Grille de différenciation sujet milieu .pdf



Nom original: Grille de différenciation sujet-milieu.pdfTitre: Etude des réponses au Rorschach comme expression particulière de la différenciation sujet Milieu: construction et validation d'une grille d'analyseAuteur: Renato Saiu

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par PScript5.dll Version 5.2.2 / Bullzip PDF Printer / www.bullzip.com / Freeware Edition (not registered), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/03/2016 à 14:00, depuis l'adresse IP 197.2.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 304 fois.
Taille du document: 3.8 Mo (374 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


U IVERSITÉ DE ICE-SOPHIA A TIPOLIS FACULTÉ DES LETTRES
ARTS ET SCIE CES HUMAI ES
Département de psychologie

Laboratoire de Psychologie Expérimentale et Quantitative

Thèse de Doctorat présentée par:
Lydia CHABRIER

É TUDE DES

REPO SES AU RORSCHACH COMME EXPRESSIO
PARTICULIERE DE LA DIFFERE CIATIO SUJET / MILIEU :
CO STRUCTIO ET VALIDATIO D ' U E GRILLE D ' A ALYSE

Directeur de recherche : Michel CARIOU

Membres du jury :
Jean-léon BEAUVOIS, Professeur à l'université de Nice Sophia-Antipolis,
Président
Pierre BE EDETTO, Professeur à l'université de Montpellier
Jacques BIROUSTE, Professeur à l'université de Paris X
Gérard POUSSI , Professeur à l'université de Grenoble
Michel CARIOU, Professeur à l'université de Nice Sophia-Antipolis

Nice Sophia-Antipolis, janvier 2001

Version numérisée en 2008

Remerciements

2

Remerciements

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué, d'une manière ou
d'une autre à ce que ce travail puisse aboutir.
Bien entendu, notre directeur de recherche, le professeur Michel Cariou, qui a suivi et
encadré notre cheminement tout au long de ces quatre années de recherche.
Nous sommes aussi reconnaissante envers les membres du Laboratoire de
Psychologie Expérimentale et Quantitative, qui nous ont encouragée et conseillée,
avec une mention toute particulière pour Isabelle Milhabet et Claude Devichi.
Nous n'oublions pas non plus les autres membres du département qui ont su se
montrer disponibles quand nous en avions besoin.
Il est important de souligner la part prise par nos étudiants de maîtrise tout au long de
l'évolution de cette recherche. Nous pensons tout particulièrement à Yoann, Élodie,
Guillaume, Brigitte et Fanny.
Nous exprimons notre gratitude aux membres de notre jury, les professeurs Jean-Léon
Beauvois, Pierre Benedetto, Jacques Birouste et Gérard Poussin, qui ont bien voulu
manifester de l'intérêt pour un travail de recherche s'inscrivant dans un cadre en partie
différent des leurs.
Enfin un très grand merci à mes parents et ma sœur pour leur soutien affectif et pour
leur patience face à tous les aléas de la rédaction d'une thèse …

Table des matières

Table des matières
REMERCIEMENTS ............................................................................................ 2
TABLE DES MATIERES ..................................................................................... 3
I TRODUCTIO ................................................................................................ 6
DE L'IMAGI ATIO A LA PROJECTIO . DE LA PROJECTIO A LA
DIFFERE CIATIO .......................................................................................... 11
La conception des tests de taches d'encre ........................................... 14
1. Évolution historique .........................................................................................16
2. Syncrétisme conceptuel au Rorschach. De la perception et du
psychologique........................................................................................................27

Perspective dialectique épistémologique. Test projectif versus
test de différenciation sujet/milieu....................................................... 52
1. Projection du moi sur l'objet externe versus différenciation du Moi
et de l'Autre...........................................................................................................53
2. Test projectif versus test de différenciation sujet/milieu ..............................55
3. La passation du Rorschach, une situation adaptative de
différenciation sujet/test ......................................................................................68

CADRAGE THEORIQUE.................................................................................... 71
Le rapport adaptatif organisme/milieu ............................................... 84
1. La différenciation organisme/milieu, spécificité du rapport
adaptatif chez l'être humain ................................................................................84
2. Les étapes de la différenciation organisme/milieu et de l'intégration
psychique ...............................................................................................................87
3. Hypothèse générale ..........................................................................................94

