Embrunman 2015 .pdf


Nom original: Embrunman 2015.pdfTitre: Microsoft Word - Embrunman 2015.docxAuteur: Jil et Bobby

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/08/2015 à 09:13, depuis l'adresse IP 88.163.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 388 fois.
Taille du document: 2.3 Mo (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


EmbrunMan  2015  ou  l’année  de  la  drache  ?  
Récit  d’un  pèlerinage  vers  le  tapis  bleu.  
Les   participants   diront   pendant   des   années   que   2015   fût   une   année   «  extrême  »,   qu’il   plût   des  
cascades   pendant   des   heures   et   des   heures,   que   la   descente   de   l’Izoard   fût   polaire,   -­‐5°C   en  
ressentit.  Il  parait  même  que  des  participants  ont  dû  être  amputés  de  quelques  doigts  congelés  
tandis  que  d’autres  ont  noyé  leurs  Di2  dans  des  flaques  géantes.  Mouhaha  !  Ceux  qui  ne  furent  
pas   de   la   partie   cette   année   tenteront   de   minimiser   nos   «  performances  »   par   des   conditions  
«  idéales  »  pour  courir  un  marathon  en  comparaison  à  la  canicule  de  2012  ou  aux  gros  orages  de  
2010.    
Finalement   qu’importe,   on   sait   tous   que   pour   la   pluparts   des   gens,   triathlètes   comme   béotiens  
de   ce   sport,   cette   épreuve   plane   au   dessus   de   toutes   considérations   matérielles   ou  
chronométriques  qui  agitent  en  temps  normal  le  pimpim  de  base  :  c’est  Embrun  !  On  dit  «  J’ai  fini  
Nice  en  12h00  »  mais  on  dit  juste  «  J’ai  fais  Embrun  !  ».  
Un  lieu,  une  course,  un  mythe  ?  Sans  aucun  doute  et  je  vais  vous  raconter  selon  moi,  pourquoi.    
Lors  de  ma  première  venue  à  Embrun  j’ai  vu  une  femme  tomber  dans  les  pommes  après  avoir  
été   arrêtée   par   les   arbitres   au   semi-­‐marathon   parce   qu’elle   était   «  hors-­‐délais  ».   Ce   jour   là,   je   me  
suis   dit   «  jamais   je   ne   ferai   ça  ».   Mais   rien   que   d’être   là   tu   sais   déjà   pertinemment   au   fond   que   tu  
ne  seras  jamais  en  paix  avec  ton  double  triathlète  (maléfique)  tant  que  tu  n’auras  pas  franchi  ce  
maudit  tapis  bleu  avec  Stéphane  Garcia  annonçant  «  Et  Jil  qui  en  termine  maintenant  !  ».    
Pu***n  ,  il  m’a  hanté  ce  tapis  bleu  !  
Pour  que  ce  soit  facile  le  jour-­‐J,  parce  que  sincèrement  et  sans  prétention  c’était  le  cas,  il  a  fallu  
pleurer   toute   l’année.   En   janvier,   tu   te   dis   qu’il   faudrait   rouler   5000km   pour   le   15   août,   tu  
divises.   Ha   ouais,   180km   en   moyenne   par   semaine  ?   J’ai   déjà   mal   aux   fesses   avec   ma   nouvelle  
selle   Italia   à   200   grammes,   alors   ne   me   parlez   pas   de   dénivelé…   Alors   oui   ces   180km   sont  
devenus   obsessionnels   impliquant   de   partir   rouler   à   19h   pour   3h   après   le   boulot,   de   pédaler  
dans   le   mistral,   de   se   prendre   la   tête   au   milieu   de   nulle   part,   de   vomir   les   kilomètres   séparant   la  
Pioline  du  Val  de  l’Arc  à  force  de  les  faire  et  de  ne  jamais  manger  avant  21h.  Mais  deux  choses  
sont  à  retenir,  c’est  quand  même  plus  facile  de  borner  en  Provence  qu’à  Grenoble  et  toute  seule  
je  n’aurais  jamais  atteint  ces  4700km  (oui  j’ai  loupé  l’objectif  J).    
Bref   il   y   aurait   tant   de   choses   à   raconter   sur   la   préparation   d’un   mariage   et   d’un   Ironman   -­‐le  
même   été-­‐   en   passant   par   le   70.3   d’Aix   et   le   VentouxMan,   que   je   dirais   juste  :   «  C’est   chaud  
patate  !  ».  Tu  peux  faire  une  croix  sur  les  débats  enflammés  à  propos  de  l’intrique  de  «  Game  of  
Throne  »   avec   les   collègues   à   la   pause   café   parce   que   ta   vie   c’est   juste  :  
Footing/boulot/piscine/boulot/vélo/douche/féculents/fin   du   reportage   de   «  Zone   Interdite  »  
sur   la   fabrication   des   chips   que   tu   t’es   interdit   de   manger   en   réfléchissant   à   ton   plan   de  
table/dodo.  Et  on  recommence…  Mais  on  l’a  fait  !  Et  ça  valait  le  coup  !  
14   août,   23h,   dans   mon   lit,   un   silence   de   plomb   dans   la   campagne   embrunaise,   impossible   de  
trouver   le   sommeil.   Je   m’imagine   perdue,   seule,   dans   l’eau,   dans   un   noir   profond   sans   lune  
quelque  part  au  milieu  du  lac.    

