1er PARTIE .pdf



Nom original: 1er PARTIE.pdf
Titre: Présentation PowerPoint
Auteur: OMAR

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Impress / OpenOffice.org 3.4, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/02/2016 à 07:45, depuis l'adresse IP 92.167.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 592 fois.
Taille du document: 2.7 Mo (53 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


NOTRE

PROPHETE MOHAMMED

AU NOM DE DIEU LE TOUT
MISERICORDE LE MISERICORDIEUX
Dieu dit: "NOUS NE T'AVONS
ENVOYE QUE COMME MISERICORDE
AUX HABITANTS DE CE MONDE"
[S:21-V:107].
"NOUS NE T'AVONS ENVOYE QUE
COMME ANNONCIATEUR DE BONNES
NOUVELLE ET COMME AVERTISSEURS"
[S:25-V:56].
 

Louange à Dieu, Seigneur des mondes;
c'est Toi seul que nous adorons, et c'est
Toi dont nous implorons secours. Quant à
MOHAMMED -qu'ALLAH le bénisse et le
salue- nous lui témoignons nos respects et
notre gratitude pour tout ce qu'il a fait pour
le bien de l'Humanité !
 

Notre Prophète MOHAMMED -qu'ALLAH le
bénisse et le salue- est: le MODELE à imiter
par l'Humanité entière, Dieu dit dans le
CORAN: "VOUS AVEZ, DANS L'ENVOYE DE
DIEU, UN BEL EXEMPLE" [S:33-V:21].
 

La Biographie du notre Prophète et Envoyé
de Dieu -qu'ALLAH le bénisse et le salueaide le musulman à mieux comprendre le
Coran et à se pénétrer de son esprit, et à
fournir au musulman des connaissance
certaines et très étendus se rapportant à la
doctrine de l'ISLAM, ses préceptes et sa
morale; car il n'est pas de doute que la vie
du Prophète -qu'ALLAH le bénisse et le
salue- est la concrétisation et l'application
parfaite de tous les principes de l'ISLAM et
de ses Lois .
 

  ...Donner aux éducateurs et aux prêcheurs
l'Exemple d'une méthode d'enseignement
et d'éducation très efficace. Le Prophète
-qu'ALLAH le bénisse et le salue- s'avéra en
effet être un pédagogue et un éducateur
émérité au cours des différentes étapes de
sa Mission.
La biographie du Prophète répond à toutes
ces exigences, sa vie présente tous les
aspects Humanitaire et Sociaux que l'on
rencontre chez l'homme en tant que
membre efficace de la Société.
 

Sa biographie nous offre l'Exemple sublime d'un homme
DROIT et HONNÊTE, FIDELE à sa nation et à sa disciples,
et ce, sous les différents aspects de sa personnalité
multiple:
1-: L'apôtre *RASSOUL* qui nous appelle à Dieu par la
Sagesse et la belle exhortation, lutant de toutes ses forces
pour réaliser sa mission.
2-: Le Chef d'état qui gère les affaires avec habilité et
grande sagesse.
3-: L'époux exemplaire et le père affectueux sachant bien
doser et partager les Devoirs et les droits entre ses
épouses et ses enfants
4-: Le Général qui mène son armée à la Victoire; le
Politicien sincère et astucieux; le Musulman qui pratique
ses devoirs Religieux à la lettre, le bon Compagnon enfin
qui plaisante et sourit en famille et parmi ses amis .

MOHAMMED LEMISERICORDE
Dieu dit dans le Coran: "NOUS NE T'AVONS
ENVOYE QUE COMME MISERICORDE AUX
HABITANTS DE CE MONDE" [S:21-V:107].

Notre Prophète MOHAMMED -qu'ALLAH le
bénisse et le salue- a été envoyé par Dieu
comme Miséricorde pour tous les habitants
de ce monde. Il a en effet enseigné la
JUSTICE, la BONTE, le PARDON, la VERTU,
le RESPECT de la vie où qu'elle se trouve, le
respect des biens que Dieu nous a
prodigués, la fuite de tout abus dans
l'utilisation de ces biens etc... Tout cela est
venu mettre fin à l'injustice, à la
corruption, au mensonge, à la supercherie
et à la barbarie qui régnaient alors partout
dans le
monde ...

