Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Pneumonie aiguë communautaire de l'adulte .pdf



Nom original: Pneumonie aiguë communautaire de l'adulte.pdf
Titre: Pneumonie aiguë communautaire de l'adulte
Auteur: milina

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/12/2015 à 12:25, depuis l'adresse IP 105.107.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 625 fois.
Taille du document: 360 Ko (12 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Pneumonie aiguë communautaire de l'adulte
La maladie
La pneumonie aiguë communautaire (PAC) de l'adulte est une infection aiguë du parenchyme
pulmonaire, essentiellement bactérienne, dont la mortalité avant l'ère des antibiotiques pouvait
dépasser 50 %.
Physiopathologie
Les germes responsables sont par ordre habituel de fréquence : Streptococcus pneumoniae,
Mycoplasma pneumoniae, Haemophilus influenzae et, plus rarement, Legionella
pneumophila, Chlamydia pneumoniae, enfin Staphylococcus aureus, et des entérobactéries
chez le sujet âgé. Des germes anaérobies sont observés au cours des pneumonies de
déglutition. Dans les suites d'une grippe, une surinfection bactérienne est possible :
Streptococcus pneumoniae est le plus souvent en cause ; mais également Staphylococcus
aureus, avec un risque de résistance (S. aureus résistant à la méthiciline : SARM), voire
S. aureus sécréteurs de leucocidine Panton-Valentine (toxine PVL).
Epidémiologie
L'incidence de la maladie est de 10 à 16 pour 1 000 personnes par an, avec un risque de
survenue 3 à 10 fois plus élevé après 65 ans. De 25 à 33 % des patients sont hospitalisés. La
mortalité, de 1 à 5 % chez les patients ambulatoires, atteint 12 % s'ils sont hospitalisés. Les
pneumonies peuvent survenir chez n'importe qui. Elles sont plus fréquentes et plus graves
chez les sujets âgés, en présence d'une immunodépression ou de comorbidités.
Complications
La PAC peut se compliquer d'un état de choc, d'une insuffisance respiratoire et d'une
extension locorégionale de l'infection (pleurésie purulente, abcès du poumon, etc.).
Diagnostic
Le diagnostic de pneumonie aiguë communautaire bactérienne de l'adulte (PAC) repose sur
des signes et symptômes d'apparition récente et rarement tous présents : douleur thoracique,
toux avec expectoration d'emblée ou secondairement, dyspnée, polypnée, fièvre, frissons. Les
signes auscultatoires sont diffus ou focalisés : râles crépitants, matité. Une confusion mentale
peut être associée, en particulier chez les patients âgés.
Le diagnostic est confirmé par la radiographie thoracique (debout, face et profil), qui doit être
réalisée dans les 72 heures, ou immédiatement en cas d'urgence. Elle montre typiquement un
ou plusieurs foyers d'alvéolite dont les images peuvent être retardées.
La pneumonie est dite communautaire si elle survient en dehors de l'hôpital, ou à l'hôpital
mais au cours des 48 premières heures de l'hospitalisation.
Devant une pneumonie aiguë communautaire, la distinction des patients à hospitaliser
d'emblée de ceux pouvant être traités en ambulatoire repose sur la recherche et l'analyse de
signes de gravité et de facteurs de risque de mortalité.
Quels patients traiter ?
Tous les patients avec un diagnostic affirmé ou probable de PAC doivent recevoir un
traitement antibiotique.
Objectifs de la prise en charge
Guérison du foyer infectieux.
Prévention des complications.
Prise en charge
Pneumonie aiguë communautaire de l'adulte

1
Signes de gravité et situations particulières
Signes de gravité : atteinte des fonctions supérieures, atteinte des fonctions vitales (PA
systolique < 90 mmHg ; fréquence cardiaque > 120/minute ; fréquence respiratoire
> 30/minute) ; température < 35 °C ou ≥ 40 °C ; néoplasie associée ; pneumonie d'inhalation
ou sur obstacle trachéobronchique connu ou suspecté.
Situations particulières : suspicion d'épanchement pleural ou d'abcédation, conditions
socioéconomiques défavorables, inobservance thérapeutique prévisible, isolement social
notamment chez les personnes âgées.
2
Comorbidités et facteurs de risque de mortalité