Comme   dit   Bobby,   il   n’y   a   pas   de   «  Mais   qu’est   ce   que   je   fais   là  ?  »   qui   tienne  !   3   ans   que   l’on  
pense  à  finir  cette  course  alors  je  sais  pertinemment  pourquoi  je  suis  là.  Et  quand  le  «  BANG  »  du  
pistolet  retentit  toutes  les  angoisses  se  vaporisent  comme  de  l’éthanol  dans  du  vin  chaud.  On  est  
tellement  peu  de  filles  sur  la  plage  qu’on  aurait  la  place  de  se  faire  «  YMCA  ».  Ca  me  plait  cette  
sensation   de   faire   partie   d’un   club   fermé   de   guerrières     à   qui   je   souhaite   juste   une   bonne  
journée.   Pour   moi   Embrun   n’était   pas   une   course   contre   les   autres   mais   un   long   moment   avec  
soi-­‐même.    
 Cette  fois  je  me  trompais.  Cette  course  c’est  en  fait  un  grand  moment  avec  les  autres.    
Bref,   il   est   5h50,   il   fait   nuit   et   je   cours   dans   une   eau   à   24°C   aux     cotés   de   Lucie.   Ca   va   être   du  
«  Grand   Mendes  !  ».   Mes   angoisses   étaient   bien   injustifiées,   il   ne   fait   pas   si   sombre,   l’eau   est  
bonne   et   des   cordons   de   petits   flotteurs   permettent   de   facilement   s’orienter   entre   les   grosses  
bouées.  On  y  resterait  bien.  
Mais   en   sortant   les   milliers   de   gens   massés   derrière   les   barrières   nous   rappellent   vite   que   le  
meilleur  est  à  venir.  
Trente  minutes  avant  de  prendre  le  départ,  nous  avions  décidé  avec  Bobby  de  changer  nos  plans  
vestimentaires   pour   une   chaude   veste   à   manche   longue,   bien   nous   en   a   pris.   A   l’heure  
d’enfourcher  le  bolide,  voir  des  concurrents  quitter  le  parc  en  tri-­‐fonction  me  fait  douter.  Mais  
non,  je  reste  sur  la  veste.  Il  vaut  certainement  mieux  avoir  chaud  que  frissonner  pendant  8h,  au  
diable  la  brigade  du  style.    
C’est   parti   pour   une   épreuve   du   tour   de   France.   Sur   le   profil,   il   parait   que   ça   monte   à   la  sortie  
d’Embrun,  foutaise  !  J’ai  juste  vu  des  hordes  de  supporters  s’ouvrir  sur  notre  passage  comme  si  
on  partait  sur  la  lune.  Des  triathlonautes  !  Voilà  ce  que  nous  étions.  Et  je  vais  te  le  planter  mon  
beau  drapeau  de  «Pink  Lady  »  dans  ton  cratère  lunaire.    
Ca  fait  5  jours  que  je  rumine  et  mange  des  pâtes  devant  «  Magic  Mike  »  (c’est  bon  pour  le  moral  
J)    et  «  Malcolm  »  à  la  télé,  alors  le  petit  raidard  à  20%    après  Puy-­‐Sanières  qui  me  hantait  fait  
pale   figure   sous   mes   roues   carbones   déchainées.   Le   lac   est   invisible,   enveloppé   dans   un   épais    
brouillard.  Dommage,  la  descente  est  magnifique  sous  le  soleil.  Qu’importe  les  photos  sont  déjà  
dans  la  boite.    
Retour   sur   Embrun,   la   côte   de   Baratier   est   blindée,   ambiance   Pantani   dans   l’Alpe   d’Huez   en  
moins  dopé,  quoique  !  Les  centaines  d’euros  que  j’ai  donné  à  Lindt,  Nestlé  et  Kinder  (pour  citer  3  
marques   pour   le   CSA)   cette   année   feraient   passer   les   financements   occultes   des   labos   de  
recherche  pour  le  dopage  pour  des  étrennes  de  fillette.  On  n’a  rien  sans  rien  !  Comme  aime  à  dire  
un  très  cher  collègue,  qui  a  fait  un  maximum  de  bruit  avec  sa  famille  et  des  casseroles  dans  les  
balcons   de   la   Durance  :   «  les   légumes   ce   sont   des   calories   négatives  ».   Tu   passes   plus   d’énergie   à  
les  digérer  qu’ils  ne  t’en  apportent.  Mouhaha,  j’adore.      
Bref   jusqu’aux   Gorges   du   Guil,   je   vis   un   rêve   éveillé.   Supers   sensations,   température   parfaite,  
groupes   de   supporters   en   folie,   surtout   pour   les   filles,   je   m’efforce   de   ne   pas   rouler   trop   à   droite  
en   me   rappelant   les   sages   paroles   de   Bobby   et   David   Martin,   pour   limiter   au   maximum   les  
risques  de  crevaisons.    
Aux  pieds  de  l’ascension  de  l’Izoard,  la  pluie  s’invite.  Comme  me  le  rappelle  Seb  Boujenah,  elle  va  
pleuvoir  pareil  sur  tout  le  monde,  alors  pas  de  «  calimérage  »  et  en  route  !  