Le rapport adaptatif Sujet/Planches au Rorschach........................... 96
1. Isomorphisme du rapport sujet/test et du rapport
organisme/milieu ..................................................................................................96
2. Isomorphisme des niveaux structuraux du psychisme et des
processus de structuration du matériel ............................................................106

3

Table des matières

CO STRUCTIO DE LA GRILLE ...................................................................... 114
méthodologie de passation et de cotation .......................................... 123
1. Mode de passation ..........................................................................................123
2. Principe d'analyse de contenu .......................................................................124

Construction de la grille d'analyse du niveau de
différenciation sujet/test ..................................................................... 128
1. Qualité du rapport psychologique sujet/test ................................................128
2. Définition de l'échelle structurelle ................................................................138
3. Définition de l'échelle émotionnelle ..............................................................165
4. Définition de l'échelle des supports biopsychosociaux ................................174
5. Illustrations de la cotation et du rapport sujet/test .....................................182
6. Principe hiérarchique de la grille .................................................................189

VALIDATIO DE LA GRILLE ........................................................................... 193
Validation de la cotation ..................................................................... 195
1. Méthode des cinq juges et population ..........................................................195
2. Méthodologie de comparaison des cotations des quatre juges à la
norme et résultats ...............................................................................................196

Vérification des hypothèses ................................................................ 198
1. Population .......................................................................................................198
2. Hypothèses opérationnelles, calculs du X2 et discussion ............................199
3. Conclusions .....................................................................................................213

Hypothèse nulle sur la grille concernant les sujets Plasticiens,
Musiciens et Tout-venants .................................................................. 216
PERSPECTIVES DE RECHERCHE ET DE CLI IQUE ............................................ 219
Perspective psychosociale. Structure psychologique au
Rorschach et rapport à la différence ................................................. 220
1. Problématique du rapport à la différence....................................................220
2. Hypothèses sur le rapport psychologique à la différence ...........................223
3. Présentation de l'Échelle Globale de Tolérance/Intolérance à la
Différence ............................................................................................................224
4. Grille d'analyse du Rorschach et échelle de rapport à la différence .........231

4

Table des matières

Perspective clinique. Carences de la personne versus du
Genre et fonctions d'étayage de la douleur chronique .................... 250
1. Problématique de la douleur chronique .......................................................251
2. Hypothèses (structures psychologiques et fonctions de la douleur) ..........258
3. Entretien ..........................................................................................................260
4. Diagnostic différentiel ....................................................................................261
5. Résultats de la grille d'analyse et discussion................................................274
6. Perspectives thérapeutiques ..........................................................................278

DISCUSSIO ................................................................................................. 282
CO CLUSIO ............................................................................................... 286
BIBLIOGRAPHIE .......................................................................................... 290
A EXES ......................................................................................................... 1
INDEX DES TABLEAUX .................................................................................... 2
RESUME DE LA THESE ................................................................................... 6

5

Introduction

Introduction

6

Introduction

Il peut paraître ambitieux d'envisager le renouvellement d'un outil
considéré comme une institution en psychologie clinique. Toutefois, le
Rorschach est un test qui a été construit et validé empiriquement, sans réel
étayage théorique, excepté la référence aux notions de psychodiagnostic et
de perception relevant elles-mêmes d'un certain empirisme inspiré des
approches psychiatrique et expérimentale. La théorisation a été surajoutée
aux résultats obtenus, au fur et à mesure de l'évolution de la psychologie.
D'abord Hermann Rorschach a adapté les notions d'introversivité et
d'extratensivité au test1, en les évaluant dans le rapport entre le mouvement
et la couleur donnés dans les réponses du sujet. Il a également élaboré
l'interprétation normale et pathologique de la personnalité et de
l'intelligence, à travers la mise au point du Psychogramme2. Puis le courant
psychanalytique a reformulé l'interprétation du test sous le concept de
projection, en terme de technique projective. Ainsi, sa compréhension s'est
élaborée par tâtonnements empiriques, en fonction des résultats de
l'étalonnage effectué par Rorschach, et l'explication théorique est venue se
greffer sur cet empirisme. C'est bien là, nous semble-t-il, que réside toute la
problématique générale du Rorschach. Nous avons donc cherché à proposer
une approche dégagée de l'empirisme initial, c'est-à-dire s'appuyant sur la
méthode hypothético-déductive, mais susceptible d'intégrer les données
pertinentes qui en sont ressorties.
Pour justifier cette démarche, nous avons choisi de prendre un exemple
issu d'une discipline complètement différente de la notre, la géologie, en
utilisant l'analyse épistémologique faite par un géologue3. Cela permet
d'illustrer l'évolution de la pensée scientifique et d'établir une comparaison
avec la psychologie.
Dans son ouvrage, Allègre analyse les résistances et les conséquences
suscitées par la théorie de la dérive des continents, que ce soit sur le plan
des incidences sur la démarche de recherche ou sur la conception même de
l'objet de la science géologique. Il écrit : "globalité, tectonique globale,
géologie globale, globalisation : le terme est revenu comme un leitmotiv
tout au long de cet ouvrage. […] L'émergence de l'objet d'étude Terre dans
1
2
3

