Fumage du poisson et fours de fumage .pdf



Nom original: Fumage du poisson et fours de fumage.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par / Acrobat Distiller 4.05 for Windows, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 01/09/2015 à 00:11, depuis l'adresse IP 31.35.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 496 fois.
Taille du document: 293 Ko (17 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Fumage du poisson et fours
de fumage
Manfred Werlich
Réaménagement didactique Dr. Siaka KONE
(Mars 2001)

Résumé
Ce manuel présente des informations
générales sur les procédés de fumage du
poisson ainsi qu’une étude des divers types
de fours de fumage illustrés dans la
littérature spécialisée ainsi que dans des
rapports et fiches techniques détaillés
publiés
par
certaines
agences
internationales de développement.
L’amélioration de fours de fumage
traditionnel a fait l’objet de plusieurs
projets au cours des dernières années et il
semble qu l’étude de ce domaine ait été si
complète que expériences réellement
nouvelles ne sont guères probables.
Les fours de fumage présentés peuvent être
aisément construits à l’aide de matériaux
simples et courants.

Technical Field:
Energy / Environment (E)
Water / Sanitation (W)
Agriculture (A)
Foodprocessing (F)
Manufacturing (M)
This Technical Information
is available in:
English (e)
French (f)
German (g)
Spanish (s)
Other:..............................
File : F029f.pdf / doc

pour conserver ces sources importantes de
protéines.
La consommation d’aliments fumés est très
répandue dans les pays du Nord de
l’Europe, où le fumage se fait à l’échelle
industrielle ainsi que dans des petites
entreprises. Dans les régions tropicales, par
exemple, le fumage du poisson est
généralement confié aux épouses des
pêcheurs.
Plusieurs facteurs expliquent l’efficacité de
la conservation par fumage. Tout d’abord,
la combustion du bois des substances, qui
par condensation sur la surface de
l’aliment, l’imprègnent et constituent une
sorte de film protecteur qui empêche la
multiplication
des
bactéries,
des
moisissures et des levures. Toutefois, le
processus de fumage ne permet pas à lui
seul de prolonger la durée de conservation
du poisson et de réduire sa teneur en eau.

INTRODUCTION
Le fumage est un procédé courant de
conservation de la viande et du poisson
depuis des millénaires dans de nombreuses
régions du monde. Aujourd’hui, si certains
fument la viande, le poisson et, dans
certains cas, le fromage afin de leur donner
une saveur différente, d’autres ont
essentiellement recours à cette méthode

Dans certains pays tropicaux, des fours de
fumage simples, faits avec des matériaux
de construction naturels tels que la terre, la
pire ou les branchages sont construits en
fonction de la quantité de poisson à traiter.
Les fours plus complexes, destinés au
traitement de quantités supérieures à 200
kg sont faits de briques et de tôles. Ils sont

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

munis de clapets ainsi que d’un
thermomètre. Quant aux fours industriels,
ils disposent de générateurs de fumée
indépendants
et
de
commandes
automatiques et sont fabriqués de
préférence en acier inoxydable afin de
faciliter le nettoyage.
Ce manuel se veut un exposé des procédés
de fumage du poisson ainsi qu’une
description du fonctionnement de divers
modèles courants de fours améliorés
faciles à construire.
PREPARATION DU POISSON
Le poisson est d’abord lavé avec de l’eau
propre, puis écaillé, éviscéré et débarrassé
des parties impropres au fumage. Il est
ensuite tranché ou fileté pour permettre
une pénétration uniforme de la chaleur et
de la fumée dans chaque morceau.
Avant le fumage, on peut également faire
mariner le poisson lavé, entier ou découpé,
dans de la saumure. Il est alors plongé dans
une solution saturée à 70 – 80 % de sel
(NaCl) pendant 15 à 30 minutes ou dans
une solution à 10 % maintenue à faible
température (5 – 8 °C) durant une nuit.
Dans les régions où l’électricité fait défaut,
la saumure peut être mélangée à de la glace
et conservée dans des boîtes isolantes ou
en polystyrène. Il convient dans ce cas de
préparer une solution saturée à 20 % et,
après dissolution complète du sel, d’y
ajouter une quantité égale de glace pilée.
L’opération doit s’effectuer dans des
conditions d’hygiène rigoureuses. A cet
effet, la glace doit être exempte de
microorganismes et les boîtes doivent être
nettoyées quotidiennement. La saumure
doit être changée pour chaque charge, et
moins une fois par jour.

