Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



MOUNIRA MOHAMED portfolio screen 2 .pdf



Nom original: MOUNIRA_MOHAMED_portfolio__screen-2.pdf
Titre: MM_pressbook.indd

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Adobe InDesign CC 2015 (Macintosh) / Adobe PDF Library 15.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/02/2016 à 22:00, depuis l'adresse IP 81.62.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 748 fois.
Taille du document: 11 Mo (22 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


MOUNIRA MOHAMED
artiste peintre

PORTFOLIO

index

index

p. 01

présentation

p. 02

reproductions

p. 04

bibliographie
textes : Heike Fiedler, Colette Grand
textes : Dominique Vecchio, Rachida Triki
texte : Tarek Belhadj Mohamed
texte : Chokri Latif

p. 20
p. 21
p. 22
p. 23

presse / web
source :  le Quotidien, auteur : Waley Eddine M.
source  :  La Presse de Tunisie.tn, auteur : Salem Trabelsi
source : Directinfo
source : Le Temps  - Quotidien indépendant, auteur : H.B.
source  : Le Temps - Quotidien indépendant, auteur : Hechmi Khalladi
source : Cultart - Agenda culturel, www.cultart.tn
source : femmes de Tunisie.com, auteure : Emna Lakhoua Bach Hamba
source : Essahafa, auteur : Kamel Helali
source : Akhbar Al Joumhouria, auteur : Chiraz Ben Mrad

p. 24
p. 25
p. 26
p. 27
p. 28
p. 30
p. 31
p. 33
p. 35

expositions
« Pluri-Elles », Béja, 2015
« Elles créent », Tunis, 2015
« Pluri-Elles », Tunis, 2014
exposition collective à Lyon, 2014
exposition collective à Bourg-en-Bresse, 2014

biographie

p. 36
p. 37
p. 38
p. 39
p. 40
p. 41

Mounira Mohamed - portfolio - page 01

l’œuvre

C’est sans doute cela l’aventure : la perte continuelle de ce qui pourra valoir entre la
toile et moi comme tableau, et les retrouvailles encore suffisantes heureusement, les rencontres regagnées (contre l’abandon à la seule pratique esthétique) avec quelque chose
qui se manifeste assez sur la toile et insiste suffisamment comme de soi-même (cette vie,
vie-monde peut-être, qu’on ne connaîtrait pas sinon, donc cette vie, pour moi, des femmes
qui apparaissent, ce quelque chose qui potentiellement devient presque une forme d’existence, des quelques-unes possibles, leur émergence exigée de l’intérieur d’elles-mêmes
comme apparence, au moins, au moins rendues visibles, et dans cette visibilité, impassiblement actives) pour qu’on ne lâche pas tout, pour que je puisse oublier de réfléchir à
ce que je fais devant la toile et sois tenue au seul exercice de peindre, de les peindre, de
les peindre jusqu’à ce qu’elles se tiennent d’elles-mêmes, colorées, devant qui se prendra
à les regarder.

Présentation
Peindre est pour moi le seul exercice dont je crois être capable de le pousser assez loin
pour qu’il m’astreigne à découvrir plus que ce que je ne pourrais imaginer apprendre par
moi-même, sinon…
Mais une fois enseignée, c’est-à-dire une fois le tableau peint (ou considéré comme
tel…), me voilà retournée dans l’espace habituel du quotidien, dans une vie perceptive,
sensorielle et cognitive réduite, la vie des objets aboutis et non plus celle des processus.
Difficile alors d’en parler.
Merleau-Ponty disait, je crois, que c’est par un « emprunt fait à la structure-monde » que
se construit notre univers de vérité et de pensée. Cette structure-monde qui cependant
requiert l’exercice de la pensée ou de l’art, peut-être l’exercice d’une aventure, pour être
touchée, approchée, esquissée. Il y a imitation - et l’on devrait sans doute dire : ce qu’il y
a d’humain, c’est l’imitation - mais pas une imitation de ce qu’on perçoit (sait) déjà avant
d’avoir mis les machines de découverte, d’invention, de… révélation en route et d’y avoir
obéi étroitement. Imitation exigeante car si improbable, imitation sans provision.
Car il faut que le chemin demeure praticable, jour après jour de travail, pour dégager ce
qui se présentera éventuellement progressivement si l’on ne laisse pas tout se refermer
trop vite sur ce qu’on nommera un temps, sera-t-on parvenu à respecter la lente montée
de la figuration, le tableau. Pour moi : le tableau et ses femmes - presque invariablement.
Je peins donc, comme j’en fais le constat après coup, presque invariablement des femmes,
des femmes avec des visages, faut-il le préciser, des femmes dont le visage habille tous
les corps, des femmes dont les corps portent les histoires.

Mounira Mohamed - portfolio - page 02

Ces femmes m’imposent ainsi à moi d’abord leur propre force d’invasion ; depuis leur
toiles, elles mènent un regard autonome qui croise mon existence ; elles placent leurs
corps dans un espace qui nous est commun mais aussi soudainement puissamment
étranger puisque partagé avec ces autres-elles que de peinture… semble-t-il. C’est tout
au moins comme cela que ça m’arrive, que ça m’implique, cette invasion, invasion que
j’apprivoise bien, à force, et dont dépend une part finalement fière et fragile de ma propre
vie (que je peigne alors ou non, c’est vrai, elles invoquent alentour, hantent et interrogent
de leur seule initiative), car ces femmes ont émergé il y a des années d’un premier gribouillage (comme cela se passe parfois, on le sait, lorsqu’on téléphone, et il y a en embuscade le sort fripon avec son cortège d’entourloupes qui, à partir de ce qui ne serait
rien qu’à jeter couramment, s’entête à donner suite), pour s’imposer finalement comme
un monde qui veut être représenté et représenté par nous qui pouvons voir. Une revendication de la vie de ces femmes, parmi toutes les revendications de vie.
Ces femmes, je leur dois mes efforts, elles disent mieux que je ne le ferais d’aucune autre
manière ce qui en moi ne m’appartient pas : ma propre appartenance au Monde, mon
propre devoir dans, avec et au travers du Monde. Ces femmes ont pris de leur propre
poussée des formes différentes, apparitions fantomatiques entreposées dans chaque
coin de la maison, spectres sans surnaturel aucun, condensé humain d’expériences irréductibles à la forme limitée d’une seule biographie. Je suis vivante (ainsi ma fille et son
père), mais ces femmes, incroyablement, en savent et en disent maintenant plus que moi,
plus que nous, suis-je prête petit à petit à me risquer à dire. Que cela soit entendu ou non,
c’est là tout l’apport étrange de l’art, cette plus-value scandaleuse qui l’emporte sur nos
vies individuelles tout en nous offrant la possibilité d’une valeur dont nous ignorerions
sinon les effets en retour possibles sur nous-mêmes.

Mounira Mohamed - portfolio - page 03

reproductions

reproductions

- reproductions issues de l’oeuvre (2001-2015) comptant environ 400 peintures à l’huile -

« Résilience », 2007, 100 x 160 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 04

« sans titre », 2010, 100 x 160 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 05

reproductions

reproductions

« sans titre », 2004, 120 x 80 cm

« Éventail », 2009, 100 x 120 cm

« sans titre », 2008, 120 x 100 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 06

Mounira Mohamed - portfolio - page 07

reproductions
« sans titre », 2008, 80 x 120 cm

reproductions

« sans titre », 2004, 60 x 80 cm

« Glaise », 2010, 100 x 140 cm
« sans titre », 2004, 60 x 70 cm

« sans titre », 2004, 80 x 120 cm
Mounira Mohamed - portfolio - page 08

Mounira Mohamed - portfolio - page 09

reproductions

« En visite », 2007, 100 x 120 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 10

reproductions

« sans titre », 2008, 100 x 120 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 11

reproductions

« Étoile », 2010, 100 x 100 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 12

reproductions

« sans titre », 2005, 120 x 120 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 13

reproductions

reproductions

« sans titre », 2008, 120 x 100 cm

« sans titre », 2009, 100 x 120 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 14

Mounira Mohamed - portfolio - page 15

reproductions

reproductions

« sans titre », 2011, 100 x 120 cm
« sans titre », 2009, 80 x 120 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 16

Mounira Mohamed - portfolio - page 17

reproductions

reproductions
« sans titre »
2010
100 x 120 cm

« sans titre », 2010, 80 x 120 cm

Mounira Mohamed - portfolio - page 18

« sans titre »
2004
60 x 70 cm
Mounira Mohamed - portfolio - page 19

bibliographie

bibliographie

• Heike Fiedler, auteure, artiste, Genève, in catalogue de l’exposition Pluri-Elles, 2014 :

• Dominique Vecchio, auteur, Genève, in catalogue de l’exposition Pluri-Elles , 2014 :

Les tableaux de Mounira Mohamed sont uniques, tout aussi uniques que chacune des
femmes représentées sur ses douze toiles, peintures à l’huile. L’œil capte immédiatement
la force qui habite les tableaux : couleurs vives appliquées en couches qui s’entremêlent
gracieusement, tout comme ces vingt-cinq femmes forment un ensemble, une complicité
sans équivoque.

Accoucher encore. Et encore se battre. Apprendre encore dans cette lutte. Offrir encore
les traces de la durée de cet accouchement, les contours de cette rixe, la tournure prise
par ce présent conquis sur la toile, étalé sur elle ; offrir l’émergence de signes d’âmes
par des traits, des couleurs, du plein, du vide, par, comme de coutume (vieille, vieille !
immémoriale coutume), le lisse, le rêche, par l’humain et cetera, offrir âmes individuelles
partielles, âmes collectives partielles, historiques partielles, anecdotiques partielles, mêlées, entièrement mêlées, entièrement solidaires, âmes de vivants ou âmes de morts, âmes
de bois, de pierre, de bêtes et de nous aussi, nous retrouvé-e-s animé-e-s peut-être par
cette matière travaillée avec et dans tout cela qui manifeste la vie, pleinement endurante
vie, pleinement résistante vie - fort faillible fragile vie ! Peindre encore, donc. Peindre.
Simplement peindre très, très fort.

Et que l’on ne se trompe pas : leur position majoritairement assise n’est guère l’image
d’une quelconque passivité, ni leurs bras croisés ou en position de repos ne sont signe
d’abandon. Au contraire, chaque tableau vibre grâce à la dynamique des traits de pinceaux
qui mettent notre regard en mouvement. Dans cet espace en entre-deux, entre repos et
mouvement, résident le calme et la sérénité. Ainsi, chacune d’elles semble être dans une
attitude d’attente, de préparation pour des actions à venir. Ce n’est pas par hasard, si le
jeu de lumière illumine les bras et les mains, nos outils par excellence pour agir concrètement. C’est ici que se révèle la force des tableaux de Mounira Mohamed : la composition
de l’espace et le mouvement des couleurs nous fait deviner un ailleurs affirmé. Portraits
de femmes en tant que « devenir femme », pour le dire avec le philosophe Gilles Deleuze.
Oui, c’est vrai, parfois, on croise des yeux tristes, une attitude mélancolique, oui. Pour
autant, aucune d’elles ne s’efface jamais, elles occupent sans exception la totalité de l’espace, ce qui leur procure une présence infaillible. Insérée dans cette pluralité de vies
possibles, nues, vêtues, plus jeunes ou plus âgées, elles nous rappellent l’autre, les autres
femmes qui réaliseront, ensemble, le grand mouvement à venir. Les couleurs joyeuses
agissent comme un environnement de soutien, de support. Les tableaux invitent presque
à danser, sur fond d’un rythme qui nous immerge de cette polyphonie d’images, expressions de liberté.
La Tunisie respire dans chaque tableau, on pense aussi aux couleurs de Rothko ou de
Sonja Delaunay, quoi qu’il soit difficile de trouver un équivalent à l’œuvre de Mounira
Mohamed, imprégnée avant tout par l’expérience de l’interculturalité. Cette expérience
indispensable pour la construction d’un avenir plus harmonieux et paisible.

*
Peindre - comme pour découvrir.
Peindre, comme pour découvrir une capacité.
Peindre ; comme pour découvrir une capacité d’imitation.
Peindre au dehors !
Gestes imités du dehors. Peinture.
Peindre comme pour partager ce qui fut sien, collectivement sien, il y a des siècles de ça,
des siècles durant de ça…, et non pas seulement une expérience coloniale. Peindre pour
s’approprier ce qui est soi déjà mais inexprimé de soi encore et des autres soi encore
(individus (disions-nous), collectifs, vivants et morts (disions-nous), pierres ou bois ou
bêtes ou … etc.). Peindre comme on s’empare joviale et batailleuse des secrets et des
moyens de production, parce que le pain est universel et le lait d’une blancheur qui nous
rend toutes et tous redevables à l’Unique.

• Colette Grand, chanteuse, Genève :

• Rachida Triki, philosophe, Tunis :

Elles sont là impeccables dans leurs robes ceinturées, elles posent souvent seules ou à
deux, parfois en groupe, elles nous regardent de leurs yeux sombres, il y a des lumières
qui émanent de leurs mains et éclairent la toile, elles sont fières comme savent l’être les
personnes modestes, fières de montrer que ce sont elles qui font la vie même si c’est rare
que quelqu’un se donne la peine de les montrer, ce sont nos filles, nos mères, nos sœurs,
ce sont les femmes. 

La peinture de Mounira Mohamed est un hommage infini à la femme ; l’artiste la propose
dans de multiples apparitions, enveloppée dans une atmosphère aux couleurs chaudes,
à tendance fauves. Chaque tableau présente un univers particulier, à la fois familier et
lointain. Dans des postures différentes, se tenant seule ou en groupe, la femme au regard
intérieur, garde le secret de sa présence, face à nous. Entre mystère et proximité, c’est
peut être bien l’énigme de la peinture qui nous est donnée à voir.

Mounira Mohamed - portfolio - page 20

Mounira Mohamed - portfolio - page 21

bibliographie

bibliographie

• Tarek Belhadj Mohamed, sociologue, Tunis, in catalogue de l’exposition Pluri-Elles, 2014 :

• Chokri Latif, philosophe, Tunis, in catalogue de l’exposition Pluri-Elles, 2014 :

Mounira Mohamed - portfolio - page 22

Mounira Mohamed - portfolio - page 23

presse / web

presse / web
source ?

Une dizaine de toiles signées Mounira Mohamed sont exposées actuellement et jusqu’au 16 de ce mois
sur les cimaises de la maison de la culture Ibn Rachiq jusqu’au 16 décembre.
a femme est le sujet principal
abordé par l’artiste-peintre
Mounira Mohamed. Elle est
présente sur chacune de ses
toiles. Des toiles qui sont au nombre
d’une dizaine et de différents formats qui donnent à découvrir une
ou plutôt de nouvelles facettes de
la gent féminine. Mounira Mohamed sort bel et bien des sentiers
battus. Les amateurs d’art sont,
en effet, habitués à voir les figures
féminines muettes, sourdes, inaudibles, immobiles, écrasées par
l’homme et le poids des traditions
et à qui tout sentiment a été enlevé
pour n’en garder qu’un objet vide.
Mounira Mohamed ne cherche
pas à idéaliser la femme, bien au
contraire. Chez cette artiste qui possède un coup de pinceau particulier,
la femme n’est pas tout le temps
assise sur un banc dans un jardin
à lire un livre par une belle journée de printemps. La femme n’est
jamais un objet ou une quelconque
statue sans âme placée au coin d’une
pièce ou à l’extrémité d’un paysage.
La femme n’est pas à l’abri des regards, dissimulée comme objet
de honte ou même de convoitise.
Non, ici nous sommes très loin du
mouvement orientaliste, ou de tout
autre mouvement artistique bien

Des oeuvres aussi fascinantes que dérangeantes

déterminé! La femme s’affirme,
s’impose et se pose ad vitam aeternam comme l’égale de l’homme.
Et cela n’est pas sujet à discussion, semble nous dire l’artiste.

Femmes plurielles

L’exposition est intitulée «Plurielles». A travers ce titre loin d’être
anodin, l’artiste nous répète qu’il
n’existe pas une mais plusieurs
femmes. Et elles sont aussi sujettes à
la solitude, à l’incompréhension, à la
dépression même. Les couleurs utilisées par la peintre sont sombres, la
couleur jaune elle-même oscille
entre l’orange et le brun. Aucune
couleur n’est intacte dans la mesure

où elle est approchée par une autre
couleur pour finir par n’en former
qu’une. Oui certaines toiles sont
angoissantes et reflètent un certain
mal-être, un certain mal de vivre.
Il est impossible pour le visiteur de
ne pas avoir à l’esprit certains classiques comme « le cri » d’Edward
Munch. Mais que le visiteur ne s’y
trompe, aussi «spéciales» que soient
ces toiles, elles regorgent de beauté
et de grâce. Elles sont empreintes de
poésie, de douceur et d’optimisme.
«Pluri-elles» qui se tient jusqu’au 16
décembre à la maison de la culture
Ibn Rashiq est une exposition qui
vaut le détour.
WALEY EDDINE M.

