Dossier sponsoring A3A .pdf



Nom original: Dossier sponsoring A3A.pdfTitre: Microsoft Word - Dossier sponsoring A3A.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.4 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/12/2015 à 09:42, depuis l'adresse IP 80.119.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 485 fois.
Taille du document: 8.2 Mo (14 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Cette   association   régie   par  la  loi   de  1901  est    née  en   1984.  Elle  est   composée  
d’une   trentaine   de   membres   dont   20   pilotes   et   10   mécaniciens,   tous  
bénévoles.    
 
Elle   s’est   donnée   pour   mission   de   retrouver,   récupérer   et   restaurer,   pour  
mettre  en   vol,   des   avions   anciens   que  l’on  peut  voir   évoluer   lors  de   meetings,  
de   salons   aéronautiques,   de   défilés   aériens   ou   de   toutes   autres  
manifestations  historiques  ou  aériennes.    
 
Il  est  également  possible   de  découvrir   les   machines  de  l’A3A  lors  d’opérations  
«  découverte  de  l’aviation  »  régulièrement  organisées  par  les  650    aéro-­‐clubs  
français  répartis  sur  450  aérodromes.    
 
Notons,   pour   compléter,   que   l’A3A   est   l’une   des   rares   associations   à   être  
reconnue  par  l’Armée  de  l’Air  pour  la  sauvegarde  de  son  patrimoine.    
 
L’A3A   met   aujourd’hui   en   œuvre     six   machines   dont   trois   Flamant,   un  
Broussard,  un  Piper  Cub,  un  Cap  10.  
Dans   les   années   à   venir   ce   parc   devrait   se   renforcer   par   un   T-­‐6,   un   TB   30  
Epsilon,  un  Flamant,  un  Fouga  Magister.  

 
Un  peu  d'histoire  
 
L’appareil  fétiche  de  l’A3A  est  le  Dassault  Flamant.    
Cette   machine   fut   le  premier   avion   construit   en   France   juste  
après  la  seconde  guerre  mondiale.  Il  est  sur  ce  point  déjà  un  
véritable  symbole,  si  l’on  sait  en  plus  que  son  concepteur  fut  
le   célèbre   Marcel   Dassault   père   du   Mirage   et   du   Rafale  
fleuron   actuel   de   l’Armée   de   l’air,   l’on   se   rencontre   alors   à  
quel   point   le   Flamant   est   précieux   pour   le   patrimoine  
aéronautique  mais  aussi  industriel  de  notre  pays.    
Le  premier  vol  de  l’avion  eut  lieu  le  10  février  1947  soit  7  mois  
après   que   le   ministère   des   armées   passe   commande   pour   la  
réalisation  d’un  prototype  pour  un  avion  multirôle.    
En   effet   celui   qui   allait   devenir   le   Flamant   devait   pouvoir  
servir   à   entraîner   les   pilotes   sur   des   avions   multi   moteurs,    
leur   apprendre   le   bombardement,   la   navigation   à   basse   et   à  
haute   altitude   mais   aussi   servir   pour   les   liaisons   entre   bases  
ou  encore  le  transport  de  VIP...    
C’est  un  total   de  350   Flamant  que  Dassault  va  produire   dans  
ses  usines  à  partir  de  1947.    
Il   sera   décliné   en   3   versions   toutes   mues   par   un   moteur  
français  le  Snecma  Renault  12  T  de  580  CH      
 

Aujourd'hui  l’amicale  en  possède  4…

Après   avoir   effectué   son   1er   vol   en   avril  
1953,   il   a   été   basé   successivement   à  
AVORD  
(Cher),  
TOULOUSE  
et  
CHATEAUDUN.   En   1956,   il   franchit   la  
Méditerranée  
pour  
rejoindre  
le  
Groupement  d'Outre  Mer  n°86  à  BLIDA  en  
Algérie.   Il   est   reconditionné,   c'est-­‐à-­‐dire  
équipé   des   derniers   progrès   de   la  
technologie   en   1978,   à   CLERMONT  
- Ipsum
FERRAND.   Après   5604   heures   de   vol   il  
termine   sa   carrière   à   CHATEAUDUN.  
Destiné   au   Musée   de   DORTMUND,   il   est  
cédé   in   extremis   à   l'Amicale   Alençonnaise  
des  Avions  Anciens.  

