N0568852 PDF 1 1EM .pdf



Nom original: N0568852_PDF_1_-1EM.pdfTitre: Le Matin (Paris. 1884)

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Bibliothèque nationale de France / iText 4.2.0 by 1T3XT, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/09/2015 à 20:53, depuis l'adresse IP 82.229.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 571 fois.
Taille du document: 22.6 Mo (8 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Le Matin (Paris. 1884)
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Le Matin (Paris. 1884). 1884-1944.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.
Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.
3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :
*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.
5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.
6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.
7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

EN TRAVERSANT LA MANCHE*

La

Un Milliard par An


gagner pour la France

Après l'affaire du

Foyer"

Plus

L'AFFAIRE DE LA "FURIE"

PACHA CHEZ M. PICHON

la

Il existe, depuis quelques jours,
Comédie-Française une nouvelle question
celle de la Furie, tragédie de M. Jules Bois.
Voici comment elle se pose
M. Jules Claret'ie avait reçu l'ouvrage de
M Jules Bois et il devait te jouer il y a plusieurs mois. Une suite d'incidents imprévus:
procès du Foyer maladie de Mlle Marie Lecomte, maladie de M. Georges Berr, retard
du Bon roi Dagobcrt, etc., obligea l'administrateur général de la maison de Molière à
reculer les études de la Furie.Leur temps arriva néanmoins. On répéta
en scène, sous la direction de l'auteur et de
M Raphaël Duflos, la distribution fut complétée et le gros travail du dessin des costumes entrepris. C'était hier.
Or, dans une semaine au plus, sinon immédiatement, la Comédie-Française est tenue, à la suite d'un procès fameux,
de livrer sa scène aux auteurs du Foyer
pour les répétitions de leur pièce.
Mardi dernier, M. Jules Claretie réunissait le conseil des Six (comité d'administration), puis les sociétaires en assemblée plénièm, et demandait, ainsi que l'exigent les

de soldats,
Pas assez de gardiens

L'administration pénitentiaire est en
Et vraiment il y a de qu^i.
On sait que, depuis 1842, la surveillance
,extérieure des maisons centrales et autres
est assurée par des soldats. Le poste doif
remplir la consigne, arrêtée de concert aved
le directeur et le commandant de place sans
jamais être employé à autre chose qu'à
l'exécution de sa consigne. Les gardiens,
eux, sont exclusivement préposés a la surveillance et au service intérieur de la prison
et ils n'en peuvent jamais être détournés
sous aucun prétexte et à aucun titre pour
émoi

plus en plus, l'attitude de la Turquie force le respect. Il y a parmi tout
ce peuple qui vient de se donner à la civilisation une foi-si ardente dans la justice des idées modernes qu'il en appelle
à TEurope avec une confiance dont les
déceptions mêmes ne viennent pas à
bout.
La Porte a adressé à ses ambassadeurs
une circulaire confidentielle. Cette circulaire, nous en publions ci-dessous le
De

tions sur la gravité des événements dont
les Balkans sont menacés.
Espérons que la Bulgarie saura comprendre combien, après avoir proclamé

son indépendance, annexé la Roumélie,
changé son prince en tsar, elle a intérêt
à arrêter enfin la 'marche de ses ambi-

tions.

C'est son honneur de nation civilisée

qui est en jeu.
texte intégral.
Il ne suffit pas, pour s'éleveraau rang
La dignité s'unit dans ce document à des grands peuples, de prendre des7prola fermeté du langage.
vinces et de dopner des couronnes. Il
il
Mais est impossible de ne pas aper- faut encore savoir faire sienne la cause
cevoir toute la portés d<> cette dépêche de la civilisation, .c'est-à-dire la cause de
qui ne. confirme que trop nos informa- la paix.
Voici le texte de la circulaire adressée par Twefïk pacha, ministre des affaires étrangères ottoman, aux ambassadeurs de Turquie à Londres, Paris, Berlin,
Sainl^-Pétersbourg, Vienne et Rome

quelque service extérieur que ce soit.
Eh bien 1 il parait que l'on va changer
tout cela c'est là une des conséquences de
la loi de deux ans.
Les soldats n'assureront plus désormais
la garde extérieure des prisons et chemins
de ronde, leur instruction militaire nécessitant tout leur temps. La garde extérieure et
intérieure incombera désormais aux gardiens, qui quoique recrutés principalement
parmi les libérés du service, ne sont que
bien peu militaires, logent en ville et sont
même dépourvus de fusil
Les directeurs des maisons centrales objectent, avec raison, que leur nombre est

règlements administratifs, les crédits nécessaires pour la Furie 60,000 francs,
insuffisant 56 gardiens pour environ 700
Les
sociétaires
ont
refusé
de
^CONSTANTINOPLE,
15 @octobre., Vous savez que le gouvernement otto- détenus à Nîmes
croyons-nous.
grever leur budget do 1908 de cette soir.miy man protesté contre la proclamation de l'indépendance de* la Bulgarie, et que,
On craint qu'à' la première mutinerie les
exprimant le désir de renvoyer à 1909 la
pour sauvegarder ses droits, il a demandé aux grandes puissances de donner
prisonniers ne s'évadent, difficilement maintragédie de M. Jules Bois.'
solution à cette question par la réunion d'uno conférence. Par conséquent, etune
en tenus en respect par des gardiens en nom
Vous pensez bien que celui-ci ne fut pas attendant un résultat pacifique, il n'avait pas eu recours à des dispositions milibre infime et qu'ils connaissent.
content. Il y eut entre l'auteur et l'adminis taires pour éviter une effusion de sang.
Souhaitons ne pas être réduits à voir les
tratfur général des entrevues aigres-douces.
Néanmoins, on constate en Bulgarie, sous prétexte de mesures de précautions, détenus
faire eux-mêmes leur police.
et l'on allait jusqu'à raconter qu'un nouveau des mouvements militaires extraordinaires.
procès était il prévoir.
Dans ces conditions, nous nous verrons, » la longue, obligés d'aviser, de
côté, à des mesures réciproques, ce qui pourrait provoquer des renconHier, le bruit courut que M. Jules Clare notre
PPOPOS D'UN PARISIEN
tres
entre
les deux armées entraînant d'inutiles effusions de sanrl.
tie, effrayé de ce nouveau démêlé judiciaire,
Cependant, pour ne pas donner lieu à des actes contraires à l'humanité, la
avait brusquement, sans prévenir personne, Sublime
en attendant les décisions équitables de la conférence, déclare
porté sa démission à M. Doumergue, minis- s'absi.enirPorte,
de
mettre
Abel Leblanc, l'assassin de M. LeutheCE QUE NOUS POURRIONS VENDRE
sur pied de guerre les armées impériales.
CE QUE NOUS VENDONS A L'ANGLETERRE
tre de l'instruction publique.
En
portant
précède
à
la connaissance de M. le ministre des affaires reau, avait échoué cinq fois à l'examen du
ce qui
Nous nous sommes rendu chez l'adminis- étrangères,
Les chiffres supérieurs indiquent ce dont V Angleterre a besoin pour sa consommabien
voudrez
prier Son Excellence d'intervenir pour que, baccalauréat.
vous vous
trateur général du Théâtre-Français
tion tes chiffres d'en bas ce que nous exportons en Angleterre.
retour
de
déclaration
la
ci-dessus, dont le gouvernement bulgare aura à
Vous êtes menacé, parait-il, d'un procès en
Les papas diront plus que jamais à leurs
prendre acte, celui-ci s'engage, de .son côté, à observer la même attitudo d'absN'avoir entre soi ni raisons de rivaLe tableau que nous publions donne- qu'intenterait M. Jules Bois à la Comédietention. Il voudra bien nous faire connaître le résultat que sa démarche donnera. chancres de fils
lité, ni prétextes à jalousie posséder ra une idée à cet égard.
Petit malheureux Tu ne travaille!
des natures si, différentes que l'un se
Sur les 1,600 millions de ventes alle-'
Je l'ignore cela regarde M. Jules
TEWFIH.
pas, tu fumes, tu te fais recaler à tes exasènto impropre à faire le travail de l'au- mandes, sur les 400 millions de ventes
M. Pichon ayant reçu hier la visite de prince de Radolin, ambassadeur d'Alle- mens. Si tu continues de ce train-là, til
interrogé l'auteur de la Furie
tre se connaître cependant des besoins danoises, nous devrions en gagner plus Nous avonssoirée.
dans la
Il nous a affirmé avoir Naoum pacha, on est en droit de penser magne, et a eu avec lui un assez long en- :finiras sur l'échafaud. exagéré, étant donné
si proches qu'un perpétuel échange vous de la moitié, si nous avions une agricul- hier
Ce qui est un peu
rencontré l'administrateur de la Comédie- ,que la démarche de l'ambassadeur de tretien.
soit nécessaire pour vivre, être riches ture, une industrie, un commerce orga- Française
à sa sortie du ministère de l'ins- Turquie à Paris avait
que plusieurs forts- en thème ont terminé
but
de
de fortunes si diverses que la concur- nisés.
pour
comtruction publique.
carrière sous le couperet,
muniquer cette dépêche au ministre des
Nous croyons savoir que l'Allemagne leur brillante mal
On
entre
doive
toujours
calculé
demeurer
rence
a
J'aivu M. Doumergue, aurait dit M. Ju- affaires
que chaque Belge nous
de cancres sont devenus
que pas
étrangères de France.
n'approuve, pas complètement le projet alors
vous un mot vide, se sentir enfin liés achetait pour 123 francs par an, chaque les Claretie je viens de lui offrir ma démisministres.de la justice. Sans compter que,
M. Pichon a également reçu hier le de programme tel qu'il a été publié.
par mille rapports de voisinage, de visi- Suisse pour 96 francs. Chaque Anglais sion.
par ces temps de blague irrespectueuse, le
tes, de sympathies et d'intérêts, voilà, achète pour 32 francs seulement.
D'autre part, nous apprenons à la dercancre de fils pourra toujours répondre à
Cet écart ne s'explique point. La nière heure que M. Clarétie'entre au Figaro
n'est-ce pas, d'admirables conditions
son « anteur u
France, pourrait peut-être, avec un effort,: pour y tenir le rôle de critique dramatique.
pour fonder une amité.
On adù souvent lui dire, à ce Lefaut donc- croire, que M. Jules Bois avait,
'Ces conditions, l'amitié franco-anglaî- le faire di.&paniUre. Mais il faudrait
c'était une
blanc,. qu'il n'irait pas loin
qu'e]le:r.en.qnçàt-à sa nonchalance, à son. En erteïj'.onjne^irt.etré'à
,u 7çe les- remplit toutes.
puisqu'il ira au moins jusqu'à Nou<
la fois fonction^
erreur,
Comme on s'en aperçoit clairement en
méa
les
dons
.merveilleux
dont
elle
est
.lisant le rapport
que; M. Jean Périer, nucom- Français et juge dés pièces qu'on -y fait
Non
et M. Petdèloup lui-même ne
blée
et
obligée,
pour
jouer.,
se
crût.
ne
pas
tre attaché commercial à Londres, vient ter
respourrait le soutenir ce n'est pas parce
offerte
Aucune
qui
retrouoera
récompense
séduisants,
d'apparaître
M.
Claretie,
le
éternellevoit,
change
^e
rôle,
exportation
en
Anon
de consacrer à notre
qu'il ignorait les règles de l'accord des
n'abandonne pas le théâtre. Tant mieux
gleterre, à la suite de l'exposition fran- ment comme i'«nfant prodigue de l'Eu- fnais
temps ou la chronologie de nos rois qu'Abel
pour le théâtre et tant mieux pour la presse.
rope.
cô-britannîque 1
Lefranc a tué le pauvre M. Leuthereau. Ce
A. moins .que le ministre ne refuse-la déLégitimus
se
souvint
brusquement
qu'il
était
L'Angleterre et la France ne peuvent
Jean d'Orsay.
jeune criminel est le produit du déplorable
mission de M.
député,
et,
le
lendemain,
il
prenait
le
bapas se faire, concurrence sur le terrain
teau pour Ja Franche, où des devoirs extrê- système d'éducation qui, à côté des fils à
commercial elles ne peuvent que se
mement pressants rappelaient, assura-t-il, papa, nous donne les fils à maman. Les'
L'AUTOBUS
S'ARRÊTENT^
rendre service.
Depuis, on ne l'a pas revu, ni vous, ni moi, premiers réussissent souvent les seconds
MONTRES

Gomment les Anglais font-ils triomni personne.
sont perdus d'avance, ce qui ne veut d'ailC'est
pher leur commerce dans le monde
ce qui me fait dire que le député- leurs pas dire qu'ils finissent tous par asmaire
de
la Guadeloupe est .en colère. On la sommer les gens dans les trains, à coups
Grâce à' la richesse de leurs houilles, à
Un
rédacteur
accusé de vilaines choses
horloger
pour éviter le de marteau.
l'activité de leurs industries cotonnière
scandale,
il
se connaît, il a préféré s'en alNous en connaissons tous de ces enfants
et métallurgique, à la gloire de leur maler.
V&gt où l'on est versé dans 1a
rine marchande.
J'ai été à la Chambre, j'ai été chez des gâtés qui, àl'armée
territoriale, vivent enL'AUTOBUS LE, DÉGOÛTE DU
Avons-nous tant de coton, de houille,
amis lui, chez des adversaires même, j'ai réserve de
ils
été au ministère des colonies, à la préfecture core dans les jupes de « petite mère a
de métaux, de bateaux qu'il nous soit
de police, aux objets trouvés, nulle part on n'ont plus de cfieveux et on les appelle tounécessaire ou utile de lutter contre les ;Ce n'est qu'un tout petit horloger de Mont- vais brisée
n'a pu me renseigner.
entre mes, doigts. L'autobus était
jours « Mimile » ou « Jojo ». Ces paresAnglais ?
martre, mais son déboire est sans égal. L'au- déjà loin.
Si j'avais l'honneur d'être un des collègues seux, ces inutiles, ces affreux gosses de
Non. et ils le savent bien. M. Périer tobus passe dans sa rue. Plus de travail possiQue ferai-je maintenant ? dis-je au bon
de ce député, Légitimus Hégésippe, de trente-cinq
ans, sont naturellement vouer
rapporte cette déclaration faite dans un ble. La trépidation arrête les montres, dévie horloger.
Pointe-à-Pitre,
je
promettrais
immédiateaux pires entraînements. Et il arrive que la
document officiel par un des plus hauts l'outil sur les pièces fragiles Une pétition
Vous avez assez travaillé pour aujourment
à qui me le ramènerait des primes en- poule
circule, dont ce malheureux artisan est le pro- d'hui, me répondit-il avec douceur.
trop confiante s'aperçoit qu'elle a
fonctionnaires du Board of trade
gageantes, les palmes par exemple. On ne
moteur. « Mort aux autos! », proposc-t-il. En
Je regardai donc l'heure aux coucous, car,
peut pas admettre qu'un député, car, si noir couvé, non un canard, mais un vilain merle
« Quoique les importations françaises attendant, il gémit sur son cas.
-au surplus, j'avais des rendez-vous. Mais l'un
soit-il, c'est tout de même un député fran- dans le genre de l'assassin .du père Leuthereau.
pour apprenti, lui dis-je hier, marquait minuit, l'autre cinq heures, et tous
çais, soit disparu'sans laisser de traces.
en Angleterre eussent considérablement I je Prenez-moivotre
malheur.
les
variaient
veux
d'opinion.
mesurer
autres,
Voilà, peut-être, une des raisons pour
augmenté. elles n'ont pas pris la place
Dans quelles brousses, dans quelles foroue,
Soit,
accepta-t-il.
aiVoyez
Ne
cette
étonnez
expliqua
vous
pas,
mon pades produits britanniques. »
rêts, dans quel maquis peut-il s'être réfu- lesquelles Abel Leblanc à tué, bien que son
guisez-lui les dents.
tron, depuis que l'autobus marche, ils ne
gié ? A Paris, prétendent certains mais nom biblique le désignât plutôt pour jouer
bien
d'abord.
alla
Tout
Mais
qu'au
voici
marchent
plus.
cette
On peut rapprocher de,
phrase deuxième
Clément Vautel.
le .rôle de victime.
non, ça se verrait.
je
m'étonnais
de
Un
monsieur
entrait.
cran,
comme
mon
ce jugement de l'anglaise Contemporary adresse, un ouragan déboula sur les pavés.
Raccommodez-moi cette montre, pria-t-il,
Review « L'Allemagne ne sera jamais Tout frémit, la vitrine où pendaient des chai- elle est
déréglée. Je viens de prendre l'autobus.
LÉGTTIMUS
notre amie, parce qu'elle a, au point de nes d'or, le mur étoilé de coucous, l'établ; Dehors, une tempête
rugissait, un coucou
vue commercial, les mêmes visées que parsemé d'outils, et mon tabouret lui-même. se décrocha du mur. Le monsieur sourit.
M. Hégésippe Légitimus, homme au visage
Précisément,
je
lançais
lime.
Elle
glissa
qu'elle
est
L'autobus
et
poussée
était
déjà
loin.
en
ma
wmbre et député de la Guadeloupe, n'est
nous
parce
avant par les mêmes forces économi- sur l'acier dentelé et me meurtrit la paume
pas content. Il est furieux à ce point que
gauche.
L'autobus était déjà loin.
colère l'a emporté. Où ? Ah voilà. on
crues.
Donnez-moi à faire une besogne moins
Entre deux villages de Seine-et-Oise, loin de sa
n'en sait rien.
périlleuss, osé-je dire au patron.
l'autobus et du pavé bruyant, tantôtj'ai voyagé Paris, où il est député, et la Pointé-à-PiSoit, dit-il encore. Mettez donc une en diligence. Elle était d'un modèle caduc, tre qui nous le disputa, sont, depuis plugrande aiguille à en cadran.
avec sa caisse jaune et son toit arrondi. Près sieurs mois sans nouvelles de cet honorable
dix
tendit
Et, cependant, si, en
Et il me
ans, nous
une minuscule montre de du conducteur, j'ai goûté, une heure durant, fugitif.
jolie,
ma'foi
fort
l'Angledame,
le plaisir rétrospectif de l'essieu qui s'enroue
à
avons augmenté nos ventes
Pourquoi M. Hégésippe Légitimus est parQu'est
pensai-je,
cela,
une,
aimontées,
du
joyeux
cinglement
mettre
ainsi
de
fouet,
aux
terre, de 462 millions, les poussant
ti, et co qui le mit si fort en colère, est très
guille
?
Rien
sache
faire.
vais
Je
musical
grelottement
du
des
colliers et du sti- facile à dire. Des gens affirment, des gens
que je ne
à i,374 millions l'année dernière, l'Al- étonner
maître.
mulant
Youkk.
mon
que l'homme, dignes de foi, que cet Hégésippe noir et glalemagne a augmenté les siennes, dans Je choisis une aiguille Louis XV, oui s'ap- d'entre ses lèvres mordillant la pipe,
jetait aux bre, du temps qu'il était maire de Pointe-àlé même intervalle, de six à sept cents pareillait bien avec le camaieu du boîtier. Elle horizons paisibles.
Pitre, se montra concussionnaire avec peutmillions. Elle est parvenue à vendre était fine et gracieuse. Et j'allais la poser sur Combien ce concert .était reposant, les Pa- être
un peu trop de zèle. On lui reproche
l'axe, avec l'outil ad hoc, quand une bourras- risiens de la rue des Martyrs, de la rue 'de
1,600 millions de ses produits.
d'avoir, en matière d'élection, alors
A quoi cela tierit-il ? A ceçife, L'Alle- que ravagea la rue. Toute la maison frissonna Douai et,de la rue Fontaine ne le sauront aussi devait être
à son seul profit, pratiqué
que ça
aiguille
la
petite
aussi.
D'émotion,
je
l'ajamais
Royaume-Unï£|
et
couvre
le
magne
ses retrop ouvertement la fraude des petits paprésentants, de ses yoyageur^e compiers. Ce sont là pécadilles, sans doute, mais
mercé, de ses échantillons elle livre à
il est bien certain, néanmoins, que M. le député Légitimus a été condamné, par contul'heure exacte elle fait de larges crédits;
cet affront, à
elle, épie les besoins et les goûts des
mace, n'ayant pu supporter
tribunaux de son
armées d'hommes, des armées de proun an de prison, parleles
que pour seul fait de concuspays rienHégésippe
duits, une 'avant-garde d'éclaireurs
Légitimus a trouvé l'acsion M.
commerciaux, une arrière-garde de bancusation si ridicule qu'il a négligé de se préques, telles sopt les forces organisées
senter devant ses juges, et ce qui prouve
qu'eHe mène à l'assaut.
bien que la condamnation dont il a été l'obNous, nous vendons au petit bonheur.
jet n'est pour rien dans sa fuite, c'est qu'il
Le péril est grand, car nous commenest
Vous savez 1 histoire de ce représentant
çons à être les seuls parmi les peuples
remettrions au hasard le soin de no'^mï Pointe-à-Pitre le 8 avril 1868, il y vétre fortune.
jeunesse
cut une enfance calme, puis une inclusiveLe Danemark, le petit Danemark, est
quatrième
la
jusqu'à
studieuse,
arrivé à "vendre à l'Angleterre ,400 milment, au lycée Carnot de son pays. Devenu
homme noir, ardent et avisé,
lions, de produits agricoles, quand nous
un beau jeune
et cela l'ocil se mit à fonder des journaux, Elu
ne lui en vendons plus que 60 millions.
conseilannées.
quelques
Voulez-vous le secret de ce développecupa pendant puis général, il se fit
enfin
ler municipal,
ment ? Il est dans les -790 coopératiavait
trente
député.
Il
ans.
élire en 1898,
ves pour la vente des œufs qui permetparut
pendant
six
Il:
y.
rêve.
Son
Paris
tent aux Danois de vendre aujourd'hui
ainsi
régulièrement,
et
se passa
mois, assez
aux* Anglais 20 millions d'œufs de plus
Battu
législature.
première
en 1902 par
sa
il
réélu
fut
Gerville-Réache,
;qu'il y a dix ans, quand nous, nous en
en 1906.
M.
vendons dix-neuf millions de moins. Il
Neuf mille neuf cent cinquante citoyens de
toutes les couleurs avaient-voté pour lui. Sa
est dans les 34 abattoirs coopératifs, les
couleur à lui était lé socialisme. Cette fois,
1,100 laiteries coopératives, tout ce merLEBLANC TRAVERSE LA PLACE DE LA CuNCORDE, ENCADRÉ DE DEUX INSPECTEURS
peine»si
C'est
à
à
Paris.
ne"
fit
il
que
passer
veilleux réseau de syndicats pour l'exDE LA SDRETË GÉNÉRALE
ses meilleurs amis qu'il avait laissés ici
portation et la vente qui s'étend à traavaient eu la chance de lui serrer la main,
En haut, rorme du crime. En bas, dans le médaillon, V assassin se cache la
vers le Danemark entier.
quand on apprit que des poursuites étaient
figure pour échapper à notre photographe.
M. Périer a établi des statistiques par
dirigées contre lui. M. Ballot, gouverneur,
Abel Leblanc, l'assassin de M. Leuthreau, d'Anjou, installé au
de la
de la Guadeloupe, avait été saisi de plaintes
1'image pour montrer clairement à nos
|
contre M. Légitimus en tant que maire qui avait été profondément abattu, après maison où se trouve te commissariat du
compatriotes quels sont les produits
quartier de la Madeleine. C'est là qu'il a
concussionnaire de Pointe-à-Pitre. Invité ses aveux, a repris son calme.
dont ils pourraient développer l'imporsoirée,
passé la nuit. On lui avait offert un matelas,
Il a été amené très tard, dans la
courtoisement à venir s'expliquer sur les
tation dans te Royaume-Uni.
L'AUTOBUS
faits qui lui étaient reprochés, 'Hégésippe d'avant-hier, au poste dé police de la rue il l'a refosét et s'est éteadu sur les planchée

Bois.

Il

n'est

Qaretie.

PASS^LE^

MÉTIER

I.i.i.

parti

avant.

à

le

!

-Je

Que! sera le parquet compétent ?

Leblanc sera-t-il' mis à la disposition du
parquet d'Autan Rien n'est moins certain.
Le parquet d'Autun a été saisi, par suite
de la découverte de M. Leuthreau dans son
ressort. On ignorait alors non seulement
quel était l'assassin, mais encore où le crime
avait été commis.
Or, l'arrestation de Leblanc et, ses aveux
viennent modifier la situation, et, suivant
l'article 23 du code d'instruction criminelle,
deux parquets demeurent compétents, à
l'exclusion d'Autun le parquet de la Seine,
l'arrestation ayant eu lieu à Paris, et le parquet d'Auxerre, dans le ressort duquel a
été commis le crime.
A quelle solution s'arrétera-t-on ? C'est
un point sur lequel nous ne tarderons pas à
être fixés mais il semble, dès à présent,
impossible que le juge d'instruction d'Autun
ne soit pas contraint de se dessaisir.

ÉCHOS

r

LE CONGRES SOCIALISTE

lit de oamp

des agents. Son sommeil a
été coupé de brusques réveils. Il sursautait,
en proie à des cauchemars, et reg&rdati autour de lui, les yeux hagajsfc.
De grand matin le meurtrier s'est levé et
n'a pas bougé du coin de la salle. Comme on
lui demandait s'il voulait prendre du café,
il a secoué la tête négativement.
Un peu avant neuf heures, trois inspecteurs de la Sûreté générale sont venus le
chercher pour le conduire rue des Saussaies, dans les bureaux de M. Sébille. Coin?
aperçu.
me il sortait du poste nous l'avons
mais
sans
auSon visage était très rouge,
cune trace de larmes.
Tout en suivant la rue d'Anjou et la rue
de Surène, il s'entretint avec les inspecteurs.
Il avait les mains attachés derrière le dos
et portait un pardessus jeté sur les épaules.
Son passage n'éveilla l'attention de personne.
Arrivé rue des Saussaies, il fut amené au
service du contrôle des recherche. En préde pqsence de M. Vignole, commissaire
il
Sébille,
lice,. et Bouichou, secrétaire de M.
assista à la mise sous scellés des divers oojets qui serviront de pièces à conviction.
C'est ainsi qu'on plaça dans des ehemisws
de dossier les quatre billets de mille francs
les
saisis chez les personnes à qui ilfrancs
avait confiés, ainsi que les 850
trouvés sur lui au moment de l'arrestation.
On lui montra aussi le portefeuille de M.
Leuthreau.: un petit portefeuille en maroquin noir, portant en lettres dorées le nom
de son propriétaire et garni d'une chatneen
cuivre que l'assassin avait arrachée du vêtement auquel elle était, fixée. Dans un compartimènt se trouvait une pièce de dix
imfrancs enclose dans un carré de papier
primé. Le portefeuille est encore maculé de
sang.
Devant cette évocation de-son crime, le
misérable a eu un mouvement d'émotion.
Ses lèvres ont remué comme s'il allait parler. Puis, ses traits ont repris leur placisuivie
La reconnaissance des scellés a été
d'un nouvel interrogatoire de Leblanc, ayant
pour but de préciser des détails intéressants.
Le marteau dont il s'est servi a été acheté
le lundi qui précéda l'assassinat chez un
quincaillier des environs de la gare de l'Est.
il en acPour avoir l'outil mieux en main,
àjingt-ci
ij
courcit le manche et le réduisit
4
centimètres.
M. Leuthreau
Il prétend.n'avoir pas connu
avant le drame.
C'est un peu avant d'arriver à la gare de
Laroche qu*il a frappé sa victime. Au premier coup (le marteau, M. Êeuthreau expira sans un cri.
Alors, dit Leblanc, j'ai asséné trois autres coups, « par acquit de conscience »
Et il ajoute
suis descendu à Laroche. Je me suis
précipité aux water-closets, où j'ai jeté le
marteau et le portefeuille. Puis je suis remonté dans le train en prenant place dans
compartiment de troisième classe. A
un
Auxerre, je suis ^descendu, définitivement
cette fois. Vous savez le reste.
Leblanc n'a pas caché que, si son arrestation n'avait pas été opérée « en vitesse »,
il aurait quitté la France. Il se sentait traqué et, s'il est revenu rue Dareau, chez M.
Bouvier, c'est pour se faire rendre l'argent
qu'il avait confié à M. Cattoné.
A quatre heures de l'après-midi, l'assassin a été dirigé sur le Dépôt, sous la garde
de deux inspecteurs de la Sûreté générale.
C'est à ce moment que nous l'avons photographié. Il a été écroué immédiatement.
du

ET NOUVELLES

M

M. Delpierre, député de l'Oise, dont on avait
annoncé la démission de membre,du parti radical et radical-socialiste, rectifie cette information.
Il a donné sa démission de délégué au comité exécutif, mais il reste adhérent au parti
radical.
La statistique municipale a compté, pendant
la 41e semaine, 748 décès au lieu de î75 pendant la semaine précédente et au lieu de 796.
moyenne ordinaire de la saison. Les maladies
(épidémiques sont toujours rares.
Il vient de se fonder, sous le patronage du
ministre de l'instruction publique, une association nationale pour favoriser l'étude des
langues étrangères et allouer des bourses de
séjour à l'étranger. M. Géo Gérald, député, la
préside
On a de meilleures nouvelles de la santé de
M Maurice Berteaux. L'état du député de
Seine-et-Oise s'améliore très sensiblement de
jour en jour.
M. Léplne, qui ne recule devant rien, voulut
du Méhier visiter par lui-même les travaux
qui,
du
quai
tro dans cette partie de la ligne
de Gesvres, passe sous la Seine. Après'une
souterrain,
courte promenade dans ce caissoninondé,
s'est
copieusement
police,
de
préfet
la
des
l'état
satisfait
de
travaux.
très
retiré

FEUILLETON DU

« MATIN
ou 17 OCTOBRE 1908

»

LES AVENTURES
D'UN

Détective amateur
COMMEIT NE VINT MA V0CAT10R

Tout le monde a remarqué que dans lee
crimes sensationnels, méme lorsque les assassins sont arrêtés, que les débats en cour
d'assises ont eu lieu avec toute la publicité
possible, il reste toujours un point à éclaircir. A plus forte raison, lorsque les auteurs
de l'attentat sont deroeorés inconnus.
un crime épouvanIlya quelques années,
table a été commis. Tout se trouvait réanl
pourqu'il passionnât le public l'atrocité
du forfait, la personnalité de ceux qui en
avaient été les victimes, et qui étaient des
Parisiens très connus, très élégants et très
riches, dont ta chronique avait eu à s'occuper, déjà ù plusieurs reprises.
Dans le public pourtant, difîérentes repriaes, des noms avaient été prononcés, des
connus aussi, mais jamais,
noms de gensprésomptions
qui semblaient
malgré des
arrestation
n'avait
sérieuses,
des plus
une
Été opérée.
On prétendait que les assassins étaient
connus de la police, mais que de hautes in-

fluences empêchaient qu'on ne sévit contre

eux.

