Unexpected Importance of Potential parasites .pdf



Nom original: Unexpected-Importance-of-Potential-parasites.pdfTitre: Unexpected Importance of Potential parasites in the Composition of the freshwater small-eukaryote communityAuteur: Jordhan Bonnand

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® PowerPoint® 2013, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 01/12/2015 à 17:28, depuis l'adresse IP 46.193.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 417 fois.
Taille du document: 1.8 Mo (29 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


UNEXPECTED IMPORTANCE OF
POTENTIAL PARASITES IN THE
COMPOSITION OF THE FRESHWATER
SMALL-EUKARYOTE COMMUNITY
LEPÈRE C, DOMAIZON I, DEBROAS D. APPL ENVIRON MICROBIOL. 2008
MAY;74(10):2940-9. DOI: 10.1128/AEM.01156-07. EPUB 2008 MAR 21.

CONTEXTE
PICOPLANCTON : - RÔLE FONDAMENTAL DANS LE FONCTIONNEMENT DES
ÉCOSYSTÈMES AQUATIQUES (PRODUCTEURS PRIMAIRES).

- MAIS PEU DE CARACTÉRISTIQUES MORPHOLOGIQUES QUI
PEUVENT ÊTRE IDENTIFIÉES EN MICROSCOPIE
 DONC UTILISATION DE TECHNIQUES MOLÉCULAIRES POUR IDENTIFIER ET
DÉCRIRE LA DIVERSITÉ DU PICOPLANCTON EUCARYOTE DANS LES ENVIRONNEMENTS
AQUATIQUES.
 CEPENDANT LA DIVERSITÉ, LA DISTRIBUTION ET L’ABONDANCE NATURELLE DU
PICOPLANCTON EUCARYOTE ONT ÉTÉ TRÈS PEU ÉTUDIÉES EN EAU DOUCE.
 DES ÉTUDES RÉCENTES RÉVÈLENT UNE GRANDE DIVERSITÉ EN ARN 18S DANS LES LACS.

OBJECTIFS

IDENTIFICATION DES PRINCIPAUX GROUPES PHYLOGÉNÉTIQUES EUCARYOTES
PRÉSENTS DANS L’ÉPILIMINNION DU LAC DU BOURGET (LAC MÉSOTROPHE). VIA
DEUX MÉTHODES MOLÉCULAIRE DISTINCTES (CLONAGE/SÉQUENÇAGE ET TSAFISH)

 DESCRIPTION DE LA COMPOSITION ET DE L’ÉVOLUTION DES COMMUNAUTÉS
EUCARYOTES DU PICOPLANCTON (0.2 À 5µM) À DEUX DATES DIFFÉRENTES:
AOÛT ET MAI.

MATÉRIEL ET MÉTHODES
HYBRIDATION IN SITU COUPLÉE À UNE AMPLIFICATION DU SIGNAL TYRAMIDE
 TSA-FISH.
CLONAGE TOPO TA/SÉQUENÇAGE.
COMPARAISON AUX BANQUES DE DONNÉES.
ANALYSE PHYLOGÉNÉTIQUE.

ECHANTILLONNAGE
 PRÉLÈVEMENTS ENTRE 100 ET 120 ML D’EAU DU LAC.
 DEUX FILTRATIONS SUR FILTRE DE POLYCARBONATE (PORES DE 5µm PUIS PORES DE 0.2µm).
 FIXATION DES BACTÉRIES AU FORMALDÉHYDE (1%).
 FIXATION DES PROTISTES AU GLUTARALDÉHYDE (4%).

 FIXATION DU MÉTAZOOPLANCTON AU SUCROSE/FORMALDÉHYDE (6/4%).
 COMPTAGE DU MICROPHYTOPLANCTON ET DU MÉTAZOOPLANCTON À L’INRA.

EXTRACTION D’ADN
Filtres

Tampon (tris EDTA) et de solution de lysozyme, et incubation à
37 °C durant 30min.

SDS et protéinase k et incubation à 37°C, 60min.

Après ajout de bromure d'hexadécyltriméthylammonium
(CTAB), les échantillons sont incubés à 65°c pendant 10min.