Le  dernier  Flamant  est  arrivé  dans  la  flotte  
Alençonnaise   en   septembre   2013.   Cet  
appareil  était  auparavant  basé  à  l’Aéroclub  
du   Bassin   Minier,   à   Montceaux   les   Mines.  
Suite   à   une   panne   moteur,   l’avion   a   été  
arrêté   de   vol   pendant   6   ans   puis   stocké  
dans  un  hangar  de  l’association.  Contactée  
par  le  club  local,  notre  équipe  s’est  rendue  
sur   place   pour   établir   un   premier   bilan.  
Après   une   changement   moteur   et   de   son  
hélice   l'avion   est   rapatrié   à   Alençon   pour  
subir   une   grande   visite   avant   de   le  
présenter  en  meeting.  

Cet   appareil   effectue   son   premier   vol   en  
juin   1952.   Il   est   ensuite   affecté   à   la   Base  
école  d'AVORD.  Le  n°160  effectue  un  séjour  
de   1960   à   1964   au   Groupement   Aérien  
Mixte   d'Outre   Mer   à   POINTE   NOIRE,   au  
CONGO.  Il  est  basé  en  1966  et  en  1977  au  
Centre   d'Expériences   Aériennes   Militaires  
de   MONT   DE   MARSAN.   Après   une   carrière  
essentiellement  consacrée  aux  missions  de  
liaison,   il   est   placé   de   1973   à   1982   au  
Centre   d'Essais   en   Vol   d'ISTRES.   Il   est  
envoyé   à   CHATEAUDUN   en   1984   après  
9133   heures   de   vol   et   rejoint   l'Association  
Alençonnaise.

Il   est   cédé   par   l'Association   pour   la  
Sauvegarde   des   Avions   Anciens   de  
Marmande   à   l'Amicale   Alençonnaise   des  
Avions   Anciens.   Cette   opération   de  
transfert   s'est   naturellement   effectuée   par  
les  airs.  L'A3A,  après  expertise  de  l'avion,  a  
puisé   dans   ses   réserves   de   pièces   afin   de  
permettre   le   convoyage.   Après   avoir   subi  
de   minutieux   contrôles,   il   est   entré   en  
atelier   pour   l'indispensable   restauration  
qu’impose   l’état   d'oxydation   généralisée.  
Un   programme   qui   implique   de   nombreux  
mois   d'interventions   diverses,   nécessaires  
pour   intégrer   l'exigeante   Patrouille   de  
Flamant   de   l'A3A   qui   s'attache,   par   ses  
démonstrations,   à   maintenir   au   niveau   le  
plus   haut,   le   souvenir   du   génie   des   avions  
de  Monsieur  Marcel  Dassault.  

Le   second   avion   emblématique   de  
l’association  et  le  MH  1521  plus  connu  sous  
le   nom  de  Broussard.  Il  y  en  a  un   en  état  de  
vol   et   un   second   en   restauration.   Ce  
camion  de  ciel,  au  bruit  si  caractéristique  fit  
son   premier   vol   le   17   novembre   1952.    
Pour   les     passionnés   d’aviation   et   d’histoire  
on   peut   noter   que   la   machine   eut   son  
heure   de   gloire   lors   de   la   guerre   d’Algérie  
entre  les  mains  de  Pierre  Clostermann,  l’as  
au   33   victoires   lors   de   la   seconde   guerre  
mondiale   et   auteur   du   best   seller   tiré   à  
plusieurs   millions   d’exemplaires     «     Le  
grand  Cirque  ».    

Il   devrait   revoler   dans   les   prochaines  
années.   C’est     plusieurs     milliers   d’heures  
de   travail   qu’a   déjà   demander   et  
demandera   encore   la   remise   en   vol   de   la  
machine.   En   service   à   travers   le   monde  
entre   1935   et   l’an   2000,   il   fut   construit   à  
15500   exemplaires.   Sa   mission   première  
était   la   formation   des   pilotes   militaires,  
équipé   de   mitrailleuses   et   de   roquettes,  
servit   pour   l’attaque   au   sol   et   le   soutien   à  
l’infanterie   en   particulier   lors   de   la   guerre  
d’Algérie.   Les   vétérans   ont   tous   en  
mémoire   l’intervention   salvatrice   de   ce  
monomoteur   au   bruit   de   gros   bourdon   et  
c’est  sans  aucun  doute  les  larmes  aux  yeux  
qu’ils  disent   en  le  voyant,  à  leur  entourage:  
«  sans  lui,   rien  de  ce  qui  est  ici  ne  serait  ».  
L’A3A   avec  son   T6,  veut  rendre   hommage   à  
tous   ces   jeunes   courageux   pilotes   qui,   un  
jour,  décrochèrent  leurs  ailes  pilote  sur  cet  
avion.    