La curiosité qui s'était emparée de moi
à cette occasion fut si intense que je me
dis que jamais crime o$ parviendrait désormais & ma connaissance sans que j'en, eusse

Se &a mot.

On a commencé, hier, à discuter la tactique générale

du parti; M. Varenne a soutenu la thèse réformiste M. Vaillant la motion révolutionnaire;
les guesdistes ont combattu les tendances
anarchistes; M. Breton a préconisé
l'accord avec les radicaux

Ci a vos

La

salle est houleuse.

Toutes ces questions personnelles ont le
don d'énerver la salle, qui déferle comme
une mer en fune
contre la tribune, où le député du Cher continue, impassible, son plai-

Dépéche de no- tre tendance est nécessaire. l'unité perdrait de
Toulouse, lft octobre.
Dana un calme abso- sa force si nous disparaissions.
tre envoyé spécial.
lu, le congrès a abordé ce matin, sous 1 fa
RT. Vaillant défend la motion de la Seine.
présidence de M Marcel Sembat, la discus- M. Vaillant
défend ensuite la motion de la
sion de son ordre du jour.
touLa première question, je vous l'ai dit hier, Seine. Il en revendique tous les termes,
génégrève

est relative à l'action générale du parti. De
nombreux orateurs sont inscrits, et il faudra, certainement, deux au trois séances
les inscrits
pour la liquider. Je relève parmi
les noms de MM. Jaurès, Lafargue, Vaillant, Jobert, Aubriof, Lagardelle, Paul Constans, Allemàne.
Les réformes sont nécessaire.
C'est M. Tanger, de la Fédération de la
Seine, qui ouvre- la série des discours. En
termes mesurés, il défend la motion transactionnelle présentée au congrès de SaintDenis et qui obtint, on s'en souvient, 123
voix, contre 98 à la motion révolutionnaire
de Jobert et 80 à la motion réformiste dAu-

doyer.

S'appuyant sur un article de M. Gustave
Hervé, il demande au congrès de ne pas
mettre tous les bourgeois dans le même pa-

pour
électoral. I reconnüt pas la

ne
pour
Jaurès,
c'éécriture
de
large
présenterais pas devant fe corps
taient la plupart du temps Codet et Barthou
(BravOsprolongés sur divers bancs.)
Nous allons sur les champs de bataille élec- qui recopiaient l'ordre du jour. (Rire général.)
toraux comme sur tous les autres. Aussi' n'ac- Pourquoi avons-nous cédé, dans cette déléceptons-nous pas plus la, motion de ceux qui gation, la place aux progressistes ?
Je suis convaincu que, si la délégation avait
veulent faire de l'action parlementaire l'action prédominante que la motion de ceux qui continué ainsi, la politique que fait actuelleveulent faire de nous un reflet impuissant de ment Clemenceau n'aurait pas existé. Vous y
la C. G.JT. Dans ces conditions; nous serions reviendrez à la- politique du bloc.
ridiculiœs et nous n'aurions plus qu'à dispaNombreuses voix Non 1 Non 1
briot.
(Vifs applaudissements sur de nomraître.
Le réformisme triomphera.
Notre parti vent vivre et breux bancs.)
M. TANCER.
adoptant
agir. Il ne peut vivre et agir qu'en
député de la Seine conclut sur un apM. BRETON.
Le réformisme triomphera.
reculant pelLepressant
tous les moyens d'action et en ne
Sans
quoi
très
l'unité. Son succès est.
vous serez enserrés par la C. G. T.,
devant, aucun Les réformes sont nécessaires. grand.
présentera
qui
contre vous des candidats synmais Nies ne sont pas ou elles sont peu apdicalistes.
de verbiage révolutionnaire 1
Assez
Cinquante-six orateurs.
pliquées. Il rentre dans nos moyens d'action
Des réformes I ne serait-ce que de la poussière
de forcer la main aux partis bourgeois pour
La séance de l'après-midi est présidée par de réformes.
donc au
en obtenir l'application. Je demande
Groussier. Le nombre des orateurs ins- C'est par la discipline républicaine qne vous
congrès de voter une motion qui s'adapte aux M.
(Nouvelles rumeurs.)
crits
a grossi pendant le déjeuner. Ils sont existez.
exigences de la réalité.
Les
radicaux
aussi ont besoin de cette discicinquante-six. C'est une avalanche sous laTrès bien I Très bien
M. Jaurès.
pline
républicaine.
Vous savez bien que les
Il faut parler quelle le bureau est submergé. Pour éviter
M. LAFARGUE (guesdiste).
radicaux
peuvent
nous faire échouer presque
clairement. C'est d'autant plus important les froissements, M. Jaurès demande que les tous, de même
que les socialistes peuvent faire
qu'aujourd'hui il y a ici une fraction .nouvelle orateurs soient appelés par ordre -alphabébattre une cinquantaine de radicaux.
uvement du parti.
qui veut diriger le
tique de leur fédération. M. Jaurès, appar- M. Lauche.
Parlez-nous plutôt de la disLes guesdistes applaudissent longuement. tenant il la Fédération du Tarn, parlera cipline socialiste.
M. BRETON. Bien plus que les radicaux,
Celui qui va soutenir la donc un des derniers.
SI. Lafargue.
M.
l'Aisne)
s'ocLonguet (Fédération de
nous sommes obligés de respecter la discimotion antiparlementaire fut autrefois un
Sans quoi les trois quarts
démission
spécialement de la question du vote du pline républicaine.
chaud millerandiste et il donna sa
cupe
resteront
d'entre
sur le carreau. Ah je
fut exclu. (Bra- budget.
nous
avec éclat quand M. Millerand
bien
sais
cette
perspective
n'est pas pour
que
vos et rires sur les mêmes bancs.) Il faut'des
déplaire à certains éléments du parti qui prêL'action politique est indispensable.
députes socialistes au Parlement pour abattre
chent l'abstention électorale.
le régime capitaliste et faire échec aux diriM.
Paul
Constans
de
l'Allier)
(Fédération
crois
n'y
je
réformes,
pas,
geants. Quant aux
Par son attitude courageuse, M. Breton
ce- regrette que les différentes tendances du réussit à en imposer au congrès, qui écoute
comme à des panacées. Nous demandons
pendant toutes les réformes, même tes réfor- parti se manifestent de part et d'autre avec sa péroraison dans un calme relatif.
tant de violence. Il ajoute
mes bourgeoises.
La séance de l'après-midi se termine sur
d
instrueLes deux plus importantes, la loi
PAUL CONSTANS.
Le ministère Clemen- un long discours de M. Rappoport, délégué
tion obligatoire et la loi interdisant l'emploi M. est
plus
ceau
pour
nous
rosse que les autres. de la Fédération de la Creuse, qui, lui aussi,
des enfants au-dessous d'un certain âge, vien- C'est
néophyte
bourgeois,
un
nous direz-vous. fait le procès des procédés anarchiques de
nent de bourgeois opportunistes. C'est pour- Il
libertaire,
n'est-ce
pas
? (Rires et bra- certains groupements. Il est très soutenu
quoi nous disons aujourd'hui au parti radi- vos1.) C'est
raison
de
plus
pour nous de par la fraction guesdiste, cependant que les
cal « Vous, vous profitez des réformee, mais l'attaquer deune
mais
front,
n'est
ce
pas un motif fidèles d'Hervé l'interrompent à chaque
vous n'en faites pas.
réfugier
dans
attitude
stérile
pour nous
une
d'obtenir
des
cabinets bour- phrase.
et ne pas essayer
Il faut les réaliser.
geois toutes les améliorations possibles pour
M. Varenna (réformiste), prend ensuite la la classe ouvrière.
n'y a pas eu de troubles
Nous votons les réformes et nous sommes
parote
premiers à les proposer 1 Et il faut croire
dans le Congo français
La.Fédération de la Côte- les
M. VARENNE.
qu'elles gênent beaucoup les bourgeois puisd'Or m'a chargé de présenter des idées qui qu'ils s'y opposent avec opiniâtreté. Et vous,
trois mo- tant que vous n'aurez pas un prolétariat cons
nous sont communes. Elle a voté
trèt
nettes cient et organisé, vous ne ferez ni l'insurrecquestions
trois
tions qui posent
Un courrier, arrivé à Anvers, apportait hier
politique
?
du Congo français.
le
socialiste
est-il
parti
parti
i' répond
un
tion ni la grève générale. (Bruit sur les bancs de mauvaises nouvelles
atauraient
été capturés par
oui 2' quelle doit être son
Elle
Deux de nos agents
hervéistes.)
doit
être
Haute-Sangha,
et l'un
titude dans les élections 3* quelle
les indigènes dans la
Le vote du budget facultatif.
d'eux aurait même été massacré. Une imporson attitude dans les téformes 1
Le parti socialiste se propose-t-il la conquête
tante colonne, sous les ordres du commandes pouvoir publics par la libre pratique du
M. Albert Poulain (Fédération des Arden- dant Garniér, serait partie pour châtier les
suffrage universel ? Cette question se pose, nes) estime que les élus socialistes peuvent coupables.
puisqu'il y a ici une fraction antiparlemen- voter pour ou contre le budget, suivant les
Aucune nouvelle de ce genre n'est parvenue
cela,
répudions
Nous
taire.
au: circonstances.
pas, pour
ne
au ministère des colonies.
même
révolutionnaire.
d'action,
cun moyen
Au point de vue électoral, nous sommes parNous avons voté le
M. ALBERT POULAIN.
tisans de la discipline républicaine. Nous pro- budget fi n'y a pas bien longtemps.
Le conposons au parti de dire tout haut ce qu'en grès ferait donc sagement de se refuser sur
réalité il fait toujours. (Rumeur sur certains
point à une résolution impérative.
A
bancs.) Aux dernières élections municipales, 'ce
l'Aube)
Clévy
(Fédération
de
M.
se
prole comité exécutif du parti radical et radicalsocialiste a voté un blâme formel cjatre les nonce lui aussi contre les théories antipacomités du Nord qui n'avaient pas observé la triotiques.
Une mesure de rigueur est prise
discipline républicaine.
M. Laudier (Fédération du Cher) se rallie
contre le directeur de la santé
Au point de vue des réformés, nous deman- à la thèse exposée ce matin par M. Vaillant
dons au parti de nous dire ce qu'il entend il renonce à la parole.
faire. Les réformes, nous les avons tromises
Ainsi que le Matin l'annonçait hier, des
au cours des élections. Il faut tenir nos proM. Breton expose son cas.
poursuites sont décidées contre le capitaine
messes.
Le pacte d'unité.
Mais M. Breton, qui appartient à la même et le médecin de la France. D'autre part,
tient à exposer son cas person- pour un ensemble de faits administratifs, le
Le député du Puy-de-Dôme relève, avec fédération,
Il donne tout d'abord lecture d'une mo- président du conseil vient de prendre une
beaucoup de brio, ce qu'il y a d'exagéré nel.
tion, qui est l'apologie de la politique du mesure de rigueur contre le directeur du
dans les critiques de ses contradicteurs.
service sanitaire de Saint-Nazaire.
bloc.
Nous sommes le péril minisM. Varenne.
Voici les détails qu'a bien voulu nous dondemande,
c'est
térialiste ? On a mis en cause le pacte d'unité. M. BRETON, Ce que je vous
ner, au sujet des faits d'avant-hier, un haut
Si je croyais que notre tendance ne pourrait de revenir aux doctrines républicaines et dé- fonctionnaire
du ministère de l'intérieur
serais pai à cette mocratiques du parti. Durant de longues an- ? Vous n'ignorez pas que, lorsqu'un
pas vivre dans l'unité, je ne nombreux
nabancs.) nées, nous avons respecté la discipline réputribune. (Très bien 1 sur de
d'aport,
il
reçoit
tout
dans
arrive
vire
un
Quelle est l'action parlementaire que nous blicaine. Rappelez-vous les ordres du jour de
préconisons *? Nous aonnons notre concours confiance votés par Guesde au ministère Bour- bord la visite d'un. officier, sanitaire qui
prend connaissance de la patente, des luide la Chambre qui veulent les ré- geois (Bruit sur les bancs guesdistes.)
aux partisentendent
faire
ordres
du
les
aboutir.
les
jour
de
formes et
Rappetez-vous
con- vres de bord, après quoi il autorise ou recabinet
le
apporté
meilleur
tous
Comciment fiance votés par nous
M. Clemenceau a
au
fuse la libre pratique. Le médecin de la'
à l'unité que nous puissions espérer. Il nous bes Il y en avait cependant d'assez délicats France a déclaré qu'il n'y avait eu à bord
Nous pourrions nous tel que celui concernant l'intervention de l'ara mis en quarantaine.
espèce d'incident sanitaire, et que
opposer à cette tactique en coupant en deux mée dans les grèves. Marcel Sembat a écrit aucune
lui avons enlevé cent voix qu'à ce moment les révolutionnaires étaient seul un' homme était décédé en cours de
sa majorité. Nous
à gauche sur la question des syndicats de encore plus combistes que'les socialistes indé- route, par suite de tuberculose.
matelot Le Goff. décédé à
fonctionnaires, mais la politique du pire n'est pendants.
» Quant au
M Sembat. Je trouvais, en effet, que mes Saint-Nazaire, il avait déclaré lui-même au
pas du goût de tout le monde.
médecin de l'hôpital qu'il avait les fièvres
amis étaient trop comblâtes.
L'action directe.
reproche
d'avoir
On
.aussi
me
M. BRETON.
antérieurement à son débarquement, et
réformes sociales. Et le bien
des
groupe
le
créé
avait même été dispensé de tout serM. Varenne termine sur ces mots
groupe'd d'arbitrage 1 Et la franc-maçonnerie qu'il à bord. La justice
vice
va rechercher si le
M. VARENNE. A nos contradicteurs révolu- Les socialistes n'y fraternisent-ilspas avec les matelot décédé en cours de route était réeltionnaires, nous demandons ce qu'ils enten- bourgeois les plus réputés ? (Protestations sur lement atteint de tuberculose, ainsi
que les
dent faire. L'action directe, qu'est-ce que c'est
de la représentation propor- autres incidents sanitaires qui ont pu se
La grève générale ? L'insurrection 1 Qu'est-ce Et le groupe
socialistes
t
Les
tionnelle
y collaborent à la produire à bord.
le dire. Moi, je ne
que c'est Il faudra nous
le
dans
et
pays avec les réactionnaiIl n'y a d'ailleurs aucun danger de voir
veux pas de la grève eénérale sans grévistes. Chambre
militants.
plus
propager à Saint-Nazaire ou ait
(Vifs applaudissements.) Vous obtiendrez la res les
Il y a, dans le le fléauleseprofesseur
M. GRûussrEH. président.
grève générale si vous la proposez comme réChantemesse, qui été
de la classe bourgeoisie groupe de la R. P.. des hommes de tous les leursles lieux, est formel à cet égard. a
ponse à un attentat
»
sur
partis.
contre la classe ouvrière.
de
commission
la
l'hygiène
Ajoutons
quelques
n'y
très
que
Il
a que
raJe ne veux pas, non plus, de l'insurrection M BRETON, (Rumeurs
prolongées.;
publique de la Chambre, qui s'est réunie
radicaux.
de
lutte
la
à
batai,
je
res
ne veux pas
de manches
Un dernier exemple. Il y a dans le pays hier soir, a décidé d'envoyer une délégation
des « pétoirs à 3 fr. 75 contre le canon 1 l'Association
française pour la protection lé- à Saint-Nazaire, pour y faire une enquête.
applaudissements
unanimes.)
presque
(Vifs
travailleurs.
Tous les partis aussi y Cette délégation, qui quittera Paris incesdes
gale
Nous restons l'aile droite du parti, nous le
faut
être logique avec soi- samment,
représentés.
Il
sont
disons bien haut. Pendant que d'autres vont même. Votez
sera composée de MM. Villejean,
très
énertrès
nette,
motion
gardons
une
chimères,
les
dans
nous
Baudet, Delaunay, Delbet et Meslier.
se promener
le contact avec le prolétariat tout entier. No- gique, par laquelle vous défendrez à vos élus
je me croyais inutile au Parlement, je ne me

été

Il

LA FIEVRE JAUNE
SAINT-NAZAIRE

Je vais me faire policier f
bourgeoise, Mme Mélanie Martinet,
J'espérais ainsi donner un intérêt à ma riche
vivait séparée de son mari, rentra chez
vie et je m'aperças bientôt que je ne m'étais qui
elle, rue du Havre, vers une heure du mapas trompé.
tin.
t
J'avais, à ce moment an valet de cbamvenait
passer la soirée chez des
de
Elle
bre américain qui était plutôt pour moi un amis. Ces amis l'avaient
accompagnée juscompagnon et un aide qu'un domestique. Il qu'à sa porte. Elle avait sonné, était enm'était extrêmement dévoué. C'était un per- trée, et
ses amis l'avaient quittée après lui
sonnage froid, tlegmatique, à figure glabre, avoir souhaité
la bonsoir.ane dernière fois.
qui était aussi fort que moi à tous les genres
C'était une femme de quarante-cinq ans
d'exercices auxquels je m'adonnais et qui, environ,
encore jolie, ayant la taille élésouvent, m'avait vaincu.
gante, l'aspect timide.
Il avait mon âge, et sa vie était sans pasDans la maison, le gaz était éteint, et
sion.
elle se vit seule dans le vestibule obsH se nommait Harry Wilson, un nom très quand
cur, elle eut un peu
commun en Amérique.
Heureusement, elle avait une botte d'alluJe lui dis un matin, une fois ma résolu- mettes
bougies. Elle en enflamma une et se
dirigea vers la loge de la concierge, pour
t'embête, Hany
dire son nom comme le faisaient tous les loYes, air 1
Puis, elle monta l'escalier en s'éBien qu'il parlât très bien le français, 9 cataires.
clairant de temps en 'temps avec une alluavait l'habitude, que je n'avais pa encore lui mette.
faire perdre, de m'appeler sir et de répandre
Elle habitait le troisième étage et dans
n no il. ce que je lui disais.
par yes etétait
l'antichambre,
extrêmement peu bavard,
sa femme de chambre, JoséDu reste, il
il était rare que je puisse lui arracher au- phine Mouret. devait l'attendre. Cette pensée la rassurant, mais, quand elle fut sur son
tre chose que des monosyllabes.
aucune lumière dltrer sous
Il avait des traits assez fins, des yeux palier, elle ne vitfrayeur
la saisit.
qui ne manquaient pas de malice, et il n'é- la porte et une
mais elle pensa que
tait pas dénué d'intelligence. Hâtait doué Elle hésitait à entrer,
peut-être
dans l'appard'un sang-froid imperturbable. Rien ne l'é- la bonne se trouvait
tement et elle se décida à franchir la porte.
tonnait, rien ne le démontait
Tout était obscur. Le silence profond.
II ne fut donc pas du tout étonné quand
Aucune trace de Joséphine. Elle n'osa
îe loi dis
Sais-tu ce que nous suons faire. Har- pas refermer' la porte sur elle et appela.
d'une voix gui tremblait
ry, pour nous distraire ?
Joséphine Joséphine 1
Elle ne reçut aucune réponse.
De la police 1
Elle enflamma une allumette, chercha un
Yes, sir t
Quelques jours après, nous nous mimes bougeoir dans l'antichambre et n'en trouva
en campagne**
avait éteint le gaz et ne lui
Je devais débuter par l'affaire la plus

peur.

et

DE LA MARIE
IflJ Henry Michel, rapporteur de la
commission d'enquête sur la ce'-strophe de l'a iéna», expose
ses vues dans un > discours qui a occupé
toute la séance.

trouve monstrueux que dif-Je
férentes motions portent défense de faire alliance au second tour avec les meilleurs républicains.

trancade valeur locatrwtmposaJMe au tnr»40
la 2° catégorie.
Pour l'assiette de l'Impôt, le revena bs»i
deal'exploitant est déterminé en tenant compta
seulement de la traction de cette valeur loeatfve excédant 1.500 francs.
Ce revenu est évalué an anart de la valeur
locative lorsque- celle-ci ne dépassai pas 3,500francs, au tiers si elle est comprise éntre 3,500
et 5,000, à la moitié entre 5,000 et 7,500 francs,
aux deux tiers entre 7,500 et 10,000 francs. h

LES
ACCIDENTS

M. BRETON.

tes les résolutions, depuis la
rale, jusques et y compris l'action politique. nier il lui demande, comme conclusion, de
revenir à la politique du bloc.
M. VAILLANT. Nous ne tenons ni aux mots
M. BRETON. La délégation des gauches faini aux formules. Nous sommes un parti de
réalités. Pourquoi sommes-nous divisés ? sait de la bonne besogne à ce moment. C'était
Parce que chaque fraction considère quelle vous, n'est-ce pas Jaurès ? qui, neuf fois sur
et.
seule possède l'idéal socialiste. Pour moi, si I dix, rédigiez l'ordre du jour de confiance
qu'on
éviter des indiscrétions,

la plus mystérieuse qu'il fut posJ'étais jeune. J'avais trente ans à peine. étonnante,
et qui était bien faite pour
J'étais riche, j'étais vigoureux, agile, m'é- sible d'imaginer,
tant fait remarquer dans tous les genres de me mettre en goût
spores tir, natation, courses à pied, etc.,
J avais épuisé toutes les jouissances de
LE CADAVRE INCONNU
la vie. Une femme que j'adorais venait de
*mé trahir lâchement. Je m'ennuyais terriblement. Je songeais à la morphine, à l'opium, au suicide et tout il coup je me dis
par àôe brumeuse nuit de novembre, une

AU PALAIS-BOURBON

laure paLkxv
où collaboreront des bourgeois.
Voyez Allard, dans le Val, conférerai»**»
des radicaux notoires.
M. ALLABDi interrompant avec «menée.
Dans le Var, nous menons la lutte contre on
malfaiteur public Nous essaierons aéra»*
battre par tous les moyens, même, s'il te fiant,
avec l'élément réactionnaire.
M. BRETON. Si vous n'aviez pas fait revenir Clemenceau, vous n'auriez paa a dépla
rer et à combattre sa politique.
WUXMHII& UQ

Vendredi, jour d'interpellations, bien
mieux, d'interpellations sur les douloureuses catastrophes de notre marine, encore
présentes à la mémoire de tous, voilà qui
suffisait peur remplir les tribunes.
il faut le dire, il n'y eut point même affluence sur les bancs des députés.
Toute la séance fut prise par un long et
très documenté discours de M. Michel, rapporteur de la commission d'enquête de
l'léna. Ce fut un exposé très consciencieux
et dépourvu d'esprit de polémique qui, malgré l'aridité du sujet, força l'attention et le

de la Chambre.
Dès deux heures à la tribune, M. Henri
Michel expose les travaux de la commis-

sion parlementaire chargée par la Chambre
d'étudier, à la suite de la perte du Farfadet,
du Lutin et de l'Iéna, les causes de ces successives et douloureuses catastrophes.

l'égalité au-dessus de 10,000 francs.
'Enfin, le groupe a nommé une délégation!
composée de MM. Renard, Malvy, Péchadre,'
Pelisse, Becays et Maurice Roy, chargée de se'
rendre auprès du ministre des financés pour
le prier instamment d'accepter cet amendement.
M. Cainaax recevra aulourdTitd cette délégation.

TRIBUNAUX
Une rentrée tamultuense.
Le cliché classique « La rentrée des
cours et tribunaux s'est effectuée sans incident n, n'est pas de mise pour la journée
d'hier, à Paris. La solennité a été troublées
par quelque tapage.
A la Cour suprême, où, au milieu de nombreux agents de la Sûreté, se trouvait un
public restreint, c'est M. le procureur général Baudouin qui, d'une voix forte, a lu le
discours nécrologique consacré, à M. JeanPierre Manau.
Le magistrat narrait les actes de M. Manau sous la République de 1848 quand m*
jeune homme, qui se tenait dans le publie!
debout, cria
Et l'article 445 T Magistrats Indignes est
faussaires, qu'est-ce que vous en taites T
Quatre agents de la Sûreté se précipité-!
rent aussitôt sur le perturbateur et l'entraînèrent vivement hors de la salle d'audience. Le jeune homme eut le temps encore da
crier, d'une voix étranglée
Vous porterez toujours sur le visage la;
marque de votre infamie et de votre forfai-

après avoir décrit le plan de
la région de l'Iéna où se produisit la catastrophe, examine les différentes explications
qui ont été données de celle-ci.
Pour lui, d'après les dépositions des témoins, officiers ou matelots de l'Iéna, les
premières manifestations de l'explosion présentent tous les caractères de l'embrasement de la poudre B.
Les explications de la catastrophe par
l'explosion d'un projectile, d'une torpille, ture 1
l'influence de la télégraphie sans fil ou d'un
Cet incident bruyant n'empêcha pas M.
court-circuit, ne méritent pas d'être rete- Baudouin
de continuer sa lecture. Quant à
nues, pas plus que l'hypothèse de la mal- M. le président Ballot-Beaupré
et aux conveillance.
seillers,
ils
n'avaient
manifesté
aucune émoM. Michel ne croit pas non plus à l'im- tion. Leur seul geste fut de relever
la tête
prudence ou à la négligence. Reste l'hypo- et de regarder du côté du public quand
futhèse de l'inflammation spontanée d'une rent poussés les cris.
bande de poudre B.
La sortie du- public de la Cour suprême
M. Michel estime que les qualités de la s'effectua dans
un calme parfait.
poudre B ne doivent pas empêcher d'aperoevoir ses très réels défaits.
Enfin, concluant que l'hypothèse qui attriA la première chambre de la cour d'appel,
bue à la poudre B la cause de la catastrophe
présidée
doit être retenue, M. Michel supplie la
par M. le premier président Emile
Forichon,
le discours nécrologique que proChambre d'adopter les conclusions de la
commission O'enquête demandant la sup- nonça M. le procureur général Fabre et la
pression de la poudre noire et l'amélioration lecture de la mercuriale de M. l'avocat géen stabilité et en régularité des poudres B. néral Brouchot n'ont donné lieu à aucun inM. Michel en arrive alors à l'interpellation cident.
Quelques chiffres sont à relever dans la
qu'il a déposée sur la nouvelle et effroyable
mercuriale
de M. Brouchot.
catastrophe de la Couronne.
Au cours de l'année dernière, 25,464 afPour M. Michel, la responsabilité du défaires
ont été jugées. Il reste un arriéré de
partement ministériel parait lourdement engagée dans ce sinistre, qui coûta la vie de 12,068 affaires. Le chiffre des procès est en
hausse. Il y en a eu 1,435 de plus que l'anneuf de nos marins.
S'il est une chose étonnante, c'est que l'ac- née précédente.
Quant aux affaires criminelles, elles aussi
cident de la Couronne ne se soit pas produit
ont augmenté dans des ^proportions imporplus tût"
Alors qu'on met entre les mains d'un per- tantes. Il y a eu, en 1901, 437 affaires, dans
sonnel jeune, inexpérimenté, sujet à l'er- lesquelles ont été impliqués 695 accusés,
négligence, un matériel de com- soit, de plus que l'année précédente, 159 afreur et
bat aussi dangereux,' aucune condition de faires et 235 accusés.
Enfin, le conseil de l'ordre des avocats à
sécurité n'est prévue par le règlement. C'est
la
le cas dans la catastrophe du Latouche-Trécour de Paris a radié ou suspendu neuf
de ses membres.
ville.
M. Michel s'élève contre l'entraînement
intensif.
Les audiences solennelles de rentrée
Puis c'est, de sa bouche, la longue énu- étaient
à peine levées qu'un certain tumulte
mération des deuils récents de notre marine.
se produisit dans les couloirs du Palais, tuCe qu'il tient encore à signaler, c'est le man- multe
provoqué par la présence de jeunes
que de liaison et de coordination entre les gens, élégamment
vêtus, qui distribuaient
divers services, les marins, les ingénieurs, soit de petits cartons
portant,, au recto, le
les artilleurs qui s'ignorent et se jalousent. chiffre 445, et
le
verso La loi faussée'
Cest un cri d'alarme que pousse un patriote par ta Cour de sur
cassation pour réhabiliter le
et un républicain. M. Michel espère que ce juif Dreyfus. Article
445 du code d'instruccri la Chambré saura l'entendre.
criminelle^ soit un prospectus repréSéance aujourd'hui, à deux heures, pour tion
M. Ballot-Beaupré, « l'accusé
sentant
et
la suite des interpellations sur les catastro- contenant
le,texte d'une lettre à lui récemphes de la marine.
adressée
ment
par le commandant Cuignet.
A une heure, le calme était rétabli. Les
L'interdiction de l'absinthe.
prospectus et les cartons, jonchant les
MM. Joseph Reinach et Ferdinand Buisson dalles, attestaient seuls qu'une petite maniont déposé l'amendement suivant à la loi de festation venait d'avoir lieu.
finances de 1909
Ajoutons que le jeune homme, auteur du
38
bis.
A
partir
ARTICLE
du
lor janvier trouble à la Cour suprême, ayant été cona
fabrication,
la
circulation
1910, la
et la vente dujt au conrmissariat de police, a déclaré se
de la liqueur dite absinthe sont interdites dans nommer
Real del Sarte et être élève à l'Ecole
toute l'étendue du territoire de la France, de des beaux-arts. Il a été remis en liberté à la
l'Algérie et des colonies.
demande du procureur général Baudoin.
» Quiconque se sera rendu coupable d'infraction au paragraphe premier de l'article 38 bis
de la présente loi sera puni des peines portées
Le Palais de l'Ameublement.
à l'article premier de la loi du 5 août 1905 sur
la répression des fraudes dans la vente des
N'expédiée pas ses mobiliers contre rémdenrées alimentaires.
boursement.L'acheteur
paye après réception,
débit de boissons où il aura été vendu
D Tout
ayant la garantie de recevoir son choix.
de l'absinthe sera fermé pendant trois mois
en cas de récidive, la fermeture sera défini- Clt. Klein et de, 28, rue de Flandre, Paris.
M. Michel,

la

tive.

