PROCES VERBAL CM 12022015.PDF


Aperçu du fichier PDF proces-verbal-cm-12022015.pdf - page 10/49

Page 1...8 9 10111249



Aperçu texte


marché relatif à une mission de contrôle technique pour cette construction a été
passé pour environ 20 000 €. Nous souhaiterions donc savoir pourquoi cette
somme n’est pas prise en charge par le constructeur. Nous voudrions également
savoir s’il est possible d’avoir un bilan financier global de la construction de cette
école.
M. BRÉTILLON. – Lorsqu’on dit qu’une opération est blanche, en
réalité, je ne sais pas si elle l’est vraiment. Si on compte les parkings, elle est
plutôt bénéficiaire pour la Ville ; si on ne les compte pas, elle est plutôt
déficitaire. Je suis bien incapable de répondre à 20 000 € près. En revanche,
nous pouvons avoir un bilan global, mais à condition de savoir ce qu’on y inclut.
En effet, on peut faire dire n’importe quoi aux chiffres. Un bilan global prouve
que cette école n’a pratiquement, voire absolument, rien coûté aux
Charentonnais. L’EHPAD, lui, a coûté 1,3 M€, dont 0,3 M€ ont été donnés par la
Ville pour le mobilier ; en revanche, les 1 M€ restants font aussi partie de
l’équilibre global de l’opération, puisque cela correspond au terrain que nous
avons pu mettre à disposition. Votre question est tout à fait légitime, mais il
faudra bien analyser chaque poste. En effet, selon que vous parlez uniquement
de l’école ou de l’ensemble de l’opération, avec les parkings, l’EHPAD et l’école,
les chiffres seront évidemment extrêmement différents. En gros, cela n’a pas
coûté grand-chose, voire rien, aux Charentonnais, mais de façon plus précise, il
est peut-être imprudent de vous répondre ce soir, parce que je n’ai pas les
chiffres sur moi ; surtout à 20 000 € près.
M. GICQUEL. – Ce que je peux proposer à monsieur RAMBAUD,
c’est de présenter le bilan général de l’opération soit dans le cadre de la
prochaine commission des finances, soit dans le cadre de la prochaine
commission « urbanisme, patrimoine et cadre de vie ». Comme le dit monsieur le
Maire, il s’agit de savoir si on doit y intégrer ou non l’opération associée à
l’EHPAD, ce qui change évidemment l’équilibre. Nous étions en effet en
contribution de surcharge foncière sur l’opération de l’EHPAD, comme vous l’avez
compris ; à cet égard, cela ne constitue pas une opération blanche, puisque c’est
une participation de la Ville pour faciliter l’opération de construction de cet
établissement. Nous élaborerons le document et nous vous le présenterons dans
l’une des deux commissions que j’ai citées, lors de la prochaine séance.
M. BRÉTILLON. – Je suis tout à fait d’accord : cela permettra de
clore le débat et d’avoir vraiment des colonnes très précises. D’autres
questions ?
M. RAMBAUD. – Je préfèrerais que ce soit présenté en commission
du patrimoine, vu que je ne siège pas à la commission des finances.
M. BRÉTILLON. – Vous voilà satisfait. D’autres questions, sur ces
avenants et ces décisions ? Il n’y en a pas ; nous passons donc à l’examen direct
des rapports.

10