Chloroforme-éthanol

Phénol-chloroforme

 Après ajout d’isopropanol , les acides nucléiques sont précipités à 20°C
pendant 12h.
 Après centrifugation , le culot d’A.D.N. est rincé avec de l’éthanol et
resuspendu dans du tampon Tris-Edeta.
 L’A.D.N. est quantifié par fluorescence (DNA quantification kit; Sigma) et
stocké à 20°C.

AMPLIFICATION PCR
 Avec amorces Ek-82F, Ek-1F
et Ek-1520R (spécifiques des
eucaryotes).

MÉTHODE DE CLONAGE TOPO TA
 INSERTION DIRECTE DU PRODUIT D’AMPLIFICATION PCR DANS UN VECTEUR
PLASMIDIQUE.
 SANS LIGASE, SANS PROCÉDURE POST-PCR, ET SANS SÉQUENCES SPÉCIFIQUES
DANS LES AMORCES PCR.
 LE VECTEUR PLASMIDIQUE EST FOURNI LINÉARISÉ AVEC :
- 3´-THYMIDINE (T)
- UNE TOPOISOMERASE 1 ATTACHÉ DE FAÇON COVALENTE
(LE VECTEUR EST DIT ACTIVÉ)

CLONAGE TOPO TA
 La Topoisomérase 1 se lie a l’ADN
et brise une liaison phosphodiester
en 5’ après CCCCTT sur un brin.

 L’énergie est conservée par
formation d’une liaison covalente
entre le résidu 3’phosphate et un
résidu tyrosine de la
topoisomérase.
 L’extrémité 5’hydroxyle du brin
coupé original attaque la liaison
phospho-tyrosyne, relâchant
l’enzyme.

CLONAGE TOPO TA
 Le kit fournit des bactéries
compétentes.
 Transformation par choc
thermique.
 Sélection ampicilline ou
kanamycine.

 Crible des transformants
lacZ-/+, blancs/bleus.

ANALYSE RFLP (RESTRICTION FRAGMENT LENGTH
POLYMORPHISM)
 LES CLONES SONT SÉLECTIONNÉS AU HASARD DANS LES
BOITES  LES INSERTS CONTENANT LA SÉQUENCE CODANTE
SONT RECHERCHÉS PAR PCR EN UTILISANT LES SÉQUENCES
FLANQUANTES M13F ET M13R.
 LES PRODUITS D’AMPLIFICATION DE LA TAILLE DÉSIRÉE SONT
DIGÉRÉS PAR HAE III.
 SÉPARATION PAR ÉLECTROPHORÈSE.
 LES CLONES PRODUISANT LE MÊME PROFILE RLFP SONT
CONSIDÉRÉS COMME APPARTENANT AUX MÊMES OTUS
(OPERATIONAL TAXONOMIC UNIT).
 AU MOINS UN CLONE DE CHAQUE OTU EST SÉLECTIONNÉ ET
SEQUENCÉ.

ANALYSE PHYLOGÉNÉTIQUE
 COMPARAISON DES SÉQUENCES AVEC LES SÉQUENCES DISPONIBLES DANS LA BASE DE
DONNÉES BLAST.
 ALIGNEMENTS DES SÉQUENCES DANS LA BASE DE DONNÉES ARB.
 CORRECTION MANUELLE DES RÉSULTATS.
 CRÉATION D’UN ARBRE PHYLOGÉNÉTIQUE OPTIMISÉ GRÂCE AU PRINCIPE DE PARCIMONIE.

• AFIN DE CRÉER L’ARBRE : ON DÉFINIT UN CLADE ENVIRONNEMENTAL COMME
COMPRENNANT AU MOINS 2 SÉQUENCES AVEC AU MOINS 95% D’IDENTITÉ ET DES
ÉCHANTILLONS D’ORIGINE D’AU MOINS 2 SITES AQUATIQUES DIFFÉRENTS.