NAISSANCE

DE

NOTRE PROPHETE

  Notre Prophète mohammed -bénédiction et salut

sur lui- naquit en 570 après J.C à la MECQUE de la
plus Noble famille (BANU HACHEM) et la plus
Noble tribu (QUREICH) des arabes.
Il était illettré comme la plupart et ses
concitoyens et fut, dès son jeune âge, remarqué
pour la pureté de ses mœurs et pour son
Honnêteté absolu qui lui valut le surnom de "AL
AMIN" (le respectueux du dépôt).

..Partout dans le monde les gens
sombraient dans la débauche, l'injustice et
les guerres. L'homme ne craignait plus que
la force brutale et n'adorait plus que la
force. Il ne voyait d'autre paradis et d'autre
enfer que la jouissance charnelle et les
peines de ce monde éphémère .
Tous les hommes étaient esclaves d'autres
hommes, eux-mêmes esclaves de leurs
passions et prisonniers de leurs folie et de
leur extravagance .

  Ce

n'était plus que le règne des tyrans, des
spadassins, des brigands, des spéculateurs,
des usuriers, des sorciers, devins et autres
charlatans qui exploitaient la naïveté des
autres et leurs mauvaise conscience .
Si le monde avait continue dans cette
chute vertigineuse, la race humaine se
serait depuis longtemps étaient ou serait
entièrement retombé au niveau des porcs
et des singes et n'aurait jamais pu survivre
jusqu'à ce jour pour atteindre ce niveau de
science et de civilisation dont lesmes sont
si fiers.

C'est alors que Dieu, dont la Miséricorde et la
Bonté sont les attributs majeurs, décida de lancer
un dernier appel (en envoyant le dernier des
Prophètes: Notre Bien-Aimé MOHAMMED
-qu'ALLAH le bénisse et le salue-) à l'Humanité
car la terre étaient à la veille de ce redoutable
cataclysme qui la fera disparaître à jamais et qui
sera le prélude d'un jour encore plus pesant et
plus terrible où chacun devra rendre compte du
moindre de ses acquis .
Notre Prophète bien-aimé est né le lundi, 12
Rabi' (1), au cours de l'année de l'Eléphant, c'està-dire celle où ABRAHA AL ACHRAM fit une
incursion à la Mecque et tenta de détruire la
KA'BA. Dieu l'en empêcha par un MIRACLE, décrit

SOURATE *105* L'ELEPHANT
 

AU NOM D'ALLAH LE TOUT MISERICORDE LE
MISERICORDIEUX
N'AS-TU PAS VU CE QUE TON SEIGNEUR A FAIT
DES HOMMES A L'ELEPHANT ?? (1) N'A-T-IL PAS
RENDU LEUR RUSE COMPLETEMENT VAINE ?? (2)
IL ENVOYA SUR EUX DES VAGUES SUCCESSIVES
D'OISEAUX (3) QUI LES BOMBARDAIENT AVEC
DES PIERRES DE TERRE CUITE (4) IL LES RENDIT
COMME DE LA PAILLE MANGEE (PAR LA

La Sira d'Ibn Ishâq et al-Tabarî attribuent cette
exp."adition à l'ambition d'ABRAHA. Celui-ci avait
construit à SAN'Â une église qui n'avait pas son pareil, sur
toute la terre en grandeur et en beauté; on y venait de
Byzance, de Syrie et de tous les pays chrétiens, et les
offrandes affluaient. Il lui vint à l'idée de supplanter la
Mecque et il écrivit au Négus: "J'ai construit une église
pour toi, ô roi, comme il n'en a jamais été construite pour
aucun roi avant toi. Je n'aurai de cesse que j'y détourne le
pèlerinage des Arabes. ..Les arabes ont à la Mecque un
temple qu'ils appellent temple de Dieu *BAYTU-L-LÂH*;
ils y vont en pèlerinage,et font des processions autour de
ce temple. L'église que j'ai fait construire est cent mille
fois supérieure en beauté à ce temple. ...Je veux
ordonner aux arabes de se rendre ici, au lieu de faire leur
pèlerinage à leur temple. Cela sera l'éternelle gloire du
roi..." .
 