Cf. Annexe 2.
Cf. Annexe 2.
C. Allègre, 1983.

7

Introduction

sa plénitude est, sans nul doute, l'apport durable le plus fondamental des
thèses dérivistes. […] Wegener4 avait dégagé par son oeuvre même, par
l'argumentation qu'il avait développée, la notion d'une Terre objet unique.
[…] Il avait démontré tous les liens unissant ces disciplines afin de
comprendre le fonctionnement de l'objet Terre. Pourtant, en même temps
que la théorie de la dérive des continents, la communauté scientifique avait
rejeté cette idée d'unicité de l'objet d'étude et de complémentarité des
diverses disciplines des sciences de la Terre. Nous avons observé par la
suite un morcellement durable de ces sciences, un isolement et une
spécialisation extrêmes" (Allègre, 1983, p 316-317). L'auteur insiste, à la
fois sur la définition d'un véritable objet de science (dans son caractère de
globalité) et sur les résistances du milieu scientifique. La conséquence d'une
démarche de pensée centrée sur les faits particuliers et contingents, en plus
d'aboutir à la classification abstraite (Lewin, 1967), tend logiquement au
morcellement de la discipline scientifique et l'incommunicabilité entre
spécialistes de bords différents, qui n'ont pas de référentiel commun et qui,
d'une certaine façon, nient travailler sur le même objet d'étude. Il finit donc
par exister autant d'objets d'étude que de sous-disciplines, chacune pensant
pouvoir travailler sans interface avec les autres. C'était bien le cas de la
géologie avant la révolution des théories dérivistes — océanologues,
vulcanologues, paléontologues … — isolant chacun artificiellement son
objet et ignorant les observations et résultats des autres.
Pour ne pas développer trop cet exemple nous conclurons avec l'auteur :
"la diversité du monde géologique a inspiré deux attitudes antinomiques :
celle qui consistait à nier cette variété et à la considérer comme un facteur
secondaire, et c'est ce que l'on pourrait appeler la géologie réductionniste ;
celle qui au contraire magnifiait la diversité des situations réelles pour en
conclure que seule une description minutieuse, conduisant à une typologie
de situations était une attitude rigoureuse et scientifique. Nous savons
aujourd'hui que cette variété peut être intégrée dans une approche
explicative et qu'elle résulte de la multiplicité et de la combinaison de
quelques lois fondamentales dont les effets se superposent dans le temps"
(Allègre, 1983, p. 321-322). Il n'y a pas de raison pour que le savoir
scientifique en psychologie se construise dans une logique différente de
celle des autres sciences et c'est précisément "à fonder les bases d'une
4

Chercheur à l'origine de la théorie de la dérive des continents.

