TM Cyprien Louis PDF.pdf


Aperçu du fichier PDF tm-cyprien-louis-pdf.pdf - page 5/56

Page 1...3 4 56756



Aperçu texte


-­‐  La  filière  anaérobie  alactique  (en  violet  sur  la  Figure  1)  ne  nécessite  pas  d’oxygène  et  
ne  produit  pas  d’acide  lactique.  La  libération  d’énergie  est  rapide  et  permet  de  faire  des  
efforts  courts  et  intenses,  allant  jusqu’à  30  secondes  à  seulement  70%  de  sa  VO2max,  en  
fonction  du  degré  d’entraînement  et  des  conditions.3  La  toute  première  source  d’énergie  
du  corps  est  l’ATP  directement  présent  dans  les  muscles  elle  permet  de  procurer  trois  
secondes  d’effort  intensif  environ.4  
 
ATP  =>  ADP  +  P  +  Energie  
 
Ensuite,   l’organisme   utilise   l’ADP   formée   par   la   dégradation   de   l’ATP   pour   en   re-­‐
synthétiser    grâce  à  la  phosphocréatine    (PC)  qui  est  une  molécule  riche  en  énergie:  
 
PC  +  ADP  =>  ATP  +  C      puis      ATP  =>  ADP  +  P  +  Energie  
 
-­‐   La   filière   anaérobie   lactique   (en   vert   sur   la   Figure   1)   ne   nécessite   pas   d’oxygène   et  
produit   de   l’acide   lactique.   La   puissance   fournie   est   moins   importante   que   celle   de   la  
filière   anaérobie   alactique   mais   sa   capacité   est   plus   grande   et   l’énergie   est   également  
rapidement  libérée.  L’organisme  commence  à  utiliser  cette  filière  lorsque  les  réserves  en  
phosphocréatine  sont  épuisées.    
 
Comme   le   montre   la   «  Figure   2  »,   c’est   la   glycolyse   qui   permet   de   créer   de   l’ATP.   La  
glycolyse   est   une   série   de   10   réactions   qui   transforment   une   molécule   de   glucose   en  
deux  molécules  d’ATP  et  deux  molécules  d’acide  pyruvique  qui  sont  dégradées  en  acide  
lactique.   L’acide   lactique   est   propagé   dans   le   sang   et   se   dissocie   en   lactate   et   ions   H+.   Le  
lactate  est  transporté  par  le  sang  et  peut  ensuite  être  recyclé,  notamment  pour  former  
du  glucose  ou  pour  être  un  carburant  dans  certains  organes,  dont  le  cœur  et  les  muscles,  
qui  sont  capables  de  l’oxyder.  Les  protons  H+,  eux,  vont  entraîner  une  acidification  qui  
entraîne   des   douleurs   difficiles   à   soutenir,   un   blocage   de   la   contraction   musculaire   et  
une   baisse   de   l’activité   de   la   glycolyse   anaérobie,   trois   réactions   qui   sont   synonymes  
d’un  arrêt  de  l’effort  ou  d’un  baisse  de  son  intensité.5    
                                                                                                                       Figure  2  :  La  filière  anaérobie  lactique  
 

 
 
 

 

 
 
 
Cette   filière   est   utilisée,   de   façon   générale,   pour   les   efforts   effectués   au   maximum   des  
capacités  pendant  une  durée  allant  de  30  secondes  à  3  minutes.6  
                                                                                                               
3  Du  carburant  à  l’énergie  :  les  filières  énergétiques  en  course  à  pied,  courir  plus  loin,  http://www.courir-­‐plus-­‐

loin.com/du-­‐carburant-­‐a-­‐lenergie-­‐les-­‐filieres-­‐energetiques-­‐en-­‐course-­‐a-­‐pied/  (consulté  le  25.07.2015)  
4  VERSON,  Thierry.  Physiologie  de  l’exercice.  Applications  de  la  physiologie  à  la  rééducation.  

http://t.verson.free.fr/PHYSIOLOGIE/PHYSIOLOGIE_EXERCICE/PHYSIO-­‐EXERC.htm#_Toc423500230  (consulté  le  
25.07.2015)  
5  Du  carburant  à  l’énergie  :  les  filières  énergétiques  en  course  à  pied,  courir  plus  loin,  http://www.courir-­‐plus-­‐
loin.com/du-­‐carburant-­‐a-­‐lenergie-­‐les-­‐filieres-­‐energetiques-­‐en-­‐course-­‐a-­‐pied/  (consulté  le  25.07.2015)  
6  TPE  :  L’évolution  des  performances  sportives.  La  filière  anaérobie  lactique.  http://sbruwi.free.fr/Sanstitre-­‐
1.html#_Toc224056974  (consulté  le  30.07.2015)  

5