 Pour réaliser ce projet, Abraha dépêcha vers la

Mecque deux arabes qui appartenaient à la tribu
des Khuzâ'a et qui après le triomphe des
Quraychites, s'étaient réfugiés au Yémen; il
s'agissait de deux frères, nommés muhammad et
Qays. Ils partirent pour le Hedjaz, afin
d'accomplir leur mission, mais les Quraychites
veillaient et muhammad fut tué d'un coup de
lance dès qu'il atteignit le territoire des Banû
Kinâna, alliés, de la grande tribu mekkoise; Qays
put s'enfuir et se réfugia auprès d'Abraha, qui
décida de marcher sur laMecque et de détruire la
Ka'ba. L'affaire devait d'ailleurs s'aggraver, car un
Kinânite vint visiter l'église construite par Abraha,
s'y fit enfermer une nuit sous prétexte d'y prier,
et la souilla en déposant des ordures sur l'autel.

Abraha partit donc pour la Mecque avec une armée
nombreuse, son éléphant personnel, Mahmûd, et treize
autres éléphant d'Abyssinie. Sur son chemin, il se heurte
d'abord à un guerrier fameux pour sa vaillance, Dhû Nafr,
un Himyarite allié de la Mecque et il le vainquit; puis il mit
en fuite Nafayl fils de Habîb, chef d'une puissante tribu
qui vivait en bonne entente avec les Quraychites. Ces
deux victoires freinèrent les intentions de résistance des
autres Arabes, qui vinrent faire leur soumission à Abraha,
y compris ceux d'al-Tâ°if. Voici maintenant le récit d'alTabarî, qui suit de près la Sîra: le rôle de 'Abd al-Muttalib,
le grand-père du Prophète, qui était alors l'homme le plus
respecté de la Mecque et le responsable du temple, mérite
d'être souligné
 

 :"Les habitant de la Mecque furent dans la
crainte; ils allèrent trouver 'Abd alMuttalib, pour connaître son avis. 'Abd alMuttalib dit: "Nous ne sommes pas de force
à résister à ces hommes; quand Abraha
s'approchera, nous nous en irons tous, avec
nos femmes et nos enfants, dans les
montagnes. Abraha sait à quoi s'en tenir en
ce qui concerne ce temple (la Ka'ba), dont
le Maître est plus puissant que nous et,
selon sa Volonté, en éloignera cet ennemi
ou le lui abandonnera...".
 

  Abraha envoya à la Mecque un
homme himyarite, qui était avec
lui, l'un des rois du Yémen, nommé
Hunâta, et lui donna pour
instruction de dire aux Mekkois:"
Je ne veux pas attenter à votre
vie; je suis venu pour détruire ce
temple, comme j'ai juré de le faire;
soyez tranquilles pour votre vie et
votre bien".

 
Abraha recommanda aussi à
son envoyé de lui amener le
chef des habitants, qu'il voulait
voir. Hunâta vint dans la ville,
transmit aux habitants le
message d'Abraha et amena
'Abd al-Muttalib auprès du roi...