Le lendemain, le poisson est rincé et mis à
l’ombre pendant une courte période, afin
de le sécher, et ensuite placé dans le four
de fumage. Pendant toute la durée des
opérations, le poisson doit être protégé des
insectes. En fonction de sa taille, il sera
posé sur des claies ou suspendu à des
crochets ou à des broches.
Le fumage du poisson ou de la viande est
parfois complété par des opérations de pré
séchage ou de post séchage et/ou de salage.
Les pays tropicaux, notamment, on recours
à cette méthode pour prolonger la durée de
conservation du produit et lui une certaine
saveur propre aux habitudes locales de
consommation.
PROCESSUS DE FUMAGE
Types de fumage
On distingue trois types de fumage: le
fumage à froid, le fumage à chaud et le
séchage en fumoir qui lui est semblable.
Le fumage à froid est traditionnellement
pratiqué dans les pays tempérés sur des
produits de viande de porc préalablement
traités (macérés dans le vinaigre, par
exemple) tels que le jambon ou les
saucisses fermentées. Emballés sous vide
et réfrigérés, ces produits se conservent
jusqu’à six mois.
Le fumage à froid du poisson se fait
l’exposant pendant 4 à 8 heures, voire plus
si la taille est importante, à l’action de la
fumée dont la température est comprise
entre 18 et 30 °C. cette température peut
être porté à 35 °C pendant la dernière
demi-heure de fumage. Le poisson fumé à
froid doit être réfrigéré et ne se conserve
guère plus longtemps que le poisson frais.
Ce procédé ne saurait être recommandé
comme méthode de conservation du

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

poisson ou de la viande dans les régions
tropicales ou subtropicales, car il ne permet
qu’une réduction partielle du risque de
contamination bactériologique.

une température portée progressivement de
45 à 85 °C. ce traitement assez long permet
une réduction plus importante de la teneur
en eau du poisson.

Le fumage à chaud permet de conserver
l’aliment grâce à la cuisson, à la
déshydratation et à l’action protectrice des
composantes de la fumée.

Bien emballé et à l’abri de toute nouvelle
contamination, le produit se conserve alors
durant
plusieurs
semaines
sans
réfrigération. Tous les paramètres doivent
être vérifiés et adaptés en fonction du type
d’aliment et du matériel de fumage utilisé.

Le poisson, soumis à une température de
65 à 95 °C, est fumé en l’espace de 1 à 4
heures, voire plus, en fonction de sa taille,
du type de four et de la teneur finale en eau
désirée. La température doit être élevée
progressivement pour permettre la
formation d’une pellicule qui enveloppera
le poisson en entier ou les morceaux
découpés. A défaut d’une telle précaution,
le poisson se désintègre(s’il est posé sur
une claie) ou tombe dans le foyer (s’il est
suspendu à des crochets).
Le préséchage du poisson à l’ombre avant
le fumage facilite la formation de cette
pellicule. Le poisson peut ensuite être
placé dans le four de fumage préchauffé.
La pellicule tend à accentuer l’aspect
brillant obtenu par le séjour dans la
saumure.
Au cœur des morceaux la température doit
atteindre 65 °C durant 30 minutes au
moins afin de garantir la destruction des
bactéries. Ce traitement thermique
provoque la coagulation des protéines et la
cuisson du produit. Grâce à la réduction de
sa teneur en eau et à l’action antiseptiques
des composantes de la fumée, le produit se
conserve de 6 à 8 jours s’il est stocké à une
température de 5 °C environ.
Le séchage en fumoir permet d’obtenir une
durée de conservation plus longue. Le
poisson, qui dans ce cas, n’est
généralement pas pré-salé ou saumuré, est
soumis, pendant de 2 à 4 heures ou plus, à

Perte de poids
Le fumage de n’importe quel aliment
s’accompagne toujours d’une perte de
poids. L’importance de la perte de poids
est fonction de la température de fumage et
de sa durée, des caractéristiques
spécifiques de l’aliment, de sa préparation
préalable et de la taille des morceaux. On
estime que les filets de maquereau
espagnols fumés perdent de 35 à 40 % de
leur poids total. Cette perte est moindre
pour les filets de tilapia.
Actions conservatrices
Le fumage provoque une réduction de la
teneur en eau de l'aliment, ce qui empêche,
du moins retarde, la multiplication de
microrganismes tels que les bactéries, les
moisissures ou les levures. Ces substances,
qui se développent principalement à partir
des composantes des protéines, produisent
des métabolites toxiques ou nocifs qui sont
à l’origine de la dégradation de l’aliment.
La durée de conservation dépend dans une
large mesure de la teneur en eau qui
subsiste une fois le processus de fumage
terminé.
Le salage du poisson avant fumage permet
de prolonger sa durée de conservation, car
le sel retarde également la prolifération des
microrganismes. Néanmoins, si les sacs de