Âge > 65 ans, insuffisance cardiaque congestive, maladie cérébrovasculaire, rénale ou
hépatique, BPCO, immunodépression, drépanocytose homozygote, antécédent de pneumonie
bactérienne, diabète décompensé, hospitalisation dans l'année, vie en institution, tabagisme,
alcoolisme, trouble de la déglutition.
3
Score CRB 65
L'évaluation à l'hôpital est nécessaire en présence d'au moins 1 critère parmi les suivants :
Confusion (présente ou non), Respiratoire (fréquence ≥ 30/minute), Blood pressure (PAS < 90
mm/Hg ou PAD ≤ 60 mm/Hg), 65 (âge ≥ 65 ans, plus que l'âge civil, l'âge physiologique,
notamment chez les patients sans comorbidité, est à prendre en compte).
4
Prise en charge ambulatoire
L'antibiothérapie, probabiliste, doit être débutée dès le diagnostic clinique posé, idéalement
dans les 4 heures, et réévaluée après 48-72 heures. La voie orale est privilégiée.
La radiographie thoracique (dans les 72 heures) ne doit pas retarder le début du traitement.
L'examen cytobactériologique des crachats n'est pas utile en pratique de ville.AE
5
Choix de l'antibiothérapie de 1re intention
Adulte sans facteur de risque ni signe de gravité : amoxicilline per os (active sur S.
pneumoniae), pristinamycine ou télithromycine (actives sur S. pneumoniae et aussi sur les
germes atypiques) à discuter en cas de doute. Macrolide réservé aux cas de suspicion de
bactéries atypiques (Chlamydiae, Mycoplasma) chez un sujet < 40 ans, avec un début
progressif, une fièvre modérée, sans signes de gravité, dans un contexte épidémique
(notamment pour Mycoplasma).
Sujet avec comorbidité(s) ou âgé ambulatoire sans signe de gravité : amoxicilline-acide
clavulanique, fluoroquinolone (lévofloxacine) ou ceftriaxone (IM) si voie orale impossible.
PAC : prise en charge hospitalière

PAC en contexte grippal

1
Éléments d'orientation diagnostique des PAC
En faveur du pneumocoque, agent étiologique le plus fréquent chez le sujet ≥ 40 ans et/ou
avec comorbidité(s) associée(s) : début brutal, fièvre élevée dès le 1er jour, malaise général,
point douloureux thoracique, opacité alvéolaire systématisée, hyperleucocytose à
polynucléaires neutrophiles. Présence de cocci à Gram+ à l'examen direct de l'ECBC et/ou
antigénurie du pneumocoque positive et antigénurie de Legionella négative.
En faveur des bactéries « atypiques », contexte épidémique (notamment pour Mycoplasma
pneumoniae) : début progressif en 2 à 3 jours d'un tableau clinique sans signes de gravité,
sujet jeune.
En faveur d'une légionellose, contexte épidémique ou situation à risque (thermes, exposition à
de l'eau contaminée, etc.) : comorbidité(s) fréquente(s), tableau clinique évocateur (1/3 des
cas) avec pneumonie d'allure sévère, début progressif, sans signe ORL, pouls dissocié, atteinte
souvent bilatérale, présence de signes extrathoraciques digestifs (douleurs abdominales,
vomissements, diarrhée), neurologiques (troubles de la conscience, céphalées, myalgies),
échec des bêtalactamines actives sur le pneumocoque.
2
Précautions d'emploi pour certains antibiotiques
Comparée aux autres antibiotiques, la télithromycine est associée à un risque plus élevé de
survenue d'effets indésirables hépatiques graves. Elle est utilisable si l'amoxicilline ou la
pristinamycine ne peuvent être prescrites.
Les fluoroquinolones antipneumococciques (FQAP) ne doivent pas être prescrites si le malade
a reçu une fluoroquinolone, quelle qu'en soit l'indication, dans les 3 derniers mois. Il est
recommandé de les utiliser avec prudence en institution.
Les indications d'AMM de la lévofloxacine ont été limitées aux situations dans lesquelles les
antibiotiques recommandés dans les traitements initiaux de ces infections sont jugés
inappropriés (ANSM, octobre 2012), ce qui est conforme aux recommandations
thérapeutiques en vigueur.
La moxifloxacine doit être réservée au traitement des pneumonies communautaires lorsque les
antibiotiques recommandés dans le traitement initial de ces infections sont jugés inappropriés.
3
Facteurs de risques d'infection à P. aeruginosa
Bronchectasies, mucoviscidose, antécédents d'exacerbations de BPCO dues à P. aeruginosa.
Ceftazidime et ertapénem sont non recommandés en raison d'une activité intrinsèque
insuffisante, respectivement sur Streptococcus pneumoniae et Pseudomonas aeruginosa.
4

