Autour d'Aloïse Dossier .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: Autour d'Aloïse - Dossier.pdf
Titre: Microsoft Word - Autour d'Aloïse - Dossier.docx
Auteur: Sébastien Ribaux

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.7.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/02/2016 à 16:07, depuis l'adresse IP 178.193.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 475 fois.
Taille du document: 80.2 Mo (18 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 AUTOUR  D’ALOÏSE  

Mise  en  scène    -­‐  Sébastien  R   ibaux  
Dog  Production  
 

AUTOUR  D’ALOÏSE  
Mon   envie   de   créer   un   spectacle   autour   du   personnage   d’Aloïse   Corbaz   date   de   ma   visite,   à   l’été  
2012,   de   la   double   rétrospective   de   son   œuvre   à   la   Collection   de  l’Art   Brut  et  au  Musée  cantonal  des  
Beaux-­‐Arts  à  Lausanne.  
Je  suis  plongé  alors  dans  un  univers  fait  de  couleurs  vives,  de  musique,  de  drames,  de  personnages  
aux   yeux   voilés   de   bleu,   de   poésie,   de   salles   de   bal,   de   robes   et   de   bijoux,   de   cris,   de   princes   et  
d’amour.  Le  souvenir  le  plus  fort  que  j’ai  gardé  de  cette  exposition  est  qu’en  sortant,  je  descendais  
les  escaliers  du  Palais  de  Rumine,  je  m’allumais  une  cigarette  et  je  me  sentais  incroyablement  en  vie,  
j’étais  plein  de  désirs  et  d’envies  comme  rarement  je  ne  l’avais  été.  
Je  suis  touché  par  cette  rencontre  artistique  qui  me  renvoie  sans  détour  à  ma  propre  existence,  qui  
me   rappelle   sans   concession   que   c’est   ici   et   maintenant,   qu’il   faut   cesser   d’avoir   peur   des  
égratignures  et  foncer…  
Je  me  suis  par  la  suite  documenté  sur  Aloïse  et  son  œuvre,  j’ai  découvert  une  femme  au  destin  peu  
commun,   ayant   vécu   à   la   cour   d’un   empereur   en   Allemagne,   puis   internée   dans   un   asile  
psychiatrique   à   Gimmel   durant   quarante   années  ;   et   néanmoins   débordante   de   vie   pour   créer   une  
œuvre   picturale   et   littéraire   foisonnante.   J’ai   découvert   des   écrits   à   la   langue   somptueuse  
(notamment   sa   lettre   d’amour   à   l’empereur   Guillaume   II)   et   tout   un   univers   qui   lui   permettait  
d’échapper  à  sa  condition  et  d’inventer  son  monde  propre  et  de  vivre  envers  et  contre  tout.  Je  suis  
ému  par  cette  femme,  son  parcours  de  vie,  sa  force  et  la  force  de  son  univers  artistique.  
Il  ne  s’agit  pas  ici  de  faire  un  spectacle  biographique  sur  Aloïse  Corbaz,  mais  de  travailler  autour  de  
sensations   issues   des   résonnances   que   son   œuvre   et   sa   vie   peuvent   avoir   sur   notre   société,   notre  
mode  de  vie  et  nos  valeurs  actuels  (l’enfermement,  l’étrangeté  comme  ressource,  la  valeur  que  l’on  
donne  à  sa  vie  et  à  ses  rêves,  l’histoire  amoureuse).  Sans  aborder  de  front  tous  ces  sujet,  le  parcours,  
la  démarche,  la  vie  et  l’œuvre  d’Aloïse  nous  y  renvoient  de  façon  instinctive.  
Au   delà   des   écrits   d’Aloïse,   je   m’appuierai   également   sur   toutes   les   références   qui   parcourent   son  
œuvre  :  la  musique,  les  héroïnes  d’opéra,  le  théâtre  et  ses  amoureuses  éconduites  et  j’espère  bien  
vous   emmener   à   ce   bal   de   la   vie   qu’Aloïse   nous   propose   de   danser,   avec   ses   espoirs,   ses   déceptions,  
ses  petites  morts  et  ses  renaissances,  car  après  tout,  ce  qui  compte,  c‘est  de  danser  !  
 
 
 
 
 
 