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

conditionnement
ne
sont
pas
hermétiquement fermés, les produits salés
absorbent l’humidité de l’air en raison du
caractère hygroscopique du sel et
favoriseront à nouveau le développement
des bactéries.
L’action conservatrice du processus de
fumage est due à la carbonisation du bois,
qui produit des substances phénolitiques
aux propriétés antibactériennes. Au cours
du processus, la fumée transporte ces
substances actives à la surface et à
l’intérieur de l’aliment.
Contrairement au poisson fumé à chaud, le
poisson fumé à froid contient une grande
quantité de microorganismes vivants, car
les basses températures ne permettent pas
une stérilisation totale du produit. Cet
inconvénient peut être en partie compensée
par une durée de fumage prolongée. Le
processus de conservation est inefficace
sur les spores de différentes bactéries, qui
entraîneront ultérieurement la dégradation
de l’aliment.
Il convient de noter que certaines
substances générées par la combustion du
bois sont cancérogènes, notamment les
phénols, les crésols et les aromates
concentrés. Les aliments fumés doivent
donc être consommés avec modération.
Conditionnement et stockage
Nos n’aborderons que le stockage du
poisson fumé à chaud et séché en fumoir,
le processus du fumage à froid étant
généralement réservé à la viande.
L’utilisation des sacs hermétiques en
plastique (polyéthylène) qui se ferment
aisément convient parfaitement au
conditionnement
des
poissons.
L’emballage doit empêcher le contact du
produit
avec
l’air
(humidité,

microorganismes) et le protéger de
l’infestation par les insectes. La solution
idéale est d’emballer le produit sous vide
dans des sacs thermoscellés.
Le poisson fumé à chaud doit être stocké à
une température de % °C environ pour
pouvoir être conservé durant deux
semaines environ. Seul le poisson séché en
fumoir se conserve sans réfrigération, mais
il est recommandé d’utiliser le même type
de conditionnement. S’il est emballé sous
vide, il convient d’observer les règles
d’hygiène les plus strictes lors de la
manipulation afin d’éviter les intoxications
par botulisme, qui sont le plus souvent
mortelles. La substance toxique est
produite par le Clostridium botulinum, une
bactérie qui ne se développe que dans des
conditions anaérobies (c’est-à-dire dans un
milieu dépourvu d’air) en produisant du
gaz carbonique (d’ou le gonflement de
l’emballage) qui entraîne l’acidification du
produit.
Combustibles
Le bois utilisé doit être généralement semisec; il est préférable d’utiliser des bois
durs, car ils produisent moins de sui que
les bois tendres. Les résineux, les bois
peints ou vernis, le contreplaqué ou les
autres matériaux composés de plusieurs
bois sont à éviter, car la combustion de la
peinture, des colorants, du vernis et des
substances chimiques qu’ils contiennent
génère des substances plus toxiques et plus
cancérogènes que celle du bois pur.
Pour le fumage à chaud, les chutes de bois,
le bois coupé, les coques de noix de coco,
le charbon de bois ou des matériaux
similaires conviennent parfaitement. Le
fumage à froid nécessite des copeaux ou de
la sciure de bois.
Les pays de l’hémisphère nord utilisent
généralement l’aulne, le hêtre, le bouleau,

