FBI N°11 AUBAMEYANG, la panthère en or .pdf


Nom original: FBI N°11 AUBAMEYANG, la panthère en or.pdfAuteur: F.W.F.S. 11

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Acrobat PDFMaker 8.1 pour Publisher / Acrobat Distiller 8.1.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/01/2016 à 15:06, depuis l'adresse IP 41.205.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 490 fois.
Taille du document: 527 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


15012016

n°11

« Je  suis  beaucoup  déçu  (…)  C'est 
triste  de  voir  l'Afrique  réagir  de  la 
sorte,  qu'elle  ne  donne  pas  d'im‐
portance  aux  choses  africaines! 
(…) Je crois que c'est ce qui fait la 
honte de l'Afrique (…) Car se com‐
porter  de  la  sorte,  c'est  indé‐
cent! Mais qu'est‐ce qu'on peut fai‐
re? Nous,  les  Africains,  nous  ne 
montrons pas que l'Afrique est im‐
portante  à  nos  yeux.  Nous  privilé‐
gions  plus  l'extérieur  que  notre 
propre  continent.  C'est  ce  qui  est 
lamentable! » : Yaya Touré 

 
Il était une fois! telle est l’introduction de toutes 
les  belles  histoires.  Un  début  toujours  marqué 
par  une  sérénité  aguichante,  une  paix  dont  l’é‐
volution  dans  l’espace  se  heurte  forcément  à 
des  obstructions,  constructives,  qui  catalysent 
et  canalisent  une  réussite  plus  qu’incontourna‐
ble. Dans un pays, dans un village, peu importe 
le  lieu,  le  «  mythe  de  la  caverne  »  n’a  d’autres 
choix que de se manifester. Un jour, une heure, 
peu importe le temps qu’il fera, il sera une fois!  

FBI n°11

Aubameyang: une panthère en or

D

écevant  !  «  C'est  triste  de  voir 
l'Afrique réagir de la sorte, qu'elle 
ne  donne  pas  d'importance  aux  choses  afri‐
caines!  »  La  solidarité  et  son  attitude  cou‐
veuse vis‐à‐vis de ses progénitures apparais‐
sent à l’avenir fauchés par un acte d’antijeu. 
«  c'est  ce  qui  fait  la  honte  »  du  berceau  de 
l’humanité  ;  son  histoire  est  malheureuse‐
ment celle de ces aînés qui refusent de vieil‐
lir et de faire une simple passe. « Car se com‐
porter de la sorte, c'est indécent ! Mais qu'est
‐ce qu'on peut faire? Nous, les Africains, nous 
ne montrons pas que l'Afrique est importan‐
te  à  nos  yeux.  Nous  privilégions  plus  l'exté‐
rieur que notre propre continent. C'est ce qui 
est lamentable... », pitoyable et inconcevable.  
Yaya Touré derrière ces termes incarne tout 
ce  qu’il  ne  faut  pas  être  comme  noir.  Du 
coup,  on  comprend  pourquoi  Tito  a  aban‐
donné  médailles  et  régiment  orange.  Un 
joueur  4  fois  meilleur  joueur  africain    sans 
jamais  avoir  rien  donné  à  cette  Afrique  qui 
maintenant lui est si chère, qui n’arrive pas 
à  féliciter  son  «  petit  frère  »  pour  son  pre‐
mier ballon d’or, c’est simplement… 