Le dialogue s'engage entre les deux
hommes, avec le concours d'un interprète.
Abraha s'attend à ce que 'Abd al-Muttalib
lui demande d'épargner la Ka'ba et,
ajoutent nos auteurs, il était prêt à le faire,
tant 'Abd al-Muttalib l'avait impressionné.
Mais contre toute attente, le Mekkois ne
parle pas du temple et réclame simplement
au roi abyssin qu'on lui rend 200 chameaux
qu'on lui a pris. Etonné de cette
revendication apparemment mesquine,
Abraha lui répond:

Tu m'as plu grandement
lorsque je t'ai vu; après avoir
entendu ce que tu viens de
dire, je suis déçu par toi. Quoi !
Tu ne te préoccupes que des
200 chameaux que j'ai pris et
tu ne me demandes rien au
sujet de ta religion et de celle
de tes ancêtres, à moi qui suis
venu détruire ce temple

 

'Abd al-Muttalib répliqua:
"JE

SUIS LE PROPRIETAIRE
DE CES CHAMEAUX ET CE
TEMPLE A UN PRORIETAIRE
QUI SERA LE DEFENDRE" .

Abraha lui répondit que ce
propriétaire serait incapable de le
défendre contre lui et le Mekkois
dit: cela reste à voir !! .
Abraha donna l'ordre de restituer
ses chameaux à 'Abd al-Muttalib,
qui rentra à la Mecque dont il
organisa l'évacuation de la ville,
déserte, et resta à la disposition du
roi abyssin.

  Le lendemain, celui-ci se présenta
devant la cité, avec son éléphant, suivi
des treize pachydermes qui
accompagnaient son armée :
"On conduisit le grand éléphant dans
l'enceinte sacrée; arrivé là, l'éléphant
s'arrêta et ne voulut plus avancer d'un
seul pas; on le frappa sur la tête avec
des bâtons de bois et de fer; tout fut
en vain. Les autres éléphants
s'arrêtèrent également.

Alors Dieu envoya une espèce d'oiseaux
 
ressemblant
à l'hirondelle...qui volèrent vers le
bord
de la mer, où chacun prit dans ses serres et
 
dans son bec quelques grains de sables; ensuite
ils s'envolèrent dans la direction de la Mecque et
se tinrent au-dessus des troupes abyssines. On
raconte que Dieu fit sortir de l'Enfer une vapeur
par laquelle le sable dans les serres et dans le bec
des oiseaux se changea en pierres, que les
oiseaux laissèrent tomber sur les soldat. Chaque
soldat fut frappé d'une pierre à la tête, et aussitôt
le feu entra dans son corps, le chair se détacha
des os, et le corps entier ne devint qu'une plaie.
Le corps de tout homme atteint par une de ces
pierres fut couvert du pustules.

Ainsi se termine la guerre des
"HOMMES DE L'ELEPHANT"; la
Ka'ba s'était dafendu
miraculeusement:
- Dieu n'avait pas abandonné la
Maison construite par ABRAHAC'est au cours de cette année
"L'année de l'Eléphant" que le
dernier Messager de Dieu
MOHAMMED est né précisément.

  

Après 2 mois de sa conception
-qu'ALLAH le bénisse et le salut-,
son PERE mourut et MOHAMMED
naquit ORPHELIN. Son grandPère 'Abd al-Muttalib le prit à sa
charge.

Sa MERE, AMINA, décéda alors
qu'il n'avait que 6 ans. Son grandpère 'Abd al-Muttalib mourut à son
tour, peu de temps après. L'enfant
était âgé de 8 ans, quand il passa
sous la tutelle de son oncle
paternel Abou Taleb .

CONCLUSION:
Le Prophète grandit
Orphelin et PAUVRE. Telle était la
Volonté de Dieu; c'est ainsi que Son
Messager apprit à ses désintéresser de
l'Argent et de la puissance, ne
fournissant à son entourage aucun
occasion de l'accuser d'ambition.

SON
  Les

ALLAITEMENT

Arabes avaient coutume de chercher
pour leurs nouveau-nés des mères
nourrices parmi les nomades du désert. Ils
étaient convaincu qu'un enfant qui
grandissait dans une ville devenait
forcément lent d'esprit et passif. Les
femmes de la tribu de SA'D BEN BAKR
affluaient à la recherche de nourrissons à
allaiter.

 

Les femmes des Banû Sa'd venaient
donc à la Mecque au printemps, avec
leurs maris et leurs enfants, pour faire
des offres de service et emporter des
nourrissons.

