une diminution de la conduction
stomatique de CO2 (SANTIAGO et al, 2000). La diminution de la vitesse photosynthétique
est due à plusieurs facteurs comme la déshydratation des membranes cellulaires ce qui réduit
leur perméabilité au CO2, la toxicité du sel, la réduction de l'approvisionnement en CO2 à
cause de la fermeture des stomates, la sénescence accrue induite par la salinité et

le

changement dans l’activité des enzymes causé par le changement dans la structure
cytoplasmique (IYENGAR et REDDY, 1996 in: PARIDA et DAS, 2005).
Chez diverses espèces plus ou moins résistantes, un taux élevé des sucres totaux résultant
du blocage de la glycolyse ou du saccharose provenant d’une grande hydrolyse de l’amidon
(ASLOUM, 1990).
III.4-Effets sur la nutrition minérale des végétaux
Les effets nutritionnels de la salinité incluent les deux actions primaires du sel sur les
plantes: la toxicité directe due à lʼaccumulation excessive des ions dans les tissus et un
déséquilibre nutritionnel provoqué par lʼexcès de certains ions. Des concentrations salines
trop fortes dans le milieu provoquent une altération de la nutrition minérale des plantes
(LEVIGNERON et al, 1995 in HAOUALA et al, 2004).
Lʼaccumulation des ions Na+ dans la plante limite lʼabsorption des cations indispensables
tels que K+ etCa2+. Il y aurait une compétition entre Na+ et Ca+ pour les mêmes sites de
fixation apoplasmique. Lʼinteraction entre les ions Na+ et Ca2+ (JENDOUBI, 1997).

IV- Comportement de la plante en milieu salin
Selon la tolérance au sel, on peut définir deux groupes des végétaux : les halophytes et
les glycophytes.
 Les halophytes supportent les concentrations en sels et
la croissance est stimulée par la concentration entre 200 et 500 mM (FLOWERS et al, 1997).
 Les glycophytes représentent la majorité des espèces végétales dont
leur croissance est ralentie dés que la concentration des milieux externes dépasse 100 mM et
devient létale à partir de 300 mM (GEREENWAY et MUNNS, 1980).
Les halophytes et

les glycophytes, peuvent développer plusieurs mécanismes pour

assurer leur cycle de croissance et de développement. Certaines espèces utilisent le
8

Chapitre I :

synthèse bibliographique

mécanisme d’exclusion des sels en excès (ALEM et al, 2005) ou les compartimentent dans
la vacuole (NIU et al, 2005 in KACI et al 2012). On peut distinguer deux comportements
des plantes vis-à-vis du sel : les includer et les excluder.
a- Excluder : Les plantes exclueder sont généralement sensibles à la salinité et sont
incapable de contrôler le niveau de Na + cytoplasmique. Cet ion est transporté dans le xylème,
véhiculé vers les feuilles par le courant de transpiration puis en partie ré-circule par le
phloème pour être ramené vers les racines ces espèces sensible contiennent donc Na + dans les
feuilles et un excès dans les racines (JABNOUNE, 2008).
b- Includer : les plantes résistantes au NACL, accumulant le Na+ dans les feuilles ou
est séquestré soit dans la vacuole de l’épiderme foliaire ou les limbes âges… (JABNOUNE,
2008). Le sel est stocké dans les vacuoles grâce à des systèmes de pompes moléculaires. Les
vacuoles sont des compartiments fermées au sein de la cellule, le sel est aussi isolé dans des
constituants cellulaires vitaux (BERTHMIEU et al. 2003), ou excrété par des glandes vers
l’extérieur (ALEM et AMRI, 2005).
V- Mécanismes d’adaptations à la salinité
1- Caractéristiques morphologiques et anatomiques
On peut résumer ces caractéristiques par ces points :


Une cuticule épaisse ;



Des stomates rares (HELLER et al, 1998) ;



Des cellules à grandes vacuoles pour favoriser le stockage de NaCl (LUTTGE

al, 2002).
Une succulence des feuilles, qui deviennent épaisses ou cylindriques (Suaedea) ou de
leurs tiges dans le cas de l’espèce aphylle (Salicornia) (LEMEE, 1978).
2- Caractéristiques physiologiques
Pour qu’elles puissent absorber l’eau et continuer leurs fonctionnements vitaux, les
halophytes adoptent trois mécanismes essentiels :
 Répartition et accumulation des ions dans la plante
Une forte capacité d’absorption et une accumulation préférentielle de Cl- et Na+ dans
les parties aériens surtouts les feuilles chez les halophytes. Ainsi, plus de 90% de Na+ sont
accumulés au niveau de la partie aérienne (80% dans les feuilles) (ASLOUM, 1990), qui a
pour but d’élever le potentiel osmotique qui peut dépasser 50 atm. Celui-ci contribue à
9

Chapitre I :

synthèse bibliographique

maintenir le potentiel hydrique de la plante inférieur à celui de la solution du sol (LEMEE,
1978).
 Compartimentation vacuolaire
La compartimentation est la stratégie la plus efficace pour éviter la toxicité de Na+
sur des sites métaboliques dans le cytoplasme (JEBNOUNE, 2008). La plante utilise en effet
le sel pour ajuster la pression osmotique de ses cellules. Elle capte le sel qui parvient aux
feuilles, au même titre que l'eau, par le mouvement ascendant de la sève dans les vaisseaux. A
l'intérieur des cellules, le sel est alors stocké dans les vacuoles grâce à des systèmes de
"pompes" moléculaires. Les vacuoles étant des compartiments fermés au sein de la cellule; le
sel est ainsi isolé dans des constituants cellulaires vitaux (SENTENAC et BERTHOMIEU,
2003 in BOUCHOUKH, 2010).
VI- La plante
1- Généralités
Le genre Atriplex est le plus grand et le plus diversifié de la famille des Chenopodiaceae
et compte environ 200 espèces réparties dans les régions tempérées et subtropicales (PARSMITH, 1982et ROSAS, 1989). Il comprend surtout des plantes herbacées vivaces et, plus
rarement, des arbres et des arbustes. Les espèces appartenant à cette famille sont des
halophytes. Elles sont donc en mesure de vivre sur des sols au taux élevé de sels inorganiques
(MULAS et MULAS 2004).
Les Atriplex, espèces très appréciées par les camélidés, supportent bien les conditions
climatiques et pédologiques des régions arides et semi-arides mais leur aire de répartition se
réduit de plus en plus, par suite de surpâturage et de manque de stratégie de gestions de ces
parcours (BENCHAABANE, 1997).

