PowerPoint d'observations .pdf



Nom original: PowerPoint d'observations.pdfAuteur: Zaza

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft PowerPoint / Mac OS X 10.6.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 08/01/2016 à 16:00, depuis l'adresse IP 46.218.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 302 fois.
Taille du document: 46.3 Mo (16 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


+

Etude  comportementale  de  Jari,  jeune  mâle  
Orang-­‐Outan  subadulte  
Isabelle  Biéchy  -­‐  Septembre  2015  

+
 

Introduc<on  

 

Matériel  et  Méthode  
 

Matériel  biologique  
Disposi<fs  expérimentaux  

 

Protocoles  expérimentaux  

 

Analyse  des  données  

 

Sommaire

 

Ethogramme  des  Orangs-­‐Outans  

 

Résultats  
  Discussion  

 

Conclusion

+

Introduc:on

+

Les   Orang-­‐outans   (Pongo)   forment   un   genre   de   singes   anthropoïdes   de   la   famille   des   Hominidés.   Ils   sont   répandus   en   insulinde,   plus  
précisément  dans  les  îles  de  Bornéo  (Pongo  pygmaeus)  et  Sumatra  (Pongo  abelii)  .  
Les   orang-­‐outans   intéressent   beaucoup   les   géné<ciens   et   les   biologistes   qui   étudient   l'évolu<on   humaine   car   ils   appar<ennent   à   la   super-­‐
famille  des  primates  hominoïdes  mais  possèdent  une  diversité  géné<que  plus  riche  que  les  autres  grands  singes,  n'ayant  pas  subi  de  réduc<on  
de  varia<on  géné<que  (Homininés),  contrairement  aux  espèces  d'origine  africaine.  
L’hominidé  dont  les  ves<ges  ont  été  mis  à  jour,  semble  avoir  été  contemporain  de  la  période  où  s’est  produite  la  sépara<on  entre  les  lignées  de  
l’homme   et   des   grands   singes.   En   effet,   la   découverte   en   Thaïlande   d’une   mâchoire   d’orang-­‐outan   vieille   de   8   millions   d’années,   validerait  
l’hypothèse   selon   laquelle   Lucy   et   Toumaï   auraient   un   ancêtre   asia<que   et   ainsi   relancerait   le   débat   quant   à   la   localisa<on   du   berceau   de  
l’humanité,  Afrique  ou  Asie  ?    
 

+

Introduc:on
Les  Malais  l’ont  bap<sé  «orang-­‐outan»  ce  qui  signifie  «homme  de  la  forêt».    
Certaines  tribus  pensaient  que  ces  «hommes»  avaient  été  changés  en  animaux  à  la  suite  
d’un  sacrilège.    
Selon  une  légende  javanaise,  l’orang-­‐outan  est  doué  de  parole.  Cependant,  à  la  différence  
de  l’homme,  il  aurait  eu  la  sagesse    
de  ne  jamais  parler  pour  ne  pas  devoir  travailler.  
 
L’orang-­‐outan  appar<ent  à  la  famille  des  pongidés.  Il  existe  deux  sous-­‐espèces  :  
Pongo  pygmaeus  pygmaeus  qui  vit  à  Bornéo  
Pongo  pygmaeus  abelii  qui  vit  à  Sumatra  