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

le châtaignier, le noyer d’Amérique, le
genévrier, l’érable, le chêne, le laurier ou
des racines. On peut également utiliser la
mangrove, le pin australien, les racines de
palmiers, le platane d’Amérique, le
pommier citrus ou le bois dérivé.
D’autres régions utilisent l’acajou, le cèdre
ou le goyavier, Parinari excelsa
(Rosaceae),
Daniella
thurifera
(Caesalpinaceae), Ochthocosmus africanus
(Ixonanthaceae),
Xylopia
aethiopica
(Annonaceae),
Carapa
procera
(Meliaceae)
et
Xylopia
quintasii
(Annonaceae).
L’addition d’arômes au combustible donne
une saveur particulière au produit.
FOURS DE FUMAGE ET FUMOIRS
Les ouvrages spécialisés décrivent
différents types de fours tels que le four
ghanéen, les fours Chokor, Altona, ou des
fumoirs construits à partir de vieux
réfrigérateurs ou de boîtes en carton.
L’utilisation des différents types de fours
dans les pays en développement dépend
des connaissances et des habitudes locales,
qui sont elles-mêmes tributaires des
matériaux de construction disponibles et de
la quantité de poisson à traiter.
L’introduction et la vulgarisation de fours
de fumage améliorés se heurtent souvent
au coût élevé imputable à l’utilisation de
matériaux de construction industriels.
Ces dernières années, de nombreuses
institutions et agences de développement
on mené des projets visant à améliorer les
fours de fumage (augmentation de la
capacité, réduction de la consommation de
combustible, accroissement de la solidité
du matériel). Les résultats indiquent que de

nouvelles améliorations techniques sont
peu probables.
Matériaux de construction
Les fours simples sont constitués d’une
enceinte en terre (four ghanéen) ou d’un
bloc de terre de forme carrée, qui est évidé
avant séchage (four Chorkor) et équipé de
claies en bois. Toutefois, les intempéries
provoquent l’érosion de ces fours s’ils ne
sont pas sous abri.
Disponibles partout, les fûts métalliques
entiers ou coupés conviennent parfaitement
à la construction de fours de fumage. Ils ne
doivent cependant pas contenir de
revêtement intérieur ou de résidus de
substances nocives ou toxiques, afin
d’éviter toute contamination de l’aliment
fumé.
La construction du four Altona en briques,
fait appel à des techniques plus élaborées.
Ce four permet de traiter des quantités plus
importantes de poisson, mais il doit être
utilisé en continu car son coût est plus
élevé. En outre, il n’est pas mobile. Grâce
à une chambre de fumage de 1 x 1 x 2
mètres, il permet de fumer plus de 200 kg
de poisson en seul chargement.
Principes généraux de construction
Afin d’éviter que l’aliment ne brûle s’il se
décroche et qu’il dégagerait alors une
odeur désagréable qui imprégnerait les
autres morceaux, il convient d’installer une
grille au-dessous de la dernière claie.
Le four de fumage sera entièrement fermé.
On évite ainsi toute déperdition de fumée
non contrôlée tout en permettant une action
uniforme de la fumée sur tous les
morceaux, une économie de combustible
ainsi qu’un meilleur confort pour la
personne qu s’occupe du four. Si le four est

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

constitué de fûts, les registres ouvrants
doivent être bien ajusté, sans joints.
Les fours doivent être munis d’un
dispositif de contrôle du débit de fumée
afin d’optimiser la quantité de fumée
produite par unité de combustible brûlée.
Sur des fours simples, il suffit de recouvrir
l’orifice d’évacuation de la fumée d’un
tissu humide.
Le débit de la fumée est plus facile à
contrôler si la fumée est évacuée de la
chambre de fumage par un conduit de 10 à
15 centimètres de diamètre équipé d’un
clapet ou d’une soupape manuelle.
Production séparée de fumée
S’il n’est pas possible d’assurer le contrôle
permanent ou fréquent du four, on cour le
risque que le combustible de la chambre de
fumage ne s’enflamme ou qu’un poisson
tombé sur la grille du foyer ne prenne feu.
Dans le premier cas, les hautes flammes
risquent de brûler la première couche de
poissons; dans le second cas, le poisson
s’imprégnera d’une odeur désagréable et
sera dès lors perdu. Dans le pire des cas, le
risque est que la suie qui s’est
progressivement déposée sur les parois du
four prenne feu et provoque la destruction
complète de la chambre de fumage.
Pour éviter de tels incidents, le four sera
régulièrement contrôlé durant l’opération
de fumage et le poisson sera placé à une
distance suffisante du foyer. Il est donc
préférable d’utiliser soit de hauts fours
pour le fumage de quantités de poisson
importantes
qui
supposent
des
manipulations complexes, soit des fours de
fumage de moindre capacité.
Il est également possible de construire des
installations munies d’un générateur de