Les PAC dues à des S. aureus
Sécréteurs de la toxine de Panton-Valentine (PVL), les S. aureus sont à l'origine de
pneumonies nécrosantes gravissimes. La résistance fréquente à la méthicilline (SARM)
justifie, en complément des C3G, la prescription d'un glycopeptide (vancomycine) associée à
de la clindamycine ou de la rifampicine. Le linézolide (IV) a là aussi une indication.
Cas particuliers
Pneumonie du sujet âgé
La clinique est souvent fruste, avec une polypnée et une confusion fréquentes.
L'infection peut entraîner la décompensation, parfois au 1er plan, d'une pathologie associée :
diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, etc.
L'antibiothérapie proposée est : amoxicilline/acide clavulanique per os (avec 3 g
d'amoxicilline) ou céphalosporine de 3e génération par voie injectable (ceftriaxone) ou,
lorsque ces antibiotiques sont jugés inappropriés, fluoroquinolone antipneumococcique
(lévofloxacine).
Les traitements adjuvants occupent une place prépondérante dans la prise en charge :
hydratation, équilibre électrolytique, kinésithérapie respiratoire, oxygénothérapie, prévention
des complications thromboemboliques.
L'évolution est plus lente que chez les sujets jeunes. La normalisation des images
radiologiques peut demander plusieurs semaines, voire plusieurs mois.
Légionellose
Les recommandations concernant le choix de l'antibiothérapie dans le traitement de la
légionellose de l'adulte ont fait l'objet d'une mise au point de l'ANSM en juillet 2012. Le
choix de l'antibiotique dépend de la gravité de la légionellose et du terrain sous-jacent.
Dans les cas de formes non graves (patient ambulatoire ou hospitalisé en médecine ou aux
urgences), le traitement fait appel à une monothérapie par macrolide (azithromycine
préférentiellement, choix qui doit être souligné car l'azithromycine n'a pas pour l'instant, en
France, d'AMM dans cette indication, alors que c'est le cas dans la plupart des autres pays).
Dans les cas de formes graves (patient hospitalisé en unité de soins intensifs ou en
réanimation, et/ou patient immunodéprimé), le traitement sera :
soit une monothérapie par fluoroquinolone (par ordre de préférence : lévofloxacine,
ofloxacine, ciprofloxacine) ;
soit une association de 2 antibiotiques au sein des 3 familles suivantes : macrolides par
voie IV (spiramycine plutôt qu'érythromycine), fluoroquinolones (par ordre de préférence :
lévofloxacine, ofloxacine, ciprofloxacine), rifampicine (les associations avec la rifampicine
n'étant pas à privilégier).
La durée du traitement est de 8 à 14 jours pour les formes non graves (5 jours en cas de
traitement par l'azithromycine) et doit être prolongée à 21 jours dans les formes graves et/ou
chez le patient immunodéprimé (10 jours en cas de traitement par l'azithromycine).
Vaccination
La vaccination antipneumococcique est recommandée pour la prévention des infections
invasives à pneumocoques (dont certaines pneumonies) chez les sujets à risque :
sujet immunocompétent fragilisé ou susceptible d'être fréquemment hospitalisé (diabète,
bronchite chronique, insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, alcoolotabagie, etc.), et
les sujets de plus de 65 ans en institution où cette indication reste discutée ;
sujet immunodéprimé (splénectomisé, drépanocytaire, syndrome néphrotique) ;
sujet porteur d'une brèche ostéoméningée.
La revaccination systématique des sujets ayant reçu une primovaccination n'est pas
recommandée.
Suivi et adaptation du traitement
Adaptation du traitement ambulatoire en cas d'échec