TSA-FISH
• PRÉPARATION DES ÉCHANTILLONS
• HYBRIDATION :
 FLUORESCEIN ISOTHIOCYANATE
 4 SONDES
 COLORATION AU CALCOFLUOR BLANC
 COMPTAGE

TSA-FISH
Tyramide Signal Amplification-Fluorescent in situ Hybridization
Cellules cibles
(de 0,2 à 5 µm)

+

HRP

+

T
FITC

Sonde oligonucléotidique marquée au FITC
( EUK 1209R)

1) Dénaturation
2) Déshydratation

3) Perméabilisation

HRP:HorseRadish Peroxydase
FITC: Fluoresceine IsoThioCyanate

VISUALISATION:
- MICROSCOPE À ÉPIFLUORESCENCE
- MICROSCOPIE CONFOCALE
COMPTAGE:
-CYTOMÉTRIE EN FLUX

RÉSULTATS
 LA DIVERSITÉ DES EUCARYOTES (0.2 À 5µM) VARIE SELON LA PÉRIODE (MAI/AOÛT).
 LACS MÉSOTROPHES PLUS DIVERSIFIÉS QUE LACS AVEC NIVEAUX TROPHIQUES DIFFÉRENTS. ( LA TAILLE
DU LAC DEVANT ÊTRE CONSIDÉRÉE).
 IL EXISTE UNE RELATION POSITIVE ENTRE L’AIRE DU LAC ET LA RICHESSE EN BACTÉRIES. (CONCEPT
« ISLAND BIOGEOGRAPHY »)
 LE LIEN ENTRE LA DIVERSITÉ DES PROTISTES ET LE STATUT TROPHIQUE DU LAC N’A PU ÊTRE MIS EN
ÉVIDENCE SIGNIFICATIVEMENT DANS CETTE ÉTUDE.

 MAIS LE NIVEAU D’EUTROPHISATION, TOUT COMME LA COMPÉTITION, LA PRÉDATION ET L’ACCÈS AUX
RESSOURCES SONT DES FACTEURS IMPORTANTS POUR LA DIVERSITÉ DU LAC.

COMMUNAUTÉ PHYTOPLANKTON ET
MÉTAZOOPLAKTON

Mai

• DIFFÉRENCE DANS LA STRUCTURE DU NANO- ET
MICROPHYTOPLANKTON ENTRE LES MOIS DE MAI ET AOÛT:
 PICOPLANCTON:

Diatomées

MAI: CHLOROPHYCEAE (64%) ET DE DIATOMÉES (22%)
AOÛT: CYANOBACTÉRIES (39%), CHLOROPHYCEAE
(34%) ET CHRYSOPHYCEAE (14%)

Chlorophyceae

Août

 ZOOPLAKTON:
MAI: CLADOCERANS (74,4%), ROTIFER (19%) ET
COPEPODS (21%)

Chrysophyceae
Cyanobactéries

AOÛT: CLADOCERANS (59%), ROTIFER (2%) ET
COPEPODS (41%)
Chlorophyceae

COMMUNAUTÉ EUCARYOTE
• TSA-FISH => IDENTIFICATION ET QUANTIFICATION DES PETITS EUCARYOTES TOTAUX ET DES GROUPES
SPÉCIFIQUES.
• SONDES EUK 1209R (CONCENTRATION TOTALE EUCAROYTE):
 CONCENTRATION DE 2053,4 (CELL/ML) EN MAI.
 CONCENTRATION DE 1272,6 (CELL/ML) EN AOÛT.

• SONDES NCHLO01 CIBLENT 44,4% DES EUCARYOTES TOTAUX EN MAI ET 43,1% EN AOÛT.
• SONDES NCHLO02 CIBLENT 27,2% DES EUCARYOTES TOTAUX EN MAI ET 17,2% EN AOÛT.

• SONDES CRYPT13 CIBLENT 26,6% DES EUCARYOTES TOTAUX EN MAI ET 33,5% EN AOÛT (2 FOIS PLUS QUE
POUR LA SONDE NCHLO02).
• OBSERVATION MICROSCOPIQUE APRÈS COLORATION À LA PRIMULINE: CRYPTOPHYTES DOMINENT LES
FLAGELLÉS PIGMENTÉS.

• CALCOFLUOR BLANC COUPLÉ À LA TSA-FISH: FUNGUS (19,2%) EN MAI ET (6,9%) EN AOÛT.

LIBRAIRIE ARNR 18S
 LES CONSTRUCTIONS DES CLONES DONNENT UNE INFORMATION TAXONOMIQUE PRÉCISE SUR LA
COMPOSITION DE LA COMMUNAUTÉ EUCAROYTE.

 SUR UN TOTAL DE 486 CLONES: IDENTIFICATION DE 129 OTUs APRÈS ANALYSE DES PROFILES RFLP.

