FBI N°Spécial Ballon d'or 2015 (1) .pdf


Nom original: FBI N°Spécial Ballon d'or 2015 (1).pdfAuteur: F.W.F.S. 11

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Acrobat PDFMaker 8.1 pour Publisher / Acrobat Distiller 8.1.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/01/2016 à 11:47, depuis l'adresse IP 41.205.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 522 fois.
Taille du document: 448 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


n°spécial

13012016

Depuis son numéro le plus jeune, FBI 
ne cesse de le répéter : le « bonbon » 
d’abord. C’est lui qui pose la balle au 
centre. Sans ça, sans  la justesse de la 
récompense,  la  soule  perd  tous  ses  
sens, les 5 en l’occurrence. Les foot‐
balleurs,  s’ils  foulent  le  gazon,  c’est 
parce  qu’ils  savent  qu’au  fond,  il  y’a 
ce présent. Derrière le ballon, ils cou‐
rent tous après la reconnaissance.  
Ainsi,  La  compétitivité  d’un  sport  ne 
dépend que de ce point ; la possibili‐
té  simple  de  rejoindre  la  race  supé‐
rieure.  Non  pas  par  la  couleur  de  la 
peau, du maillot ou du drapeau, mais 
bien  évidemment  par  la  qualité  des 
performances.  Lesquelles  presta‐
tions  n’auront  de  sens,  le  collectif 
comblé par ce ou ces trophées...   

« Ce n'est pas juste quand 

quelqu'un remporte un 
prix qu'il n'aurait pas dû 
gagner simplement à cau‐
se d'un plan marketing » : 

D. Maradona   

FBI n°spécial

«

  La  démocratie  du  plus  fort  est  tou‐
jours  la  meilleure  !  c’est  comme 
ça…»1. La sentence est claire ; Lionel Messi 
a encore frappé et le plus fort a encore ga‐
gné.    A  41.  33%  devant  Ronaldo  27.76%  et 
Neymar 7.86%, le petit catalan a été élu FIFA 
Ballon d’or pour la 5e fois : un record.  
On le savait, le sacre du natif de Rosario n’é‐
tait plus un secret pour personne ; d’autant 
plus  que  la  FIFA  a  du  mal  à  tenir  sa  langue 
depuis  un  bon  bout.    La  saison  exception‐
nelle  des  blaugrana  parlera  donc  d’elle‐
même : 5 x 5 = Messi. 5 comme respective‐
ment, les nombres de trophées et de Ballon 
d’or  remportés  par  Barcelone  et  son  petit 
génie.  
Difficile,  voire  impossible,  d’aller  au‐delà 
d’un  tel  niveau.  Pour  un  club,  pour  un 
joueur, ce genre de saison n’a rien d’ordinai‐
re. Avec 53 buts et 19 passes décisives tou‐
tes compétition confondues, la perfection y 
est.  De  telles  statistiques  méritent  large‐
ment une récompense plus qu’au‐dessus de 
la moyenne, de surcroît quand il y’a des vic‐
toires au final. Jusqu’ici tout va bien... 

Un tir, un but

Messi Ballon d’or 2015, un record 5 fois terrible

Seulement  il  y’a  un  quiproquo.  La  mesure 
n’existe  que  dans  un  ensemble,  un  repère 
qui  fixe  les  notions  de  grandeur  et  de  peti‐
tesse.  Messi  a  tout  gagné  comme  Sneijder, 
Ribery, Robben et Neuer avant lui, mais au‐
cun  d’eux  n’a  jamais  bénéficié  des  atten‐
tions  qu’il  a  eues  aujourd’hui.  C’est  quand 
même étonnant ! Quand la puce gagne tout, 
on lui donne tous les honneurs et quand elle  
ne gagne rien on lui donne le Ballon d’or… 

Messi  a  tout  gagné  comme...  Neymar  et 
Iniesta, mais les deux 3e et 9e, sont derrière 
Cristiano  le madrilène et  sa  saison blanche. 
Comment donc l’expliquer ? Le bon sens ne 
semble  guère  partagé  vu  d’ici.  De  plus, 
quand on parle de la nouvelle raison du plus 
fort,  les  performances  individuelles,  les 
buts, CR7 est de loin le meilleur. Messi à sa 
place, le résultat aurait été pareil… à savoir 
Iniesta meilleur que tous. Car quand on par‐
le  football,  Messi,  Neymar  et  Ronaldo  ne 
voient  pas  le  carreau  devant  l’Homme  du 
match  de  la  dernière  finale  de  LDC…  le 
boycott italien est donc bien justifié. 