L'échec est admis en l'absence d'amélioration symptomatique à 48-72 heures, plus tôt en cas
d'aggravation. En ambulatoire, ayant rediscuté le diagnostic, si l'état clinique et radiologique
le permet, on peut proposer un changement d'antibiotique.
Remplacer l'amoxicilline par un macrolide, ou une fluoroquinolone antipneumococcique, ou
la pristinamycine, ou la télithromycine (si la pristinamycine ne peut être utilisée).
Remplacer un macrolide par de l'amoxicilline ou une fluoroquinolone antipneumococcique,
ou la pristinamycine, ou la télithromycine (si l'amoxicilline ou la pristinamycine ne peuvent
être utilisées).
Chez les sujets âgés, ou en présence de comorbidité(s), et dans toute situation en cas de
2e échec, l'hospitalisation s'impose.
Conseils aux patients
La persistance ou l'aggravation des signes et symptômes (dont la fièvre) après 3 jours de
traitement nécessite une nouvelle consultation.
Le traitement antibiotique doit être pris pour la durée prévue (en général de 7 à 14 jours) et ne
jamais être interrompu sans avis médical.
Traitements
Médicaments cités dans les références
Amoxicilline
L'amoxicilline, pénicilline A, est le traitement de choix dans la prise en charge probabiliste
des pneumonies aiguës communautaires, du fait de son activité constante sur le pneumocoque.
poso
La posologie préconisée pour l'amoxicilline chez l'adulte est de 3 g par jour.
Les recommandations prévoient son association à l'acide clavulanique en cas de pneumonie
non grave hospitalisée ou non, chez des sujets âgés ou en cas de comorbidité.
amoxicilline
AMOXICILLINE 1 g cp dispers (Gpe CLAMOXYL)
AMOXICILLINE 125 mg/5 ml pdre p susp buv (Gpe CLAMOXYL)
AMOXICILLINE 250 mg/5 ml pdre p susp buv (Gpe CLAMOXYL)
AMOXICILLINE 500 mg gél (Gpe CLAMOXYL)
AMOXICILLINE 500 mg/5 ml pdre susp buv (Gpe CLAMOXYL)
AMOXICILLINE PANPHARMA 1 g pdre p sol inj
AMOXICILLINE PANPHARMA 1 g/5 ml pdre/solv p sol inj IM
AMOXICILLINE PANPHARMA 2 g pdre p sol inj
CLAMOXYL 1 g cp dispers
CLAMOXYL 1 g pdre p sol inj IM IV
CLAMOXYL 1 g pdre/solv p sol inj IM
CLAMOXYL 125 mg/5 ml pdre p susp buv
CLAMOXYL 2 g pdre p sol inj IV
CLAMOXYL 250 mg/5 ml pdre p susp buv
CLAMOXYL 500 mg gél
CLAMOXYL 500 mg pdr p sol inj IM IV
CLAMOXYL 500 mg/5 ml pdre p susp buv
amoxicilline + acide clavulanique
AMOXICILLINE/AC CLAVULANIQUE 1 g/125 mg pdre p susp buv ad
AMOXICILLINE/AC CLAVULANIQUE 500 mg/62,5 mg cp pellic ad
AMOXICILLINE/ACIDE CLAVULANIQUE 1 g/100 mg pdre p sol inj IV enf
AMOXICILLINE/ACIDE CLAVULANIQUE 1 g/200 mg pdre p sol inj IV ad
AMOXICILLINE/ACIDE CLAVULANIQUE 2 g/200 mg pdre p sol inj ad
AUGMENTIN 1 g/125 mg pdre p susp buv Ad
AUGMENTIN 1 g/200 mg pdre p sol inj IV Ad