Pongo  pygmaeus  pygmaeus  

   
Sa  taille  varie  entre  110  cm  pour  la  femelle  et  140  cm  pour  le  mâle,  tandis  que  son  poids  oscille  entre  30  
et  90  kg  selon  le  sexe.    
L’orang-­‐outan  est  un  animal  «  quadrumane  »  c’est-­‐à-­‐dire  qu’il  possède  quatre  mains.  Les  «  doigts  des  
pieds  »  sont  préhensiles  tout  comme  les  mains.  
Ce   singe   a   des   poils   très   longs   qui   peuvent   afeindre   50   cm   sur   les   épaules,   d’un   brun   plus   ou   moins  
roux.    
Avec  le  gorille,  c’est  le  plus  grand  des  singes  anthropoïdes.  En  posi<on  debout,  il  mesure  de  1  m  à  1  m  
80.  Un  mâle  pèse  entre  80  et  100  kg,  la  femelle  deux  fois  moins.  
Seul   pongidé   arboricole,   sa   morphologie   est   adaptée   en   conséquence.   Les   bras   d’un   mâle   adulte  
peuvent   afeindre   plus   de   2   m.   Il   occupe   exclusivement   les   forêts   ombrophiles   de   plaines   (forêts  
tropicales,   mangroves   (forêt   impénétrable   de   palétuviers   dont   les   racines   sont   dans   l'eau   calcaire,   la  
boue  et  le  limon),  marécages  et  forêts  de  montagne)  de  Bornéo  et  Sumatra.    
La   peau   de   la   face   intérieure   des   doigts   et   de   la   paume   est   glabre,   très   innervée   avec   de   nombreux  
sillons.   Contrairement   aux   autres   mammifères,   c’est   la   vue   et   le   sens   tac<le   qui   sont   les   plus  
développés.  
Ac<f   le   jour,   il     descend   rarement   au   sol   pour   éviter   d’être   la   proie   des   <gres,   des   panthères   ou   des  
cochons  sauvages.  Son  espérance  de  vie  est  d’environ  40  ans.  
 
Pongo  pygmaeus  abelii  

+

Introduc:on  
Comportement  :    ce  que  fait  un  individu  
Étude  du  comportement  :  Étude  de  ce  que  fait  un  animal,  où,  quand,  comment  et  pourquoi  
 
Quoi  :  descrip<on  du  comportement  de  l’individu  
Où  :  composante  spa<ale  du  comportement,  lieu  géographique  ou  posi<on  par  rapport  à  d’autres  individus  
Quand  :  composante  temporelle;  saison,  jour,  âge  de  vie,  durée  du  comportement,  posi<on  dans  une  séquence  
Comment  :  aspects  moteurs;  analyses  des  s<muli  impliqués  
Pourquoi  :  causes  pour  lesquels  le  comportement  est  exprimé  et  analyse  en  fonc<on  de  ce  comportement  
Le     comportement   social   peut-­‐être   défini   simplement   par   l’ensemble   des   ac<ons   et   des   non-­‐
ac<ons  réalisées  par  un  individu  dans  un  contexte  social  donné.    
Les   primates   sont   toujours   en   train   de   faire   quelque   chose   dans   un   sens   très   général,   mais   la  
plupart  de  leurs  ac<ons  consistent  plutôt  à  ne  rien  faire.  Un  mâle  adulte  par  exemple,  qui  serait  
assis   avec   autour   de   lui   un   pe<t   groupe   d’autres   individus,   avec   lesquels,   chacun   à   part,   il   a   <ssé  
des  rela<ons  spécifiques  au  cours  d’une  histoire  commune.  De  sorte  que  son  posi<onnement  par  
rapport   aux   autres   est   une   ac<on.   Ils   sont   en   train   d’interagir   à   travers   une   architecture  
dynamique  très  complexe  démontrée  par  la  distance  fondamentale  plus  ou  moins  grande  entre  
de  chaque  individu.  
Le  comportement  social  se  décrit  autant  dans  ce  que  l’on  fait,  que  dans  ce  que  l’on  ne  fait  pas.  Il  
existe   au   sein   de   chaque   type   une   variété   d’interac<on   sociale   qui   rend   la   structure   complexe   et  
fluide   menant   le   groupe   comme   étant   réellement   un   organisme   de   nature   dynamique.   les  
individus   se   comportent   donc   différemment   en   fonc<on   de   la   mémoire   qu’ils   ont   des   autres  
individus.    
 
