SyratégieEtSécuritéInternationaleKWojtczak.pdf


Aperçu du fichier PDF syrategieetsecuriteinternationalekwojtczak.pdf - page 6/20

Page 1...4 5 67820



Aperçu texte


Kaja Magdalena Wojtczak
Master 2. Sc. Po. RI - diplomatie et résolution des conflits

en Europe, s’élargit alors aux anciens pays membres de l’Union Soviétique8. En 1999, afin
de mieux gérer la sécurité internationale dans un monde complètement nouveau, les
Européens et les Américains se réunissent à Washington et redéfinissent le concept
stratégique de l’Alliance9. Premièrement, les compétences de l’OTAN sont élargies à la
mission de gestion de crises, auparavant celle de l’OSCE et l’UEO. Deuxièmement, vu la
zone géographique d’intervention potentielle élargie, les parties se mettent d’accord à ce
que l’OTAN définisse cette zone cas par cas. Finalement, la réunion se penche sur la
question de la légitimité de l’action de l’OTAN hors article 5 du Traité Atlantique Nord.
Cependant, le document ne résout pas la problématique10.
La Russie apparaît, elle aussi, enfin prête psychologiquement et politiquement à intégrer
l’architecture d’une sécurité européenne émergeant11. Pour la Fédération, l’OTAN n’est
plus alors un bloc militaire agressif, mais plutôt une force pour stabiliser l’Europe et le
monde dans lequel l’Alliance devrait garder son rôle de l’unique organisation de défense
capable de lutter contre toute menace à la paix12 internationale.
Cependant, les guerres des Balkans, et surtout celles en Bosnie et au Kosovo font
vite changer les relations entre les acteurs internationaux. Tout d’abord, elles font
comprendre à l’UE sa faiblesse politique et militaire 13 . La guerre au Kosovo a
probablement été la crise la plus grave que les pays occidentaux aient eu à régir depuis la
crise à Cuba de 1962, c’est pourquoi, le projet d’une politique européenne de sécurité et de
défense est né à partir d’un sentiment de frustration et de conscience qu’une puissance
économique d’une Europe intégrée ne se traduit pas en sa puissance politique14. La guerre
de Kosovo a aussi bouleversé les relations Russie-OTAN, surtout lorsque le Conseil de
Sécurité de l’ONU a décidé d’utiliser la force militaire sans un accord préalable de la
Russie15. Aux yeux de la Russie, l’ONU et l’OTAN ont donné un exemple d’une action
illégale16, contraire aux principes et droits internationaux.
                                                                                                               
8

Ibidm.
Ibidm.  
10
TREPANT I., Op. cit., p. 32.
11
PONSARD L., Russia, NATO and Cooperative Security. Bridging the gap, London and New York,
Routledge, Taylor & Francis Group, 2007, p. 61.
12
Ibidm.
13  POPOWSKI M., Op. cit., p. 100.  
14
GNESOTTO N., « Introduction : l’OTAN et l’Europe à la lumière du Kosovo », Politique étrangère, vol.
64, 1999, pp. 207-218.
15
PONSARD L., Op.cit., p. 72.
16
PONSARD L., Op.cit., p. 73.
9

 

5