Ixtlancorrigé.pdf


Aperçu du fichier PDF ixtlancorrige.pdf - page 6/285

Page 1...4 5 678285



Aperçu texte


caisse en bois qui faisait office de table basse. Ses yeux
restaient clos, mais ils remuaient. J’eus l'impression
qu'au travers de ses paupières il m'observait, et cela
m’effraya.
« Don Juan, cet ami avec ce petit garçon, que peut-il
faire d’autre ?
– Dis-lui de choisir soigneusement un clochard très
laid. Dis-lui d'en prendre un jeune, un qui a encore de la
force. »
Il exposa son plan qui était assez curieux. Mon ami
devait demander au clochard de le suivre puis d'attendre
à un endroit où il reviendrait en compagnie de son fils. Si
l'enfant se conduisait mal, le clochard devait, sur un
signe convenu, jaillir de sa cachette, saisir l’enfant et lui
infliger une mémorable fessée.
« Une fois l’enfant bien effrayé, ton ami doit aider son
fils à reprendre confiance, de quelque manière que ce
soit. Après trois ou quatre aventures de ce genre, je te
garantis que ce petit garçon changera d’attitude vis-à-vis
de tout ce qui l’entoure. Il aura changé l'idée qu’il a du
monde.
– Mais si cette frayeur lui donne un choc ?
– La frayeur n'a jamais fait de mal d personne. Avoir
toujours quelqu'un sur le dos en train de frapper, de
commander et d’interdire, voilà ce qui détériore l’esprit.
« Une fois ce garçon devenu plus pondéré, dis à ton
ami de faire une chose de plus. Il doit se débrouiller pour
trouver un enfant mort, chez un docteur, dans un
hôpital, et il devra y conduire son fils. Il lui montrera le
corps et devra faire en sorte que ce petit garçon touche le
cadavre une seule et unique fois, peu importe où à
l'exception du ventre ; il doit le toucher de la main
gauche. Cela fait, le gamin sera différent, pour lui le
monde ne sera plus jamais le même. »
Alors, et alors seulement, je me rendis compte que don
Juan avait utilisé avec moi au cours des années passées
ces tactiques qu’il suggérait pour mon ami. Je le ques14