pp 17 18 .pdf


Nom original: pp 17-18.pdfTitre: Microsoft Word - thèse jpylg_vol1 sans bib.docxAuteur: JPYLG

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/03/2016 à 19:59, depuis l'adresse IP 91.69.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 644 fois.
Taille du document: 153 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Introduction  
 
 
Introduction  
 
 
 
 
 
Jésus  et  l’Histoire.  A  propos  des  travaux  de  John  P.  Meier,  tels  sont  les  titre  et  sous-­‐
titre  d'un  article  paru  en  2011  dans  la  revue  Recherches  de  science  religieuse  2  qui  fait  un  
point   très   précis   de   la   problématique   indiquée   dans   le   titre,   Jésus   et   l'histoire,   article  
signé   de     Simon-­‐Claude   Mimouni.   Il   ne   faut   pas   le   lire   sans   le   mettre   en   rapport   avec   un  
autre   article,   issu   de   la   même   revue,   parce   qu'il   s'agit   en   réalité   d'un   dialogue   :     Jésus  
selon   l’historien   et   Jésus   selon   le   théologien.   3     Celui-­‐là   est   dû   au   Père   Joseph   Moingt.  
Chronologiquement,   c’est   l’article   du   Père   Moingt   qui   paraît   en   premier   et   le   second  
peut   être   sans   doute   considéré   comme   une   réponse,   ou   un   complément,   au   premier.    
Dans   l’article   de   Simon-­‐Claude   Mimouni,   la   question   est   de   savoir   “Comment     aborder   le  
personnage  de  Jésus  de  Nazareth  selon  une  perspective  strictement  historique  ?  ”  L’auteur  
se  propose  de  “distinguer  de  manière  claire  et  tranchée    4    le  point  de  vue  de  l’histoire  en  
milieu   scientifique   et   le   point   de   vue   de   l’histoire   en   milieu   théologique   ”.   “Les   deux  
démarches,   ajoute-­‐t-­‐il   plus   loin,   sont   évidemment   légitimes   mais   à   condition   qu’elles  
s’inscrivent   dans   deux   registres   différents   et   même   contradictoires.“   S.C.   Mimouni  
explique   que   l’histoire   en   milieu   scientifique   peut   être   abordée   sans   orientation  
confessionnelle  ou  philosophique  préalable,  mais  s’agissant  de  l’histoire  de  Jésus,  il  est  
rare  que  ce  soit  le  cas  :  “Les  historiens  paraissent,  en  effet,  avoir  pour  la  plupart  une  thèse  
à  défendre,  un  message  à  délivrer.  “  
 

En   outre,   comme   il   sera   très   vite   fait   remarquer,5     «   tout   historien   est   sous  

influence,   qu’elle   soit   consciente   ou   inconsciente   ».   Cette   influence   est   idéologique,   c’est    
celle   de   l’époque   et   celle   du   milieu.   Cela   étant,   l’auteur   va   se   lancer   dans   une   critique  
des  travaux  de  John  P.  Meier,6  «  pris  à  titre  d’exemple  ».  Est-­‐ce  de  l’histoire,  est-­‐ce  de  la  
théologie  ?  S.C.  Mimouni  propose  de  distinguer,  s’agissant  de  la  connaissance  qui  va  être  
donnée  de  Jésus,  “  la  figure  historique,  la  figure  traditionnelle  et  la  figure  réelle  ”.  Meier  
se   distancie   de   la   figure   traditionnelle,   donc   il   est   dans   la   figure   historique,   mais   la  
figure  réelle  est  encore  autre  chose.  
                                                                                                               
2 Mimouni SimonCxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
3 Joseph Moingt xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
4 C’est nous qui soulignons.
5 Voir infra p. 293, l'historien et le croyant, selon le psychologue.
6 Voir bibliographie générale, deuxième volume (annexes)

17  

Introduction  
 

Faudrait-­‐il     comprendre     que   l’histoire   fournit   des   connaissances   qui   sont   autres  

que   la   réalité   ?   La   question   peut   se   poser   ;   la   connaissance   historique   est   celle   que  
permettent   les   documents   disponibles.   La   connaissance   historique   est   une  
reconstruction.  Le  réel  est  “nécessairement  inaccessible”.  
 