10

Chapitre I :

synthèse bibliographique

2- Taxonomie de l’Atriplex canescens
Embranchement : Spermaphytes
Sous embranchement : Angiospermes
Classe : Dicotylédones
Famille :

Amaranthaceae ( Chenopodiaceae)

Genre : Atriplex
Espèce : Atriplex canescens
Nom commun : pourpier de mer
Vulgaire arabe : G’ttaf
Photo 1 : Atriplex canescens

3-Description

Espèce originaire du nord-ouest américain, on la trouve au Colorado, Utah, Wyoning,
Nevada, New Mexico, Ouest du Texas et le Nord du Mexique. C’est un arbuste à hauteur de
l’ordre de 1 à 3 m, formant des touffes de 1 à3 m de diamètres.
 Les rameaux : sont blanchâtre, étalés ascendants ou arqués retombants vers
l’extrémité (FRANCLET et LE HOUEROU ,1971).
 Les feuilles : sont simples, alternées, entières, linéaires à oblongues (DANIEL et
LOREN ,2005) de couleur vert grisâtre et grise argentée à reflets dorés, pouvant atteindre 3 à
5 cm de longueur et 0,3 à 0,5 cm de largeur. Des feuilles axillaires plus petites (0,5 à 1,5 sur
0,1 à 0,3cm) sont aussi

présentes le long de l’axe feuillé (FRANCLET et LE

HOUEROU ,1971).
 Les tiges : sont très ramifiées, solides et blanchâtres.
 Le système racinaire : est ramifié et communément très profond.
 Fleurs : L’Atriplex canescens est dioïque, avec des fleurs mâles et femelles sur
des plantes séparées ; cependant, quelques plantes monoïques peuvent être trouvées dans une
population (DANIEL et LOREN ,2005). L’inflorescence en épis simples ou paniculés au
sommet des rameaux pour les mâles, axillaires ou en épis subterminaux pour les femelles
(FRANCLET et Le HOUEROU, 1971).

11

Chapitre I :

synthèse bibliographique

4- Intérêts de l’Atriplex
4.1- Intérêt écologique
Dans les zones arides et les zones semi arides, les Atriplex font partie des plantes les plus
intéressantes pour le peuplement des terrains affectés par la salinité (DEBEZ et al, 2001).
Ces plantes possèdent un système racinaire très développé qui leur permet d’utiliser les
réserves d’eau du sol de façon exhaustive et de former un réseau dense susceptible d’ agréger
le sol et de le rendre résistant à l’érosion (OSMOND et al. 1980).
En outre, les formations à base de buissons fourragers forment une bonne couverture
végétale à feuillage dense qui protège le sol des agressions climatiques, sources d’érosion
(pluie, vent, grêle, etc…) (DUTUIT et al. 1991). Cette plante a jouée un rôle important
comme brise-vent, pour la protection du sol et la création d’un microclimat favorable,
permettant aux autres espèces fourragères, d’augmenter leur productivité (El MZOURI et al,
2000 in : MULAS et MULAS 2004).
4.2 -Intérêt fourrager
Au vu de sa grande résistance à la sécheresse, à la salinité et à l'ensoleillement, l’Atriplex
constitue en période de sécheresse un fourrage apprécié des camélidés et particulièrement des
ovins et caprins (ABBAD et al, 2004).
Les taux élevés en protéines et en sels minéraux permettent d’utiliser l’Atriplex comme
une réserve fourragère en été et en automne, comblant la carence de fourrage qui se manifeste
avant la croissance printanière des espèces fourragères herbacées dans ces régions
(KESSLER, 1990).
L’Atriplex possède un taux élevé d’azote et fournit de faibles apports d’énergie
(MULAS et MULAS, 2004). I1 s’agit surtout des Atriplex halimus, nummularia et
canescens.Qui ont une valeur énergétique de 0.6 UFL/kg de la matière sèche(MS)

et une

teneur en MAT de l’ordre de 20 à 25% de la MS. La présence de grandes quantités de sels et
la présence de certaines substances secondaires peuvent limiter leur valeur nutritionnelle.
(NEFZAOUI et CHERMITI ,1991)
Sous des précipitations annuelles de 200 à 400 mm, Atriplex halimus compte, avec
Atriplex nummularia et Atriplex canescens, parmi les espèces les plus intéressantes,
produisant de 2000 à 4000 kg de matière sèche par an et par ha de fourrage riche en protéine
(10 à 20 % de la MS) (LE HOUEROU., 1992; BEN AHMED et al, 1996).
12

Chapitre I :

synthèse bibliographique

Tab 1 : composition chimique d’Atriplex halimus et Atriplex canescens

En % de MS
les
espèces
MS MM MO MAT CB
P
Atriplex
canescens 27,44 86 ,30 18,36 20,79 -

CA
-

K
-

Na
-

28 ,7 27,2
21.1 33.5
23.9 19.8

-

17,8
19.2
19.2

-

0,18 1,6 2,16 5,9
0.29 1.51 1.35 4.41
-

Auteurs
(NEFZAOUI et
CHERMITI, 1991)

Pays
Tunisie

CORDIER AHCLET in
Le Houerou (1980)
Tunisie
CARSON

Maroc

SALMON(1977)
30,56 -

74,6 18,77 11,89 0,44 1,66 2,47

Atriplex
halimus

3,3

Tunisie
(NEFZAOUI et
CHERMITI, 1991)

13

Chapitre II :
Matériel et méthodes

Chapitre II :

Matériel et Méthodes

Chapitre II : Matériel et méthodes
Objectifs
Ce travail réalisé sur des jeunes plantes d’Atriplex canescens (Pursh) Nutt.a pour but
de déterminer l’action des différentes concentrations salines sur:
- La croissance des plantes,
- La composition chimique de l’Atriplex canescens.
I- Matériel végétal
Le matériel végétal est composé de graines d’Atriplex canescens que nous avons
récupérés durant l’année 2008/2009 de la station naturelle d’El-Mesrane, dans la Wilaya de
Djelfa.

II- Méthodologie du travail
Pour réaliser notre travail, nous avons adopté la méthodologie suivante :
1- Préparation des grains
Avant de réaliser la germination des grains d’Atriplex canescens pour obtenir les
plantules, nous avons décortiqués manuellement les graines de leurs téguments, afin de
choisir celles qui possèdent à peu prés la même taille, même forme et même couleur (brunes).
Ces graines sont désinfectées à l’eau de javel à 0,5% pendant 3 min puis rincées
soigneusement trois fois avec de l’eau distillée pour éliminer toute trace de chlore. Elles sont
ensuite mises dans des alvéoles remplies de terreau imbibées d’eau distillée chaque deux
jour pendant 26 jours (photo 2).

Photo 2 : plantules d’Atriplex canescens âges de 26 jours.
15

Chapitre II :

Matériel et Méthodes

2- Préparation du substrat de culture
Le substrat de culture utilisé est le sable des dunes provenant de l’exploitation de
l’université qui est tamisé pour éliminer tout débris végétaux et animaux. Ce sable a été
ensuite lavé à l’esprit de sel pendant 15 min pour éliminer les sels comme les carbonates,
puis rincé avec l’eau filtre plusieurs fois, ensuite à l’eau distillée 4 à 5 fois pour éliminer
toute trace d’esprit de sel. Une quantité d’eau du dernier lavage est mise dans un tube à essai
auquel, nous avons ajouté quelques gouttes de nitrate d’argent pour vérifier l’absence totale
des sels. Le sable stérilisé est séché à l’air libre.

