PVCM25juin2015.PDF


Aperçu du fichier PDF pvcm25juin2015.pdf - page 7/55

Page 1...5 6 78955



Aperçu texte


Il y a plusieurs mois déjà, et bien avant les attentats de janvier
dernier, nous avions sollicité la modification de cet arrêté préfectoral relatif à
l’armement des policiers. Cette demande est une étape importante dans la
démarche de développement et de professionnalisation de la police municipale,
notamment face au désengagement de l’Etat en matière de sécurité. On ne voit
plus, en effet, ou presque plus, de fonctionnaires de la police nationale dans nos
rues. Nos policiers municipaux se retrouvent très souvent en primo-intervenants,
à la suite d’accidents de la circulation, de problèmes de tranquillité publique ou
de faits liés à du trafic ou à de la consommation de produits stupéfiants. Nos
agents s’exposent quotidiennement pour aider et protéger la population, et leurs
horaires de travail ont été élargis jusqu’à 2 h 45, comme vous l’avez également
dit, Monsieur le Maire.
Nous souhaitons donc saisir l’opportunité qui nous est donnée, par
ce décret du 29 avril, de bénéficier de cette remise temporaire d’armes de l’Etat
sous forme d’une expérimentation conduite sur 5 ans. Ce décret précise que
cette remise d’armes est une mesure prise afin d’améliorer la sécurité des
policiers municipaux dans l’exercice de leurs fonctions sur la voie publique.
Améliorer leur sécurité, c’est ce que nous voulons, pour qu’ils puissent également
assurer correctement la nôtre. Rappelez-vous, il y a quelques années déjà, nous
avions voté l’achat de gilets pare-balles.
Bien évidemment, un certain nombre de conditions devra être
rempli pour que nos policiers puissent porter ces armes de service sur la voie
publique : formation, évaluation des agents par un psychologue et, pour ce qui
concerne l’éventuelle utilisation de tels outils professionnels, je précise bien
évidemment que seules les conditions d’utilisation entrant strictement dans le
cadre de la légitime défense pourront être autorisées.
M. BRÉTILLON. – Merci. Autre information : j’ai reçu, tout à
l’heure, les représentants d’une société qui s’appelle TIKEHAU. Il s’agit d’une
société financière qui vient de reprendre la propriété du groupe HAMMERSON à
Bercy 2. Après validation de la promesse de vente au mois de septembre, cette
société va donc devenir copropriétaire de Bercy 2, dont CARREFOUR et DARTY
sont aussi propriétaires en partie. J’étais un peu inquiet en apprenant ce
transfert de capitaux. Le syndicat reste toujours le même : la Société des centres
commerciaux. A priori, il n’y aura donc aucun changement pour la clientèle,
sinon une volonté de moderniser et de redynamiser ce centre commercial.
Je vais me permettre de faire une modification dans l’ordre des
délibérations, parce que Madame CAMPOS-BRÉTILLON doit nous quitter à
20 h 30. Conformément à l’article 8 du règlement intérieur du Conseil Municipal,
qui stipule qu’ « une modification dans l’ordre des affaires soumises à
délibération peut être proposée par le Maire sans vote du Conseil Municipal », je
me permets exceptionnellement d’utiliser cet article pour faire passer avant les
délibérations concernant l’urbanisme. A la fin du Conseil, un point d’étape de la
« médiation – prévention » sera fait par Madame GRUBER.

7