Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Les Exploits des Dieux .pdf



Nom original: Les Exploits des Dieux.pdf
Auteur: Lorenzo ASP

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/12/2015 à 18:29, depuis l'adresse IP 90.29.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 337 fois.
Taille du document: 86 Ko (8 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Les exploits des dieux
Apollon à la recherche de l’art
Prologue

P

ar un beau jour d’été, Apollon était en train de
jouer de la lyre tranquillement quand Daphnée sa
femme arriva.

- Apollon mon amour j’ai entendu dire qu’il y aurait un
monde que fait d‘art !!!
- Là bas tout le monde dessine chante joue des
instruments…
- A bon et où ce trouve t’il ce monde magnifique ?
- Je ne sais pas c’est pour cela que je suis venu mon chéri.
- Tu veux que je trouve ce merveilleux monde c’est cela ?
- Oui tu as tout compris pourrais-tu faires cela pour moi.
- J’essaierai !!!!!!

Chapitre 1
Le serment du dieu Pan

T

out était calme ce matin-là sur le mont Olympe.
Les nymphes dansaient au son de la musique
d’une flute de Pan pendant que les dieux se
réunissaient pour parler des sujets qui les préoccupaient
(Cronos et ses titans, les humains et leurs bêtises.
Pan lui essayait d’améliorer sa flute pour quelle ai un son
plus pur et moins strident.
Il essaya sa flute mais d’un coup un son horrible en sortit
et fit une faille au milieu des pavés. Les dieux qui ures
entendus ceux-ci accoururent avec leurs armes voir ce qui
se fut passé. Zeus s’apprêtait à foudroyer Pan quand sa
femme Héra l’en empêcha d’un coup rapide du bras. Héra
dit.
-

-

Mon chéri ne l’as-tu pas reconnu ?
C’est Pan le dieu de la nature c’il meurt la nature
mourra avec lui et Gaïa (Terre) sera tellement fâché,
qu’elle nous enverra ses monstres les plus puissants de
l’univers.
Oui c’est vrai je ne l’avais pas reconnu celui là
Désolé mon seigneur Zeus je testais juste ma nouvelle
flute et quand j’ai voulu en jouer ce bruit horrible en ai

-

sortit et fit cette faille dans les pavés. Dit Pan d’une
voix suppliante.
C’est bon relève-toi ça va pour cette fois mais j’ai
quelques choses à te demander.

J’aimerais que tu me fabriques douze flutes identiques à
celle-ci car ta flute va devenir une arme pour les dieux car
aucun de nous n’avons le pouvoir de Gaïa à part peut être
Poséidon (dieu des tremblements de terre) et Hadès (Dieu
de la Terre). Moi je n’ai aucun pouvoir envers Gaïa et les
autres dieux aussi.
Fais un serment que tu jure que tu fabriqueras des flutes.
- Je jure sur le Styx que je fabriquerai des flutes pour les
dieux de l’Olympe.
- Bon très bien retournons ou on en était, en revoir Pan.
- Les dieux se retournèrent et partirent. Apollon lui se
retourna et décrivit un regard méchant à Pan et repartit.
Pan s’en alla dans sa demeure chercher du bois fait exprès
pour les flutes de Pan il commença à polir le bois puis faire
des trous de plus en plus grand en fonction du bois puis il
assembla les morceaux avec de la ficelle et ajouta la touche
qu’il avait faites sur sa flute. Puis il recommença jusqu’à
qu’il y a les douze flutes. Puis il se rendit à l’Olympe avec

ses flutes et demanda à Poséidon un endroit où il pourrait
essayer les flutes pour ne pas causer de dégâts.
-

Tu peux aller dans le désert du Sahara, là bas ni homme
ni plantes ni eaux ni animaux y sont présent. Seul une
matière visqueuse y résident les humains le nomme « le
pétrole ».

Un conseil que je te donne n’approche pas avec du feu vers
cette matière d’après ce que j’ai vu chez les hommes une
explosion se produira. Lui répondit Poséidon.
-

-

-

Merci mon seigneur j’y cours tout de suite. Seulement
avez un moyen de transport pour y accéder ?
Bien sur tu pourrais tu pourrais passer par Borée il est
froid mais il t’emmènera volontiers.
Merci et en revoir
Bonne chance Pan

Chapitre 2
Le départ d’Apollon sur la planète « Art »
Un matin Apollon réveilla sa femme Daphné en lui
annoncent - C’est le grand jour je vais partir !
-

Je m’habille et j’arrive.
Je suis dehors je me prépare !

Quand Daphnée arriva Apollon était près à partir.
Daphnée était vêtue d’une robe en soie verte avec un
collier fait d’émeraudes des sandales en cuir revêtues
d’argent.
Quand elle arriva la nature se réveilla et s’ouvrit.
Apollon lui dit
-

Tu es ravissante !
Merci répondit Daphné

Apollon lui était vêtu d’une toge, de sandalette en bronze
céleste, coiffé d’une couronne de feuille de laurier. Il avait
dans son dos un carquois rempli de flèche en bronze céleste.
Dans sa main un magnifique arc en or il devait faire 3
mètres de haut et de 1 mètre de largeur.
-

Je vais vérifier les affaires que j’ai prises :
Du nectar d’Ambroisie

-

Des affaires de rechange
Une lyre et une flute.

Il posa sa besace dans son char qui se tenait juste à coté de
lui.
Il alla dire en revoir aux dieux.
Puis embrassa Daphnée et elle lui dit
-

-

Prend bien soin de toi mon chéri. Tu m’appelleras avec
Iris.
Bien sur en attendant occupe-toi bien de toi.
En revoir Apollon.
En revoir Daphné

Apollon entra dans son char et pris sa forme divine il fit
un dernier signe à Daphné avant de disparaitre dans le ciel
encore baigné par le soleil de l’aurore.

Chapitre 3
Les flutes dans le Sahara
Il faisait chaud, Pan marchait en se disant
-

Comment de fait-il qu’il n’y a rien ; juste du sable ?
Mais oui, il fait chaud !!! Se lamentait-il

Quand il fut arrivé dans un endroit propice (plat) pour
tester les flutes. Il se rendit compte qu’il avait une ville qui
n’était qu’autre que « Marrakech » au Maroc.
Pan devait continuer mais il était curieux de voir
comment se débrouillait les hommes avec si peut de chose.
Donc il décida de s’approcher de la ville et regarda
attentivement chaque recoins. Il vit : de petites bâtisses
faites de terre séchée et de paille pour la toiture.
Il s’approcha de nouveau et vit des gens qui avait l’air de
surveiller la ville. Mais de qui ? Il se mit à marcher dans
les ruelles où se tenait un souk.
Les marchands y vendaient : des épices, des poteries, des
paniers d’osier, des fruits, des légumes, des condiments,des
bijoux…
Pan était émerveillé.
Soudain quelqu’un cria

-

Les bandits !!!

Tout le monde se mit à hurler et rentrèrent leurs étales et
se cachèrent avec elles. Les gardes de la ville s’avançaient
vers eux ils devaient être une cinquantaine. Les bandits
eux était deux fois plus nombreux. Pan les regardait tirer
dans tous les sens


Documents similaires


Fichier PDF les exploits des dieux
Fichier PDF chronologie
Fichier PDF dieux grec
Fichier PDF paris flute class poster july 2014
Fichier PDF fabre d olivet antoine la cosmogonie de moyse
Fichier PDF hymnes homeriques


Sur le même sujet..