3- Préparation des pots
Une fois que le sable est séché et que la germination a eu lieu, nous avons remplis des
pots en plastique de 16 cm de diamètre et de 13,8 cm de hauteur, avec un mélange du sable et
de terreau (2V/V). Le poids du mélange est de 2685 g ; il est déterminé pour connaître la
capacité de rétention (CR) qui nous permet ensuite de calculer la dose d’arrosage nécessaire à
rapporter pour les plantes (annexe 1). Le fond des pots a été tapissé avec une couche de
gravier (lavé avec l’eau distillée) pour faciliter le drainage.

4- Repiquage des plantules
Au bout de 26 jours, les plantules sont repiquées soigneusement à raison d’une
plantule par pot (photo 4, annexe 3). Elles sont arrosées à la solution nutritive de
HOAGLAND (1938) (Tableau 2) diluée au 1/1000éme

tous les deux jours à 30% de la

capacité de rétention du substrat durant les deux premiers mois, ensuite à 60% de la CR le
troisième mois.

5- Dispositif expérimental
L’expérimentation a été conduite dans une serre contrôlée au niveau de l’exploitation
de l’Université de Ouargla. Les pots sont disposés aléatoirement et subissent des rotations au
fur et à mesure. Le dispositif expérimental comprend cinq traitements avec six répétitions.
Les plantes d’Atriplex canescens sont traitées avec deux compositions salines à savoir le
chlorure de sodium (NaCl) additionné du chlorure de calcium (CaCl2) et le chlorure de
sodium seul, avec des concentrations différentes. Les pots sont répartis en cinq lots.

16

Chapitre II :

Matériel et Méthodes

6- Préparation des différentes solutions
Nous avons préparé deux types de solutions, l’une pour arroser la culture, c’est la
solution nutritive et l’autre saline pour le stress salin.
6.1- Solution nutritive
La solution nutritive utilisée pour l’arrosage des plantes est celle de HOAGLAND
(1938) qui est composé d’un ensemble de solution mère (tableau 2).

Tableau 2 : Composition de la solution nutritive de HOAGLAND, (1938)
Composants de
solution mère

la

Concentration
Nomenclature

g. 1-1

mole.1-1

Macro- éléments
Nitrate de potassium

KNO3

191,90

1,90

Nitrate de calcium

(NO3) 2 Ca 4H2O

129,80

0,55

Nitrate d’ammonium

NO3 NH4

210,00

0,26

Sulfate de magnésium

SO4Mg 7H2O

61,50

0,25

Phosphate
potassique

PO4 H2K

54,40

0,40

PO4 K2H 3H2O

34,23

0,15

mono

Dipotassium
hydrogénophosphate

Oligo-éléments
Chlorure de manganèse

Cl2Mn 4H2O

1,80

_

Sulfate de cuivre

CuSO4 5H2O

0,176

_

Sulfate de zinc

ZnSO4 7H2O

0,219

_

Acide borique

H3BO3

2,861

_

Molybdate d’ammonium

Mo7O24(NH4) 7H2O

0,285

_

Complexe ferrique

EDTAferrique
(C10H12FeN2NaO8)

0,050

17

_

Chapitre II :

Matériel et Méthodes

6 .2- Solutions salines
a- Sels combinés NaCl + CaCl2
Deux solutions salines sont obtenues par l’addition de chlorure de sodium (NaCl) et de
Chlorure de calcium (CaCl2) V/V à la solution nutritive, dont les proportions sont indiquées
dans le tableau 3.
Tableau 3: Composition de la solution saline à base de NaCl+CaCl2
400 meq.l-1

600 meq.l-1

mM.l-1

400

600

g.l-1

23,4

35,1

mM.l-1

200

300

g.l-1

22,2

33,3

Composants
NaCl

CaCl2

b- Solution à base de NaCl
Cette solution saline est constituée uniquement de NaCl de la solution nutritive avec deux
concentrations 400 meq et 600 meq qui correspondent à 23,4 et 35,1 g.l-1de NaCl.
7- Mesure de la longueur de la tige

Avant prélèvement le matériel végétal nous avons mesuré la hauteur de la tige en
centimètres (cm) à l’aide d’une règle graduée pour les 5 traitements. Les valeurs données sont
les moyennes obtenues des quatre plantes parmi six répétitions pour déterminer l’effet du
stress sur la croissance de l’Atriplex canescens.

18

Photo 8 : Plantes d’Atriplex canescens arrosées par la
solution nutritive

Photo 9 : plantes d’Atriplex canescens traitées par les
sels combinées à 400 meq (avant le stress)

Photo 10: plantes d’Atriplex canescens traitées par les
sels combinées à 400 meq (après le stress)

Photo 11 : plantes d’Atriplex canescens traitées par
les sels combinées à 600 meq (avant le stress)

Photo 12: plantes d’Atriplex canescens traitées par
les sels combinées à 600 meq (après le stress)

Photo 13 : plantes d’Atriplex canescens traitées par
NaCl à 400 meq (avant le stress)

Photo 14 : plantes d’Atriplex canescens traitées par
NaCl à 400 meq (après le stress)

Photo 15: plantes d’Atriplex canescens traitées par
NaCl à 600 meq (avant le stress)

Photo 16 : plantes d’Atriplex canescens traitées par
NaCl à 600 meq (après le stress)

Chapitre II :

Matériel et Méthodes

8- Application du stress salin
Trois mois après le repiquage, nous avons appliqué le stress salin aux plantes. Les
plantes stressées sont arrosées une fois au début du stress aux différentes solutions salines à
60% de la CR par contre, les témoins ont été arrosés normalement chaque deux jours. Le
stress a durée 10 jours. Les traitements effectués sont illustrés dans les (photos 8, 9, 10, 11,
12, 13, 14, 15,16)
 T0 : lot des plantes témoins qui est arrosé avec la solution nutritive HOAGLAND
(1938),
 T1: lot des plantes traitées avec le NaCl+CaCl2 à 400 meq/l de la solution nutritive,
 T2 : lot des plantes traitées avec le (NaCl+CaCl2) à 600 meq/l de la solution nutritive,
 T3 : lot des plantes traitées avec NaCl à 400 meq/l de la solution nutritive,
 T4 : lot des plantes traitées avec NaCl à 600 meq/l de la solution nutritive.
9- Prélèvement de matériel végétal
Après 10 jours d’application du stress salin nous avons procédé aux prélèvements des
plantes selon les étapes suivantes :
 La plante entière est soigneusement prélevée.
 La partie aérienne est séparée de la partie souterraine. La partie aérienne a été séparée
en tiges et feuilles (ce sont uniquement ces parties qui sont broutés par les animaux).
Ces organes sont séparées ont été rapidement rincées avec l’eau distille puis séchées à
l’aide du papier hygiénique.
 Le poids frais des tiges et des feuilles a été déterminé avec une balance de précision.
Chaque échantillon pesé est enveloppé dans du papier aluminium.

10-Séchage et le broyage
Les échantillons ont été mis dans une étuve réglée à 80 °C durant 48 heures. Après
séchage les échantillons sont repesés à et ensuite broyés avec un broyeur à fléaux de petite
capacité équipé d’une

grille de 1mm; la poudre obtenue est déposé

hermétique pour la conserver jusqu’ au moment des analyses.

