cours génétique des populations (Prof. Benlhabib O.).pdf


Aperçu du fichier PDF cours-genetique-des-populations-prof-benlhabib-o.pdf - page 6/23

Page 1...4 5 67823


Aperçu texte


Génétique des populations

Par conséquent, étant donné les hypothèses faites, les fréquences alléliques restent
constantes et ne varient pas au cours des générations.
Après un cycle de reproductions, les fréquences génotypiques seront:
Croisements

Fréquences

Descendances
AA

AA x AA





AA x Aa

2 DH

DH

Aa x aa

2 DR

Aa xAa



Aa x aa

2HR

aa x aa



Aa

aa

DH

1/4H²

DR

DR

1/2H²

1/4H²

HR

HR


fréq AA = Dn+1 = D² + DH + H²/4 = (D + H/2)² = p²
fréq Aa = Hn+1 = (DH + 2DR + H²/2 + HR) = 2(D+H/2)
(R+H/2)=2pq
fréq aa = Rn+1 = (H²/4 + HR + R²) = (R + H/2)² = q²

Dn+1 = p² = Dn

Hn+1 = 2 pq = Hn

Rn+1 = q² = Rn

Dans les conditions d’équilibre définies par Hardy-Weinberg, les fréquences génotypiques
comme les fréquences alléliques restent constantes d’une génération à l’autre.

Enoncé de la loi de Hardy-Weinberg :
Dans une population isolée d’effectif illimité, non soumise à la sélection, et dans
laquelle il n’y a pas de mutation, les fréquences alléliques restent constantes.
Si les accouplements sont panmictiques, les fréquences génotypiques se déduisent
directement des fréquences alléliques selon la relation de la structure génétique de
Hardy-Weinberg ; elles restent donc aussi constantes.

2. Polyallélisme :

Professeur Ouafae Benlhabib

5