 LE SÉQUENÇAGE DES CLONES ONT PERMIS LA CONSTRUCTION DE DIFFÉRENTS GROUPES
PHYLOGÉNÉTIQUE.

CRYPTOPHYTA
 EUCARYOTES PIGMENTÉS
 30% DES EUCARYOTES (0.2 À 5µM) TOTAL DÉTECTÉS PAR
TSA-FISH
 4 CLADES IDENTIFIÉS

CHLOROPHYTES
 3 SÉQUENCES AFFILIÉES AUX CHLAMIDOMONALES DANS LE LAC.
 22% DES EUCARYOTES CIBLÉS AVEC LA SONDE EUK 1209R (TSAFISH) POUR LES DEUX DATES.
 ENVIRON 45% DES EUCARYOTES CIBLÉS AVEC LES BANQUES DE
CLONES DE L’ARN 18S.
 CHLOROPHYTES SOUS ESTIMÉS AVEC LA MÉTHODE TSA-FISH :
 CECI PEUT ÊTRE EXPLIQUÉ PAR LA DIFFÉRENCE DU NOMBRE DE
COPIES DE L’ARN 18S OU DES BIAIS DANS LA PCR.

 ESSAI DE CORRECTION AVEC AMPLIFICATION DU GÈNE DE LA
RUBISCO.

HAPTOPHYTES
 EUCARYOTES PHOTOSYNTHÉTIQUES TOUJOURS PRÉSENTS
EN FAIBLE PROPORTION DANS LES LACS ET LES
ENVIRONNEMENTS MARINS.

 UNE SEULE SÉQUENCE RETROUVÉE DANS LE LAC DU
BOURGET (EN AOÛT).

CHRYSOPHYCEAE

• PRÉSENTS À UNE SEUL DATE : LE 16 MAI.

• 8 SÉQUENCES DE OIKOMONAS MUTABILIS.
• CES SÉQUENCES ET D’AUTRES ÉTUDES  UN GRAND CLADE FORMÉ PAR LES
SÉQUENCES DES ÉCOSYSTÈMES D’EAU DOUCE À TOUS LES NIVEAUX
TROPHIQUE SAUF EN HYPERTROPHIQUE.
• CHRYSOPHYCEAE SONT RECONNUS COMME UN IMPORTANT COMPOSANT
DES MILIEUX D’EAU DOUCE.

RHIZARIA
 GROUPE NON IDENTIFIABLE AU MICROSCOPE: UTILISATION DES TECHNIQUES
DE BIOMOL POUR LES IDENTIFIER.
• CLASSÉS DANS LE GROUPE DES FLAGELLÉS NON IDENTIFIÉS LORS DES
PRÉCÉDENTES ÉTUDES.

• ACANTHAREA RETROUVÉS UNIQUEMENT EN MAI:
 HÉTÉROTROPHES TYPIQUES DES EAUX OCÉANIQUE
 DISTRIBUTION COSMOPOLITE.
=> ADAPTATION OU TRANSPORT SUR LONGUE DISTANCE.
AUCUNE SÉQUENCE RETROUVÉE DANS D’AUTRES ÉTUDES EN SYSTÈME
LACUSTRE.
SÉQUENCES RETROUVÉES SE SITUENT PRÈS DE SÉQUENCES MARINES, À UNE

POSITION SPÉCIFIQUE DANS LA COLONNE D’EAU (FORTE PROFONDEUR).

CILIÉS
• SÉQUENCES RETROUVÉES COMPRENNENT 2 CLADES D’ALVÉOLATES APPARTENANT AU GROUPE
DES CILIÉS
• => PRINCIPAL GROUPE DE LA LIBRAIRIE DE CLONES EN AOÛT (39 %) => REPRÉSENTE 5% DES
CLONES EN MAI.
• DÉTECTION DE CES SÉQUENCES DANS LA FRACTION DU PICOPLANCTON:
 PROBLÈMES DANS LA MÉTHODE ?
 EXPLICATION LA PLUS PROBABLE EST LA PRÉSENCE DE PETITS CILIÉS NON IDENTIFIÉS => FUTURES
RECHERCHES (SONDES SPÉCIFIQUES + MICROSCOPIE PERMETTRAIENT DE RÉPONDRE SUR LA PRÉSENCE DE
CES ORGANISMES (LARGES CELLULES) DANS LA PETITE FRACTION).