19

dans un flacon

Chapitre II :

Matériel et Méthodes

III- Technique d’analyse chimique
1 -Détermination la matière sèche (MS)
Pour déterminer le taux de la matière sèche, nous avons pesé (0 ,5g) de l échantillon
(P0) dans un creuset en porcelaine préalablement taré (P1), placé ensuite dans une étuve
réglée à 105 °C pendant 24 heures. Une fois que les creusets sont sortis de l’étuve, ils sont
mis dans un dessiccateur et ensuite pesés (P2). La teneur en MS est déterminée par la relation
suivant :
%MS= P2-P1 / P0 ×100

-P0 : poids de l échantillon
-P1 : poids de creuset
P2 : poids qui représente le creuset et des résidus après le séchage dans l’étuve
2-Détermination de la matière minérale (MM)
Après la détermination de sa teneur en matière sèche, l’échantillon est mis dans un
four à moufle à une température égale à 550 °C durant 4 heures. Les creusets sont refroidis à
l’intérieur du four un certain temps avant de les mettrent dans un dessiccateur pour avoir un
poids constants, puis on les pèsent pour avoir un nouveau poids (P3) qui détermine le taux de
cendre après la disparition de la matière organique.
La teneur en cendre est calculée par la relation suivante :
%MM= (P3-P1)/ (P2 –P1) ×100
3-Détermination la matière organique
La matière organique est déterminée en appliquant cette formule:

MO%=100-% cendres

4-Détermination la cellulose brute (CB)
Elle est déterminée par la méthode de WEENDE (AFNOR, 1993). A partir d’une prise
d’essai, on pèse 0,5g d’échantillon PE.
Cette méthode consiste à une double hydrolyse, la premier par l’acide sulfurique
20

Chapitre II :

Matériel et Méthodes

( H2 SO4 ) et la seconde par l’hydroxyde de potassium (KOH) suive d’une lavage avec
l’acétone ,un étuvage de 2h à 105 C° refroidir dans le dessiccateur et peser P1 et une
calcination de 1h à 525C° dans un four à moufle laisser refroidir et peser P2
Les résultats sont exprimés selon la formule suivante :
CB (%)= P1-P2 /PE ×100/MS ×100
P1 : poids de l’échantillon après l’étuvage correspondant au poids de la cellulose brute sèche
(en gramme) avant calcination.
P2 : poids de l’échantillon après calcination
PE : poids de l échantillon
MS : Teneur en matière sèche de l’échantillon, exprimée en %

5-Détermination la matière Azotée Totale (MAT)
L’azote a été déterminé par la méthode de Kjeldahl, à partir d’une prise d’essai (PE)
de 0,5 g de l’échantillon. Cette méthode détermine le contenu azoté des substances
organiques et inorganiques la méthode de Kjeldahl qui peut être devisée en trois étapes :


Minéralisation

La matière organique de l’échantillon est minéralisée à chaud par l’acide sulfurique en
présence d’un catalyseur minérale.
N organique + H2SO4

(NH4) SO4+H2O +CO2

La matière azotée se transforme en sulfate d'ammonium (la transformation de la substance
organique en substance minérale).


Distillation

La décomposition du sulfate d'ammonium par la soude et la formation d'ammoniac
2NH4+ SO4-2+ (Na+, OH-)


2(NH3 + H2O) + 2Na-SO4-3

Titration

L'ammoniac distillé neutralise une certaine fraction de la solution titrée d'acide sulfurique
0.1N.
La teneur en a azote est calculée selon la formule suivante :
%N=V×0,14 /PE
21

Chapitre II :

Matériel et Méthodes

V : volume de H2SO4 dilué additionné à la titration
PE : poids de l’échantillon
La concentration en protéines ou la matière azotée totale d’un aliment est estimée en fonction
de sa teneur en azote N :
%MAT= N × 6,25

VI- Analyse statistique des données
Les résultats des analyses chimiques sont traités et analysées par le programme de
Microsoft Office Excel 2007. On a réalisé l’analyse de la variance, le Test de Fisher et la Plus
Petite Différence Significative (PPDS) pour chaque paramètre analysé dans le but de savoir la
signification de l’effet de chaque traitement sur les différents paramètres (MM, MO, MAT et
CB) et l’hauteur de la tige.

22

Chapitre III :
Résultats et discussion

Chapitre III :

Résultats et discussion

Chapitre III : Résultats et discussion
I-Résultats
Les résultats obtenus sur la composition chimique (MS, MM, MO, CB et MAT) des
organes (feuilles et tiges) ainsi que la longueur de la tige des plantules de l’Atriplex canescens
stressées par deux types de solutions salines, l’une à base de sels combinés NaCl + CaCl2 et
l’autre à base de NaCl avec deux concentrations (400 et 600 meq) sont rapportés dans les
différentes figures. Chaque organe est représenté par un histogramme pour les deux
traitements, ensuite nous interpréterons chaque traitement à part.

I.1- Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la
hauteur de la tige
La figure 1 représente les valeurs moyennes de la hauteur de la tige des plantes stressées
par les différents traitements comparés au témoin. On remarque que la longueur des plantes
témoins est plus importante par rapport à celles stressées. En effet, la hauteur qui est de 80,75
cm chez les plantes qui sont arrosées avec la solution nutritive, diminue à 74,63 et 72,88 cm
chez les plantes traitées respectivement à 400 et 600 meq de NaCl+CaCl2. La hauteur a
baissée de : 7,57 % et 9,74 % respectivement pour les traitements 400 meq et 600 meq de
NaCl+CaCl2.
Pour le lot de plante traité uniquement à l’NaCl, les hauteurs enregistrées diminuent aussi
par rapport à celles des plantes témoins (80,75 cm), elle est de 74,75 cm chez les plantes
traitées à 400 meq est de 72,25 cm. Le pourcentage de diminution est de 7,43 % et 10,52 %
respectivement pour les traitements 400 meq et 600 meq à NaCl.
On constate que la salinité influe négativement sur la croissance des plantes. La hauteur
enregistrée est presque similaire pour les traitements 400 meq, par contre le traitement 600
meq de NaCl a provoqué une importante diminution.

24

Chapitre III :

Résultats et discussion

Fig.1 : représentation de la hauteur de la tige de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après
le stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et le NaCl à 400 et 600 meq.
L’analyse statistique de la variance des résultats obtenus

donné

un coefficient de

variation est égal 4.10%<12% donc les résultats de l’expérience sont acceptables.
Le test de fisher montre un effet non significatif sur la croissance de la hauteur des tiges
de l’Atriplex canescens.