8

Introduction

authentique psychologie génétique que s'est attaché Wallon. Toute son
œuvre exprime un effort pour faire accéder la psychologie à un niveau
véritablement scientifique en lui attribuant un objet — l'homme total
concret — et une méthode — la méthode génétique" (Cariou, 1995, p. 112).
En effet, en sciences, seules quelques lois suffisent à expliquer la diversité
des faits particuliers. C'est ce que nous essayerons de montrer dans la suite
de ce travail en appliquant le concept wallonien de différenciation du Moi
et de l'Autre à la situation de passation du Rorschach, en termes de
différenciation du sujet par rapport au test.
Depuis plusieurs années, nous avons orienté notre projet professionnel
dans l'objectif de nous situer à l'interface de la recherche, de la pratique et
de l'enseignement, ces deux dernières ne pouvant évoluer hors du
rayonnement de la recherche scientifique et la science ne pouvant se
constituer sans feed-back du réel. Ce travail de thèse est donc le fruit d'un
parcours pluriel : une formation théorique d'optique wallonienne,
l'orientation vers la recherche, une formation et une expérience cliniques
comprenant la pratique du test de Rorschach en milieu hospitalier. Amenée
à effectuer des évaluations psychologiques, la confrontation régulière avec
cet outil dans sa conception de test projectif nous a posé problème en terme
d'absence de cohérence intellectuelle et professionnelle par rapport à notre
formation théorique et à la conception de la pratique clinique qui en
découlait. L'intérêt de proposer une alternative wallonienne à la conception
psychanalytique du test, nous était déjà apparue au cours de nos études et
est devenue nécessité face à une pratique quotidienne du test. Pour cela,
nous nous sommes basée sur la Théorie du Détour (Cariou, 1992), qui
s'inscrit précisément dans la tradition wallonienne.
Ce n'est que progressivement et en plusieurs étapes de structuration, que
cette approche autre du Rorschach a réellement vu le jour. Ce n'est aussi
que progressivement qu'elle a pu se détacher complètement de l'approche
projective qui nous avait imprégnée durant notre cursus universitaire,
quelles que soient les questionnements qu'elle nous inspirait.
Notre première partie est consacrée à une mise en perspective de
l'évolution des tests de taches d'encre. Cette logique historicoépistémologique nous permettra d'introduire et d'articuler plus précisément

9

Introduction

notre propre approche théorique du Rorschach par rapport à sa
formalisation habituelle en tant que test projectif.
La partie théorique présentera en premier lieu le cadre général de la
réflexion, et plus précisément les concepts développementaux concernés,
avant de les appliquer à la problématique du test et d'annoncer les
hypothèses que l'on peut en déduire. Proposer une approche wallonienne ne
peut s'envisager que dans une perspective développementale et dans les
termes de la dialectique structurante du Moi et du milieu. C'est donc dans
ce sens que l'analyse des réponses au Rorschach est traitée.
L'opérationnalisation consiste quant à elle, en la présentation de la
"Grille d'analyse du niveau de différenciation sujet/test", construite à partir
d'un va et vient entre les hypothèses théoriques (niveaux de différenciation
Moi/milieu) et la clinique du Rorschach.
Elle est suivie de l'exposé des procédures de validation mises en œuvre et
de leurs résultats, ainsi que des résultats de perspectives de recherche et de
clinique dans l'utilisation de cet outil.
Enfin, nous discutons de manière plus générale des possibilités
heuristiques de la grille d'analyse et de l'approche wallonienne par rapport
aux tests de taches d'encre.
Ce plan est volontairement schématique dans la mesure où, étant donné
le peu de diffusion de l'approche théorique qui sous-tend cette thèse et son
application dans un domaine lui-même marginal par rapport à ses
applications habituelles (psychologie de l'enfant, psychologie de
l'éducation, psychomotricité), nous préférons poser des jalons théoriques
au fur et à mesure du développement. Il en est de même pour
l'opérationnalisation, puisqu'elle est forcément étroitement dépendante de la
théorisation.
La pensée wallonienne est "complexe, présente plusieurs facettes, mais
dans sa profonde cohérence il nous semble qu'elle fonde cette révolution
copernicienne dont a besoin la psychologie pour accéder à un mode de
pensée scientifique" (Cariou, 1995, p. 112). Nous espérons en tous les cas
au moins pouvoir en montrer l'intérêt dans un domaine clinique non exploré
par Wallon et ses successeurs.