Partant  de  ce  pafern  établi  et  corroboré  par  de  nombreuses  recherches,  les  objec<fs  de  l’étude  
sont  de  mefre  en  évidence  les  interac<ons  de   Jari  afin  de  déceler  des  éventuelles  modifica<ons  
de  comportement  à  l’encontre  des  individus  cons<tuant  le  groupe.    

+

Matériel  et  Méthode  
Matériel  biologique  

Notre   analyse   s’est   effectuée   au   sein   d’un   groupe   d’Orang-­‐Outans   de   Sumatra   nés   et   élevés   en   cap<vité,  
exceptés   Manis   et   Major.   Cefe   structure   sociale   est   composée   de   8   individus   :   2   mâles,   4   femelles   et   2  
jeunes.  Elle  présentait  la  généalogie  suivante  d’où  nous  avons  ciblé  Jari,  un  jeune  mâle  subadulte,  pour  notre  
étude    :  
 

Jaya

Major né à Sumatra

13 mai 2004

1962-2012

Zoo de Jersey

Jane

Moni

12 juin 1983

24 janvier 1986

Zoo de Zurick

Zoo de Zurick

Becky

18 juin 2010

Jari

16 mars 2007

Joko

18 avril 2011

Manis née à Sumatra
23 mars 1969

Flora

3 juillet 1990

Le  couple  Major  et  Manis  est  arrivé  à  La  Boissière  du  Doré  en  1989.  Le  3  juillet  1990,  Manis  met  au  monde  la  pe<te  Flora,  qui  sera  le  premier  orang-­‐outan  
élevé  par  sa  mère  en  France.  
Deux  sœurs  provenant  du  zoo  Zurich  rejoignent  ce  trio  en  1996,  Jane  et  Moni.  Cefe  dernière  est  mère  de  4  pe<ts,  dont  Jari  et  Joko,  deux  mâles  encore  
présents  dans  le  groupe.    
Quant  à  Jane,  elle  a  donné  naissance  à  3  pe<ts  dont  la  jeune  Becky  qui  passe  encore  de  longues  heures  auprès  de  sa  mère.  
Major,  est  décédé  le  26  septembre  2012.  Il  venait  de  fêter  ses  50  ans,  ce  qui  faisait  de  lui  le  plus  vieux  mâle  reproducteur  d’Europe.  
Jaya  provenant  du  Zoo  de  Jersey  a  rejoint  le  parc  en  novembre  2013,  afin  de  devenir  le  nouveau  mâle  reproducteur.    

+

Matériel  et  Méthode  
Disposi<fs  expérimentaux
• 

 

L’étude  a  été  menée  au  Zoo  de  La  Boissière  du  Doré  (44).  Créé  en  1984  dans  une  ancienne  châtaigneraie  ,  
ce   parc   animalier   abrite   sur   40   hectares,   700   animaux   dont   43   espèces   par<cipant   au   Programme  
d’Elevage   Européen   qui   vise   une   future   réintroduc<on   in   situ   des   espèces.   Adhérent   à   l’Associa<on  
Française  des  Parcs  Zoologiques,  il  est  également  membre  permanent  à  l’European  Associa<on  of  Zoos  
ans  Aquaria.  

• 

L’enclos  extérieur  est  composé  d’enrichissements  en  bois  et  de  structures  en  pierre  
style   Chedi,   sur   une   pelouse.   Un   large   ruisseau   alimenté   par   une   cascade   sépare  
leur  espace  du  public  et  fournit  en  eau  les  individus.  

• 

L’enclos   couvert   tapissé   de   carrelage   et   vitré   en   façade   permefant   ainsi   une  
meilleurs  visibilité  sur  les  animaux,  est  également  enrichi  de  structures  de  bois  ainsi  
que  de  lanières  <ssu  faisant  office  de  liane.  

• 

Nous   n’avions   pas   accès   pour   notre   étude   aux   nids-­‐cages   semi-­‐individuelles   pour   la  
nuit,  non  visible  au  public.