L’artiste-peintre Mounira Mohamed

 
 
La  figure  féminine  sous  un  nouveau  jour  

 

Une  dizaine  de  toiles  signées  Mounira  Mohamed  sont  exposées  actuellement  et  jusqu'au  16  de  ce  
mois  sur  les  cimaises  de  la  maison  de  la  culture  Ibn  Rashiq  jusqu'au  16  décembre.  
La femme est le sujet principal abordé par l'artiste peintre Mounira Mohamed. Elle est
présente sur chacune de ses toiles. Des toiles qui sont au nombre d'une dizaine et de différents
formats qui donnent à découvrir une ou plutôt de nouvelles Mounira
facettes
de la -gent
féminine.
Mohamed
portfolio
- page 24 Mounira
Mohamed sort bel et bien des sentiers battus. Les amateur d'art sont, en effet, habitués à voire
les figures féminines muettes, sourdes, inaudibles, immobiles, écrasées par l'homme et le poids

ounira Mohamed offre, à la maison de la culture Ibn-Rachiq, une exposition de femme
pour les femmes et qui porte bien son nom « Pluri-Elles ».
« Je n’ai pas peur des couleurs. Quant au sujet et la matière, ils ne sont, quelquefois que
des prétextes. Des prétextes pour libérer le geste peut-être. Le geste est ample, libre dans
l’espace, c’est un geste féminin. C’est pour cela que je ne peux pas peindre de petites toiles ».
C’est ainsi que Mounira Mohamed s’exprime, quand elle parle de son rapport à la peinture. Un
rapport très physique avec la matière. Une matière qu’elle travaille au corps. Parce que l’artiste
croit vraiment en la valeur du travail dans l’art, et ça, c’est un fait que peu de peintres et de
créateurs ont compris. « Cela fait quatorze ans, que je fais de la peinture et ça fait quatorze ans
que je travaille huit heures par jour», dit-elle. Et elle ajoute : « Je crois beaucoup en la valeur du
travail. Quelquefois, on peut avoir du talent, mais si on ne le cultive pas, si on ne le met pas à
l’épreuve tous les jours, il finit inévitablement pas s’estomper ». 
Mounira Mohamed a quitté la Tunisie il y a 22 ans pour s’installer à Genève où elle a beaucoup
travaillé dans l’humanitaire. C’est sa première rencontre avec la Tunisie après tout ce temps, et
elle a choisi de le faire sous les auspices de son exposition « Pluri-Elles ». Une exposition
« bonjour » comme elle se plaît à le dire parce que c’est sa manière de dire bonjour à son pays.
Oui, mais qui sont les femmes de Mounira Mohamed ? « Je ne sais pas qui elles sont répond la
peintre, je ne suis peut-être que l’instrument d’une mémoire féminine ». Le regard est parfois
sombre, présent-absent dans ces tableaux. Les couleurs de ces douze toiles, qui font cette
exposition, semblent essayer de le faire dans la gaieté, mais en fait, l’artiste les travaille au
corps encore et encore pour nous suggérer qu’il y a, tout de même, une grande dose de
violence et d’agressivité dans le monde de ces femmes. Quelques détails dans certains
tableaux ressemblent d’ailleurs à des intérieurs de forêts fort inquiétantes, labyrintiques et où il
nous semble entendre des hurlements.
Etrange, aussi, cette utilisation physique et massive de la couleur ! Comme si l’artiste avait voulu
la faire trembler, en lui insufflant cette secrète puissance féminine qui se manifeste devant toute
menace. « Ces femmes disposent de leur propre force d’invasion », ajoute Mounira Mohamed. Et
les toiles offrent réellement cette impression de « hyper-présence » de femmes qui, même dans
leur attitude figée, semblent exprimer un mouvement parfois grave et lourd de secrets. « Ces
femmes ont ainsi commencé à vivre, non pas au sens biologique du terme, mais dans le sens
d’une revendication de la vie » dit l’artiste. Une revendication, en tout cas chargée d’une
personnalité réellement plurielle et une force qui n’a pas l’air dêtre tranquille.

Mounira Mohamed - portfolio - page 25

presse / web

« Pluri-Elles », un hommage en couleurs à la
femme tunisienne à travers l’histoire

Par : Di avec TAP | 04 mar 2015 | 14 h 44 min | Mots-clefs : actualites tunisiennes, Cinéma, Culture, festival, festival
international de Carthage, film, films en compétition, info tunisie, informations tunisiennes, JCC, JCC 2013, JCC 2014,
journees cinematographique de carthage, journées du cinéma de cartage, la tunisie, musique, news tunisie, Tunisie,
tunisie news,    
0

Tous les arts, Arts plastiques, théâtre, littérature et cinéma, seront associés
pour fêter la femme tunisienne à travers l’histoire à l’occasion de la journée internationale de la femme le 08 mars.
Des artistes arabes et européens de Syrie, Egypte, Palestine, Irak, Jordanie, Liban, Espagne participent à cette manifestation dont le lancement a eu lieu, mardi, à la maison Ibn Rachiq à Tunis, en présence de la ministre de la Culture et de
la Sauvegarde du Patrimoine, Latifa Lakhdar.
L’exposition se compose d’une vingtaine d’oeuvres, signées par l’artiste tunisien Ali Bergaoui. Ces oeuvre illustrent des portraits de femmes qui se sont
distinguées dans différents secteurs à travers l’histoire de la Tunisie ancienne et
contemporaine.
Pour le plasticien Bergaoui, cette exposition se veut « un hommage à la femme
tunisienne » dont Saliha(1914-1958), chanteuse célèbre pour ses chansons inspirées du patrimoine tunisien ou encore Bchira Ben Mrad(1913-1993), militante
féministe.
Dans ses œuvres, Bergaoui rend également hommage à des figures féminines qui
ont marqué l’histoire de la Tunisie depuis les berbères jusqu’à l’époque musulmane telles la Kahena, Reine berbère guerrière (674-704) ou encore Fatima El
Fehrya, surnommée Oum Al Banine, originaire de Kairouan ayant vécu au 9ème
siècle et qui a consacré sa vie à la construction d’une mosquée à Fès au Maroc
où elle a vécu.
Il explique à la TAP avoir effectué des études approfondies sur le parcours de ces
figures féminines de l’histoire de la Tunisie pour en donner « une image plus au
moins réelle ».
Oeuvre de la plasticienne résidant en Suisse Mounira Mohamed, la deuxième exposition de peintures à l’huile intitulée « Etre pour que la vie existe » propose une
douzaine de toiles.
« Glaise », « Résilience », « En Visite », « Soulagement » ou encore « Manifeste »
sont les titres de toiles, où elle retrace avec des couleurs et des lumières, qu’elle
garde en mémoire, des portraits de femmes tunisiennes, estime le directeur de
Ibn Rachiq, Chokri Latif.
Pour animer cette manifestation-hommage, un film documentaire du cinéaste
Faouzi Telili sur Zbeida Bchir a été présenté.
Des pièces de théâtre, des concerts, des séminaires et des ateliers d’écriture et
de lecture, sont également programmés durant les prochains jours.

Mounira Mohamed - portfolio - page 26

presse/ web

Bruits et Chuchotements

Bruits et Chuchotements
Samedi 17 Janvier 2015

Un concert symphonique pour les enfants
Depuis qu’il est à la tête de l’Orchestre symphonique tunisien, Hafedh Makni n’a pas cessé d’innover, donnant un coup de jeune à cette venérable institution qui en avait bien
besoin.
En ce début d’année 2015, les nouveautés à l’OST prennent la forme d’un concert de
musique symphonique destiné aux enfants. Ce sont des musiques de films qui seront au
programme que les petits pourront découvrir dimanche 1er février à 11h30 au Théâtre
municipal. On en redemande!
Architecture islamique et mondialisation
Le club culturel Tahar Haddad abrite ce samedi 17 janvier à 15h une conférence de Majdi
Fellah, un doctorant tunisien dans une université australienne. Le thème choisi a trait
aux rapports entre architecture islamique et mondialisation, à propos desquels Fellah
soutient sa thèse de doctorat.
Architecture et identité, mondialisation et espace public comptent parmi les questions
qui seront discutées.
Les peintures de Mounira Mohamed
Tunisienne, vivant en Suisse, Mounira Mohamed expose actuellement ses oeuvres à la
Maison Ibn Rachiq. De grand format, ses travaux déclinés en douze tableaux introduisent
un univers feutré, aux tons pastel. Peuplées de femmes et de silhouettes, les oeuvres de
Mounira Mohamed constituent une belle surprise. Avis aux amateurs!
Les ateliers du CNAM
Le centre national des arts de la marionnette poursuit ses activités entre ateliers de formation et spectacles pour adultes et enfants.
Ainsi, du 19 au 27 janvier, Lassaad Mahouachi animera un atelier pour adultes sur le
thème du «Théâtre d’objets». Les travaux auront lieu tous les jours de 14h à 17h.
Par ailleurs, le CNAM accueille ce dimanche 18 janvier à 11h Hatem Maroub et sa nouvelle
création pour enfants intitulée «Al saharat». Cinq comédiens seront sur les planches du
théâtre de poche du CNAM pour apporter une part de rêve aux enfants. Sous le regard
attentif de la dynamique Héla Ben Saâd, directrice de cette institution relevant du ministère de la Culture.
Raja Farhat à l’Agora
L’Agora de la Marsa programme deux représentations du spectacle de Raja Farhat «Bourguiba, le discours du Palmarium».
Les représentations auront lieu au théâtre de poche de l’Agora les 20 et 21 janvier à
19h30.
La Tunisie au Maghreb des livres
C’est la Tunisie qui sera l’invité d’honneur du Maghreb des livres dont la 21ème édition
se déroulera à Paris les 7 et 8 février 2015.
Les lettres tunisiennes ainsi que les oeuvres consacrées à Bourguiba seront mises en
exergue par les organisateurs et les exposants. A suivre!
H.B.

Mounira Mohamed - portfolio - page 27

presse / web

presse / web

A la M C Ibn Rachiq et au C Tahar Haddad

Elles créent…
Jeudi 5 Mars 2015

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Femme et sous les auspices du Ministère
de la Culture, la délégation régionale de la culture de Tunis organise du 03 au 15
mars, une manifestation culturelle sous le signe « Elles créent » à la Maison de la
Culture Ibn Rachiq et au Club Tahar Haddad. Outre la Tunisie, prendront part à
cette manifestation, les pays étrangers suivants : Syrie, Irak, Egypte, Palestine,
Jordanie, Liban et Espagne.
  Cette manifestation a démarré mardi dernier (le 03 mars) avec l’inauguration
à Ibn Rachiq de l’exposition « Femmes Tunisiennes » de  l’artiste-peintre Ali
Bargaoui  et de celle de l’artiste-plasticienne Mounira Mohamed, intitulée « Pluri
Elles ». Ces deux expositions se poursuivront jusqu’au 14 mars.  A suivi une
projection du film-documentaire « Zoubeida Béchir » du cinéaste Faouzi Chelbi,
puis un spectacle musical assuré par la chanteuse Badiâ Bouhrizi.
   Par la même occasion, on organise la Foire du Livre Féminin avec la collaboration
d’éditeurs tunisiens  en plus de   la projection des films traitant de la condition
féminine avec la participation de l’initiative « Je suis ici ». Les films programmés
sont : « Une Femme et demie » de Kamel Laaridhi, « Selma » de Mohamed Ben
Attia et « La réussite » de  Chiraz Bouzidi.
  Ce jeudi 05 mars, toujours à la Maison de la culture Ibn Rachiq, aura lieu à 18h
la représentation de la pièce : « Chérifa w Afifa » de Manel Abdelkawi et Hanène
Chagrani, mise en scène de Mounir Argui.
  Du 06 au 13 mars, sera organisé un atelier autour des « Techniques d’écriture
d’un article critique concernant le théâtre » sous la houlette de Watfa Hamadi
du Liban. Vers 18h, au Lycée secondaire de Djebel Jeloud, sera tenu un débat
autour de la vie de Tahar Haddad.
  Demain à 15h, au Club Culturel Tahar Haddad, aura lieu le vernissage de
l’exposition « Elles » de l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates et
se poursuivra jusqu’au 13 courant. Un colloque sur les droits de la femme en
Tunisie chez l’intellectuel, le réformateur et le syndicaliste Tahar Haddad où
interviendront  Walha Boulaaziz et Fatma Azzouz qui parleront respectivement de
« la bibliothèque de Tahar Haddad sur la femme » et « la femme de Haddad entre
le rêve et la réalité ». La même journée verra deux représentations théâtrales :
la première pièce s’intitule « Mra Mra » de la Société Zest Prod et aura lieu à la
Maison de la culture Laouina, la seconde   « La cantatrice chauve » de la Société
Maram et aura lieu à la Maison de la Culture Bab Souika.

Mounira Mohamed - portfolio - page 28

   Un colloque se tiendra à la M.C. Ibn Rachiq le samedi 07 mars à 15h sur le
thème : « Un théâtre féminin ou un théâtre féministe ? » de la libanaise Watfa
Hamadi. Ce colloque sera suivi, vers 17h, par une représentation théâtrale de la
Palestine. Toujours le 07 mars, au Club Tahar Haddad, le public aura rendez-vous,
vers 18h 30, avec « Castagnettes », un spectacle musical espagnol. A 17h, à la
Maison de la culture de Gammarth, sera présentée la pièce « Je sais ce que tu
sais » de la Société Othmane Production.
  Le dimanche 08 mars, à 17h, la troupe syrienne présentera sa pièce « Nadima »
à la M.C. Ibn Rachik. Le lundi 09 mars, à la même heure et le même lieu, le
public assistera à la pièce égyptienne « Ligne rouge ». Les Irakiens, à leur tour,
présenteront le mardi 10, à 17h, leur pièce « Machraha » produite par les Artistes
Immigrés de Bagdad. 
Le cinéma sera présent le mercredi 11 mars avec la projection du film allemand :
« La piscine des princesses » qui aura lieu à 17h, à la M.C. Ibn Rachiq.  Le jeudi 12,
les Irakiens présenteront leur deuxième pièce intitulée : « Les silencieuses ». Le
dimanche 13 ? La M.C. Ibn Rachiq organisera en collaboration avec l’Association
« Egalité » une conférence sur « les droits culturels, économiques, sociaux
et politiques de la femme entre la Constitution et la nécessité d’une révision
législative » qui sera donnée par Mohamed El Kacemi. En cette journée de clôture,
la Maison de la culture du Kram-Ouest organisera avec la collaboration de la
bibliothèque du Kram-Ouest un atelier portant sur « La biographie du penseur
Tahar Haddad »
Hechmi KHALLADI

Mounira Mohamed - portfolio - page 29

presse / web

L’art n’est pas féminin mais lorsqu’il naît du féminin, sa beauté est autre...
L’expérience riche débordant de sens et d’émotions se traduit dans la création
artistique d’une femme qui résume dans ses œuvres ses expériences de la vie, la
vie naissant de son être, de son existence... L’exposition peinture Pluri-Elles de
l’artiste peintre Mounira Mohamed vous invite à fouiller dans les secrets de la vie
d’une femme qui est la raison même de la vie... L’exposition aura lieu à la Maison
de Culture Ibn Rachiq et s’étend du 29 Novembre au 16 Décembre...