(Coinmuniqué.)

Informations parlementaires
Les bénéfices agricoles.
Le groupe de la défense paysanne s'est réuni
hier pour s'occuper du projet actuellement e'n
discussion et relatif à l'impôt sur le revenu.
Apres une assez longue discussion, il a pris
les décisions suivantes
1° Voter en faveur du principe de l'impôt sur
tous les revenus, y compris ceux de l'exploitation agricole
2° Adopter en principe l'amendement Renard sur l'article 37. qui modifie le mode d'évaluation des revenus de l'exploitation agri-

[n<

Troisième Salon dn Mobilier.
Demain dimanche, au Grand Palais, de
2 heures et demie d 5 heures, le 1& festival
du Salon du Mobilier sera consacré à une
audition du Trouvère, avec une interprétation de premier ordre. Le prix d'entrée
1 franc, donne droit au festival, à la visite
complète de l'exposition,au cinématographe
et, de plus, à un billet de la tombola du
Salon, dont le gros lot consiste en une villa
et 300 mètres de terrain sur la belle plage
tl'Armanville (Manche). (Communiqué.)
A

L'Administration Dufayel vend

Crédit.
abon-

par
cole.
nement,
même
prix
qu'au
comptant,
dans
au
Voici le texte de cet amendement
de
plus
sept
cents
magasins
de
Paris
et
de
soumis à l'impôt, au titre de la province. La brochure
« Sont seuls
explicative
est en60 catégorie, les exploitants propriétaires ou
locataires dont l'exploitation dépasse

1,500

avait même pas préparé son bougeoir com- tion passé, on se décida enfin à s'assurer
me d'habitude. Mme Martinet se dirigea si l'homme et la femme étaient morts.
Le premier était froid, mais Mme Martivers sa chambre, où elle trouverait une
lampe. Mais, comme elle en ouvrait la porte, net semblait respirer encore. On s'empressa
Eon allumette s'éteignit et elle se retrouva de la relever et de la transporter dans une
plongée dans l'obscurité.
pièce voisine, où on l'étendil sur un canapé,
Elle eut un petit cri involontaire, flt quel- pendant qu'un des locataires courait cherques pas dans la pièce, mais ses pieds s'em- cher un médecin et prévenir le commisbarrassèrent dans quelque chose de gros et saire de police.
Deux voisines restèrent auprès de Mme
de lourd qui la flt trébucher et tomber à
demi. Ayant baissé les mains pour retrou- Martinet pour lui donner leurs soins, penhommes revenaient dans la
ver son équilibre, ses doigts touchèrent un dant que les gisait
le cadavre de l'inconnu.
objet très froid et très velu, qui lui donna chambre où
C'était
homme
d'une cinquantaine d'anla sensation d'une tête humaine.
un
vêtu d'un complet d'étoffe anglaise de
La pauvre femme se redressa violem- nées
bonne
coupe, chaussé de bottines américaiment et poussa un cri si effrayant qu'il s'enIl était de forte corpulence, portait toute
tendit dans toute la maison, à ce qu'on ra- nes.barbe,
une barbe rousse très épaisse, et
conta ensuite, et qu'il réveilla en sursaut sa
le visage balafré de cicatrices. L'aptous les locataires endormis. Puis elle roula avait
parence était cossue. On remarqua qu'il
à terre évanouie.
avait au doigt un brillant de grande valeur
En un clin d'œil, toute la maison fut sens et
perle de prix étoilait sa cravate de
dessus dessous. Les voisins étaient sortis soieune
noire.
Quel était cet homme ? Il avait
sur leur carré, à demi vêtus, se deman- l'apparence d'un étranger, l'air d'un Améridant ce qui se passait. Ils avaient des lucam récemment débarqué. Le teint était bamières, et, en voyant la porte de Mme Mar- sané.
le teint d'un homme habitué à
tinet.toute grande ouverte, ils eurent l'im- vivre C'était
grand
air, dans des pays brûlées
au
pression qu'il s'était passé là quelque dra- de soleil
ou desséchés par les vents embrame. Mais ils n'osaient y énétrer, et l'un sés.
d'eux courut en toute haie prévenir le conOn ne trouva dans les poches aucun pacierge.
mais dans l'une d'elles un portefeuille,
pier,
Celui-ci se montra bientôt à demi vête,
contenant huit billets de banque de mille
l'air effaré
francs et la photographie du mort. Dans une
Ua drame chez Mme Martinet di- autre
poche, il avait
bourse en argent
sait-il tout essoufflé. Cette*dame vient de pleine de piècesy d'or etune
de menue monnaie.
rentrer Elle a dit son nom en passant de- Le commissaire se tourna vers le convant la loge 1
cierge.
Le concierge entra vivement et revint en
Vous ne connaissez pas cet homme î
bouleversé,s;
les
traits
semblant
arrière,
Je ne l'ai jamais vu.
en
proie à- une terreur folle 1
Comment était-il entré ?
bégayait
mots
des
Boité
Je ne sais pas, monsieur le commisIl
sans
A moi 1.Au secoure L.' Un drame 1 saire, je n'étais sans doute pas dans la loge.
Deux cadavres 1
A ce moment, on vint prévenir que Mme
Dans la chambre h coucher, on se trouva Martinet avait repris ses sens.
Le commissaire s'approcha, se fit conne.
en présence d'un étrange spectacle. Un
homme était à, terre, étendu, et sur son tre, et dit
Voyons, madame, tâchez de vous recorps était tombée Mme Martinet qui semmettre un peu et de nous donner quelques
blait morte aussi.
II n'y avait sur les deux corps aucu,ne explications sur ce qui s'est passé.
La pauvre femme parut chercher un instrace de blessure. Pas la moindre goutte de
tant et murmura
sang.
d'émo1 oui, j'ai ea bien^pear 1
Le premier moment de stupeur et

t

.Ah

voyée franco. (Communiqué.)

Vous avez trouvé
homme dans votre chambre à coucher un
?
Je ne sais pas, monsieur Joséphine
n'était pas là, je n'avais pas de lumière. Je
suis tombée, j'ai touché quelque chose de
froid.
Ainsi, dit le commissaire, l'homme était
mort déjà ?
Elle murmura, l'air hébété
Un homme 1
Oui, dit le Commissaire, un homme qui
avait pénjf|é chez vous et dont
je vais vous
montrer
Il sortit la photographie prise sur le
davre et la présenta à Mme Martinet. caJe ne connais pas cet homme.
Que venait-il faire chez vous ?

age.

Je ne sais pas.

Comment y a-t-il pénétré ?
Je ne sais pas
Le mystère devenait de plus en plus et..
farant, mais le commissaire n'insista pas.
Voilà ce que j'appris le lendemain par les

journaux.

Ils ne donnaient pas d'autres détails que
ceux que je viens de rapporter. Ils
savaient rien de plus. Personne ne savaitnerien,
Quel étrange et angoissant problème
Je m'y attelai tout de suite avec
ardeur extrême et je me sentis un telunedésir'
d'en trouver la solution que l'ennui qui
m'accablait disparut tout à coup et que je
trouvai qu'il faisait bon de vivre. 'Harry

était auprès de moi. 'Il m'avait apporté tous
les journaux que je lui avais lus il m'avait écoulé avec une attention extrême. Je
dis, quand ce fut fini
Il iaut que j'interroge cette femme, que
je sache queL est cet inconnu, que je retrouve la bonne, que j'aie l'explication enfla
de cette extraordinaire aventure.
Et je partis comme nn fou.

j)

TROISIÈME ÉDITION

DÉPÊCHES DE LA NUIT.

Il
1

CE QUE DISENT LE§ AUTRES

le président prononcera un discours à la Sorbonne, à Paris.
On ne connaît encore ni la date exacte ni
le sujet de ces conférences.
D'après ses projets actuels, Mme Roosevelt
ira rejoindre M. Roosevelt à Khartum, pour
l'accompagner dans son voyage dans le Nord.

NOUS

N'AWONS PAS BESOIN
DE LA MÉDIATION, DE

c3-écla,rezi-t

les

LE DÉFENSEUR DES

BxxlO"si^és

nement bulgare a renouvelé ses déclarations
Sofia, 16 octobre. Dépéche de notre en- pacifiques
à plusieurs diplomates. (Havas.)
La nouvelle, arrivée ce macoyé spécial.
tin, que la Turquie procède à une mobilisation partielle, a produit ici une impression LA TURQUIE
plutôt
PREND SES MESURES
On ne craint pas la guerre, en -eff et, en
et de la maBulgarie je parle de l'armée
beaucoup
regrettent
jorité de la nation et
je vous ai Les envois de matériel à la frontière contique projets d'ultimatum,étédont
ajourné par le
nuent on se prépare à toute éventualité.
fait part lundi dernier, ait
conseil de mardi.
Dépêche
actes
Constantinople, 16 octobre.
Enfin, on désire que les premiers
envoyé spécial. Au sujet des med'hostilité et on considère que lamoDUi- de notre
hommes du gousures militaires, tous les gouvernement
sation en est un viennent de la Turquie.
ocprojets vernement officiel et du
Peu de personnes s'occupent des
précéde la conférenceet presque tout le monde en culte confirment mes informations
dentes.
ignore même le programme.
Il n'y a pas de mobilisation proprement
lesParmi les hommes politiques avec plus dite,
mais des ordres ont été donnés à tous
quels j'ai conversé aujourd'hui, l'un des
les corps de troupes d'être prêts à se mobiconsidérables est M. Guentief, ancien micontinuent.
nistre et chef du parti stambouloviste, le liser, et les envois de matériel Gohier.
URBAIN
plus important des partis d'opposition

Dépéche particuoctobre.
l'apôaprès-midi,
lièré du « Malin n.
Cet
tre des sans-travail, M. Victor Grayson, a,
de nouveau, causé un incident à la Chambre des communes, qui a décidé de l'expulser jusqu'à la fin de la session.
La Chambre était en train de discuter la
loi sur les débitants de vins quand M. Grayson, interrompant les débats et s'adressant
au président, dit
Avant de continuerla discussion, je désire appeler l'attention de la Chambre sur le
fait que, comme je l'ai dit hier, des milliers
de gens meurent de faim dans les rues pendant que vous vous amusez à discuter ce
projet. (Cris A l'ordre !) Je refuse de me
taire. (Cris assis, assis.) Je vous mets au
défi de me faire taire.
Comme le président essaie de lui faire entendre raison au moyen des règlements, M.
Grayson s'écrie
Il m'est impossible de me soumettre à
vos règlements.
LE président. L'honorable député a r°fusé d'obéir à mes instructions. Je lui ordonne de quitter la Chambre pour le resoe
de la séance. (Applaudissements.)
M. Grayson persiste dans son refus.
Quelques altercations s'ensuivent. Finilement, M. Asquith, premier ministre, ponr
mettre fin à l'incident qui menace de continuer, dit
Je propose une motion tendant à ce
que le mandat de M. Grayson soit suspendu.
Le président propose ensuite l'ordre du
jour à la Chambre, qui est voté presque à

que serbe, ainsi que rexigerait la justice,
nous croyons et osons compter que les nations
prendront en considération les intérêts de la
Serbie, au moins dans cette mesure qu'on lui
rendra l'espoir d'un avenir meilleur en lui ac-

16

LA GRISE DES BALKANS

SANS-TRAVAIL

EST EXCLU DES COMMUNES
,LONDRES;

a traversTes~journ aux
PRESSE TURQUE

La Yeni Gazetta (organe dù grand vizir)
La Turquie doit fixer elle-même le programme de la conférence, qui doit se borner seulement aux qnestions bosniaque et bulgare.
Le Sdhuraimmet (organe du comité jeuneturc)
Dans le cas où le programme ne se bornerait pas aux questions bosniaque et bulgare,
!a Turquie n'y participerait pas car le programme élargi signifierait le partage de la
Turquie.
Pour l'annexion de la Bosnie, I'AutricheHongrie doit renoncer aux droits postaux et
à quelques droits de capitulations, et prendre
à son compte une partie de la dette d'Etat turque pour la Bosnie.

qui a créé une force de police locale, en remdes cipahis, dans nos établissements
français de l'Inde.
Un décret autorisant l'office postal de l'IndoChine de faire usage de coupons-réponse.
Un décret aux termes duquel M. Dujan, capitaine d'artillerie coloniale, est nommé administrateur de 3' classe des colonies.
1908,

placement

LES PARQUETS CIRÉS

Du Cri de Paris
Il s'agit de tous nos musées. La question
que je vais soulever paraîtra peut-être un peu
de

vulgaire, un peu terre à terre c'est le cas
le dire, car c'est des parquets que je veux par-

n'est pourtant pas une question in·
différente.
On cire beaucoup trop les parquets de nos
musées. Il faut faire des prodiges d'équilibre
pour s'y tenir. L'enthousiasme précipite-t-il
cordant de nouvelles garanties d'indépendanvos' pas dans la direction d'un chef-d'oeuvre
ce et de liberté. Les Serbes seront convaincus
patatras, vous voilà les quatre fers en l'air.
alors qu'ils ne sont pas abandonnés à la disJe connais des personnes âgées pour lescrétion d'ambitions pouvant naître soit à
quelles la contemplation des chefs-d'œuvre seVienne, soit dans un autre centre balkanique
rait la plus douce et la plus noble joie, qui
;ou non balkanique.
PRESSE AUTRICHIENNE
ne veulent plus s'aventurer dans nos musées.
Une dernière question, Excellence, quelle
Ne pourrait-on balayer simplement ces parLa Wiener Allgemeine Zeitunq
est votre opinion sur le programme de la conquets, les entretenir. sans les cirer. Un règleférence ?
De quelle nature pourraient être les compen- ment général s'impose.
Je serai bref, me répondit le ministre,
sations à la Serbie et au Monténégro ? Un
faire ce que la justice exige et ainsi sauver la
communiqué du ministère des affaires étranL'ACCIDENT DU « FRESNEL n
moralité des engagements internationaux.
gères
de
compensaLondres
déclare
que ces
Sans cela, tous les traités existants ou futurs
tions ne pourront pas être accordées aux dé- LA Rochelle. 16 octobre.
n'auront désormais aucun sens.
Dépêche partipens de la Turquie, et, en fait, qu'aurait-il culière du Blatin
est coulé
Fresnel
Le
D.
manqué de plus à la Turquie ?
mètres. Cet après-midi,
On croit, dans certains milieux diplomati- par un fond de huit
apercevait
la passerelle.
marée
basse,
à
on
ques, que l'on considère à Paris comme une
LA BOSNIE SE SOULÈVE
Percin,
de
l'amiral
mamatin,
Dès
compensation la construction du chemin de ritime,ces'est rendu subies lieux, à préfet
d'un
bord
fer du Danube à l'Adriatique par le syndicat
Il était accompagnéde M. Bertrand,
européen. Déjà, l'année dernière, l'Autriche- torpilleur.
principal.
Les premiers travaux de
ingénieur
Hongrie a consenti à la construction de ce déblaiement sont commencés,
On fait sauter un pont a la dynamite près
m'a dit
les scaphanchemin de fer, et c'est là, d'ailleurs, une af- driers font de nombreuses plongées
de
Serajevo.
et tout
BOYCOTTAGE
LE
Le
faire
Turquie.
qui
la
regarde'
tout
avant
•'•'
partis,
est
être
unaFresnel
de
le
distinction
renespérer
pourra
Le pays, sans
que
si fait
chemin
turc,
territoire
de
fer
le
traversera
dans
actuel
AUTRICHIENS
prochaine.
gouvernement
marée
le
floué
à une
nime à soutenir
DES
Saint-Péjtersbourg, 16 octobre. Le corbien que sa construction'ne serait, au fond,
nationale. Il n'y a pas un Bulrespondant
du
Novoîé
Vrémia,
à
Belta politique
qu'une compensation 'aua dépens de la Tufen
?
gare qui s'imagine qu'on puisselaremettre
confirme
grade,
des
désordres
sont
auie.
ASSASSINAT
que
se
de
Question ce qui est acquis par etvolonté
impression
produits
Bosnie.
Le
cette
donc
en
programme donne
La Porte répond à l'ambassadeur d'Autriche
la nation l'indépendance bulgare l'institula
conférence qui devait, à l'origine, ofIl
grand
de
rapporte
le
pont
de
Vranduk,
que
point
Au
que
souveraine.
peut .rien contre un mouvequ'elle
tion de la monarchie
ne
frir
des
compensations à la Turquie, ne se
unique communication avec Serajevo, a été l'unanimité.
notre indénational.
ment
vue européen, la proclamation dechange
préoccupe
guère des intérêts de la Turquie,
rien.
détruit au moyen de bombes, malgré une En quittant la Chambre, M. Grayson s'é- mais,
Hier soir, vers onze neures un quart, vis-àne
pendance ne lèse personne,puissances
tout
façdn
d'une
demande
contre,
la
31, boulevard de
par
que
vis du restaurant Achille,quelques,
crie
Qu'est-ce que cela fait aux
On mande de Cons- stricte surveillance.
VIrxNE, 16 octobre.
étonnante,
à
fait
compensations
des
pour
semaines,
déjà,
il
fut
y a
principauté devienne royauté et que nos agenPuisqu'il en est ainsi, je vais quitter la d'autres pays dont les intérêts n'ont Das été Clicliy, qui d'une rixe sanglante,
tout le pays ont lieu des collisions
Dans
15 octobre
tantinople,
le
u||j3
détona.
Turla
le théâtre
Chambre. Je me rends compte que ma di- lésés.
ces deviennent légations ? C'est avec
fait
d'Autriche-Hongrie
les
Bosniaques
et
les
soldats
entre
autriL'ambassadeur
a
homme,
détachangement
soudain
et
se
éclatait
un
tion
quie et la Turquie seule que ce
j'esbruyants.)
et
l'intégnité
(Rires
de
chiens.
(Havas.)
ministres
auprès
des
gagnera
cinq
aujourd'hui,
y
de
quatre
personou
chant d'un groupemoment discutaient violemLe Fremdenblatt
de forme nous amène à traiter certaines quesénerpère.
très
étrangères,
de
affaires
pas
rieur
des
et
un
comprenons
accessoires,
et
nes qui depuis
nous
ne
tions
l'émotion
«
A
fuyait en titubant pour vecris
de
Nous
espérons
fois
boycotbruit,
et
les
elles,
conférence
Etant
donné
le
que
du
une
sujet
que,
entre
serait
représentations
ment
giques
une
au
très bien comment ce
s'y
Turquie,
tas de briques voisin.
L'ALLEMAGNE
patriotique
calmée
APPUIE
dit
on
se sera
l'ordre
en
nir s'affaisser sur unautre
marchandises autrichiennes, au
européenne qui pourrait discuter les compenon ne peut entendre ce que
des
tage
individu qui, froidepolitide
notre
rendra
compte
l'histoire
d'un
suivi
que
Il était
le -député. Il quitte son siège et descend
sations que nous devrions à la Turquie et nous sujet de l'incident de Jaffa et surtout à cause
la poitrine, cors
L'AUTRICHE
dans
telle
été
Orient
passé
déchargea
dans
le
que ment lui
en
a
-y contraindre à les
quelques marches, puis, revenant subite- que
qui a frappé
décharger,
de
l'interdiction
de
trois
autres
avantageuse
devoir
être
coups de son
désicette
politique
semble
terre,
qu'il était par
ne
Nous n'avons pas demandé, nousd'arbitres.
s'écrie
arrière,
il
déclaré
ment
Il
autrichien.
Lloyd
calibre.
du
en
de
fort
navire
a
le
Pour
revolver
dans
l'avenir
la
Turquie.
mo- arme un
un
pour
pas
rons pas et nous n'acceptons
d'asChambre
CetteMZhambre
déjà le meurtrier
l'objet
est
étaient
lés
médébardeurs
du
une
la
mêlajt
la
anglaise,
ment,
semant
port
La scène fut si rapide que
presse
en
l'Europe
que
ne se
Guillaume
II
l'assurerait
à
François-Joseph
Je suis persuadé que si
trouvaient
qui
sassins
s'en
avec lui
se
fiance contre nous, empêche que l'on
pourrions négocier d'excitations et que cela pourrait avoir de
et les personnes
dans
lettre
autographe.
pas de nos affaires,lanous
la
courant
une
remontant
en
rende compte.
avaient disparu,
conséquences.
pacifiquement avec Turquie. Que demandegraves
s'être
embarrasGermain-Pilon,
sans
non
De notre côté, nous constatons que, dans sa. rue
qui cout-on en son nom Y-D'après les bruitslignes
La réponse a été qu'il n'y avait rien à faire
On attache ici une UN TRAIN PREND FEU
VIENNE, 16 octobre.
les cordes wntuura^t les
dans
jambes
politique
imprévue,
la
de
plutôt
phase
actuelle
les
sés
des
propriété
rent, le rachat de la
contre un mouvement national.
exceptionnelle
l'audience
terre-plein, lorsque des
à
spéimportance
du
voirie
de la Grande-Bretagne.en Orient a pour but travaux de
PÉRISSENT
Roumélie orientale.
l'af20
VOYAGEURS
répliqué
poursuivre.
l'ambassadeur
à
les
cela,
A
que
François-Joseph
songèrent
de prêter à nos actes, relativement à la Bos- passants
a acsur faire du déchargement deamarchandises n'a- ciale que l'empereur
La Turquie n'a aucun droit de propriété
pharmacie
voisine, la
dans
Transportée
une
cordée aujourd'hui à l'ambassadeur d'Allenie et à l'Herzégovine, le caractère d'un préfut déclaces lignes. Du jour où la Roumélie
avoir.
proféaussitôt,
expira
sans
guère victime
*«td P.-Q.).
de cette vait rien a faire avec irn mouvement natio- magne, M. de Tschirschky.
Dé- judice infligé à la Turquie. On ne peut préférée autonome, tout le domaine publicfer,
NewYork,
16
octobre
parole.
s'attendre, cependant, à ce que nous
rer une de police de la rue de La-RochefouL'ambassadeur est parti hier soir pour pêche particulière du Matin n.
a été nat, mais qu'elle constituait, seulement une
province, y compris les chemins de
téléOn
politimomentanées
de
la
Au poste
Rou
tendances
où la
démonstration du fait que certaines classes Budapest il a conféré ce matin avec le ba- graphie d'Alpena (Michigan) au n'ew Yorkrions les
transféré à l'autonomie. Du jour d'union
lui, un livret militaire
caud
de
tendance
permanente
on trouva sur
anglaise à la
noper étaient l'objet d'excitations. (Havas,y
que
mélie fut rattachée par un pacte
été
d'Aehrenthal
et
l'empeâgé de vingt-quatre
Kasiss,
reçu
a
par
Moïse
ron
Sun que les incendies de forêts qui, cetteItre politique en Orient, politique qui n'a ja- au nom de
public
sonnelle à la principauté, le domaineprésent
5,
l'après-midi.
de
Il
Alger.
une
heure
remis,
à
rue Adada. Il avait
ans demeurant
a
reur à
année,
tant
de ravages dans m/.És subi de variations.
déjà
causé
ont
suivi le transfert. Les lignes font à
militaires.
crédits
La
et
SkoupcMina
la
tête
apartie
un large trou béant
vote les
croit-on, à l'empereur la réponse de Guil- diverses parties des Etats-Unis, viennent
une balle dans
intégrante du domaine public de la Bulvoir
le cœur.
laissait
lettre dans laquelle le souveà la paitrine
Il
laume
ALLEMANDE
PRESSE
nouvelles
victimes.
faire
de
garie. érigée en
de
venait
de faire son
Dépéche
particuqui
octobre.
16
Belgrade,
encore
Ce jeune homme
austro-hongrois
annonçait
l'annexion
rain
nouvelles
Quant au tribut c'est autre chose. Le tribut
d'Alles
ler
effet,
de
Selon,
zouaves, habitait PaDans sa séance
reçues
en
service militaire au
Gazette
de Cologne
La
né- lière du « Matin n.
de
l'Herzégovine.
la
et
Bosnie
de
de la Roumélie a fait l'objet de plusieurs
où il était venu pour
mois,
revenant
quelques
de cherlaSkoupchtina a vole un cré- D'après des informations émanant d'une pena, un train de secours,
ris depuis
gociations; et le chiffre en a été par suite ré- l'après-midi,
important
de
plus
dans
de peintre en bâtiqu'il
profession
du
Ce
ce pro- y exercer sa
ya
mais cette dit extraordinaire pour la défense nationale, source hongroise digne de confiance, la let- cher, pour les amener ici, les hab,itants
qu'il
contient
Tout
renseignements
duit à environ deux millions
est
les
que nous
ne
pas.
ce
ment. D'après
de gramme
est
devenu
socialiste.
village
de
Metz,
1,
celle
d'un
141
voix
contre
en
cours
ottoman
trésor
le
pas
dans
par
trouve
dénuement
n'entre
qu'on
n'y
à
était
dans
il
est
il
Guillaume
contiendrait
d'abord,
recueillis,
un
somme
le route la proie de l'incendie et
tre de l'empereur
avons fréquentait des compatriotes
une vingtaine pas un mot d'une remarquer
garantie solennelle de l'état complet
qui sont
elle est directement versée à la caisse de la Actuellement, le crédit «ouvert pour la dé- passage que voici
des personnes qu'il transportait furent brû- de possession de la Turquie. C'est là, à notre en grand nombre à Montmartre et partageait
dette ottomane pour servir de gage aux créan- fense nationale s'élève à 66 millions de
L'Allemagne se tient avec fermeté aux cô- lées vives.
avis, une grosse faute/On pouvait croire que tantôt la chambre des uns, tantôt celle des
francs.
Si on considère que c'est là une quote-part
tés de V Autriche-Hongrie, non seulement en
On a de très vives inquiétudes sur le sort la Grande-Bretagne veillerait à ce que; dans
et
ottomane
la
dette
non
attaqué.
dans
viennois
Roumélie
V
alliance
£
mais
fût prévue une garantie quelJournaliste
de la
Un Algérien qui connaissait sa famille et
raison- de
encore parce que des habitants des villages de Metz, Pullaski, le programme,
avis
à
pourrait
l'avait aidé il
la
Turquie.
encore,
mon
de
possession
de
tribut,
J'état
on
pas un
conque de
qui tient un bar rue Duperré
tes intérêts des deux pays sont d'accord.
dernières
qui,
Millersburg
et
Posen
particulière
aux
Dépêche
VIENNE,
16
octobre.
avait écrit
Sans
frère
lui
doute,
nul
lalà-dessus.
été.
cette
négocier
Il n'en a rien
plusieurs reprises et son
dangereusement
très
nouvelles,
étaient
Serbie
milieux,
meplus
excitations
dit
gouvernement
d'autres
la
lettre
est
Malin
Les
Dans
à
d'aider
indu
désagréablement
le
très
prier
en
on
impressionnera
que
son rapatrie.
Vous voyez que
«
n.
la veille pour le
cune
nacés
flammes.
là-dessus.
les
prendre
Ce
n'est
semblent
Guillaume
donne
heureux,
moi.
à
l'empereur
Constantinople.
Il
l'Autriche-Hongrie
l'empereur
est
de
par
transigeant que
pas
contre
l'opinion à
emportant
train
de
autre
Un
d'un
d'ailleurs, que je lui ferai la guerre.
François-Joseph
l'assurance
appui
dicontre, que la question des Dardanelles Les circonstances dans lesquelles le crime
plus
secours,
caractère
de
plus
grave.
par
en
un
du
nous
programme ne
Les autres articles
été commis font supposer qu'il s'agit d'une
Un télégramme de Belgrade annonce, en plomatique et militaire qui sera accordé quelques médecins et de nombreux approvi- ait été écartée de la discussion.
a
qui a fait agir le meurregardent pas.
sionnements, est encore parti cet après- Les efforts ayant pour but de donner satis- vengeance et le mobile
restriction
Freie
de
Neue
correspondant
la
effet,
le
sans
que
Bulgarie
n'a
ancienne.
la
a
faction à la Turquie tiendront naturellement trier serait de date
En résumé, mon avis est que
Cet acte de l'empereur Guillaume fera dis- midi pour tacher d'arriver jusqu'à eur
et Presse a été aujourd'hui attaqué et frappé
aucunement à' s'occuper de la conférence
la plus grande place
cependant le dé- paraître les inquiétudes qui régnaient dans
police
affaila
foule.