I.2-Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la
Variation du taux de la matière sèche

I.2.1-Au niveau des feuilles
La figure 02 représente le taux de la matière sèche au niveau des feuilles par rapport à
la matière sèche des plantes stressées à NaCl+CaCl2 et NaCl.
Pour les feuilles stressées par les sels combinés, on constate que la matière sèche est de
95,93 % chez les plantes témoins, celle-ci s’élève à 97,33% et à 96,67% pour les plantes
stressées à 400 meq et à 600 meq. Le pourcentage d’augmentation est de 1,45 % et 0,77 %
respectivement pour les 400 meq et 600 meq NaCl + CaCl2.
Concernant les plantes stressées au NaCl à 400 et 600 meq, la matière sèche enregistrée
présente aussi un taux élève au niveau des plantes traitées à 400 meq /l (97%) avec un
pourcentage d’augmentation de 1,11%, par contre pour le traitement le plus concentré (600
meq /l), le taux de matière sèche est identique à celui du témoin.
25

Chapitre III :

Résultats et discussion

En comparant entre les deux types de stress, on peut dire que les milieux concentrés ont
provoqué une augmentation de teneur en matière sèche, néanmoins, on relève que ce sont
surtout les milieux les moins concentrés (400 meq/l) qui ont donnés une biomasse sèche la
plus importante.
98,50
matèére séche (%)de MS

98,00
97,50
97,00
96,50
96,00
feuilles

95,50
95,00
94,50
94,00
Témoin

400 meq 600 meq 400 meq
NaCl+CaCl2NaCl+CaCl2 NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig. 2 : Taux de matière sèche (% MS) au niveau des feuilles de l’Atriplex canescens âgées
de 90 jours, stressés aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq.
Pour connaître la signification de l’effet de chaque traitement sur le taux de la matière
sèche; on effectue les analyses statistiques de la variance, le test de Fisher et aussi la PPDS (la
Plus Petite Différence Significative).
L’analyse de la variance décrit le taux d’erreur de l’expérience par un coefficient de
variation qui est égal à 0,88 donc les résultats de l’essai sont acceptables.
Le test de Fisher montre un effet non significatif des doses de salinité sur la teneur en
matière sèche au niveau des feuilles donc il ne peut pas faire l’analyse de la PPDS.
I.2.2-Au niveau des tiges
La lecture de la figure 3 montre que le taux de la matière sèche des témoins est plus
élevé (97.17%) ; stressés aux sels combinés, la matière sèche est identique chez les plantes
stressées par 400 meq /l (96.67%), par contre sous 600 meq/l, celle-ci baisse à 93%.
Les plantes stressées aux NaCl à 400 meq/l et 600meq/l montrent que la teneur en
matière sèche est presque identique par rapport à celles des plantes témoins (97.17%) ; elle
est de 97% e 96,50 % chez les plantes stressées avec 400 meq et 600 meq.

26

Chapitre III :

Résultats et discussion

On peut dire que de la teneur en matière sèche au niveau des tiges stressées au NaCl n’a
pas changé en la comparant aux témoins qui ont été arrosés à la solution, par contre sous le
traitement NaCl+CaCl2, la matière sèche diminue.
99,00
matière séche (%) deMS

98,00
97,00
96,00
95,00
94,00
tiges

93,00
92,00
91,00
90,00
Témoin

400 meq 600 meq 400 meq
NaCl+CaCl2 NaCl+CaCl2
NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig. 3 : Taux de matière sèche (% MS) au niveau des tiges de l’Atriplex canescens âgées de
90 jours stressés aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
D’après les analyse statistiques effectués, on remarque que le coefficient de variation est
égale à 0.92< 12%, les résultats de l’essai sont donc acceptable et montrent un effet
significatif. Du moment que le test de Fisher a donné un résultat significatif, on passe à
l’étude de la PPDS. Le tableau 4 représente les résultats de cette analyse qui sont comparés à
la PPDS théorique à 5%=1.67 % et à 1%= 2.43%. Cette comparaison a donné les résultats
suivants :
-(T0↔T4), (T0↔T1), (T0↔T2), (T0↔T3), (T1↔T4), (T1↔T3) et(T3↔T4): effet non
significatif ;
(T1↔T2), (T2↔T3) et (T2↔T4) : effet hautement significatif

27

Chapitre III :

Résultats et discussion

Tab. 4: Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la matière séché au
niveau des tiges de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress

T4
T3
T2
T1
T0 /

T0
0,67 NS
0,17 NS
0,5 NS
0,5 NS /
/

T1
0,17 NS
0,33 NS
3,67 HS /
/
/

T2
3,5 HS
4 HS /
/
/
/

T3
0,5 NS /
/
/
/
/

T4

T0: Témoin, T1 : 400 meq d’NaCl+ CaCl2, T2: 400 meq d’NaCl+CaCl2, T3 : 400 meq d’NaCl, T4:
600 meq d’NaCL

I.3- Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la
variation du taux de la matière minérale
I.3.1-Au niveau des feuilles
La teneur en matière minérale au niveau des feuilles est représentée par la figure 4.
On remarque un taux élève de la matière minérale chez les plantes qui sont traitées par les
sels combines (NaCl + CaCl2), le taux le plus élevé est obtenu au niveau des feuilles traitées
à 600 meq/l avec 23,8% de MS suivis par les plantes traitées avec 400 meq/l (22.80% de
MS) par rapport aux témoins (16,23% de MS). Les taux d’augmentation sont
respectivement de 46,64 %et 40, 5%.
Traité uniquement par NaCl, les valeurs des cendres diminuent au niveau des feuilles
par rapport aux traitements combinés, mais restent toujours élevés par rapport aux témoins.
Les teneurs sont de 20,27% ; 17,36% et 16,23% de MS pour les traitements 400 meq/l,
600 meq /l et le témoin. Les taux d’augmentation sont respectivement de 25 et 6,96%.
On peut dire que les différents stress ont induit une accumulation des minéraux dans les
feuilles, celle-ci est plus importante chez les plantes qui sont traitées aux sels combinés. Le
taux de matière minéral est proportionnel aux concentrations des sels combinés et
inversement proportionnels aux concentrations des sels à base de NaCl.

28

Chapitre III :

Résultats et discussion

matière minérale (%) de MS

30,00
25,00
20,00
15,00
feuilles

10,00
5,00
0,00
Témoin

400 meq 600 meq 400 meq
NaCl+CaCl2NaCl+CaCl2 NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig.4 : Taux de matière minérale (% MS) au niveau des feuilles de l’Atriplex canescens
âgées de 90 jours, stressées aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
L’analyse de variance des résultats obtenus de l’effet des traitements sur les teneurs
des cendres a donné un coefficient de variation est égal 5.41 %<12%, donc les résultats de
l’essai sont acceptables.
Le test de Fisher montre un effet hautement significatif sur le taux des cendres à
cause du F calculé qui supérieur au F théorique à 1%( 24,88>7.01).
Pour déterminer l’effet de chaque traitement par rapport aux autres traitements, la
PPDS permet de faire la comparaison entre les moyennes de chaque traitement.
Les résultats sont présentés dans le tableau 5. Comme suit :
Les traitements T1 et T2 des sels combinés et T3 d’NaCl comparées à celles de témoin
à montre des effets hautement significatif et effet non significatif par rapport T4 des
différences entres les moyennes de ces traitements sur le taux de matière minérale au niveau
des feuilles.
La comparaison entre les quatre traitements donné le résultat suivant :
-(T1↔T3), (T2↔T3), (T3↔T4) : effet significatif
-(T1↔T4), (T2↔T4): effet hautement significatif (supérieure à la PPDS 1%)
-(T1↔T2) (T0↔T4) : effet non significatif