Mounira Mohamed - portfolio - page 30

presse / web

Pour fêter la journée de la femme comme il se doit, la maison Ibn Rachiq à
Tunis vous propose de découvrir l’exposition « Pluri-Elles », une manifestation en
hommage à la femme tunisienne à travers les âges. Lancée le 3 mars dernier
en présence de Latifa Lakhdar, ministre de la Culture et de la sauvegarde du
Patrimoine, « Pluri-Elles » verra la participation de plusieurs artistes arabes et
européens mais surtout celle des artistes peintres Ali Bergaoui et Mounira
Mohamed qui présenteront une vingtaine d’œuvres illustrant des portraits de
femmes qui ont marqué la Tunisie.
La maison Ibn Rachiq vous proposera également tout au long de la semaine des
pièces de théâtre, des ateliers d’écriture et de lecture ainsi que des séminaires
traitant de la situation de la femme tunisienne.
Emna Lakhoua Bach Hamba

Mounira Mohamed - portfolio - page 31

‫ﻳﺸﺒﻬﮭﮫﻪ ﺗﺪﺑﺮﻭوﺍا ﻟﻲ ﺷﻐﻼ ﻭوﺷﻘﺔ ﺃأﺳﻜﻦ ﻓﻴﯿﻬﮭﮫﺎ‪.‬‬

‫‪presse / web‬‬

‫ﻗﻤﺎﺷﺔ ﻭوﻋﻠﺒﺔ ﺃأﻟﻮﺍاﻥن‪ ‬‬
‫ﻛﻨﺖ ﺃأﺗﺼﻮﺭر ﺃأﻥن ﺃأﺻﺒﺢ ﻛﺎﺗﺒﺔ ﻭوﻟﻜﻦ ﺍاﻟﻬﮭﮫﺠﺮﺓة ﻭوﺍاﻟﺘﻌﺎﻁطﻲ ﻣﻊ ﻟﻐﺎﺕت ﺃأﺧﺮﻯى‪ «...‬ﺗﺴﻜﺖ ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﻣﺘﻔﻜﺮﺓة ﺛﻢ‬
‫ﻲ ﺃأﻥن ﺃأﺷﺘﺮﻱي ﻗﻤﺎﺷﺔ ﻭوﻋﻠﺒﺔ‬
‫ﺗﺴﺘﻄﺮﺩد‪»:‬ﻛﻨﺖ ﺃأﺧﺮﺑﺶ ﻋﻠﻰ ﺍاﻷﻭوﺭرﺍاﻕق ﻗﺎﻝل ﻟﻲ ﺩدﻭوﻣﻴﯿﻨﻴﯿﻚ‪ ،٬‬ﺭرﻓﻴﯿﻖ ﺍاﻟﺪﺭرﺏب ﺃأﻧﻪ ﻋﻠ ّ‬
‫ﻤﺔ ﺃأﺩدﺭرﺍاﻥن ﻓﻲ ﺍاﻟﻜﻼﻡم‪.‬ﻣﻌﺎﻧﻲ ﺍاﻟﻜﻠﻤﺎﺕت ﺗﻔﻠﺖ ﺳﺮﻳﻌﺎ ﺭرﻏﻢ ﺛﺮﺍاء ﺍاﻟﻤﻌﺠﻢ ﺍاﻟﺬﻱي ﺃأﻣﻠﻜﻪ ﻭوﻗﺪﺭرﺗﻲ‬
‫‪ّ presse / web‬‬
‫ﺃأﻟﻮﺍاﻥن‪ ،٬‬ﺃأﻋﺘﻘﺪ ﺃأﻧﻪ ﺛ‬
‫ﻋﻠﻰ ﺍاﻻﻗﻨﺎﻉع‪ ،٬‬ﻭوﻫﮬﮪھﻮ ﻣﻌﻄﻰ ﻣﺸﺘﺮﻙك‪ ،٬‬ﺇإﻻ ﺃأﻧﻨﻲ ﺃأﻋﺘﻘﺪ ﺃأﻥن ﺍاﻟﻠﻐﺔ ﻗﺪ ﺗﻨﺰﻟﻖ ﺑﻚ ﺍاﻟﻰ ﺍاﻟﺜﺮﺛﺮﺓة ﻟﻤﺠﺮﺩد ﻣﻞء ﺍاﻟﻔﺮﺍاﻍغ‪.‬‬
‫ﻟﻜﻲ ﺗﻘﺪﻡم ﻣﻌﻨﻰ ﺣﻘﻴﯿﻘﻴﯿﺎ ﻳﺠﺐ ﺃأﻥن ﺗﻌﻤﻞ ﻋﻠﻴﯿﻪ‪ ،٬‬ﻋﻨﺪﻣﺎ ﺃأﻣﺴﻜﺖ ﺑﺎﻟﺮﻳﺸﺔ ﻭوﺭرﺳﻤﺖ ﺃأﺣﺴﺴﺖ ﺑﺴﺤﺮ ﻣﺎ‬
‫ﻗﻤﺖ ﺑﻪ«‪.‬‬

‫ﻣﺎ ﺗﺮﺍاﻩه ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ‬

‫‪Essahafa, jeudi 11 décembre 2014‬‬

‫ﻫﮬﮪھﻨﺎﻙك ﻣﻦ ﺯزﻭوّﺍاﺭر ﺍاﻟﻤﻌﺮﺽض ﻣﻦ ﺻﺪﻡم ﻗﻠﻴﯿﻼ ﺑﺴﺒﺐ ﺃأﻥن ﺍاﻟﻤﻌﺮﺽض ﻻ ﻳﺤﺘﻮﻱي ﺍاﻻ ﻋﻠﻰ ﺻﻮﺭر ﻧﺴﺎء ﻭوﻫﮬﮪھﻨﺎﻙك ﻣﻦ ﻻﺣﻆ‬
‫ﺃأﻥن ﺍاﻷﻟﻮﺍاﻥن ﻗﺎﺗﻤﺔ‪»:‬ﻗﻠﺖ ﻟﻬﮭﮫﻢ ﻫﮬﮪھﻞ ﺍاﻷﺻﻔﺮ ﻭوﺍاﻷﺣﻤﺮ ﻗﺎﺗﻤﺎﻥن؟ ﺃأﻧﺎ ﺍاﺷﺘﻐﻞ ﻭوﺃأﻧﺠﺰ ﻟﻮﺣﺘﻲ‪ .‬ﻣﺎ ﺗﺮﺍاﻩه ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ‪ ،٬‬ﻫﮬﮪھﻮ‬
‫ﻣﺎ ﻳﺴﺘﻴﯿﻘﻆ ﻓﻲ ﺣﻮﺍاﺳﻚ«‪.‬ﺭرﻏﺒﺖ ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﺑﺸﺪﺓة ﻓﻲ ﺃأﻥن ﺗﻌﺮﺽض ﻓﻲ ﺗﻮﻧﺲ‪» ،٬‬ﻛﻮﻧﻲ ﻛﻲ ﺗﻜﻮﻥن ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة«‪ ،٬‬ﻫﮬﮪھﻮ‬
‫ﻋﻨﻮﺍاﻥن ﻣﻌﺮﺿﻬﮭﮫﺎ ﺑﺪﺍاﺭر ﺍاﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ﺍاﺑﻦ ﺭرﺷﻴﯿﻖ )ﺍاﻓﺘﺘﺢ ﻳﻮﻡم ‪ 28‬ﻧﻮﻓﻤﺒﺮ ﻭوﻳﺘﻮﺍاﺻﻞ ﺍاﻟﻰ ﻏﺎﻳﺔ ‪ 16‬ﺩدﻳﺴﻤﺒﺮ ‪.(2014‬‬

‫ﺑﻌﻴﯿﻮﻥن ﻣﻐﻤﻀﺔ‪ ...‬ﻣﻔﺘﻮﺣﺔ‬

‫‪Essahafa , jeudi 11 décembre 2014‬‬

‫ﻤﻣﺎ ﺗﺮﺍاﻩه ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﻭوﺤﺣﺔ‪ ،٬‬ﻫﮬﮪھﻮﻭو ﻤﻣﺎ ﻳﺴﺳﺘﻴﻘﻈﻇﻆﻅظ ﻓﻲ ﺤﺣﻮﻭوﺍاﺴﺳﻚﻙك‬
‫ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﻣﺤﻤﺪ‪ :‬ﻣﺎ ﺗﺮﺍاﻩه ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ‪ ،٬‬ﻫﮬﮪھﻮ ﻣﺎ ﻳﺴﺘﻴﯿﻘﻆ ﻓﻲ ﺣﻮﺍاﺳﻚ‬

‫ﻣﺜﻠﻤﺎ ﺗﺮﺳﻢ ﺟﻴﯿّﺪﺍا‪ ،٬‬ﺗﺘﺤﺪﺙث ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﻣﺤﻤﺪ ﺟﻴﯿّﺪﺍا ﻋﻦ ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة ﻭوﻋﻦ ﺍاﻟﺮﺳﻢ ﻭوﻋﻦ ﺟﻤﺎﻟﻴﯿﺎﺕت ﺍاﻟﺘﻠﻘّﻲ‪ ،٬‬ﺑﺼﺒﺮ ﻭوﺫذﻛﺎء‬
‫ﻥن‬
‫ﺗﻘﻮﺩد ﺯزّﻭوﺍاﺭر ﻣﻌﺮﺿﻬﮭﮫﺎ ﺍاﻟﻰ ﻣﺎ ﺗﻘﺘﺮﺣﻪ ﻟﻮﺣﺎﺗﻬﮭﮫﺎ ﺑﻌﻴﯿﺪﺍا ﻋﻦ ﺍاﻟﺘﻠﻘﻲ ﺍاﻹﻧﻄﺒﺎﻋﻲ ﺍاﻷﻭوﻝل‪».‬ﺛﻤﺔ ﻣﺎ ﻣﻦ ﻗﺎﻝل ﻟﻲ ﺇإ ّ‬
‫ﺟﺐ ﻁطﺮﺣﻪ ﻓﻲ ﺍاﻟﻔﻦ ﻫﮬﮪھﻮ ﺍاﻟﺘﺎﻟﻲ‪ :‬ﻣﺎﺫذﺍا ﺣﺼﻞ ﻭوﻣﺎﺫذﺍا ﻋﺎﺷﺖ‬
‫ﻧﺴﺎءﻙك ﺣﺰﻳﻨﺎﺕت ﺃأﺟﺒﺘﻪ ﺑﺮﻓﻖ ﻻ‪ ،٬‬ﺍاﻟﺴﺆﺍاﻝل ﺍاﻟﺬﻱي ﻳﺘﻮ ّ‬
‫ﺍاﻟﻨﺴﺎء ﺍاﻟﻠﻮﺍاﺗﻲ ﺭرﺳﻤﺘﻬﮭﮫﻦ ﻗﺒﻞ ﺃأﻥن ﻳﺼﻠﻦ ﺍاﻟﻰ ﺗﻠﻚ ﺍاﻟﻠﺤﻈﺔ‪ ،٬‬ﻣﺎﺫذﺍا ﺣﺪﺙث ﻟﻬﮭﮫﻦ ﺣﺘﻰ ﻳﺼﺒﺤﻦ ﻓﻲ ﺫذﻟﻚ ﺍاﻟﻤﻮﻗﻒ‬
‫ﺃأﻧﺎ ﻻ ﺃأﻋﺮﻑف«‪ .‬ﺗﻘﻮﻝل ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﺑﺘﻮﺍاﺿﻊ ﺍاﻟﻤﺮﺃأﺓة ﺍاﻟﺘﻲ ﺧﻴﯿﺮﺕت ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة‪» .‬ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة ﻭوﻋﻲ ﺑﺎﻟﺤﻴﯿﺎﺓة ﺃأﺳﺎﺳﺎ ﺷﻐﻞ ﻭوﻋﻤﻞ‬
‫ﻓﻲ ﻛﻞ ﻟﺤﻈﺔ«‪.‬ﺩدﺭرﺳﺖ ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﺍاﻟﻔﺮﻧﺴﻴﯿﺔ ﻭوﻛﺎﻧﺖ ﻧﺎﺷﻄﺔ ﺿﻤﻦ ﺍاﻟﻴﯿﺴﺎﺭر ﺍاﻟﺘﻮﻧﺴﻲ ﻭوﺟﺰءﺍا ﻣﻦ ﺍاﻟﺸﺒﻴﯿﺒﺔ ﺍاﻟﺘﻲ‬
‫ﺃأﻧﺠﺰﺕت ﺍاﻟﻤﺆﺗﻤﺮ ‪ 18‬ﺍاﻟﺨﺎﺭرﻕق ﻟﻠﻌﺎﺩدﺓة ﻟﻼﺗﺤﺎﺩد ﺍاﻟﻌﺎﻡم ﻟﻄﻠﺒﺔ ﺗﻮﻧﺲ‪».‬ﻓﻲ ﺟﻴﯿﻠﻲ ﻛﻨﺎ ﻧﺆﻣﻦ ﺑﺎﻟﺜﻮﺭرﺓة ﻭوﺣﻴﯿﻦ ﺍاﻧﺘﻘﻠﻨﺎ‬
‫ﻣﻦ ﺍاﻟﺸﻌﺎﺭر ﺍاﻟﻰ ﺍاﻟﻤﺆﺳﺴﺔ ﻭوﺃأﻧﺠﺰ ﺍاﻟﻤﺆﺗﻤﺮ ﺍاﻟـ‪ 18‬ﺍاﻟﺨﺎﺭرﻕق ﻟﻠﻌﺎﺩدﺓة ﻭوﺟﺪﺕت ﺃأﻧﻨﻲ ﻟﻢ ﺃأﻗﻢ ﺑﺎﻟﻮﺍاﺟﺐ ﺍاﻟﻤﺤﻤﻮﻝل‬
‫ﻋﻠﻲّ ﻭوﻟﻢ ﺃأﻭوﺍاﺻﻞ ﺩدﺭرﺍاﺳﺘﻲ ﺇإﺫذ ﺍاﻛﺘﻔﻴﯿﺖ ﺑﺸﻬﮭﮫﺎﺩدﺓة ﻧﻬﮭﮫﺎﻳﺔ ﺍاﻟﻤﺮﺣﻠﺔ ﺍاﻷﻭوﻟﻰ‪ .‬ﺍاﻟﻜﺜﻴﯿﺮ ﻣﻤﻦ ﺍاﻧﺨﺮﻁطﻮﺍا ﻓﻲ ﺍاﻟﻨﻀﺎﻝل‬
‫ﺍاﻟﺴﻴﯿﺎﺳﻲ ﻭوﺟﺪﻭوﺍا ﺃأﻧﻔﺴﻬﮭﮫﻢ ﻓﻲ ﻣﺜﻞ ﻭوﺿﻌﻴﯿﺘﻲ ﺭرﻏﻢ ﺃأﻧﻬﮭﮫﻢ ﺃأﺫذﻛﻴﯿﺎء ﻭوﻳﻬﮭﮫﻀﻤﻮﻥن ﻣﻮﺍاﺩد ﺍاﻟﺪﺭرﺍاﺳﺔ ﺑﺴﻬﮭﮫﻮﻟﺔ‪ ،٬‬ﻫﮬﮪھﺬﻩه‬
‫ﺍاﻟﺨﻴﯿﺒﺔ ﻋﻠﻰ ﺍاﻟﻤﺴﺘﻮﻯى ﺍاﻟﺸﺨﺼﻲ ﺗﺰﺍاﻣﻨﺖ ﻣﻊ ﻭوﺻﻮﻝل ﺑﻦ ﻋﻠﻲ ﺍاﻟﻰ ﺍاﻟﺴﻠﻄﺔ‪.‬ﻗّﺮﺭر ﺃأﺣﺪ ﺃأﺻﺪﻗﺎﺋﻲ )ﺃأﺳﻮﺍاﻥن‬
‫ﻋﻴﯿﺴﺎﻭوﻱي( ﺃأﻧﻪ ﻳﺘﻮﺟﺐ ﻋﻠﻰ ﺍاﻷﻗﻞ ﺃأﻥن ﻳﻨﺠﻮ ﺃأﺣﺪﻧﺎ‪ ،٬‬ﺍاﺷﺘﻐﻞ ﻁطﻴﯿﻠﺔ ﻋﺎﻡم ﻛﺎﻣﻞ ﺑﻤﻐﺎﺯزﺓة ﺣﺘﻰ ﻳﻮﻓّﺮ ﻟﻲ ﺛﻤﻦ‬
‫ﺍاﻟﺘﺬﻛﺮﺓة ﺍاﻟﻰ ﺳﻮﻳﺴﺮﺍا‪.‬ﻓﻲ ﺛﺎﻟﺚ ﻳﻮﻡم ﻣﻦ ﻭوﺻﻮﻟﻲ ﺍاﻟﻰ ﺟﻨﻴﯿﻒ ﻭوﺟﺪﺕت ﻧﻔﺴﻲ ﺿﻤﻦ ﺟﻤﺎﻋﺔ ﺗﻨﺘﻤﻲ ﺍاﻟﻰ‬
‫ﻧﻔﺲ ﺍاﻟﺠﻴﯿﻞ ﻣﻦ ﺍاﻟﻴﯿﺴﺎﺭر ﺍاﻟﺘﻮﻧﺴﻲ‪ ،٬‬ﻛﺄﻧﻨﻲ ﻟﻢ ﺃأﻏﺎﺩدﺭر ﺗﻮﻧﺲ‪ ،٬‬ﺭرّﺑﻤﺎ ﻷﻥن ﺍاﻟﻤﺮء ﻻ ﻳﺴﺘﻄﻴﯿﻊ ﺃأﻥن ﻳﻜﻮﻥن ﺇإﻻ ّ ﻣﻊ ﻣﻦ‬
‫ﻳﺸﺒﻬﮭﮫﻪ ﺗﺪﺑﺮﻭوﺍا ﻟﻲ ﺷﻐﻼ ﻭوﺷﻘﺔ ﺃأﺳﻜﻦ ﻓﻴﯿﻬﮭﮫﺎ‪.‬‬