fumée séparé. Il peut s’agir d’un simple
four équipé d’un tuyau qui amène la fumée
aux chambres de fumage. Ce système
permet de contrôler le débit de la fumée
par le biais d’un registre à clapet.
Les fours de fumage améliorés sont
équipés de dispositifs de chauffage et de
refroidissement qui assurent un contrôle
automatique de la température de la fumée
ainsi que d’un dispositif automatique
d’extinction du feu.
CONSEILS DE SECURTITE
Dans
les
cha,mbres
de
fumage
hermétiquement closes, il convient de
maintenir une certaine ventilation durant la
combustion et d’éviter le ralentissement du
débit de fumée par l’obstruction du conduit
d’évacuation, car cela augmente la
concentration de substances hautement
inflammables et réduit l’oxygène dans la
chambre de fumage et du générateur de
fumée, quel que soit le type de four utilisé.
Si un tel phénomène se produit, l’ouverture
de la chambre de fumage, notamment près
du foyer, entraîne un apport soudain d’air
(oxygène) qui, au contact du combustible
provoque en présence d’étincelle, une
déflagration instantanée du mélange de
gaz. Des flammes s’échappant alors par les
différentes ouvertures de la chambre de
fumage, peuvent brûler la personne
responsable du four et mettre le feu à
d’autres matériaux inflammables situés à
proximité. Les matières grasses et les
dépôts de suie sur les parois de la chambre
de fumage et de la cheminée peuvent
également s’enflammer.
Pour éviter ce genre d’incident, les
chambres de fumage susceptibles d’être
hermétiquement closes par des registres
solidement fixés, quelles soient faites de

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

briques ou de sections de fûts, doivent être
équipées, près du foyer, d’un clapet de
ventilation qui peut être ajusté mais non
fermé. Par ailleurs, les personnes qui
s’occupent des fours doivent recevoir une
formation et être informées du danger
potentiel.
CONCEPTION
DES
INSTALLATIONS DE FUMAGE
Le présent chapitre présente les différents
types de fours de fumage. Certains sont
décrits dans des ouvrages spécialisés ou
dans des rapports de projet publiés par des
agences
et
des
organisations
internationales de développement.
Certains de ces projets, en Côte d’Ivoire et
aux Philippines, par exemple, étaient
destinés à améliorer la situation
économique de pêcheurs. L’une des
actions réalisées dans le cadre de la
transformation du poisson a porté sur la
mise au point et la diffusion de nouveaux
types de fours de fumage ainsi que sur
l’amélioration des modèles existants.

atteindre 50 % dans des mauvaises
conditions de stockage.
A l’échelle artisanale on peut atteindre une
diminution substantielle des pertes du
poisson fumé liées aux attaques d’insecte
en exploitant les propriétés insectifuges de
certaines plantes locales. Comme exemple
de cette technologie, les feuilles de neem
utilisées en intercalaire entre les différentes
couches de poissons auraient donné de
bons résultats au Sénégal.
Une autre alternative consiste au traitement
des magasins de stockage ainsi que des
matériaux d’emballages avec des produits
insecticides appropriés. A ce niveau une
très grande prudence doit cependant être
observée pour ce qui est du choix des
produits à appliquer. Au mieux, seuls les
produits ayant l’aval de l’OMS et de la
FAO pour une application sur le poisson
doivent être retenus

Les dimensions, données en centimètres,
sont approximatives. Les matériaux de
construction utilisés sont l’argile, le bois,
les parpaings, les briques, les plaques en
métal, les tôles ondulées et les fût
métalliques.
CONSERVATION
FUME

DU

POISSON

Les conditions de conservation et de
stockage étant difficiles sous les tropiques,
en particulier différents types d’insectes
peuvent attaquer le poisson fumé si celui-ci
est mal protégé et y causer des pertes
secondaires importantes pouvant souvent
gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

Fours traditionnels de fumage en Côte d’Ivoire
Dans ce type de four, constitué d’argile, le poisson est posé sur des claies en fer ou en bois ou
suspendu à des broches en bois. Il (le four) peut être recouvert d’un toit de branchages de
forme conique.

Fours de fumage faits de sections de fûts
Le poisson est posé sur une claie constituée de treillis métalliques. Une plaque perforée peut
également être utilisée pour fumer le poisson en entier s’il est suspendu à des broches. La
fumée peut être produite dans un conduit latéral ou dans un foyer séparé. Ces fours sont
destinés au fumage de petites quantités de poisson.

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

Fumoir
Composé d’un fût comprenant une grille fixée au dessus du foyer et des claies amovibles.

