La plume des eleves octobre 2015 maj 261115.pdf


Aperçu du fichier PDF la-plume-des-eleves-octobre-2015-maj-261115.pdf - page 4/12

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12



Aperçu texte


L’Aéro-article
Nous nous en étions donc arrêtés au tout début de l’aviation quand on parle
du plus lourd que l’air. Faisons alors un petit retour en arrière, un flash back
de quelques centaines d’années seulement (ce qui est peu face au temps qu’a
pris le vol pour passer de légende à réalité).
Nous voici ainsi au temps de Louis XVI, quand deux frères, pas les Wright
cette fois, mais les Montgolfier, qui tout comme beaucoup d’hommes sont des
passionnés par les propriétés de l’air. Ils vont faire une petite découverte
(oui, ce sont bien eux qui vous ont rajouté un chapitre de physique) : l’air
chaud est plus léger que l’air froid. C’est en 1782 qu’ils mettent une chemise
en soie qu’ils ont pris soin de fermer au col dans la cheminée, et cette
dernière s’élève à leur grande surprise! Ils tissent alors plusieurs ballons
allant jusqu'à 900m3 qui montent à 1 Km d’altitude… imaginez-vous, c’est
plus haut que le Burdj Kalifa. Mais le gros problème de ce concept reste son
atterrissage quelque peu dangereux… Cependant, c’est grâce à ce défaut de
conception qui aura fait flamber les champs aux alentours que l’Académie
des Sciences en entendra parler. Les deux inventeurs sont attendus à Paris,
où en 1783 devant le roi et sa cour, pour l’occasion, un nouveau ballon (le
précédent étant encore partit en fumée...) tissé aux couleurs de la royauté
cette fois, grimpe dans les airs après que les passagers, un canard, un coq et
un mouton, aient embarqués.

Guillaume Auvray