l'hippocampe des musiciens .pdf


Nom original: l'hippocampe des musiciens.pdfAuteur: BERNARD

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/07/2015 à 15:30, depuis l'adresse IP 89.225.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 688 fois.
Taille du document: 151 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Pascale Santi
Pourquoi une mélodie nous émeut, nous donne des frissons, ou envie de pleurer, de danser, ou même nous
agace ? Que se passe-t-il dans le cerveau à l’écoute d’une musique, grande ou petite ? Le cerveau des
musiciens est-il différent de celui des non-musiciens ?
Se fondant sur des observations empiriques, les scientifiques sont restés longtemps sur l’idée que le
cerveau gauche était celui du langage (notamment l’aire de Broca) et le droit celui de la musique. C’est en
réalité plus compliqué. Les deux hémisphères sont sollicités par le langage et la musique, même si on peut
observer une asymétrie. La mémoire musicale partage, avec celle des mots, des zones de l’hémisphère
gauche, qui permet notamment de nommer une chanson, une œuvre. Tandis que l’hémisphère droit
permet l’analyse perceptive de la mélodie. Concrètement, un son est d’abord traité par le système auditif,
puis interviennent différentes zones du cerveau impliquées dans la mémoire (émotions, mouvement…). En
outre, le cerveau peut secréter des neuromédiateurs (sérotonine, dopamine…) à l’écoute d’un morceau
plaisant, indique le neurologue Pierre Lemarquis.
« UN RÉSEAU COMPLEXE »
« Tout comme il n’existe pas une seule région du cerveau pour le traitement du langage, il n’y a pas un seul
centre cérébral de la musique. Elle active un réseau complexe d’aires cérébrales, ce qui explique qu’elle
influe sur de nombreuses fonctions : cognitives, mnésiques, et sur le langage », détaille Simone Dalla Bella,
professeur au laboratoire Movement to Health (centre EuroMov) à l’université Montpellier-I.
Lors d’une étude réalisée auprès de quarante jeunes sujets dont la moitié seulement étaient musiciens, Hervé
Platel, professeur de neuropsychologie et chercheur à Caen (unité Inserm U1077), et Mathilde Groussard,
chercheuse dans le même laboratoire, ont montré qu’il existe, pour ces deux populations, des réseaux
cérébraux communs entre langage et musique mais que, chez les musiciens, il y a des activations plus
importantes dans l’hippocampe, région essentielle dans la mémoire, ainsi qu’une densité de neurones plus
forte dans la partie antérieure de l’hippocampe gauche. Les régions occipitales et le gyrus cingulaire (zone du
cortex cérébral qui intervient dans les comportements, les émotions et la mémoire) sont aussi plus sollicités
chez le musicien. Or ce circuit correspond à la mémoire épisodique (qui associe la musique au contexte dans
lequel elle a été écoutée) – par exemple : « J’ai joué cette sonate à Milan alors qu’il neigeait. » Cela reflète
le fait que les musiciens stockent davantage de mélodies dans leur mémoire à long terme en les associant à un
contexte particulier.
Autre constat, on a vu des cas d’amusie (incapacité à reconnaître ou analyser la musique) après des lésions de
l’hémisphère droit comme du gauche, note Hervé Platel.


Aperçu du document l'hippocampe des musiciens.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


l hippocampe des musiciens
memoire jazz et cerveau mdl
pdf page 2 edition de forbach 20140227 1
programme festival cap aux sciences 2013wpdf copie
neuro l1s2
document fusionne

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.188s