Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Colloque.Genre.DéveloppementH .pdf



Nom original: Colloque.Genre.DéveloppementH.pdf
Titre: Colloque.GDH. gov.Salé
Auteur: noufissa

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/10/2015 à 10:24, depuis l'adresse IP 41.248.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 467 fois.
Taille du document: 184 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


                                                                                                                                                           

 

Université Mohammed V – Rabat
Maroc
Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales
Salé

Appel à Communications
L'Equipe de Recherche « Genre et Développement Durable »
Organise son 1er
COLLOQUE INTERNATIONAL
Sur :

« GENRE ET DEVELOPPEMENT HUMAIN »

Lieu : Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales - Salé, Maroc

Date : 28 avril 2016
 

1  

                                                                                                                                                           

 

Argumentaire
Dans les années 90, le PNUD s’est penché sur la mesure du niveau de développement des
pays dans le monde à partir de la création et la mise en œuvre de l’indicateur de
développement humain. Cet indice permet de rendre compte de l’état d’avancement des
nations en intégrant à la fois les aspects économiques, sociaux et culturels.
L’objectif étant de pallier les insuffisances des instruments de mesure classiques qui mettent
l’accent sur le PIB et le revenu national en termes monétaires et ne permettent pas d’évaluer
la nature qualitative du développement.
Suite à l’accélération du progrès technique, les exigences de préserver la qualité de vie ont
mis en exergue la nécessité de prendre en compte de nouvelles variables notamment
l’espérance de vie, l’éducation, la facilité d’accès aux ressources nécessaires pour assurer un
niveau de vie digne, et préserver les libertés et l’environnement. Le développement de l’IDH
permet de redonner ainsi à l’Homme la place centrale qui lui revient dans tout processus de
développement.
Dans le cadre du nouveau discours sur le développement, le PNUD affirme que « la lutte pour
le développement humain et la réalisation des droits de l’homme reposent, à bien des égards,
sur une même motivation. Elles reflètent un engagement fondamental en faveur de la liberté,
du bien-être et de la dignité des individus, dans toutes les sociétés. Ces préoccupations
sous-jacentes sont défendues de diverses manières depuis longtemps (la déclaration française
des droits de l’homme et de citoyen date de 1789), mais les travaux récents sur le
développement humain donnent une forme nouvelle à des aspirations et à des objectifs
anciens »1
Le principe selon lequel le développement doit être perçu comme un processus d’expansion
des libertés réelles est devenu la référence fondamentale des travaux de recherche actuels sur
le développement. Cette influence s’est beaucoup répandue dans les recherches récentes, y
compris au sein des institutions de « Bretton Woods » (Banque mondiale et FMI) qui
défendaient jusqu’à ces derniers temps une conception spécifique du développement,
justement critiquée par Amartya Sen.
Cette conception, qualifiée d’orthodoxe, ou standard, et définie par ses fondements utilitaires,
réduit le développement à sa dimension purement économique et matérielle.
La révision de la définition du développement est parallèle à la critique de la philosophie
utilitariste, concernant aussi bien sa définition de la nature humaine que celle des critères de
justice : la nature humaine ne se réduit pas à la poursuite de l’intérêt matériel, et le
développement de l’homme ne se limite pas à l’amélioration de ses conditions de vie
matérielle ; les critères de justice de l’utilitarisme permettent de sacrifier les droits et libertés
au nom du principe de maximisation de l’utilité et doit être pour ces raisons rejeté.
                                                                                                               
1

 

PNUD, « droits de l’homme et développement humain », 2001, p19.

2  

                                                                                                                                                           
 
A ce propos, lorsque Amartya Sen définit le développement comme « processus d’expansion
des libertés réelles dont jouissent les individus » 2 , il désigne les libertés substantielles
associées à la réalisation « des capacités élémentaires, telles que la faculté d’échapper à la
famine, à la malnutrition, à la morbidité évitable et à la mortalité prématurée, aussi bien que
les libertés qui découlent de l’alphabétisation, de la participation politique ouverte, de la libre
expression, etc. »3.
Les libertés deviennent des composantes essentielles du développement et doivent
nécessairement être traduites en termes de droits4 afin que l’environnement institutionnel soit
favorable à leur expansion. La justification d’une telle position découle de la réclamation
d’une tradition de pensée selon laquelle éthique et économie sont indissociablement liées5.
Les femmes et les hommes constituent ainsi la vraie richesse de tout pays. L’amélioration des
capabilités, considérée comme le processus d’élargissement des choix des individus donne sa
vraie signification au concept de développement. Ce dernier montre la nécessité de prendre
l’Homme dans son acceptation globale, sans aucune discrimination de religion ou de sexe
impliquant ainsi l’incontournable intégration de la dimension genre.
A ce niveau, il est essentiel de souligner que tout déséquilibre entre l’homme et la femme
altère profondément tout le processus de développement humain et durable. En effet, nul ne
peut nier, tant au niveau des nations qu’à celui des régions, que les femmes constituent une
ressource insuffisamment associée au développement économique et social, et très peu
impliquée dans la gestion de la société et la prise de décision.
Les femmes restent au centre des préoccupations des questions du développement humain
bien qu’elles constituent la catégorie la plus vulnérable des populations des pays en
développement. Elles ne bénéficient pas des mêmes opportunités que les hommes et ne
jouissent que très faiblement des potentialités et des résultats du développement.
Les discriminations touchant les femmes apparaissent particulièrement dans les domaines de
la santé, de l’éducation, de la représentation politique et sur le marché du travail, etc. Cette
situation altère leur liberté de choix et le développement de leurs capabilités.
Cette manifestation scientifique se fixe comme objectifs de :
o débattre autour des questions et problématiques sensibles au Genre et au
développement humain ;
o constituer un groupe de réflexion autour des thématiques relatives au Genre et
développement humain ;
o partager les expériences de recherche et d’action au plan international ;
o permettre aux doctorants travaillant sur les axes du colloque de présenter l’état
d’avancement de leurs travaux de recherche, devant un jury multidisciplinaire
et d’échanger autour de leurs thèses.
                                                                                                               