‫ﻗﻤﺎﺷﺔ ﻭوﻋﻠﺒﺔ ﺃأﻟﻮﺍاﻥن‪ ‬‬
‫ﻛﻨﺖ ﺃأﺗﺼﻮﺭر ﺃأﻥن ﺃأﺻﺒﺢ ﻛﺎﺗﺒﺔ ﻭوﻟﻜﻦ ﺍاﻟﻬﮭﮫﺠﺮﺓة ﻭوﺍاﻟﺘﻌﺎﻁطﻲ ﻣﻊ ﻟﻐﺎﺕت ﺃأﺧﺮﻯى‪ «...‬ﺗﺴﻜﺖ ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﻣﺘﻔﻜﺮﺓة ﺛﻢ‬
‫ﻲ ﺃأﻥن ﺃأﺷﺘﺮﻱي ﻗﻤﺎﺷﺔ ﻭوﻋﻠﺒﺔ‬
‫ﺗﺴﺘﻄﺮﺩد‪»:‬ﻛﻨﺖ ﺃأﺧﺮﺑﺶ ﻋﻠﻰ ﺍاﻷﻭوﺭرﺍاﻕق ﻗﺎﻝل ﻟﻲ ﺩدﻭوﻣﻴﯿﻨﻴﯿﻚ‪ ،٬‬ﺭرﻓﻴﯿﻖ ﺍاﻟﺪﺭرﺏب ﺃأﻧﻪ ﻋﻠ ّ‬
‫ﻤﺔ ﺃأﺩدﺭرﺍاﻥن ﻓﻲ ﺍاﻟﻜﻼﻡم‪.‬ﻣﻌﺎﻧﻲ ﺍاﻟﻜﻠﻤﺎﺕت ﺗﻔﻠﺖ ﺳﺮﻳﻌﺎ ﺭرﻏﻢ ﺛﺮﺍاء ﺍاﻟﻤﻌﺠﻢ ﺍاﻟﺬﻱي ﺃأﻣﻠﻜﻪ ﻭوﻗﺪﺭرﺗﻲ‬
‫ﺃأﻟﻮﺍاﻥن‪ ،٬‬ﺃأﻋﺘﻘﺪ ﺃأﻧﻪ ﺛ ّ‬
‫ﻋﻠﻰ ﺍاﻻﻗﻨﺎﻉع‪ ،٬‬ﻭوﻫﮬﮪھﻮ ﻣﻌﻄﻰ ﻣﺸﺘﺮﻙك‪ ،٬‬ﺇإﻻ ﺃأﻧﻨﻲ ﺃأﻋﺘﻘﺪ ﺃأﻥن ﺍاﻟﻠﻐﺔ ﻗﺪ ﺗﻨﺰﻟﻖ ﺑﻚ ﺍاﻟﻰ ﺍاﻟﺜﺮﺛﺮﺓة ﻟﻤﺠﺮﺩد ﻣﻞء ﺍاﻟﻔﺮﺍاﻍغ‪.‬‬
‫ﻟﻜﻲ ﺗﻘﺪﻡم ﻣﻌﻨﻰ ﺣﻘﻴﯿﻘﻴﯿﺎ ﻳﺠﺐ ﺃأﻥن ﺗﻌﻤﻞ ﻋﻠﻴﯿﻪ‪ ،٬‬ﻋﻨﺪﻣﺎ ﺃأﻣﺴﻜﺖ ﺑﺎﻟﺮﻳﺸﺔ ﻭوﺭرﺳﻤﺖ ﺃأﺣﺴﺴﺖ ﺑﺴﺤﺮ ﻣﺎ‬
‫ﻗﻤﺖ ﺑﻪ«‪.‬‬

‫ﻣﺎ ﺗﺮﺍاﻩه ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ‬

‫ﻫﮬﮪھﻨﺎﻙك ﻣﻦ ﺯزﻭوّﺍاﺭر ﺍاﻟﻤﻌﺮﺽض ﻣﻦ ﺻﺪﻡم ﻗﻠﻴﯿﻼ ﺑﺴﺒﺐ ﺃأﻥن ﺍاﻟﻤﻌﺮﺽض ﻻ ﻳﺤﺘﻮﻱي ﺍاﻻ ﻋﻠﻰ ﺻﻮﺭر ﻧﺴﺎء ﻭوﻫﮬﮪھﻨﺎﻙك ﻣﻦ ﻻﺣﻆ‬
‫ﺃأﻥن ﺍاﻷﻟﻮﺍاﻥن ﻗﺎﺗﻤﺔ‪»:‬ﻗﻠﺖ ﻟﻬﮭﮫﻢ ﻫﮬﮪھﻞ ﺍاﻷﺻﻔﺮ ﻭوﺍاﻷﺣﻤﺮ ﻗﺎﺗﻤﺎﻥن؟ ﺃأﻧﺎ ﺍاﺷﺘﻐﻞ ﻭوﺃأﻧﺠﺰ ﻟﻮﺣﺘﻲ‪ .‬ﻣﺎ ﺗﺮﺍاﻩه ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ‪ ،٬‬ﻫﮬﮪھﻮ‬
‫ﻣﺎ ﻳﺴﺘﻴﯿﻘﻆ ﻓﻲ ﺣﻮﺍاﺳﻚ«‪.‬ﺭرﻏﺒﺖ ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﺑﺸﺪﺓة ﻓﻲ ﺃأﻥن ﺗﻌﺮﺽض ﻓﻲ ﺗﻮﻧﺲ‪» ،٬‬ﻛﻮﻧﻲ ﻛﻲ ﺗﻜﻮﻥن ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة«‪ ،٬‬ﻫﮬﮪھﻮ‬
‫ﻋﻨﻮﺍاﻥن ﻣﻌﺮﺿﻬﮭﮫﺎ ﺑﺪﺍاﺭر ﺍاﻟﺜﻘﺎﻓﺔ ﺍاﺑﻦ ﺭرﺷﻴﯿﻖ )ﺍاﻓﺘﺘﺢ ﻳﻮﻡم ‪ 28‬ﻧﻮﻓﻤﺒﺮ ﻭوﻳﺘﻮﺍاﺻﻞ ﺍاﻟﻰ ﻏﺎﻳﺔ ‪ 16‬ﺩدﻳﺴﻤﺒﺮ ‪.(2014‬‬

‫ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺎﺕت ﻻ ﻧﺮﻯى ﺇإﻻ ّ ﻧﺴﺎء‪ ،٬‬ﺃأﺣﻴﯿﺎﻧﺎ ﺑﻌﻴﯿﻮﻥن ﻣﻐﻤﻀﺔ‪ ،٬‬ﺃأﺣﻴﯿﺎﻧﺎ ﺑﻌﻴﯿﻮﻥن ﻣﻔﺘﻮﺣﺔ ﻋﻠﻰ ﺍاﺗﺴﺎﻋﻬﮭﮫﺎ‪ ،٬‬ﻳﻐﻀﻀﻦ ﻣﻦ‬
‫ﺑﺼﺮﻫﮬﮪھﻦ ﺃأﺣﻴﯿﺎﻧﺎ‪ ،٬‬ﻭوﻟﻜﻦ ﺍاﻟﻼﻓﺖ ﺃأﻥن ﻋﻴﯿﻮﻥن ﺍاﻟﻨﺴﻮﺓة ﻳﻨﻈﺮﻥن ﺧﺎﺭرﺝج ﺍاﻹﻁطﺎﺭر ﺛﻤﺔ ﺑﻬﮭﮫﺠﺔ ﻓﻲ ﺍاﻷﺯزﻳﺎء ﻭوﻓﻲ ﺍاﻷﻟﻮﺍاﻥن‬
‫)ﺍاﻷﺣﻤﺮ ﻭوﺍاﻷﺯزﺭرﻕق ﻭوﺍاﻷﺻﻔﺮ( ﻭوﺛﻤﺔ ﺃأﻳﻀﺎ ﺍاﻟﺪﻛﻨﺔ ﻭوﺍاﻟﻌﺘﻤﺔ ﻭوﻟﻴﯿﻞ ﺍاﻷﻋﻤﺎﻕق ﺍاﻟﺪﺍاﺧﻠﻴﯿﺔ ﻻ ﺗﺤﺘﺎﺝج ﺍاﻟﻰ ﺍاﻷﻓﻜﺎﺭر ﺍاﻟﻰ ﻗﺮﺍاءﺓة‬
‫ﺍاﻟﻠﻮﺣﺎﺕت‪ ،٬‬ﻧﺤﺘﺎﺝج ﻓﻘﻂ ﺍاﻟﻰ ﺍاﻹﺣﺴﺎﺱس ﺍاﻟﻜﺜﻴﯿﻒ ﺑﺤﺮﻛﺔ ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة ﺍاﻟﺒﺴﻴﯿﻄﺔ‪ ،٬‬ﺍاﻟﻤﺘﻮﺍاﺿﻌﺔ ﻭوﺍاﻟﺴﺮﻳﺔ‪ ،٬‬ﺍاﻟﺘﻲ ﺗﺴﺮﻱي‬
‫ﻣﻦ ﺧﻠﻒ ﻭوﺿﻌﻴﯿﺎﺕت ﻧﺴﺎء ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﻣﺤﻤﺪ »ﺍاﻟﺠﺎﻣﺪﺓة«‪ ،٬‬ﺍاﻭو ﺍاﻟﺘﻲ ﺗﻮﻫﮬﮪھﻢ ﺑﻜﻮﻧﻬﮭﮫﺎ ﺟﺎﻣﺪﺓة‪.‬ﺗﻨّﺒﻪ ﺍاﻟﻜﺘﺎﺑﺔ ﻭوﺍاﻟﻔﻨﺎﻧﺔ‬
‫ﺍاﻟﺴﻮﻳﺴﺮﻳﺔ ﻫﮬﮪھﺎﻳﻜﻪ ﻓﻴﯿﺪﻟﺮ ﻓﻲ ﻣﻘﺎﻝل ﻟﻬﮭﮫﺎ ﻋﻦ ﻣﻌﺮﺽض ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﻣﺤﻤﺪ‪ ،٬‬ﺍاﻟﻰ ﺿﺮﻭوﺭرﺓة ﻋﺪﻡم ﺍاﻹﻧﺨﺪﺍاﻉع ﺑﻮﺿﻌﻴﯿﺔ‬
‫ﻥن ﺍاﻷﺫذﺭرﻉع‬
‫ﻥن ﻭوﺿﻌﻴﯿﺘﻬﮭﮫﻦ ﺗﻠﻚ »ﻟﻴﯿﺴﺖ ﺃأﺑﺪﺍا ﺻﻮﺭرﺓة ﻋﻦ ﺳﻠﺒﻴﯿﺔ ﻣﺎ‪ ،٬‬ﻛﻤﺎ ﺍا ّ‬
‫ﺍاﻟﺠﻠﻮﺱس ﺍاﻟﻐﺎﻟﺒﺔ ﻋﻠﻰ ﻧﺴﺎء ﺍاﻟﻠﻮﺣﺎﺕت‪ ،٬‬ﻷ ّ‬
‫ﻥن ﻛﻞ ﻟﻮﺣﺔ ﺗﻤﻮﺝج ﺑﺎﻟﺤﻴﯿﺎﺓة ﺑﺴﺒﺐ‬
‫ﺍاﻟﻤﺘﺸﺎﺑﻜﺔ ﺍاﻭو ﺍاﻟﻤﺴﺘﺮﺧﻴﯿﺔ ﻟﻴﯿﺴﺖ ﻋﻼﻣﺔ ﺍاﺳﺘﺴﻼﻡم‪ ،٬‬ﻋﻠﻰ ﺍاﻟﻌﻜﺲ‪ ،٬‬ﻓﺈ ّ‬
‫ﺣﻴﯿﻮﻳﺔ ﺿﺮﺑﺎﺕت ﺍاﻟﺮﻳﺸﺔ ﺍاﻟﺘﻲ ﺗﺠﻌﻞ ﻧﻈﺮﺗﻨﺎ ﻣﺘﺤﺮﻛﺔ‪ ،٬‬ﻓﻲ ﻫﮬﮪھﺬﺍا ﺍاﻟﻔﻀﺎء ﺍاﻟﺒﻴﯿﻨﻲ‪ ،٬‬ﺑﻴﯿﻦ ﺍاﻟﺤﺮﻛﺔ ﻭوﺍاﻟﺴﻜﻮﻥن‪ ،٬‬ﻳﻜﻤﻦ‬
‫ﻞ ﻭوﺍاﺣﺪﺓة ﻣﻦ ﺃأﻭوﻟﺌﻚ ﺍاﻟﻨﺴﻮﺓة‪ ،٬‬ﺗﺒﺪﻭو ﻛﻤﺎ ﻟﻮ ﺃأّﻧﻬﮭﮫﺎ ﻓﻲ ﻣﻮﻗﻒ ﺍاﻧﺘﻈﺎﺭر‪ ،٬‬ﻭوﺍاﺳﺘﻌﺪﺍاﺩد‬
‫ﻥن ﻛ ّ‬
‫ﺔ‪.‬ﻟﺬﻟﻚ‪ ،٬‬ﻓﺈ ّ‬
‫ﻋ ُ‬
‫ﺪ َ‬
‫ﺍاﻟﻬﮭﮫﺪﻭوء ﻭوﺍاﻟ ّ‬
‫ﻷﻓﻌﺎﻝل ﻣﺤﺘﻤﻠﺔ‪ ،٬‬ﻟﻴﯿﺲ ﺻﺪﻓﺔ‪ ،٬‬ﺍاﻥنّ ﻟﻌﺒﺔ ﺍاﻟﻀﻮء ﺗﺸﺮﻕق ﻋﻠﻰ ﺍاﻷﺫذﺭرﻉع ﻭوﻋﻠﻰ ﺍاﻷﻳﺎﺩدﻱي‪ ،٬‬ﺃأﺩدﻭوﺍاﺕت ﺍاﻹﻧﺴﺎﻥن‪ ،٬‬ﺑﺎﻣﺘﻴﯿﺎﺯز‪،٬‬‬
‫ﻟﻠﻔﻌﻞ ﺍاﻟﻤﻠﻤﻮﺱس‪.«..‬ﺗﻨﺘﺒﻪ ﺣﺴﺎﺳﻴﯿﺔ ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﻣﺤﻤﺪ ﺇإﻟﻰ ﺍاﻟﺘﻔﺎﺻﻴﯿﻞ ﺍاﻟﺼﻐﻴﯿﺮﺓة‪ .‬ﻭوﻣﺜﻠﻤﺎ ﺗﺬﻫﮬﮪھﺐ ﺍاﻟﻰ ﺍاﻟﻤﻔﺎﻫﮬﮪھﻴﯿﻢ‬
‫ﺍاﻟﻤﺠّﺮﺩدﺓة ﻛﺄﻥن ﺗﺴﺘﺸﻬﮭﮫﺪ ﻓﻲ ﺣﺪﻳﺜﻬﮭﮫﺎ ﺑﺠﻴﯿﻞ ﺩدﻭوﻟﻮﺯز ﺃأﻭو ﺑﻤﺎﺭرﻟﻮ ﺑﻮﻧﺘﻲ‪ ،٬‬ﺗﺬﻫﮬﮪھﺐ ﺍاﻳﻀﺎ ﺍاﻟﻰ ﺍاﻟﻤﻼﺣﻈﺔ ﺍاﻟﺤﻴﯿﺔ ﻭوﺗﻌّﻠﻖ‬
‫ﻭوﺗﺤﻠﻞ ﺭرّﺩدﺍاﺕت ﻓﻌﻞ ﺯزّﻭوﺍاﺭر ﻣﻌﺮﺿﻬﮭﮫﺎ‪» :‬ﻗﺎﻟﺖ ﻟﻲ ﺍاﺣﺪﻯى ﺍاﻟﺰﺍاﺋﺮﺍاﺕت ﻟﻢ ﺃأﺟﺊ ﺇإﻟﻰ ﺍاﻟﻤﻌﺮﺽض ﻷﺭرﻯى ﻣﺎ ﻳﺸﺒﻪ ﺟﺪﺗﻲ!‬
‫ﻗﻠﺖ ﻟﻬﮭﮫﺎ ﻟﻤﺎﺫذﺍا ﻧﺨﺎﻑف ﻣﻦ ﺍاﻷﺷﻴﯿﺎء ﺍاﻟﺘﻲ ﻧﻌﺮﻓﻬﮭﮫﺎ؟«‪.‬‬

