MEMOIRE DE FIN D'ETUDE EBONDO (2).pdf


Aperçu du fichier PDF memoire-de-fin-d-etude-ebondo-2.pdf - page 1/123

Page 123123


Aperçu texte


P age |1

0. INTRODUCTION
0.1. PROBLEMATIQUE

Redonner une vie à un objet ou à un matériau destiné à la
destruction et à la disparition est devenu une préoccupation pour maints
créateurs. Ce phénomène de détournement de l'usage de l'objet passe par le
truchement et l'ingéniosité des mains de l'artiste pour devenir un objet d'art ou
être prétexte à faire œuvre de création artistique. Ce détournement en acte de
l'objet illustre parfaitement la porosité entre la sensibilité de l'artiste et son
milieu de vie (environnement) ou d'extraction. À cet égard, la perméabilité de
l'artiste à son milieu de vie analyse le renouvellement des visions, des pensées et
des sensibilités que permet ce nouvel agencement des matériaux.
Preuve en est ainsi faite : que ni la pauvreté, ni l'abondance
ne peuvent être des obstacles à la création, encore moins des freins à celle-ci. Et
si l'objet perd ainsi sa fonctionnalité pratique et sociale pour laquelle il a été
pensé, conçu et confectionné, il n'en est pas moins un dispositif de
renouvellement du regard. De la fonction utilitaire première, il acquiert d'autres
fonctions formelles dont celle de support de création esthétique aux enjeux divers.
Aujourd’hui, on fait de l’art avec
toutes sortes
des
matériaux. La récupération des matériaux usagés ou les détournements d’objets
sont devenus très courants dans les travaux des artistes. Mais au début du 20 e
siècle, seuls les matériaux « nobles » étaient admis pour la réalisation d’œuvre
d’art : bronze et marbre pour la sculpture, huile et pigments pour la peinture.
Le début du 20e siècle est une période de révolution
permanente dans l’art. Les médiums artistiques sont alors complètement remis
en question : le champ des matériaux utilisés pour s’exprimer s’élargit
considérablement.
L'étude a pris en compte les années succédant aux
indépendances des pays africains, en général et de la république démocratique du
Congo en particulier. Ces indépendances projetaient de bâtir des nations, de
créer et de développer des systèmes éducatifs, socio-sanitaires et artistiques, et
de préserver l'intégrité territoriale de ce nouveau pays.
C'est dans ce contexte idéologique et à la lumière de la
politique culturelle, ainsi qu'à l'évolution de la première génération d'artistes que
nous avons tenté de montrer la manière dont l'art de la récupération s'est