ALVÉOLATES
• LE GROUPE DES ALVÉOLATES A ÉTÉ IDENTIFIÉ À PARTIR
DE SÉQUENCES RETROUVÉES DANS DES
ENVIRONNEMENTS MARINS.

=> ALVÉOLATES

MARINS NON RETROUVÉS
DANS CE LAC OU DANS D’AUTRES SYSTÈMES
LACUSTRES.

MYCÈTES










LES MYCÈTES SONT RENCONTRÉS DANS TOUS LES LACS.
30% DES OTUS (40% DES CLONES) POUR LES DEUX DATES.
DOMINENT LE 16 MAI AVEC 24 SÉQUENCES (40% DES CLONES).
CHYTRIDIALES (SOUS FORME DE ZOOSPORES PÉLAGIQUES (2 À 5µM))
REPÉRÉS À L’AIDE D’UNE ANALYSE MORPHOLOGIQUE EN MICROSCOPIE.
PARASITES DE BACILLARIOPHYCÉES, DE CHRYSOPHYCÉES, DE
CYANOBACTÉRIES...
RÔLE DANS LA SUCCESSION DES COMMUNAUTÉS DE PHYTOPLANCTON ET
DANS LA RÉDUCTION DES BLOOMS ALGAUX.
EX: LORSQU’IL Y A MOINS DE MYCÈTES EN AOÛT IL Y A PLUS DE
PLANKTHRONIX (CYANOBACTÉRIES), L’INVERSE EN MAI.
RELATION BACILLARIOPHYCÉES/MYCÈTES N’A PAS PU ÊTRE MONTRÉE.

PERKINSOZOA
• ALVÉOLÉS À LA BASE DES APICOMPLEXÉS ET DINOFLAGELLÉS.
• PARASITES AVEC UN PASSAGE EN ZOOSPORES
 PERKINSUS MARINUS PARASITE DE BIVALVES
 PARVILUCIFORA INFESTANS PARASITES DE DINOFLAGELLÉS

• DANS LE LAC DU BOURGET : UN CLADE INCLUANT DES ESPÈCES
MARINES.

Perkinsozoa

CONCLUSION
 MISE EN ÉVIDENCE D’UNE GRANDE DIVERSITÉ ET DE L’IMPORTANCE DES DIFFÉRENTS
GROUPES D’EUCARYOTES (0.2 À 5µM) DANS L’ÉPILIMNION D’UN LAC MÉSOTROPHE.
 CONSTRUCTION DE LA PHYLOGÉNIE DES DIFFÉRENTES LIGNÉES.
 D’HABITUDE LE PARASITISME EST ÉCARTÉ DES RÉSEAUX TROPHIQUES LACUSTRES.
 LES DEUX MÉTHODES D’ANALYSE MOLÉCULAIRE SONT COMPLÉMENTAIRES ET ONT
PERMIS LA RÉVÉLATION DE BIAIS.

 LES RÉSULTATS MONTRENT ICI L’IMPORTANCE DES MYCÈTES ET PERKINSOZOA COMME
PARASITES POTENTIELS DES EUCARYOTES PHYTOPLANCTONIQUES D’EAU DOUCE.
 CECI SUGGÈRE QUE PLUS DE RECHERCHES SUR CES GROUPES SONT NÉCESSAIRES
POUR COMPRENDRE LEUR RÔLE ÉCOLOGIQUE ET LEUR IMPACT SUR LA DYNAMIQUE
DES POPULATIONS MICROBIENNES ET PHYTOPLANCTONIQUES.


Aperçu du document Unexpected-Importance-of-Potential-parasites.pdf - page 1/29
 
Unexpected-Importance-of-Potential-parasites.pdf - page 3/29
Unexpected-Importance-of-Potential-parasites.pdf - page 4/29
Unexpected-Importance-of-Potential-parasites.pdf - page 5/29
Unexpected-Importance-of-Potential-parasites.pdf - page 6/29
 




Télécharger le fichier (PDF)


Unexpected-Importance-of-Potential-parasites.pdf (PDF, 1.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


unexpected importance of potential parasites
exemple stegano
crisp chine 2
cours thierry desnos clonage positionnel
241016 10h15 12h15 moreau 32 31
chep seq

Sur le même sujet..