2

Sen Amartya, « un nouveau modèle économique », op, cit, p15
Idem, p56
4
Idem, p323
5
Sen Amartya, « Ethique économique », Paris, PUF, 1993.
3

 

3  

                                                                                                                                                           

 

Axes du colloque :
AXE I : Genre et développement économique et social
1.
2.
3.
4.
5.
6.

Santé et possibilités d’accès aux soins
Education et renforcement des capacités
Pauvreté, inégalités, revenu et répartition
Développement durable, préservation de la nature et droits des générations futures.
Femmes, marchés du travail et rémunération
Genre, économie sociale et solidaire et activités génératrices de revenu

AXE II : genre, gouvernance et enjeux politiques
1.
2.
3.
4.

Femmes, démocratie, représentation politique et prise de décision
Femmes, égalité des chances et parité
Femmes et accès aux postes de responsabilités
Genre et performance des organisations

AXE III : genre, contexte social et culturel
1.
2.
3.
4.
5.

Femme, famille et exigences du handicap
Perceptions de la femme dans la société
Femmes et libertés
Ouverture, échanges interculturels et promotion du statut des femmes
Situations des femmes et types de civilisations
6. Femmes  et  hommes  :  contexte  et  relations    

Calendrier à retenir :
o Date limite d'envoi des intentions de communication (une page maximum) :
29 novembre 2015

o Notification aux auteurs: 10 décembre 2015
o Date limite d'envoi des communications acceptées: 13 Mars 2016
o Dates du déroulement du Colloque: 28 Avril 2016
Les communications retenues doivent être envoyés aux adresses suivantes :
 noufissa.elmoujaddi@gmail.com
 karim.khaddouj@gmail.com
Les communications retenues et présentées au colloque feront l'objet d'un ouvrage collectif.
Les communications proposées doivent comprendre également les coordonnées des auteurs et
leurs établissements d'appartenance.
Les textes des communications ne doivent pas dépasser 25 pages, bibliographie et annexes
incluses.
 

4  

                                                                                                                                                           

 

Comité scientifique





















Khalid Hammes (Faculté de droit, Salé (Doyen)- Université Mohammed V, Rabat,
Maroc) ;
Noufissa El Moujaddidi (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé) ;
Elisabeth Hofmann (Université Michel de Montaigne, Bordeaux, France) ;
Fatima Ouazzani Chahdi (Université Mohammed V, Rabat, Maroc, FSJES de Souissi) ;
Hélène Guetat-Bernard (Ecole Nationale de Formation Agronomique, Toulouse, France) ;
Khaddouj Karim (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé) ;
Marie-Dominique de Suremain (Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les
Hommes, France) ;
Latifa Bouhcini (Institut National de l’Action Sociale, Tanger, Maroc) ;
Erick    Leroux  (université  de  Paris  13  Sorbonne  Paris  Cité,  France)  ;
Karima Ghazouani (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé) ;
Mustapha Machrafi (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé) ;
Malika Souaf (Université Ibn Zohr, Agadir, ENCG) ;
Amel Grami (Université Manouba, Tunisie) ;
Youssef El Wazani (Université Ibn Zohr, Agadir, ENCG, Maroc) ;
Mounir Fouad (Ecole Nationale Forestière d’Ingénieurs, Salé, Maroc).
Taoufik Daghri (Université  Mohammed  V,  Rabat,  Maroc  –  FSJES  de  Salé)  ;
Mourad Lemtaoui (Université Hassan I, ENCG, Settat, Maroc)
Yolande Benarrosh (Aix-Marseille Université, France)
Laurent Bourdeau (Université Laval, Quebec) ;

Comité d’organisation







Khaddouj Karim (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé) ;
Karima ghazouani (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé) ;
Noufissa El Moujaddidi (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé) ;
Khalid Nafil (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé) ;
Naima Lakhlifi (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé) ;
Samira Kasmi (Université Mohammed V, Rabat, Maroc – FSJES de Salé).
Les doctorants inscrits à la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques
et Sociales- Salé:








 

Ichrak el Aoussi
Mohammed Saadeddine
Reda Naciri
Hasnae Tiguit
Maria Jaafari
Asmae Chouhaibi

5  


Documents similaires


Fichier PDF colloque genre developpementh
Fichier PDF colloque innov 5
Fichier PDF affiche colloque tebessa
Fichier PDF emploi du temps s1 profeg 2012 2013
Fichier PDF colloque marseille 2017
Fichier PDF la liste des admis onfi rabat


Sur le même sujet..