10

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

De l'imagination à la
projection. De la
projection à la
différenciation

11

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

Afin de situer notre approche en perspective avec ses autres approches, il
nous a semblé indispensable de replacer le test de Rorschach5 dans la
continuité l'historique des tests de taches d'encre. Il s'agit d'analyser
l'évolution de leur conceptualisation. Pour cela, nous partons des premiers
chercheurs qui s'y sont intéressés à la fin du XIXème siècle, aux derniers
travaux à l'aube du XXIème siècle, en passant bien entendu par Hermann
Rorschach (1884-1922). Psychiatre et psychanalyste, créateur du test du
même nom, il est décédé un an après la publication de son ouvrage, le
"Psychodiagnostic", et deux ans après la publication de son test.
L'interprétation des tests de tâches d'encre (par exemples : série de vingt
taches standardisées de Whipple, 1910 ; atlas de huit taches de Rybakoff
1910), puis du test de Rorschach et de ses dérivés6, qualifiés de "projectifs",
nous semble résulter d'un progressif phénomène de sédimentation
conceptuelle. Plusieurs approches et divers concepts se sont succédés sans
réellement s'éliminer ni s'articuler, mais plutôt en se juxtaposant. Ces
épreuves étaient à l'origine destinées à étudier l'imagination (Binet et Henri,
1895, …), puis la perception dans un but diagnostique (Rorschach, 1921),
puis l'aperception (Abt et Bellak, 1950) et la projection. Mais aucun de ces
concepts n'a exclu ni réellement intégré les autres. Ainsi, la notion
d'aperception est censée rendre compte des rapports de prépondérance entre
perception et projection, suivant la situation à laquelle le sujet est soumis.
Des auteurs psychanalytiques comme Beck et Beizmann ont de leur côté
développé une approche de la perception au Rorschach. Minkowska,
Monod, Mac Cully, Anzieu, Rausch de Traubenberg et Chabert ont quant à
eux mis en place l'interprétation de la "symbolique des planches"
(projective), à partir des caractéristiques perceptives de ces planches telles
qu'ils les ont décrites (appelées "contenu manifeste"). En outre, il
semblerait que la notion de projection au Rorschach reste proche de la
notion d'imagination, puisque les praticiens psychanalytiques parlent de
conscience "imageante" et d'images réactivées par les planches. Enfin,
l'approche initiale de Rorschach, que l'on pourrait décrire comme une
approche clinique comparative et quantitative (Psychogramme) et comme
une approche psychiatrique (orientation du diagnostic, indices de
Les planches sont présentées en Annexe 1.
Le Behn-Rorschach ; le Zulliger, 1948 ; le Howard ink-blot test, 1953 ; le FuchsRorschach, 1958 ; le Holtzman inkblot technique, 1961 ; le Kataguchi-Rorschach, 1963.

5
6

12

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

schizophrénie, indices d'épilepsie …), reste en grande partie superposée
avec l'approche psychanalytique projective.
Il nous semble que l'ensemble ne peut guère produire un tout cohérent et
intégré, mais plutôt globalisant : la différenciation et la liaison des concepts
entre eux ne paraît pas toujours claire, des contradictions apparaissent entre
les différents auteurs, mais aussi à l'intérieur même d'un discours donné.
Afin d'en faire l'analyse, nous commencerons par un rapide historique, dont
l'objectif est de mettre en perspective les différentes mutations théoriques
de ces tests et les conséquences de ces mutations sur leur conception
globale. Puis, nous affinons l'approche épistémologique de la question de la
perception au test de Rorschach. Deux expériences illustrent notre analyse.
Enfin, nous mettons en dialectique la notion psychanalytique de
"projection" avec le concept wallonien de "différenciation Moi/Autre" et
nous appliquons cette réflexion au problème spécifique du Rorschach. Cela
nous permet d'articuler l'historique scientifique du test avec notre propre
démarche théorique.

13

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

L A C O NC E P T IO N DE S T E ST S D E T AC HE S D ' E NC R E

Se placer dans une perspective historique de l'évolution scientifique des
tests de tache d'encre, permet de repérer quelques phénomènes relevant d'un
certain syncrétisme résiduel de la pensée scientifique. L'on observe en
particulier plusieurs glissements conceptuels dans leurs définitions, des
sauts qualitatifs non expliqués dans leur interprétation, ainsi que des
distorsions de concepts empruntés à la Psychologie de la Forme. C'est ce
que nous exposons dans ce chapitre.
Le syncrétisme de la pensée scientifique peut se définir comme
l'utilisation de schémas de pensée inconscients de l'ordre de la
catégorisation sociale, des stéréotypes collectifs ou, pour citer Lewin (1964,
©1931), de "concepts normatifs […qui] se situent à la frontière des
jugements de valeur et des jugements de réalité". Ils relèvent d'une
classification abstraite généralement dichotomique, ce que l'auteur appelle
le "mode de pensée aristotélicien". Une des caractéristiques des concepts
aristotéliciens est de considérer qu'est "du domaine de la loi, et donc
conceptuellement intelligible, ce qui se produit sans exception. De même
[…] relève de la loi ce qui se produit fréquemment" (Lewin, 1964, ©1931,
p. 27). La loi n'est donc définie dans cette conception en terme de processus
mais en terme de fréquence.
Inversement, la conception "galiléenne" tend à une compréhension
unitaire de la totalité de l'univers, à "l'homogénéisation du monde physique
au niveau de la validité de la loi [qui] supprime la division des objets
physiques en classes rigides, abstraitement définies" (Lewin, 1964, ©1931,
p. 33). De ce fait, des phénomènes perceptivement différents peuvent
renvoyer à la même loi.
Les problèmes de syncrétisme de la démarche scientifique en
psychologie se traduisent plus précisément par une confusion entre le
niveau des contenus concrets ou symboliques qui caractérisent la

