Actu droit .pdf



Nom original: Actu droit.pdfTitre: Microsoft Word - Actu droit.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.10.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/03/2016 à 18:52, depuis l'adresse IP 89.91.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 386 fois.
Taille du document: 205 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


zp
oe

oncelet

Avocat  au  barreau  de  Marseille  
 
 

 

LE  FIL  D’ACTU  :  DROIT  DE  L’ENVIRONNEMENT  (02/03/2016)  
 

 

 
La  décision  préfectorale  autorisant  le  rejet  en  mer  de  boues  rouges  en  plein  cœur  
du  Parc  national  des  Calanques  :    
pas  d’urgence  selon  le  juge  administratif  !  
 
 

 
 
 
La   société   ALTEO,   exploitant   l’usine   d’alumine   à   Gardanne,   pour   fabriquer   de  
l’aluminium,  bénéficie  depuis  près  de  50  ans  d’un  droit  de  rejeter  des  résidus  en  mer  à  7  
km   au   large   de   Marseille   et   Cassis.   Plus   de   20   millions   de   tonnes   de   boues   rouges   ont  
ainsi  été  déversées  sur  les  fonds  marins  de  la  fosse  de  Cassidaigne.    
 
Par   divers   arrêtés   successifs,   la   société   a   obtenu   la   reconduction   de   son   autorisation  
d’exploiter,   mais   le   dernier   arrêté,   en   date   du   1er   juillet   1996,   stipulait   que   l’industriel  
devait  cesser  «  tout  rejet  en  mer  »  avant  le  31  décembre  2015.  
 
L’industriel   s’est   alors   doté   de   trois   filtres-­‐presses   en   2007   et   les   boues   rouges  
déshydratées  sont  désormais  stockées  à  terre.  Toutefois,  la  société  souhaitait  conserver  
le   droit   de   déverser   ses   effluents   liquides,   chargés   en   métaux   divers   et   qui   restent  
toxiques  et  chimiques.    
 

 

1  

La   société,   à   l’approche   de   l’échéance,   a   déposé   une   demande   de   modifications  
substantielles  de  son  installation  classée,  visant  à  prolonger  son  rejet  en  mer  au  même  
endroit.    
 
Par  un  arrêté   du   29   décembre   2015,  l’industriel  a  obtenu  du  préfet  des  Bouches-­‐du-­‐
Rhône,   l’autorisation   de   continuer   à   rejeter   des   effluents   liquides   pendant   6   années  
supplémentaires.      
 
Cette   décision   a   provoqué   la   colère   de   différentes   associations   de   défense   de  
l’environnement  et  de  riverains  qui  dénoncent,  depuis  plusieurs  années,  la  toxicité  des  
boues  rouges.    
 
Plusieurs   associations   de   défense   de   l’environnement   ont   engagé   un   recours   en  
annulation   auprès   du   tribunal   administratif   de   Marseille,   couplé   d’un   référé-­‐
suspension  à  l’encontre  de  cet  arrêté.    
 
Le   référé-­‐suspension,   prévu   par   l’article   L.   521-­‐1   du   code   de   justice   administrative,  
permet   d’obtenir,   dans   un   bref   délai,   la   suspension   d’une   décision   exécutoire,  
défavorable  au  requérant,  dans  l’attente  du  jugement  statuant  sur  son  annulation.    
 
Trois  conditions  sont  requises  pour  que  le  juge  des  référés  prononce  la  suspension  de  la  
décision  :    
 
-­‐ l’urgence  à  suspendre  l’exécution  de  la  décision  litigieuse  ;  
-­‐ l’existence  de  doutes  sérieux  quant  à  la  légalité  de  la  décision  ;    
-­‐ le  dépôt  par  le  demandeur  d’une  requête  en  annulation  contre  la  décision.    
 
Par  une  ordonnance   du   26   février   2016,  le  juge  des  référés  du  tribunal  administratif  
de  Marseille  a  refusé  de  suspendre  l’arrêté  du  préfet  des  Bouches-­‐du-­‐Rhône  autorisant  
la  prolongation  du  rejet  d’effluents  générés  par  l’activité  de  l’usine  ALTEO  à  Gardanne  au  
motif  que  l’urgence  n’est  pas  démontrée.    
 
