Ixtlancorrigé.pdf


Aperçu du fichier PDF ixtlancorrige.pdf - page 1/285

Page 123285



Aperçu texte


INTRODUCTION
Le samedi 22 mai 1971 j’allai au Mexique rencontrer à Sonora
don Juan Matus, un sorcier indien yaqui dont j’avais depuis dix ans été
l’apprenti. Maintes et maintes fois je lui avais rendu visite et celle-ci n’aurait
dû en rien différer des autres, Cependant les événements de ce jour et des
suivants eurent pour moi une influence décisive : mon apprentissage prit
fin. Et cette fois-ci il ne s'agissait pas d’un abandon arbitraire de ma part,
mais d’une fin logique en soi.
L’herbe du diable et la petite fumée et Voir témoignent de cet
apprentissage. Dans ces deux ouvrages mon hypothèse primordiale fut
que les états de réalité non ordinaire causés par l'ingestion de plantes
psychotropiques constituaient pour qui apprend d être sorcier des points
d’articulation cruciaux.
Don Juan maniait trois de ces plantes d la perfection : la Datura inoxia,
plus connue comme Jimsom weed aux États-Unis; la Lophophora
williamsii, le peyotl; et un champignon hallucinogène du genre Psilocybe.
Sous l'influence de ces psychotropiques, ma perception du monde fut
tellement bizarre et impressionnante que j'en étais venu à supposer que
ces états constituaient l’unique voie pour communiquer et apprendre ce
que don Juan essayait de m’enseigner.
Cette supposition était erronée.
9