                             ALOÏSE  CORBAZ  
 
Plus   connue   sous   son   prénom   Aloïse,   née   à   Lausanne   le   28  juin  1886   et   morte   à   Gimel,   le  
5  avril  1964,  était  une  artiste  suisse  liée  à  l'Art  brut,  dont  elle  est  une  figure  emblématique.  
Petite,  son  rêve  est  de  devenir  cantatrice.  Elle  perd  sa  mère,  d'origine  paysanne,  à  11  ans.  Son  père  
est   employé   des   postes.   À   18   ans,   après   avoir   obtenu   un   diplôme   de   culture   générale   à   l'école  
secondaire  et  suivi  des  cours  de  chant,  elle  s'inscrit  à  l'école  professionnelle  de  couture  de  Lausanne.  
Elle  exerce  un  temps  comme  surveillante  dans  divers  pensionnats  lausannois.    
Elle   tombe   ensuite   follement   amoureuse   d'un   prêtre   français   défroqué,   Joseph   Sauvage,   venu  
étudier   la   théologie   protestante   à   la   faculté   de   théologie   libre   de   Lausanne,   et   qui   vivait   dans   la  
maison   voisine,   chez   son   frère   Henri.   Les   amants   se   retrouvaient   le   soir   en   secret   et   échangeaient  
une  ardente  correspondance  aujourd'hui  détruite.  Une  fois  découverte,  cette  liaison  fit  grand  bruit  
dans   la   famille.   Elle   doit   le   quitter   en   1911   sous   les   menaces   de   sa   sœur   aînée   qui   l'envoie   en  
Allemagne   pour   mettre   fin   au   scandale.   Là,   elle   travaille   comme   gouvernante   d'enfants   une  
quinzaine   de   jours   chez   une   famille   noble   de   Leipzig,   quelques   mois   à   Berlin,   puis   environ   dix-­‐huit  
mois   à   Potsdam.   Aloïse   y   rencontre   le   chapelain   de   l'empereur   Guillaume   II   qui   l'engage   comme  
gouvernante  de  ses  filles  à  la  cour.  Elle  est  libre  de  se  promener  dans  le  parc  de  Sans-­‐Souci  et  chante  
Haendel  à  la  chapelle.  Elle  s’éprend  alors  éperdument  de  l’empereur  et  vit  une  passion  amoureuse  
imaginaire.    
Aloïse   rentre   en   Suisse   avant   la   Première   Guerre   mondiale.   Elle   serait   rentrée   vraisemblablement   en  
1913,  au  terme  d'un  voyage  «effroyable».  Les  sources  divergent  sur  les  circonstances  de  son  retour.  
L'une  des  sœurs  mentionna  des  signes  de  déraison  et  un  état  physique  déplorable  dès  son  arrivée,  
celui-­‐ci  ayant  pu  mener  à  son  rapatriement.  La  seconde  déclara  que  la  guerre  l'avait  «surprise».  Le  28  
avril   1917,   elle   écrivit   sa   Lettre   à   Guillaume   II,   un   courrier   jamais   parvenu   à   son   destinataire   dans  
lequel   elle   déclarait   sa   flamme   à   l'empereur.   Elle   passe   alors   par   des   crises   d’agitation,   de   zèle  
religieux,   humanitaire   et   antimilitariste   qui   décident   sa   famille   à   la   faire   interner   en   1918   à   l’Asile   de  
Cery  à  Prilly  près  de  Lausanne.  Le  diagnostic  de  «démence  précoce»  (c’est  le  nom  que  l’on  donnait  
encore  à  la  schizophrénie)  fait  état  de  son  intelligence,  de  sa  mémoire,  ainsi  que  d’idées  délirantes,  
de   dissociation   du   langage   et   de   l’apparition   de   néologismes.   Son   état   évolue   vers   l’autisme,  
entrecoupé  d’explosions  de  violence  et  d’érotisme  à  l’égard  des  médecins.  
Dès   1920,   elle   est   internée   jusqu’à   sa   mort   (1964)   à   l'asile   de   la   Rosière   à   Gimel,   dépendance   de  
l’hôpital   de   Cery   où   elle   offre   ses   services   pour   repasser   et   raccommoder   les   tabliers   des   infirmières.  
Elle  commence  à  écrire  et  à  dessiner  sur  sa  table  de  repassage  dès  les  années  1920,  au  départ  avec  
des   moyens   de   fortune,   puis   avec   du   matériel   fourni   par   certains   médecins   et   infirmières.   Elle  
continuera  de  créer  jusqu'à  sa  mort.  

SON  ŒUVRE  
 

 

 
Les   œuvres   d'Aloïse   sont   préservées   grâce   à   l'intérêt   que   leur   porte   le   professeur   Hans   Steck,  
psychiatre   à   Cery   dès   1920   et   directeur   de   l'hôpital   à   partir   de   1936,   et   Jacqueline   Porret-­‐Forel,  
médecin   généraliste   qui   rend   visite   régulièrement   à   Aloïse   dès   1941.   En   1947,   Jean   Dubuffet  
rencontre  l'artiste  et  l'intègre  à  ses  collections  d'Art  brut.  Elle  en  devient  une  figure  majeure  et  son  
œuvre  acquiert  avec  le  temps  une  renommée  internationale.  
Aloïse   réalise   des   œuvres   de   formes   et   de   dimensions   variées   (dessins   et   peintures   isolés,   cahiers,  
rouleaux   de   plusieurs   mètres).   Souvent,   elle   coud   plusieurs   feuilles   de   papier   d'emballage   entre   elles  
pour   obtenir   de   plus   grands   formats.   Elle   utilise   la   mine   de   plomb,   des   crayons   de   couleur   et   des  
craies   grasses   et   couvre   volontiers   tout   l'espace   disponible,   sur   les   deux   faces   de   ses   supports.  
Ponctuellement,   elle   peint   à   la   gouache   et,   à   la   fin   de   sa   vie,   se   sert   de   stylos   feutres.   Certaines  
œuvres   comportent   de   petits   papiers   cousus   ou   collés   à   la   surface   dessinée.   Il   s'agit   d'illustrations  
provenant  de  journaux,  de  magazines  ou  de  cartes  postales,  etc.  En  écho  au  dessin,  Aloïse  parsème  
ses  œuvres  de  nombreux  mots  et  de  phrases.    
Elle   emploie   ses   crayons   d’une   façon   des   plus   simples,   par   aires   coloriées   en   à-­‐plat   sans  
qu’interviennent   guère   de   modelés   ni,   sinon   rarement,   de   mélanges   ou   associations   de   deux  
différentes  couleurs.  Elle  n’utilise  d’ailleurs  que  certains  des  crayons  de  la  boîte  en  petit  nombre,  le  
gris  et  le  brun  ne  trouvant  presque  jamais  d’emploi  et  le  noir  généralement  proscrit.  Le  bleu  azur,  le  
rouge   vif,   l’orange,   le   vert   clair,   le   jaune   d’or   abondent.   D’être   constitués   de   ces   crayonnages,   de  
facture  impatiente,  mais  rageusement  appuyés  (Aloïse  était  pleine  de  vitalité  et  d’énergie)  procure  
aux  à-­‐plats  d’apparaître  non  pas  du  tout  comme  placards  opaques  mais  au  contraire  chatoyants  dans  
un  heureux  effet  de  nuancement  et  transparence.  
 