Dans   les   ateliers   de   l’association   on  
découvre   également   une   autre   machine  
légendaire   le   CM   170   connu   sous   le   nom  
de   Fouga   Magister.   Les   plus   anciens   se  
souviennent   encore   des   arabesques  
dessinées   dans   le   ciel   par   cet   avion   qui  
équipa   pendant  plus  de  24   ans  la  Patrouille  
de   France.   Il   fût   aussi   la   monture   de   la  
patouille   Belge   RED   DEVIL   et   reste   encore  
l’avion   de   démonstration   de   la   force  
aérienne   israélienne.   Le   Fouga   servit   aussi  
et   surtout   d’appareil   école   au   sein   de  
l’Armée   de   l’Air,   on   ne   saurait   dire   le  
nombre   très   élevé   de   pilotes   qui   furent  
brevetés  sur  Magister.  L’appareil  fut  utilisé  
par  l’Armée  de  l’air  jusqu’en  1996  .  

En  état  de  vol  mais  pour  le  moment  cloué  
au   sol   pour   des   raisons   administratives.   Il  
fût   conçut   à   la   fin   des   années   70   comme  
avion   école   économique.   Le   TB   30   devait  
avoir  un  comportement  en  vol  très  proche  
d’un   avion   de   combat   moderne.     Pendant  
de   très   longues   années,   ce   petit   biplace  
s’acquitta   avec   honneur   et   respect   de   sa  
mission.   Jugé,   il   y   a   quelques   temps,   pas  
assez   économique,  il  commence  peu  à   peu  
à   être   remplacé   par   un   avion   plus  
moderne.   Pourtant,   plusieurs   dizaines  
d’exemplaires   du   TB   30   sont   toujours   en  
service   et   le   resteront     pour   plusieurs  
années   encore.   Le   TB   30   d’Alençon  
n’attend  qu’un  feu   vert  de  l’administration  
pour  retrouver  son  élément  :  le  ciel.    

Il  fût  et  reste  l’avion  de  référence  pour  
apprendre  la  voltige.  Non  seulement  utilisé  
par  l’armée  de  l’air  et  l’aéronautique  navale  
mais  aussi  par  de  nombreux  aéro-­‐clubs  ou  
forces  aériennes  étrangères  comme  le  
Mexique  ou  le  Maroc          
Agé  de  près  de  50  ans  le  CAP  n’a  toujours  
pas  trouvé  de  remplaçant  et  reste  
incontestablement,  une  machine  
performante.  Le  Cap  10  est  aussi  devenu  
aujourd’hui  une  légende  du  ciel  comme  le  
sont  aussi    le  Spad,  le  Nieuport,  le  Spitfire,  le  
Mirage  3,  la  Caravelle  ou  le  Concorde.    
 

Les   premiers   L4   apparurent   dans   le   ciel  
français   en   1944.   Ils   furent   affectés   à   l'armée  
de   terre   pour   des   missions   d'observation   et  
servirent   en   Europe,   Afrique   et   en   Asie.   Les  
derniers   furent   retirés   dans   les   années   60.   Le  
J3   est   un   avion   robuste,   simple,   facile   à  
piloter.   Le   PIPER   de   l'association   a  été  mis  en  
service,   après   reconstruction   en   1949.   A  
partir  de  1939,   le   Civil  Pilot  Training   Program  
fut   mis   en   place   aux   USA   pour   fournir   une  
grande   quantité   de   pilotes   aux   forces  
armées.   L'entrainement   se   fit,   entre-­‐autre,  
sur   Piper   J3.   Les   forces   armées   adoptèrent  
également   le   J3   pour   des   missions  
d'observation   sous   la   désignation   L4.   Ainsi,  
durant  la  deuxième  guerre  mondiale,  le  Piper  
L4  allait   prendre  part   aux  opérations  sur  tous  
les   fronts   en   effectuant   des   missions   de  
liaison,  observation,  évacuation  sanitaire.      