2

FBI N°spécial

Messi Ballon d’or 2015, un record 5 fois terrible

L

e message est passé. Avec ce 5e Ballon d’or, Messi est canonisé. Personne n’osera 
plus  remettre  en  doute  sa  suprématie.  Ronaldo  aura  31  ans,  Neymar  aura  sûre‐
ment un ou deux Ballons d’or tout au plus et Saint Lionel restera le même ; intouchable. 
Le pari est donc gagné, la Pulga est dans la légende, la légende de l’ère de l’individualis‐
me à l’apogée, l’ère la plus corrompue de l’histoire du football.  
L’Europe à travers son collège médiatique d’électeurs a réussi à faire du meilleur joueur 
d’Europe, le meilleur joueur du monde. Le reste ne comptant que trop peu, ils ont même 
déjà annoncé un 6e Ballon d’or pour leur interface préférée, comme l’an passé face au 
Bayern, après la « chute du faucon noir »2 et pourtant il n’est ni meilleur buteur de la Li‐
ga, ni meilleur buteur de la LDC. Et c’est tout naturellement que l’ancien lisboète est dé‐
jà cité dans la méforme,  avec 11 buts en 6 matchs en LDC, un record, et 14 buts en Liga ; 
Messi était blessé… La belle excuse! 
 
«Je suis dans une étape de ma vie un peu senti‐
mentale,  un  peu  romantique.  À  chaque  fois 
que  Messi  gagne  un  prix,  marque  un  but,  je 
pense  toujours  au  moment  où  on  ne  l’aura 
plus,  où  on  ne  pourra  plus  en  profiter  après 
tout ce qu’il aura fait et tout ce qu’il aura été. 
Même  les  ballons  de  foot  vont  pleurer  le  jour 
où Messi arrêtera sa carrière. »:   

Omar Da Fonseca  

Toutefois le golden ball a perdu sa classe derrière les oscars du football. Ronald Reagan et 
son acolyte ont réussi à dénaturer l’or et juste pour cette raison, le soccer les oubliera. 
Les ballons ne pleureront pas tel un journaliste supporteur, ils vengeront tous ceux que 
l’ange de Barcelone a fait injustement chasser de son équipe. Le football ne regrette pas 
les « tyrans », ceux qui font pleurer leurs jeunes coéquipiers. Il a pris acte de cette mono‐
tonie ennemie et vous rassure qu’on  ne gagne pas la Coupe du monde ou la Copa Ame‐
rica après un plébiscite… surtout quand on cadre à peine face à la grande Jamaïque.   
Un tir, un but

3

Références 
1 Alpha Blondy  
2 Jérôme Boateng, tombé la saison dernière sur un crochet de Messi en 1/2 finale aller de la LDC. Victoire du Barça 3‐
0 au Camp  Nou et l’argentin auteur d’un doublé (ses seuls buts des  8e au sacre) est déjà annoncé  comme Ballon 
d’or. Pourtant sur l’ensemble des 2 matchs Neymar est meilleur avec 3 buts sur les 5 des alzugrana, battus 3‐2 au re‐
tour.  


FBI N°Spécial Ballon d'or 2015 (1).pdf - page 1/4


FBI N°Spécial Ballon d'or 2015 (1).pdf - page 2/4


FBI N°Spécial Ballon d'or 2015 (1).pdf - page 3/4
FBI N°Spécial Ballon d'or 2015 (1).pdf - page 4/4


Télécharger le fichier (PDF)

FBI N°Spécial Ballon d'or 2015 (1).pdf (PDF, 448 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP




Documents similaires


fbi n special ballon d or 2015 1
fbi n special ballon d or 2015
fbi n 10 fifa ballon d or pfft 2016
fbi n 17 neymar jr que la fete commence
fbi n special classico
fbi n 92 gabriel jesus o pintor

Sur le même sujet..