‫ﻋﻦ ﺃأﻭوﻟﺌﻚ ﺍاﻟﺬﻳﻦ ﺳﺒﻘﻮﻧﺎ‬

‫ﻭوﺗﺴﺘﻄﺮﺩد ﻗﺎ ﺋﻠﺔ‪» :‬ﻧﺤﻦ ﻣﻤﺘﻠﺌﻮﻥن ﺑﺎﻟﺬﻳﻦ ﺃأﺑﺪﻋﻮﺍا ﻗﺒﻠﻨﺎ‪ ،٬‬ﻣﻦ ﺳﺒﻘﻨﻲ ﻣﻦ ﺍاﻟﺮﺳﺎﻣﻴﯿﻦ ﻳﻌﻤﻠﻮﻥن ﺩدﺍاﺧﻞ ﺍاﻟﺬﺍاﻛﺮﺓة‬
‫ﺩدﻭوﻥن ﻭوﻋﻲ‪ ،٬‬ﻳﻐﻨﻮﻥن ﻣﻌﻲ‪ ،٬‬ﻳﺰﻭوﺭرﻭوﻧﻨﻲ ﻭوﺃأﺣﻴﯿﺎﻧﺎ ﻳﺘﺮﻛﻮﻥن ﻫﮬﮪھﺒﺔ ﻣﺎ‪ .‬ﺃأﻧﺖ ﺗﻮﺍاﺻﻞ ﺗﻘﻠﻴﯿﺪﺍا ﺗﺸﻜﻴﯿﻠﻴﯿﺎ ﻣﺎ‪ .‬ﺍاﻣﺎ ﻋﻦ ﻧﺴﺎء‬
‫ﺍاﻟﻠﻮﺣﺎﺕت ﻓﻬﮭﮫﻦ ﻳﺸﺒﻬﮭﮫﻦ ﺍاﻟﺘﻮﻧﺴﻴﯿﺎﺕت ﻭوﻟﻜّﻨﻬﮭﮫﻦ ﻳﻨﺘﻤﻴﯿﻦ ﺃأﻳﻀﺎ ﺍاﻟﻰ ﺍاﻟﺬﺍاﻛﺮﺓة ﺍاﻟﺠﻤﺎﻋﻴﯿﺔ‪.‬ﻧﺴﺎ ﺋﻲ ﻳﺸﺒﻬﮭﮫﻦ ﺃأﻳﻀﺎ‬
‫ﺍاﻟﻼﺟﺌﺎﺕت ﺍاﻟﺴﻮﺭرﻳﺎﺕت ﻭوﺍاﻟﻴﯿﺰﻳﺪﻳﺎﺕت ﺍاﻟﻬﮭﮫﺎﺭرﺑﺎﺕت ﻣﻦ ﻣﻤﺎﺭرﺳﺎﺕت ﺧﻠﻨﺎ ﺃأﻧﻬﮭﮫﺎ ﺍاﻧﺪﺛﺮﺕت ﻛﺄﻧﻬﮭﮫﻦ ﺧﺎﺭرﺝج ﺯزﻣﺎﻧﻨﺎ‪ ،٬‬ﻗﺪ ﻳﻜﻦ ﺃأﻳﻀﺎ‬
‫ﻣﻜﺴﻴﯿﻜﻴﯿﺎﺕت ﺍاﻭو ﻳﻮﻏﺴﻼﻓﻴﯿﺎﺕت‪ ،٬‬ﻳﻨﺘﻤﻴﯿﻦ ﺍاﻟﻰ »ﺑﺎﻗﻲ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻢ«‪.‬ﺣﻀﺮﺕت ﻣﺮﺓة ﻓﻲ ﻓﺮﻧﺴﺎ ﺩدﻭوﺭرﺓة ﻓﻲ ﻛﺮﺓة ﺍاﻟﻘﺪﻡم‬
‫ﺗﺤﻤﻞ ﺍاﻟﻌﻨﻮﺍاﻥن ﺍاﻟﺼﺎﺩدﻡم ﻭوﺍاﻟﻌﻨﻴﯿﻒ ﺍاﻟﺘﺎﻟﻲ‪» :‬ﻓﺮﻧﺴﺎ ﻭوﺑﺎﻗﻲ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻢ«‪ ،٬‬ﻛﺄﻧﻬﮭﮫﻢ ﻧﺴﻮﺍا ﺃأﻥن ﺑﺎﻗﻲ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻢ ﻫﮬﮪھﻮ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻢ‪.‬‬
‫ﻧﺴﺎ ﺋﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺍاﺗﻲ ﻳﻨﺘﻤﻴﯿﻦ ﺍاﻟﻰ ﺑﺎﻗﻲ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻢ ﻳﺠﺌﻦ ﻟﻮﺣﺪﻫﮬﮪھﻦ‪ ،٬‬ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ ﻟﻴﯿﺴﺖ ﺍاﻟﻨﺴﺎء‪ .‬ﻫﮬﮪھﻲ ﻣﺒﻨﻴﯿﺔ ﻋﻠﻰ ﺍاﻟﻨﺴﺎء‪،٬‬‬
‫ﻧﻨﺴﻰ ﺃأﺣﻴﯿﺎﻧﺎ ﺍاﻥن ﺍاﻟﺼﻮﺭرﺓة ﺍاﻟﻤﻤﺎﺛﻠﺔ ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ ﻗﺪ ﺗﻜﻮﻥن ﻣﻜﻴﯿﺪﺓة‪.‬ﻓﻲ ﻛﻞّ ﻟﻮﺣﺔ ﺗﺠﺪ ﻋﺸﺮﻳﻦ ﻟﻮﺣﺔ ﺃأﺧﺮﻯى‬
‫ﻋﻠﻰ ﺍاﻷﻗﻞ‪ ،٬‬ﻭوﻣﺎ ﻳﻬﮭﮫﻢّ ﻣﻊ ﻧﺴﺎ ﺋﻲ ﻫﮬﮪھﻮ ﺧﺒﺮﺗﻬﮭﮫﻦ ﻓﻲ ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة‪ ،٬‬ﻭوﻣﺎ ﻋﺎﺷﻮﻩه ﻗﺒﻞ ﻅظﻬﮭﮫﻮﺭرﻫﮬﮪھﻦ ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ‪ ،٬‬ﻻ ﺃأﻋﺪﻭو‬
‫ﻥن ﺃأﻛﻮﻥن ﺃأﺩدﺍاﺓة ﻅظﻬﮭﮫﻮﺭرﻫﮬﮪھﻦ‪ .‬ﻭوﻟﻴﯿﺲ ﺍاﻟﻤﻬﮭﮫﻢ ﺇإﻁطﺎﺭر ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ ﺑﻞ ﻋﻤﻘﻬﮭﮫﺎ ﺍاﻟﺬﻱي ﻳﺪﻓﻊ ﺑﺎﻟﻨﺴﺎء ﺧﺎﺭرﺝج ﺍاﻹﻁطﺎﺭر ﺍاﻟﺬﻱي‬
‫ﺇإﻻ ّ ﺃأ ّ‬
‫ﻳﺤﺼﺮﻫﮬﮪھﻦ ﻓﻲ ﻟﺤﻈﺔ ﻣﺎ‪ ،٬‬ﻟﻬﮭﮫﺎ ﻣﺎ ﻗﺒﻠﻬﮭﮫﺎ ﻭوﻣﺎ ﺑﻌﺪﻫﮬﮪھﺎ«‪.‬‬

‫ﺍاﻟﻔﻦ ﻭوﺍاﻟﺴﻮﻕق‪ ..‬ﺍاﻻﺯزﻋﺎﺝج‬

‫ﺍاﺧﺘﺎﺭرﺕت ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﻣﺤﻤﺪ ‪ 12‬ﻟﻮﺣﺔ ﻣﻦ ﺑﻴﯿﻦ ﻗﺮﺍاﺑﺔ ‪ 400‬ﻟﻮﺣﺔ ﺭرﺳﻤﺘﻬﮭﮫﺎ ﻓﻲ ﺟﻨﻴﯿﻒ‪ ،٬‬ﻳﺠﻤﻊ ﻣﺎ ﺑﻴﯿﻨﻬﮭﮫﺎ ﺭرﻏﻢ ﺍاﺧﺘﻼﻑف‬
‫ﺍاﻟﺘﻔﺎﺻﻴﯿﻞ »ﺣﻀﻮﺭر ﺍاﻟﻤﺮﺃأﺓة ﻛﺒﺪﺍاﻳﺔ ﻟﺘﺸﻜﻴﯿﻞ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺔ‪ ،٬‬ﻟﻜﻨﻬﮭﮫﺎ ﻓﻲ ﺍاﻟﺤﻘﻴﯿﻘﺔ ﺃأﻛﺜﺮ ﻣﻦ ﺫذﻟﻚ‪ ،٬‬ﻓﺎﻟﻤﺮﺃأﺓة ﻓﻲ ﻫﮬﮪھﺬﻩه‬
‫ﺍاﻟﻠﻮﺣﺎﺕت ﻟﻴﯿﺴﺖ ﻋﻨﻮﺍاﻧﺎ ﻭوﻻ ﻫﮬﮪھﺪﻓﺎ ﻟﻠﻌﻤﻞ ﺑﻘﺪﺭر ﻣﺎ ﻫﮬﮪھﻲ ﻧﺎﻓﺬﺓة ﻋﻠﻰ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻢ ﻭوﻋﻠﻰ ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة ﻓﻬﮭﮫﻲ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻢ ﻭوﻫﮬﮪھﻲ‬
‫ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة«‪.‬ﻋﻦ ﺍاﻹﺑﺪﺍاﻉع ﺗﻘﻮﻝل ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﺃأّﻧﻪ »ﻟﻢ ﻳﺠﻌﻞ ﻟﺰﺧﺮﻓﺔ ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة‪ ،٬‬ﺑﻞ ﻫﮬﮪھﻮ ﺟﺰء ﻣﻦ ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة‪ ،٬‬ﻟﺬﻟﻚ ﺍاﺧﺘﺮﺕت ﺍاﻥن‬
‫ﻳﻜﻮﻥن ﻋﻨﻮﺍاﻥن ﺍاﻟﻤﻌﺮﺽض »ﻛﻮﻧﻲ ﻛﻲ ﺗﻜﻮﻥن ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة«‪.‬ﻭوﺗﻀﻴﯿﻒ‪» :‬ﻳﺰﻋﺠﻨﻲ ﺃأﻥن ﻳﺘﻮﺍاءﻡم ﺍاﻟﻔﻦ ﻣﻊ ﻗﻴﯿﻢ ﺍاﻟﺴﻮﻕق‬
‫ﻭوﻳﺘﺤﻮﻝل‬
‫ﻒ ﻣﻦ ﻟﻮﺣﺎﺗﻬﮭﮫﺎ ﻫﮬﮪھﻮ ﺿﻮء ﺗﻮﻧﺲ‪ ،٬‬ﻛﺄﻧّﻬﮭﮫﺎ ﻻ ﺗﺰﺍاﻝل ﻫﮬﮪھﻨﺎ‪ ،٬‬ﺃأﺳﺄﻟﻬﮭﮫﺎ ﻣﺎﺫذﺍا‬
‫ﻥن ﺍاﻟﻀﻮء ﺍاﻟﺬﻱي ﻳﺸ ّ‬
‫ﺍاﻟﻰ ﺯزﺧﺮﻑف«‪.‬ﺃأﻻﺣﻆ ﻟﻬﮭﮫﺎ ﺃأ ّ‬
‫ﻋﻦ ﺿﻮء ﺟﻨﻴﯿﻒ؟ﺗﻘﻮﻝل ﺍاﻥن »ﺍاﻟﻀﻮء ﻫﮬﮪھﻨﺎﻙك ﻧﻘﻲ ﻭوﺻﺎﻑف‪ ،٬‬ﻓﻲ ﺍاﻟﺸﺘﺎء ﻳﻐﻴﯿﺐ‪ ،٬‬ﻭوﺗﺒﺪﺃأ ﻟﻴﯿﺎﻟﻲ ﺍاﻟﺼﻴﯿﻒ ﻋﻨﺪﻧﺎ ﻓﻲ‬
‫ﺍاﻟﺘﺎﺳﻌﺔ ﻣﺴﺎء‪ .‬ﻭوﻫﮬﮪھﻨﺎ ﺍاﻟﻀﻮء ﻣﺒﻬﮭﮫﺮ‪ .‬ﻭوﺳﺄﺟﺮﺏب ﺃأﻥن ﺃأﺭرﺳﻢ ﻓﻲ ﺗﻮﻧﺲ ﻷﺭرﻯى ﻛﻴﯿﻒ ﺳﺄﺗﻌﺎﻣﻞ ﻣﻊ ﺿﻮء ﺑﻠﺪﻱي«‪.‬‬

‫ﻛﻤﺎﻝل ﻫﮬﮪھﻼﻟﻲ‬

‫ﺑﻌﻴﯿﻮﻥن ﻣﻐﻤﻀﺔ‪ ...‬ﻣﻔﺘﻮﺣﺔ‬

‫ﻓﻲ ﺍاﻟﻠﻮﺣﺎﺕت ﻻ ﻧﺮﻯى ﺇإﻻ ّ ﻧﺴﺎء‪ ،٬‬ﺃأﺣﻴﯿﺎﻧﺎ ﺑﻌﻴﯿﻮﻥن ﻣﻐﻤﻀﺔ‪ ،٬‬ﺃأﺣﻴﯿﺎﻧﺎ ﺑﻌﻴﯿﻮﻥن ﻣﻔﺘﻮﺣﺔ ﻋﻠﻰ ﺍاﺗﺴﺎﻋﻬﮭﮫﺎ‪ ،٬‬ﻳﻐﻀﻀﻦ ﻣﻦ‬
‫ﺑﺼﺮﻫﮬﮪھﻦ ﺃأﺣﻴﯿﺎﻧﺎ‪ ،٬‬ﻭوﻟﻜﻦ ﺍاﻟﻼﻓﺖ ﺃأﻥن ﻋﻴﯿﻮﻥن ﺍاﻟﻨﺴﻮﺓة ﻳﻨﻈﺮﻥن ﺧﺎﺭرﺝج ﺍاﻹﻁطﺎﺭر ﺛﻤﺔ ﺑﻬﮭﮫﺠﺔ ﻓﻲ ﺍاﻷﺯزﻳﺎء ﻭوﻓﻲ ﺍاﻷﻟﻮﺍاﻥن‬
‫)ﺍاﻷﺣﻤﺮ ﻭوﺍاﻷﺯزﺭرﻕق ﻭوﺍاﻷﺻﻔﺮ( ﻭوﺛﻤﺔ ﺃأﻳﻀﺎ ﺍاﻟﺪﻛﻨﺔ ﻭوﺍاﻟﻌﺘﻤﺔ ﻭوﻟﻴﯿﻞ ﺍاﻷﻋﻤﺎﻕق ﺍاﻟﺪﺍاﺧﻠﻴﯿﺔ ﻻ ﺗﺤﺘﺎﺝج ﺍاﻟﻰ ﺍاﻷﻓﻜﺎﺭر ﺍاﻟﻰ ﻗﺮﺍاءﺓة‬
‫ﺍاﻟﻠﻮﺣﺎﺕت‪ ،٬‬ﻧﺤﺘﺎﺝج ﻓﻘﻂ ﺍاﻟﻰ ﺍاﻹﺣﺴﺎﺱس ﺍاﻟﻜﺜﻴﯿﻒ ﺑﺤﺮﻛﺔ ﺍاﻟﺤﻴﯿﺎﺓة ﺍاﻟﺒﺴﻴﯿﻄﺔ‪ ،٬‬ﺍاﻟﻤﺘﻮﺍاﺿﻌﺔ ﻭوﺍاﻟﺴﺮﻳﺔ‪ ،٬‬ﺍاﻟﺘﻲ ﺗﺴﺮﻱي‬
‫‪Mounira‬ﺪ »ﺍاﻟﺠﺎﻣﺪﺓة«‪ ،٬‬ﺍاﻭو ﺍاﻟﺘﻲ ﺗﻮﻫﮬﮪھﻢ ﺑﻜﻮﻧﻬﮭﮫﺎ ﺟﺎﻣﺪﺓة‪.‬ﺗﻨّﺒﻪ ﺍاﻟﻜﺘﺎﺑﺔ ﻭوﺍاﻟﻔﻨﺎﻧﺔ‬
‫‪Mohamed‬ﻴﯿﺮﺓة ﻣﺤﻤ‬
‫‪portfolio‬ﺕت‪ -‬ﻧﺴﺎء ﻣﻨ‬
‫‪page‬ﻠ ‪-‬ﻒ ﻭوﺿﻌﻴﯿﺎ‬
‫‪33‬ﻦ ﺧ‬
‫ﻣ‬
‫ﺍاﻟﺴﻮﻳﺴﺮﻳﺔ ﻫﮬﮪھﺎﻳﻜﻪ ﻓﻴﯿﺪﻟﺮ ﻓﻲ ﻣﻘﺎﻝل ﻟﻬﮭﮫﺎ ﻋﻦ ﻣﻌﺮﺽض ﻣﻨﻴﯿﺮﺓة ﻣﺤﻤﺪ‪ ،٬‬ﺍاﻟﻰ ﺿﺮﻭوﺭرﺓة ﻋﺪﻡم ﺍاﻹﻧﺨﺪﺍاﻉع ﺑﻮﺿﻌﻴﯿﺔ‬
‫ﻥن ﺍاﻷﺫذﺭرﻉع‬
‫ﻥن ﻭوﺿﻌﻴﯿﺘﻬﮭﮫﻦ ﺗﻠﻚ »ﻟﻴﯿﺴﺖ ﺃأﺑﺪﺍا ﺻﻮﺭرﺓة ﻋﻦ ﺳﻠﺒﻴﯿﺔ ﻣﺎ‪ ،٬‬ﻛﻤﺎ ﺍا ّ‬
‫ﺍاﻟﺠﻠﻮﺱس ﺍاﻟﻐﺎﻟﺒﺔ ﻋﻠﻰ ﻧﺴﺎء ﺍاﻟﻠﻮﺣﺎﺕت‪ ،٬‬ﻷ ّ‬
‫ﻥن ﻛﻞ ﻟﻮﺣﺔ ﺗﻤﻮﺝج ﺑﺎﻟﺤﻴﯿﺎﺓة ﺑﺴﺒﺐ‬
‫ﺍاﻟﻤﺘﺸﺎﺑﻜﺔ ﺍاﻭو ﺍاﻟﻤﺴﺘﺮﺧﻴﯿﺔ ﻟﻴﯿﺴﺖ ﻋﻼﻣﺔ ﺍاﺳﺘﺴﻼﻡم‪ ،٬‬ﻋﻠﻰ ﺍاﻟﻌﻜﺲ‪ ،٬‬ﻓﺈ ّ‬