L’Amicale    Alençonnaise  des  Avion  Anciens  possède  un  réel  savoir-­‐faire  dans  
la   restauration   et   l’entretien   très   rigoureux   de   ce   patrimoine   hors   du  
commun.  En  effet,  que  ce  soit   la  fabrication  de  nouvelles  parties  de  structure  
ou   la   réfection   complète   des   moteurs,   tout   est   effectué   par   nos   soins,  
conformément  aux  manuels  originaux,  avec  la  plus  grande  rigueur  au  sein  de  
l'A3A.  
 
Nous  avons  tous  les  outils  et  matériels  nécessaires  à  cet  entretien.  L’A3A  est    
agréée  par  l’Armée  de  l’Air  pour  aider  à  conserver  et  préserver  le  patrimoine  
aéronautique  français,  cette  reconnaissance  est  la  preuve  de  son  sérieux  et  de  
son  efficacité.
Les   avions  ont   effectué  des  shows   aériens  à  Oskosh  (USA),  Lelystad  (NL),   Saint  
Hubert   (BE),   au   salon   du   Bourget   et   bien   d'autres   encore…   Représentant  
jusqu’à  60000  spectateurs  par  évènement.  
La   démonstration   de   la   patrouille   Flaming  go   est   régulièrement   sollicitée,   elle  
présente  des  évolutions  de  deux  Flamant,  tant  en  France  qu'à  l'étranger.  
 
Dès   l’année   prochaine   sera   mis   au   point   un   véritable   show   aérien,   composé  
de  plusieurs  avions  de  l'A3A  évoluant  ensemble.  
Des   photos   et   vidéos   seront   publiées   sur   internet   ainsi   que   sur   les   réseaux  
sociaux  tout  au  long  de  l’année.  

Président   fondateur   de   l’association.   Il  
pilote   les   Flamant   depuis   plus   de   30   ans,  
possédant   1200   heures   de   vol   et   connait  
sur  le  bout  des  doigts  ses  avions.    
Alain  est  un  mentor  pour  les  membres  de  
l'amicale.  

Stéphane  vole  lui,  depuis  1993  et  totalise  
déjà  600  heures  de  vol.  il  est  pilote  avion,  
voltigeur,   vélivole,   pilote   ULM,   il   est  
également   aéromodéliste   et   mécanicien  
aéronautique   agréé.   Stéphane   suit   les  
traces  de  son  père,  Alain.  

Il vole   depuis   l’an   2000   et   totalise   2300  
heures  de  vol.  Il  est  instructeur  voltige  et  
possède   une   qualification   de   vol   aux  
instruments   (IFR)   qui   lui   permet   de   voler  
par  tous  les  temps.  

Le  dernier  venu  est   un  tout  jeune  homme  
puisqu’il   n’a   que   25   ans.   Il   est   Pilote   de  
transport   au   sein   de   l’Armée   de   l’air   et  
vole   sur   les   légendaires   Transall   et   dans  
peu   de   temps   l'Airbus   A400M.     Alan   est  
voltigeur   et   a   été   champion   de   France  
Espoir   de   la   discipline   en   2008   à   l'age   de  
19  ans.  
 

Parlons  chiffres.  Sans  entrer  dans  une  comptabilité  de  haut  niveau,  faire  
fonctionner  une  telle  association  a  un  coût.  
-­‐Pour   l'exploitation   des   avions   volant,   il   faut   débourser   annuellement   un  
minimum  de:  
 
• 8000€  pour  assurer  les  avions  
• 680€  pour  l'assurance  des  hangars  
• 1000€  pour  les  contrôles  techniques  (OSAC)  
• 3500€  pour  l'huile  des  moteurs,  l'hydraulique  et  la  peinture  
13180€  incompressibles  
 
-­‐Dépenses   pour   la   restauration   de   3   avions   (Flamant,   T6   Texan,   Fouga  
Magister)  :  
 
Frais  annuels  pour  acheter  les  éléments  de  restauration  =  20000€    
 

Total  =  33180€  
 
 
-­‐Recettes   :   elles   sont   variables   en   fonctions   des   prestations   effectuées  
annuellement.  On  notera   une   aide  des   "Mécènes   ornais"   pour   un   montant   de  
15000€,  étalée  sur  3ans.  
 