+

Matériel  et  Méthode  
Protocoles  expérimentaux

•  L’étude  s’est  effectuée  sur  4  jours  (du  21  au  25  avril  2015)  à  raison  de  4  heures  par  jour  répar<es  de  moi<é  
le  ma<n  et  l’après-­‐midi.  
•  Les  heures  et  durée  sont  constantes  afin  de  se  fixer  dans  les  mêmes  condi<ons  :    
       10h  à  12h  et  15h  à  17h  
•  Les  infrastructures  mises  à  leur  disposi<on  :  enclos  aérien  et  enclos  couvert  étaient  
       prises  en  compte  dans  l’observa<on.  
•  La  présence  ou  non  des  visiteurs  n’était  pas  retenue  comme  un  critère  sélec<f.  
La  procédure  de  prélèvement  de  données  s’est  effectuée  par  le  biais  d’un  seul  type  
d’expérience  :    
Instantaneous  sampling  (échan<llonage  instantané)  :  Nota<on  du  comportement  à  
intervalles  réguliers  pour  une  obten<on  d’une  es<ma<on  de  la  durée  des  ac<vités  
pour  un  sujet  par  rapport  aux  autres  membres  du  groupe.  
Il  est  donc  important  de  préciser  que  les  résultats  n’ont  pu  donc  être  op<misés  par  
la  technique  du  Focal  animal  sampling*,  plus  rigoureuse  à  mefre  en  place  compte-­‐
tenu  de  la  période  trop  courte  de  la  quan<fica<on  des  comportements.    
D’autre  part,  aucune  période  d’habitua<on  n’ayant  été  mise  en  place,  les  données  
en  observa<on  directe  ont  pu  être  influencées  par  la  présence  de  l’observateur.  
*Dans   cefe   méthode   d'échan<llonnage,   toutes   les   ac<ons   d'un   animal   sont   enregistrées   pour   une   période   de  
temps  spécifiée.  Par  exemple,  les  animaux  A  est  observé  pendant  cinq  minutes.  Au  cours  de  cefe  période  de  cinq  
minutes,   l'ensemble   des   ac<vités   que   cet   animal   effectue   sont   enregistrés,   tandis   que   les   ac<vités   des   autres  
animaux  du  groupe  ne  sont  pas  enregistrés.  Lorsque  la  période  de  temps  est  écoulé,  l'observateur  se  déplace  sur  
des  animaux  B  pour  enregistrer  les  ac<vités  de  cet  animal.  Cela  con<nue  jusqu'à  ce  que  tous  les  animaux  dans  le  
groupe  ont  été  observées  pour  la  période  de  temps  spécifiée.  

+

Matériel  et  Méthode  
Relevés  des  données
En  %  

Jeux  

Mange  

Pelouse  
extérieure  

Repos  

Evitement  

15,9  

Structures  
extérieures  

R
e
s
t
e
s
e
u
l

6,2  

Structures  
intérieures  
Enclos  int.  

3,8  

Becky  

7,5  

Jaya  

25  

Moni  

X  

2  

Jocko  

1,7  

Jane  

5,7  

Flora  
Manis  

28  

A
v
e
c

X  
X  

4,2  

NB  :Aucune  spécificité  de  support  en  mode  accompagné  n’est  précisé,  ni  pour  l’évitement.  

