Political Orientations Are Correlated with Brain Structure .pdf


Nom original: Political Orientations Are Correlated with Brain Structure .pdfAuteur: BERNARD

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 08/07/2015 à 15:02, depuis l'adresse IP 89.225.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 462 fois.
Taille du document: 128 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Political Orientations Are Correlated with Brain Structure in Young Adults
article original en PDF :
http://pdf.lu/zfiI

L'opinion politique dans le cerveau
Sébastien Bohler

Deux zones cérébrales différeraient chez les électeurs de gauche et de droite : l'amygdale cérébrale,
impliquée dans la formation des émotions négatives, et le cortex cingulaire antérieur, qui intervient dans
la détection des erreurs.

Selon une étude réalisée par des neurologues de l’Université de Londres, deux zones cérébrales différeraient
chez les électeurs de gauche et ceux de droite. La première est l’amygdale cérébrale, une petite structure
impliquée dans la formation des émotions, le plus souvent des émotions négatives (peur ou colère). Elle est
plus volumineuse chez l’électorat conservateur, outre-Manche. La seconde est le cortex cingulaire antérieur,
une zone située à l’interface des deux hémisphères cérébraux et qui intervient dans la détection des erreurs.
Elle est plus volumineuse parmi l’électorat libéral, l’aile gauche britannique.
Que signifient ces découvertes ? La taille supérieure de l’amygdale chez les électeurs de droite suggère une
propension plus élevée à ressentir de la peur et à réagir de façon agressive. C’est ce qui avait été
préalablement mesuré par le neuropsychologue américain Jacob Vigil, lequel avait montré que la réaction de
peur devant des visages menaçants est sensiblement plus marquée chez des conservateurs que chez des
libéraux, et que les réactions agressives sont plus fréquentes chez les premiers en situation menaçante.
La taille du cortex cingulaire antérieur dans l’électorat de gauche s’interprète différemment. Le cortex
cingulaire antérieur assure, entre autres fonctions, celle de détecter les changements et les erreurs de
prédiction. Lorsque nous pensons rencontrer M. Durand et croisons M. Dupond, c’est le cortex cingulaire
antérieur qui s’active et nous invite à adapter notre comportement en fonction de ce changement. Son
augmentation chez les libéraux signalerait une tendance à s’adapter à la nouveauté. Ce qui surprend
davantage dans cette étude, c’est que les différences de fonctionnement cérébral se traduisent par des
différences structurelles, visibles en irm. Deux hypothèses sont possibles : soit les deux zones cérébrales
concernées se développent différemment dès la naissance chez les électeurs des deux bords, en raison de
facteurs génétiques, soit les choix politiques inhérents au parcours personnel de chacun finissent par forger les
zones en question par le phénomène de plasticité cérébrale. Les deux mécanismes sont probablement à
l’œuvre : environnement et constitution génétique interfèrent probablement pour produire le cerveau
politique.
Dernier aspect surprenant : à l’aveugle, en prenant en compte uniquement les volumes de l’amygdale et du
cortex cingulaire de leurs quelque 118 sujets, les neurologues ont su prédire presque trois fois sur quatre leur
orientation politique. Ne serait-il pas intéressant de soumettre certains leaders politiques à une imagerie
cérébrale, pour savoir vraiment de quel bord ils sont ?


Aperçu du document Political Orientations Are Correlated with Brain Structure .pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


political orientations are correlated with brain structure
hypnose et perception de la douleur
presentation du 7 juin 2012
soutenance
nadia hernandez these
les trois cerveaux

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.077s