pu
mêler
de
a
se
à
par
n'a
nos
l'Europe
Pour ce qui est de la suppression des capipas
que
certains
craignait
milieux
de
Vienne,

négol'on
de
encore'temps
qu'il
DERNIERS COURS ETRANGERS
est
crois
et des bureaux de poste étrangers,
Je
tulations
res.
CONGRÈS
la
TurSOCIALISTE
LE
Le journaliste qui voulait se rendre à Sem- que «Allemagne, dans le but de plaire aux
n'est la musique de l'avenir
cier et de s'entendre directement avecactuelleJeunes-Trucs,
ambibateau.
n'adoptât
attitude
quie, surtout avec le parti jeune-turc
escorte
On ne peut que dire, d'une façon générale,
conduit
liû. a été
au
une
sous
Londres.
à
Belgrade
ment au pouvoir.
et le mi- guë.
que c'est là une source de difficultés, et que
La légation d'Autriche
au'on
à
espérances
les
grandes
a
conçues
ce
Toulouse, 16 octobre. Dépêche de notre sujet,
Le ministres d'Autriche-Hongrie à Belnistre des affaires étrangères de Serbie sont
Par tit spécial.
AuLONDRES, 16 octobre
notamment en Turquie, ne -front vas
Je n'ai pas Besoin de vous faire ressortir
M. Delory préside la
affaire.
spécial.
envoyé
grade,
le
qui
conféré
aujourd'hui
été
à
la
cette
la
tendance
saisis
de
l'ouverture,
a
différenavec
à
a
jourd'hul,
réalisées.
quelles sont les. conformités et les
fermeté
s'est
orateurs,
deux
premiers
de
Les
séance
apparence
ne
de
nuit.
buron
mais
cette
d'Aehrenthal,
de
l'ordre
hausse
ne pas
a reçu
spéculateurs à la hausse n'ont
pas maintenue. Les
ces de ces déclarations avec celles de M. Made Francfort
MM. Faure, délégué de la Dordogne, et
interrompre
La
Gazette
rentrer
congé
de
et
son
pas
ne
les nouvelles relatisatisfaisantes
trouvé
assez
linoff.
pas
le
contre
Gard,
protestent
délégué
du
Rouge,
européenne
le
à
Belgrade
d'éviter
politique
et les conmoment
afin
situation
pour
que
Nous ignorons si l'Allemagne fera des ob. ves à lafinancières
Partout, c'est le même mot qui revient
LA SERBIE S'EN REMET
encouragé
l'optimisme.
n'ont
syndical'anarchie.
Le
de
pas
envahissant
flot
sa présence dans la capitale serbe ne donne
jections à certains points du programme de ditions
L'acte de Tirr'ovo est intangible ».
se sont d'ailleurs opérées
Des ventes considérablesprovince,
cependant,
révolutionnaire,
trouve
lisme
un
la
Russie
lieu
élaboré
et
l'An
à
manifestations
hostiles.
des
conférence
.pas
la
par
notamment dans
la
de
compte
A L'EUlipPE
le
défenseur dans la personne de M. Hubert gleterre. Mais il est tout clair que l'Allema- pour
(Times.)
sud-africaines. Toutefois, la baisse, en clôHENRI DES HOUX.
mines
les
à une conférence ture n'est pas, de façon générale. bien grave, l'aLagardelie, délégué de la Haute-Garonne.
gne ne pourra participer
cours contre un
I'Autriche-Hongrie
du début ayant protégé les
la
Turquie
et
Pas de compensations aux Serbes.
se sont vance excessif.
sonnes, dit M. Lagardelle, pour une que si
faiblesse accentuée
Bases possibles des négociations.
Néanmoins,
une
Nous
recul
adhérer.
prêtes
à
déclarées
y
M. Milovanovitch, ministre serbe des afmanifestée dans les fonds russes. D'autre part,
Le syndi- auparavant
pratique.
immédiatement
politique
16
octobre.
le grand-vizir s'estchemins
Vienne,
compréhensible
-que
Dépêche
particulière
très
11
est
sud-américains se sont montrés excepSofia, 16 octobre. J'apprends que, en ce
iair.es étrangères, interviewé par le
de
les
classes.
naturel de la lutte
l'organe
cat
est
connaissance
de
déplaisir
la
d'aujourd'hui
pris
les valeurs américaines ont
du
Matin
Les
journaux
ait
avec
tinnnellement fermes et Newu
».
correspondant dù~« Matiwn.
ouvriers
qui cornmunication que lui a faite l'ambassadeur bénéficié
des
n'y
syndicat,
il
qui concerne le chemin de fer d'Orient, le
Dans
le
que
a
Yo rit.
de
l'appui
de
bornent
à reproduire, à peu près sans
se
questions
des
changement à 84 7/8
entre
discutent
ougouvernement bulgare a pris la décision
finissent
que
sans
eux
Consolidés
ne
'd'Angleterre à Constantinople relativement Les
pavlicu- commentaires, le texte du programme de la vrières,
Dépéche
octobre.
16
(rimes.)
BELGRADE,
donne-t-il
15/16
à
le
syndicat
à
terme.
seul
et
S4
aussi,
aux
comptant
conférence,
la
de
suivante
car
ce
au
maprogramme
au
télégraphié
conférence
internationale
Le ministre depar ouvriers leur pleine valeur. (Applaudisse- gramme laisse très (-eu entrevoir l'amiti^pë
du «
New-York.
La Bulgare continuera à exploiter la ligne licie
res
étrangères,
gauche.)
MilovariQvitch,
Nous
les
tyqui
jusl'extrême
à
sommes
pour
agences.
ments
si bruyamment
dans les
pour ia Turquie,
Les affaires ont subi
sans introduire de changementsnettes
NEW-YORK 16 octobre.
indi- l'Angleterre
l'action
opposition
directe
à
austro-honQue
m'a
fait
les
le
gouvernement
l'action
gardé
le
silence,
inannées.
en
avait
qu'ici
dernières
pense
aujourd'hui,
à Wall street,
proclamée
accroissement,
il la
ces
tarifs. Elle reméttra les recettes
ureloue
politique.
et
démocratique
l'action
qu'est
rfete
évaluées
à
titres ensuivantesgrois
de
Angleterre
545.000
programme
?
qu'en
attache
étant
déclarations
même
téressantes
semble
on
transactions
Îes
ce
Il
compagnie.
l'entrée
donc
Readjng,
directe
eu
121,000
34.00C
L'action
suppose
Union,
153.000
à
l'amitié
de
la
d'importance
dont
des
haut
fonctionnaire
du
ministère
plus
Un
viron
beaucoup
Pacifie,
22,000
NorSouthern
révolutionnaires.
oiïïi
28,000
Mais elle désire cependant que les négominorités
Les dangers de guerre, lui demandai-je, affaires étrangères a bien voulu, à ce sujet, scène des
qui pourrait, le cas échéant, coûter fhtrn common
Russie,
ce
Milwaukee
et
21,000
Pacific
soient
entaciations pour l'achat de la ligne
existent-ils encore 7
Cette théorie n'est pas tout à fait du goût cher à la Turquie.
seules quelques va
faire
les déclarations suimatin
tenue a été irréqulière,
ce
me
rapidement
je
répondrai
question.
terminées
le
plus
intéressée
ceci
du
reste
et
A
cette
n'est
posvous
mées
d'animation.- Les
vives
pas
fait
répandent
L'Allemagne
ayant
preuve
qui
favorisées
guesdites,
des
en
se
Quand nous sont arrivées les nouvelles des vantes
ont été variables et les variations en
siblé.
directement au développement que vont pren- lEurs
mouvement irrégiilièref,.
protestations.
les moins-values étant Un
événements, vous avez été témoin de
sont
les affaires. Il est donc bon d'attendre avec future
dre
La Bulgarie n'entrera pas en relations di- derniers
termine
en
préconisant
la
Nous
communicaLagardelle
n'avons
pas,
les avances,
encore
reçu
M.
que
nombreuses
l'agitation
de
l'opinion
plus
de
publipourparlers
résultat des
engagés, peu Milwaukea sao-ne l point
et
le
calme
'du
1/2, le Jersey central
du
m'a-t-il
été
rétion
texte
rectes avec la Turquie relativement au chef- l'émotion
sabotage,
formes
toutes
programme,
ses
Le
Un danger grave se pré- pondu. D'ailleurs, le baron d'Aehrénthal se résistance sous
le traité de Berlin
évident
est
que
puisqu'il
que dans tout le pays.l'impression
point
l'Electric
3/4.
min de fer, mais depuis qu'elle accepte de seiitait,
douloureuse
boycottage, grève partielle, grève générale. ne sera revisé qu'avec l'assentiment de toutes l Le » Lackawantia perd 3 points,-le Canadian 1 1/8,
causé par
prendre la responsabilité des engagements que l'annexion de la Bosnie et de l'Herzégo trouve en ce moment à Budapest. Sans doute
l'Alton 1 point. le Big Four 1 point. (rimes.)
Et voilà pourquoi, dit un guesdiste, votre les ouissances signataires.
passera encore quelques jours avant que
de la compagnie, comme consêquencagle l'a- vine soulevait dans les sentiments patrioti- ille se
Rurfascnau
15 OCT 16 OCT.
15 OCT 16 OCt.
(pangermaniste)
fille est muette
gouvernement prenne une décision.
La Tsegliche
chat, les droits de propriété de la Turquie ques.'
Dondicol.
délégué
constate
M.
aussi,
Moi
les
milieux
politiques
à
Vienne
Dans
est
N.-Y.c.
H.R.
105 3/8. 104 5/S.
à 1 3/4
on
officielles faites au M Mcney 1 3/4S6 à55.2 14 80,
Dans telles circonstances, la guerre pou- d'avis
déclarations
les
seraient examinés et recevraient satisfacla
révolution
suis
de
le
Après
Gironde,
pour
K.-Y.Ont.W.
de
la
55.
41
I'Autriche-Hongrie
pourra
adhéW 3/4..
ne
Londres Bill 4
la
façon
jours
de
vait facilement éclater, sans doute et pour- rer au que
derniers
sur
des
faut
la
courant
compter
il
Pensviv.
ad.
120
Mais
S6
80.
3/8.
sur
4
123
7/8..
demain.
nous
tion après l'achat.
4
SG
85.
paragraphe
du
programme relatif aux
Cable transf
de discernement, personne
autrichien
gouvernements
et
alleIhilail. R. ao. 131 1/8. 131 3 8.
peu
tant,
avec
un
comprend
5
16
1/4
qui
des
1/4
16
voir
à
pas
encore
v.
les
compensations
paysanne,
ne
qui
rh«
Paris
Serbie et au masse
à accorder
En ce
concerne
pensé que la force militaire de la Ser- compensations
de Londres est inaccep- Atehï "-F 91 •/•• 90 US.. Soirtii. R. or. 22 1/8.. 22
exactement ce qu'est la grève générale. (Ap- mand, le programme
Monténégro.
accorder à la Turquie à la suite du change- n'aurait
succès se mesurer, avec celle de
Il constitue pour fait ctO'iio 98
Vienne.
et
pût
Berlin
97 1/8. Southern Tac. 104 3/8. 103 7/8.
bie
avec
rires.)
table pour provocation.
En effet, selon. thèse du gouvernement Dl abaissements et
ment du statut, la thèse bulgare semble être l'Autriche mais cette guerre n'aurait pas été
1/4. G. S. Steel C. 46 3/4, 46 5/è..
"5
S/S.
'76
Canad Pae
une Jeune-Turquie, elle
afleun dommage n'a été cauIT.S.S-C.P. 109 l2. 109 3/8..
M. Mistral annonce que la Fédération de Vienne
62
62
s'éS'
South
faite de la rétrocession des vilayets de Kur- -une guerre raisonnée, ayant,pour but la vic austro-hongrois,
la
pourra
à
Quant
qui
n'ont
à*ces
deux
le

aucunement
Union facac. 167
Chic
NW
tf
160
160
1/2
ralliée
de
la
Fédération
167 1/8.,
pays,
texte
désespérée d'un
l'Isère s'est
au
« Allah garde-moi de mes amis!
saline et de Bomak qui constituent une com- toire elle aurait été l'action
crier
Vab.-S'-L.f
1/2
12
3/4..
protester.
Il
saurait
donc
S8
12 3/4..
de
être
293/8..
droit
ncnïK
G
ne
ques- de la Seine dans ses parties principales. Il
menacé dans son indépendance et se
pensation suffisante. Cette rétrocession s'o- peuple
(catholique)
Germania
terre
7/S..
51
3/8.
accorder
des
30
51
1/2..
leur
compensations.
5/S..
'de
tion
La
31
IVfMIact
comme il peut contre les violences
cependant ses réserves sur l'action difait
Amalnam.
0"
75
7/8.
41
75
7JS..
péra il y a vingt-trois ans, après l'annexion défendant
3
S..
2m
Mln'augmente passes chances Eric
qu'il aura souffrir.
programme
Anacon.ia.0' 44 1/2. 433/4..
Le
138 3/8. 138
recte.
lllinois«IN
centr
de la Roumélie orientale.
d'une telle guerre est à présent
Calumet Heela 660
réunion d'une conférence.
655
106 12. 106
» Le danger
M. Héliès (Fédération de l'Ain et du Jura) de la conférence
LES CRETOIS ESPÈRENT
1350'
'On soutient que, en restituant à la Turguie écarté,
servirait
maintenant que la raison et le sang
à
permettre
Cuivre
13
un
MS.œnir:|l97
aux
auLa
préconise l'oeuvre de la coopération ouvrière
dépens
de
la
Turquie.
les territoires en question comptant de a0 à
From.liv.mal. 109 7/8. 110 1/2.
tres de s'engraisser aux
Col. Midd D. 9 20. 9 30.
et paysanné.
Caf.f.l!»7d.6
60,000 habitants, la Bulgarie donnera une
8
70.
6 l/V.
856.
Cot team
(conservateur)
devra faire aussitôt qu'elle
ta
Caf .f.Eio 7 p. 5 40. 5 40.
Post
S
64.
m.
8
50.
France,
l'arcompensation plus authentique que celle que nant ce 0 J'elle
dit-il,
à
M-ifr'l
Nous sommes, en
17S J.. Caf.f.Ri«3m. 5 35. 5 35.
e.i considération toutes les circons Ils escomptent l'approbation de l'annexion rière-garde sur le terrain économique. Assez
d'ici Ki cb-OilC. 17S
seront
l'Autriche a offerte en évacuant le sandjak,. aura pris
difficultés
encore
pas
ne
Les,
Duissances.
les
préparé
qu'elle
aura
tout ce qui lui
par
tances et
de métaphysique. Pensions longtemps écartées. Après les expériences r-ft S"-f J 8 50. 8 50. Sic.rJf.Mosc. 3 48 3 48.
et
politique
de
de Novi-Bazar.
réussite
la
de son action
nécessaire pour
à terre.
d'Algésiras et de La Haye, on ne peut pas From roux 109 1/8. 110
Ptttad. Pétr. 8 45. 8 45.
Il est difficile de croire que la Bulgarie re- est» Les conseils amicaux des grandes
Dépêche particu- maintenant aux choses terre
LA Canée, 16 octobre.
puisconsidérer
l'affaire
FrouùiY.itai.
toute
1)8.
de
l!nilecot.taf. 38
vouloir
38
109
(Fédération
îoa
de la nous en
fuserait d'accepter une proposition tendant sances, les témoignages de sympathie qui arri- lière du « Matin n. On ignore ici ce qui se
M. Ferdinand Faure
particulier.
Le
mieux,
enthousiasme
pour
Chicago.
d'une somme raisonnable com- vèrent de tous côtés en Serbie, spécialementde passe.
Loire), répondant à M. Lagardelle, dit que le sans peuple, est et restera toujours la pouau paiement
notre
parti
d'acroban'est pas un
la décideront. ayant confiance dans
63 31S..
le glaive affilé. Espérons que nos filé sur iéc.. 98 314. 100 3/8.|Ma!3 sur mai 63
me capitalisation du tribut de la Roumélie France,
Les consuls généraux se tiennent sur la parti socialisteles expériences
sèche
et
dre
les
et-dans
sympathies
droit
des
désastreuses
bon
puise
3/8.
Saind.
9
45.
blâme
103
s.
oct.
7/S.
9 40.
Il
son
les
ouverts.
102
orientale.*
mai.
tiennent
blé
tes.
yeux
sur
diplomates
plus grande réserve.
attendre
à
libérales,
patience
leur
63 3/4.ISair.<l.s.janY. 9 20. 9 12.
avec
'mais
1/8.
Villeneuve,
et
63
estime
celle
de
dcc.
sances
ici
l'on
répandue
sur
s'est
aurait
telles
L'idée
que
que
Les .Crétois espèrent que la conférence
La Zukunft (M. Maximilien Harden)
qu'une
sage politique réformiste est encore
l'intention de proposer une compensation décision.
d'Etat.
de la Bosnie et de l'Herzégo- sanctionnera leur coup
question
La
puissances occila meilleure.
très importante dont le paiement causerait vine, qui est. au point de vie de la vitalité des
LA
Le congrès imposé parroilesEdouard,
minuit.
prend,
fin
à
réunion
le
pendant longtemps des embarras aux finan- droits de notre peuple ayawt tout une question
ne sauLa
dentales, menées par
but que de relâcher les derserbe, est aussi, au point de vue des traités Ya-î-il eu ao complot
rait avoir d'autrealliance
ces bulgare, lTim.cs.)
gênante et de placer
niers liens d'une
internationaux, une question européenne. Il
situation incommodé,
NOUVELLES EN TROIS LIGNES v Allemagne dans une
Réponse négative au sujet du chemin de fer. est donc naturel que l'Europe soit appelée,
allemand
contre
FrançoisJoseph
?
l'empire
a une puissante
droit,
à
devoir
donner
c'est
Cependant
Le temps sera en.
son
11 a 'fait beau et
comme
son.
approvisionnements,
il
n'a
bons
de
et
chaud et beau.
armée
à
Paris.
core
chaud
Sofia, 16 octobre. Comme on pouvait le avis.
PARIS
invitation
qui
d'accepter
besoin
une
être
optimistes
au
Nous
pouvons
pas
bulgare
ne
le
gouvernement
donc
pas
réhier,
prévoir
D
a
tmtlaues
seaux d'eau et les détritus qui la mènerait sur un terrain peu sûr.
croire que le jugement européen sapondu aujourd'hui d'une façon négative aux point decomplètement
de nuit de la rue du Chà16-octobre.
à
l'asile
Plusieurs jour- flambaient
BUDAPEST,
droits
nationaux
tisfera
nos
l'Allemagne
de
propositions
de
et
furent
éteints.
récents
PRESSE FRANÇAISE
matin et du soir parlent sans pré- teau-des-Rentiers
du
jusqu'ici,
gâtés
»,
l'Europe,
ne
nous
a
pas
naux
«
à
l'Autriche-Hongrie tendant ce que la Bul- car il n'existe pas de peuple balkanique qui cision du bruit d'un complot contre l'empeDÉPARTEMENTS
garie cherche .d'abord à avoir le consente- ait reçu moins qu'elle de marques de sollici- rëurj-ro'. Le journal A Nap annonce que le
L'Eclair, M. ERNEST Judet
reprendra
le
26
octobre
chez
travail
si tendre intément de la Turquie avant d'entrer en négo- tude de l'Europe.
Quand Clemenceau portedeunConstantinople,
préfet de police, M. de Boda, a été reçu en les verriers de la vallée de la Bresle. L'ouBulgares
les
du
Grecs
ont
jusqu'ici
Compagnie
chemin
et
Les
révolutionnaires
la
eu
ciations avec
ae
secrète par l'empereur. Le comte vrier Pilon ne sera pas réintégré. (Tél.)
rêt aux
plus de bonheur devant les arbitres euro- audience
doutez pas qu'il n'ait son idée. La France
ter oriental. (Reuter.)
de
l'intérieur,
dément
à Montpellier entre M. Maurin et ne
Pugilat
mieux valu ne pas
péens. Nous ne l'attribuons pas à une sympa- Andrassy, ministre
paiera. Combien iL.eût
complot
et
dit
la
d'un
visite
bruit
de
le
que
qui
lui
député,
reprochait
d'amarquée
les
Grecs
les
BulRazimbaud,
plus
thie
et
dans
toute cette diplomaSofia.
envers
compromettre
Représentations à
M
nous
l'empereur
chez
avait
(Tél.)
Coda
sénateur.
Serbes,
le
les
tout
père
qu'envers
de
de bonne
M.
insulté
délai
reconnaître
parce
que
un
nous
son
gares
voir
sans
ti., foraine et
d'avoir
mérité
les
certitude
(Havas.)
motif.
Bulgarie
usaient
la
la
et
l'Autriche
sympa- autre
Dans les avons
CONSTAîjTiNOW-E, 16 octobre.
Arrivée à Bordeaux du capitaine Ybert, grâce que
autant
traité
l'Europe
les
1
Le
de
thies
de
force
Berautres
que
peude leur
sphères gouvernementales, on assure que ples balkaniques. »
qui som- légitimementindifférent,
survivant de l'équipage du Juanita,
puis
n'avons-nous
et
lin nous est
"ambassadeur de France aurait déclaré à la Peut-être la différence qui se fait sentir proLe baromètre conbra sur le banc de Terre-Neuve. (Tél.)
ROOSEVELT CHASSEUR
grande intérêt à ce que les
premiers
les
à descendre
ras
tinue
puissances,
les
à,
la
suite
toutes
Porte que
ETRANGER
vient-elle de ce que la question serbe est beaugénéral, cessent d'être chose saET
traités,
en
lentement
CONFÉRENCIER
sur les îles
de la dernière circulaire turque auraient fait coup plus difficile à résoudre que ne l'est la
des Berabers, à la front. crée et PerDétuelle t
Engagement
avec
ainsi
Britanniques
question grecque ou bulgare. Car ce r.'est pas
i. Sofia d'énergiques représentations.
25 morts -nous, 1
ont
ils
marncaine
tière
régions,
que sur nos
(Havas).
une question balkanique proprement dite,
et 5 sahariens \blessés. (D. p.)
lieutenant
où la température va
NOUVELLES
ÉCHOS
octobre.
&
17
Dépêche
Thermomètre
danubienne,
question
question
LONDRES,
particu.
mais une
une
qui
rester sensiblement
prit
à
la
part
Coupe
Le ballon Plauen,
d'Europe centrale et ce serait justement cela lière du « Matin Il. Le Times de ce matin
Le cabinet turc délibère.
12l
h.m.)
(7
la mêmes des pluies
Minimm
recueilli
la
dans mer du
Gordon-Bennett, a été
dans les moments diffi- dit
faire
devrait
qui
que,
(2
s.)
17°
h.
restent probables
aéronnutfe
Maximm
HulUD.p.)
sont arrivés à
Constantinople, t7 octobre, minuit 30.
Nord les
JOURNAL OFFICIEL »
ciles, le plus d'attention devrait lui ftre ac«
14°
dans l'ouest et le
Nous apprenons qu'après sa partie de chasLe conseil des ministres s'est réuni de bonne cordée. car, s'il arrivait, que le peuple serbe
militaire anglais est parvenu
L'aéropiane
nublie
1001
sud.
ce matin
au commencement de 1910. à s'enlever, mais ce fut pour retomber bientôt Le Journal officiel
fût négligé à ce point éternellement et aban- se en Afrique,viendra
heure dans la soirée et il» siège encore.
passer quelque temps et se briser complètement. (D. p.)
il se verrait forcé de se (M. Roosevelt
Remiremont, 16 octobre. La température
Un décret aux termes duquel M.
Intérieur
On croit savoir que les ministres discutent donné à lui-même,résolution
Angleterre.
promis
de
Il
faire
des
particulier
du
ministre est exceptionnelle. Le thermomètre marque
désespérée, dont en
cona
laisser aller à une
THÉÂTRES
Battre? chef du secrétariat
le résultat des négociations entre sir Edward les
l'université,
croit-on,
lui
général
de
Oxford,
et
secrétaire
à
2* classe
nommé
auraient leur répercussion férences
dit travail est
18a au-dessus de zéro. De divers points de la
8
heures
Faust,
à
l'Opéra,
soir,
de
M.
Annfel,
adGrey et Ni. Isvolsky, e certaines dépêches- non conséquences
remplacement
A
même
grade
ce
souvenir,
le,
honoDeux-Sèvres,
'conférera,
Balkans,
en
mais encore
.des
seulement dans les
en
région, on signale que les cerisiers sont en
1/2
le
8
Par
à
h.
retraite..
à
Béjazet,
par
la
l'empereur
arrivées aujourd'hui de Sofia.
à
Guillaume.
commencera
mis
donné
celui
on
raire que
dans l'Europe entière.
Colaula. Un ttâctet modifiant celui du 22 mai
Sedan les informations de Sofia, le gouver. Si l'on ne pouvait satisfaire l'opinion publiOutre les conférences qu'il lera à Oiloriit topluie de via uixtô.

agréable.

il

ler.

Ce

accorder.

royaume.

la

gager.

i

I"la

en

S

»'

61

TEMPÉRATURE

Le

n

#

Moyenne
Normale.

CONTES DES MILLE ET UN MATINS

Ut dans la rue. Iasa rentra precipitamment
le salon en hurlant

dans

-Ah

Un Coup de Revolver
Arturô s'époumonnait tour à tour à l'inierroger, à lui faire des reproches, à la supplier Olga se pelotonnait de plus en plus
sur le sopha, et maintenant elle se trouvait
presque entièrement cachée dans les plis
du grand manteau de velours bleu clair garni d'hermine, que,. contre son habitude, elle
n'avait pas laissé tomber à terre en entrant
dans le salon. Lisa, la femme de chambre,

avait veillé à entretenir'un bon feu, et
cependant, en entrant dans la pièce, elle
c'est une glacière,
avait dit Il Br.

br.
Elle n'avait même pas

Lfl VIE

signorina, je vous l'avais bien -dit
Je vous l'avais bien dit 1 de l'avais lu sur
sa figure qu'il marchait à la mort Quelle
horreur, mon Dieu Quelle catastrophe 1
Et Olga, qui s'était réveillée instantanément, courut la fenêtre, l'ouvrit d'un coup
et cria désespérément
Qu'asArturo Arturo cher Artnro
tu fait ?
Et lui, d'en bas
Rien, cara. J'avais compris que tu t'endormais et je voulais te réveiller.
J

KJ&4

Comment

se coiffer
cet hiver?

Roberto Bracco.

(l'rad.
v

FEWIP

J.. Demarès de Hill.)

(Reproduçtion interdite.)

TflEflTRES

&

425

DÉPOTS

L'Athénée annonce les six dernières du
Chant du cygne. La dernière matinée, qui
aura lieu demain, offrira le spectacle peu banal de réunir les élèves de nos grandes écoles
scientifiques qui doivent venir applaudir leur de
soigner toutes les maladies est remis ou
exquise camarade Jessy Cordier. directrice du
envoyé franco sur demande..
« Foyer scientifique », dans le Chant du cygne.
Arsène Lupin, de MM. Francis de Croisse
et Maurice Leblanc. passera dans le courant
de la semaine prochaine.