+

Matériel  et  Méthode  
Analyses  des  données

Les  observa<ons  ayant  été  pra<quées  pendant  une  durée  rela<vement  courte,  aucun  test  
sta<s<ques  ne  pouvaient  être  judicieux.  
Si  on  analyse  le  tableau  de  relevés  de  données,  une  tendance  s’observe  sur  les  affinités  qu’à  
Jari  au  sein  du  groupe.  
Jaya   partage   ¼   du   temps   de   jeux   qui   s’ar<cule   principalement   par   des   prises   de   bouches,  
des  roulades  et  des  poursuites  dans  l’enclos  d’extérieures  u<lisant  ainsi  les  structures  mises  
à  leur  disposi<on.  
1/6e  de  temps  sera  consacré  à  Becky  et  Jane  également  pour  le  jeux.  
La   prise   de   nourriture   déclenche   un   isolement   de   Jari,   et   plus   caractéris<que   la   colla<on   de  
15  h  30.  
Le  repos  en  journée  s’effectue  majoritairement  dans  l’enclos  intérieur  dénotant  également  
un  détachement  par  rapport  au  groupe.  
Ce   comportement   est   observé   depuis   le   départ   pour   quelques   mois   de   stage   de   son  
soigneur.  
 
Par   contre,   Jari   préserve   des   contacts   réguliers   avec   sa   mère   Moni   pour   le   refuge   affec<f,  
mais  encore  pour  quelques  tétées.  

Jari   ,   mâle     subadulte   est   né   au   zoo   de   la   Boissière   en   2007.   Faisant   par<   d’un   programme   d’échange,   il   devra   dans   quelques   mois   quifer   le   parc   ;   Jaya   arrivé  
de  Jersey  en  2013  deviendra  le  mâle  reproducteur.  

+

Ethogramme  des  Orangs-­‐Outans  

Ensemble  des  comportements  décrites  dans  une  espèce  en  observa<on  naturaliste  
Comportement  social  
Tous   les   grands   anthropoïdes   ont   besoin   de   rela<ons   avec   leurs   congénères.   Dans   leur   environnement  
naturel,  c'est  à  dire  dans  les  communautés  sociales  naturelles  de  chaque  espèce,  la  plupart  des  ac<vités  sont  
adressées   aux   autres   membres   du   groupe.   Il   existe   de   grandes   communautés   sociales   avec   une   certaine  
structure   hiérarchique.   Les   rela<ons   de   groupe   chez   les   Orangs-­‐outans   sont   moins   marquées   que   chez  
d'autres   anthropoïdes.   Les   adultes   vivent   sur   de   grands   territoires;   en   général,   ils   vivent   à   une   certaine  
distance   des   femelles   et   des   jeunes,   qui   confinent   apparemment   leurs   mouvements   sur   des   espaces   plus  
pe<ts.  Plusieurs  femelles  et  leur  progéniture  restent  ensemble  plus  longtemps  et  forment  des  groupes.  Les  
mâles  peuvent  à  l'occasion  vivre  en  pe<ts  groupes  mais  sont  souvent  des  solitaires.  
Structure  sociale  -­‐  Des  groupes  familiaux  souples,  assez  solitaires.  En  majorité  des  mères  avec  un  ou  deux  
jeunes  animaux.  

Comportement  alimentaire    
Les   orangs-­‐outans   se   nourrissent   de   fruits,   de   bourgeons,   de   feuilles,   de   joncs,  
d'écorce,  d'insectes,  d’œufs  d'oiseaux  et  de  miel.  Ils  u<lisent  des  morceaux  de  bois  
mâchés  pour  "pêcher"  des  termites.    
 
Comportement  locomoteur    
Les   orangs-­‐outans   passent   la   plus   grande   par<e   de   leur   vie   dans   des   arbres,   et   ils  
grimpent  d'arbre  en  arbre  sans  sauter.  
 
Comportement  de  repos    
Ce  primate  est  un  animal  arboricole  par  excellence,  remarquablement  bien  adapté  à  
la  vie  dans  les  arbres,  où  il  passe  sa  journée  en  quête  de  nourriture  et  y  construit  des  
nids  chaque  soir.  