AUGMENTIN 1 g/200 mg pdre/solv p sol inj IV adulte
AUGMENTIN 2 g/200 mg pdre p sol p perf IV adulte
AUGMENTIN 500 mg/62,5 mg cp pellic adulte
Macrolides et apparentés
Les macrolides et apparentés sont utiles en cas de suspicion de pneumonie atypique. La
pristinamycine et la télithromycine, également efficaces sur le pneumocoque, peuvent être
utilisées en 1re intention, dans les pneumonies communautaires de gravité légère ou modérée,
chez l'adulte sans facteur de risque ni signe de gravitéAE. La télithromycine est associée à un
risque plus élevé de survenue d'effets indésirables hépatiques graves. Elle est utilisable si
l'amoxicilline ou la pristinamycine ne peuvent être prescrites. La clarithromycine existe sous
forme IV mais n'a pas l'indication d'AMM pour la PAC. La clindamycine n'est recommandée
qu'en cas de suspicion de pneumonie à SARM (S. aureus résistant à la méthicilline).
L'azithromycine est recommandée (hors AMM), selon la recommandation de l'ANSM en
juin 2012, préférentiellement aux autres macrolides pour le traitement des formes non graves
de légionelloses. La posologie préconisée est de 500 mg en une prise par jour durant 5 jours.
azithromycine
AZITHROMYCINE 250 mg cp pellic
AZITHROMYCINE 250 mg cp pellic monodose
ORDIPHA 500 mg cp dispers séc
ZITHROMAX 250 mg cp pellic
ZITHROMAX MONODOSE 250 mg cp pellic
clarithromycine
CLARITHROMYCINE 250 mg cp pellic
CLARITHROMYCINE 500 mg cp pellic
ZECLAR 250 mg cp pellic
ZECLAR 500 mg cp pellic
clindamycine
CLINDAMYCINE 600 mg/4 ml sol inj
DALACINE 150 mg gél
DALACINE 300 mg gél
DALACINE 600 mg sol inj
DALACINE 75 mg gél
DALACINE 900 mg sol inj
érythromycine
EGERY gél (µgle gastrorésis)
ERYTHROCINE 1 g pdre p sol p perf IV
ERYTHROCINE 1000 mg glé p sol buv en sachet-dose
ERYTHROCINE 500 mg cp pellic
ERYTHROCINE 500 mg glé p sol buv en sachet-dose
ERYTHROCINE 500 mg pdre p sol p perf IV
josamycine
JOSACINE 1000 mg cp dispers
JOSACINE 500 mg cp pellic
JOSACINE 500 mg/5 ml glé p susp buv
midécamycine diacétate
MOSIL 400 mg cp pellic
MOSIL 800 mg pdre p susp buv
pristinamycine
PRISTAM 500 mg cp pellic
PYOSTACINE 250 mg cp pellic

PYOSTACINE 500 mg cp pellic
roxithromycine
ROXITHROMYCINE 150 mg cp pellic
RULID 150 mg cp enr
spiramycine
ROVAMYCINE 1,5 MUI lyoph p us parentér
ROVAMYCINE 1 500 000 UI cp pellic
ROVAMYCINE 3 MUI cp pellic
SPIRAMYCINE 3 MUI cp
télithromycine
KETEK 400 mg cp pellic
Fluoroquinolones antipneumococciques
Les fluoroquinolones antipneumococciques (FQAP) ont une efficacité indiscutable.
Cependant, elles ne doivent pas être prescrites si le malade a reçu une fluoroquinolone, quelle
qu'en soit l'indication, au cours des 3 derniers mois. Il est recommandé de les utiliser avec
prudence en institution (risque de transmission de souches résistantes) et chez les sujets âgés
sous corticothérapie par voie générale (risque accru de tendinopathie).
La lévofloxacine a fait la preuve de son efficacité clinique dans les PAC sévères de
réanimation et la légionellose et est, à ce titre, la fluoroquinolone respiratoire à utiliser
préférentiellement.
Les indications d'AMM de la lévofloxacine ont été limitées aux situations dans lesquelles les
antibiotiques recommandés dans les traitements initiaux de ces infections sont jugés
inappropriés (ANSM, octobre 2012), ce qui est conforme aux recommandations
thérapeutiques en vigueur.
La moxifloxacine doit être réservée au traitement des pneumonies communautaires lorsque les
antibiotiques recommandés dans le traitement initial de ces infections sont jugés inappropriés.
lévofloxacine
LEVOFLOXACINE 5 mg/ml sol p perf
LEVOFLOXACINE 500 mg cp pell séc
TAVANIC 5 mg/ml sol p perf
TAVANIC 500 mg cp pellic séc
moxifloxacine
IZILOX 400 mg cp pellic
IZILOX 400 mg/250 ml sol p perf
MOXIFLOXACINE 400 mg cp pellic
Céphalosporines injectables de 3e génération
Seules les céphalosporines injectables de 3e génération sont recommandées pour le traitement
des pneumopathies communautaires. La ceftriaxone peut être prescrite en ville, par voie IM,
soit sur des terrains fragiles, soit en cas d'allergie documentée à l'amoxicilline. En revanche,
céfotaxime, et surtout céfépime et cefpirome, sont réservés au traitement de formes sévères,
en cas de suspicion de résistance bactérienne, ou en cas de suspicion d'infection à
pseudomonas, ou en cas de bactéries identifiées sensibles.
céfépime
AXEPIM 1 g pdre p us parentér
AXEPIM 2 g pdre p us parentér
AXEPIM 500 mg pdre p us parentér
CEFEPIME 1 g pdre p us parentér
CEFEPIME 2 g pdre p us parentér
céfotaxime
CEFOTAXIME MYLAN 1 g pdre p sol inj IM/IV