Les   thèmes   que   l'on   retrouve   régulièrement   dans   son   œuvre   sont   le   couple   amoureux,   le   théâtre,  
l'opéra,   ou   encore   l'Adoration   des   Mages.   Beaucoup   de   scènes   se   déroulent   sur   fond   de   fêtes   de  
Pâques  ou  de  Noël.  Aloïse  représente  des  personnages  historiques  ou  de  fiction,  la  plupart  avec  des  
yeux  bleus  sans  prunelle  très  caractéristiques.  Nombreux  sont  les  symboles  et  les  messages  contenus  
dans  son  œuvre.  Celui-­‐ci  a  constitué  pour  elle  une  véritable  renaissance.  
Une   partie   de   ses   œuvres   est   aujourd'hui   conservée   à   la   Collection   de   l'Art   Brut   à   Lausanne   et   au  
Kunstmuseum  (Musée  de  Beaux  Arts)  de  Soleure,  ainsi  qu'au  LaM  de  Villeneuve-­‐d'Ascq.  En  été  2012,  
à   l'occasion   de   la   parution   en   ligne   du   catalogue   raisonné   de   son   oeuvre,   la   ville   de   Lausanne  
organise  une  double  rétrospective  intitulée  Aloïse  -­‐  Le  ricochet  solaire  présentée  conjointement  par  
le  Musée  cantonal  des  Beaux-­‐Arts  de  Lausanne  et  la  Collection  de  l'Art  Brut.  C'est  l'événement  le  plus  
important  jamais  consacré  à  cette  artiste  réunissant  près  de  trois  cents  pièces  
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 

Aloïse,  c’est  l’histoire  d’un  meurtre  et  d’une  renaissance.  Le  meurtre  d’une  femme  douée,  passionnée,  
ambitieuse   mais   systématiquement   éconduite   de   ses   aspirations   affectives,   culturelles,  
professionnelles,   niée   dans   sa   personne   et   internée   dans   la   fleur   de   l’âge,   à   une   époque   où   l’asile  
psychiatrique   était   encore   essentiellement   un   lieu   de   détention.   Lorsqu’elle   est   revenue   à   elle   à  
l’hôpital  psychiatrique  après  avoir  été  dépossédée  de  tout,  et  d’abord  de  sa  propre  personne,  elle  a  
entrepris   le   deuil   de   ce   monde   ancien   naturel   d’autrefois   et   de   son   corps.   Elle   s’est   servie   de   l’écriture  
et  de  la  peinture  pour  nier  le  monde  qui  la  niait.  C’est  le  moyen  pour  elle  de  s’absenter,  de  se  mettre  
hors  d’elle.  
Aloïse   dessinait   dans   un   état   de   concentration   extrême,   nous   dit-­‐on,   sans   hésitation,   hâtivement   et  
même   avec   emportement,   comme   si   elle   devait   se   devancer,   aller   plus   vite   que   son   ombre,   court-­‐
circuiter   toute   réappropriation   consciente.   Aloïse   ne   s’est   pas   livrée   à   la   peinture   comme   à   une  
occupation  de  malade  internée  mais  comme  à  l’unique  solution  de  survie.    
Michel  Thévoz  

 
LE  THEATRE  D’ALOÏSE  :  UNE  FORCE  DE  VIE  
Je  peins  des  personnages  que  j’ai  vu  dans  les  théâtres,  et  j’ai  juré  que  je  les  représenterai.  Je  copie  ce  
que  j’entends,  je  pense  à  un  théâtre  et  je  crois  bien  que  jamais  il  n’y  en  aura  de  pareil.  
Aloïse  
Toutes  les  peintures  d’Aloïse  me  font  penser  à  des  scènes  de  théâtre  ou  d’opéra.  Exclue  de  la  vie  du  
monde   naturel,   brûlant   de   sentiment   qui   cherchent   un   exutoire,   Aloïse   représente  le   monde   comme  
un   grand   théâtre.   La   fiction   dramatique   ouvre   la   porte   à   toutes   les   possibilités   que   la   vie   lui   a  
refusées.   Elle   lui   permet   de   s’identifier   avec   les   grandes   amoureuses,   héroïnes,   princesses   de  
l’histoire.  Elle  est  à  la  fois  le  créateur  et  les  créatures,  le  montreur  de  marionnettes  et  les  guignols  
comme  elle  aime  à  appeler  ses  personnages.  Elle  peut  ainsi  aborder  par  la  bande  une  réalité  qu’elle  
n’ose  et  ne  peut  affronter.    
En   dehors   du   lien   direct   que   cette   démarche   constitue   pour   nos   métiers   du   théâtre   où   nous   tentons  
de   dire   autrement,   de   créer   des   univers   pour   voir   et   appréhender   par   un   autre   angle   la   réalité   et  
tenter  de  la  comprendre  ou  de  mieux  faire  avec  ;  c’est  les  notions  du  désir  et  d’énergie  de  vie  dont  
fait   preuve   Aloïse   qui   se   dégagent   fortement.   Elle   a  su  créer  un  univers  de  magie,  de  couleurs,  de  
princesses,  d’explosions,  de  beauté.  Elle  s’est  créée  un  univers  plus  fort  que  sa  réalité  à  la  clinique  de  
la  Rosière  à  Gimmel.  Elle  s’est  autorisée  de  devenir  ses  héroïnes.  Elle  s’est  autorisée  de  brûler.  
Face   à   cette   solution   de   survie   qu’utilise   Aloïse,   des   questions   essentielles   s’imposent   à   moi   de  
manière  instincives:  Qu’espère-­‐t-­‐on  de  notre  vie  ?  Qu’est-­‐ce  qui  est  important  pour  soi  ?  Quels  sont  
nos   rêves   à   nous  ?   Qu’est   ce   qui   nous   empêchent   de   les   vivre  ?   Qu’est-­‐ce   qui   nous   fait   peur   à   ce  
point  ?  Dans  quel  asile  sommes-­‐nous  emfermés  ?  A-­‐t-­‐on  le  cran  de  badigeonner  notre  existence  de  
ces  couleurs  flamboyantes  ?  Voilà  toutes  les  questions  que  j’aimerais  mettre  dans  un  coin  de  la  tête  
des  spectateurs,  en  espérant  qu’elles  ne  les  lâchent  pas…  

