Reformes.pdf


Aperçu du fichier PDF reformes.pdf - page 2/7

Page 1 2 3 4 5 6 7



Aperçu texte


1. Introduction.
Lors du cours nous avons analysé plusieurs questions, en outre celle de la nationalité,
de la nation, et celle des Etats. Nous avons vu deux exemples des nations revendiquant leurs
indépendance : la Catalogne et l’Ecosse.
Afin d’approfondir la question de la nationalité et de la lutte pour l’indépendance j’essayerai
d’examiner un cas actuel et fort controversé : la Palestine.
L’objectif de ce travail consistera tout d’abord en un bref rappel de faits historiques du
conflit israélo-palestinien et par la suite, une analyse de l’actualité et des arguments quant à la
souveraineté palestinienne qui permettront de voir quel statut accorder à la Palestine
aujourd’hui.

2. Rappel historique
Après la chute de l’Empire ottoman, la Société des Nations a passé la Palestine sous
mandat britannique pour soutenir et faciliter la fondation d’un « foyer national (national
home) 1» pour le peuple juif. Mais la complexité politique et juridique de la lettre d’Arthur
James Balfour à Lord Rothschild (vu que les britanniques n’étaient pas à ce temps les
possesseurs de ce territoire), les contradictions entre cette lettre et les accords Sykes-Picot (sur
un partage secret du Moyen Orient entre les français et les britanniques) et la diffusion de la
déclaration par les russes, sont à l’origine des tensions entre la communauté juive et
communauté arabe en Palestine. Le mandat sur la Palestine et la montée du nationalisme de
l’Europe de l’est ont clairement débuté l’opposition entre les deux nationalismes : juif-sioniste
et palestinien. Une vie en ghettos durant la II Guerre Mondiale et la Shoah sont à l’origine
d’une forme sociale qui a permis aux Juifs d’exprimer leur propre identité en termes
nationalistes2. Les évènements du 19e et du 20e siècle ont donné aux juifs une opportunité de
réaliser un projet de constitution d’un « Etat Juif », c’est pourquoi, ayant le droit d’instaurer
un Etat sur les terres palestiniennes3 ils se sont installés en masse en Palestine, ce que les
arabes palestiniens cherchaient à éviter afin de maintenir l’intégrité du territoire. A bref dire,
le nationalisme palestinien s’est développé contre le projet sioniste et contre les britanniques
qui d’une part encourageaient l’achat de terres palestiniennes par les juifs et de l’autre part
soutenaient la constitution d’un foyer national juif4.
En 1945, la Grande Bretagne a décidé de porter le problème palestinien devant
l’Assemblée Générale d’ONU. En 1947, une Commission, crée spécialement pour le cas de la
Palestine, a ouvert une première session extraordinaire et a proposé un partage du pays entre
l’Etat arabe et l’Etat juif5. Le 29 novembre 1947, l’Assemblée Générale a adopté la résolution
181 (II) sur le Plan de partage6 et le retrait de forces armées britanniques de la Palestine7.
                                                                                                               
1

Décret Balfour – EGALITE RECONCILIATION, 2 novembre 1917, (en ligne),
http://www.egaliteetreconciliation.fr/2-novembre-1917-la-declaration-Balfour-21067.html, (Conulté le 22 mai
2015).
2
NICOLAIDIS D., RAVENEL B., WASSERMAN G., « Le nationalisme palestinien en miroir du nationalisme
israélien. Entretien avec Camille Mansour », Mouvements 2004/3 (n 33-34), p. 76
3
Ibidm., p. 77
4
Ibidm., p. 78.
5
UN.ORG., La question de Palestine, (en ligne), http://www.un.org/french/Depts/palestine/history2.shtml,
(Consulté le 23 mai 2015).
6
Carte en annexe
7
Ibidm.

 

1