+

Ethogramme  des  Orangs-­‐Outans  

Ensemble  des  comportements  décrites  dans  une  espèce  en  observa<on  naturaliste
Comportement  sexuel  
Les   femelles   afeignent   la   maturité   sexuelle   environ   à   l'âge   de   8   ans   (période   de   gesta<on:   de   225   à  
289  jours)  et  sont  alors  capables  de  donner  naissance  à  un  pe<t  tout  les  3  ans,  sur  une  période  de  20  
ans;  mais  en  général,  les  femelles  n'élèvent  pas  plus  de  4  ou  5  pe<ts  durant  leur  vie.  Les  femelles  
sont   disposées   à   s'accoupler   tout   au   long   du   mois,   elles   ne   montrent   pas   de   signes   évidents   de  
chaleur  comme  par  exemple  les  chimpanzés.  
 
Comportement  maternel  
A  la  naissance,  le  jeune  orang-­‐outan  pèse  environ  1.5  kg.  En  général,  sa  mère  le  porte  sur  la  hanche,  
l'allaite   pendant   2   à   3   ans   et   lui   donne   également   de   la   nourriture   pré-­‐mâchée   à   par<r   de   sa  
première  année  de  vie.  
Pendant   la   première   année   de   leur   vie,   les   jeunes   orangs-­‐outans   jouissent   d'un   contact   quasi  
permanent  avec  leur  mère;  ils  s'accrochent  à  elles  quand  elle  se  déplace.  Les  jeunes  orangs-­‐outans  
ne  sont  sevrés  complètement  qu'après  3  ans  ou  même  plus  tard  si  la  mère  n'afend  pas  une  nouvelle  
naissance;  cependant,  à  par<r  de  4  mois,  ils  commencent  à  essayer  d'autres  sources  de  nourriture.  A  
l'âge  d'un  an,  le  bébé  orang-­‐outan  commence  à  se  déplacer  non  loin  de  sa  mère;  environ  à  l'âge  de  2  
ans,   les   jeunes   quifent   parfois   leur   mère   pour   s'amuser   à   construire   des   nids   et   jouer   avec   des  
objets  tels  que  des  morceaux  écorces,  etc.  
Mais  la  nuit,  les  jeunes  ne  s'aventurent  jamais  très  loin  de  leur  mère.  Ce  n'est  qu'à  l'âge  de  3  à  7  ans  
que  les  animaux  adolescents  s'éloignent  de  leur  famille  pour  des  périodes  plus  longues  et  passent  de  
plus  en  plus  de  temps  tout  seuls.  Quand  ils  afeignent  la  maturité  sexuelle  à  l'âge  de  7  à  10  ans,  les  
jeunes  animaux  se  sont  alors  complètement  détachés  de  leur  mère.  
NB  
Suite   à   l’étude   de   six   groupes   dis<ncts   d’orangs-­‐outans   de   Bornéo   et   de   Sumatra,   des   primatologues   avaient   mis   en   évidence   24   types   de  
comportements  par<culiers  ainsi  que  d’u<lisa<ons  d’ou<ls,  que  les  pongidés  se  transmefaient  par  appren<ssage  d’une  généra<on  à  l’autre.  
(Science  du  03  janvier  2003)  

+

Résultats  
Discussion
• 
• 
• 
• 

?  

Jari  a-­‐t-­‐il  une  rela:on  sociale  avec  chaque  membre  composant  le  groupe  
CeUe  rela:on  est-­‐elle  différente  selon  l’âge  des  l’individus  
Se  détache-­‐t-­‐il  des  juvéniles  
Commence-­‐t-­‐il  à  s’éloigner  des  adultes…  

L’orang-­‐outan  est  un  animal  solitaire.  Cependant,  une  hiérarchie  sociale  existe.  Un  vieux  mâle  dominant  protège  chaque  pe<t  groupe.  Il  leur  
apporte  son  expérience  de  la  forêt.    
Les  mâles  orangs-­‐outans  sont  les  seuls  des  grands  singes  qui  connaissent  deux  stades  de  développement  à  l'âge  adulte  (bimaturisme).    
Les   mâles   dominants   possèdent   un   disque   facial   cons<tué   de   masses   graisseuses   situées   au   niveau   des   joues,   ainsi   qu'une   poche   ou   sac  
laryngien   (qui   peut   contenir   plusieurs   litres   d'air).   Leur   dos   est   revêtu   d'un   manteau   de   longs   «   cheveux   »   et   leur   bras   montre   une   forte  
pilosité  foncés.  Ils  sont  connus  pour  émefre  un  son,  très  grave  et  profond,  appelé  «  long  call  ».    
 
