Taza et les Riata Louis Voinot, 1920 (1).pdf


Aperçu du fichier PDF taza-et-les-riata-louis-voinot-1920-1.pdf

Page 1 2 345148


Aperçu texte


20

TAZA ET LES RIATA

ghine, forme l'innaouen, affluent de l'oued Lebeii,
lequel se jette lui-même dans le Sebou. La vallée de
l'innaouen est en général assez dégagée et dépourvue
d'obstacles elle présente pourtant une particularité
curieuse. A Touahar, entre Taza et Koudiat el Byad,
le thalweg normal est barré par un mouvement de
terrain de plus de loo mètres de relief que la piste
franchit par un col quant à la rivière, elle fait un
détour au Sud et coule au fond de gorges remarquables, qui entaillent profondément une montagne plus
haute que l'obstacle de la vallée.
;

;

La trouée de Taza, ou plus exactement le couloir
de l'innaouen, a été de tout temps une voie de communication importante. C'est en effet le lien naturel
entre les villes populeuses et commerçantes de l'Algérie du Nord et du Maroc Atlantique, entre les steppes désolées des Hauts plateaux algériens ou de la
Moulouya et les riches plaines du Gharb, qui devaient
tenter les

nomades misérables

;

l'histoire

monitrev

conquérants ont souvent emprunté cette route. Elle a pourtant été délaissée en partie à maintes reprises, en raison de l'insécurité entretenue par les tribus riveraines
Béni Ouaraïne et Riata, Pour se rendre de
Fez à Taza, on obliquait alors du côté du Nord, de
manière à traverser le territoire montagneux, mais
plus hospitalier des Haiaïna et des Tsoul et à déboucher sur Taza par Meknassa Tahtania et l'oued el
Hadar. Si l'on continuait vers l'Est, avant d'atteindre
d'ailleurs

que

les

grandes migrations

et les

:

la sortie du défilé, il restait à franchir le lieu dit
Megatela, parce que les assassinats y étaient fréquents les Riata s'embusquaient en cet endroit, dans
les profondes ravines découpées par les oueds Lar
bâa et Bon Ladjeraf afin de détrousser les voyageurs.
Malgré l'occupation de Taza par les Français en 1914,
occupation qui permit d'ouvrir aux Européens la
route de Fez par les Tsoul, la sécurité des isolés circulant en bordure du pays des Riata demeura précaire. En 1917-1918, on dut entreprendre des opérations pour dégager la vallée de l'innaouen et couvrir
les travaux de la voie ferrée et de la route de Taza à
Fez après l'enlèvement des crêtes principales, on
y établit une ligne continue'de postes, qui assurent
la protection du couloir vers le Sud. Mais c'est encore
;

,

: