Je vous raconte .pdf


Nom original: Je vous raconte.pdf
Titre: Microsoft Word - Je vous raconte.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.11.2 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/02/2016 à 04:03, depuis l'adresse IP 69.9.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 447 fois.
Taille du document: 3.4 Mo (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Bon, je vous raconte. Ç'a commencé il y a environ 40 semaines. Je saute quelques détails. De
toute manière, vous avez pas manqué grand-chose, en 45 secondes, l'affaire était dans le sac
(Que voulez-vous ? On aspire à battre les records qu'on est en mesure de battre...). Ensuite,
à notre grand étonnement, l'affaire s'est emballée, on a perdu le contrôle et Hua a doublé de
volume. Ce n'était pas tant à cause des gâteaux dont elle s'empiffrait que parce qu'un être
nouveau, fragile, frais et beau comme des flocons de février était occupé à multiplier ses
neurones, à pousser du pied et à jouer du coude dans le ventre joufflu de sa mère. Il a à cet
effet déjà accumulé 3 semaines de punition pour avoir asséné plusieurs coups durs à sa
pauvre mère, incapable de se défendre, puisque seulement capable d'amour.

Bref, ti-train va loin. Hua est suivie par une médecin, la très chère et formidable et
compétente Mme Farley, de l'Hôtel-Dieu de Lévis, qui œuvre à soulager les femmes de leur
fardeau. Elle nous explique, alors que Hua est au comble de la rondeur, qu'étant donné que
Hua est très vieille (ce sont les mots de Mme Farley, je ne fais que citer docilement) avec ses
40 ans sonnés, le placenta a tendance à vieillir plus rapidement, si bien qu'une femme de 40
ans qui aurait 39 semaines de grossesse dans le corps en serait dans les faits à 41 semaines
pour une femme normale, c'est-à-dire jeune. Ce qui fait que si Hua n'accouche pas avant ses
39 semaines, elle devrait la provoquer, mais qu'elle ne peut pas parce que... Et là, en bon
jeune homme courtois, avenant et plein d'initiative, je lui réponds du tac au tac que je peux
les aider à la provoquer, que c'est facile, qu'il suffit d'un petit « Bon, qu'est-ce qu'y a
encore ? » ou d'un « Tu es comme ta mère » ou de l’immanquable « Pourquoi tu mets plus
ces jeans-là, ils te font plus ? » Et ça y est... Hua est provoquée. Mme Farley me dit alors
qu'en fait c'est parce que Hua a déjà eu une césarienne, et qu'on ne peut pas déclencher une
femme ayant déjà été césarisée. Donc, la date tombe. Si le ti-gars n'accouche pas
naturellement d'ici ses 39 semaines de gestation, on va le sortir par césarienne le 22 du 2
2016. La médecin nous dit aussi que lors du jour de l'opération-naissance, en raison des
coupes de nos chers médecins, chefs du gouvernement, j'ai nommé Couillard et Barette, il
est maintenant nécessaire que le patient fournisse des petites choses, soit notamment des
couches et une bonne paire de ciseaux pour l'opération. Ben non, c'est une blague, elle m'a
pas dit ça, elle nous a juste dit d'arriver le coeur pépé.


Ainsi donc, comme à nos âges, on dirait qu'on est plus débiles conscients, le jour tant
redouté souhaité de l'accouchement, on était très angoissés contents. On est arrivés à
l'hôpital à 7h15, on a rempli des paperasses, on a signé ici et là et l'affaire était gorlote, enfin
presque... Il restait quand même l'opération... Hua est donc allée dans le bloc opératoire
vers 8h30-9h00. Ils ont anesthésié tout le bas de son corps. Par la suite, une équipe d'une
dizaine de personnes, chapeautée par Mme Farley, s'est affairée à couper le ventre et
l'utérus de ma femme. Et moi, pleutre que je suis, je ne me suis pas porté à sa défense. Non,
plutôt, je lui serrais la main en lui disant « Ne t'inquiète pas, si quelque chose tourne mal, je
suis là. » C'était de la frime, en fait j'étais démuni et atterré, mais ça sécurise toujours les
femmes la frime... J'ai charrié un brin en lui disant aussi : « Je dis pas ça à beaucoup de
monde, mais je pense que tu es une des meilleures fabriceuses de bébé au monde, après ma
mère. » Elle m'a alors souri (alors même que les savants bouchers médecins continuaient
leur salissant vaillant travail). Mme Farley et ses complices ont réussi à extirper le petit être
et tout ce qui s'ensuit des entrailles de sa tendre et courageuse mère. Le bébé a vagi à
10h10 du matin. Une infirmière l'a nettoyé un brin et déposé sur le haut du thorax de sa
mère (alors que les couturiers les médecins lui recousaient le ventre). Le bébé a ensuite pris
les commandes en agrippant le sein de sa mère et en y tétant avidement le riche colostrum.
Le portrait juré craché de son père ! Donc voilà, tout s'est bien passé, le bébé mesure 48 cm
et pèse 7 lbs et 12 onces (3,5 kilo), il est en pleine forme, et en plus, il dort... du jamais vu
sous notre toit ! Il s'appellera Léo (Ce sera donc un lion, muni d'une petite face de crapaud,
né sous le signe du poisson, pendant l'année chinoise du singe...). Bienvenue à notre petit
garçon. Et puisqu'il faut bien faire les présentations officielles : « Fils, voilà le monde. Monde,
voici mon fils. »








Aperçu du document Je vous raconte.pdf - page 1/2

Aperçu du document Je vous raconte.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00403691.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.