Brochure fertilisation15nov (1) (2).pdf


Aperçu du fichier PDF brochure-fertilisation15nov-1-2.pdf - page 5/52

Page 1...3 4 56752



Aperçu texte


AVANT-PROPOS
L’agriculture biologique se développe depuis plus de

Toutes les pratiques de fertilisation

30 ans au Québec. Guidée au départ par des

discutées ici entrent dans le cadre des

principes relativement théoriques et venus des

certifications agrobiologiques actuelles.

expériences

de

Mais comme les normes de certification

l’agriculture biologique, les pratiques de fertilisation

évoluent, il est préférable de consulter

des cultures ont évolué en fonction des réalités du

les cahiers des charges, voire de

terrain et des résultats obtenus à travers les années

contacter son organisme de certification

par les producteurs d’ici. Grâce aux travaux et

s’il subsiste le moindre doute sur la validité de

expérimentations menés pendant ces 30 ans par les

certaines pratiques.

américaines

et

européennes

producteurs et productrices, le plus souvent avec très
peu de moyens, un certain nombre d’ajustements ont
été effectués afin d’améliorer les pratiques de
fertilisation en régie biologique. Graduellement des
références nouvelles ont été développées. À des
principes de base globalement toujours valables,
s’ajoute aujourd’hui une meilleure compréhension
du fonctionnement d’un système agrobiologique dans
les conditions particulières des sols et des climats du
Québec. Cela peut et doit permettre après cette
période de développement de baliser mieux
l’application des principes dans la pratique. Par

D’autre part, nous n’avons pas traité de
l’utilisation de tous les fertilisants qui sont
disponibles en agrobiologie (Duval, 2003). Nous nous
sommes limités à ceux qui sont économiquement
utilisables en élevage et en grande culture.
Certains

produits,

les

suppléments

azotés

organiques par exemple, sont très efficaces et leur
utilisation peut se justifier en serriculture ou en
horticulture. Mais actuellement leur coût est
nettement trop élevé pour une utilisation même
partielle en production extensive.

exemple, les contraintes climatiques poussent ici

Enfin nous avons délibérément choisi de ne pas aller

l’agriculture à ses limites extrêmes et oblige à adapter

dans le détail de calculs de fertilisation qui, tout en

des pratiques qui peuvent diverger de l’approche

ayant l’air précis, ne pourraient être qu’approximatifs.

agrobiologique généralement pratiquée ailleurs. C’est

Les méthodes et outils de calcul sont abondamment

dans cet esprit que s’inscrit cet ouvrage sur la

présents et utilisés au sein des ministères et des

fertilisation en agriculture biologique. Non pas qu’il

Clubs agroenvironnementaux. Selon nous, chaque

ne faut pas redire les principes de base, mais surtout

ferme étant un cas spécifique, chaque ferme doit être

qu’il faut ramener ces principes à la pratique, à partir

traitée comme telle. Et ce dernier bout, qui inclut

de ce qui a été observé et compris depuis ces

calculs, essais et observations à la ferme, ne peut être

30 dernières années au Québec.

fait que par l’agriculteur lui-même, assisté au besoin

Cette brochure s’adresse tant aux producteurs déjà

d’appui conseil.

en agrobiologie, qu’à ceux qui sont en transition : les
grands principes qui la sous-tendent sont valables
pour toutes les productions. Mais comme cet ouvrage
n’a pas la prétention d’épuiser le sujet, les exemples
utilisés pour illustrer nos propos vont cibler plus
spécifiquement les fermes en polyculture-élevage,
élevage et grande culture.

3

Pierre Jobin

Jacques Petit