CEFOTAXIME MYLAN 2 g pdre p sol inj IM/IV
CEFOTAXIME MYLAN 500 mg pdre p sol inj IM IV
CEFOTAXIME PANPHARMA 0,5 g pdre p sol inj IM IV
CEFOTAXIME PANPHARMA 1 g pdre p sol inj IM IV
ceftriaxone
CEFTRIAXONE 1 g poudre p sol inj SC/IM/IV
CEFTRIAXONE 1 g/3,5 ml sol inj IM
CEFTRIAXONE 1g/10 ml sol inj IV
CEFTRIAXONE 2 g pdre p sol p perf IV
CEFTRIAXONE 500 mg/2 ml sol inj IM
CEFTRIAXONE 500 mg/5 ml sol inj IV
CEFTRIAXONE MYLAN 2 g pdre p sol inj IV
CEFTRIAXONE MYLAN 250 mg pdre p sol inj
CEFTRIAXONE MYLAN 500 mg pdre p sol inj
ROCEPHINE 1 g/10 ml pdre/solv p sol inj IV
ROCEPHINE 1 g/3,5 ml pdre/solv p sol inj IM
ROCEPHINE 500 mg/2 ml pdre/solv p sol inj IM
ROCEPHINE 500 mg/5 ml pdre/solv p sol inj IV
Antibiotiques recommandés dans des situations particulières
Certains antibiotiques ne sont recommandés que dans des situations particulières :
infections à pseudomonas, ou d'autres bacilles à Gram négatifs résistants aux antibiotiques
usuels, documentées ou suspectées, pour les carbapénems (imipénem/cilastatine,
méropénem), l'association pipéracilline/tazobactam, et pour certaines fluoroquinolones
(ciprofloxacine, ofloxacine) ;
infections à SARM (S. aureus résistant à la méthicilline) documentée ou suspectée pour
linézolide ou rifampicine, en principe en association avec une céphalosporine de
3e génération, avec ou sans glycopeptide (vancomycine) ;
formes graves de légionellose pour la lévofloxacine ainsi que l'ofloxacine et la ciprofloxacine
en monothérapie, ou pour une association de 2 antibiotiques parmi les macrolides par voie IV,
les fluoroquinolones précitées, et la rifampicine (à ne pas privilégier).
cilastatine + imipénem
IMIPENEM MONOHYDRATE/CILASTATINE SODIQUE 250 mg/250 mg pdre p perf
IMIPENEM/CILASTATINE 500 mg/500 mg pdre p perf
IMIPENEM/CILASTATINE 500mg/500mg pdre p perf avec système de transfert p poche
TIENAM 500 mg/500 mg pdre p sol p perf
ciprofloxacine
CIFLOX 200 mg/100 ml sol p perf IV
CIFLOX 250 mg cp pellic séc
CIFLOX 400 mg/200 ml sol p perf
CIFLOX 500 mg cp pellic séc
CIFLOX 500 mg/5 ml glé/solv p susp buv
CIFLOX 750 mg cp pellic
CIPROFLOXACINE 200 mg sol p perf
CIPROFLOXACINE 200 mg/100 ml sol p perf poche
CIPROFLOXACINE 250 mg cp pellic
CIPROFLOXACINE 400 mg sol p perf
CIPROFLOXACINE 400 mg/200 ml sol p perf poche
CIPROFLOXACINE 500 mg cp pellic séc
CIPROFLOXACINE 750 mg cp pellic
CIPROFLOXACINE QUIVER 750 mg cp pellic