 
 
Pour   l'instant,   ce   déficit   est   comblé   à   titre   privé,   par   les   membres,   mais  
devenant   de   plus   en   plus   difficile   à   juguler,   nous   n'avons   qu'une   unique  
option  pour  perdurer  :  le  sponsoring.  

L’aviation  de  collection  est   devenue   un  outil  de  communication  d’excellence  
et  hors  du  commun.    
Bénéficiez   du   prestige   de   l’aéronautique   pour   faire   connaître   et   développer  
l’image  de  votre  société,  tout  en  préservant  le  patrimoine  Français.  
De  nombreuses  sociétés  l’utilisent  déjà,  pourquoi  pas  vous?  

Il   est   également   possible,  lors   des  présentations   nationales   et   internationales,  
d’utiliser   d’autres   supports   (drapeaux,   kakemonos,   tente,   flyers,  
vêtements…).    
 
Des   journées   entreprise   peuvent   être   organisées   directement   sur   notre  
plateforme   avec   une   présentation   de   notre   activité,   modulable   selon   votre  
demande.  
 
L’ensemble  de  nos  avions  en  état  de  vol  sont  à  votre  disposition  pour  porter  
haut  les  couleurs  de  votre  entreprise.  

 
Cette   aventure   humaine   demande   un   gros   investissement   tant   sur   le   plan  
personnel   que   financier.   Motivation   et   savoir-­‐faire   sont   notre   force   pour  
présenter   et   préserver   notre   patrimoine.   Cependant,   nous   avons   besoin   de  
votre  soutien,  devenez  acteur  d'une  aventure  unique,  vous  communiquerez  
de  façon  originale  en  vous  démarquant  des  moyens  habituels.    
 
 
VOS  BÉNÉFICES    
 
●   Vous   développerez   l'image   de   votre   entreprise   grâce   à   la   médiatisation  
nationale  et  internationale  des  shows  aériens.    
●   Bénéficierez   d'un   moyen   de   communication   original   qui   mettra   en   valeur  
votre  entreprise.  
●   Vous   associerez  l'image   de  votre  entreprise   à  la   conservation  du   patrimoine  
aéronautique  Français.    
●  L’aviation  est  synonyme  de  rigueur,  sérieux  et  esprit  d’équipe.  
●   Les   sommes   versées   à   notre   association   seront   considérées   comme   des  
dépenses   destinées   à   promouvoir   l'image   de   votre   entreprise.   Elles   seront  
déductibles  de  votre   résultat  imposable.  La  loi   2003-­‐709   du  1e  août   2003  tend  
à  encourager  les  actions  de  sponsoring/mécénat.  
●   Si   vous   le   souhaitez,   vous   pourrez   nous   rejoindre   sur   les   représentations   ou  
encore   directement   à   Alençon,   dans   notre   hangar   rempli   de   ces   avions  
uniques.    
 
Sans   votre   soutien,   cette   aventure   ne   pourra   se   perpétuer.   Nous   vous  
remercions  déjà  de  la  confiance  que  vous  nous  accorderez.  

ASSOCIATION:  
 

Amicale  Alençonnaise  des  Avions  Anciens  
Aérodrome  d’Alençon-­‐Valframbert  
61000  ALENCON  
Site  internet:  www.a3a.org  
Page  facebook:  amicalea3a  
Alain  ODOLANT:  
alainodolant@sfr.fr  
06  22  26  51  57  


Aperçu du document Dossier sponsoring A3A.pdf - page 1/14

 
Dossier sponsoring A3A.pdf - page 3/14
Dossier sponsoring A3A.pdf - page 4/14
Dossier sponsoring A3A.pdf - page 5/14
Dossier sponsoring A3A.pdf - page 6/14
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


dossier sponsoring a3a
bobcat 18
vafor informations n 35 et 2011 1
voeux aux armees
courrier des collectionneurs n 6
du cote de st seb numero05 octobre2014

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.011s