Parmi eux, il y avait une femme, HALÎMA,
accompagnée de son mari, al-Hârith, et qui
portait contre son sein un nourrisson maigrelet,
son fils 'Abd ALLÂH; c'était une année sans pluie,
nous disent les biographes du Prophète. Halîma
montait une petite ânesse jaune et al-Hârith une
veille chamelle qui, épuisé par le manque de foin
dû à la sécheresse, n'avait presque pas de lait:
"Aucun de nous ne dormait de la nuit de notre
arrivé à cause du petit 'Abd ALLAH qui criait parce
qu'il avait FAIM. Je n'avais pas de lait de la
chamelle: nous souhaitions de la pluie et du
repos."

  Arrivés

à la Mecque, la "Foire aux
nourrices" s'organise; les Mekkoises
viennent avec leurs nouveau-nés et
choisissent celles qui les allaiteront
pendant une année, en échange d'une
rétribution payée par le père et d'un
salaire.
Aucune des nourrices ne veut prendre le
petit MOHAMMED, car il est orphelin de
Père, et toutes le refusent en disant:
"Un orphelin ! Qu'est-ce que sa mère et

  Et, à 'Abd al-Muttalib qui lui présente son petitfils, Halîma réplique:
"J'ai assez de ma pauvreté, je n'ai pas besoin
d'y ajouter un enfant Orphelin !".
Finalement, toutes les femmes repartent avec un
nourrisson, des cadeaux et l'assurance d'un
salaire de nourrice; seul Halîma n'a rien trouvé et
se résout à accepter le marché que lui propose
'Abd al-Muttalib:
"Par Dieu ! Je n'aime pas l'idée de retourner avec
mes compagnes sans nourrissons; je vais prendre
cet orphelin" disait Halîma. Son mari lui répond:
"Fais ce qui te plaît; peut-être Dieu nous en
saura-t-il gré".

 Halîma prend l'enfant, rejoint le campement en le

tenant contre son sein, avec son propre bébé, le
petit 'Abd ALLÂH. et le MIRACLE se produit:
La nourrice a les seins gonflés de lait et les 2
nouveau-nés s'endorment ...
Al-Hârith trait la chamelle, dont les mamelles
regorgent de lait. Les époux s'en abreuvent et
passent une nuit calme et sans pleurs. Au petit
matin, l'homme dit à sa femme:
"Tu sais, Halîma, nous avons reçu une créature
bénie".
 

 La "Créature Bénie" resta 2 années en nourrice,

jouant avec les moutons de Halîma, avec son
frère de lait 'Abd ALLAH et avec les 2 sœurs de
celui-ci...

Quand il atteignit l'âge de 2 ans, MOHAMMED
-qu'ALLAH le bénisse et le salut- fut sevré. Il était,
dit Halîma, plus vigoureux qu'aucun autre enfant,
et elle repartit pour la Mecque avec son mari,
espérant secrètement qu'Amina le leur laisserait:
Depuis 2 ans les bénédictions pleuvent sur la
famille; leurs bêtes rentraient le soir rassasié et
pleines de lait; leurs chameaux étaient les plus
vigoureux de tous.

Halîma supplia donc la mère du
Prophète:
"L'air de la Mecque est malsain,
dit-elle, l'enfant risque d'attraper
la peste, il serait mieux à la
campagne".
Amina se rendit à leur raison et
MOHAMMED s'en retourna avec
ses parents nourriciers.

CONCLUSION ET MORALES:
Tous les narrateurs s'accordent
pour affirmer que le village de Halîma la Sa'dite
se couvrit de Verdure après une grande
sécheresse, et que les mamelles de sa vieille
chamelle se gonflèrent de lait alors qu'elles
étaient à sec. Tout cela prouve la Considération
que Dieu vouait à son Prophète -qu'ALLAH le
bénisse et le salut- dès son plus jeune âge. Dieu
se montre bon et généreux envers Halîma et sa
famille pour la seule raison qu'elle était la mère
nourricière de MOHAMMED. Ceci est une grande
démonstration de la considération que Dieu
vouait à MOHAMMED...
 

