La basmala coranique comme formule chret.pdf


Aperçu du fichier PDF la-basmala-coranique-comme-formule-chret.pdf - page 2/18

Page 1 23418



Aperçu texte


PREAMBULE
Du 23 au 27 janvier 2013 se tint, sur le forum du Nascas1, une discussion sur l'emploi par des
chrétien de la formule musulmane classique "Au nom de Dieu, le Clément, le
Miséricordieux".
La question initiale était "J'ai rencontré des arabes qui m'ont dit que l'expression "Allah
irRahman irRahiim" était employée dans des documents de l'Eglise antérieurement à
l'établissement de l'islam".
Il a semblé intéressant de regrouper et d'ordonner un peu ce qui a été échangé à cette
occasion, tout en le complétant un peu dans la mesure de nos possibilités. Il va donc de soi
que ce qui suit ne constitue en aucun cas une étude de la question, mais peut – malgré son
caractère très insuffisant – faire office de premier repérage.
Que soient remerciés tous ceux qui ont apporté une contribution, soit lors de l'échange de
2013, soit lors de la préparation de la présente note :
Najeeb AWAD, Ioana FEODOROV, Dan GIBSON, William HUME, Andrew O'CONNOR,
Željko PASA, Jonathan RECK, Barbara ROGGEMA, Khalil SAMIR, Nikolai SELEZNYOV,
Nikolai SERIKOFF, Satoshi TODA, Sasha TREIGER, Carsten WALBINER

1 : DEFINITION
Le terme arabe "Basmala" (
phrases.

) est susceptible, selon le contexte, de désigner deux

En contexte chrétien, il peut désigner la phrase "Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit"
[ bismi-l-’ābi wa-l-ibni wa-r-rūḥi l-qudusi ]2, formule éminemment trinitaire, qui tire son
origine d'un passage de l'Evangile, Matthieu 28:193.
Toutefois, et sauf précision contraire, le terme "Basmala" désigne une phrase qui ouvre la
plupart des sourates du Coran (sauf la neuvième) et qui est aussi utilisée dans de très multiples
contextes (prières, documents officiels ou privés, calligraphie...) dans le monde musulman.
Cette phrase "Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux" [ b-ismi-llāhi r-raḥmāni rraḥīmi ]4 est explicitement entendue comme désignant le Dieu unique qui a envoyé Mahomet
comme prophètes, ainsi que défini dans la Shahada5.
Or, c'est pourtant précisément cette "basmala", communément comprise comme un des
symboles de l'islam, que l'on trouve parfois en contexte chrétien, en incipit de manuscrits
chrétiens, qu'il s'agisse de Bibles ou de traités théologiques, voire même de lettres.
Quel sens doit donc être donné à cette formule, dans ce contexte ?

1

NASCAS : North American Society for Christian Arabic Studies.
En arabe : ‫وا وح ا س‬
‫ا ب وا‬
3
Souvent, cette formule trinitaire est accompagnée, en milieu arabe, et ce depuis le VIIIe siècle, de l'affirmation
de l'unité de Dieu. Ce qui donne "Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, Un seul Dieu, amen" .
4
En arabe :
‫ﷲا‬
5
La shahada est la "profession de foi" de l'islam. Par elle, le musulman affirme qu'il n'y a pas d'autre dieu
qu'Allah et que Muḥammad est l'envoyé d'Allah (‫" ا ر ل ﷲ‬# ‫)أ' & أن إ َـ *َ اِ ﷲ وأ' & أن‬
2