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

Fumoir composé de sections de fûts
La section inférieure est équipée d’une grille métallique qui empêche le poisson de tomber
dans le foyer. Une fois le poisson suspendu, les autres sections sont superposés les unes sur
les autres.
Four Chorkor amélioré
Constitué d’enceintes de pisé
gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

Séchoir – Fumoir combiné
Composé de trois chambres séparées, en briques et entôle, dont le foyer se situe à l’arrière.
Chaque cheminée est équipée d’un clapet permettant de contrôler la vitesse du passage de la
fumée. Lors de la manipulation des claies chargées de poisson, on ouvre le clapet de la petite
cheminée afin de ne pas être incommodé par la fumée.

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

Four de fumage ivoirien
Le foyer, composé de fûts, est inséré dans une enceinte constituée de plaques de tôles
ondulée. Le poisson est posé sur une claie faite de treillis métallique. Pour assurer une bonne
répartition de la fumée, une plaque perforée sera suspendue au-dessus de l’ouverture du fût.
gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

Chambre de fumage de type Altona
La chambre est faite de briques ou de briques réfractaires et munie d’un toit et de portes en
tôle ainsi que d’une grille métallique au dessus du foyer. Elle contient des tasseaux
métalliques destinés à supporter les plateaux de petits poissons ou les claies auxquelles sont
suspendues des morceaux de poisson ou des poissons entiers.

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

Installer les registres

Séchoir à poisson mis au point aux philippines pour la combustion des déchets agricoles
(construction métallique)
Ce séchoir peut servir de fumoir moyennant quelques légères modifications. La cheminée doit
être équipée d’une coulisse empêchant le passage de la fumée. Les deux orifices extérieurs
seront munis de clapets. La plaque d’acier couvrant la chambre de combustion doit être
amovible. Pour permettre l’action directe de la fumée sur le poisson, remplacer la plaque par
une grille métallique.

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

Four construit à partir d’une carcasse de réfrigérateur
La production de fumée se fait séparément.

Four de fumage composé d’un fût avec générateur de fumée séparée
Ce système est pratique si le foyer se trouve à un niveau inférieur à celui de la chambre de
fumage

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

Fumoir en carton
Le fumoir peut être composé d’un grand carton ou de deux cartons glissés l’un dans l’autre.
Une rainure horizontale permet de glisser un grillage qui sera ensuite fixé avec deux lattes
afin d’éviter que le poisson ne tombe dans le foyer. Les broches sont posées sur deux
baguettes. Au dessus-, deux lattes empêchent les rabats de s’affaisser. Si nécessaire, le carton
peut être renforcé par une armature en bois.

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/

BIBLIOGRAPHIE
Agromisa Foundation: La conservation du poisson et de la viande; Série Agrodok N° 12,
Agromisa /CTA, Wageningen, 1994
Almeyra, G.: Women invent New Technology for Smoking Fish, Cerescope
Beck, U. et During, S.E.: Developmental Aspects of Village Based Fish Processing in Siera
Leone, west Africa; in Cured Fish Production in the Tropics, edited by A. Reilly, L.E. Barila,
University of Philipines in the Visayas / GTZ, 1986
Biermann, E. R.: Agrowaste Fish Dryer, GTZ / GATE, 1985
FAO: Rural Home Techniques; Vol. 1; Food Preservation, Serie 1, FAO, Rom, 1978
GRET: Conserver et transformer le poisson; Guide technique et méthodologique; Collection
«LE POINT SUR»
ILO: Small-scale processing of fish, Technical Memorandum n° 3, International Labour
Office, Geneva, 1982
Schwertfeger, F.: Fabrication d’un fumoir à viande; Communauté Africaines N° 38, Tchad
1991
UNIFEM (Fonds de Developpement des Nations Unies pour la Femme): manuel de
technologies du cycle alimentaire n°4: Transformation du poisson

gate Information Service / gtz, PO Box 5180, 65726 Eschborn, Germany
Phone: +49 (0)6196 / 79-3093, Fax: +49 (0)6196 / 79-7352, Email: gate-id@gtz.de, Internet: http://www.gtz.de/gate/


Aperçu du document Fumage du poisson et fours de fumage.pdf - page 1/17
 
Fumage du poisson et fours de fumage.pdf - page 3/17
Fumage du poisson et fours de fumage.pdf - page 4/17
Fumage du poisson et fours de fumage.pdf - page 5/17
Fumage du poisson et fours de fumage.pdf - page 6/17
 




Télécharger le fichier (PDF)


Fumage du poisson et fours de fumage.pdf (PDF, 293 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


fumage du poisson et fours de fumage
bazile2010 2010234
secours intox par lafumee
les baux 2009 1
saumonfume
conservation aliments

Sur le même sujet..