relativité restreinte.pdf


Aperçu du fichier PDF relativite-restreinte.pdf - page 3/22

Page 1 2 34522



Aperçu texte


1.Principes fondateurs
La relativité restreinte rentre dans l’histoire des sciences en 1905, après la
parution de l’article : « De l’électrodynamique des corps en
mouvements », A. Einstein.
Dans le quelle A. Einstein s’appuies sur les travaux novateur de H.A.
Lorentz, de H. Poincaré, de J.C. Maxwell et d’autre pour formuler une
nouvelle théorie de l’espace et du temps.
𝑿𝑽𝑰𝑰𝒆 𝒆𝒕 𝑿𝑽𝑰𝑰𝑰𝒆 𝒔𝒊è𝒄𝒍𝒆𝒔
La théorie de la gravitation universelle de Isaac Newton, comprenait déjà une
hypothèse sur l’espace et le temps qu’il est aisé d’admettre.
Pour Newton, le temps et l’espace sont deux entité différente et absolue, il ne
dépende que d’eux même, et sont donc équivalent dans tous les référentiels.
De plus Newton, bâtis sa théorie sur un principe introduit par G. Bruno et repris
par Galilée : le principe de relativité.
Ce principe est fondamentale car il exprime qu’il n’existe pas de référentielles
particulier qui puisse être considéré comme au repos absolue, et que les lois
de la physique sont rigoureusement identique pour tous les « référentielle
Galiléen », c’est-à-dire pour les référentielle sur lesquelles aucune force ne
s’applique, ou alors ou la somme des forces qui s’applique s’annule. Pour être
simple et précis, un référentielle Galiléen est un référentielle qui est soit « au
repos », soit en mouvement rectiligne et uniforme. Un référentiel au repos est
donc équivalent à un référentiel en mouvement rectiligne et uniforme.
Conséquence : une personne en mouvement rectiligne et uniforme ne peut
pas prouvé qu’il est plus en mouvement qu’au repos .
𝑿𝑰𝑿𝒆 𝒔𝒊è𝒄𝒍𝒆
J.C Maxwell , unifie électricité et magnétisme pour crée l’électromagnétisme,
les aboutissements de sa théorie vont l’amené à la conclusion que la vitesse
des ondes électromagnétique dans le « vide » est une constante, qui se trouve
être la vitesse de la lumière, il en déduit que la lumière est une onde
électromagnétique et que sa vitesse est constante par rapport à un
référentielle qui a première vu semble privilégié, ou absolue, de plus à cette
époque chaque phénomène ondulatoire était associé à la vibration d’un
milieu (par ex les vague , sont les vibration de l’eau). Ce qui va amener les
scientifique a créé un milieu qui servirai de support pour transporter la lumière,
il l’appellerons « l’éther luminifère ». Ce milieu semblait nécessaire au bon
fonctionnement de cette théorie. De la vient une contradiction formelle avec
le principe de relativité. Car l’Ether doit être absolument immobile.

02/2016

| Mathieu GALLO