Toujours   dans   la   revue   Recherches   de   science   religieuse,   dans   le   numéro   3   de  

l’année   2011,   on   peut   remarquer   un   article   de   Raymond   Lemieux,     ayant   pour   titre  
Crise,  christianisme  et  société  contemporaine.   7  Les  questions  posées  sont,  entre  autres,    
les   suivantes   :   «   Le   christianisme   survivra-­t-­il   à   la   modernité   ?   S’il   a   été   un   facteur  
historique   de   civilisation,   sa   pertinence   est-­elle   caduque   quand   cette   civilisation   se  
transforme   ?     À   quelles   conversions   l’expérience   chrétienne   est-­elle   appelée   ?».   Ces  
questions   sont   exactement   celles   qui   sous-­‐tendent   le   travail   présenté   aujourd'hui.  
Pourquoi  faire  de  l’histoire  si  ce  n’est  pour  aider  à  mieux  comprendre  l’actualité  ?  Qui  
ne  sait  qu’aujourd’hui  en  dépit  de  la  sécularisation  et  la  laïcisation  des  sociétés  (à  moins  
que   ce   ne   soit   en   raison   d’elles)   le   phénomène   religieux   opère   un   retour   en   force   et   qu’il  
est,  pour  l’avenir,  un  enjeu  majeur  au  niveau  géo-­‐politique  mondial,  européen,  national  
?  Les  sociologues  ont,  depuis  un  certain  temps  déjà,  attiré  l’attention  sur  le  fait  que  la  
relative   désertification   des   lieux   de   culte   habituels   pouvait   bien   n’être   qu’un   effet   de  
perspective   et   que   de   nouvelles   formes   de   comportements   religieux   se   mettaient   plus  
ou   moins   spontanément   en   place   qui   pouvaient   s’avérer   d’une   grande   importance   à  
moyen  terme.8  Les  «  JMJ  »  (Journées  Mondiales  de  la  Jeunesse),  discrètement  mises  en  
place   par   Jean-­‐Paul   II,   en   1984   à   l’issue   de   l’   année   sainte     et   réunissant   la   première   fois  
300  000  jeunes,  ne  cessent  d’attirer  d’une  fois  sur  l’autre  des  foules  plus  nombreuses.  
En   2011,   à   Madrid,   les   jeunes   étaient   2   000   000   ;   à   peu   près   autant   en   2013   à   Rio   de  
Janeiro.   Régionalement,   on   observe   des   phénomènes   similaires.   Cependant   que   les  
églises  s’ouvrent  de  plus  en  plus  rarement  à  des  assistances  de  plus  en  plus  clairsemées  
de  personnes  de  plus  en  plus  âgées,  les  Tro  Breizh   9  mettent  sur  les  chemins  des  foules  
itinérantes  de  plus  en  plus  nombreuses  (et  dans  leur  majorité  très  jeunes).   Si  

de      

nouvelles  pratiques  se  mettent  en  place,  comment  peut-­‐on  imaginer  un  instant  que  de  
                                                                                                               
7Txxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxx
8
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
9 «Tour de Bretagne». En fait, des pélerinages organisés depuis 1994, à partir des (ou vers les ) sept villes fondées par les sept
saints évangélisateurs de la Bretagne : Quimper, Saint-Pol de Léon, Tréguier, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Dol de Bretagne,
Vannes. Le Tro Breizh, fête les 4 et 5 mai 2014 ses vingt ans.

18  


Aperçu du document pp 17-18.pdf - page 1/2

Aperçu du document pp 17-18.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


pp 17-18.pdf (PDF, 153 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


pp 17 18
pages de these32 35
les origines de la legende arthurienne 6 theories
pp 19 27
victoire
pages de these 28 32

Sur le même sujet..