post apo.pdf


Aperçu du fichier PDF post-apo.pdf - page 2/70

Page 1 23470



Aperçu texte


Mais peut-être pas. Ils vivaient en reclus, par choix, pour profiter au maximum l'un de
l'autre. Les actualités étaient déprimantes, la télévision débilitante, et l'ordinateur un mal
circonscrit à son strict minimum, les correspondances professionnelles. Alors, peut-être que,
finalement, il y avait un fond de vérité dans tout ça. Peut-être.
La jeune femme reposait sur son lit. La couche était trempée de sueur, et la malade
délirait. De la bave coulait sur son menton, mousseuse et jaunâtre. Une odeur de vomi
emplissait la pièce. Et derrière, une autre, bien connue d'Olivier. Tous les mammifères
l'exhalaient dans la même situation. Une fragrance de mort. Coralie était en train de mourir,
et la compréhension soudaine de cette réalité le prit de plein fouet. Sa femme mourait, et lui
avait été absent toute la journée.
Il était impossible que cela se passe ainsi. Il était vétérinaire, pas toubib d'accord, mais
il possédait suffisamment de connaissances médicales. Il pouvait empêcher ça. Il devait
d'abord faire tomber la fièvre, administrer un antibiotique puissant. Il en détenait de toutes
sortes dans la pharmacie réservée aux animaux. Ça conviendrait. Ça devait convenir. Ensuite,
il appellerait une ambulance.
Mais le téléphone refusa de fonctionner, et Olivier ragea contre l'infortune.
Qu'importe, il la conduirait lui-même. Il en était capable.
Finalement, il se coucha aux côtés de son épouse, dans les humeurs diverses.
Intransportable, il pouvait juste espérer un effet salvateur de l'antibiotique. Il la serra contre
lui et attendit, finit par s'endormir.
Lorsqu'il se réveilla, Coralie ne respirait plus. Tout avait été trop vite, le décès trop
brutal, et son acceptation inconcevable. Il laissa la jeune femme dans son lit, sortit de la
chambre, prépara un nouveau biberon pour Antoine qui pleurait à nouveau, et s'effondra
dans un fauteuil, la bouteille de whisky à la main. Peut-être que ce n'était qu'un cauchemar.
Juste un mauvais rêve.
Tout reviendrait à la normale au matin.
Un bruit le sortit de sa torpeur. De l’étage. De la chambre. Là où était Coralie. Elle était
vivante, il s'était trompé. Une erreur de débutant due à la peur de la perdre. Olivier s'éjecta
de son siège d'un bond, faisant basculer le lourd meuble sur le sol, et se précipita vers les
escaliers. Vers les râles. Vers l'espoir.
L'électricité ne fonctionnait toujours pas, et il avait oublié la lampe torche au salon. Il
trébucha sur un jouet d'Antoine, faillit embrasser le sol, se rétablit de justesse, les deux
mains sur la première marche, et entama la montée.

2