...Magnifique ! Dans toute défaite, il y’a une 
victoire  à  gagner.  Bravo  à  Aubameyang. 
Prix Marc‐Vivien Foé, il mérite cette récom‐
pense qui représente bien ce que ce numé‐
ro  17  représentera  sans  cesse  pour  l’Afri‐
que, ce que le capitaine pachydermique ne 
gagnera  jamais  :  un  prix,  une  valeur  sur… 
qui  on peut compter au futur. 
Toujours est‐il que les phrases du frère Tou‐
ré, garde une essence vraie. On ne peut pas 
tout  lui  reprocher.  Son  égoïsme  marque 
tout de même des points d’objectivité. Les 
africains ont le devoir d’exporter leur cultu‐
re…;  de  prouver  qu’en  jouant  au  TP  Ma‐
zembe  on  peut  être  Ballon  d’or.  L’Afrique 
est le seul continent où il y’a 2 rois, un blanc 
et  un  noir  et  c’est  hallucinant...  Elle  privilé‐
gie  «  plus  l'extérieur  que  »  son  «  propre 
continent  ».  Spiderman  le  sait  et  le  prouve 
très bien. Il est l’un des rares capitaines afri‐
cains  occidentalisés  qui  ne  méprise  pas  sa 
sélection et ses coéquipiers.  
De plus dans son « vrai âge », son speech de 
remerciements, il devient un exemple pour 
les jeunes, noirs en particulier : « j’ai écouté 
mes  parents,  voilà  ce  que  j’ai  gagné  ».  Un 
Ballon  d’or  et  tout  est  dit.  Il  n’a  rien  rem‐
porté comme trophée certes ; mais, ce sera 
toujours mieux de commencer par la bonne 
pour annoncer une mauvaise nouvelle…  

Un tir, un but

2

FBI N°11

Aubameyang: une panthère en or

U

ne bonne chose de faite. Aubame P. Ballon d’or africain peut désormais chercher 
à franchir un autre pallier : le Ballon d’or FIFA, pourquoi pas ? Dans les faits c’est 
clairement possible mais qu’en est‐il des gestes. Pour le moment les présents sont pour l’ar‐
gentin. La Pulga est à la FIFA ce que  le citizen était à la CAF  : indétrônable. Mais avec des sta‐
tistiques pareilles, 46 buts en 2015 dont 27 cette saison en 27 matches, le meilleur buteur eu‐
ropéen de la saison en cours, peut changer d’adversaire détracteur et se hisser dans l’Acropo‐
le du football mondial. Ce qui serait vraiment exceptionnel. Depuis Weah, l’Afrique n’a plus 
connu une réelle gloire individuelle. Malgré les prestations d’éclat comme celles d’Eto’o, de 
Drogba,  d’Essien,  d’Adebayor,  de  Kanouté,  de  Yaya  Touré…  largement  au  dessus  de  la 
moyenne européenne, le cœur des ténèbres a brillé dans le noir. Il est toujours utile de rappe‐
ler que s’il a été Ballon d’or africain ce n’est nullement pour ses prestations africaines, relati‐
vement sombres, mais plutôt pour ses déboulés au Westfallen Stadion. 

 
 
Au vu de son ascension fulgurante, l’ancien stéphanois, principal bourreau du PSG qata‐
ri,  s’il  continue  sur  cette  lancée  peut  finir  meilleur  joueur  du  monde  cette  année  au  moins. 
C’est  indéniable  que  pour  des  questions  plus  obscures  que  football,  ça  semble  impossible. 
Même si Ronaldo, le vrai, a été le plus jeune  Ballon d’or  de tous les temps en jouant et ga‐
gnant seulement la coupe des coupes, le gabonais Ballon d’or FIFA, bien que brésilien de cou‐
leurs,  restera  une  pure  fiction…  Mais,  sait‐on  jamais.  D’autant  plus  que  la  qualité  majeure 
d’un super héros est sa capacité à se sublimer, à surmonter tous les obstacles qui se présen‐
tent à lui.

Un tir, un but

3

Références 
 


FBI N°11 AUBAMEYANG, la panthère en or.pdf - page 1/4


FBI N°11 AUBAMEYANG, la panthère en or.pdf - page 2/4


FBI N°11 AUBAMEYANG, la panthère en or.pdf - page 3/4

FBI N°11 AUBAMEYANG, la panthère en or.pdf - page 4/4


Télécharger le fichier (PDF)


FBI N°11 AUBAMEYANG, la panthère en or.pdf (PDF, 527 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


fbi n 11 aubameyang la panthere en or
gabon
afrorazzi mag numero 04 mois mai 2014
fbi n 29 mohamed aboutrika le dernier pharaon
90 minutes n67
90 minutes n66

Sur le même sujet..