Sommet   -­‐   6km  :   Ho   surprise,   les   parents   à   Bobby   sont   là  !   Attends   je   suis   en   hypo   ou   quoi  ?   Mais  
non  !  Ils  sont  vraiment  là,  incroyables  !  
Sommet    -­‐  4km  :  Léo  me  rattrape,  il  lutte  un  peu  mais  ça  va  le  faire  pour  lui.  
Sommet  -­‐700m  :  Le  président  me  salue  sur  son  destrier.  
Sommet  :  Alléluia  !  Sandwich  jambon/beurre  –  K-­‐Way.    
Et  c’est  parti  pour  la  grande  bascule  sur  Briançon  avec  cryothérapie  gratuite.  Tout  le  monde  dit  
que  l’Izoard  n’est  pas  dur  et  que  la  vraie  course  commence  après.  C’est  vrai,  mais  quand  même  
c’est   toujours   un   bon   gros   morceau   d’accompli.   Sous   la   torture,   je   dirais   que   les   conditions  
étaient   horribles   mais   en   réalité   seule   la   descente   fût   vraiment   un   supplice   avec   claquage   de  
dents   en   prime.   Le   reste   fût   un   kiff   total,   alternant   spectateurs   survoltés  :   «  Come   on   Jil  !  »,  
grosses   averses  :   «  Je   suis   bretonne,   ça   me   glisse   dessus   comme   du   monoï  !  »   et   courtes   cotes  :  
«  Pallon,   en   fait,   ce   n’est   pas   long  !  LOL   »   on   ne   l’a   jamais   faite   celle   là  surement   !     Retour   à  
Chalvet   avec   des   têtes   connues   sur   le   bord,   ça   sent   très   bon   la   fin   du   vélo.   Mon   record  
kilométrique   est   battu,   cela   m’angoissait,   mais   oui   on   peut   finir   Embrun   sans   jamais   n’avoir  
roulé  190km  d’un  coup.    
Chaussettes  sèches  et  tee-­‐shirt  propre  pour  un  nouveau  départ,  la  vie  est  faite  de  petits  plaisirs.  
Je   parts   pour   le   marathon.   Comme   d’habitude   quand   le   vélo   est   posé,   je   suis   intimement  
persuadée  que  plus  rien  ne  pourra  m’arriver  jusqu’à  la  «  finish  line  ».    
La     pluie   s’arrête,   même   ce   curieux   et   susceptible   soleil   finit   par   avoir   envie   de   prendre   part   à   la  
fête.  Le  rêve  se  poursuit  pendant  42km195  à  une  vitesse  de  métronome  suisse.  Je  croise  tout  le  
monde   et   plus   encore,   autres   aixois,   Bobby,   Benoit,   parents,   amis,   tam-­‐tam,   sono,   etc.   Le   «  Just  
Married  »  écrit  dans  le  dos  fait  fureur.  Seb  dans  la  cote  du  Pont  Neuf  me  fait  un  peu  oublier  un  
mal   de   dos   terriblement   inédit   avec   ses   encouragements.     Pour   le   coup   je   n’aurais   pas   écouté   les  
conseils  de  David,  je  n’ai  marché  nulle  part.    
Et   la   descente   vers   le   plan   d’eau   marque   le   début   de   la   fin.   Je   savoure   déjà   avec   une   pointe   de  
nostalgie   ces   derniers   kilomètres.   Le   sourire   qui   ne   m’a   pas   quitté   depuis   le   matin   se   fait  
irrépressible.  Je  m’étais  imaginé  que  ces  derniers  pas  seraient  interminables  mais  au  contraire  
j’aurais   voulu   qu’ils   durent   infiniment.   Et   voilà   elle   est   là   cette   ligne   droite   vers   le   tapis   bleu  !  
Bobby  est  là  pour  finir  avec  moi.    Ce  rêve  bleuuuu...    
Nous  sommes  à  jamais  :    
«  EmbrunMan  –  Just  Married  »  !    
Et  ça,  ca  va  être  dur  à  battre  !    
Je   défie   Jeanne   Collonge   et   Romain   Guillaume.  J  
(Lucie  et  Benjamin  ou  encore  Pauline  et  Sylvain)  
 
 
 

 
 
 
 
 
 
Jil    -­‐  Triathl’Aix  et  1000  Pattes  Forever.    


Aperçu du document Embrunman 2015.pdf - page 1/3

Aperçu du document Embrunman 2015.pdf - page 2/3

Aperçu du document Embrunman 2015.pdf - page 3/3




Télécharger le fichier (PDF)


Embrunman 2015.pdf (PDF, 2.3 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


embrunman 2015
jil recit ld alpe d huez
trail la venasque
compte rendu mona lisa
4
2wjgsrm

Sur le même sujet..