29

Chapitre III :

Résultats et discussion

Tab. 5: Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% des cendres au niveau des
feuilles de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress.
T0
T4
T3
T2
T1
T0

1,13
4,04
6,85
6,57
/

NS
HS
HS
HS

T1
5,44 HS
2,53 S
0,28 NS
/
/

T2
5,72 HS
2,81 S
/
/
/

T3
2,91 S
/
/
/
/

T4
/
/
/
/
/

T0: Témoin, T1 : 400 meq d’NaCl+ CaCl2, T2: 400 meq d’NaCl+CaCl2, T3 : 400 meq d’NaCl, T4:
600 meq d’NaCl

I. 3.2-Au niveau des tiges
Dans la figure 5, on a reporté les teneurs des cendres au niveau des tiges. Egalement,
pour les tiges, le taux des cendres est plus élevé au niveau des organes stressés avec les sels
combinés NaCl+CaCl2 à 600 meq/l (8 ,89 % MS) et 400 meq/l (6,89 % MS) en comparaison
aux témoins (5,86 % MS) avec un pourcentage d’augmentation de

51,70% et 17,57%

respectivement pour les traitements 600 meq/l et 400 meq/l.
Sous le traitement NaCl, la matière minérale a légèrement augmentée par rapport aux
témoins ; ainsi les teneurs enregistrées sont presque identiques pour les traitements 400meq/l
,600 meq/l d’NaCl et sont de 6,31 ; 6,12 % MS contre 5,86 % MS pour le témoin ; ce qui
correspond à des pourcentages d’augmentation de 7,68 et 4,43% pour les plantes traitées à
400 meq et à 600 meq de NaCl.
La comparaison entre les deux traitements, nous permet de conclure que les teneurs en
cendre au niveau des tiges sont fonctions de la concentration en sels, en effet plus la
concentration en NaCl +CaCl2 est élevée, plus les teneurs en matières minérales sont
importantes. Par contre, les résultats obtenus avec les traitements au NaCl sans CaCl 2 quand
la concentration est élevée les teneurs en cendres diminué.

30

Chapitre III :

Résultats et discussion

matiére minérale (%) de MS

10,00
9,00
8,00
7,00
6,00
5,00
4,00

tiges

3,00
2,00
1,00
0,00
Témoin

400 meq 600 meq 400 meq
NaCl+CaCl2 NaCl+CaCl2
NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig. 5 : Taux de matière minérale (% MS) au niveau des tiges de l’Atriplex canescens
âgées de 90 jours, stressées aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
Les analyses statistiques de la variance et le test de Fisher effectuées ont permis de
donner un CV qui est égale à 8,44 est un taux d’erreur très faible.

Donc les résultats de

l’expérience sont acceptables et l’effet du stress salin sur le taux des cendres est hautement
significatif.
Pour connaître l’influence de chaque traitement par rapport aux autres et la
signification de chaque type de traitement, on a calculé la PPDS (comparaison entre les
moyennes des traitements) qui est représenté dans le tableau 6.
Tab. 6: Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% des cendres au niveau des
tiges de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress
T0
T4
T3
T2
T1
T0

0,26 NS
0,45 NS
3,03 HS
1, 03 S
/

T1
0,77 NS
0,58 NS
2 HS
/
/

T2
2,77 HS
2,58 HS
/
/
/

T3
0,19 NS
/
/
/
/

T4
/
/
/
/
/

T0: Témoin, T1 : 400 meq d’NaCl+ CaCl2, T2: 400 meq d’NaCl+CaCl2, T3 : 400 meq d’NaCl, T4:
600 meq d’NaCl

Les résultats de cette analyse qui sont comparés à la PPDS théorique à 5%=0.99 et à
1%=1.44 Cette comparaison a donné les résultats suivants :

31

Chapitre III :

Résultats et discussion

Un effet significatif pour le traitement le moins concentré (400 meq /l) et un effet
hautement significatif pour le traitement à 600meq/l des sels combinés comparant au témoin
sur l’accumulation des cendres au niveau des tiges par contre les tiges qui stressées par NaCl
montre un effet non significatif.
- (T1↔T3) : effet non significatif
- (T1↔T2), (T1↔T2), (T2↔T4), (T2↔T3) : hautement significatif
I.4-Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la
variation du taux de la matière organique

I.4.1-Au niveau des feuilles
La figure 6 montre les taux de matière organique analysés au niveau des feuilles traites à
différentes concentrations des sels.

La teneur en matière organique

est inversement

proportionnelle à la teneur en matière minérale et que plus la concentration des sels
augmentent, le taux de la matière organique diminue. Le taux de matière organique le plus
élevé est enregistrée chez les plantes témoin, il est de 83,77% ; ce taux diminue dans les
feuilles traitées par les sels combinés à 400 meq à (77.20% MS) et à 600meq (76.92 % MS).
Les valeurs obtenues au niveau des plantes stressées par NaCl diminuent également mais
sont plus proches à celle du témoin. Le taux de la matière organique est de 79.73% MS pour
400meq/l et de 82.64% pour le stress à 600 meq/l comparativement au témoin qui est de
83,77%.
La comparaison entre les deux traitements, nous permet de conclure que les teneurs en
matière organique au niveau des feuilles sont plus élève chez les plantes de témoin et
augmentent selon la diminution de la concentration des sels. Les plantes traitées uniquement
aux NaCl ne semblent pas influencé par les sels.

32

Chapitre III :

Résultats et discussion

matière organique (%) de Ms

86,00
84,00
82,00
80,00
78,00

feuilles

76,00
74,00
72,00
Témoin

400 meq 600 meq 400 meq
NaCl+CaCl2NaCl+CaCl2 NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig. 6: Taux de matière organique (% MS) au niveau des feuilles de l’Atriplex canescens
âgées de 90 jours stressées aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
L’analyse statistique de la variance et de test de Fisher a fait apparaître que les
résultats de l’expérience est acceptable avec un CV égale à 1.35% et un effet

hautement

significatif de stress salin sur le taux de la matière organique au niveau des feuilles, le tableau
ci-dessous (Tab.7) monté l’effet de chaque traitement.
Tab. 7: Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la matière organique au
niveau des feuilles de l’Atriplex canescens âgée de 90 après le stress

T4
T3
T2
T1
T0

T0
1,13 NS
4,04 HS
6,85 HS
6,57 HS
/

T1
5,44 HS
2,53 S
0,28 NS
/
/

T2
5,72 HS
2,81 S
/
/
/

T3
2,91 S
/
/
/
/

T4
/
/
/
/
/

T0: Témoin, T1 : 400 meq d’NaCl+ CaCl2, T2: 400 meq d’NaCl+CaCl2, T3 : 400 meq d’NaCl, T4:
600 meq d’NaCl

D’ après le tableau de PPDS, les différences entre les moyennes des traitements appliqués
aux sels combinés et traitement à 400 meq/l d’ NaCl montre un effet négatif et hautement
significatif sur la teneur en matière organique des feuilles sauf que pour le traitement à 600
meq /l d’NaCl a montre un effet non significatif par rapport au témoin.
-(T1↔T3), (T2↔T3), (T3↔T4) : effet significatif
-(T1↔T4), (T2↔T4) : effet hautement significatif

33

Chapitre III :

Résultats et discussion

I.4.2-Au niveau des tiges

La figure 7 montre les taux de matière organique au niveau des tiges, la teneur en
matière organique obtenues au niveau des tiges est également pour les tiges la teneur la plus
élève chez les plantes témoin qui égale 94.14% MS. Pour les plantes stressés par les sels
combinés on enregistrée une diminution remarquable avec un taux de 93.11 % MS chez les
plantes traitée par 400 meq et 91.11% MS par 600 meq. Avec un pourcentage de diminution
de 1,09% et 3,22 % respectivement pour les doses 400 meq et 600 meq.
Les plantes stressées aux 400 meq/l et 600 meq/l d’NaCl enregistrée un taux élève et
proches pour les plantes témoin qui sont 93.69% ,93.88 % respectivement pour les
traitements 400 meq/l et 600 meq/l. avec un taux de réduction de 0,48 % et 0,28%
respectivement pour les doses 400 meq et 600 meq.
La teneur en matière organique inversement proportionnelle à la concentration des sels
combinés quand la concentration diminue la teneur en matière organique augmente.

matière organique (%) de MS)

96,00
95,00
94,00
93,00
92,00

tiges

91,00
90,00
89,00
Témoin

400 meq 600 meq 400 meq
NaCl+CaCl2 NaCl+CaCl2
NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig. 7: Taux de matière organique (% MS) au niveau des tiges de l’Atriplex canescens âgées
de 90 jours stressées aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq
Les résultats de l’analyse statistique de la matière organique montrent un coefficient de
variation de 0,56 % donc les résultats obtenus sont acceptables. Les analyses statistiques de
la variance et du test de fisher montrent un effet hautement significatif.
L’étude de l’analyse statistique de PPDS à 5%=0.99, 1%= 1.44 entre les moyennes des
traitements représente sur le tableau 8.

34

Chapitre III :

Résultats et discussion

Tab. 8: Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la matière organique au
niveau des tiges de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress

T4
T3
T2
T1
T0

T0
0,26 NS
0,45 NS
3,03 HS
1,03 NS
/

T1
0,77 HS
0,58 NS
2
HS
/
/

T2
2,77 HS
2,58 HS
/
/
/

T3
0,19 NS
/
/
/
/

T4
/
/
/
/
/

T0: Témoin, T1 : 400 meq d’NaCl+ CaCl2, T2: 400 meq d’NaCl+CaCl2, T3 : 400 meq d’NaCl, T4:
600 meq d’NaCl

Les résultats sont :
-(T0↔T4), (T0↔T3), (T0↔T1) : non significatif
(T0↔T2) : hautement significatif

I.5-Action du stress salin par les sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la
variation du taux de la cellulose brute
I.5.1-Au niveau des feuilles
La figure 8 représente l’effet du stress salin sur le taux de la cellulose brute analysée
au niveau des feuilles, elle montre que le taux de cellulose brute obtenu au niveau des
feuilles traitées aux sels combinés à 400 meq /l présente un taux de cellulose brute
légèrement élevé (17,94% MS) par rapport au témoin (17,63% MS). Par contre, avec le
traitement 600meq/l, ce taux baisse à (11,50% MS), ce qui correspond à une diminution de
34,78%
Les teneurs en cellulose brute au niveau des feuilles stressées à NaCl enregistrent des
valeurs inferieurs à celles obtenues pour le témoin (17,63% MS) qui sont de15,81 % MS
et 15.37% MS respectivement pour les traitement à 400 meq/l et 600 meq/l, avec un taux
de diminution de 10,32% et 12,82%.
Le

taux de cellulose brute augmente au niveau des plantes stressées par les sels

combinés à 400 meq /l. et diminue au niveau des traitements à NaCl ;

il n’y a pas une

grande variation entre les traitements et le témoin, sauf pour les plantes traités à 600 meq/l.

35

Chapitre III :

Résultats et discussion

20,00

cellulose brute (%) de MS

18,00
16,00
14,00
12,00
10,00
8,00

feuilles

6,00
4,00
2,00
0,00
Témoin

400 meq 600 meq 400 meq
NaCl+CaCl2NaCl+CaCl2 NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig. 8: Taux de la cellulose brute (% MS) au niveau des feuilles de l’Atriplex canescens
âgées de 90 jours stressés aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq

L’analyse de variance de l’effet des traitements sur les teneurs en cellulose brute obtenues
au niveau des feuilles montre un coefficient de variation est égale 1,03%. Le test de ficher a
permis d’obtenir un effet hautement significatif des doses de la salinité sur la teneur en
cellulose brute au niveau des feuilles.
Les analyses de PPDS présenté sur le tableau 9 montre l’effet de chaque traitements par
rapport à la PPDS à 5%=1.52, 1%=2.22

Tab. 9: Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la cellulose brute au
niveau des feuilles de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress

T4
T3
T2
T1
T0

2,26
1,82
6,13
0,31
/

T0
HS
S
HS
NS

T1
T2
2,57 HS 3,87 HS
2,13 S
4,31 HS
6,44 HS /
/
/
/
/

T3
0,44 NS
/
/
/
/

T4
/
/
/
/
/

T0: Témoin, T1 : 400 meq d’NaCl+ CaCl2, T2: 400 meq d’NaCl+CaCl2, T3 : 400 meq d’NaCl, T4:
600 meq d’NaCl

36

Chapitre III :

Résultats et discussion

Depuis le tableau on peut conclure que les concentrations appliquées dans les traitements de
400 meq/l à NaCl montrent un effet significatif pour les sels combinés à 400 meq/l un effet
non significatif, pour les traitements T4, T2 un effet hautement significatif.
I.5.2-Au niveau des tiges
Au niveau des tiges, le taux de la cellulose brute analysé chez les plantes stressées par les
sels combinés montre une diminution par rapport au témoin. Les plantes traitées enregistrent
des taux de 57,19% MS et de 57,08% MS respectivement pour 600 meq et 400 meq l de
d’NaCl+CaCl2 (figure 9).