LE VOYAGE AU CHAM
Quand il atteignit ses 12 années, son
oncle et tuteur voulut se rendre au
châm en vue d'un commerce. Cette
séparation lui parut très douloureuse.
Son oncle eut pitié de lui et le prit avec
lui. Ils partirent alors à destination de
Damas en traversant Thamoud et
Madina.

 Arrivés

à Bassora, dans le pays de
Châm, ils campèrent à proximité de
l'ermitage d'un Moine appelé Bohayra
qui était chrétien, et dont le Savoir se
portait sur les livres originaux et
authentiques et connu dans toute la
région pour sa Vertu. Le Seigneur
voulut que Bohayra regarde du haut
de son ermitage et voit une caravane
s'approcher dans sa direction. Il
remarqua surtout un Adolescent qu'un
nuage protégeait du soleil.

La caravane fit halte, le nuage demeure audessus de la tête du garçon. Cet adolescent
doit être de grande importance, se dit-il.
Mais comment faire pour le voir et
converser avec lui. Il invita les membres de
la caravane à accepter son hospitalité et
leur offrit à dîner...
Je vous ai préparé de la nourriture, ô gens
de Quraych, et j'aimerais vous voir tous
venir, grand et petit, esclaves et homme
libres.

L'un d'eux dit:
"Par Dieu, Bohayra, il s'est passé quelque
chose d'extraordinaire aujourd'hui, tu
n'avais pas l'habitude de nous traiter ainsi,
et pourtant nous sommes passées souvent
par ici. Qu'est-ce qu'il t'est donc arrivé ?.
Il répondit:
Vous avez raison, mais vous êtes mes hôtes
et je désire vous honorer et vous donner de
la nourriture, pour que vous puissiez
manger.
 

 Ils

se rassemblèrent donc autour de
lui, laissant l'Apôtre de Dieu avec les
bagages, sous l'arbre, en raison de son
extrême jeunesse.
Lorsque Bohayra les regarda, il ne vit
pas le signe qu'il connaissait et qu'il
avait lu dans ses livres (Les
Evangiles). Aussi leur dit-il:
"Qu'aucun de vous ne reste en arrière
et ne se tienne à l'écart du repas".
 

Ils lui dirent:
"Nul de ceux qui devaient venir n'est resté
derrière, sauf un garçon, le plus jeune de
nous tous, qui est resté avec les
marchandises.
Alors il leur dit de l'inviter à partager leur
repas. Alors un Quraychite dit:
"Par al-Lât et al-Uzzâ (2 divinités du Hedjaz
au temps du paganisme), nous sommes à
blâmer, nous avons laissé à part le fils de
'Abd ALLAH ben 'Abd al-Muttalib !".

Bohayra alla vers lui, l'embrassa et le fit
asseoir parmi la troupe. Il l'examina avec
attention, observant les traits de son corps
et retrouvant les caractéristiques décrites
(dans les livres chrétiens).
Quand la caravane eut fini de manger, et
se fut dispersée, Bohayra se leva et lui dit:
"Mon garçon, par al-Lât et par al-Uzzâ, je
t'adjure de répondre à mes questions ?".

Or Bohayra ne lui parlait ainsi que
parce qu'il avait entendu les siens (les
Quraychites) jurer par ces divinités.
L'apôtre de Dieu lui dit:
"Ne m'interroge pas au nom d'al-Lât
et d'al-Uzzâ, car, par Dieu, il n'est rien
que je haïsse plus que ces deux-là".
Alors, au nom de Dieu, répond à mes
questions. Il répliqua:
"Demande-moi ce que te semble".

 



Documents similaires


17 sourate du voyage nocturne
sa naissance
au sujet des regles considerees comme preuve de l isl m
tawhidaz
8 sourate du butin
6 points pdf 1


Sur le même sujet..