En  milieu  naturel,  les  longs  cris  sont  émis  en  moyenne  quatre  fois  par  jour,  plus  rarement  la  nuit.  Ils  portent  à  un  kilomètre  à  la  ronde  et  sont  
propres  à  chaque  individu.  Ils  peuvent  être  spontanés,  associés  à  des  démonstra<ons  de  force,  liés  à  des  perturba<ons  de  l'environnement  
ou   à   des   moments   où   le   mâle   est   énervé.   Ces   sons   et   leur   débit   d'émission   sont   modulés   en   fonc<on   des   situa<ons.   Les   femelles   réagissent  
de  manière  différente  selon  les  signaux  émis  par  les  mâles  matures.  
Ces  caractères  sexuels  secondaires  apparaissent  à  l'adolescence  :  les  orangs-­‐outans  mâles  deviennent  pubères  entre  sept  et  neuf  ans,  puis  ils  
passent   quelques   années   par   un   stade   adolescent,   où   ils   ont   à   peu   près   la   même   taille   que   les   femelles   adultes.   Entre   12   et   14   ans,   ils  
afeignent  leur  taille  adulte,  et  les  caractères  sexuels  secondaires  apparaissent.  
Lorsqu'ils  n'ont  pas  afeint  ce  stade  de  maturité,  ils  sont  subadultes  contribuant  cependant  eux  aussi  à  la  reproduc<on,  mais  en  u<lisant  des  
stratégies  d'approche  différentes  de  celles  des  dominants.  A  la  mort  du  patriarche,  leur  physionomie  se  transforme  radicalement  du  à  une  
poussée   d’hormones   qui   modifiera   rapidement   leur   morphologie   :   prend   du   poids   et   les   dépôts   graisseux   apparaissent   sous   la   peau   des  
joues.  
 

+

Résultats  
Discussion

 
Lorsqu'on   a   installé   des   orangs-­‐outans   dans   des   zoos   et   qu'on   les   a   maintenus   en  
groupes  sociaux  stables,  les  primatologues  ont  constaté  qu'un  mâle  reste  parfois  figé  
à   l'état   d'adolescent,   c'est-­‐à-­‐dire   que   son   développement   cesse   pendant   plusieurs  
années.  
 