En   effet,   le   tribunal   précise   «  que   l’autorisation   contestée   vise   un   nouveau   procédé  
industriel  permettant  de  réduire  les  rejets  de  99,95%  s’agissant  des  matières  solides  et  de  
50%   s’agissant   des   flux   de   métaux  ;   que   les   études   complémentaires   qui   ont   été   menées  
sous   l’empire   de   l’ancien   procédé   industriel   durant   l’année   2015,   si   elles   ont   fait  
apparaître  la  présence  de  polluants  dans  le  milieu  marin,  n’ont  pas  révélé  de  danger  
grave  et  immédiat  ;   que   d’autre   part,   l’autorisation   litigieuse,   limitée   dans   le   temps   en   ce  
qui   concerne   6   substances,   est   assortie   de   prescriptions   imposant   un   grand   nombre   de  
contrôles   et   de   mesures   des   émissions   aqueuses   et   de   leur   impact   sur   le   milieu   marin,   dont  
les  résultats  permettront  en  temps  utile  à  l’autorité  administrative  d’exercer  son  pouvoir  
de  police  en  cas  de  danger  mis  en  évidence  par  ces  mesures  ;  qu’en  tout  état  de  cause,  la  
gravité   du   danger   allégué   ne   pourra   être   pertinemment   appréciée   qu’à   l’issue   d’une  
période  conséquente  de  mesures  et  d’analyses  du  milieu  marin  ;  que  dans  ces  conditions,  
l’urgence  alléguée  ne  saurait  être  regardée  comme  établie  »  (TA  Marseille,  Ord.,  26  février  
2016,  Union  Calanques  Littoral  et  autres,  n°  1600478).    
 
En  conséquence,  aucune  urgence  !    
 

 

2  

Mollo  mollo  les  écolos,  les  industriels  ont  toujours  le  dernier  mot…    
 
Pas   question   de   préjudice   environnemental   ou   de   risque   pour   la   santé   publique.  
Attendons   6   ans   de   plus,   lorsque   des   mesures   permettront   de   faire   réellement  
apparaître   que   la   mer   Méditerranée   est   polluée   par   ces   effluents   (on   ne   le   sait   pas  
encore…)   et   que   les   populations   se   baignent   et   se   régalent   de   poissons   tout   en  
ingurgitant  diverses  sortes  de  métaux  lourds.    
 
Ni   la   création   du   Parc   national   des   Calanques   en   2012,   ni   (feu  ?)   le   principe   de  
précaution,  ni  (bientôt  feu  !)  le  préjudice  écologique,  ni  (presque  feue…)  notre  Ministre  
de   l’écologie,   ne   semblent   avoir   suffisamment   d’impact   pour   agir   à   l’encontre   des  
industriels  pollueurs.    
 
Alors  c’est  sûr  depuis  1996  et  après  20  millions  de  tonnes  de  boues  rouges  déversées,  
pas  d’urgence  …  6  ans  de  plus,  6  ans  de  moins…    Peuchère  !  
 
 
 
 
La  difficile  cohabitation  des  espèces  protégées  et  de  l’élevage  :    
le  cas  du  Vautour  fauve  
 
 

 
 
Depuis   quelques   années,   des   éleveurs   des   Pyrénées   accusent   le   vautour   fauve,   rapace  
nécrophage,  d’attaquer  les  troupeaux.  Comme  pour  le  loup  ou  l’ours,  le  développement  
de  l’oiseau,  espèce  protégée,  ne  ravit  que  les  défenseurs  de  la  biodiversité.    
 
Le   préfet   des   Pyrénées-­‐Atlantiques   a   donc   autorisé,   sur   le   territoire   de   certaines  
communes  et  pour  une  durée  d’un  an,  des  tirs  d’effarouchement  des  vautours  fauves.    
 
Plusieurs   associations   ont   alors   demandé   au   tribunal   administratif   de   Pau   d’annuler  
cette   autorisation.   Leur   requête   a   été   rejetée   en   première   instance,   elles   ont   alors   formé  
appel  :  

 

3  

 
Par  un  arrêt   du   1er   mars   2016,  la  Cour  administrative  d’appel  de  Bordeaux  a  déterminé  

les   trois   conditions   qui   permettent   au   Préfet   de   déroger   à   l’interdiction   de   la  
perturbation  intentionnelle  des  vautours  fauves,  espèce  protégée,  conformément  
aux  articles  L.  411-­‐1  et  L.  411-­‐2  du  code  de  l’environnement  :    
 
-­‐ la  dérogation  permet  de  prévenir  des  dommages  importants  causés  à  l’élevage  ;    
 
-­‐ il  n’existe  pas  d’autre  solution  satisfaisante  permettant  à  elle  seule  d’assurer  un  
équilibre  satisfaisant  entre  les  intérêts  publics  en  présence,  en  matière  sociale  et  
économique,  d’une  part,  de  protection  de  l’environnement,  d’autre  part  ;  
 
-­‐ la   dérogation   ne   doit   pas   nuire   au   maintien   dans   un   état   de   conservation  
favorable  des  populations    des  espèces  concernées  dans  leur  aire  de  répartition  
naturelle.    
 