{

La Mutuelle de France

d

Est-il vrai que les bouclettes si seyantes et
si gracieuses vont disparaitre? Est-il exact de
le salon, ce soir
la
que l'ondulation nie sera plus àcheenlevé le voile constellé de paillettes d'or Pour compléter l'œuvre de protection de prétendre
mode et que tous les ornements dans les
l'enfance et réduire l'armée des apaches,
qui lui entourait la tête, à la manière des
veux seront supprimés ?
odalisques, et ses mains et ses bras étaient
M. Chérioux propose la création
La vérité est que jamais il n'y aura eu plus
d'orphelinats départementaux.
encore emprisonnés dans les longs gants
de luxe et de recherche artistique dans la coifConstitue à tous un capital espèces,,
gris perle qui lui montaient plus haut que
à la fure que la saison prochaine. Chaque femme
incombent
De
qui
tous
les
devoirs
permettant la création d'une dot, d'une
le coude., Parmi le duvet mousseux de la société, il n'en est pas de plus impérieux intelligente se coiffera, bien entendu, suivant
M. l'abbé Dubois, curé aux environs de renie viagère, etc^ par versements defourrure d'où émergeait à peine son petit que celui d'assurer à l'enfance une protec- sa physionomie et sa silhouette. Mais il est cer- Au Palais-Royal, la première de l'Heure de
bergère aura lieu à la fin du mois. M. Bar- Poitiers, était atteint d'une grave affection puis 6 francs par mois, faits pendant
nez relevé, le miroitement des paillettes et tion efficace. Or, si, en France, on a déjà taines règles générales sur lesquelles il con- la
ral
vient d'être engagé pour créer un des rôles de l'estomac. Il vomissait -tous les aliments
les bouclettes de cheveux blonds, luisaient fait beaucoup dans cet ordre d'idées, cer- vient d'être renseignées.
ik ans seulement, avec garantie en cas
principaux
dans la pièce nouvelle de M. Mau- qu'il prenait
J'avais
aussi,
dit-il,
une
deux petits yeux aux contours incertains, tains esprits pensent qu'il y a encore trop
La ligne fuyante et allongée s'appliquera
rice Ordonneau.
le re- d'enfants qui, échappant à
grande constipation et j'étais parfois 8 ou de décès.
aux pupilles d'un bleu vert, et dont attracliberty
la
suffisoie
légère
cheveux
tutelle
des
au
comme
une
10 jours sans pouvoir aller à la selle. J'étais
La Mutuelle de «France et des Cologard s était posé, comme par une
Chine des robes collansont
souple
crêpe
de
ils
dans
l'abandon
dont
demain
sante,
trouvent
matinées
Premières
annoncées
et
pour
au
pâleur"el
d'une
d'une maigreur extrêmes. nies, entreprise privée assujettie au
tion hypnotique, sur un groupe de grands les innocentes victimes la raison presque tes. Les cheveux s'onduleront toujours maie à dimanche :
Tandis
qu'en
bonne saute je suis d'un ca- contrôle de l'Etat, comptant plus de
éventails japonais qui ornaient la cloison op- excusable de se dévoyer, de devenir des va- très larges vagues. Les bouffants, sur les côThéâtre Réjane. Israël Renaissance, l'Emibk'iivoilinn?, j'étais devenu
posée, dans un encadrement d'étoffes fa- gabonds, voire d'es apaches.
très sensiblement de vo- gré théâtre Antoine, l'Oreille fendue Ambi- ractère doux et
tés,
augmenteront
trois cent mille adhérents, ayant réalisé
m'attristais
impressionnable
je
V AfriTrianon-Lyriaue,
il l'oxcAs
l'Agence
Legris
nées qui voulaient passer pour anciennes.
gu,
ligne
fuyante
lume,
leur
exagérant
Il
secourir
les
suffit
effet,
de
vers
tout en
pas, en
profondément sur mon sort et m'irritais aux près de 700 millions de francs de sousLa lampe pompéienne, aux vitraux colorés, fillesnemères, de
raie précise au milieu ou sur le caine.
la
La
crèches,
recourir
aux
nuque.
aux
balançait
dou- dispensaires,
moindres contrariétés perdant de plus en criptions dans ses branches vie et décès,;
qui pendait du plafond, se
garderies d'école, aux côté, qui faisait fureur ces derniers mois, Le théâtre des Arts donnera demain une plus
aux
ondoyants
reflets
la patience et le sang-froid, je devenais est de beaucoup la plus importante et la
les
envoyait
cement et
tombe en discrédit. Elle nécessitait d'ailleurs, unique matinée de Pantaloora (Pauline Chase),
cantines
scolaires.
parfois injuste et viod'une lumière finissante sur l'ameublement v· A tout ceci, un rouage important man- pour être jolie, une très opulente chevelure et et du Grand Soir- (Véra Sergine).
plus avantageuse des sociétés d'assuheure
à
cette
qui
avait,
rouge foncé du salon
postiche.
De
l'emploi
du
permettait
guère
l'assistance
c'est
à
l'enfance.
ne
que
heureux succès obte- rances mutuelles sur la vie.
tardive, un aspect sépulcral.
plus,
les bandeaux exigent un profil impeccaCelui
s'exprime
ainsi
n'est
qui
autre
que
Tous renseignements'' sont
Arturo, assis sur le bord d'un fauteuil M. Chérioux, président du conseil munici- ble. Aussi, tout en restant bas devant, les
nus par l'emploi de la
NOUVEAU-CIRQUE
AU
poudre de Charbon de ment adressés sur demande par le Siège
bas, d'une voix opiniâtre, tantôt irritée, tan- pal, qui, ayant étudié le fonctionnement de cheveux sont assez soulevés clans leur mouvet6t suppliante, tout le corps tendu en avant, l'internat pr,imaire, en a reconnu la doulou- ment en arrière, pour masquer la rae de par- Hier soir,
social, place de la République, Lyon, ou
on donnait, au Nouveau-Cirque,
A Poitiers et cn achcinsistait
lorsqu'elle
la première représentation de La Revue.
1 reuse insuffisance. L'internat primaire per- tage
à la Direction régionale, Î03, rue
tai un llacon.
Mais enfin, est-ce là une manière de 'met bien à la Ville de Paris et au départeLes chignons se nouent très bas, .vers la nn- j Les auteurs, MM. Codey et Trébia, sont
Quel(files Jicures- Lazare, Paris.
traiter un amant docile, doux, empressé, pa- ment de la Seine de placer quelques enfants que. Loin de disparaître, les bouclettes se mul- deux de nos meilleurs revuistes.
après
en avoir comtient et réellement amoureux ? Tu ne dis dans des institutions moyennant une som- tiplient. On en fait de volumineux chignons Le succès a été comnlet.
nnencé l'usage, j éau moins que me annuelle et par tête de 120 francs que postiches, montés en creux, d'une' légèreté" exLes scènes se succèdent dans un mouvement
pas un mot, pas un !^|ais
prousai un bien-ôti-e
j'entende ta voix. Tu me désoles, tu m'irri- doivent payer les parents ou ceux qui en trême et qui s'appliquent sur l'enroulement des ininterrompu de gaieté folle, mais toujours de
si marqué, si instantes, Olga, par ce mutisme obstiné. Au théâ- tiennent lieu. Mais, sur cent demandes, cheveux naturels, comme un dé sur un doigt. bon aloi.
OR
tané que je ne pouvais EMPRUNT RUSSE 3
La hatte est toujouis en faveur, mais il la
tre, tu as été gaie, charmante, spirituelle c'est à peine si on peut en ûccueillir favoraLa Revue est montée avec une profusion de
CIPi['\ Mon* alI(1..cfaut très longue, car elle se place très bas, trucs drolatiques et un luxe éblouissant d'acM. L'ABBÉ DUBOIS Y
avec tous. 'lu disais des choses exquises. blernent quatre ou cinq
parfois en turban. On l'emploie beaucoup avec cessoires et de costumés. Trois ballets des plus
Et, ,peine revenus, tout change. Depuis,
(DEUXIÈME ÉMISSION 1894)
Et
pris du Charbon de Belior: h forte dose, 3 et
Imaginer,
sauriez
vous
ne
vous
nous
impassivoilà
muette,
la
près d'une heure, te
réglés
Fonilloux
originaux,
le
maître
a
que
dit
M.
Chérioux.
combien
l'examen
de
tous
La Commission Impériale d'AmortisseRien entendu, avec ces grosses toques sur la pimpante musique du maestro Gauwin, •i cuillerées à bouche le matin et autant le
ble, insaisissable, immobile tu me laisses les dossiers est pénible. Ceux que l'on écarte
C'est
vie
signe
de
ment a procédé le le' octobre 1908 au tirage
tous aussi intéressants que ceux qu'on Louis XVI, qui sont très à la mode, il faut ont provoqué l'admiration générale.
me démener sans donner suis
sont
C'était
besoin
impéavidité.
moi'un
pour
des obligations de l'emprunt ci-dessus
pas devenu accepte. Il y a des familles de cinq à dix et une coiffure de même
à me demander si je ne
@-1-'interprétation réunit, avec la Groupe du
premières
cuillerées
firent
Les
rieux.
cesser
imbécile,
Pour soutenir la vaste toque, la coiffure s'é- cirque, quelques-uns des artistes les plus aiun onze enfants où le père ou la mère manque,
tout à coup un ramolli, un
les vomissements. Quatre jours après, ma
Les obligations sorties à ce tirage sont
vieux. crétin quelconque, un de ces lour- quand ce ne sont pas les deux, et auxquelles vasera sur les côtés. Les bords du chapeau més du nublic.
plus
constipation
si
opiniâtre
il
faut
faire
six
attendre
pendant
moins.
cessa
pour
ne
femmes
an
petites
un
de larges nattes, seront souledeaux importuns que les
reposeront
La commère, c'est la gracieuse Lise Fleuron, reparaître. Dès lors, je pus digérer les ni- remboursables à partir du 1er janvier 1909
une malheureuse place dans un internat. Et ves par des sur
les
flots
bouclettes,
guichets de la Banque de
gracieusesjcoiïime toi subissent à tant par puis,
de
surtout sur
en
le compère, le joyeux Kégiane puis Averino, ments,
a
l'internat
primaire,
l'admission
peut
fut
dégagea,
sommeil
tête
ne
mon
iL
tranma
se
tiendront
Berlin, chez MM. Mendelssohn &
l'Etat
mois, à condition qu'ils se
Barraceta, Babylas et Chocolat, un quatuor de meilleur et je
faire qu'entre six et dix ans. Cette institu- côtés et vers la nuque.
se
it
travailler
tire
et
mes
pus
J'ai
tousuffisamment.
calmes.
Certaines
femmes,
fait
dans

a
à
Paris,
chez MM. E. Hoskier & Co, Hotêtre
quilles et
tout
clowns sans pareils, ont particulièrement conpour
tion est donc loin de suffire au besoin social.
des
est
couleurs
Bientôt,
je
repris
convaincu
sermons.
tinguer & C"; il la Banque de Paris et des
jours cru te plaire j'étais même
Il n'est qu'un palliatif bénin. et il a trop sou- le ton, font en ce moment l'abandon de leurs tribué au succès de la Revue, que les specta- de l'embonpoint et aussi
humeur
bonne
motifs
ton
attirna
Sans
pourquoi
C'est
lourdes
avoir
les
m'aimais.
mêmes
vent le tort d'éveiller chez les pauvres gens
tresses.
que tu
teurs ont fort goûtée et chaleureusement ap- comme autrefois. Je continuai le traitement Pays-Bas, au 'Crédit Lyonnais- et au Compchatoir National d'Escompte
il Amsterdam.
un espoir irréalisable.
tude de ce soir m'étonne, m'agace, me
que la Fantine de Victor Hugo ou la Graziella plaudie.
consommai
mois
et
pendant
mon
pour
Le
rationnel
combler
laun
de
cette
moi
ciseaux
leurs
Lamartine,
livrent
de
moyen
elles
de
grine, me met hors
aux
La soirée, qui commence par une série de traitement quatre flacons de Charbon de chez MM. Lippmann, Rosenthal & C°
d'orphelinats
n'est
la
création
autre
afcune
que
Londres, à la Banque Russe pour le ComAprès une pause, il s'approcha d'elle
soyeuses toisons. Cela pour se permettre la numéros des plus attayants, se termine par les I3el.loc. Je
départementaux qui auraient la capacité lé- coiffure
espèce
depuis
toute
lors,
mange,
boucles,
Il
la
Récamier.
-tout
à
est Grandes eau.r du Nouveau-Cirque, une attrac- d'aliments
en
merce étranger et aux Succursales du Gréleur
gale
de
recueillir
les
faits
dons
legs
et
entièrement
la
j'ai
recouvré
en
et
vrai que cette auréole frisée, est fort seyante, tion unique, qui fera certainement sensation
dit Lyonnais et du Comptoir National d'EsTu as froid ? Dis tu as froid ?
faveur.
depuis
jamais
été
malade
santé
avoir
sans
velours,
du
plis
l'obtenir
d'autre
des
mais
il
semble
qu'on
compte de Paris il Copenhague, à la Banpeut
Dans la morbidesse
me
Je sais certes bien que pour réaliser une
cet hiver.
époque,
qui
il trois ans.
remonte
cette
main
fois
petite
qu'il
mille
mieux
ajouter
façon
à
trouver
encore
vaut
parvint
réjouir
enfants
telle o;uvre il faudra prévoir une dépense éleet
Voilà de quoi attirer et
il
une
et
que Privée de Copenhague, et à New- York,
déroba
quelques
bouclettes
naturels
chez MM. Baring Magoun & C°.
com- vée. Mais est-ce là un motif pour différer da- à 'ses cheveux
ganté4, qui, immédiatement, se
grandes personnes pendant de nombreuses reCharbon
B-eHoc,
dose
L'usage
de
du
sociale
vantage
la,
réalisation
d'une
faites
postiches
soigneusement
légèrement
mesure
Les obligations sorties à ce tirage doivent
et
1 présentations.
me une
après
bouche
chaque
de
à
cuillerées
à
2
3
aussi
ta-bonne
volonté,
reimpérieuse
Avec
de
des
si
grinçant
plus,
De
être munies de tous les coupons échéant
Tu es odieuse, fit-il en
que d'avoir recours aux ciseaux.
guérir
quelques
effet,
qui
faire
suffit,
l'aide
de
la
population,
saura
pour
en
avec
pas,
en
les
postiches
s'enlèvent
les
la
mode
et
après le 1er janvier 1909 dans le cas condents ^de rage.
passe,
MATINEESPOUR LA JEUNESSE
conseil"
généles
indispensables,
le
sacrifices
jours
plus
d'estomac,
même
les
les
anmaux
chambre
en ral de la Seine doit aboutir. Il appartient d'ail-, cheveux coupés ne se recollent pas.
traire le montant des coupons manquantes
Et il se mit à arpenter la
AU THEATRE FEMIN A
autre
remède.
rebelles
à
tout
plus
ciens
les
et
cheveux
des
Les
rubans
dans
les
pieds.
déduit du capital à rembourser.
frappant
ne se mettent
sera
d'élaborer en même temps
leurs
Parlement
au
dans
l'esagréable
sensation
produit
Il
demie,
heures
une
demain,
à
deux
seul
le
C'est
plus. Tout procédé qui tombe dans le comet
que
A 125 roubles or.– N" 751 775, 14051 –
si- la législation nécessaire.
Le bruit de ses pas rompait
digesaccélère
la
l'appétit,
de
donne
tomac,
théâtre
Fémina,
la
première
avoir
lieu,
d'adoit
nid
délaissé.
immédiatement
L
galon
de
tristesse
18725, i357G 43600. 54851 <–
14075,
18701
au
ce
e
lence qui, rempli de
mun est
constipation.
Il
est
disparaître
la
fait
et
tion
Chérioux
sait
fort
bien
surplus,
M.
Au
jeunesse.
si
matinées
la
Une
attendue des
d'or et d'argent, le ruban métallisé, remplace
pour
54875, 65426 65450, 93401 ,93 425, 93551
mants, où, d'habitude, les éclats de rire efd'estomac
pesanteurs
souverain
contre
les
départemencréation
d'orphelinats
la
générale
fut
donnée
avant-hier
répétition
s'emploie
crépitement
des
les
Il
satins
velours.
le
que
les
111850,
alternaient
105200, 111826
93575, 105176
surtout
en
frénés
et
avec
résultant
do
migraines
les
après
les
semaiquelques
réaliser
pluî
taux
peut
enfants
distinrepas,
les
des
en
de tous genres vont faire jeudi, et ce sont
se
ne
120750, 161476
161500, 176351
120726
baisers.
en turban. Les cercles
les
aigreurs,
digestions,
les
mauvaises
met
renmoins,
après
Mais
il
tout
avaient
veut,
qui
été
conviés
critiques
à
donner
suigués
détrois
d'un
ton
une
On
deux
486675,
s'arrêta,
et,
nes.
au
fureur.
183525,
186651
176375, 183501
et,
Tout à coup, il
en
un,
ou
de
affections
les
toutes
vois
et
nerveuses
depuis
vaine
première
proposition
restée
Voici
l'article
NoMile
de
215350, 216301
19G120 196150, 215326
vant leur nombre et la forme générale de la leur impression.
cidé, menaça
intestins.
l'estomac
et
des
adopter
à
prinfaire
le
coiffure,
deux
ta
zière
fini
nouveau
les
place
bandelettes,
à
240200,
tout
est
ans, en
217675, 240176
210325, 217651
Olga, si tu ne parles pas,
on
en
peut
faire
de
Belloc
Charbon
Le
que
l'adne
conseil
général,
laissant
à
suis
jo.
par
le
Et
cipe
joliment
amusée!
2G2025.
241250, 262001
je
entre nous. Tu as compris ? Tout est fini. ministration le soin de
grecque, à la Récamier. Rien ne sera plus ioli
« Je me suis
quelle
que soit 241226
aucun-mal,
et
jamais
du
bien
enfin
livrer
moi
je
aussi
vais
liment
coiffure
entièrement
rejetée
arrière,
aux
se
qu'une
271300,
contente parce que
N°° 271276
A 625 roubles or.
en
Elle se taisait,
dans
trouve
touOn
le
qu'on
dose
la
l'appliquer.
qui
de
aller,
prenne.
études
permettront

théâtre
avoir
et
flous
saurais
cheveux
extrêmement
les
ma289776
294401
je
papa
276875,
289800,
comme
276S51
restant
et
tous
un
Olga, je ne peux pas, ne
pas
pharmacies. Prix du flacon 2 francs. 294425, 300551
J'y
Et ce que c'est un joli théâtre
invraiquelques
doigts
front
maintenus
du
314875,
à
300575. 314851
serait-il
Et
de
toi.
par
man.
un
séparer
pas
ne
me
Préparation
Fjranc-Nohaiu^qV'
19, rue Jacob, Paris.
M.
d'abord
déentendu
flexible.
enrichie
pierres
ai
si
d'écaille
de
terminât
325100,
327376
bandeau
318725.
325076
liaison
318701
semblable que notre
se
COMMUNIQUÉS DE LA
Charimitations
du
voulu
faire
des
On
petit
la
maison)
et
puis
un
vioa
mardi
à
jeune
Disprécieuses.
327400, 328070 328100.
stupidement ? Parle. Remue-toi, enfin.
de Belloc mais elles sont inefficaces et
moi, si tu veux, des sottises que je ne méSuivant moi, ces bandelettes sont d'un chic loniste joliment fort et une petite chanteuse bonguérissent
Les listes numériques des Obligations de
produit
est
ce
parce
que
dessins
Rabier
pas,
Oh
les
de
drôle.
ne
joliment
et
parfait et' donnent la coiffure, comme à toute
cet emprunt sorties aux tirages antérieurs
rite pas, donne moi des coups, soufflette- j
Pour
éviter
préparer.
à
bien
très
difficile
Dfalade,
Courteline
la
saynète
de
Petit
artistique.
Il
le
réel
s'en
cachet
voudras,
plutôt
femme,
la
et
que
et non présentées au remboursement à la
moi, fais tout ce que, tu
un
l'étiquette
bien
regarder
du
si
toute
pièce
Labiche!
Sabouleu.r,
la
de
Et
erreur,
Maman
fera qui seront de véritables chefs-d'œuvre de
date 1" janvier 1909, sont délivrées gratuitede rester la, auprès de moi, froide et siMARIAGES
de
Belioc.
porte
le
flacon
jongleurs
joliment
nom
adroits,
avait
des.
il
puis
cercle,
soit
lc
qu'il
bijouterie.
Autre
statue
avantage
y
ment il l'Agence Impériale du Ministère des
lencieuse comme une
qui
peuvent
s'haLes
S.–
P.
ne
personnes
marinage
de
bien
prochain
entendu,
le
cinématographe,
On
et un conannonce
d'écaille simple ou orné de riches pierreries, un
Elle se taisait toujours.
de charbon Finances de Russie à Paris (40, r. d'Artois.)
poudre
de
la
àvaJer
bituer
,&
je
suis
Oh!
amusant!
joliment
crois
fixés
le
Je
tomberdans
me
guère
cours
commun.
Cependant, ses yeux, tout à l'heure
M. Georges de Vaissière, archiviste aux Archives ne peut
DE CONVERSION
3"/»%
Pourtant, je suis aussi diffi- pourront remplacer son usage par celui des
Mlle Marguerite Boucher que le rang de perles deviendra plus vite vul- joliment amusée
Paris.
mainte'nationales
de
étaient
avec
japonais,
les
éventails
sur
2
3
prenant
NozlftRF..p
Ê
Belioc,
de
Pastilles
général;
ou
pasfille
du
en
de MorlaiTicourt,
délicieux, surtout ixmr les cile que papa.
nant vagues, voilés., comme sans regard.
La Porrelle,i lieuteiiaut- gaire, mais il est
M. Julien
après
chaque
tilles
M1"
repas et toutes les fois
jeunes filles.
»
OlgaT je vais faire des folies Je sens coloncl avec Mme Marie Testart de La Neuville:
(ÉMISSION 1898),
la douleur se manifeste. Elles obtienque
critique musical, avec Mite
M Henri Prunièrœ,
A mon avis, la bandelette serait absolument
jeunesse
la
matinées
ma fêté en feu Ma raison n'y résistera Camllle
P.-S.
Les
ont
pour
dront les mômes effets salutaires et une guéLa Commission Impériale d'Amortissefille de l'examinateur honoraire d'ad- suffisante
esthétibien
plus
le
théâtre
jours
de
ffiet
jeudis
dimanclies,
Olga, si tu ne parles pas, si tu ne misslon Vast,
pas
pour
les
et
lieu
tous
à Saint-Cyr;
raison aussi certaine. Ces pastilles ne con- ment a procédé le 1°t octobre'1008 au tirage
aigrettes.
les
fleurs
les
ici
ter-'
drame
précises,
Mlle
et
souvent
théâjouer
trop
demie
vaisseau,
il
de
enseigne
heures
Kirsch,
avec
deux
bouges pas, va se
un
NI, Charles
que que
et
au
tes, à
pur. Il suffit de les des obligations de l'emprunt cri-dessus
Suzanne Doltçl, fille du maître de conférences à mal piquées ou trop lourdes. J'ai, du reste, tre Fémina. La première matinée sera donnée tiennent que du Charbon
rible
où clles se délitent nommé.
agronomique;
croire qu'elle sera adoptée par dimanche prochain. Prix des places: fauteuils,' mettre dans la bouche
lieu
de
tout
Elle ne bougea pas et ne prononça pas up l'institut
Mlle
vaisseau,
enseigne
de
d'avaler
la salive. Prix de
Paul
O'N'eill.
avec
d'elles-mêmes et
Les obligations sorties à ce tirage sont
Ni.
francs; loges, 4 francs. En location, i franc la boite 1 fr: 50.
mot.
Thérèse Rougon, fille de l'ancien ministre plAnipo- les vraies élégantes. J'en connais une qui s'est
remboursables a partir du 2/15 janvier 1909
déjà commandé tout un jeu de cercles, avec de plus par place.
Donc, c'est fini conclut-il en donnant
Paule
Poiileux- rubis
en Russie. aux guichets de la Banque ck
Ni. Yves Petit, éleveur, avec M)!e
d'autres
certains,
améthystes
petit
buchamodifiés
le
de
1"
poing
pour
de
violent
pour
Les
sont
sur
un
programmes
coup
un
fille de l'artiste peintre;
l'Etat il Berlin; chez MM. Mendelssohn &
l'effort. Nous Saint-Ange,
M Albert Rodanet, avocat à la cour, avec Mllo et aussi turquoises et topazes. Ceci afin de les que mois et complètement renouvelés le 15.
reau fragile qui craqua sous jamais
thermal .9 Casino C°, S. Bleichrœder et à la Direction de la
assortir à ses toilettes,
Mais Germaine Maisonneuve.
ne nous reverrons plus Plus
Disconto-Gesellschaft à Francfort-s/M., il
est-elle
si ses pierres sont vraies;
Heureuse
je veux te laisser un souvenir qui se graveDEUIL
la Cigalo, finales 'FRAKÇ3IS-J0SEPH.Eau purgative caîcral'e la plus activa. la Direction de ia Disconfo-Gesellschaft à
demain soir,
Aujourd'hui
et
jolies,
m
seraient
aussi
elles
fausses,
Je
toujours.
dans
mémoire
ta
veux
pour
jours do
ra
Paris, chez MM. de Rothschild frères à
dès championnats de boxe. Puls quelquesParis
On annonce la mort, à Tàge de soixanteprochaine
la
première
de
te laisser un souvenir dont tu ne pourras dix-neuf
la
avant
relâche
Londres, chez MM. N.M. Rothschild & Sons;
SYLVIANE.
ans, de M. Bernardin-Habay. OrgaDiable, fantaisie-revue à grand spectacle de MM.
jamais te délivrer. le remords 1
à Amsterdam, chez M-r L. Auerbach, et A
nisateur militant des premiers congrès ouLucien Boyer et Henri Gréjeis, dans laquelle Miles
Arluro disparut.
et
"Une
Bruxelles, chez M-r L. Lambert.
Alice Bonheur, Delmarès,. Debério, Alioo Glllet
M. Habay fut un de ceux qui menèrent
ciéespécialement,
engagés
Les battants de la porte d'entrée retenti- vriers,
Pougaud,
l'amusant
Les obligations sorties à ce tirage doivent
activement la campagne qui aboutit, ACADÉMIE
rôles.
-principaux
les
ront
rent avec un fracas lugubre. La femme de leàlus
BELLESLETTRES
être munies de tous les coupons échéant
DES INSCRIPTIONS ET
me genilt
à l'établissement des Bourses du
beaucoup dans ma profession de chanteur.
chambre entra dans le petit salon, les bras er«fe97, Estimantaprès
le 2/15 janvier 1909 dans le cas con,
les tendances actuelles
travail.
les
cordes
la
bien
aussi
gorge
journaux
sante,
sur
que
sur
étrantraire le montant des coupons manquante
Dans le courrier des spectacles (les
à l'esprit des promoteurs, il se
vocales, auxquelles elle a rendu toute la souplesse et
revue-féerie
Signorina. signorina. il signer Arluro contraires
de
la
Pa«
Paris-Voyeur,
lit
on
l'écart L'Académie n fixé vendredi 30 octobre la date gers,
tenait, depuis quelques années,
la sonorité voulues, j'ai retrouvéma voix."
sera déduit du capital à rembourser.
est le plus joli spectacle voir sa troupe
risiana,
est parti comme un fou Je lui ai dit du
nu
R. GAUTHIER. Villiers (Eure). 5/1/06.
mouvement ouvrier.
de la présentation des titres des candidats au fau- joue avec un ensemble merveilleux. Sans comPourquoi
nouveau
?
donc
de
a-t-il
Qu'y
35900, 51361 51380,
28940, .35881
28921
:<
Dans cette conjoncture, ou la prompte
de membre tltuiairo vacant par. suite du dé- mentaires.
teuil
de
mort
la
soir
?

allez-vous
On
restez-vous
annonce
pas ce
55580. 81001
81020. 91261 –91280,
guérison d'un mal de gorge s'impose,cela
55561
ne.
cès de Ni. Barbier da Meynard.
extraordinaire
SCOTT,
l'Emulsion
le
prix
d'acheter
décidé
bien
ensuite
vaut
que
à une pareille heure ? 'n Et lui, d'une voix
Elle
républicain
du
Pasa
101200,
109981
110000, 117081
sénateur
101181
M. Bouilliez,
Bordin, de la valeur de 3,oco francs. sera décerné,
Que sa grande puissance et l'execllenct
terrible, m'a répondu « Je vais me tuer 1
178220
120780, 178201
117100, 120761
de sa fabrication mettent bien au-dessus
ouvrage imprimé sur l'Ulstoirp
en 1011 au meilleur
Signôrina, je vous le dis en conscience, il
émulsions
qui
sont
3385
de
toutes
les
autres
1684,
publié
d'académie
la
péâge
dans
inspecteur
N«»
1681
Gibault,
du
750
roubles
A
Henri
moyen
(!•• l'arcUéolojçle
or.
morue"
pécheur
la
Le
vente.
le
janjanvier
19OS
1"
avec
et
en
est capable de le faire, non pas une fois, deM.l'Aude.
le
1"
entre
comprise
riode
7520, 10129 10132.
3588, 7517
extérieure, assure la
sur l'enveloppe
Métropolitain.
mais dix fois si l'idée lui est entrée dans
Le
SCOTT
guérit
guérison.
La
roubles
N0" 1005 1006, 1859
A 15Û0
or.
montre la photographie
On .annonce la mort, à Beaumont-sur- M Saiomon Relnach
186ÔT
la tAtA,
2334, 3521
1909 1910, 2333
Echantillon franco contre 6,56 cent. -*pn,
d'une admirable miniature du Florentin Attavante
A la séance mensuelle de la commission du
Oise, du médecin major 4© territoriale De- conservée
du Havre.
à
Delouchc
Cte,
Olga, les yeux fermés, grogna
timbres-poste
ulressés
et
5477 5478,
4771
4772,
au muséefait
3522,
3933
3934,
genéd'un missel daté de Métropolitain. M. Bienvenue, inspecteur
partie
356, rue St-Honoié (a-j.resot>,Paris.
miniature
neuve
Cette
7618, 10087 10088,
5517 -v- 5518, 7017
Mon Dieu 1 que vous êtes assommants,
est repro- ral, a fait adopter un nouveau prolonKeinent
14S'i Comme le Baptême de Verrocchio
Arnold,
Jacques
M.
Danúbe-Palaisde
obsèques
concro£e
d
aplace
Les
7,
du
tnus Toi non plus, tu ne t'aperçois pas que
duit sur l'encadrement, on peut en maire puis, de la ligne n°
auront
-lieu
demain
domicile,
qu'Att,avanto fut l'élève de ce
bord
Royal. Cette ligne devrait déjà être prolongée
dormir.
décédé
22400,
21420, 22599
Laisse-moi
19343 19314. 21419
sommeil
son
en
j'ai
est
la
date,
Ignorait
sendont
Baptême,
on
Ville.
La
10.
que
le
àïl
Hôtel
de
Rochechouart,
du
Palais-Rosai
nom'
1/2,
3
h.
à
dimanche,
24771
24772,
26135
26136,
23149
23150,
rue
Lisa leva les épaules et sortit pour aller
de l'éteMre encore pdr le
-r
décidé
mission
Mont:parnasse.
citnetière
L'inhumation au
27344.
26233
26234, 27343
Lasteyrle continue la lecture do son mé- boulevarda Morland, le boulevard Henri-IV. la
préparer le lit,
Grandheu
et
Wiirmscr.
moire
sur
Saiilt-I'hilbert
de
Cohen
Arnold,Gros.
de
l'église
familles
A ce moment, un coup de revolver reten-, Des
Les badauds se retournaient sur le pas- Bernes, que portait son grand-père materVillon comprit qu'il était perdu. 11 vousourire.
eut
Le
sire
blêmir
un
de
morbide
venait
MATIN
ses
pâleur
Une
DU Il
nel, et, comme son grand-père, nous le nom-*
lui fit signe de prendre sage du cortège.
lut
il,
Mais
Loys
et
Villon.
voulait
sauver
comprit
voulait
11
dire.
que
ce
cela
traits. Qu'est-ce que
merons panetier du roy
Mais Villon eut une surprise.
DU 17 OCTOBRE 1908
poète. le large. Mais le petit clerc était déjà saisi
craignait
ce
et
rie;
pas
était
armé,
ricana
Le poète
Et se penchant vers Jehanne de Bernes
Au bas de la rue Saint-Jacques, au lieu de
enpar les sergents, et bientôt, tous t'deux,
Il(,% C'est monseigneur ae Groslny Aussi, tirant sa dague
N'est-ce pas, ma mie
Chûhommes d'armes, attachés tourner à gauche, pour les enfermer au
cadrés
les
dis-tu
régler,
par
compte
t.n
Sûrement,
rencontre
ne
vous
Comme on se
Jehanne de Bernes lui baisait les mains.
compris
leurs chevaux, durent retourner vers telet, ainsi qu'il s'y attendait, voici que les Mais
sur
vois
Je
avez
Bon
vous
trouver