 

ENFERMEMENT  ET  SOLITUDE  
Il   y   a   double   enfermement   dans   l’histoire   d’Aloïse,   tout   d’abord   celui   dans   lequel   la   plonge   sa  
maladie   psychique   et   ensuite   l’enfermement   concret   qu’elle   subit   à   l’Hôpital   de   Cery   à   Lausanne,  
puis   à   l’asile   de   la   Rosière   à   Gimmel   pendant   plus   de   la   moitié   de   sa   vie.   Nous   pouvons   nous   poser   la  
question   s’il   s’agit   ici   de   containte   ou   de   protection  ?     S’était-­‐elle   réfugiée   loin   de   ce   monde   avec  
lequel  elle  ne  savait  plus  comment  faire  ?  Le  fait  d’être  enfermée  loin  de  la  société  active  l’apaisait-­‐
elle  ?  
C’est   une   situation   extrême,   mais   elle   nous   renvoie   automatiquement,   une   fois   de   plus,   à   nos  
propres   existences.   Derrière   quoi   avons   nous   besoin   de   nous   barricader   pour   supporter   les  
agressions   extérieures,   endurer   la   réalité,   suivre   la   société   qui   file   à   un   rythme   effréné  ?   Et   peut-­‐être  
dans  quoi  nous  enferme-­‐t-­‐on  ou  dans  quoi  nous  sommes  d’accord  d’être  enfermés  pour  faire  partie  
du  troupeau  ?  Y  a-­‐t-­‐il  un  équilibre  à  trouver  entre  ces  contraintes  et  ces  besoins  de  protection  pour  
être  simplement  soi  ?  
 

L’ETRANGETE  COMME  RESSOURCE  
Je  suis  particulièrement  sensible  à  ce  thème  avec  ma  première  profession  d’infirmier  en  psychiatrie.  
Il   ne   s’agit   pas   ici   de   faire   un   plaidoyer   des   conditions   de   vie   des   personnes   en   marge   de   notre  
société   dont   font   souvent   partie   les   personnes   souffrant   de   certaines   maladies   psychiques.  
Cependant,  cela  éveille  tout  de  même  la  question  de  quelle  place  ont-­‐ils  actuellement  ?  Sans  affirmer  
que   le   système   est   entièrement   injuste   et   dysfonctionnel.   Mais   comme   peut   nous   le   rappeller  
l’histoire   d’Aloïse   Corbaz,   ce   sont,   avant   d’être   des   malades   psychiques,   des   personnes   qui   ont   vécu,  
qui   ont   ou   avaient   des   rêves,   qui   ont   chacun   une   certaine   compréhension   du   monde   selon   son  
propre  parcours  de  vie  comme  tout  autre  individu  «  pouvant  fonctionner  »  dans  notre  société.  Leur  
parole,  leur  discours  est  peut-­‐être  moins  limpide,  mais  ont-­‐ils  cependant  moins  à  dire  ?  et  ce  qu’ils  
ont  à  dire  est-­‐il  moins  pertinent  ?  
J’ai   envie   également   d’évoquer   ce   que   j’appellerais   la  poésie   du   quotidien,   tous   ces   comportements,  
ces  gestes,  ces  paroles  qui  nous  bousculent  dans  la  rue,  qui  nous  paraissent  inappropriés,  nous  font  
sourire   ou   peur,   nous   obligeant   à   trouver   d’autres   manières,   que   celles   habituelles   et   bien  
formatées,   pour   répondre,   communiquer.   La   surprise   d’être   décontenancé   même   si   on   ne   fait   que  
passer   son   chemin.   C’est   une   poésie   riche,   douloureuse,   drôle,   magique,   râpeuse,   belle,   qui   nous  
ramène  sans  concession  et  immédiatement  au  présent  et  qu’il  faut  savoir  entendre.  
 
 
 
 
 