(CAA  Bordeaux,  1er  mars  2016,  France  Nature  Environnement  et  autres,  n°  14BX00589)  
 
Eléments  de  réflexion  :    
 
Le  vautour  fauve  nettoie  la  montagne  de  ses  cadavres  et  permet  de  stopper  net  le  risque  
d’épidémie.   L’éleveur   a   donc   besoin   du   vautour,   autant   que   le   vautour   se   sert   à  
l’occasion  des  animaux  morts  de  l’éleveur.    
 
Un  équilibre  parfait?  Pas  pour  certains  paysans  des  Pyrénées.  Ces  derniers  relatent  des  
épisodes  dignes  des  «  Oiseaux  »  d’Hitchcock.    
 
Pourtant,  dans  les  années  60,  le  vautour  fauve  était  un  allié  des  éleveurs.    
 
L’espèce  disparaissant,  elle  a  obtenu  le  statut  d’espèce  protégée  à  partir  de  1976.    
 
En  Espagne,  le  développement  de  l’élevage  intensif  industriel  porcin  permettait  de  livrer  
en   pâture   aux   vautours   de   nombreuses   carcasses   permettant   à   l’espèce   protégée   de  
proliférer.    
 
Suite   à   la   crise   de   la   vache   folle   dans   les   années   2000,   l’Union   européenne   ferme  
brutalement  les  charniers  espagnols.  Les  charognards  perdent  ainsi  leur  garde-­‐manger  
favori  et  passe  la  frontière  française  en  quête  de  nourriture.    
 
Plusieurs  épisodes  houleux  s’en  suivent,  notamment,  le  procès  correctionnel  en  date  du  
30  septembre  2014  d’un  éleveur  ariègeois  poursuivi  pour  avoir  abattu  un  vautour  fauve  
qui  planait  au-­‐dessus  de  son  troupeau.    
 
Comment  expliquer  que  le  vautour  ne  s’attaque  pas  qu’aux  animaux  morts  ?    
 
Les   spécialistes   précisent   que   l’oiseau   ne   s’attaque   pas   aux   animaux   mobiles   et   peut  
donc   être   trompé   par   l’immobilité   d’un   animal   blessé   ou   mettant   bas   dans   des  
conditions  critiques.    
 

 

4  

Ces   cas   étaient   rares   dans   les   années   60,   mais   petit   à   petit,   le   prix   du   lait   chutant,   les  
races   mixtes   ont   pris   la   place   sur   les   races   montagnardes,   viandardes.   Les   espèces  
implantées  ont  plus  de  difficultés  à  mettre  bas,  causant  plus  de  risques  d’attaques.    
 
Les  élevages  deviennent  également  plus  importants,  le  nombre  de  cheptels  et  d’éleveurs  
est   réduit,   d’où   la   difficulté   de   garder   un   œil   sur   toutes   les   mises   bas   ou   les   animaux  
blessés.    
 
Quelles  solutions  ?    
 
Les   tirs   d’effarouchement  ?   Les   associations   dénoncent   le   risque   de   dérapage   et   la  
repousse  du  problème  sur  l’exploitation  voisine.    
 
L’indemnisation  des  éleveurs  ?  C’est  une  des  solutions  mises  en  place,  mais  elle  s’avère  
coûteuse  et  insuffisante.    
 
Pourquoi   ne   pas   revenir   aux   aires   d’équarrissage   naturelles  :   une   organisation  
d’agriculteurs  qui  acheminent  les  carcasses  mortes  naturellement  dans  un  endroit.    
 
Affaire  à  suivre…    
 
 
Biblio  :  http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-­‐
publics/144000668.pdf  
 
 
 

 

5  


Aperçu du document Actu droit.pdf - page 1/5

Aperçu du document Actu droit.pdf - page 2/5

Aperçu du document Actu droit.pdf - page 3/5

Aperçu du document Actu droit.pdf - page 4/5

Aperçu du document Actu droit.pdf - page 5/5




Télécharger le fichier (PDF)


Actu droit.pdf (PDF, 205 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


actu droit
actu droit 1
vade me cum vautour fauve frapna lpo copie
dossier de presse boues rouges 2015 collectifs littoral
2018 63 ucl echo des calanques
uranium thorium champignons dunes carnetsnat d raymond 2017

Sur le même sujet..