Votre
que
à
attendiez
le roy retira vivement son bras,"et s'anous
pus
vous
sergents prirent à droite.
poète
Paris.
lo
manteau,
rouillant
lit,
sous
son
nouvelles
des
doute
attend
Seigneurie
sans
dressant à la grosse Marigot
Où les conduisait-on 1
de lame, aiguiLoys avait l'âme heureuse on ne le pende Paris ? Je vais pouvoir lui en donner de tira une courte merci, large
Et toi, ma commère, que dois-je faire
Bientôt, il comprit;
le
d'embrasser
il
Côtés,
et
sire.
lui
permet.tre
sur
des
deux
rua
drait
point
se
oôe
sans
1"
toutes fraîches
Oh prenait le chemin des tournettes. on pour te remercier ?
Mais
une dernière fois sa douce Guillemette.
Le sire .ne se méprit point au ton gogue- disant
Toute heureuse, sire, d'avoir pu vous
menait au rov 1
peine le poète roulait en son esprit de farouches lesPourquoi
recevoir
la
félon
Tu
poète.
Ah
nard
être
vas
utile
du
XV*
SIÈCLE
cela
en quoi que ce soit
CHRONIQUE DU
pensées.
trahison
Mais le roy souriant
Et le poète fut intrigué.
Loys était là Avait-il réussi, ou bien ce de ta
sol
Pris
le
roula
Groslay
choc,
sur
le
Sous
empêché
le
clerc
de
avait-il
effet,.
ce
royal
Je te donne Villon, ^et veux qu'il soit
En
fut
château
des
bien au
maudit Villon
maaQit
était
Groslay
qui
C'était
la
lui
prêt
à
ce
lame,
encore
levait
endéjà
Tourhelles que la troupe mit pied à terre. ton époux Je le doterai
sa
crime, lui dessillant les yeux ? Villon
perpétrer
son
éprouvé
joie
avait
Ah
il
effort
de
tout.
BRINGER
d'un
une
quand,
RODOLPHE
'cause
La grosse Margot éclata de rire, mais
D'abord, une bien bonne nouvelle, qui foncer dans ta gorge,
Là, des valets s'emparèrent de Loys et du
s'éS'il
courte
mais
bien
et
le
voir'mort,
l'étreinte,
à
ne
de
tira
ce
Groslay
se
poète, et, par des couloirs, les conduisirent Villon fit une assez laide grimace la réva réjouir Votre Seigneurie Sa Majesté se puissant,
n'avaient
s'ils
leur
route,
trouvé
poète.
tait
pas
sur
le
de
son
menacer
tour
à
fut
porte le mieux du monde
dans une chambre lambrissée dont ils refer- compense du roy ne lui agréait point 1
aurait
les
le
guet
ne
perdu
leur
temps,
sans
Mais tout a coup
Vraiment fit le sire en pâlissant de
mèrent là porte sur eux.
Loys avait assisté, muet de peur, à cette doute
surpris.
pas
de
GrosIl ne reste plus qu'à récompenser ;ce
plus eu plus.
«cèno de mort. La présence du sire
Et tout il coup Villon poussa un cri de
Malédiction
1
Ah
il
quand
Mais,
Groslay
de
suivant ses métrites fit le roy.
l'avait
glacé
terreur.
DÉXOUEMEtt
stupéfaction.
La grosse Margot était devant
Mais ce n'est pas la faute de ce bon Noë, lay
vie
tremCe
n'était
certes
Mur
pas
que
sa
Inutile, sire répartit le poète.
son père d'adop- blait Villon. Que lui importait
lui, et à ses côtés Guillemette et une autre
Pendu.
qui fort proprement a tenté de l'assassiner vit le danger que courait
(suite)
court
le
pensée,
tira
il
Que veux-tu dire
Pries, arrête, conduit au Châtelet, avec mon tion, rapide comme la tous les escholiers, il Bah La belle affaire Déjà il avait vu de femme qu'il ne connaissait point, mais qu'il
Le sire de Groslay a payé sa dette.
pauvre petM Loys, ils seraient tous deux poignard que, comme et, jusqu'à la garde, près la potence, gracié au moment où le lui ifemblait bien avoir vue, jadis.
Villon sentit sa haine lui monter au cer- pendus
Ouais! Serait-il mort ?
portait à sa ceinture,
Marigot fit le poète.
n'avais
je
pris
heure,
si
soin
à
cette
col
Mais
corde
attachait
la
lui
bourreau
au
apeuré.
pâlit,
veau, et Loys
Et bien mort Son cadavre gtt à Juvisy,
le plongea dans le dos du sire.
Guillemette s'était jetée dan§ les bras du
retirer des griffes du hourreau 1
de
ce
victime
innocent,
petit
Loys,
pauvre
Cependant, le sire interrogeait anxieux, de les
reletenta
de
se
Groslay poussa un cri,
comme pourront en témoigner les sergents,
petit clerc émerveillé
Vous!
damné
bandit,
de
ce
wer,
l'hôtelier:
le
sol
lourdement,
il
roula
qui m'ont fait une belle peur en m'àrrétant'!
sur
puis,
Moi-même, messire ? Et j'espère que
Loys Mon aimé
grâce
ferait
an
1
Le
C'était
la
venant

pas
personne
roy
ne
donc
Il ne passe
Et qui l'a tué ï
Mais déjà Loys était saisi par l'autre
leur
Qui
prouverait
dire.
vous allez me remercier de vous avoir con- il était mort.
beau
On
aurait
Paris
-Lui!
Cela avait été si rapide que les gens de raison ? Margot elle-même, pas plus que dame, qui le couvrait de caresses, disant
un serviteur comme ce Noë, bien qu'à
Non; monseigneur, répondait l'autre. servé bsure
Et Villon montra Lotis.
Mon fils C'est toi Je te retrouve
je 'ne donnerais pas une maille l'auberge ne s'étaient même pas dérangé de Guillemette, ne pourraient attendrir le roy 1
Mais, à ce moment, un voièt survint, cette
Brave enfant ût le rov.
Après si longtemps
de sa peau!1
leur ordinaire occupation. Le cri de Groslay Tout était bien fini 1
Et il hocha la tête,. s
les avertit qu'il se passaitquelque chose, et
Le poète était éberlué.
piquaient
s'appuyer
hàtaient,
leurs
Gr,oslay
dut
sergents
à
sire
la
Les
bien
qui
ont
Le
de
se
7 Il

deux
voyageurs
Eh bien, sire, dit la grosse Marsfnt,
y a
tonnelle.
mysla
heureuse,
Margot
expliqua
coururent
Toute
ils
vers
défaillir.
hâte
de
montrer
ce
dans
la
montures,
table
capitale
1
de
pas
comme
derevenir
la
ne
pour
l'air
croirez-vous aux oracles.
Déjà Villon s'était relevé, et il pressait au grand prévost qu'ils avaient fait dili- tère, et elle avait à peine fini, quand le roy, maintenant
Il avait échoué.
Enfin! fit Groslay.
vait-on pas dit que je mettrais le royaume
dans la salle.
Noë pris, on connaissait sa félonie. D'ail- Loys sur son cœur. Mais; voyant un ca- gence et que les coupables n'avaient pas eu à son tour, entraperdu,
A part lui, il murmura
mais le roy sourit de France,il deux doigts de sa perte, et
Villon se crut
leurs, le roy ne devait-il pas faire courir davre par terre, les ruraux crièrent à l'aide. le temps d'aller bien loin.Pins,
Je vais savoir
Ils arrivèrent bientôt à
Merci, mon compère, tu as fait là de la vous manqueriez d'être assassiné par votre
à cette mêJuste à ce moment, une troupe de serEt il se dirigeait vers la tonnelle où Vil- après lni Et depuis longtemps i Malédic- gents
passaient sur la route, galopant à me porte Saint-Jacques, que le poète et Loys belle besogne Comment te montrerai-je fils Paix là 1 fit le
tion 1
ton et Loys venaient de déjeuner.
roy en fronçant le souravaient franchie quelques heures aupara- mes grâces ?
Groslay se promettait d'interroger ces. Mais il ne fallaït pas rester là II fallait
Mais, sans attendre de réponse, il se tourAux clameurs des gens de l'auberge, ils vant.
deux voyageurs. Si le jeune clerc et Noë fuir au plus vite 1 Et déjà, sans un mot,
Et tout bas il grommela
l'auberge.
Mais voici que, comme la troupe traver- na, regarda I<oys, eut un sourire
avaient réussi, cela devait se savoir Pour- il virait les talons, preste, quand Villon le s'arrêtèrentluiet envahirent
n'ai plus rien à craindre du dauJe
qui
fit-il
cria
celui
simplement.
C'est
Villari
a
fière
mine
C'est
s'approcha
Il
homme
du
le
.rejoindre.
Enpoterne,
déjà
la
venu
sait
serait
tant, Noë
un
retint d'un coin de son manteau
phin, cette heure 1 il faudra que je le rapEt à Guillemette
chef des sergents et lui dit quelques mots à
Holà Est-ce ainsi que l'on quitte une paraissait leur chef.
fin, ses inquiétudes allaient prendre fin.
C'est donc celui-là que tu avais choisi ? pelle, un de ces jours 1
Et, avant que le poète eût pu faire une l'oreille.
Et il pénétra sous le berceau de verdure. aussi bonne compagnie que la nôtre ?
La petite ne répondit que par un hocheLe capitaine eut l'air surpris.
Et, comme Groslay se dégageait, la forte mouvement, il était saisi et garotté par les
ment de tête.
Ce sont les ordres !'fit l'autre.
Villon et Loye.
sergents, partis de Paris, il y avait deux
main du poète s'abattit sur son épaule
Eh bien je te le donne lui fit le roy.
On obéira1
N'avons-nous pas un petit compte à ré- heures à peine, sur l'ordre que Tristan leur
Et il commanda de se remettre en route. Et nous lui donnerons le titre de comte de
avait donné.
.gler

et

les

Colonies

>

gratuite-

existe.

toque.

1

et

l'importante baisse de prix à "1a Pharmacie
Centrale du Nord, la plus vaste du monde,
132 et 134, rue Lafavette, Paris. Le nouveau
catalogue illustré de 220 pages, série M,
contcnant tous les prix réduits et la manière

Pour l'Enfance

i ifJJI 1

place ae ia JBa&uue et le r ouuuuqi->nuiu-au- STÉ LAITIÈRE
tolne.
Les inondés de la me de RîvoH.
On se rappelle l'inondation que Drovoqua,
INDISCRÉTIONS
COMMUNIQUÉS
il y a quelques mois, rue de Rivoli, la ruoture
d'une conduite d'eau. La responsabilité de la
LAIT CHAQUE service] EFFORTS
sinistrés
lui
de
Paris
les
Ville
engagée,
étant
Ce soir, à l'Opéra, Faust, pour la rentrée de
le paiement de leurs dommages,
SPECIAL PWUCUUERS
JOUR
Mme MaMe Kousnietzoff (Marguerite) et de réclamèrent
garanti
le
la
chargea
préfet
de
Seine
que
une comM. Muratore (Faust).
mission de fixer. Cette commission est sur le
point de terminer ses travaux. Le montant des
indemnités à verser par la Ville de Paris n'atTuberculose
des
Au théâtre Sarah-Bernhardt
du Lut vendu
intégral.
••
Les Révodtés, la pièce dont nous avons an- teindra pas loin d'un million.
estif7diçuee. ETABLES desVaches
noncé la mise en répétitions, a pour auteurs
MM. Henri Gain et Edouard Adenis.
Les principaux rôles seront interprétés par LE LIVRE DES FAMILLES
MM. Henry Krauss, Deeœur, Mmes Rosni-Derys et Hélène Cerda.
Les lecteurs seront heureux d'apprendre

1

Saint-

style.

aux

souris.

la

les

VIE MONDAINE

de

MltT^niVn

Laryngite

très

Â~L'HOTELJ)E VILLE

SCOTT

de

TON

LauDiiuiu du nu]

l

7

que



Vous!

A TRAVERS PARIS

Un coup manqué. Un jeune homme de
quinze ans, correctement vêtu, se présentai
hier matin chez la concierge d'un immeuble
de la rue Washington et la priait de lui indiquer l'appartement de Mlle Rolland. Il
monta, sonna et tendit à la bonne une quit* « Lévêque », vingt ans, se disant pâtissier,
6. rue Dussoubs
Adrien Pornin, dit « La
tance de loyer.'
24
Je viens toucher le terme, de la part de Bonbonne garçon marchant de vin,
Montmartre,
la propriétaire, ajouta-t-il.
et Joseph Tournier, dit
rue
Mlle Rolland 'fut très étonnée, ayant payé « Le Vieux », quarante-huit ans, employé
son loyer la veille elle examina la qmt- de commerce, rue Gambey.
Avec des cartes à jouer qu'ils « maquiltance et constata que le chiffre en était
laient
inexact. Elle fct alors appeler le concierge.
» en les rendant concaves ou conabandonné
la
loge
avait-il
celui-ci
A peine
vexes, ils gagnaient à coup sûr au jeu dit
qu'un vieillard, à la barbe de-neige, y péné^ des « petits paquets ». Cest ce qu'en d'autres termes on appelle l'escroquerie Il à la
Ira
Vous avez à louer un appartement sur graisse
Cela porte à huit le nombre -de ces vola cour ? Je voudrais le visiter.
leurs arrêtés depuis quinze jours. Et l'épuMais la concierge flaira quelque piège
pensa-t-elle,
veut m'éloigner,
pour ration va continuer.

:•

On
cambrioler!.

D'autre part, elle n'avait pas vu sans
étonnement la fraîcheur singulière des traits
du vieillard.
Je ne puis, en ce moment, répondit-elle.
Je suis seule
L'autre insista, mais en vain
Repassez dans l'après-midi
Le jeune encaisseur, cependant, avait été
conduit au commissariat du Roule- Interrogé, il dit se nommer Louis Jansen. domicilié 24, avenue du Polygone, à Vincennes.
J'ai rencontré hier, ajouta-t-il, avenue
des Champs-Elysées, un monsieur qui m'a
prié d'aller toucher ses loyers. Je devais lui
rendre Fargent à deux heures, au Rond-

Braves femmes

1- Pauvres marchandes

la journée, elles ont réalisé un bénéfice de
trois à trois francs cinquante.
Eh bien malgré ces maigres ressources,
ces courageuses femmes donnent en ce moment un bien bel exemple de solidarité.
Depuis mercredi dernier, au nombre de
quatre-vingts environ, elles prélèvent quotidiennement quelques sous sur leur recette
pour venir en aide à l'une des leurs, Mme
Point
Giroux, âgée de soixante ans, demeurant,
l'heure indiquée, un inspecteur s'em- 58, rue Quincampoix.
busquait à cet endroit. Le propriétaire
Cette infortunée sexagénaire a perdu sa
négligea de paraître.
fille il y. huit jours, et elle est tombée maM. Baube, peu. satisfait de ses déclara-1 lade avec trois petits enfants à nourrir.
tiens, a consigné Louis Jansen à sa disposi- Et ces braves femmes n'en restent pas. la.
Elles «nt envoyé une délégation à M. Lépine afin de liu demander un secours pour
«La Moule n, camelot, n'aime pas la mu- Mme Giroux.
sique.
Le préfet de police leur a promis d'examiPaul Moulard, dit La Moule n,
camelot bavard, domicilié rue des Chaufour- ner leur requête avec bienveillance.
niers, débitait des romans .populaires devant une foule attentive, boulevard de Belleville. Il vantait dans un jargon sonore les
PETITS FAITS-DIVEFfë
prouesses de Mandrin et les amours de
Fanfan-la-Tulipe. C'était là la seule, la
Julien Wilmes qui. Il a trois jours, poivraie, la bonne littérature qui attendrit les gnarda, rue Belgrand, uneyjeune
bonne, Mlle
belles-mères et fait palpiter les coeurs 1
Stelnmetz, a subi hier, devant M. Leydet, un
En voulez-vous ? En voulez-vous ? interrogatoire d'identité. Wilmes, qui prétend
avoir une difficulté extrême à parler, a révingt-cinq centimes le roman
de façon assez inintelligible an magisEt le camelot braillard criait, -criait si pondu
trat.
Me
Pierre Turpaud le défendra.
ford qu'il dominait le bruit des omnibus et
Rue Chanzy, dans son escalier, Mme Cale fracas du métro, roulant sur le viaduc
romé,
couturière, tomba fort malencontreuseproche,
ment.
Elle se ût au bas-ventre une grave blesUn pâle musicien, Auguste Nouviot, do- sure qui
provoqua une abondante hémorramicilié rue Pierre-Nys, raclait à quelques gie. On l'admit,
dans état désespéré, à l'hôpas un violon minable. D'une voix éraillée, pital Saint-Antoine. un
il chantonnait une romance à la mode
Mme Berthe Legevriez, crémière, 20. avelà
aux p"tits oiseaux. Dieu donna
pâture, etc.
nue Ledru-Rollin, tombe dans un égout, quai
Mais allez donc écouter un couplet à côté de la Râpée et se brise le crâne. A Saint-Andes vociférations du camelot « La Moule n 1 toine.
Profitant de l'inattention générale, une
« La Moule Il, tais-toi I s'égosilla le viobande
de malandrins pénétra dans la cour
kmeux.
Cette injonction provoqua un conflit re- d'un immeuble dé la rue Vital, où travaillaient
des maçons. Les vestons des ouvriers étaient
grettable. Le camelot s'Avança, hurlant de accrochés
dans un coin ils en fouillèrent les
fureur. Le musicien s'oublia au point de bri- poches. Mais
des agents, prévenus, accouruser son violon sur le crâne de Il La Moule ». rent, et, malgré sa résistance désespérée,
Ce dernier s'arma d'un couteau et le fît dis- s'emparèrent de l'un des voleurs, Maurice Du1
paraître dans l'abdomen du chanteur. Le lon.,
pauvre homme dut être transporté à l'hôpiferrailleur,
M.
de la Charbontal Saint-Louis. Quant à « La Monle n, M. nière abusait de sa fille, rue
âgée de quinze ans,
Cuvillier, magistrat expéditif, l'a envoyé an depuis six années. La fillette, écœurée, raconta tout à sa mère, qui prévint M. MonanDépôt.
theuil, commissai^de la Goutte-d'Or. Le père
L'escroquerie à la graisse
Croirait- dénaturé a fait des aveux complets.
Le 15 septembre, M. C. ouvrier boulanon qu'aux environs, des Halles il ne gravite
ger, fut entôlé par une fille galante, Alice Merpas moins d'une cinquantaine d'individus cier.
il la rencontra boulevard de La Chaqui vivent uniquement du a vol à l'améri- pelleHier,
et
la
ni conduire anssitôt au poste vol::aine n ou de l'escroquerie dite ¡l'il. la sin.
graisse n
dans le dix-huiaèn» arrondisseLes inspecteurs de la Sûreté Brouchier et ment.OnLarafle
nuit
Desjardins ont arrêté hier trois de ces es- vols au Dépôt.dernière,>47 arrestations 30 en-

R.

Il.

lifl ÏE^SPOgTIÏE

Les Courses

«FORMATIONS ET COMMUNIQUÉS

Aéronautique.
Deux boitons à la mer. On peut dès A présent
considérer comme perdus les deux ballons ailemands partis de Berlin lundi dernier. Avant-hier.
un épais brouillard régna sur la mer du Nord. rendant impossible le sauvetage des passagers du Her
oesell et du Plauen. A moins d'un miracle, les quatie aéronautes ont péri, victimes de leur témérité.
Au cours des exLes Anglais cassent du bois.
périences faites hier, à Farnborough, de l'aéroplane
militaire monté par Cody, l'appareil, à la suite
d'une cause encore inconnue. tomba de six mètres
de hauteur et se brisa. L'aviateur est indemne.
La ville de Bagnères-de-Bigorre offn
Des prix.
un prix de 10,000 francs à la Ligue Nationale Aérienne, pour l'aviateur qui accomplira le parcours
d9 Bagnères au sommet du pic du Midi.
D'autre part, le Grand Prix que fera disputer
l'Aéro Club de Nice au printemps prochain s'augmente de prix spéciaux offerts par la Cdte d'Atur
Sportive et par M. Maubert.
Zeppelin recommence. Les essais du dirigeable
Zeppelin n' 1 recommenceront probablement aujourd'hui. Le gonflement Ces ballonnets a en lieu hier.

Cycüsme.
La grande consolation, que 1TT.V J. fera disputa:
demain, est une des épreuves les Plns, intéressantes
qui figurent an calendrier cycliste.
Lo Matin a offert une médaille.

FottbaU rugby.

4

La saison est ovmerU. Le Stade Français reooontrera demain, sur son terrain du parc de SaintCloud, l'équipe première du Football Club de Lyon.
champion du Sud-Est. Le Stade Français mettra en
ligne l'équipe qui a gagné le championnat de

Petites nouvelles.
Le challenge BocsereW, épreuve de coasses 1

pied sur une distance de a miiLes anglais (4 kil. 897).
se disputera te 25 octobre, sur la ptste du Boeing
Club de Frauée.
La deuxième sérte des Jeux olympiques. La
France Jouera un match de football association lundi
prochain contre le Danemark. Le vainqueur de ce
match ce sera très probablement les Danois
disputera ensuite, le 23 octobre, une partie contre
France (équipe B), représentée par Tillette, Wila
bant, Sobufeart, Bayron, Ch. Rénaux, Royet, Sartorlus, Albert, Françbis, Cyprès, Fenouilllàre et A.
Bowling-Palace. il y aura ce soir réunion
de boxe Eitchener basera contre Mongevin et GloLe challenge da kilomètre se oowm demain
entre professionnels au vélodrome du Paic-desAu

i

//latin.
Ataourai'mji, A u Botjuss DU tbàvml.
Après-midi,
terrassiers
des
'grande salle grève
salle des contégraade salle grève des terrassiers;
assemMée générale des non-gradés des h,V
rences saké
des commissions, 3* Mage transports
Zoamlté). Soir, grande salle assemblée générale
ides non-gradés des hôpitaux; salle des conférences
assembléegénérale des menuisiers; salle des grèves
assemblée pénéraJe des tourneurs roùiaetuers; salle
Bondy
Jardiniers des promenades municipales;
salle du bas (côté droit) assemblée générale de 1TJnion syndicale de la sellerie; salle des commissions
Bondy assemblée générale des. ouvriers en scies;
salies des commissions, i" étage assemblé*générale des souffleurs en verre; -2" étage assemblée
générale des boutonniers; 3' étage gTavenrs lithochauffeurs mécaniciens
graphes (comité);
(comité}; 5' étage comité fédéral de l'éclairage; bureau 6, 1" étage bijou (comité). Oigne» aoatesniSoir P. T. T.
A i/A»axK A.
B«s); salle 13 cours des P.T.T.

étage

INFORMATIONSDIYEB3SS
Le syndicat générai des ouvriers «n dmua&m» de
tiendra une réunion, ce soir,
la Seine (cousu-main)
37, rue des Abbesses. La 13* section se roanit 117.
boulevard de i'Hônilal.
La il* section de l'Union des ouvriers charpentjers de la Seine se réunira ce soir, «5, rue de
Paris, Charenton. L'Union des ouvriers charpentiers de la Seine convoque tous les camarades du
hâtiBjent du dix-neuvièmearrondissement et arrondissements limitrophes à la réunion qu'elle organise pour dimanche matin, 4, cne de Flandre,

A AU'UEUIL

Samedi

fi octobre Isos,

Il 1

heure 30.

PRIX.
PRIX JTJPETHS
DE SAINT-GERMAIN
Steeple,
a*e«PleSteeple. A vendre..
mètres.
4-000
t=ancs,
3,100 mètoes.
3,000 francs, 3,500
Phr^r^"MK?HM2iTVffi
Pincette.66 HippTr^g
Priscilla.66 Bastien..63
PRIX DE CHAMBLI
Steeple, 3' série.
6,000 francs, 4,000 mètres.

lî^^l iSSS'S

Parisien. 62 Molaire.. 62

521

mocd Beer; 2. Cajoleur, 52 (Jennings); 3. Darraïdou, Gold Trust South African, 4 fr. 50.
50 (C. Bartholomew) ,«4. LaUa Roukh II, 531 (Hobbs).
Compagnie Générale Transatlantique. Le paEncolure, téte. Durée 1'23".
quebot
le 'Chartes-Roux, qui vient d'arriver à MarNon placés Clog Dance, 57 (Ch. Chiids), Cantinier, 55 (Beaumé), Ulysse, 55 (M. Henry), Loulla, 53 seille, est la plus importante unité de cette Compa(J. Childs). Réaction, 53 (BeUhouse), Maurienne, 50 gnie. Il est le premier, dans notre marine mar(Ryan), Canl«loup II, 50 (A.-C. Taylor), La Norgère, chande, qui soit mû par des turbines à vapeur.
Le Charles-Roux a une longueur de 121 mètres et
4Sè (Thibautt), Marotte, 4S (Berteauxi, Arthie, 50}
(G. Bartholamew), Falk, Ni (J.-B. Moreau), Fron- une largeur de 13 m.' 90. Il a "une. puissance motain, 50 (T. Burr.s). Gland d'Or, 50 (Horan), Mel- trice de 9,000 chevaux, et il pourra~porter 205 pasbourne, 50 (Davis), WitmiUa, 46 (Léonard); Rivalité, sagers de première classe, 70 de deuxième classe et
54 de troisième classe. Sa vitesse normale est de
Prix Le Destrter, 10,000 francs, 2,000 mètres. 1. 20 à 21 nœuds et la durée de la traversée entre Marandos,
53 (Bellhonse), à M. W. Duke; 2. Clinquant, seille et Alger se trouve réduite à'20 heures.
51 (J. Childç); 3. Queen Eleonor, 49t (G. Bartholomew)
4. Docteur, 48* (Berteaux).
CLOTURE DES BOURSES D'HIER
Trois quarts de longueur, cinq Vmguears, DuBEBLIfl
Non placés Givre, 51i (Ch. Childs), Golden phéaPrtcéd. Bl«r

Villégiature, 49; (G.
3. Tinto, 49
(Jennmgs); 4. Giovanna,Bartjiolomew)
42i (A.-C. ïaylor).
•Trois longueurs, deux longueurs. Durée 4'07".
Non Placés Acacia, 521 (,l. Childs), Druidtsse, 49
(Ryan.), Pernambouc, 471 (Berteaux).
Pris du Tertre, 5,000 francs, 1,600 mètres.- Ben,
60 (Oh. Ghilds), à M. Michel Epiirussi; 2. Kermesse,
phe
Neptujle III, 521 (Ryan); 4. Saint EsteDeux longueurs, demi-longueur. Durée 1'40".
Non plaçés Mad Cat, 57} (Heath), Evian, 60 (Defeyer) ,,AndaloTix,
60 (Hobbs), Bead'Or, 60 (Duffy),
SabneHe. 56 (Berteaux), Ail Mine,
58t (G. Bartholomew) Pagolle, 56 (A.-C. Taylor), lïlerln, 56J (Jennlngs), Ver Luisant, 50 (M. Léonard), Glcourt, 52i
(Biagrham), Oise, 48t (raidie), utopie, 51 (J. caillds).
2.

i

5^ka'

||

RtSTO.TAT8 DU PARI

MOTOBL

\SZ.\fc
Pyramide .G 73 » 47 50 Chandos ..Gl 25 .( 13 50
P 28
» Chandos .P| 16 » 9
Snorra .p 33 50 15
15 50 Clinquant .P|
12
CBKVADX

rS'.l

de

Eite.espjj. 93 1/4.

1™ course. Hipparque (majorité), Noleval,
Nacarat.
Taxamètre (majorité). Coper2" course.
nic II. Austral.
Chanoine (majorité), Nippon Il.
3" course.
Frimaire.
4e course.
Molaire (quasi-unanimité),Laripette.
5a course. Gallertq et Cappiello (également).
6° course.
ïmnelle, Pour la Patrie, :;au:

Saregosa

1/4.

93

Tm

Çnifié ff>

6

lE

LA JOURNÉE

Matinées

sauf le

Oonosn «t etaitaatoKitDh.

CRANDS BAÇAS1HJ BUFÀYEL.

tons les joart de 1 h. 1/3 & 6 heure4,
TiIÉATRE CBÉVIN.
A 1 h. et 1 9 h.: Villa Go»». A 6 h:
l'ierret Foetal et la__Tort»« de Borniena. Piotoofll,
3 tz.

Marchés aux Fleurs

40

Ternes.

Expositions

GJAND-PALAl^lsTcnHB d'Anttoi.
Salon d'automne. Entrée: 1 franc
(Caamps-EIyieBl».
De 10 h. à 6
Salon des industries da mobffler.

IL

TUILERIES,
trie: 1 franc

Exposition dn congrès de la route, En.
S, BtTE DE SEZE. De 10 h. 1
1/1 Exposition

r673

409 1/2 407

La

IL

littérature contemporaine,

iïl .1.

lee gncox des lettres.

Réunions

.P

G|
.P

65

LA SOIRÉE

M

VIE

7 10

84

fond'1

18

AMBIGU (OM1).
8 h.
ATHÉNÉE US2-23). 8 b.

1/2.

VAamct Ltgrù.
3/
Par
jow ie fini». L.
Orehestre (côté un
pair): Sans ch»pe»n.

Chant du cygne.
8 h.
La CdmtJTa.
Balbine. Le Chat de la baronne. Madame Bluff.
Orche*.
CHATELET (S09-85). -8b. 1/2.- Le Tour du monda enStioTn.
CLUNY (807-76).
8 h. 1/4.
Z,'£motnaati jounit. La Imu
de Clway.
COBEOlE-FflANÇAISE (KB-231.
8 h. 3tL
E» Bo» roi VajoOrchestre et balcon: Sans chapeau si ooiflure.
Demain dimanche: Tîuy Bîat
DÉJAZET (274-91).
Svment <rr«MMM. Ko»

l/l

80UFFES*ARISIENS (6«-80).