Pour les plantes stressées par NaCl, on a enregistré un taux élevé et très importants
avec 600 meq/l qui est de 60,55% MS avec un pourcentage d’augmentation de 3,22 % ; par
contre chez les plantes traitée par 400 meq/ l, le taux de la cellulose brute a baissé très
légèrement à 57,73% MS par rapport au témoin (58.66% MS).
Après la comparaison entre les deux types du stress, on peut dire que la teneur en
cellulose brute au niveau des tiges enregistre une faible variation entre le témoin et les
diffèrent traitement, les valeurs obtenus presque identique sauf les plantes traitée par 600
meq les sels combinés, ainsi le stress salin n’a pas provoqué une grande variation.

cellulose brute(%) deMS

62,00
61,00
60,00
59,00
58,00
tiges

57,00
56,00
55,00
Témoin

400 meq 600 meq 400 meq
NaCl+CaCl2 NaCl+CaCl2
NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig. 9: Taux de la cellulose brute (% MS) au niveau des tiges de l’Atriplex canescens
âgées de 90 jours stressés aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600 meq

37

Chapitre III :

Résultats et discussion

L’analyse de la variance a fait ressortir un coefficient de variation de 1,34 donc le taux
d’erreur est faible et un résultat acceptable. Le test de ficher montre un effet hautement
significatif des doses de salinité sur le taux de cellulose brute au niveau des tiges avec un
valeur de F calculé supérieur que le F à 1% (10.10>7.01).

Le tableau de la PPDS (Tab10) permet la comparaison entre les moyennes des traitements
avec la PPDS à 5%=1.47 et 1%= 2.14%
Les résultats sont comme suit :
-(T0↔T4), (T0↔T2), (T0↔T1) : effet significatif
-(T0↔T3) : effet non significatif
Tab. 10: Test statistique de signification de la PPDS à 5% et à 1% de la cellulose brute au
niveau des tiges de l’Atriplex canescens âgée de 90 jours après le stress
T4
T3
T2
T1
T0

T0
1,89
0,93
1,47
1,58
/

S
NS
S
S

T1
3,47 HS
0,65 NS
0,11 NS
/
/

T2
3,36 HS
0,54 NS
/
/
/

T3
2,82 HS
/
/
/
/

T4
/
/
/
/
/

T0: Témoin, T1 : 400 meq d’NaCl+ CaCl2, T2: 400 meq d’NaCl+CaCl2, T3 : 400 meq d’NaCl, T4:
600 meq d’NaCl

I.6 - Action du stress salin par sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl sur la variation
du taux de la matière azotée totale

I.6.1-Au niveau des feuilles
Les valeurs moyennes en matière azotée totale enregistrées au niveau

feuilles sont

illustrées par la figure 10. On constate que les taux de la matière azotée total des plantes
traitées au NaCl + CaCl2 sont importants par rapport à ceux du témoin. Ils sont de 2,19% MS
et 2,63% MS chez les feuilles stressées par 400 meq/l et 600 meq/l, ce qui correspond à une
augmentation de 8,69 % et 30,43% respectivement. Chez le témoin, le taux d’azote total est
de 2,01% MS.
Chez les plantes traitée par NaCl les valeurs enregistrées ne sont pas différentes de celle
du témoin, ils sont respectivement de 2,01% MS ; 2,01% et 2.13% pour les plantes témoins
et celles traitées à 400 et à 600 meq/l de NaCl.

38

Chapitre III :

Résultats et discussion

Les sels combinés ont permis d’obtenir des teneurs les plus élevées de la matière azotée
totale, contrairement au traitement à base de NaCl uniquement.
3,50

MAT (%) de MS

3,00
2,50
2,00
1,50
1,00

feuilles

0,50
0,00
Témoin

400 meq 600 meq 400 meq
NaCl+CaCl2 NaCl+CaCl2
NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig. 10 : Taux de la matière azotée totale (% MS) au niveau des feuilles de l’Atriplex
canescens âgées de 90 jours stressés aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600
meq.
Les analyses statistiques de la variance et le test de Fisher des résultats de la matière
azotée totale ont fait apparaître que le coefficient de variation est très élève est égale 21,34%,
et donc un effet non significatif de la salinité sur la matière azotée totale.
I. 6.1-Au niveau des tiges
La figure 11 représente les teneurs en matière azotée totale au niveau des tiges et montre
que ces taux sont importants lorsque les plantes sont stressées par les sels combinés. En effet,
on a obtenue 1,05% MS et 1,23% MS chez les plantes arrosées à 400 meq/l et à 600 meq
contre 0,99% MS. Le pourcentage d’augmentation est de 6,06 % et 24,24% respectivement
pour les traitements 400meq/ et 600 meq/l.
Les plantes stressées par NaCl montrent aussi des taux de MAT élève par rapport au
témoin qui est de 1.11% et 1.17% respectivement pour les concentrations 400 meq/l et
600meq/l, ce qui correspond à un pourcentage d’augmentation de 12,12% et 18,18%
respectivement.
A partir de cette comparaison entre les deux traitements, il ressort que les traitements les
plus concentrés ont permis d’obtenir des taux de matières azoté les plus important.
39

Chapitre III :

Résultats et discussion
1,80
1,60

MAT (%) de MS

1,40
1,20
1,00
0,80
0,60

tiges

0,40
0,20
0,00
Témoin

400 meq
600 meq
400 meq
NaCl+CaCl2 NaCl+CaCl2
NaCl

600 meq
NaCl

salinité

Fig. 11 : Taux de la matière azotée totale (% MS) au niveau des tiges de l’Atriplex
canescens âgées de 90 jours stressés aux sels combinés (NaCl + CaCl2) et NaCl à 400 et 600
meq.
Les analyses statistiques de la variance et le test de Fisher des résultats de la matière
azotée totale au niveau des tiges donnent un coefficient de variation est très élève est égale
21,61 % et donc on a un effet non significatif.
II-Discussion
Les résultats obtenus de l’effet du stress salin par les sels combinés à 400 et 600
meq/l et NaCl à 400 et 600 meq/ l sur la croissance de la hauteur des tiges effectués chez
l’Atriplex canescens pendant une 10 jours montre un ralentissement la croissance de la
hauteur à été observé pour les deux types de stress salin surtout les traitements avec les
concentrations des sels élevées par contre chez les plantes témoin la croissance est plus
importante, par conséquence, on peut déduire l’effet négatif de la salinité sur la croissance
quoique, les analyses statistiques ont montrés un effet non significatif. Nos résultats
concordent à ceux de BOUAOUINA et al., (2000) et à ceux d’OUERGHI et al., (2000) qui
ont travaillé sur le blé dur (Triticum durum L.) en milieu salé et montrent

que la

concentration de NaCl diminue la croissance. Ainsi, la salinité est un facteur défavorable
pour la croissance et le développement des plantes et selon BEN AHMED et al., (2008) in
BOUCHOUKH (2010), la réduction de la croissance semble être associée à une forte
accumulation de Na+ dans la plante. D’après ARBAOUI et al., (1999), les sels accumulés
dans le sol peuvent limiter ou complètement arrêter la croissance du végétal.

40


mahrouz-fatima.pdf - page 1/68
 
mahrouz-fatima.pdf - page 2/68
mahrouz-fatima.pdf - page 3/68
mahrouz-fatima.pdf - page 4/68
mahrouz-fatima.pdf - page 5/68
mahrouz-fatima.pdf - page 6/68
 




Télécharger le fichier (PDF)


mahrouz-fatima.pdf (PDF, 4.3 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


mahrouz fatima
algorythme n 69
th4210
td 2 biodiv
liste des plantes et leurs vertus 1
bassin me diterrane en

Sur le même sujet..