DIEU ET LES RELIGIONS.pdf


Aperçu du fichier PDF dieu-et-les-religions.pdf - page 6/367

Page 1...4 5 678367



Aperçu texte


incontestables. Il peut être attaqué sur l’approche philosophique
de la vie qu’exprime son auteur, mais certainement pas sur sa
présentation de la réalité historique. Ce livre a été qualifié de
« propagande haineuse » par Matthieu Baumier, romancier,
auteur de « L’anti-traité d’athéologie », et « d’atteinte à
l’honneur des croyants » par Irène Fernandez, philosophe,
auteur de « Dieu avec esprit », qui a également ajouté que sa
«substance intellectuelle est fort mince».
On peut comprendre que ceux qui sont tentés d’écrire sur le
sujet hésitent, et finalement renoncent.
A partir des années 70 et jusqu’au milieu des années 80, la
croyance en Dieu semblait décliner irrémédiablement. On
pouvait penser qu’un jour, elle ne ferait plus partie que de
l’histoire ancienne. C’était une erreur, car dès la fin des années
80, dans les médias, dans les conversations et les dîners entre
amis, la question des religions et de Dieu était redevenue
d’actualité pour atteindre ces dernières années une présence
quasi permanente.
Si, à la fin des années 60, la médiatisation de la théorie du BigBang avait ébranlé la foi de certains (le processus de création
de l’univers ne ressemblant plus à celui qu’on leur avait appris),
son explication par les religions après quelques dizaines
d’années, avait permis un incroyable retournement de situation.
Il fallait bien que quelqu’un l’ait déclenché et ait créé l’univers.
Ce ne pouvait être que Dieu. Le Big-Bang allait ainsi confirmer
la croyance des uns et perturber la non-croyance des autres.
Mais tous étaient d’accord pour dire qu’il était toujours aussi
impossible de démontrer l’inexistence de Dieu que son
existence.
Ainsi, on ne sait pas, on ne saura jamais. Tout serait donc
possible.
Certaines personnes justifient leur croyance en s’alignant sur
celle de grands scientifiques comme Einstein Si des hommes
tels que lui croyaient en Dieu, ce ne pouvait être que justifié.
Prétendre que Dieu n’existe pas, revient alors à se considérer
comme plus intelligent qu’Einstein. Ce n’est même pas
présomptueux, c’est ridicule.

6