L’ETERNELLE  AMOUREUSE  
Pourquoi   donc,   en   évoquant   votre   souvenir   est-­‐ce   que   je   vibre   comme   une   cloche   annonçant   des  
épousailles  d’ange  ?  ….  
Elle   n’a   jamais   su   bien   embrasser.   Elle   était   trop   petite,   n’osait   pas   l’embrasser…   à   20   ans   on   est  
fugitive,  craintive,  on  n’ose  pas,  on  se  sauve…  
 Il  ne  faut  pas  s’embrasser  quand  il  fait  froid,  on  pourrait  se  mordre.  
Aloïse  
Deux  histoires  d’amour  marquent  la  jeunesse  d’Aloïse  avant  son  internement,  et  j’ai  la  sensation  de  
les  voir  dans  chaque  tableau.  Tout  d’abord,  une  liaison  clandestine  avec  un  prêtre  défroqué  voisin  de  
la  maison  familiale  à  Lausanne,  puis  un  amour  fantasmé  avec  l’empereur  Guillaume  II  qu’elle  aperçut  
lors  de  sa  vie  à  la  cour  en  tant  que  gouvernante  du  chapelain.  
Il  sera  donc  question  d’amour,  comment  faire  autrement…  Aloïse  en  parle  si  délicatement  avec  une  
prose   magnifique   et   inventive;   ses   mots   sont   comme   des   pétales,   et   l’on   n’arrive   savoir   pourquoi,  
mais   ces   pétales   vous   égratignent,   laissent   de   petites   cicatrices,   de   minuscules   entailles   béantes,  
comme  s’il  on  aimait  avec  elle…  
Les  écrits  d’Aloïse  débordent  également  d’un  amour  plus  vaste  que  celui  de  la  relation  amoureuse,  
un   amour   qui   espère   retrouver   une   harmonie   perdue   entre   les   hommes,   entre   l’homme   et   le  
cosmos  ;   un   désir   d’harmonie   un   peu   utopiste   et   naïf   me   direz-­‐vous,   et   je   vous   répondrai   oui,   mais   il  
est   livré   de   manière   si   entière,   si   sincère,   qu’il   met   du   baume   au   cœur,   je   vous   assure,   et   on   a  
presque  envie  d’y  croire  nous  aussi  !  

 

MISE  EN  SCENE  ET  SCENOGRAPHIE  
 
 
Un  univers  blanc  quadrillé  pouvant  autant  évoquer  la  feuille  de  papier  vierge,  prête  pour  le  dessin  à  
venir  d’Aloïse  Corbaz  que  l’asile  psychiatrique  de  la  Rosière  où  elle  a  séjourné  la  moitié  de  sa  vie.  Des  
formes  et  des  guirlandes  de  lustres  pouvant  évoquer  la  vie  de  la  cour  de  Potsdam,  une  salle  de  bal  
abandonnée  ou  un  théâtre  interne.  
 
Pas   de   récit   biographique   ou   d’explication   de   l’œuvre   picturale   de   la   peintre,   nous   avons   voulu   ce  
spectacle   comme   une   balade   dans   la   psyché   d’Aloïse.   Une   succession   de   tableaux   parlés,   chantés,  
musicaux,   inventés   à   partir   d’événements   clés   de   sa   vie,   de   son   quotidien,   de   l’univers   de   ses  
tableaux   comme   l’amour,   la   rencontre   avec   l’empereur   Guillaume   II,   la   vie   rêvée   de   la   cour,   l’asile  
psychiatrique,  la  solitude,  le  chant,  la  création  artistique,  la  confusion  de  la  maladie.    
 
Au   plateau   trois   comédiennes   pouvant   être   tour   à   tour   ou   en   même   temps   Aloïse,   ses   sœurs,  
l’empereur  Guillaume  II,  l’impératrice  Victoria  ou  toutes  les  reines  de  ses  tableaux.    
Trois  musiciens  également,  habillés  des  couleurs  primaires  pour  rappeler  la  base  de  l’univers  de  ses  
tableaux.  Une  création  musicale  originale  s’amusant  aussi  bien  autour  de  standards  de  l’opéra  (une  
des   passions   d’Aloïse)   que   d’une   reprise   de   la   chanson   rock   de   PJ   Harvey   «  Oh   my   lover  »   ou   que  
d’univers   sonores   faisant   partie   intégrante   des   différentes   séquences.   Les   musiciens   n’ont   pas   le  
simple  statut  de  musicien  mais  participe  de  manière  active  à  la  vie  sur  le  plateau.  
 
Nous   avons   travaillé   à   partir   des   écrits   d’Aloïse   (lettre   au   père   interné,   lettre   à   ses   sœurs,   lettre   à  
Guillaume   II)   et   des   titres   rocambolesques   de   ses   tableaux.   Nous   avons   également   écrit   certaines  
scènes   à   partir   d’improvisation   et   du   travail   de   plateau,   écriture   qui   s’est   réalisée   à   partir   de   la   vie   et  
de  l’œuvre  de  cette  dernière  en  résonnance  avec  l’imaginaire  de  l’équipe  artistique.    
Une  collaboration  étroite  a  eu  lieu  avec  des  intervenants  spécialistes  de  l’art  brut  et  d’Aloïse  Corbaz  
tout  au  long  de  la  création.  
 
Une  construction  qui  emmène  la  spectateur  dans  un  univers  de  l’ordre  de  la  sensation  et  non  plus  du  
raisonnement,   visant   à   mettre   en   exergue   cette   force   de   vie   incroyable   et   cette   urgence   de   vivre  
contagieuse  ressentie  lors  de  ma  visite  de  la  rétrospective  de  son  œuvre  en  2012  au  Palais  de  Rumine  
et  à  la  collection  de  l’art  brut  à  Lausanne.    