linézolide
ZYVOXID 100 mg/5 ml glé p susp buv
ZYVOXID 2 mg/ml sol p perf
ZYVOXID 600 mg cp pellic
méropénem
MERONEM 1 g pdre p sol inj/p perf
MEROPENEM 1 g pdre p sol inj ou p perf
ofloxacine
OFLOCET 200 mg cp pellic séc
OFLOXACINE 200 mg cp séc
OFLOXACINE 200 mg/40 ml sol inj p perf
pipéracilline + tazobactam
PIPERACILLINE/TAZOBACTAM 2 g/250 mg pdre p sol p perf
PIPERACILLINE/TAZOBACTAM 4 g/500 mg pdre p sol p perf
TAZOCILLINE 2 g/0,25 g pdre p sol p perf
TAZOCILLINE 4 g/0,5 g pdre p sol p perf
rifampicine
RIFADINE 600 mg pdre/solv p sol p perf IV
vancomycine
VANCOMYCINE KABI 1 g pdre p sol inj
VANCOMYCINE KABI 500 mg pdre p sol inj
VANCOMYCINE MYLAN 1 g pdre p sol p perf
VANCOMYCINE MYLAN 125 mg pdre p sol p perf
VANCOMYCINE MYLAN 250 mg pdre p sol p perf
VANCOMYCINE MYLAN 500 mg pdre p sol p perf en flacon IV
VANCOMYCINE SANDOZ 1 g pdre p sol p perf
VANCOMYCINE SANDOZ 125 mg pdre p sol p perf
VANCOMYCINE SANDOZ 250 mg pdre p sol p perf
VANCOMYCINE SANDOZ 500 mg pdre p sol p perf
Médicaments non cités dans les références
Céphalosporines de 1re génération (C1G)
Les céphalosporines de 1re génération (C1G) ne sont pas recommandées, et leurs indications
sont très restrictives : pneumopathies communautaires chez des sujets sans facteur de risque,
sans signe de gravité clinique, en l'absence d'argument faisant craindre une résistance de S.
pneumoniae à la pénicilline, en l'absence d'argument évocateur d'une pneumopathie atypique.
céfaclor
ALFATIL 125 mg/5 ml pdre p susp buv
ALFATIL 250 mg gél
ALFATIL 250 mg/5 ml pdre p susp buv
CEFACLOR 125 mg/5 ml pdre p susp buv
CEFACLOR 250 mg/5 ml pdre p susp buv
HAXIFAL 500 mg cp efferv
céfadroxil
CEFADROXIL 1g cp dispers
CEFADROXIL 250 mg/5 ml pdre p susp buv
CEFADROXIL 500 mg gél
CEFADROXIL 500 mg/5 ml pdre p susp buv
ORACEFAL 1 g cp dispers
ORACEFAL 125 mg/5 ml pdre p susp buv
ORACEFAL 250 mg/5 ml pdre p susp buv