-lil/l-i.

>«7-01).

8

FOLIES-DRAMATIQUES

h.

I/t

La Quinu MflJo.

Mam'selle Trompeîtt,– Orchostle et lton: Sani chiseai.
Argentin
Ris Tinte New.. 66 3/4. 66 9/16 CRAND-CUOQL 1623^0. 9 h.
Une H(on la Salpiiritn
L'Invalidation. Tics. Lu ferla. Lvdie et UontauL
Brésil 4 0/0791(4.791 4. Anaeonda 9 1 9 l/a2
Brésil 5 0/0 91 1,2, 91 1 2.
CYMNASE
8 h. 3/4.
La
5 1/2 •> 5,8'
Balaye 1892.. 100 1/2 101
Cape Copper
7 7;8
7 5/8.
LYRIQUE-MUNICIPAL (Ga!M) (41WB.
8 h. 1/4.
Port
CMnîU50/Oor 102 1/2
De Béera. 13 5/8. 13 1/8.
Chinois 4 172.. 98./
95./ U. S. Steel Cor. 112 1/8 112 5/8 Virginie.
Demain dimanche: La Navarraiaé. PhOiirum et BaocU.'

IIItlTlffitE

Tlarais

tt

Rgyptenniflée.. 103 1/2 102 3/4 Arg. en barr*» 23-1/16 23 3/4.
Egypte 1/2.. 96 il2 96 1/2 Cliangos.Paffs. 25 £62 25 262,
Ertoifflini
94
93 3/4. Esc. hors baaja» 1 15/16 2 0(0..
Japonaisi 0/0. 84
83 3/4. îrSfaào»ifj» 1 O/o:. 1 0/0..

L'appel des réservistes en 1909.

î

Le géméral Picquart vient de faire paraître la
circulaire relative aux appels,
pendant l'année 1909,
des hommes astreints à accomplir une période d'insValeurs Sud-Apncaines
truction. seront convoqués en 1909
CenetrKwi.)..
ViUajBlLB. 3 3/C.. 3 ai 41.
CmmBetf.. 8 3/4.. 9
WoDmter. 33/4.. 3 13/16
Il Pour une période d'instruction dt vtnotluHt Ferreira. 15
15
Ctartered. \&ji .1 18J.
iowrs. les dispensés de l'article 23 de la loi du Trann-'OJ, Il 1/2.. 2 7/16 EartBatf:. 4 3/8.. 41/4..
15 juillet 18S9 (ainsi que ceux des articles 21 et 22 de Gednli 27/8.. 2 7/8.. Goen
la même loi pourvus du certificat d'aptitude au JaseratonK. 43/8. 4 1/4.. GaldfieMuC.. 415/16 Il/a..
4 3/4..
grade de sous-officier de réserve et quront demandé Pr.DiamnJ. 9 1/4.. S 1/8.. Coldlrast si/4. 35/32.
à concourir pour/le grade de sous-lieutenant de Idnajtor. 6/10 1/2 6/10 1/2 GeHeninuD. 51/4.. 478..
réserve), qui n'auraient pas encore accompli la pé- MayConsol.. 11/2.. 19/16. Rand Mines.. 631/32 613/16
riode,spéciale prescrite
la loi ou les instructions HodderfonK10 JJ8/16 10 sy8.. Robinsen D.. 4 7/16. 47/16.
relatives au recrutementpar
BandfMtEst 115/16 n|j.,
des officiers de réserve;
4 3/4.. 4 7/16.
Les hommes ajournés en 1908 et qui auraient dû EibiiMiGold 9 7/8.. 9 7/8.. BomDw}.
accomplir, cette anne&Oà, une période de quatre
semaines conformément à la loi du 14 avril 1908
ROME
(hommes des classes 1901, 190'd; 1903, 1904, 1905 n'ayant
été assujettis qu'à un. an de service ou n'ayant Banque nation.. 11254 -jiaW I Cb.s. Londres 25 145 25 14.
fait en réalité qu'un an de service actif et libérés Umanaêt. 391 ..] 3à2 ..|Ch. s. Berlin V.. |li3 0751123 175
du service actif avant le 1" janvier 1908.)
Les hommes des classes 1901 et' 1902 n'ayant été
VIENNE
assujettis qu'à un an de servlce on n'ayant tait en Crtfitœeï. Mt 632 70 629 50 Art. de la Banq.
réalité qu'un an de service tctlf et qui ont été Cr.fone.d'AuiI. 1054 1053 Alpines.. 1739 1743
659 50 654 70
libérés après le 1" janvier «1908.
Autrichiens 687 50 683 0 Chemins Ottom. 179 50 178
2* Pour une période d'instruction de vingt-trois
113 50 119 50 Pièces de 20 fr.
19 13 19 14
jours [premier appel).
Les hommes des classes Lombards
ABWeben.
114
90
Ch.
s.
Paris
à
115-.
95 50 95 51
v.
1901 et 1902 ayant fait plus d'un an de service,
de mai.
95 80 95 85 Ch. s. Paris 3 m. 95 50 95 51
ainsi que les anciens bénéficiaires de l'article 23 Rente
or cour.. 96..
95 f5 Ch.s.Lonl*àï. 23 937 23 965
de la lod du 15 juillet 1889, appartenant aux mêmes Rente
Rente
honj.
103
80
"109
89 Ch.s.Lond.3m. 23 967 23 965
or
et
classes qui ont déjà accompli la période spéciale Elo henj. cour.. 92 25 92 25
Ca. s. Berlin à 117 42 117 42
dispensés
de
article;
cet
aux
Les ajournés des classes antérieures qui auraient
SAINT-PETERS80URQ
ANVERS
dû accomplir une période ,d Instruction de vingt- dansé». Paris! 100 40,1100 40. Cbugm. Pidli 37 93J 37 97
trots jours en 1908:
3' Pour une période d'instruction de dix-sept Jours
{deuxième appel).
Les hommes des classes 1398 et
CHANGES
1899 affectés
subdlvisiô-–
Ures
Aux-régiments d'Infanterie
comssARcaoHE
usmni
tituant le 2' régiment de leur brigade;
Aux bataillons de chasseurs à pied de numéro
pair;
Les hommes de la classe 1899 appartenant à des
régiments régionaux, à des bataillons de place, à
des régiments de zouaves, à l'infanterie coloniale, Ckj^Sta 11 70 .(. 11 SO .1. Ch-L.aKio 15 7132..
Ch.Sing.P. Z.3 bil6 2.3 13/16
aua armes autres que l'infanterie et aux troupes
TaëlCh.te. 2/4 1/1.. 2/4 1/8
d'administration;
DetteW..f83
55
.1.
83
55
accomplir
Orenbarre .il.,
Les hommes qui auraient dû
cett^ pé01
ChjJ«nl
ÎS
.].
28
Yokoh.yen 2.0 13/16 2.6 7/16.
03
riode en 1908,. conformément & la circo laire du- Càji.f«ris!u 65
Zl
1160
37 a.vrll 1908 et qui auraient été ajournés.

.(.

11/2.

|

.f.1.
AjioB.ly.

ARMÉ!! TERRITORIALE

Pour uric période d'tnstructiott de neuf jours (troisième appel).
Les hommes des classes 1S92 et 1893

ÉQUIPAGES DE LA H.OTTE

|

Pomr le grande de lleuteaant-eoioDjel
Le chef de bat. savy, de régiment de tirailleurs
a MAisoNS-LAirrrrE
sénégalais du Maroc.
Le pàix Le Destrier, disputé en 2,000 mèle grade de chef d'escadron
tres, et gagné par Chandos sur Clinquant, a Pour
prouvé les qualités de tenue des deux pre- Le cap. Blasselle. commandant au 5" chasseUES
Bb-

8

h. I/î.

Haydit.

Demain dimanche: Les Mousquetaires on cornent.
NOUVEAUTÉS• IS2-41)
a h. 3/j.
dAmatU.
ODÉON (811-ffl.
8 h. 1/2.
L'Autre. Patmi le, pierres
Orchestre: San* chapaan.
OPÉAA (307-05).
7
Chap, part. 3. étaga.
Après-demain lundi: Tannkamer.

"•<• ra«t

OPÉRA -COMIQUE (416-55).

8 ho

3/i. lyertber.

et balcon: Sans chapeau.
Demain dimanche: La Totca.

PALAIS-ROYAL (409-30).

Ln Fatnille

8

h. 3/4.

Pont-Biquet. Orch.,

Orchestre

Le Coup du mmitrrn.

prBmrnSmrârohîn:
-8ll/iCtremïi* £lrgïr&
Urchestte et balcon: Rans chapeau.

PORTE-SAINT-MARTIN (437-S3).

6

Demain dimanche: l&vis XZ.

RENAISSANCE113/-031,
Il,
THÉÂTRE ANTOINE H36-33).

L'EvUari.
l/l
L'OnSO» ttniiu.
balcon: Sans chapeau.

Orchestre et

3/4.
8 h.

-j».- ^oBteJoo».
h. 1/1.
Protecteur

THÉATRE DES ARTS 1^6-03).
Lr Grand Soir,
WÉATREMODERE (UM2).
8 h. 1/2.
La BaneU Õ Fîfl.
THEATRE RÉJANE (591-77).
8
La
9 h. 1/4.
Israël. Orchestre, la prem. rangs: S. ebaséau.
THEATRE SARAH-BERNRARDT 1274-3J).
a

a.

Orchestre: Sans ci-peau.

VARIÉTÉS (410-50).

W. L'or.

-Bb.1/4.- Bn Mari trop vuûfn. ye

Orchestre, 4 premier rangs: Messlcura aenta.
VAUDEVILLE1531-7U.
9 h.
La Mail.

«t

tirs.

BoL

Paulette Darty.\ Ltsne de Vriès. ©JM_
Phrynè, opérette: Mmes de Vence, DebièrTee, Bethore.
BARRASFORD'S ALHAMBRA (900-19).
John Lemm. Lannceston
JEUiot. Picitt et Lizette. Diamond et Béatrice. L. de Patma.
CIGALE (407-60).
8 h. 1/2.
Concert. Attractlons. 10 IL:
APOLLO (591-83).

Bach.Montel. Joanyd,O.Vlldez, Dnplaii, Bannières, Llorenc!
ENCHIEN. 31 minntes de Paris. 152 trains par jour. Btablissement thermaL Casino, théâtre, concert.
Ce soirLa Rote rouge.
WUbm Wright TTT
FOLIES-BERCÈRE(H7-46.
..l'échelle. Lae Kremo. Lanthenay. Comalla et Eddie. sports.
(felAND CIRQUE RANCY (731-90), 18, avenue de La Motte-Picïaot.
«– Bancy et ses chevaux dressés. Ses cyclistes boom; etc.
HIPPODROME de plus grand cinéma du monde). 8 h. 1/2

rue Montmartre (pris b,
grande boulerarda)^–P.Mannier,Oh.JFallot, Secretan.EoTns.
Lançons du leste, revue de MM. de
tlTTLE-PALACE(591-79).
La Revue. Les grandes taux du
NOUVEAU-CIRQUE (662-90).
Nouveau-Cirque. Merored., jend.,dbn. et fêt., mat. il 2 hJ/2.
les experiences.de Wilbur Wright. Lu
OLYMPIA (591-81).
Atro-Femmes. La Revue en bateau. Lea Floride», etc. etc.
PALAIS DE CLACE (Champs-Elysées).
sur Traie
glace. Tons lee jours, de 2 h. à 7 h. et (16 9 h. minait.
PAR1SIANA (156-71). -Sa revut-f écrit t Paris-Voreur. Eu étollss.
M»rltzafT Partie finti Le Gallo et Luelle
SCALA i435-86).
Moboit. La Oamargo dans Christs. De Lilo, Max MoreL
LA

PIE

QUI CHANTE

I î J 3 ao.* J

k t^j ~linfaillible de l'hygièna,
intime n'est assurée^,
d'après les Docteurs, que par les injections prises»
instantanément étant couchée l'aide de Ici-:
(HAISE-TOILETTEMATHIEU Breveté.qttf supprima
'incommodité des installations sur le lit ou.
terre.

W

par

Exposition ET Vbitï
«i. MATHIEU

10, Rue Lâouéev

(225^67), 159,

Patin

Usina..
25
09
à25
12
25
10
1/2
à25
13
1/2
21/2

1/2. 444 112.. à 449.1/ 41/2
1/3.. 208
à 208 1/2 3 0/0
99 11/16 à 99 15/16 99 3/4.. à 100
5 0/0
Italie
New York. 513 3/4.. à 516 3/4.. 513 1/8.. à 515 1/2.. 6 010
Portugal.. 431
à 461S. 44J
à 459
60/0
SI-Pétera) ZT.3 1/8.. à 265 1/8.. 262 1/2.. a 264 112. 5 1/2
Soisse. 99 13/16 à 9915/16 93 7/8.. il. '10)
31/2
ïiouu. 104 9/16. à 104 13/16 104 9/16. à 104 13/16 4 0/0
Espagne.. 446

Hollande.. a>S

IIS.,

PARIS-BASTILLE

Ce

aiégo aert aassi poar lavages inteatioavue*
CHEMINS DE FER DE L'OUEST

Exposition

la

451

«MATIÈRES D'OR ET D'ARGENT

Orentar»..?

IJ SMTwaiu
anglais.
Boaknotea

Pair

25 U
1'
8175 J Aigles des Etate-Dnll. 5150
i- Colomb. et Heikiini-. 8050 J Gailluiie (80 marks). 24 55
Piistaa nsiicsiaes. 2 EU I InDcriito (teaio) 2065

Argent en barre

88

CourscammerÉux

Courant
Novembre.;

LOTERIE
LOTERIE

29 65V
29 95N

BLÉS

Novemb.-Décetoira ;0 05N
4 de Novembre.
to 20 A

premiers. W)
Courant
72 50V
Novembre
Il
Novemb.-Décembre TZ25A
4^premiers.
de .Mai 6» 50

COX

COLZA

V5A

S2 :0PA

AVOINES

12 93A

17 95X
17 95X

FEMMES

PAUVRES

SS 10

18 10

£a

C5PV
A

S'3 60f

uii

53 ..V
52 25V
52

5J

..V

25A

A

Sillet

Txwr

Fraao

1S..N

A

18 20PA
si>ia;niïM

:5 25X
35*îOA
85 75 A

S650A
38 25 a.

Spiritueux disponible 34 50 à 35.
Sucres txn.12 A, novembre 29 37 X, 4 premiers 30 15 A,
4 de Tnars 30 50 A.
FARINES Le marché reste très lourd et les cours
ont encore perdu
15 centimes, selon mois.
BLES La faiblesse a encore été l'élément dominant
pendant toute la séance; après Bourse, le ton est
peut-être un peu meilleur, mais une perte de 5 centimes sur le rapproché et de 10 centimes sur le
livrable reste bien acquise sur la veille.
AVOIMêmes prix sur le rapproché; baisse de 5 cenNES
COLZA
times sur l'éloigné.
Soutenu et Inactif;
hausse partielle de 25 à 50 centimes.
LIN
Affaires régulières baisse de 50 centimes sur la veille
pour tous les mois. SPIRITUEUX Fermes; hausse de 25 centimes. SUCRES Marché ferme, plus
forme en clôture; prix en légère hausse sur hier
avec des affaires actives;' la plUie, en Allemagne
signalée dans quelques rayons seulement, et la
note plus facile de l'étranger ont causé l'accalmie
de la clôture. Après Bourse, affaires très actives;
on termine en hausse dq 25 à 37 centimes sur trois
heures, et encore les derniers prix' ne sont pas les
plus élevés. M. F.-O. Licht évalue la productùm européenne a 6,MO,000 tonnes, contre 6,532,000 l'an

déposés

Délivrés les Samedi et Dimanche de chaque
semaine. Départ de Paris-Saint-Lazare à
9 h. 20 soir.
2« classe, 28 fr.
1™ classe, 37 fr. 50
3° classe, 21 fr.-25.
Retour de Londres Pour les 1- et 2*
.classes, pac4ous les services jusqu'au service de jour du mardi suivant.
Pour la Se classe, par le service de nuit
du dimanche ou du lundi.

BANQUE de FRANCE

2° BILLETS d'Excursions
Délivrés les Vendredi et Samedi de chaque

semaine, valables pendant 14 jours.
1" classe, 49 fr. 05 2» classe, 37 fr. 50
3G classe, 32 fr. 90.
Départ de Paris-Saint-Lazare a 10 h. 20
matin (1" et 2° classes seulement) et à 9 h. 20
soif (i™, 2" et Se classes).
Retour de Londres dans un délai de 1,f
jourg, à partir de la date d'émission deffi
»
billets.
CHEMINS DE FER DE L'OUEST

Exposition Franco-Britanniqueà Londres?

par Décision Ministérielle.

rant£9

10

Tendance.

vente.
I
Octobre.
Novembre.

Décembre.
Janvier.«.,

Février.
Mors.

Avril
Mai,».
Juin.
Juillet.
Août ««.

Septembre.

COTONS

Calme

LAINES

CAFES

137
187
187 50

89 25

Soutenue, soutenue
900 billes 1,35 J balles 10 000 aaos
-58 12
137..
40 Si
57 37

56 87
56 15

56 6a

5662
M 62
5650
56 37

56 :H7

66 25

66..

S8 50

38 S0


»
i« 50

38..

Si7 75

3775
H 25

}«C

142 50
148 50
U3

M 25

37 25
37 25
37 25

143 50
143 50

Marseille,

15 ocHMjre,
jBies. xmportaxkxna,
quintaux. V«ntes, 500 quintaux;'Marché lourd
On a fait des durs Sala sur disponible à 22.
Graines. Importations, 12,613 qamtaux. Ventes,
1,600 quintaux. Marché lourd. On a fait des arachides Coromandel décortiquées à 82 25 embarque-

13,407

ment

octobre..

Coups de clôture deà métaux de Londres (16

Tendanoe.

Terme.

CUiVRE

Calme
60

10/

tTAIN

Soutenus
U8

lt/6.

cet.)
fONTE

Ferme

*9/|H

ET RETOUR

10

û6 Paris (après Bourse)

FARINES

i.

1° BILLETS D'ALLER

25

LA

4

(De

à 208

passé.

Sont inscrits d'office au t&bM= d'avancement

LÏRIBUE-TSIANW (433-C2).

mai à octobre 1908)
Dans le but de faciliter la visite de l'Expcn
Banque de France, Escompte 3 0/0. Avances 3 1/2.1
tion franco-britannique, qui se tiendra èi
jusqu'à fin octobre 1908, la CompaCASINO DE PARIS (2S5-65V. OIKQUK MEDHANO Londres,
riPnœcooaT « 'W»>oo>s«B
MOULIN-ROUGE' (S08-93). r- Spectacles «liés. gnie de l'Ouest délivrera au départ de Paris(2W-165).
Saint-Lazare pour Londres,, vid Rouen*
Dieppe et Newhaven, pendant la durée da
13/16
123
1/16.
122
i5/16à
122
123
3/lti.
0/0
4
ADemagne
lecteurs lu trouveraient à la troitUm pont,
/i» du l'Exposition, les billets à prix très réduits
Belgio.no.. 99 1/a..à99Î./8.. 99 5/8.. à 99 3/3 0/0
c Nouvelles en trois lignes ».
1
suivants'
à

Seront convoqués, en 1909, pour une période d'exerpour la premtère et de
dix-sept pour ta seconde. Les réservistes des équipages de la flotte qui font partie des classes 1900
et 1902 ou qui se sont engagés volontairement du
V janvier au 31 décembre 1901 ou du 1" janvier
1903;
au 31 décembre
Les réservistes régulièrement convoqués en 1908
et qui ont obtenu un ajournement.
Les hommes de
Sont ajournés d'office en 1910.
la.classe 1902 et des classes précédentes qui ont accompli intégralement trente-six mols de services
effectifs; les hommes de la classe 1900 et des classes
précédentes qui ont accompli intégralement quatre
années de services effectifs ou qui, n'ayant accompli que trente-six mois d'activité, ont déjà effectué
une première période d'«j>çrcices.
Sont dispensés de répondre aux appels de 1909.
Les hommes classés dans la non-disponibilité ou
l'affectation spéciale, ainsi que les mécaniciens gradés occupant un emploi dans l'une des administrations des ministères de la guerre, de la marine,
Marché aux bestiaux de la VQlette
des colonies, de l'intérieur, des travaux publics
des
télégraphes,
de
l'agriculture,
et des postes et
DU 16 OCTOBRE 1908
des
chemins
de
fer;
les
finances
inscrits
des
ou
VEAUX. Amenés, 418; vendus, 353.
renonciataires, rayés de l'inscription maritime, qui
Prix extrêmes (viande nette) 1 68 à il 30. poids
normalement,
auraient dû accomplir
dans le cours moyen
92 kilos.
de l'année 1908, une période d'exercices en qualité
du
Prix
1" qualité, 2 30; 2* miad'inscrits; les hommes qui auront obtenu, ?ur leur. lité. 2 10; 3'kilogramme
qualité,
1
70.
demande formulée dans les conditions énumérées yente duadte,
dans le fascicule annexé à leur livret de solde, une
dispense 4 titre de soutien de famille.
Coups commerciaux du Havre (Il octobre)
Tableau d'avancement (Maroc).
ctce3 de vingt-trots jours

miers qui se sont détachés nettement à l'ar- d'Afrique.
rivée du lot de leurs adversaires. Il a aussi Pour le grade de capitaine
démontré la supériorité manifeste de ChanLes lient. Bonnefous, 1- rég. chass. d'Afr.; de

pr M.

i,:»"h.Sl^fmiU tiWÎO«««*»«. IS^boato»«id de Staasbovg,

FRANCFORT

26
DisWBto Comm. 171
176
Cbange s. Paris
81 13 81 13.
Guirlande .P
13 50
Antrich. «et.. 147 30 146 80 &. s. Vienne F1 85 203 S5 V.
Utaturts. 140.. l'«0 40 CL s. Londres.. 395 20 393
Faunillane G 19 50
» Vixen G] 40 50 20 CmpoafioriM. Si 90 84 80 Esc hors baape 3200/0..
î 0/0..
Faunlllane P 1150 6
» «50
Vixen
P
Alt ange
la 50 6 50 VillégiatU" PI 19 '10
GÈNES
Margarite -P 17
50 7 50
B»BraS9/0..| 103 S5| 103 90Ï a. s. Pariai t. I ICO 151 100 15
Septennat .G 162» 97 50 Ben
39J
t5 50| 12 50 H&itoitai. fâ5 ..J 665 Méditerranée. 390
P 35 50 25 Ben
M 50 7 50
LONORES
Cajoleur..p 21 » 12 Kermesse ..PI 64 50 52 »
Dawaidott P
» 32» Neptune IHPl 18 50| 9 50 CotSdHJ. i tnt|S«5/15|84 7/8. Japonais 1OT8. 99 3/4 99 3/4
Les oagnanU au
Uattn » tant tuoiquit en Ma
liQtie,
Argentin 1889. 76 1/2. 76 1 2. Baume oitom.. 18 1/4

10

Actuellement EXPOSITION
des NOUVEAUTÉS d'HIVER

La Cité (quai aux Fleurs), boulevard <3« BttifSoDea, Medes

nue

81 3/4 Ch.s.fwisaT. 100 362 100 25.
670
Ew. ton bagua 2 1/8:. 2 1/8..

670

Leter,

Conférences

g&Tiab 1683

Pwtapi» 30/0 60 1/4. 60 1/4. ffitr. tUilwiy.. 233*1/2

Il

Impulsion et Villageoise.
Pronostics résumés des journauxde ce matin

25

Lent,

h. 24. Coucher, 5 b. I.
h.
50 soir. Coucher, 2 li. la sdc
FETE A SOUHAITER Saint-Lac

SOLEIL

LUNE

BRUXELLES

JMjeSe/fc.. 85

CHAUSSURES

Samedi'17 Octobre 1908

58..

Sm»l'im

mai-

AUJOURD'HUI

!0

tores

4 SB,

Mal

1/2 92 30

90 90 Laara

si,

d'unemaladiechronique
quellequ'elle
votresantéestuséeparletravail,lesexcès,les
Juin, 4 55.
Si votresystème,
mauxdetète et lesdouleursestdétraqué.
Si vousares destendances
Cours de clôture des sucres sur les marchés aimands, nerveux
à la paralysie.
Si vousêtesfatigué,
sanscourage,
HAMBoum:
UAcaramiu:
incapable
volonté,
énergie,
-tans
de toutefsans
Courant
'19 95 V. 19 9J a. 20 10 v. 19 93 a. fort,prenezduZidal,leprodigieux
qui
tonique
Décembre. 20 20 v. 20 15 a. 20 23 v. 20 15 a. vousinfusera
v
éritablement
vienouvelle.
une
3 premiers..
20 60 v. 20 SC a.
20 55 r. 20 50 a.
LeZidalguéritlafaiblesse
générale,
lesmala23 8>v. 20 80 a. 20 85». 20 80 a.
diesde
nerfs,
d
'estomac,
d'intestins
d
u
foie,les
HAMBOBRG, 16 octobre.
Cafés. On eote cent- empoisonnements
diabète
du
le
et lesmasang,
rant 27 75, octobre 28, mars 28, mai 28, juillet 2s, ladiesdevessie.Lesmalades
prennent
du
qui
septembre 28 25.
Zidalretrouvent
leursforcesimmédiatement.
La
flac.4 fr. 50,S fr.fco,lessix,25fr. Laboratoi-o'
te Pharmacologie,
62,rue TiçpMtonne,
Pari*
Janvier-février

60,

»

*&•

lerta.
Prix Mongeroutt. Pour |a Patrie déjà bien couru à Auteuil, elle a précédéa lumelle à Enghien. Satinette est possible, puis

S

7/6.

novembre-aéeembre4

mer

S3 10 CMitnol!. «8t. 199.. 198 10
92 4Q !Jeu!. Bmï. 238 50 Zti 20
*3 20
83 Î0 HanMageseB1.. 16/40 167..
92 30 92 30 Drcsdner Bank. 146 40 146 20
loreUniSé. 9175
ZOO 50 Z01 20
Ma
140.. 140 20 Bochnmer 220 5U 220 10
OiŒ0is4 1/2..
97
97 !C Dortmmj 5851
Knssu Orient.
75 30 75 75 Gclsentircta.. 158 40 ]88..
82 SO 82 50 Harpenor
19120199
ïoenos-Ayres.. 102 50 101 60 Dynamite 158 60 158 60
Antelueng
147 20 146 60 C3i.s.P»riB8j" 8130 8130
Lombards. 2250
22 50 Oua.Und.iT. 20 41. 20 40.
Bœouf» Coma. 177.. 176 50 Eactoatajus 30/0
27/8

nxB.TT. 3»;0

1 Cons. pt. 3
AHem. 3 0/tt/.
Allem. S 1/2..

CHEVAUX

dos, qui rendait du poids à trois de ses con- aoist, 3* efcass. d'Afr.; Gros, 13* aist.
currents, et ce résultat
Ecole polytechnique.
par contre coup,
mis de nouveau en valeur la pouliche du
comte de Saint-Phalle, Reyna, qui avait ré- un emploi de professeur de physique est actuelleglé facilement Chandos à Loagchamp, et à
Les candidates à cet emploi devront adresser leur
laquelle
il convient peut-être d'attribuer ao- demande
au général commandant l'Ecole avant le
Ce qu'il v aura de moins cher aujourOtmi
tuellement le premier rang devant tous ceux 8 novembre
lias, en y joignant un exposé de leurs
aux Ballet Centrale4.
de la jeune génération qu'il nous a ëté don- titres et do leurs services.
i 0 60 1e kilo; mimmtm dit lob, né de voir jusqu'à ce jour,
Ecole normale.
mer, S
RÉSULTATS
VOLAIïjIjB (onTertç» du ffxriVion ft 7 benrul. !ta>
M. Olmo, élsve admis à l'Ecole normale supéârix étrangères, depuis 1 40 la ptèoç; minimum dea loto,
Prix de Rollebolu. à réclamer, 3,000 francs, 1,400 rieure (sciences) est affecté au il' toi
mètres, 1. Pyramide, 601 (Hobbs), à M. J. Arnaud;
Génie.
2. Snorr», 63} (Kaneoli) 3. Guirlande,60l (CiJ.djiJds);
tune= de la Seine, récemmentaffecté au 4* génie
Parée » fSS" SA.
Epinal, et n'ayant pas rejoint, est désigna poux pas-

LA VIE A BON MARCHÉ

Précél

13

LIVERPOOL, 16 octobre.
Cotons. Tendance calme. On cote courant 4 76, octoibre-Tiovenibre 4 63,

50 (C.