 
 
 
 
 
 

EQUIPE  ARTISTIQUE  
 
Mise  en  scène  :  Sébastien  Ribaux  
Jeu  :  Anne-­‐Sophie  Rohr-­‐Cettou,  Delphine  Rudasigwa,  Juliette  Flipo  
Collaboration  artistique  :  Sophie  Pasquet-­‐Racine  
Musique  (composition  et  interprétation)  :  Benoît  Moreau,  Ariel  Garcia,  Luc  Müller  
Création  lumière  et  Régie  :  David  Baumgartner  
Son  :  Raphaël  Raccuia  
Scénographie  :  Yangalie  Kohlbrenner  
Costumes  :  Scilla  Ilardo  
Administration  :  Stéphane  Frein  
 
 
 

 

                                           Sébastien  Ribaux  
Né  à  Neuchâtel  en  1976,  Promotion  2005  de  l’Ecole  du  Théâtre  des  Teintureries  de  Lausanne,  école  
professionnelle  d’art  dramatique.  Il  est  un  des  membres  fondateur  de  la  Compagnie  ammoniac  ainsi  
que  de  Dog  Production.    
A   l’automne   2007,   il   met   en   scène   «  La   Prose   du   Transsibérien  »   de   Blaise   Cendrars   qu’il   présente  
notamment   au   Théâtre   de   la   Bastille     et   au   Théâtre   du   Chauderon   à   Paris.   Il   travaille   en   tant  
qu’assistant   à   la   mise   en   scène   pour   Pierre   Maillet   et   Jean-­‐François   Auguste   sur   le   spectacle  «  Les  
Bonnes  »  de  J.  Genet  (Printemps  2008  /  Vevey,  Lausanne,  Moscou)  ainsi  que  pour  Sophie  Rousseau  
pour   le   spectacle   «  Quel   chemin   reste-­‐t-­‐il   que   celui   du   sang?  »,   textes   autour   d’Ulriche   Meinhof  
(Printemps  2009  et  automne  2010  /  Ferme  du  Buisson  –  Paris  et  Rose  des  Vents  à  Lille).  Il  réalise  la  
mise   en   scènes   de   «  Ophélies  »,   spectacle   autour   d’écrits   bruts   et   divers   textes   de   théâtre,   pour   le  
festival   de   la   Cité   à   Lausanne   -­‐   juillet   2009.   En   février   2011,   il   met   en   scène   au   Contexte   Silo   de  
Renens,   «    L’Homosexuel   ou   la   difficulté   de   s’exprimer  »   de   Copi,   et   au   printemps   2012,   «  Bec   et  
Ongles  »,   au   Théâtre  des  Teintureries   à   Pully   et   au   Lavoir  Moderne   à   Paris.   En   juillet   2012,   il   co-­‐met  
en  scène  «  Bizarra  »  de  Rafael  Spregelburd  à  L’Ecole  du  Théâtre  des  Teintureries  avec  la  Compagnie  
des   Lucioles.   Il   met   en   scène   au   printemps   2013   «  Une   visite   inopportune  »     de   Copi   au   2.21   à  
Lausanne.   En   juin   2013,   il   crée   avec   Dog   Production   trois   performances   autour   de   la   maladie  
psychique   d’après   des   groupes   d’écritures   et   des   interviews   dans   le   centre   thérapeutique   de   Jour   de  
la   Fondation   de   Nant.   En   juillet   de   la   même   année,   il   fait   la   mise   en   scène   de   «  Dis   moi   Blaise  
Cendrars   …  »   pour   le   projet   Transvaldésia   de   la   Fondation   de   l’Estrée,   spectacle   extérieur   et  
itinérant.   A   l’automne   2014,   il   participe   en   tant   que   consultant   à   la   mise   en   scène   aux   projets   «  Peau  
de   Tambour  »   (H.Michaux)   de   la   Cie   Patte   Blanche   (La   Voirie   -­‐   Pully   et   l’ABC   -­‐   Chaux-­‐de-­‐Fonds)   et  
«  Agamemnon   A   mon   retour   du   supermarché   j’ai   flanqué   une   raclé   à   mon   fils  »   de   R.   Garcia   des  
compagnies  Push-­‐Up  et  le  Vème  Quartier  au  Petit  Théâtre  de  Sion  et  au  2.21  à  Lausanne.    
Il   assistera   Guillaume   Béguin   pour   sa   création   «  Le   théâtre   Sauvage  »   au   Théâtre   de   Vidy   (janvier  
2015)  et  Bruno  Geslin  pour  son  spectacle  «  Chroma  »  au  Théâtre   de   l’Archipel  à  Perpignan  (février  
2015)  
Parallèlement  à  son  activité  de  mise  en  scène,  il    travaille  en  tant  que  comédien  entre  2005  et  2011  
sous  la  direction  de  Zina   Balmer,  Katzen  haben  sieben  leben  ou  anatomie  d’un  détachement  de  jenny  
Erpenbeck,  Les  7  jours  de  Simon  Labrosse,  Biographie,  Un  jeu,  Max  Frisch  ;  G.   Frigerio,  La  Muse  en  
son   Jardin   ;   Pierre   Maillet,   Les   4   jumelles   de   Copi   ;   Pierre   Maillet   et   Jean-­‐François   Auguste,   Les  
Bonnes   de   Jean   Genet,    Anarchie   en   Bavière     de   R.W   Fassbinder;   François   Landolt,   Britannicus   de  
Jean  Racine  ;  Pip  Simmons,  Le  Songe  d’une  nuit  d’été    de  W.  Shakespeare  dans  la  Tour  Vagabonde  et  
Sandro  Palese,   Teenfactory     (d’après   le   journal   de   Kurt   Cobain)   au   Grütli   à   Genève   et   au   Romandie   à  
Lausanne  et  «  Nobody  dies  in  dreamland  »  au  Grütli  et  au  2.21.  