‫‪Mounira Mohamed - portfolio - page 32‬‬

‫‪ ‬‬
‫‪ ‬‬
‫‪ ‬‬

‫‪presse / web‬‬

‫ﺛﻘﺎﻓﺔ ›‬

‫‪presse / web‬‬

‫ﺛﻘﺎﻓﺔ ›‬
‫ﺍاﻟﺻﻔﺣﺔ ﺍاﻟﺭرﺋﻳﯾﺳﻳﯾﺔ‬

‫ﺛﻘﺎﻓﺔ ›‬

‫ﺍاﻟﺭرﺳﺎﻣﺔ ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد‪ :‬ﻋﻠﻰ ﺍاﻟﻔﻧﺎﻥن ﺃأﻥن ﻳﯾﻧﻘﻝل ﺻﻭوﺕت ﻣﻥن ﻻ ﺻﻭوﺕت ﻟﻬﮭﻡم‬
‫ّ‬

‫ﻘﺎﻓﺔ‬

‫‪2014‬ﺻﻭوﺕت ﻣﻥن ﻻ ﺻﻭوﺕت ﻟﻬﮭﻡم‬
‫ﺍاﻟﻔﻧﺎﻥن ﺃأﻥن ﻳﯾﻧﻘﻝل‬
‫‪ 23‬ﻋﻠﻰ‬
‫ﻓﻲﻣﺣﻣﺩد‪:‬‬
‫ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة‬
‫)‪(12:44‬ﺳﺎﻣﺔ‬
‫ﺍاﻟﺭر‬
‫ﺩدﻳﯾﺳﻣﺑﺭر‬
‫ﻧﺷﺭر‬
‫ّ‬

‫)‪ (12:44‬ﻧﺷﺭر ﻓﻲ ‪ 23‬ﺩدﻳﯾﺳﻣﺑﺭر ‪2014‬‬

‫ﻗﺻﺔ ﺗﺎﺭرﻳﯾﺦ ﻣﻭوﺟﻭوﻉع ﻟﻠﺷﻌﻭوﺏب‬
‫ﺫذﺍاﻛﺭرﺗﻧﺎ ﺍاﻟﺟﻣﺎﻋﻳﯾﺔ ﻟﻳﯾﺳﺕت ّﺇإﻻ ّ‬
‫ﻫﮬﮪھﻧﺎﻙك ﺍاﻟﻐﺭرﺏب ﻭوﺑﻘﻳﯾﺔ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻡم ﻭوﻫﮬﮪھﻭو ﻋﺎﻟﻡم ﻣﻭوﺟﻭوﻉع‪ ،٬‬ﺑﺷﻊ‬
‫ﺍاﻟﺻﻔﺣﺔ ﺍاﻟﺭرﺋﻳﯾﺳﻳﯾﺔ‬

‫ﺍاﻟﺻﻔﺣﺔ ﺍاﻟﺭرﺋﻳﯾﺳﻳﯾﺔ‬

‫ﺛﻘﺎﻓﺔ‬

‫ﺛﻘﺎﻓﺔ‬

‫ﻗﺻﺔ ﺗﺎﺭرﻳﯾﺦ ﻣﻭوﺟﻭوﻉع ﻟﻠﺷﻌﻭوﺏب‬
‫ﺫذﺍاﻛﺭرﺗﻧﺎ ﺍاﻟﺟﻣﺎﻋﻳﯾﺔ ﻟﻳﯾﺳﺕت ّﺇإﻻ ّ‬
‫ﻫﮬﮪھﻧﺎﻙك ﺍاﻟﻐﺭرﺏب ﻭوﺑﻘﻳﯾﺔ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻡم ﻭوﻫﮬﮪھﻭو ﻋﺎﻟﻡم ﻣﻭوﺟﻭوﻉع‪ ،٬‬ﺑﺷﻊ‬

‫ﻗﺻﺔ ﺗﺎﺭرﻳﯾﺦ ﻣﻭوﺟﻭوﻉع ﻟﻠﺷﻌﻭوﺏب‬
‫ﺫذﺍاﻛﺭرﺗﻧﺎ ﺍاﻟﺟﻣﺎﻋﻳﯾﺔ ﻟﻳﯾﺳﺕت ّﺇإﻻ ّ‬
‫ﻣﻘﻳﯾﻣﺔ ﻓﻲ ﺳﻭوﻳﯾﺳﺭرﺍا ﻣﻌﺭرﺿﺎ ﺗﺷﻛﻳﯾﻠﻳﯾﺎ ﺍاﺣﺗﺿﺗﻧﻪﮫ ﺩدﺍاﺭر ﺍاﻟﺛﻘﺎﻓﺔ ﺍاﺑﻥن‬
‫ﺭرﺳﺎﻣﺔ ﺗﻭوﻧﺳﻳﯾﺔ‬
‫ﻣﺣﻣﺩد‪،٬‬‬
‫ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة‬
‫ﺍاﻟﻐﺭرﺏبﺍاﻟﻔﻧﺎﻧﺔ‬
‫ﻫﮬﮪھﻧﺎﻙك ﻗﺩدّﻣﺕت‬
‫ﻣﻭوﺟﻭوﻉع‪ ،٬‬ﺑﺷﻊ‬
‫ﻭوﻫﮬﮪھﻲﻋﺎﻟﻡم‬
‫ﻭوﻫﮬﮪھﻭو‬
‫ﺍاﻟﻌﺎﻟﻡم‬
‫ﻭوﺑﻘﻳﯾﺔ‬

‫ﺭرﺷﻳﯾﻕق ﻣﻥن ‪ 18‬ﻧﻭوﻓﻣﺑﺭر ﺍاﻟﻰ ‪ 16‬ﺩدﻳﯾﺳﻣﺑﺭر‪ ،٬‬ﻭوﻳﯾﺿ ّﻡم ﺍاﻟﻣﻌﺭرﺽض ﺍاﻟﺫذﻱي ﻳﯾﺣﻣﻝل ﻋﻧﻭوﺍاﻥن »ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻲ ﺗﻛﻭوﻥن ﺍاﻟﺣﻳﯾﺎﺓة« ‪12‬‬
‫ﻟﻭوﺣﺔ ﺗﻣﺣﻭوﺭرﺕت ﺣﻭوﻝل ﺗﻳﯾﻣﺔ »ﺣﺿﻭوﺭر ﺍاﻟﻣﺭرﺃأﺓة« ﻓﻲ ﺍاﻟﻔﺿﺎء ﺍاﻟﻌﺎﻡم ﻭوﺍاﻟﺧﺎﺹص‪ .‬ﻭوﺟﺎء ﺍاﻟﻣﻌﺭرﺽض ﻣﻭوﺯزﻭوﻧﺎ ﺑﺈﻳﯾﻘﺎﻋﺎﺕت‬
‫ﺗﺷﻛﻳﯾﻠﻳﯾﺎﻛﻣﺎ ﺍاﻟﺧﻳﯾﺑﺔ‬
‫ﻣﻌﺭرﺿﺎﻭوﺍاﻟﺣﺯزﻥن‪،٬‬‬
‫ﺍاﻹﻧﺳﺎﻧﻳﯾﺔ‪ :‬ﺍاﻟﻔﺭرﺡح‬
‫ﻋﻼﻗﺔ‬
‫ﺃأﺧﺭرﻯى ﺫذﺍاﺕت‬
‫ﺍاﻟﺟﻣﺎﻋﻳﯾﺔ‬
‫ﺍاﻟﺫذﺍاﻛﺭرﺓة‬
‫ﻗﺩدّﻣﺕت ﻣﻥن‬
‫ﻭوﺍاﻟﻣﺄﺳﺎﺓةﺍاﻟﺛﻘﺎﻓﺔ ﺍاﺑﻥن‬
‫ﺍاﺣﺗﺿﺗﻧﻪﮫ ﺩدﺍاﺭر‬
‫ﺑﺎﻟﻣﺷﺎﻋﺭرﺳﻭوﻳﯾﺳﺭرﺍا‬
‫ﻣﻘﻳﯾﻣﺔ ﻓﻲ‬
‫ﺗﻭوﻧﺳﻳﯾﺔ‬
‫ﻭوﺑﺈﻳﯾﻘﺎﻋﺎﺕتﺭرﺳﺎﻣﺔ‬
‫ﻣﺣﻣﺩد‪ ،٬‬ﻭوﻫﮬﮪھﻲ‬
‫ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة‬
‫ﺍاﻟﻔﻧﺎﻧﺔ‬
‫ﻋﻥن‬
‫ّﺛﺗﻧﺎ‬
‫ﺩد‬
‫ﺣ‬
‫ﺍاﻟﺗﻲ‬
‫ﻣﺣﻣﺩد‬
‫ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة‬
‫ﺑﺎﻟﻔﻧﺎﻧﺔ‬
‫ﻟﻘﺎء‬
‫ﺟﻣﻌﻧﺎ‬
‫ﻭوﻗﺩد‬
‫ﺍاﻹﻧﺗﻅظﺎﺭر‪.‬‬
‫ﺭرﺷﻳﯾﻕق ﺃأﻭو‬
‫ﻟﻠﻌﺎﻟﻡم‬
‫ﻧﻅظﺭرﺗﻬﮭﺎ‬
‫ﻭوﻋﻥن‬
‫ﺍاﻟﻔﻧﻲ‬
‫ﻣﺷﻭوﺍاﺭرﻫﮬﮪھﺎ‬
‫ﻣﻥن‬
‫ﺃأﻭوﺟﻪﮫ‬
‫ﻧﻭوﻓﻣﺑﺭر ﺍاﻟﻰ ‪ 16‬ﺩدﻳﯾﺳﻣﺑﺭر‪ ،٬‬ﻭوﻳﯾﺿ ّﻡم ﺍاﻟﻣﻌﺭرﺽض ﺍاﻟﺫذﻱي ﻳﯾﺣﻣﻝل ﻋﻧﻭوﺍاﻥن »ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻲ ﺗﻛﻭوﻥن ﺍاﻟﺣﻳﯾﺎﺓة« ‪12‬‬
‫ﻣﻥن ‪18‬‬
‫ﺍاﻟﺛﻘﺎﻓﺔ ﺍاﺑﻥن‬
‫ﺩدﺍاﺭر‬
‫ﺭرﺿﺎ ﺗﺷﻛﻳﯾﻠﻳﯾﺎ ﺍاﺣﺗﺿﺗﻧﻪﮫ‬
‫ﺍاﻟﺫذﻱي ﻧﻌﻳﯾﺵش ﻓﻳﯾﻪﮫ ﺍاﻟﻳﯾﻭوﻡم‪.‬‬
‫ﻣﻭوﺯزﻭوﻧﺎ ﺑﺈﻳﯾﻘﺎﻋﺎﺕت‬
‫ﺣﻭوﻝل ﺗﻳﯾﻣﺔ »ﺣﺿﻭوﺭر ﺍاﻟﻣﺭرﺃأﺓة« ﻓﻲ ﺍاﻟﻔﺿﺎء ﺍاﻟﻌﺎﻡم ﻭوﺍاﻟﺧﺎﺹص‪ .‬ﻭوﺟﺎء ﺍاﻟﻣﻌﺭرﺽض‬
‫ﻟﻭوﺣﺔ‬
‫ﺗﻣﺣﻭوﺭرﺕت« ‪12‬‬
‫ﺍاﻟﺭرﺳﺎﻣﺔ ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺃأ ّﻧﻬﮭﺎ ﺃأﺻﻳﯾﻠﺔ ﺍاﻟﻔﺣﺹص ﻭوﺃأﻧﻬﮭﺎ ﺯزﺍاﻭوﻟﺕت ﺗﻌﻠﻳﯾﻣﻬﮭﺎ ﺑﻛﻠﻳﯾﺔ ﺍاﻵﺩدﺍاﺏب ﻣﻧﻭوﺑﺔ ﻣﻥن ‪1985‬‬
‫ﺍاﻟﺣﻳﯾﺎﺓةﻟﻧﺎ‬
‫ﻋﻧﻭوﺍاﻥن »ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻲ ﺗﻛﻭوﻥنﺃأﺳﺭرّ ﺕت‬
‫ﺑﻣﻌﺩدﻝل ﻭوﺍاﻟﻣﺄﺳﺎﺓة‬
‫ﺗﺭرﺳﻡمﺍاﻟﺧﻳﯾﺑﺔ‬
‫ﺇإﻧﻬﮭﺎ ﻛﻣﺎ‬
‫ﻭوﺍاﻟﺣﺯزﻥن‪،٬‬‬
‫ﺍاﻟﻔﺭرﺡح‬
‫ﺍاﻹﻧﺳﺎﻧﻳﯾﺔ‪:‬‬
‫ﺑﺎﻟﻣﺷﺎﻋﺭر‬
‫ﺟﻧﻳﯾﻑفﻋﻼﻗﺔ‬
‫ﺑﻣﺩدﻳﯾﻧﺔ ﺫذﺍاﺕت‬
‫ﻟﻠﻌﻳﯾﺵشﺃأﺧﺭرﻯى‬
‫ﻭوﺑﺈﻳﯾﻘﺎﻋﺎﺕت‬
‫ﺑﺈﻳﯾﻘﺎﻋﺎﺕت‬
‫ﺹص‪ .‬ﻭوﺟﺎء ﺍاﻟﻣﻌﺭرﺽضﻣﻥنﻣﻭوﺯزﻭوﻧﺎ‬
‫ﺍاﻟﻔﻧﻳﯾﺔ ﻗﺎﺋﻠﺔ‬
‫ﺗﺟﺭرﺑﺗﻬﮭﺎ‬
‫ﺍاﻧﻁطﻠﻘﺕت ﻓﻲ‬
‫ﺑﺳﻭوﻳﯾﺳﺭرﺍا ﺣﻳﯾﺙث‬
‫ﺍاﻟﺟﻣﺎﻋﻳﯾﺔﺃأﻥن ﺗﻧﺗﻘﻝل‬
‫ﻗﺑﻝل‬
‫ﺍاﻟﺫذﺍاﻛﺭرﺓة‪1989‬‬
‫ﺇإﻟﻰ‬
‫ﻣﻥن ﻣﺷﻭوﺍاﺭرﻫﮬﮪھﺎ ﺍاﻟﻔﻧﻲ ﻭوﻋﻥن ﻧﻅظﺭرﺗﻬﮭﺎ ﻟﻠﻌﺎﻟﻡم‬
‫ﺍاﻟﻣﻧﻅظﻣﺎﺕتﺃأﻭوﺟﻪﮫ‬
‫ﻣﻥنّﺛﺗﻧﺎ ﻋﻥن‬
‫ﻋﺩدﺩدﺣﺩد‬
‫ﻣﺣﻣﺩدﻓﻲﺍاﻟﺗﻲ‬
‫ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة‬
‫ﺑﺎﻟﻔﻧﺎﻧﺔ‬
‫ﺟﻣﻌﻧﺎ‬
‫ﺍاﻹﻧﺗﻅظﺎﺭر‪ .‬ﻭوﻗﺩد‬
‫ﺍاﻟﺩدﻭوﻟﻳﯾﺔ‪.‬‬
‫ﺍاﻟﺣﻘﻭوﻗﻲ‬
‫ﻧﺷﺎﻁطﻬﮭﺎ‬
‫ﻟﻘﺎءﺟﺎﻧﺏب‬
‫ﻳﯾﻭوﻣﻳﯾﺎ ﺍاﻟﻰ‬
‫ﺳﺎﻋﺎﺕت‬
‫ﺛﻣﺎﻧﻲ‬
‫ﻭوﺍاﻟﻣﺄﺳﺎﺓة‬
‫ﺔ‪ :‬ﺍاﻟﻔﺭرﺡح ﻭوﺍاﻟﺣﺯزﻥن‪،٬‬ﺃأﻭوﻛﻣﺎ ﺍاﻟﺧﻳﯾﺑﺔ‬
‫ﻣﺣﻣﺩد ﺃأ ّﻧﻬﮭﺎ ﺍاﺳﺗﻠﻬﮭﻣﺕت ﻋﻧﻭوﺍاﻥن ﻣﻌﺭرﺿﻬﮭﺎ »ﻛﻭوﻧﻲ ﻟﻛﻲ ﺗﻛﻭوﻥن ﺍاﻟﺣﻳﯾﺎﺓة« ﻣﻥن ﻗﺻﻳﯾﺩد ﻛﺗﺑﻪﮫ ﻁطﺎﺭرﻕق‬
‫ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة‬
‫ﻭوﺃأﺿﺎﻓﺕت‬
‫ﺍاﻟﻳﯾﻭوﻡم‪.‬‬
‫ﻓﻳﯾﻪﮫ‬
‫ﻧﻌﻳﯾﺵش‬
‫ﻧﻅظﺭرﺗﻬﮭﺎ ﻟﻠﻌﺎﻟﻡم‬
‫ﺍاﻟﺫذﻱيﻭوﻋﻥن‬
‫ﻪﮫ ﻣﻥن ﻣﺷﻭوﺍاﺭرﻫﮬﮪھﺎ ﺍاﻟﻔﻧﻲ‬
‫ﻣﺟﻣﻭوﻋﺔ‪..‬‬
‫ﻓﻲ‬
‫ﺃأﻡم‬
‫ﻛﻧﺕت‬
‫ﺗﺎﺋﻬﮭﺔ‬
‫ﺯزﺍاﻫﮬﮪھﺩدﺓة‪،٬‬‬
‫ﺃأﻭو‬
‫ﻛﻧﺕت‬
‫ﻣﺗﺑﺭرﺟﺔ‬
‫ﺳﻌﻳﯾﺩدﺓة‪،٬‬‬
‫ﺃأﻭو‬
‫ﻛﻧﺕت‬
‫ﺣﺯزﻳﯾﻧﺔ‬
‫»‬
‫ﻳﯾﻠﻲ‬
‫ﺎ‬
‫ﻣ‬
‫ﻓﻳﯾﻪﮫ‬
‫ﻭوﺟﺎء‬
‫ﻣﺣﻣﺩد‬
‫ﺑﺎﻟﺣﺎﺝج‬
‫ﺃأﺳﺭرّ ﺕت ﻟﻧﺎ ﺍاﻟﺭرﺳﺎﻣﺔ ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺃأ ّﻧﻬﮭﺎ ﺃأﺻﻳﯾﻠﺔ ﺍاﻟﻔﺣﺹص ﻭوﺃأﻧﻬﮭﺎ ﺯزﺍاﻭوﻟﺕت ﺗﻌﻠﻳﯾﻣﻬﮭﺎ ﺑﻛﻠﻳﯾﺔ ﺍاﻵﺩدﺍاﺏب ﻣﻧﻭوﺑﺔ ﻣﻥن ‪1985‬‬
‫ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺷﺋﺕت‪ ،٬‬ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺃأﻧﺕت‪ ،٬‬ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺗﺭرﻳﯾﺩدﻳﯾﻥن‪ ،٬‬ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺗﻌﻳﯾﺷﻳﯾﻥن‬
‫ﻛﻲ ﺗﺭرﺳﻡم ﺑﻣﻌﺩدﻝل‬
‫ﺍاﻣﺭرﺃأﺓةﺇإﻧﻬﮭﺎ‬
‫ﻛﻭوﻧﻲﻗﺎﺋﻠﺔ‬
‫ﻭوﺗﻌﺎﻧﻳﯾﻥن‪..‬ﺍاﻟﻔﻧﻳﯾﺔ‬
‫ﻭوﺗﻌﻠﻣﻳﯾﻥنﺗﺟﺭرﺑﺗﻬﮭﺎ‬
‫ﺍاﻧﻁطﻠﻘﺕت ﻓﻲ‬
‫‪1985‬ﺃأﻥن ﺗﻧﺗﻘﻝل ﻟﻠﻌﻳﯾﺵش ﺑﻣﺩدﻳﯾﻧﺔ ﺟﻧﻳﯾﻑف ﺑﺳﻭوﻳﯾﺳﺭرﺍا ﺣﻳﯾﺙث‬
‫‪ 1989‬ﻗﺑﻝل‬
‫ﻣﻬﮭﺎ ﺑﻛﻠﻳﯾﺔ ﺍاﻵﺩدﺍاﺏب ﺇإﻟﻰ‬
‫ﻣﻧﻭوﺑﺔ ﻣﻥن‬
‫ﻳﯾﻛﻭوﻥن ﻟﻠﻛﻭوﻥن ﻭوﻟﻠﺣﻳﯾﺎﺓة ﻣﻌﻧﻰ«‪.‬‬