ORACEFAL 500 mg gél
ORACEFAL 500 mg/5 ml pdre p susp buv
céfalexine
KEFORAL 1 g cp pellic
KEFORAL 250 mg/5 ml pdre p susp buv en flacon
KEFORAL 500 mg cp pellic
céfradine
DEXEF 500 mg gél
Autres céphalosporines
Les autres céphalosporines (céfazoline, céfixime, cefpodoxime, ceftaroline, ceftobiprole,
céfuroxime) ne sont pas actuellement recommandées dans le traitement des pneumonies
communautaires en 1re intention, bien qu'elles aient une AMM dans cette indication.
céfazoline
CEFAZOLINE MYLAN 1 g pdre p sol inj IM IV
CEFAZOLINE MYLAN 2 g pdre p sol inj IM IV
CEFAZOLINE PANPHARMA 1 g/5 ml pdre/sol p us parentér IV
CEFAZOLINE PANPHARMA 2 g/10 ml pdre/sol p us parentér IV
céfixime
CEFIXIME 200 mg cp pellic
OROKEN 100 mg pdre p susp buv en flacon enfant
OROKEN 200 mg cp pellic
OROKEN 40 mg pdre p susp buv en flacon nourrisson
cefpodoxime
CEFPODOXIME PROXETIL 100 mg cp pellic
CEFPODOXIME PROXETIL 40 mg/5 ml glé p susp buv
ORELOX 100 mg cp pellic
ORELOX 40 mg/5 ml glé p susp buv enfant nourrisson
ceftaroline fosamil
ZINFORO 600 mg pdre p sol diluer p perf
ceftobiprole médocaril sodique
MABELIO 500 mg pdre p sol diluer p sol p perf
céfuroxime
CEFUROXIME 125 mg cp pellic
CEFUROXIME 250 mg cp pellic
CEFUROXIME 500 mg cp pellic
CEFUROXIME 750 mg pdre p sol inj IM/IV
CEFUROXIME SODIQUE 1,5 g pdre p sol p perf IV
ZINNAT 1,5 g pdre p sol p perf
ZINNAT 125 mg cp pellic
ZINNAT 125 mg glé p susp buv en sachet enfant nourrisson
ZINNAT 125 mg/5 ml glé p susp buv en flacon enfant nourrisson
ZINNAT 250 mg cp pellic
ZINNAT 750 mg pdre p sol inj IM IV
ZINNAT 750 mg pdre/solv p susp inj IM
Autres antibiotiques
D'autres antibiotiques n'ont pas de place dans la stratégie thérapeutique ou ne sont indiqués
que dans des circonstances particulières (bactéries avec résistances authentifiées par un
antibiogramme).
ampicilline + sulbactam
UNACIM 500 mg/1 g pdre p us parentér IM/IV

UNACIM INJECTABLE 1 g pdre/sol p us parentér
benzylpénicilline
PENICILLINE G PANPHARMA 1 MUI pdre p us parentér
PENICILLINE G PANPHARMA 5 MUI pdre p us parentér
doxycycline
DOXYCYCLINE 100 mg cp séc
DOXYCYCLINE HYCLATE 100 mg gél
DOXYCYCLINE PHARMACIE CENTRALE DES ARMEES 100 mg cp
VIBRAMYCINE N 100 mg cp séc
VIBRAVEINEUSE sol inj p perf IV
ertapénem
INVANZ 1 g pdre p sol diluer p perf
gentamicine
GENTAMICINE PANPHARMA 10 mg sol inj
GENTAMICINE PANPHARMA 80 mg sol inj
lymécycline
TETRALYSAL 150 mg gél
téicoplanine
TARGOCID 100 mg pdre/sol p sol inj/p per ou sol buv
TARGOCID 200 mg pdre/sol p sol inj/p per ou sol buv
TARGOCID 400 mg pdre/sol p sol inj/p per ou sol buv
témocilline
NEGABAN 1 g pdre p sol inj
NEGABAN 2 g pdre p sol inj ou perf
tobramycine
NEBCINE 100 mg sol inj
NEBCINE 25 mg sol inj
NEBCINE 75 mg sol inj
TOBRAMYCINE MYLAN 25 mg/2,5 ml sol inj IM/IV en flacon
TOBRAMYCINE MYLAN 75 mg/1,5 ml sol inj IM/IV en flacon
Références
« Antibiothérapie par voie générale dans les infections respiratoires basses de l'adulte –
pneumonie aiguë communautaire – exacerbation de BPCO », mise au point ANSM et Spilf,
juillet 2010.
« Infections de l'appareil respiratoire chez le sujet âgé », in Conduites à tenir dans les
infections du sujet âgé, Veyssier P., Belmin J., Masson, coll. Abrégés de médecine, 2004,
pp. 35-48.
Mise à jour de la Reco : 29/09/2015
Mise à jour des listes de médicaments : 20/10/2015


Documents similaires


Fichier PDF pneumonie aigue communautaire de l adulte
Fichier PDF tableau equivalence generiques medicaments
Fichier PDF pneumonies acquises sous vm
Fichier PDF antibiotiques resume
Fichier PDF antibiotiques
Fichier PDF mustapha 2006


Sur le même sujet..