PRESSE  
24  HEURES  

 
 
ESPACE  2  –  MATINALES  
https://www.rts.ch/espace-­‐2/programmes/matinales/7218747-­‐les-­‐matinales-­‐
d-­‐espace-­‐2-­‐du-­‐16-­‐11-­‐2015.html#7218745  
 

 

L'Atelier  critique  
L'actualité  de  la  critique  théâtrale  en  Suisse  romande  
Plurielle  
Par  Valmir  Rexhepi  
Autour  d’Aloïse  /  de  Sébastien  Ribaux  /  mise  en  scène  Sébastien  Ribaux  /  Théâtre  2.21  /  du  17  au  29  
novembre  2015  /    
Sébastien   Ribaux   nous   mène   à   la   rencontre   d’Aloïse   Corbaz.   Mais   Aloïse   est   multiple,   insaisissable.  
Alors  on  reste  autour,  pour  ne  pas  trop  la  brusquer,  pour  qu’elle  ose  sa  folie  devant  nous.              
Il   est   de   ces   rencontres   heureuses   qui   se   font   au   hasard   d’un   regard.   Sébastien   Ribaux   frôle   Aloïse  
Corbaz,   vêtue   de   mots,   de   peintures,   de   dessins.   Peut-­‐être   bien   qu’elle   le   bouscule   un   peu,   toute  
suspendue   qu’elle   est   sur   les   murs   de   la   collection   de   l’Art   brut,   à   Lausanne.   Du   moins,   celui-­‐ci   va  
écrire  et  mettre  en  scène  une  pièce  autour  de  celle-­‐là.  
Ou  peut-­‐être  faut-­‐il  dire  celles-­‐là  ?  Au  théâtre,  Aloïse  est  plurielle,  tantôt  amante,  tantôt  cantatrice  ;  
parfois  reine,  puis  servante  ;  dévote,  folle,  solitaire  esseulée  entre  les  cloisons  blanc  sale  d’un  hôpital  
psychiatrique.   Elle   serpente   entre   ses   identités.   Pour   jouer   à   Aloïse,   sur   scène,   il   y   aura   trois  
comédiennes  :  Juliette  Flipo,  Anne-­‐Sophie  Tohr-­‐Cettou,  Delphine  Rudasigwa.  Trois  pour  une,  presque  
une   devise   de   mousquetaire.   Bêtement,   on   s’attendrait   à   ce   que   chacune   son   tour   joue   à   Aloïse,  
révélant   linéairement   les   différentes   identités.   Bêtement.   C’est   là   que   la   pièce   désarçonne  :   la  
multiplicité  des  identités  se  donne  dans  la  simultanéité  des  voix  portées  par  les  trois  comédiennes,  
sur  scène.  
Voici  Aloïse  en  nuisette  blanche,  escarpin  rouge.  Elles  est  assises  sur  trois  chaises,  ou  peut-­‐être  elle  
sont   assise   sur   une   chaise   triple.   Aloïse   dit   avoir   été   Marie   Stuart,   décapitée.   Aloïse   sont   choquées  
par   cette   révélation,   puis   elle   rajoutent   qu’elle   ont   été   reine   de   Navarre,   Impératrice   d’Autriche,  
princesse   violée   par   son   fils,   princesse   enlevée,   reine   déchue.   Elles   est   surprises   par   elles-­‐mêmes.  
Nous  aussi.  
Où  va-­‐t-­‐on  ?  Nulle  part.  On  reste  autour.  Ce  sont  Aloïse  qui  s’en  vont  et  reviennent,  sans  cesse.  Elles  
est  enfermées  dans  une  pièce  blanche  dont  les  murs  sont  pourtant  fendus  de  toutes  parts.  Il  y  a  une  
grosse  brèche  de  notre  côté,  c’est  par  là  qu’on  regarde.  On  observe,  on  se  rit  un  peu  de  cette  folie,  
on  angoisse  parfois,  on  ne  comprend  plus,  rarement.  Dans  le  fond  de  la  pièce,  un  orchestre  rouge  
jaune  bleu,  joue  un  air  voluptueux.  Aloïse  chante,  chantent.  

 