(Peborde).

appartenant
Aux régiments territoriaux d'mlanterie rattachés
régiment actif de leur brlgade;
1
au
Kassaba. 62 Pe^gmstlS
bataillons territoriaux de chasseurs à pied
Aux
Damo-m62
rattachés. à des bataillons actifs de numéro impair;
Aux bataillons territoriaux de zouaves de numéro
PRIX
DU
vJIBÇX^aODEN
i
i/i
t
v tj^ittcxt impair;
Colo 7â P-BeUum67M
Aux escadrons territoriaux de légère;
Aux
groupes territoriaux d'artillerie rattachés au
Diego. 72 Placide.. 66 4,000 traînes, 3.100 mètres. réglntent
actif portant le numéro le plus fort de
la brigade ou à des bataillons d'artillerie pied
CappieHo70^Friqu"III66 de numéro pair;
Colo, Taiametre
A des bataillons territoriaux du génie de numéro
Frimaire.69
Flaioette64
Be. Baissa.
impair;
®
PRIX LE NAGEUR
Les hommes de la classe 1893 appartenant aux
troupes d'administration, aux sapeurs conducteurs
du génie, au train des équipages, à la gendarmerie
Haies.
Salomon.73 Biarritz.. 63%
territoriale;
Les hommes qui auraient dû accomplir cette période en 1908,- conformément à la circulaire tlu
Nippon
Bathi<"II60 La Sotte. 60
27 avril 1908 et qui auraient été ajournés.
Vfflageo-60
B&SEBVS SB L'ARMÉE TKEE3TORIALE
Midîn"-I164 Kazbek..60 B.d.Nu»fl60 Faiaise.t0
Ghan8ine64 Pr-Pï3lI60 B.Btoil'1160 M''Mor«-60
Les hommes de la classe 1888, y compris ceux des
Milikatia.60 P.l.Hatri«60
Lavandier II, Nippon
services auxiliaires, seront convoqués cette année
Ec. Thiebaus.
Jumelle..60 R-i£ar1-n60
pour une revue d'appel.
Conformément aux
Dispositions particulières.
lmpulsio'60 Mail.60
Ec. Vell-Plcard.
prescriptions de l'instruction du 22 avril 1908, les
réservistes d'infanterie du premier appel seront conAppréciations
voqués, en principe, en une seule série, à l'époque
manœuvres d'automne, à l'exception de ceux
Prix de Saint-Germain. Hipmbqde, Naca- des
des
corps spécialement désignés par le ministre.
rat Noleval sar la forme récente, Magnus et Toutefois,
un « appel supplémentairepourra.
Pincette sur des performances déjà ancien- avoir lieu vers
la fin de la même année, avec les
réservistes pour lesquels la convocation pendant
nes. sont les plus recommandables.
d'automne serait une cause de préPrix de Chambly. Taxamètbje et Copernic les manœuvres
trop
judice
par
grave (par exemple réservistes des
sont très près l'un de l'antre d'après leur ré- villes d'eaux, stations
d'été et stations balnéaires,
cente rencontre. Para Béllum a bien couru qui n'ont, chaque année,
que quelques mois de
derrière Mlle Boniface et peut canser une gain assuré précisément pendant
l'été; viticulteurs
surprise, plutôt que Pachico, qui tombe sou- pour lescraels les vendanges auraient lieu pendant
les manœuvres; employés de certaines administravent. Austral ne paraît pas en forme.
(compagnies de chemins de fer secondaires,
Prix Le Nageur.. Frimaire aura contre tions
dont le départ causerait une perde
tramways,
lui de ne pas avoir encore couru sur rhippo- turbation dansetc.),
le
fonctionnement de ces adminisdrome d'Auteuil, dont les deux représentants trations, etc.).
de l'écurie Thiébavx, Nippon II et Lavan-*
ARMEE DE MER

dière Il -sont des familiers. Salomon a un
peu de poids mais reste possible, de même
que Le Pédant, Le Vexin peut être à l'arrivée.
Prix Jupiter. Momies a la première
chance sar sa course récente, cependant elle
unissait derrière Bastanac, que Laripette
avait devancé à Enshien. Après ces deux
pouliches, on peut nommer Sainte Florentine, Parisien, Kassaba.
Pria: du Vieux Rouen. Cappiello devrait
gagner, puis Prtquette IV. Flamette et Gal-

gnol,

Bartholomew), Cai- 1896, 0 fr. 30.
Baisse 3 français, 0 fr. 15 Portugal 3
Prix de Carrières, à réclamer, 3,000 francs, i,3J0
(1">
série), 0 fr. 50 Turc unifié, 0 fr. 47 1/2
mètres. 1. Septennat, 52J- (F. Hardy),
M.
Edà
que.

des quatre-saisons Qu'il pleuve, qu'il neige sant, 51 (Horan.). Blé d'Or, 51 (Hobbs).
Prix de Tarbes, handicap, 10,000 francs, 3,500 mèou qu'il vente, on les voit, dans la rue, pous- tres.
1. Vixen, 4St (Davis), à M. A. Vieil-Picard;

ser péniblement leurs petites voitures chargées de fruits, de légumes ou de fleurs.
Elles s'estiment heureuses quand, à la fin de

La Vie Empoisonnés

Zinc Tendance calme, 19 12/6. Spécial, 90 t0/.
MARCHÉS FINANCIERS Plomb
Tendance calme; Anglais, 13 12/6. Espa-

face, es CParfrement), BartaTeas, 00l (BeUhonse), Le
Véttus Berg, 40 (C. Bartholoinew), Pérécha, 50 (G.
Baxtbolomew), Algéslras II, 50 (Horan), Le GoMe,
50 (Jeaaings), Eing's Pride, 51 (J. Cbilds). Messes
ger BOY, 50 (G. (août). Lacune, 46 (A.-C. TayloT).
ArieUe iv, 46 (Gandlnet), Frisquette, 46 CByan), Danr
seuse de Pompât. 46 (Paris).
Prix XaiatraiUes. 6,000 franrs, 2^00 mètres. 1.
PARIS. 16 octobre.' Bourse de Paris.
crocs au moment où, dans un débit de la Faunlilaae, 56J (G.Bartiiolomew),
à M. Jean Joubert; Après la hausse des séances précédentes, le
5li (Ryan); 3. Margarits, 56i (J. Onilds); marché reste indécis
rue du Louvre, ils « arrangeraient n, selon 2.4. Alfange,
et ses tendances sont
Adalia, 521 (Ch. Cnilds).
leur expression, un garçon de café sans tra- Trois
irrégulières.
quarts
Durée
de
longueur,
demi-longueur.
vail.
2' 49".
Principaux mouvements terne
Ce sont les nommés Henri Eglène, dit
Non placés
Bilok, 59 (F. Hardy), Flotan, 56
Hausse Russe 3 1891, 0 fj. 50 Russe 3
rBellhouse), C3airefoniaine,

(Jusqu'à fin octobre
Q31IÂS0HE 1 5 flOVESIBRE

1903

3 Billets donnent droit à une superbe
Prime dans tons les Bureaux de tabac,
Libraires on chez M. E. LEFEVRE,
170, rue du Temple, Paris. Envoyez

O'SOpourreceyoirbilletsetprimesfrapco.

PATE DENTIFRICE
Produits S

ARG

£^_JyjAil,t.i*iP*ata-ttaAt*

LE TUBE

Extension
de la durée de validité des billets d'aller et.¡
retour ordinaires devant être utilisés avec,
des billets à prix très réduits délivrés au dé-v
part de' Paris, da, Rouen ou de Dieppe pour^
Londres, pendant la durée de l'Exposition.

Pour permettre aux voyageurs résidant'
sur son réseau de profiter des billets à prix;
très réduits délivrés au départ de Paris, de4

Rouen ou de Dieppe pour Londres, pendant
la durée de l'Exposition franco-britannique^,
la Compagnie de l'Ouest a décidé d'étendre,,
sans supplément de prix, la durée-de vali^,
dite normale des billets d'aller et retour,;

ordinaires.
Cette durée de validité sera portée à &i
jours ou 18 jours, suivant la nature des bellets à destination de Londres pris à ParisSaint-Lazare, à Rouen (R. D.) ou-à Dieppe,
(Paquebots).

Achetez

le

»

Plume-Réservoir
parce

1808)

qu'il

ONOTO

SE REMPLIT
automatiquement sans compte«gottttes

en 3 secondes

PORTE
SE
et

dans la poche, dans toutes les
positions» sans crainte de la
moindre tache d'encre.

Adj. ét. M'.Rigavlt,- not.. 28 oct.1908, 2 h.préc.

Aux ENFANTS DE LA CHAPELLE

LIRE AUJOURD'HUI

94, Rue de la Chapelle, PARIS
CRÉDiToEiOt25i!rKR

Crsins. Mise à prix (pouv. êt. baiss.) 5,000 fr.
S'ad. à M. Alex. GAUT, administrateur de
sociétés, 16, rue de l'Arcade, et audit notaire.

Depuis

S

francs per

à

JUnia.

Les Aventures

S'ad.M-HussenotetTHERET,not.,24,bdSaint-Denis
R.-d.-cli.,2ét.s

A adj. ét. DEiAHGLE,25 oct.

h.

D'UN

vous dans Banque premier ordre il votre choix.
jard.4,000" pat
HOVELAQUK. ». Araaau Pérelm. Manières (Seine}

M-

à px 15,000fr.

^RÉHABILITATION
A

L'Ecole Berlitz enseigne rapidement et à peu de frais à parler et à
écrire l'Allemand et les autres langues vivantes.
Demandez la Notice C, envoyée franco, à l'une des Succursales:

moyens

Ttnsude tous, même de ta famille. Discrétion garanti».

Procès rapide
par tous

KB HI-IT fer etetcuivre av. literie

Recherchas, surveillance (21' Année)
ANNULATION
RELIGIEUSE

IJ.GADTIER,/ voca

Momen" oDoonun

Ces globnles ne sont solubles que dans l'Intestin

et n'ont aucune action nocive.

Prix

4'50.

Très efficacesdans les Affection$de la Peu délirant d» Syphilis

20.

.Pharmacie BOURGEÂUDTournisseurdes Hôpitaux
au. Rambuteaa, PARIS.– Envoi discret,

i

H9

65
C

ygT <QP

BB

Choix8S' flOjotirs,complant4V..Echon!iratis

Ferme Bacchus, à iiouscat-BORDEAUX».

Jugemeats du 16 octobre 1908.
Bernard, commissionnaire en produits ptiarmacônma du Delta Métro Barbe. tlqu<», demeurant 61, boulevard Pasteur.
MM.
Trou.iller, juge; Baudry. syndic.
Bouchard, anciennement vins à Saint-Ouen, 33,
VlCr1 *«;t)rembour5.ea7 çns par acompte. Paris-ProT. rue Pierre, demeurant
actuellement 58, rue Charlot.
M.
Trouillier,
Ponchelet, syndic.
juge;
Bla H Rlond>avanco^l!exan(2r«.17.F!il/onfmar(re.Poris E. Ménard, épicerie M.Perreux,
42 lits. avenue des
au
Champs- Eiysées. MM. Ménétrier, juge; Baudry.
propr.. toutes i;arantie«. Discret. Aucun
Bizet et Ouérinal (en liquidation), machines agri,irais. Pans-PretUM.HENRY. 10. me Condarcet. Pari.
coiis, 96, rue Saint-Dominique. MM. Cormier juCraggs, syndic.
ge
UecQuet, anciennementdentelles, broderies. deDSaTh cants. Industries et nutrs« et sur tout"? gsmnii»
meurant «9 rue d'Aboukir. MM. Legrand,, juge;
Cragars, syndic.
Brasseur, ancien agent d'affaires, demeurant 63,
signature. Otwcrtwa de CrédiL Parts-Province. rue Ta.tbout actuellement 140, rue Lamarck.
nnpui' sur
MM.
Conditior uniques. Discrétion a&soIoe.Ecnrcd'abord Legrand, juge; Pruvost, syndic.
AHDRÉ. Receveur de Boita, 32» Bd Stoasbochg, Paius. 13' MtF,üuet, anciennement vins au détail, 90 Mi, rue
des Boulets actuellement sans domicile connu.
MM. Carperuier, juge: Planque, syndic.
Veuve Henriot, fruitière, demeurant 29, rue Fatdherije. MM. Legrand, jugt Hécaen, syndic.
Menauteau. ancien épicier, demeurant 87, rue du
1 1^ formalités. Rien à payer d'aranc* 25- Année. Temple, actuellement
sans domicile connu. MM.
Carpentier. juge; Limonmer, syndic
BLONriFi
Sauvâget vins, demeurant 1, rue Morcre, actuellement à Vincennes. 10, rue de Paris.
MM. Trouillier, juge; Laforge, syndic.
Argesi, restaurant, demeurant 12 et 14, passage
Choiseul, actuellement sans domicile connu, MM.
Trouillier, juge; Laforge, syndic.
Rapport de clôture de faillite pour ituuffUanee

MACH.

A COUDRE
If I lact. (ar. t ana. S'adr. 14

lit*

i

ÎYItrCTD Iffsans con.spéc, porte Paris.client.
IllUU'lIlIFjriche en augm.constante, mater. VIN
ûeuf,bén.prouv.l9,000. Ag. s'abst.

HOTEL face gde gare. 45 n°«, riche clientèle FOR
15 ans, loyer 6000. Ben. 18,000. Px 40.000.
Vaut le double.Facilités.Bombéz3/,17,r..Vivienne Beauxvins fins b»uqaeUs,reconstituaats,recomd'*aux estomacsdiliciti
nOUGE, S

Position de 20,000 net par an dans une jolie ??
HVllilICTpRIE agréable, lr0 de-Paris, fac. à diliwllal riger. Bén. net 20.000 depuis 20 ans.
Prix 15,000. Facilité. FERET. 43, rue Richér.

8f

I

la B/qae(228 lit.) logé franco

|

BLAIX,9

son domestique et collaborateur

3f

FEMME1- cl. Consult. 9166 h.-al dtmane. JiKscrAl

j

Titres français et étrangers

l'insu de rnsofroitier)

TITRES NOMINATIFS (sans les produire) USUFRUITS, créances,
SUCCESSIONS. COMPTOIR FONCIER. 14, Place du Havre.

rrç pens. cons. t J). soir et
QAUfi di|n. Carre' 76, Bd(User,de Strasbourg.
MêlfQ gare Est

Industrielle.
LIs.signat.Discrét.Société
ann.l.Pas confond.,

BDFT

1

r.Lafaïette,83,Paris(3O«

i LIVRE SUR DEMANDE
PAR TOUTES LES
ARQUES DE

I

U

les lecteurs par l'intensité des scènes
Ces aveufures
et la variété des milieux où elles se passent.
de types étranges, bien vivants.
C'est un, véritable,
C'est une.succession de récits rapides et vibrants avec une ombre de
charme.
mystère planant sur' le tout qui en

honorai. 2 à 5000 fr. par an ass. BMUIIIIMS grills
Ecrire Kaonl D1NAUD, au Bonscat-Médoc (Gironde)

Vtm. Agent,

LES FAILLITES

Occasions

Ull
ILI
Illllfl

de

à

GARANTIE
EFFECTIVE

v

PNEU-VELO

l

un an

d-actif.

Varin, travaux publics, demeurant à MontreallM. Pru-

sous-Bois, 25-bis. rue Franeois-Debcrgue.
vost. syndic.

SAGE-FEMME

des

MOUVEMENT MARITIME
tonte neare et
LIGNES DU LEVANT

U«,lnS3a1.il' pen sion.Piace enfant. Prixmod.Irrépul.

d

époques.Leboan, 89.

f

Siutcri (N.D.L.), à

n

»i

de

Haut

dimanche. (Discrétion). Prend pension.

r. de Lyon, (Gares Lyon. Orléans. Métro)

à

i. Marseille 16 octobre, de Nonmte
Dumbca
York (N.D.L.), Australie-Brème d'Alger 15 octobre.
LiGNE6 DU NOBD-AMEBÎQUE
Lc-Tomaine (C.G.T.), de New.Vork 15 octobre p. le Havre,
ï'iotorian (A11.L.), a Liverpool 16 octobre, de Qaébec.
4 Boulogne 16 octobre, de N.-York.
Statindam (noll.Am.L.7,
Corsica» (AIl.L.), de tjnébec 16 octobre p. Liverpool.
LIGNES DU CENTBE-AMEEJQUE
Bismarck (H.Am.L.), Hambonrg-Meiiqne,de V.-CrM 1S oct.
La-Navarre (C.G.T.), de la Havane 15 octobre p. St-Naiaire.
LIGNES DU SUD-AMEEIQUE
Cav-Orteaal (H.Am.L.), Hambourg-Plata. à Montevideo 15 o»
Guabyba (H.Am.L.), Hambourg-Brésil, dedeParanagu» 15 cet.
Leixoes 1$ cet
Petropolh (H.Am.L.), Plata-Hambourg,
Colonia (Cit.), de Lisbonne 15 octobre p. Fernàmbaeo.
La Pallice 16 octobre, de La Plat».
Oronia (Pac.St-N.), àBordeaux-Plats,
à Montevideo 15 oct
Atlantiaue (M.M.)
Yang-Tsé (M.M.). La Plata-Bordeaux, de Rio 15 octobre.
de La Plate.
Vaatllan (M.M.), a Bordeanx 16 octobre,Moitié.
p.
Formoaa (T,M.), de Santos 14 octobre
Anton]/ (Booth.L.1. à Manaoa 16 octobre, de Para.
LIGNES DU TOUR DU MONDE
a Dnnkeiane 15 octobre, ail. en Eitr. -Orient
(C.B.).
Corse
COURRIERS A POSTER LE 18 OCTOBRE
par paquebot Parana. des
pour Dakar et Bnenos-Aires.
partant de Marseille le 20 octobre.
Transports Maritimes,Majunga,
Ncwi-Bé, Diego-Suarez (Ana.
pour Suez Djibouti.
Tamatave Andevorante, Vatolalave Mo'randava, Tulcarl.
ms.ndrv, Mananzary, Farafamtana, Fort-Dauphin, Maurice
par paqnebot Villt-dt-Tamatave,de la Comet la Réunion.
pagnie Havraise Péninsulaire, quittant Marseille le 29 octobre.

MB

»lïAM»DiKO»R.r»dbcret.c.5'.P'<Pti1CABOH,5j-J3avai.Part».

»

Ul

IJ

découverte, nouveau

dans tous

cas, saasdanger.enquelques heures. ÀYant tout

Les CHAMPIONNATS DU MONDE 1908

I Succès garanti danstous les cas
1 i RensfOKratuits.DlscM'ét.F.cr.M-JULIA

11 • I
IAJJ
£ Altio/ S«!-rMI<el.94,r.Denfert-Rochereau,Pitii
1111

M

PRODUIT AUX USINES DE CLICHY

d'apprendre
sans résultat, auront consolation
principe actif puissant,

infaillible

H

(Vitesse et DemMond)
ont été gagnés sur Pneus-Vélo Continental

«nlt-t.
leyriet dlmxo.
Peni~(EnK!Uh
«pokenW
t.lll'l'l 19,
rue Trouohet
(Madeleine,
tare St-Luara)<

S .On/n

• » bonaduTp's O/oV<»4
as
4 '/Jnté? 4 0/0 1894 c 4r

cpt 95 45

95 50

4

§ "oODwinskVHebsk"

3 »O/O
amortissable.
96259640 4

f

«1,8e.
100. Si30
P50Angleterre
S

Belgique 30/0

S

2-s.c.30fr.



97 30

4

r.OOOfl..

g S?

25

55.
••
Byle et BaeaUn 574.. 571..

Deeau-riUe
lEtabllÇSem')..
Denaii^Anzin.»-••••••
» ••

2no1

prier. iS" 3^" « « ^^F^S j|
LI

12

£§

{5

1879.
foncières 3 0 0 1879.
g foncières 3 0/0 1883.
comm. Z 60

0/0

3,0.. *»
«6..15»Pampelune spéc.)3'h.30/0
30 0 36.

475..
503 75 503
428.5

9175
9450 9650

cpl imib

*me 103 75 103 75
Japonais 4 0/0 cpl 89 70 89 50
8925 8940

Maroc 5

Mexique.40/0

I*
0/0

1904

1904(or).

-4112 (tabacs)

4..

g 0/0 1890 4- c. de 20 fr.

«

g 4 0/0 consolidé

S

Portugais 3 0/0 1- rang..

«

346 50

430 50

12

S

15 -Nord
B

•• Est3 0/0 9U?S

"'?;

••

M

1750 Câbles

^0

S-"

20

r. Hartmann (Machines*»»* 575.. 574..
93

.t£e

4 0/0 1904
463 Hongrois
g
36450

»|a

20..Aneries
deFrance

»

250..

3

13
15

10»0
^7 m
,!? " ,S^ 15 sàSnfmS-Toiiïtei^
œ54Epwae.
(houillères)
16801700 j«g 2Ç00/,°i?£5,£r>

®
uêZ*&8S£®-

89ft
5^ |

DENGLOS. Iinp. 6,B4Poissonnière.

la. rut tu Hêtkirtt. nmutomieaiart

5

-n

••

4W

II 503»
K&i8f£
Eiux5&
pour
l'ïtrangerÎS40/0

93 65
92 50

92

«-

S::

f -efel.||

M

I?50

-.98.. fsh. Tharais

"tt

149 148

^.tSLSSH'S^U^S:: ?û

d, ,1,4.. la..
ia/ ou 20.:

512

96 25

511.

9625

î::PORT:3'0/0"fiî.S"8,SS

•A

4e

«Ai

20 Douanes 74 74

92

(or) c.4

k%

25
4.

sa,

60

rKfi 1

Undeseérants

Gaz

central

4

0/0. «ok 9sh. East «and

110 50

108..

l

-fraltalif 3 3/4 il.
0/0
Hongrie 40/0

3 75

82

9$

944

Rue des Mathurins, Paris.
__

îrw in

HoUande3 0/0c.

4

de Clichy
CLICHY (Seine).

I

"i™i™rëi'

531
7780

520

t n I r ffic 9t
TURC UHIF.-TlS*

/Athènes 100

Domaniales 20

3?.

J

515
..510..

fil =
25

USINES
J04> ,06>

>

Mus enveloppe fermée sans marque extérieure»
PHARMACIE S. Bue Saint-Marc. PARIS.

U-Coi. »acofemme.40. B. Priant

BPiïiTS ™»»r»isi!S

4 PARIS 146; Av. MalakotX

i soo â 1.000* tous

RETÂRDSrrSiSS»!
Eer.:

octobre de Nicolaïefl.
octobn p. Batoum.

16

LIGNES P'AFEIQPE
Natal (M.M.), la Réunion-Matséille, de Djibouti 15 octobre
Concordia\C.K.de Kotonou 16' octobre p. Grand-Bassua.
Londres 16 octobre p. le Cap.
German
LIGNES D'ASIE
Halte (CE.), de SaÏRon p. Tonrane 16 octobre.
A.-de-Kiraaint (O.R.), an Harre 15 octobre. d'Indo-China.
Zitten (N.D.L.). Brëmo-Extr.-Or., à Changhaï 16 octobre.
Pr.-Xiteï-Fried. (N.D.L.), Extr.-Or.-Brême, à Suez il octobre.
LIGNES D'OOEANIE

^^L 8eole imite sérieme tt UftilliMe. Piiemeit âpres rtussite.
^fe»Lle.:I~L.OBEI..l2.RuaAmetot.l>ari*j^

essayé

GAnes 15

Bapern (N.D.L.h de Smyme

St-Martin.

FluMacrtttM)•rXtuaé«J>tta(*U»JUfw.-BuUU<

HIa
Ml

Circulaire franco.

gros bénéfices.

J^a"^?iqi'1nMi?Ma^f%V»MairàaMiiaaàiaiM

225 litres, fut. régie, port, domicile compris.

Kühlenthal, Wiesbaden, Rheinstrasse.
VIN t«VUli> CROZCT. Vltleilltmr. CHlNiS fRllt*.) O
6DlBaVYri Prov. Nord. Aff.150000 fr. Bén.
net 30,000, à céder pour 135,000.
E"- HENRY, 16, rue Vivienne.
Intermédiaires s'abstenir.
VIN EA I KA JoleiGIBAUD.lS.r.Dronot.Part». 90

LancrvOHa- Iteoub'.w

(ler)^

%

m^kamBB^kasl

20.

St.r.dt

de commerce,

Les pilules Dupuytren ou autres
hase de mercure.
Les siroia et solutions iodurées. tous ces produits
d'une
action t'ente et peu sûre qui détériore l'estomac.

tiNCIEN INDUSTRIEL dans la force de l'âge,'
il actif, rompu aux affaires, disposant de capitaux, cherche représentation ou dépôt d'article sérieux. Offres sous n* H.V.198,au Matin.
QUI achèterait hrevet'pr nouveau genre de
bain qui promet énorme succès ? Offres à

Dnuuan BOURJLT

Pflnjfff/
H. BlfrgARP. a»i». rue dvi Boxiloi. Parla

qui sont douloureuses;

Bn vente chez .•
Papeterie Normand. 39, Passage' du Havre
Brands Magasins du Louvre
Brands Magasins du Bon Marché
Jacques et C", 128, me Réaumur.
«psitaire général: F. SAttDMANN,Paris, 17, me fflairteyille.

9HUC

Cctatosue iUustrtFr^ci^

62, Boulevard Magenta, PARIS

id- franco port et emballage

i prévoir sur Valeurs traitées. Bourse

CGLTTTIKTISÉS3
Nouvelle préparation remplaçant les
piqûree

50

chaises cannées.

TORTE HAUSSE

El

'GLOBULES BOUREEAUD

Aine

6

HAnOI

t 0 80, R«« Ri\|oli (Télépborie).

SYPHILIS S
1 JT T..SU contre i Fr.

d Mené complets, lable denuit.
comnlè'e couverture, décente de lit et 2
2 personnes 69 fr., personne 55 f'. chaises garnies.

allonges

H

Consultation, Visite ou lettre: 5tr.

.rçUiL

49. Avenu* des Cbamfcg-Éljrsée»
14. Boulevard Poissonnière

37, Avenue de l'Opéra
180. Boulevard 8t-Gerroaln

Compagnie

»
&»


e7

S0!S?tt«f-^a?8l5ï?Pte,S['"|
-c.
Crédit alg ex-rep.S50fr..

W8

U90

fonc.dAutric.200p. 1115

30
f. ••

foncier de France, 730..

1120

713..

de l'Espagne 4'hyp. '36750 36b
15..
connons 5"Ô/Ô
».25 iiBons
5<hyP- 370.. 370.. 4
Mossamédès
14
Orosdi-BA (act. 100].
deParisact.250fr..
275 .275..
15..
Bons
coupons 5 0/0 9150
92
91 50 92
«
•• (Union des) 1- série. «54.; 843.. 58: Pettt Parisien (aeUons).
15
Orléans 3 0/0
440
#
471..
Thomson-Houston
4
0/0
473.?
I
? Î1/8
S ^iK
nk nk 20
Randtontem
42
Incandesc. p. le gaz ( Auer) 758.. 750..
765- 'M- «'••
50 fjïïon des Gaz 4 1/2 1S88 507
45
0/01M5.
B M8 K 22
Swteur place Clichy. 1230
1235
6sh.6
Rand Mines.
105
Phosphates de^afsa. 4125
418a
1250
Gaz 4 1/21888. 500
7sh.
Kobinson Deep
Raffiner. Say ord.200f.Itiw 183
Soc. éc.chauff. Force Mot 230.. 23150
183 15 r- grand, cent 3 0/0 437 2» 4d6 75 g
2sh.
Bandfontein
46
25
Urb^aine
4
0/0r.300
}2
105
Rieher
(Ane.
Compagnie)
1845
1845
^354..
433
est
433
50150
4sh.RoseDeep
358.
3M
75

y.
wag^UtaioT.™.
501»
0/0. 394 50
12 50
gén. élect et indust.

Comp.

Cent. 1465

1485

30

Magasins

généraux.

627..
225.. 218..

Wts) 8S7

't&a&£Z^

iiS^^i»:: g:: g::

Tiè.
II l1 8iBSSsE; S:: I;; »s^:=Si;;°i:; i;; .psiiiitS! I" Z"
85 40

84

M

.cpl
8575
CtOlt. 8550 .86..

Est.

8 50
30..
57.,

,J»wil370

690.: 698..

13S0
498

de Trignae

114..

Central
Mining. cpl 370..
70

duNord. 197

495..

50

442..



15 |I/f0,10.



3

15-- Sous-Comptoir Entrepr.. 285 5* 288

«3 75

j

«

627..

920.. 60..
Algérienne. |Sa,
73 25 76

Chantiers delà
65

«40

Loire. 1623

Charb. de Sosnowice..çp« 1575

Ce

113 50

3SO..
1630
1565

Tn&a.«i.V,

50 TélégraphesNord

20..

£ liS75 4 0 0

r. à 500 fr.

TO

54450

541..

99 25

99 50

1892 2 1/2 21/2r.l00f.!q')
r. à 1QP f.lq1) 96 75
2 50
50 g?hS94-1896

S3S08»

96 75

4, le 50106SO

U«38 2ojo^r.

Lido,

îiéô
J*

..=

iffiiÇ?. gS Sg marché en banque

ptordi^nandres 3 0/0

436 50 43650

4 ..lArgento i% ,1897-1900. toj»

I;riSp i;: is 515

Autriche-H.a.l™hyp.3(f/0
Barcelone

15

priorité 3 0/0..

5 43 Cacérès-Madrid rer.

422 25 42150

4

3.0

15

367 50
Tar. J53

155

•–

87

,86 65 ^-u

“» pas «* fait de répart.

p-

550
49 25

175..

112 50

40
4S 59

172..
111..

35 50 35 25
35 50 111..

l'eierc. pr*.

aws»rr5sa
81

ss
40/01901-02Hes.teM 8090



*iri le

Charbonnages (O

<=

gen)

*£•»

tanca suivantô

••• ••

E»i«to. 4Te.~ BrfailrArgeBUo,8erl>e*to.M


Aperçu du document N0568852_PDF_1_-1EM.pdf - page 1/8
 
N0568852_PDF_1_-1EM.pdf - page 2/8
N0568852_PDF_1_-1EM.pdf - page 3/8
N0568852_PDF_1_-1EM.pdf - page 4/8
N0568852_PDF_1_-1EM.pdf - page 5/8
N0568852_PDF_1_-1EM.pdf - page 6/8
 




Télécharger le fichier (PDF)


N0568852_PDF_1_-1EM.pdf (PDF, 22.6 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


mgr charles joseph hefele histoire des conciles
n0568852 pdf 1 1em
2014 10 02 eag paok travaux roudourou
turquie les cles de la double offensive d erdogan
8422 20150820
aljuillet2013

Sur le même sujet..