Une  équipe  de  primatologues  américains  a  découvert  chez  l’orang-­‐outan  de  Sumatra  
cefe   même   faculté   que   possèdent   les   jeunes   mâles   de   retarder   l’appari<on   des  
caractères   sexuels   secondaires.   Bien   que   sexuellement   matures,   ils   con<nuent   à  
développer   leur   force   afin   dêtre   en   mesure   de   rivaliser   plus   tard   avec   les   mâles  
dominants.  Gauri  Pradha  et  son  équipe  de  chercheurs  de  l’Université  de  Floride  du  
Sud  ont  constaté  que  chez  les  jeunes  mâles  d’orang-­‐outan  de  Sumatra,  les  caractères  
sexuels   secondaires   n’apparaissent   parfois   que   par   développement   différé   chez  
certains   individus   et   fait   unique   chez   les   primates,   car   n'ayant   jamais   été   observé  
chez  l’orang-­‐outan  de  Bornéo.  
D'après   les   observa<ons   réalisées,   le   phénomène   serait   plus   fréquent   au   sein   des  
popula<ons  où  quelques  grands  mâles  accaparent  toutes  les  femelles  pour  une  assez  
longue  durée.    
La   cause   de   l'interrup<on   du   développement   semble   être   l'environnement   social   de   ces   animaux.   La   présence   de   mâles   adultes   dominants  
retarderait  la  croissance  des  mâles  adolescents  vivant  à  proximité.  Jusqu'à  présent,  les  primatologues  pensaient  que  ce  retard  était  une  maladie  
liée   au   stress   :   le   développement   des   orangs-­‐outans   s'interromprait   parce   que   les   mâles   adultes   les   effraieraient.   Depuis   quelques   années,   les  
recherches   ont   montré   que   ce   serait   plutôt   une   stratégie   d'adapta<on.   Les   mâles   adolescents   qui   ont   cessé   de   se   développer   sont   pourtant  
capables  de  féconder  les  femelles,  mais  en  restant  pe<ts  et  immatures  (dépourvus  de  caractères  sexuels  secondaires),  ils  minimisent  le  besoin  de  
nourriture  et  les  risques  de  conflit  avec  les  mâles  adultes.  Néanmoins,  les  chercheurs  ignorent  encore  tout  des  mécanismes  de  cefe  singularité.  
De  même,  ils  ignorent  totalement  s'ils  sont  volontaires  ou  inconscients.  Au  cours  de  leur  étude,  l'équipe  de  Gauri  Pradha  a  cependant  constaté  
une  corréla<on  entre  puberté  retardée  et  décès  prématuré.    

+

Conclusion
Jari  ne  sait  pas  encore  totalement  détaché  de  sa  mère,  le  fait  de  prendre  encore  le  sein  de  
Moni  en  est  la  preuve.  
Ses   longues   périodes   d’isolement   principalement   pour   le   repos   et   la   prise   de   nourriture   ne  
sont  peut-­‐être  pas  la  cause  de  l’absence  de  quelques  mois  de  son  soigneur,  mais  plus  le  signe  
d’une  émancipa<on  progressive  pour  parvenir  à  la  maturité  sexuelle.  
Les  interac<ons  peuvent  varier  selon  les  rela<ons  que  les  individus  ont  les  uns  avec  les  autres.  
N’ayant   pu   effectuer   des   observa<ons   beaucoup   plus   approfondies,   nous   permefant   de  
mieux   interpréter   les   comportements   individuels   et   de   percer   les   personnalités   de   chaque  
individus,  nous  ne  sommes  pas  en  mesure  de  formuler  des  hypothèses  sur  le  pourquoi  de  la  
grande  proximité  de  Jari  avec  Jaya  par  rapport  au  autres  membres  du  groupe  ;  sur  l’évitement  
vis-­‐à-­‐vis  de  Jane,  Flora  et  de  Becky  lorsqu’elle  est  accompagnée  de  Jane.  
De   plus,   une   plus   ample   connaissance   de   cefe   espèce   en   cap<vité   permefrait   de   mieux  
comprendre  certaines  situa<ons.  
 
Si   les   primates   possèdent   bien   une   histoire,   s’ils   ont   par   ailleurs   une   structure   sociale  
dynamique,  si  la  transmission  de  pra<ques  comportementales  est  avérée,  et  si  enfin  il  existe  
une   diversité   de   comportement   au   sein   d’une   même   espèce,   ne   pourrait-­‐on   parler   de  
culture  ?  


PowerPoint d'observations.pdf - page 1/16
 
PowerPoint d'observations.pdf - page 2/16
PowerPoint d'observations.pdf - page 3/16
PowerPoint d'observations.pdf - page 4/16
PowerPoint d'observations.pdf - page 5/16
PowerPoint d'observations.pdf - page 6/16
 




Télécharger le fichier (PDF)


PowerPoint d'observations.pdf (PDF, 46.3 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


powerpoint d observations
charlie hebdo n 801  tristesse tristesse  franois cavanna
7l4i4pa
une eecis 1
dossier de presse beauval nature
tant qu il y aura des singes