L'Atelier  critique  
L'actualité  de  la  critique  théâtrale  en  Suisse  romande  
Du  dessin  à  la  scène  
Par  Deborah  Strebel  
Autour  d’Aloïse  /  de  Sébastien  Ribaux  /  mise  en  scène  Sébastien  Ribaux  /  Théâtre  2.21  /  du  17  au  29  
novembre  2015  /    
Sébastien  Ribaux  présente  un  spectacle  autour  d’Aloïse  Corbaz,  artiste  suisse  emblématique  de  l’art  
brut.  Sa  vie  et  son  œuvre  picturale  sont  évoquées  avec  délicatesse  et  poésie  non  pas  dans  une  logique  
linéaire  mais  dans  un  hypnotique  mouvement  tourbillonnant.  
Aloïse  Corbaz  (1886-­‐1964)  est  née  à  Lausanne.  Une  fois  sa  scolarité  terminée,  elle  devient  couturière.  
Elle  aime  un  prêtre  défroqué.  Cette  passion  fait  scandale.  Elle  est  alors  envoyée  en  Allemagne.  Elle  
occupe   ensuite   un   poste   de   gouvernante   à   Postdam,   à   la   cour   de   Guillaume   II   dont   elle   tombe  
éperdument   amoureuse   et   avec   qui   elle   vit   une   intense   passion   –   uniquement   dans   son   imagination.  
De  retour  en  Suisse  à  l’aube  de  la  Première  Guerre  mondiale,  elle  est  hospitalisée  dès  1918  à  Cery  
puis,  deux  ans  plus  tard,  elle  est  définitivement  internée  à  l’asile  de  la  Rosière,  à  Gimel-­‐sur-­‐Morges.  
Jusqu’en  1936,  elle  dessine  sur  des  cartons,  en  cachette  avec  ce  qu’elle  trouve  :  suc  de  pétale,  feuille  
écrasée  voire  pâte  de  dentifrice.  Puis  le  corps  médical  lui  fournit  du  vrai  matériel  :  mine  de  plomb,  
crayons   de   couleurs   et   craies   grasses.   Les   thèmes   du   couple,   de   l’opéra   ou   encore   du   théâtre   sont  
récurrents  dans  son  œuvre  à  la  fois  colorée  et  fleurie.  
C’est  après  avoir  visité  la  rétrospective  de  cette  artiste  Suisse  à  la  collection  de  l’art  brut  et  au  musée  
des  Beaux-­‐arts  de  Lausanne,  en  2012,  que  le  metteur  en  scène  Sébastien  Ribaux  eu  l’idée  et  l’envie  
de   créer   un   spectacle   sur   ce   personnage   énigmatique   et   attachant   qu’est   Aloïse   Corbaz.   En   2013  
déjà,  le  dramaturge  avait  proposé  au  théâtre  2.21  trois  performances  autour  de  la  maladie  psychique  
prenant   appui   sur   des   résultats   d’ateliers   d’écriture   et   d’interviews   réalisées   dans   un   centre  
thérapeutique.   Il   continue   d’explorer   les   failles   de   l’esprit   humain   avec   ce   divin   voyage   au   sein   de  
l’univers  «  corbazien  ».  
Après   avoir   lu   plusieurs   ouvrages   et   étudié   son   œuvre,   Sébastien   Ribaux   et   ses   comédiens   se   sont  
réunis  et  ont  commencé  un  travail  d’improvisation.  En  découle  non  pas  une  pièce  biographique  mais  
un   condensé   des   moments   importants   de   la   vie   de   l’artiste.   Extraits   de   lettres   adressées   à   sa   famille,  
mashup   mélangeant   chansons   françaises   de   Mike   Brant   à   Francis   Cabrel   avec   des   airs   d’opéra  
comme  Carmen,  le  vrai  se  fond  dans  l’imaginaire,  l’historique  se  confond  avec  le  fantasmagorique.  
Trois  comédiennes  en  nuisettes  blanches  incarnent  tantôt  Aloïse,  tantôt  ses  sœurs.  Cette  polyphonie  
semble   faire   écho   à   la   schizophrénie   dont   l’artiste   était   atteinte.   Elles   sont   accompagnées   par   un  

orchestre   composé   de   trois   musiciens   aux   costumes   et   cravates   respectivement   rouges,   bleus   et  
jaunes.   Car   il   y   a   de   la   couleur   dans   le   spectacle.   Les   éclairages   parfois   rouges,   parfois   jaunes  
évoquent   les   harmonies   colorées   vives   et   chaleureuses   de   l’œuvre   peinte   d’Aloïse.   Le   travail   pictural  
de  l’artiste  est  ainsi  évoqué  pour  ne  pas  dire  fidèlement  transposé  à  la  scène.  Omniprésentes  dans  
ses   dessins,   les   figures   humaines   aussi   bien   masculines   que   féminines   sont   caractérisées   par   de  
grands  yeux  bleus  sans  iris.  Une  femme  avec  une  robe  rouge,  de  longs  cheveux  bouclés  et  des  yeux  
bleus  apparaît  à  un  moment  donné  discrètement  ici  en  arrière-­‐scène.  Le  décor,  lui  aussi,  évoque  les  
dessins  d’Aloïse  par  la  forme  rectangulaire  intégrant  des  éléments  courbes  et  par  la  couleur  blanche  
dotée  d’un  léger  quadrillage,  rappellant  les  feuilles  quadrillées  ou  plus  simplement  le  papier,  support  
de  prédilection  de  l’artiste.  
Le  public  est  alors  immergé  dans  l’œuvre  d’Aloïse  tout  en  découvrant  timidement  sa  personnalité.  
Amoureuse  transie,  aux  relations  impossibles,  grande  observatrice  de  la  nature,  s’émerveillant  
chaque  jour  face  à  un  oiseau  qui  s’envole,  Aloïse  est  présentée  ici  comme  quelqu’un  de  touchant.  De  
cette  dame  qui  n’a  cessé  de  peindre  des  princes  sur  des  fonds  roses  se  dégage  une  délicieuse  
tendresse  mélancolique.  Spectacle  monographique  porté  par  un  esthétisme  fidèle  à  l’œuvre  
picturale  de  l’artiste  et  par  une  remarquable  poésie  se  dégageant  aussi  bien  du  texte  que  du  jeu,  
Autour  d’Aloïse  est  un  pur  chef-­‐d’œuvre  non  pas  réservé  aux  seuls  fervents  amateurs  d’art  mais  
adressé  à  tous  les  spectateurs  prêts  à  se  laisser  transporter  dans  un  rêve  éveillé  candide  et  
multicolore.  
 
 
 

Captation  Vidéo  
 
Teaser  :    https://www.youtube.com/watch?v=Lawrw-­‐x7tVE  
Intégrale  :    https://www.youtube.com/watch?v=PQ_dRQl3J0w&feature=youtu.be  
 

 
 
 
 
 

PHOTOS  

 
 

 

 
 
 

 

CONTACT    
 

 

Dog  production  
c/o  Sébastien  Ribaux  
Rue  Aloys  Fauquez  75  
1018  Lausanne  
dog.production@yahoo.fr  
0041  78  615  48  30        
 


Aperçu du document Autour d'Aloïse - Dossier.pdf - page 1/18

 
Autour d'Aloïse - Dossier.pdf - page 2/18
Autour d'Aloïse - Dossier.pdf - page 3/18
Autour d'Aloïse - Dossier.pdf - page 4/18
Autour d'Aloïse - Dossier.pdf - page 5/18
Autour d'Aloïse - Dossier.pdf - page 6/18
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00400365.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.