Plainte contre le coran 18 mars 2006.pdf


Aperçu du fichier PDF plainte-contre-le-coran-18-mars-2006.pdf - page 3/95

Page 1 2 34595


Aperçu texte


De la discrimination et de la haine dans le coran
La partie d’un texte exerçant le plus fort impact sur ses lecteurs est sans doute celle, le cas
échéant, que les lecteurs doivent lire ou réciter le plus souvent. Dans le coran, c’est sans conteste
la première sourate, le prologue, qui accompagne toutes les prières des fidèles et qui est donc
récitée plus de cent fois par semaine.
Avant de la citer et de la discuter, il faut souligner davantage encore l’importance extrême de
cette sourate. En effet, non seulement elle est récitée sans doute au moins quinze fois plus
souvent que n’importe quelle autre sourate du coran, mais elle est placée au début du livre, ce qui
constitue une entorse unique au classement de l’ouvrage, sinon organisé par ordre de longueur
décroissant des sourates.
1:1. Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
2. Louange à Allah, Seigneur de l'univers.
3. Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,
4. Maître du Jour de la rétribution.
5. C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est Toi [Seul] dont nous implorons secours.
6. Guide-nous dans le droit chemin,
7. le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des
égarés.

La discrimination n’est pas immédiatement visible. Elle devient évidente soit immédiatement
avec la lecture des commentaires coraniques, soit avec la comparaison des termes arabes utilisés
dans le dernier verset (7) avec ceux servant, plus bas dans l’ouvrage, à qualifier les communautés
des Juifs et des Chrétiens, soit avec la simple lecture de l’ouvrage, qui explicite amplement ce
message: il est parfaitement clair, dans l’esprit de tout Musulman pratiquant, que «ceux qui ont
encouru la colère de Dieu» sont les Juifs et «les égarés» sont les Chrétiens. Cette discrimination,
martelée dans l’esprit des Musulmans par la répétition pluriquotidienne ad vitam, est consolidée,
amplifiée, transformée en devoir de haine et en ordres de tuer et de mutiler, par les sourates
coraniques qui en reprennent inlassablement le thème dans le livre.
Avant de proposer une sélection des versets dans lesquels le coran, censément incréé, parole
même de Dieu, incite littéralement, sans équivoque, à discriminer, à mépriser et à haïr les nonMusulmans en général et les Juifs et les Chrétiens en particulier, il est utile de poser un décor
minimal. Pour cela, lisons d’abord les quelques premiers versets de la sourate n° 2, intitulée «la
vache», soit le premier texte conséquent que le lecteur du coran aborde s’il entreprend de lire le
livre du début à la fin.
Incidemment, cette sourate marque également le début de la période agitée, dominatrice et
guerrière de la vie du prophète. Il la prononça peu après l’épisode de Nakhla, qui vit un groupe
des premiers Musulmans commettre un premier attentat avec mort d’homme, de nuit, déguisés
en pèlerins, pendant la trêve sacrée, un acte que le prophète excusa dans le verset 217 de cette
sourate. Notons ici surtout le ton et le message central – ils vont se répéter des centaines de fois:
2:2. C'est le Livre au sujet duquel il n'y a aucun doute, c'est un guide pour les pieux.
3. qui croient à l'invisible et accomplissent la Salat et dépensent [dans l'obéissance à Allah], de ce que
Nous leur avons attribué
4. Ceux qui croient à ce qui t'a été descendu (révélé) et à ce qui a été descendu avant toi et qui croient
fermement à la vie future.
5. Ceux-là sont sur le bon chemin de leur Seigneur, et ce sont eux qui réussissent (dans cette vie et
dans la vie future).

3