‫ﺑﻣﻌﺩدﻝلﺍاﻟﻰ ﺟﺎﻧﺏب ﻧﺷﺎﻁطﻬﮭﺎ ﺍاﻟﺣﻘﻭوﻗﻲ ﻓﻲ ﻋﺩدﺩد ﻣﻥن ﺍاﻟﻣﻧﻅظﻣﺎﺕت ﺍاﻟﺩدﻭوﻟﻳﯾﺔ‪.‬‬
‫ﺗﺭرﺳﻡمﻳﯾﻭوﻣﻳﯾﺎ‬
‫ﺳﺎﻋﺎﺕت‬
‫ﺛﻣﺎﻧﻲﺇإﻧﻬﮭﺎ‬
‫ﻓﻲ ﺗﺟﺭرﺑﺗﻬﮭﺎ ﺍاﻟﻔﻧﻳﯾﺔ ﻗﺎﺋﻠﺔ‬
‫ﻭوﺃأﺿﺎﻓﺕت ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺃأ ّﻧﻬﮭﺎ ﺍاﺳﺗﻠﻬﮭﻣﺕت ﻋﻧﻭوﺍاﻥن ﻣﻌﺭرﺿﻬﮭﺎ »ﻛﻭوﻧﻲ ﻟﻛﻲ ﺗﻛﻭوﻥن ﺍاﻟﺣﻳﯾﺎﺓة« ﻣﻥن ﻗﺻﻳﯾﺩد ﻛﺗﺑﻪﮫ ﻁطﺎﺭرﻕق‬
‫ﺕت ﺍاﻟﺩدﻭوﻟﻳﯾﺔ‪.‬‬
‫ﻁطﺎﺭرﻕقﻭوﺟﺎء ﻓﻳﯾﻪﮫ ﻣﺎ ﻳﯾﻠﻲ »ﺣﺯزﻳﯾﻧﺔ ﻛﻧﺕت ﺃأﻭو ﺳﻌﻳﯾﺩدﺓة‪ ،٬‬ﻣﺗﺑﺭرﺟﺔ ﻛﻧﺕت ﺃأﻭو ﺯزﺍاﻫﮬﮪھﺩدﺓة‪ ،٬‬ﺗﺎﺋﻬﮭﺔ ﻛﻧﺕت ﺃأﻡم ﻓﻲ ﻣﺟﻣﻭوﻋﺔ‪..‬‬
‫ﻛﺗﺑﻪﮫﻣﺣﻣﺩد‬
‫ﺑﺎﻟﺣﺎﺝج‬
‫ﻭوﻥن ﺍاﻟﺣﻳﯾﺎﺓة« ﻣﻥن ﻗﺻﻳﯾﺩد‬
‫ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺃأﻧﺕت‪ ،٬‬ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺗﺭرﻳﯾﺩدﻳﯾﻥن‪ ،٬‬ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺗﻌﻳﯾﺷﻳﯾﻥن ﻭوﺗﻌﻠﻣﻳﯾﻥن ﻭوﺗﻌﺎﻧﻳﯾﻥن‪ ..‬ﻛﻭوﻧﻲ ﺍاﻣﺭرﺃأﺓة ﻛﻲ‬
‫ﻓﻲ ﺷﺋﺕت‪،٬‬‬
‫ﻛﻭوﻧﻲﺃأﻡم ﻛﻣﺎ‬
‫ﻣﺟﻣﻭوﻋﺔ‪..‬‬
‫ﺃأﻭو ﺯزﺍاﻫﮬﮪھﺩدﺓة‪ ،٬‬ﺗﺎﺋﻬﮭﺔ ﻛﻧﺕت‬
‫ﻭوﻟﻠﺣﻳﯾﺎﺓة ﻣﻌﻧﻰ«‪.‬‬
‫ﻟﻠﻛﻭوﻥن‬
‫ﻳﯾﻛﻭوﻥن‬
‫ﺍاﻣﺭرﺃأﺓة ﻛﻲ‬
‫ﻛﻭوﻧﻲ‬
‫ﻥن ﻭوﺗﻌﻠﻣﻳﯾﻥن ﻭوﺗﻌﺎﻧﻳﯾﻥن‪..‬‬
‫‪Mounira Mohamed - portfolio - page 35‬‬

‫ﻗﺩدّﻣﺕت ﺍاﻟﻔﻧﺎﻧﺔ ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد‪ ،٬‬ﻭوﻫﮬﮪھﻲ ﺭرﺳﺎﻣﺔ ﺗﻭوﻧﺳﻳﯾﺔ ﻣﻘﻳﯾﻣﺔ ﻓﻲ ﺳﻭوﻳﯾﺳﺭرﺍا ﻣﻌﺭرﺿﺎ ﺗﺷﻛﻳﯾﻠﻳﯾﺎ ﺍاﺣﺗﺿﺗﻧﻪﮫ ﺩدﺍاﺭر ﺍاﻟﺛﻘﺎﻓﺔ ﺍاﺑﻥن‬
‫ﺭرﺷﻳﯾﻕق ﻣﻥن ‪ 18‬ﻧﻭوﻓﻣﺑﺭر ﺍاﻟﻰ ‪ 16‬ﺩدﻳﯾﺳﻣﺑﺭر‪ ،٬‬ﻭوﻳﯾﺿ ّﻡم ﺍاﻟﻣﻌﺭرﺽض ﺍاﻟﺫذﻱي ﻳﯾﺣﻣﻝل ﻋﻧﻭوﺍاﻥن »ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻲ ﺗﻛﻭوﻥن ﺍاﻟﺣﻳﯾﺎﺓة« ‪12‬‬
‫ﻟﻭوﺣﺔ ﺗﻣﺣﻭوﺭرﺕت ﺣﻭوﻝل ﺗﻳﯾﻣﺔ »ﺣﺿﻭوﺭر ﺍاﻟﻣﺭرﺃأﺓة« ﻓﻲ ﺍاﻟﻔﺿﺎء ﺍاﻟﻌﺎﻡم ﻭوﺍاﻟﺧﺎﺹص‪ .‬ﻭوﺟﺎء ﺍاﻟﻣﻌﺭرﺽض ﻣﻭوﺯزﻭوﻧﺎ ﺑﺈﻳﯾﻘﺎﻋﺎﺕت‬
‫ﻣﻥن ﺍاﻟﺫذﺍاﻛﺭرﺓة ﺍاﻟﺟﻣﺎﻋﻳﯾﺔ ﻭوﺑﺈﻳﯾﻘﺎﻋﺎﺕت ﺃأﺧﺭرﻯى ﺫذﺍاﺕت ﻋﻼﻗﺔ ﺑﺎﻟﻣﺷﺎﻋﺭر ﺍاﻹﻧﺳﺎﻧﻳﯾﺔ‪ :‬ﺍاﻟﻔﺭرﺡح ﻭوﺍاﻟﺣﺯزﻥن‪ ،٬‬ﻛﻣﺎ ﺍاﻟﺧﻳﯾﺑﺔ ﻭوﺍاﻟﻣﺄﺳﺎﺓة‬
‫ﺃأﻭو ﺍاﻹﻧﺗﻅظﺎﺭر‪ .‬ﻭوﻗﺩد ﺟﻣﻌﻧﺎ ﻟﻘﺎء ﺑﺎﻟﻔﻧﺎﻧﺔ ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺍاﻟﺗﻲ ﺣﺩدّﺛﺗﻧﺎ ﻋﻥن ﺃأﻭوﺟﻪﮫ ﻣﻥن ﻣﺷﻭوﺍاﺭرﻫﮬﮪھﺎ ﺍاﻟﻔﻧﻲ ﻭوﻋﻥن ﻧﻅظﺭرﺗﻬﮭﺎ ﻟﻠﻌﺎﻟﻡم‬
‫ﺍاﻟﺫذﻱي ﻧﻌﻳﯾﺵش ﻓﻳﯾﻪﮫ ﺍاﻟﻳﯾﻭوﻡم‪.‬‬
‫ﺃأﺳﺭرّ ﺕت ﻟﻧﺎ ﺍاﻟﺭرﺳﺎﻣﺔ ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺃأ ّﻧﻬﮭﺎ ﺃأﺻﻳﯾﻠﺔ ﺍاﻟﻔﺣﺹص ﻭوﺃأﻧﻬﮭﺎ ﺯزﺍاﻭوﻟﺕت ﺗﻌﻠﻳﯾﻣﻬﮭﺎ ﺑﻛﻠﻳﯾﺔ ﺍاﻵﺩدﺍاﺏب ﻣﻧﻭوﺑﺔ ﻣﻥن ‪1985‬‬
‫ﺇإﻟﻰ‪ 1989‬ﻗﺑﻝل ﺃأﻥن ﺗﻧﺗﻘﻝل ﻟﻠﻌﻳﯾﺵش ﺑﻣﺩدﻳﯾﻧﺔ ﺟﻧﻳﯾﻑف ﺑﺳﻭوﻳﯾﺳﺭرﺍا ﺣﻳﯾﺙث ﺍاﻧﻁطﻠﻘﺕت ﻓﻲ ﺗﺟﺭرﺑﺗﻬﮭﺎ ﺍاﻟﻔﻧﻳﯾﺔ ﻗﺎﺋﻠﺔ ﺇإﻧﻬﮭﺎ ﺗﺭرﺳﻡم ﺑﻣﻌﺩدﻝل‬
‫ﺛﻣﺎﻧﻲ ﺳﺎﻋﺎﺕت ﻳﯾﻭوﻣﻳﯾﺎ ﺍاﻟﻰ ﺟﺎﻧﺏب ﻧﺷﺎﻁطﻬﮭﺎ ﺍاﻟﺣﻘﻭوﻗﻲ ﻓﻲ ﻋﺩدﺩد ﻣﻥن ﺍاﻟﻣﻧﻅظﻣﺎﺕت ﺍاﻟﺩدﻭوﻟﻳﯾﺔ‪.‬‬
‫ﻭوﺃأﺿﺎﻓﺕت ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺃأ ّﻧﻬﮭﺎ ﺍاﺳﺗﻠﻬﮭﻣﺕت ﻋﻧﻭوﺍاﻥن ﻣﻌﺭرﺿﻬﮭﺎ »ﻛﻭوﻧﻲ ﻟﻛﻲ ﺗﻛﻭوﻥن ﺍاﻟﺣﻳﯾﺎﺓة« ﻣﻥن ﻗﺻﻳﯾﺩد ﻛﺗﺑﻪﮫ ﻁطﺎﺭرﻕق‬
‫ﺑﺎﻟﺣﺎﺝج ﻣﺣﻣﺩد ﻭوﺟﺎء ﻓﻳﯾﻪﮫ ﻣﺎ ﻳﯾﻠﻲ »ﺣﺯزﻳﯾﻧﺔ ﻛﻧﺕت ﺃأﻭو ﺳﻌﻳﯾﺩدﺓة‪ ،٬‬ﻣﺗﺑﺭرﺟﺔ ﻛﻧﺕت ﺃأﻭو ﺯزﺍاﻫﮬﮪھﺩدﺓة‪ ،٬‬ﺗﺎﺋﻬﮭﺔ ﻛﻧﺕت ﺃأﻡم ﻓﻲ ﻣﺟﻣﻭوﻋﺔ‪..‬‬
‫ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺷﺋﺕت‪ ،٬‬ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺃأﻧﺕت‪ ،٬‬ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺗﺭرﻳﯾﺩدﻳﯾﻥن‪ ،٬‬ﻛﻭوﻧﻲ ﻛﻣﺎ ﺗﻌﻳﯾﺷﻳﯾﻥن ﻭوﺗﻌﻠﻣﻳﯾﻥن ﻭوﺗﻌﺎﻧﻳﯾﻥن‪ ..‬ﻛﻭوﻧﻲ ﺍاﻣﺭرﺃأﺓة ﻛﻲ‬
‫ﻳﯾﻛﻭوﻥن ﻟﻠﻛﻭوﻥن ﻭوﻟﻠﺣﻳﯾﺎﺓة ﻣﻌﻧﻰ«‪.‬‬
‫ﻭوﺻﺭرّ ﺣﺕت ﻟﻧﺎ ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺃأﻥنّ »ﻧﺳﺎءﻫﮬﮪھﺎ« ﻋﺎﺑﺭرﺍاﺕت ﻟﻠﺟﻐﺭرﺍاﻓﻳﯾﺎ ﻭوﻟﻸﺯزﻣﻧﺔ‪ ،٬‬ﻓﺑﻌﺽض ﺍاﻟﻠﻭوﺣﺎﺕت ﻟﻬﮭﺎ ﻋﻼﻗﺔ ﺑﺫذﺍاﻛﺭرﺗﻬﮭﺎ‬
‫ﺍاﻟﺷﺧﺻﻳﯾﺔ ﻭوﺍاﻟﺑﻌﺽض ﺍاﻵﺧﺭر ﻳﯾﺳﺗﺣﺿﺭر ﻣﻌﺎﻧﺎﺓة ﺍاﻟﻣﺭرﺃأﺓة ﻫﮬﮪھﻧﺎ ﻭوﻫﮬﮪھﻧﺎﻙك‪ .‬ﻭوﻟﻔﺗﺕت ﻣﺣﺩدﺛﺗﻧﺎ ﺍاﻧﺗﺑﺎﻫﮬﮪھﻧﺎ ﺍاﻟﻰ ﺃأﻥن ﺣﺿﻭوﺭر ﺍاﻟﻣﺭرﺃأﺓة‬
‫ﻓﻲ ﺍاﻟﻔﺿﺎء ﺍاﻟﻌﺎﻡم ﺣﺩدﻳﯾﺙث ﺟﺩدّﺍا ﻭوﻻ ﻳﯾﺗﺟﺎﻭوﺯز ﺍاﻟـ‪ 50‬ﺳﻧﺔ ﻭوﺫذﻟﻙك ﻓﻲ ﻣﺧﺗﻠﻑف ﺃأﻧﺣﺎء ﺍاﻟﻌﺎﻟﻡم‪ ،٬‬ﻭوﺿﺭرﺑﺕت ﻣﺣﺩدّﺛﺗﻧﺎ ﻣﺛﺎﻝل‬
‫ﺳﻭوﻳﯾﺳﺭرﺍا ﺣﻳﯾﺙث ﻣﺎﺯزﺍاﻟﺕت ﺍاﻟﻣﺳﺎﻭوﺍاﺓة ﻓﻲ ﺍاﻷﺟﻭوﺭر ﺑﻳﯾﻥن ﺍاﻟﺭرﺟﻝل ﻭوﺍاﻟﻣﺭرﺃأﺓة ﻟﻡم ﺗﺗﺣ ّﻘﻕق‪ ،٬‬ﻓﻣﺎ ﺑﺎﻟﻙك ﺑﺎﻟﺑﻠﺩدﺍاﻥن ﺍاﻻﺧﺭرﻯى ﺍاﻟﺗﻲ‬
‫ﻳﯾﻐﻳﯾﺏب ﻋﻧﻬﮭﺎ ﻣﺑﺩدﺃأ ﺍاﻟﻣﺳﺎﻭوﺍاﺓة‪.‬‬
‫ﻭوﻓﻲ ﺗﻭوﺻﻳﯾﻑف ﻟﻠﺷﺧﻭوﺹص ﺍاﻟﺗﻲ ﺭرﺳﺗﻬﮭﺎ‪ ،٬‬ﻗﺎﻟﺕت ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺍاﻥن ﻧﺳﺎءﻫﮬﮪھﺎ ﻟﺳﻥن ﺑﺣﺯزﻳﯾﻧﺎﺕت ﻣﺛﻠﻣﺎ ﻳﯾﻣﻛﻥن ﺃأﻥن ُﺗﻭوﺣﻲ ﺑﻪﮫ‬
‫ﻣﻼﻣﺢ ﺑﻌﺽض ﺍاﻟﻧﺳﻭوﺓة‪ ،٬‬ﺑﻝل ﻫﮬﮪھﻥنّ ﺣﺎﻣﻼﺕت ﻟﻬﮭ ّﻡم ﻳﯾﺳﻛﻧﻬﮭﻥن )‪ (porteuses d'un fardeau‬ﻣﺿﻳﯾﻔﺔ ﺃأﻥن ﻣﺧﺗﻠﻑف‬
‫ﺍاﻟﻧﺳﺎء ﺍاﻟﻼﺗﻲ ﺭرﺳﻣﺗﻬﮭﻥن ﻳﯾﻌﻛﺳﻥن ﺣﺎﻟﺔ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻡم ﺍاﻟﺫذﻱي ﻧﻌﻳﯾﺵش ﻓﻳﯾﻪﮫ‪ ،٬‬ﻭوﻫﮬﮪھﻭو ﻋﺎﻟﻡم ﻣﺭرﻳﯾﺽض‪ ،٬‬ﻣﻭوﺑﻭوء‪.‬‬
‫ﻭوﻓﻲ ﻫﮬﮪھﺫذﺍا ﺍاﻟﺳﻳﯾﺎﻕق‪ ،٬‬ﻗﺎﻟﺕت ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺇإﻥن ﻟﻭوﺣﺎﺗﻬﮭﺎ ﻭوﺷﺧﺻﻳﯾﺎﺗﻬﮭﺎ ﺗﻧﻬﮭﻠﻥن ﻣﻥن ﺫذﺍاﻛﺭرﺗﻧﺎ ﺍاﻟﺟﻣﺎﻋﻳﯾﺔ ﻭوﻫﮬﮪھﻲ »ﻟﻳﯾﺳﺕت ّﺇإﻻ‬
‫ﻗﺻﺔ ﺗﺎﺭرﻳﯾﺦ ﻣﻭوﺟﻭوﻉع ﻟﻠﺷﻌﻭوﺏب‪ ،٬‬ﻭوﺇإﻥن ﺍاﻟﻧﺎﺟﻳﯾﻥن ﻣﻥن ﺍاﻟﺑﺷﺎﻋﺔ ﺍاﻟﻳﯾﻭوﻣﻳﯾﺔ ﻗﻠﻳﯾﻠﻭوﻥن ﺟﺩدّﺍا‪ ..‬ﻫﮬﮪھﻧﺎﻙك ﺍاﻟﻐﺭرﺏب‪ ،٬‬ﻭوﻫﮬﮪھﻧﺎﻙك ﺑﻘﻳﯾﺔ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻡم‪،٬‬‬
‫ﻭوﺑﻘﻳﯾﺔ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻡم ﺍاﻟﻣﻭوﺟﻭوﻉع ﻫﮬﮪھﻭو ﺍاﻟﻌﺎﻟﻡم«‪ .‬ﻭوﺃأﺿﺎﻓﺕت ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺇإﻥن ﺍاﻟﺻﺣﺎﻓﻲ ﺃأﻭو ﺍاﻟﺭرﺳﺎﻡم ﻻ ﻳﯾﻌﺑّﺭر ﻷﺟﻠﻪﮫ‪ ،٬‬ﻻ ﻳﯾﺭرﺳﻡم ﻭوﻻ‬
‫ﻳﯾﻛﺗﺏب ﻟﻧﻔﺳﻪﮫ ﺑﻝل ﻟﻳﯾﻧﻘﻝل ﺃأﺻﻭوﺍاﺕت ﻣﻥن ﻻ ﺻﻭوﺕت ﻟﻬﮭﻡم‪ ،٬‬ﻣﻥن ﻳﯾﻌﺟﺯزﻭوﻥن ﻋﻠﻰ ﺇإﻳﯾﺻﺎﻝل ﻫﮬﮪھﻣﻭوﻣﻬﮭﻡم ﻭوﺁآﻻﻣﻬﮭﻡم‪.‬‬
‫ﺑﻌﻳﯾﺩدﺍا ﻋﻥن ﺗﻔﺎﺻﻳﯾﻝل ﺍاﻟﻣﺷﺎﻋﺭر ﺍاﻟﺻﻐﻳﯾﺭرﺓة‪ ،٬‬ﺗﺭرﺳﻡم ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺍاﻟﺧﻁطﻭوﻁط ﺍاﻟﻛﺑﺭرﻯى ﻟﻸﺣﺎﺳﻳﯾﺱس ﺍاﻻﻧﺳﺎﻧﻳﯾﺔ‪ ،٬‬ﺗﻠﻙك ﺍاﻟﺗﻲ‬
‫ّ‬
‫ﻳﯾﺗﺟﺯزﺃأ ﻣﻥن ﺣﻳﯾﺎﺓة ﻣﻁطﺑﻭوﻋﺔ ﺑﺎﻻﻧﻛﺳﺎﺭرﺍاﺕت‪،٬‬‬
‫ﺗﺧﺗﺭرﻕق ﺍاﻻﺯزﻣﻧﺔ ﻭوﺍاﻟﺟﻐﺭرﺍاﻓﻳﯾﺎ‪ ،٬‬ﺧﻁطﻭوﻁط ﺍاﻟﻭوﺟﻳﯾﻌﺔ ﻭوﺍاﻟﻔﺭرﺡح ﻛﺟﺯزء ﻻ‬
‫ﺍاﻧﻛﺳﺎﺭرﺍاﺕت »ﺑﻘﻳﯾﺔ ﺍاﻟﻌﺎﻟﻡم« ﻋﻠﻰ ﺣ ّﺩد ﺗﻌﺑﻳﯾﺭرﺓة ﻣﻧﻳﯾﺭرﺓة ﻣﺣﻣﺩد ﺍاﻟﺫذﻱي ﻳﯾﻌﺎﻧﻲ ﻧﺎﺳﻪﮫ ﻣﺭرﺍاﺭرﺓة ﺍاﻟﻭوﺟﻭوﺩد ﻭوﺍاﻟﺗﺧﻠﻑف ﻭوﺍاﻟﺣﺭرﻭوﺏب‬
‫ﻭوﺍاﻟﺻﺭرﺍاﻋﺎﺕت ﻓﻲ ﺍاﻧﺗﻅظﺎﺭر ﺍاﻥن ﺗﻳﯾﻧﻊ ﺯزﻫﮬﮪھﺭرﺓة ﺃأﻭو ﻟﻭوﺣﺔ ﺃأﻭو ﺍاﻣﺭرﺃأﺓة ﻭوﻣﻌﻬﮭﺎ ﺣﻠﻡم ﻭوﺳﻌﺎﺩدﺓة ﺑﺳﻳﯾﻁطﺔ‪.‬‬

‫ﺷﻳﯾﺭرﺍاﺯز ﺑﻥن ﻣﺭرﺍاﺩد‬
‫‪  ‬‬

‫‪Mounira Mohamed - portfolio - page 34‬‬

exposition « Pluri-Elles  /

» - Béja, 2015 -

Mounira Mohamed - portfolio - page 36

exposition « Elles créent /

» - Tunis, 2015 -

Mounira Mohamed - portfolio - page 37

exposition « Pluri-Elles  /

» - Tunis, 2014 -

exposition collective - Lyon, 2014 À propos de « Tunisie Plurielle - Weekend Art et Culture »
Évènement organisé par Mounira Mohamed à la « Maison du Tunisien » à Lyon, du 12 au 14 juin 2014 :
Le projet Tunisie plurielle, dont une première session a eu lieu à Lyon les 12, 13 et 14 juin 2014,
a pour ambition d’offrir une plateforme d’expression artistique et culturelle à des Tunisien-ne-s
du pays et de l’étranger.
Ainsi, à Lyon, durant un week-end, Tunisie Plurielle fit de l’espace « Maison du Tunisien » un lieu
où la poésie côtoya la peinture et la photo, où la musique se fit aux sons de la Constitution en
tunisien «darja» (moment herméneutique essentiel où là langue s’affirme dans sa dépendance
essentielle à la communauté linguistique réellement existante contre la convention qui, sous le
prétexte aliénant de haute culture, détourne le Droit et son exercice de ses sujets réels, historiquement constitués), où des enfants peignirent ou barbouillèrent avec leurs mains des soleils et
des drapeaux d’un pays qui se cherche, dessinèrent ou chantèrent en découvrant le oud vibrant
et percutant l’air de ses cordes, où la nourriture tunisienne se conjugua à la discussion de lois
électorale encore balbutiantes.
Des tunisien-ne-s de l’étranger fêtèrent la Tunisie, échangèrent avec des actrices et acteurs de la
société civile en Tunisie, sur les sujets les plus délicats du moment. Trois jours au cours desquels
des films abordèrent des sujets politiques et sociaux tragiques sans mépriser jamais ni le libre
exercice critique ni les élans du cœur d’un public autonome.
La motivation de base du projet Tunisie plurielle est de contribuer à soutenir l’engagement citoyen de celles et ceux qui souhaitent en Tunisie et ailleurs
conserver et développer la diversité et la vivacité du long
héritage tunisien en matière de pensée, de culture et de
création. Avec Tunisie plurielle, nous souhaitons affirmer
la vocation historique de la Tunisie à être un pays d’accueil, d’échanges et de propositions innovantes.
Dans la période actuelle postrévolutionnaire, Tunisie plurielle insiste sur le lien nécessaire qui existe entre tradition
et modernité, sur la dimension processuelle des notions
de peuple et de nation : le peuple n’est pas une entité figée, il est ce qu’il devient, et il le devient au travers d’un processus dialogique entre ce qui a été
- toujours déjà culturellement pluriel, hétérogène et même parfois contradictoire - et ce qu’il peut
être de nouveau et de différent, non pas dans une unité contrainte et close sur elle-même, mais
dans une nouvelle et riche hétérogénéité toujours à renégocier socialement en vue d’équilibres
circonstanciés et ouverts sur d’autres évolutions historiques possibles; c’est aujourd’hui dans le
cadre d’un attachement à la Nation tunisienne que cette ambition de transformation-conservation se joue, au sein d’une Terre largement mondialisée.
Dans cette optique et en regard des luttes pour poursuivre et accentuer la démocratisation du
pays, Tunisie plurielle souhaite mettre plus spécifiquement en valeur des approches artistiques,
ce parce que l’art est par excellence un espace pratique où doit s’élaborer une articulation fine
mais puissante et créative entre les formes héritées du passé et l’appel du présent, l’exigence de
l’actuel, la vivante responsabilité du contemporain. L’art est également de ce fait un lieu privilégié
où s’accordent et s’affrontent les exigences du Je et du Nous, ou plus justement : des Je et des Nous.
M. M

Mounira Mohamed - portfolio - page 38

Mounira Mohamed - portfolio - page 39

exposition collective - Bourg-en-Bresse, 2014 -

MOUNIRA MOHAMED

artiste peintre

Biographie
Née au Fahs, Tunisie, le 24 février 1965.
Établie à Genève depuis décembre 1993.
Mère d’une fille.
Adresse : 27, chemin de la Concorde

1233 Lully-Bernex



Genève - SUISSE

E-mail : mouniramohamed@bluewin.ch
Tél CH : 0041 22 709 19 56
Tél TN : 00216 55 042 993
Https://www.facebook.com/mounira.mohamedpourlaTunisie

PEINTURE

Mars 2015
Exposition personnelle à Béja (Maison de la culture Ammar Farhat) :
Pluri-Elles /
Mars 2015
Exposition collective à Tunis : Elles créent /
(Maison de la culture Ibn Rashiq), à l’occasion des célébrations de la
Journée internationale de la Femme
Novembre 2014
Exposition personnelle à Tunis (Maison de la culture Ibn Rashiq) :

Pluri-Elles /
Juin 2014
Exposition collective à Lyon (Maison du Tunisien)
Juin 2014
Exposition collective à Bourg-en-Bresse (Salle de la Mairie)
Travail et production ininterrompus depuis 2001, comptant environ 400 oeuvres.
ENGAGEMENT CITOYEN
Divers engagements pour une Tunisie moderne, libre, démocratique et plurielle
Co-Présidente de l’Association pour une Culture Tunisienne Multiple (ACTUM)
Mars / avril 2014


Participation au projet de l’ATEP « Créer ensemble pour un meilleur vivre
ensemble » ; Projet avec l’appui du PNUD Tunisie

Juin 2014

Organisation à Lyon de l’évènement : « Tunisie Plurielle - Weekend Art et Culture »

Membre fondateur et trésorière de l’Association des Tunisiennes et Tunisiens en Suisse (ATTS)
2012
Création de la page Fb de la Coordination des Assises de l’Immigration Tunisienne
(C.A.I.T.)
Mai 2011



Suite à la révolution tunisienne, organisation d’un colloque citoyen à Sousse (différents ateliers sur le Droit constitutionnel, avec le soutien officiel de la Ville de Genève
et la participation d’intervenants qualifiés, de Tunisie et de Suisse)

Différentes activités avec l’’ATTS (débats citoyens, accueil et échanges culturels)
Octobre 2011
Colistière de la Liste Indépendante Progressiste pour les Libertés et la Justice
Sociale, pour la représentation de l’immigration

Activité professionnelle antérieure
De 1995 à 2002 Permanente à Nord Sud 21, ONG internationale des Droits Humains (statut

consultatif auprès des Nations Unies et du BIT)

Scolarité, langues, autres compétences
1985 à 1989
Faculté des Lettres et Sciences Humaines, la Mannouba Tunis
1985
Baccalauréat, Le Fahs
Arabe : langue maternelle ; Français : deuxième langue de scolarisation ; Anglais : niveau A2.2
Aisance dans l’utilisation des outils multimédia (traitement de l’image et du son numériques)
Mounira Mohamed - portfolio - page 40

Mounira Mohamed - portfolio - page 41


Documents similaires


Fichier PDF mounira mohamed portfolio screen 2
Fichier PDF art contemporain l1
Fichier PDF book tarek rahel
Fichier PDF edvard munch et le mouvement libertaire 2
Fichier PDF portfolio perf
Fichier PDF posters acceptes 46eme congres medical maghrebin 2018


Sur le même sujet..