14

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

conscience7 — contenus par nature différentiels —, et le niveau des
processus inconscients, des lois de fonctionnement qui sous-tendent ces
phénomènes qui, eux, sont universels (en sciences humaines comme en
toute autre discipline scientifique). "Entre autres objets, l'étude du
psychisme peut se proposer de connaître l'origine ou le rôle de ce qui prend
formule consciente et s'offre ainsi à l'introspection. Mais il n'y a là, pour
elle, que des faits parmi les faits et non des principes d'explication"
(Wallon, 1976, ©1963, p. 385).
Ce syncrétisme provient d’un manque de structuration et de
différenciation de la psychologie scientifique qui, dans certains cas, reste
calquée sur le modèle de la psychologie spontanée. Elle demeure alors
proche des mécanismes de catégorisation sociale dichotomique, décrits par
la psychologie sociale comme base du fonctionnement de l'Identité et de
l'appartenance au groupe. "Ces limites de la psychologie […] soulignent
l'importance qu'il y a à mettre en place des concepts susceptibles de rendre
compte du fonctionnement mental, non pas à partir de catégories
descriptives contingentes qui fractionnent artificiellement l'unité
fonctionnelle du psychisme, mais à partir de processus précis que la
personne met en œuvre dans chaque situation concrète" (Cariou, 1995,
p. 38).
La construction d'un savoir scientifique est donc sous-tendue par
l'intervention d'un processus de dé-syncrétisation de la pensée à objectif
scientifique par rapport à la pensée populaire et au symbolisme culturel
collectif (qui restent du domaine de l'extériorité). Wallon a défini le
syncrétisme et sa réduction essentiellement dans le cadre de la psychologie
de l'enfant, mais cette définition nous semble transposable à bien d'autres
domaines comme celui qui nous intéresse ici. "Une structure de
comportement ne peut que supposer simultanément facteurs intimes et
facteurs externes en accord d'efficience. De cette fusion résulte l'état
primitif de sensibilité ou de connaissance qui a été appelé syncrétisme, où la
distinction des rapports, la dissociation des parties, l'opposition de l'objectif
et du subjectif ne se sont pas encore produites" (Wallon, 1968, ©1941,
p. 104). La notion de réduction du syncrétisme s'applique à la
différenciation de la science par rapport à la pensée naturelle ou par rapport
7
Et nous verrons que le "symbolisme latent" attribué aux planches de Rorschach par
l'école psychanalytique, semble bien relever d'une logique des contenus collectifs conscients.

15

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

aux concepts aristotéliciens qui, selon Lewin (1964, ©1931), n'en sont que
le décalque abstrait "bien que, à d'autres égards, leur formulation ait été
quelque peu civilisée" (p. 35).
Cariou (1992) précise la spécificité du syncrétisme résiduel de l'enfance,
tel que l'on peut l'observer chez l'adulte : "le référent, tout en restant externe
et syncrétique, peut être complètement abstrait, idéal, dans le sens où il est
invoqué en dehors de toute mise en perspective par rapport à d'éventuelles
conditions de possibilité, de pertinence ou d'intensité (degré). Ce peut être
le sort fait à des concepts comme la Justice, la Force, la Nation (dans
certains discours) etc." (p. 281). Nous pouvons également transposer la
notion d'extériorité, du registre du fonctionnement humain général au
registre de la pensée scientifique. Elle s'oppose au concept d'intériorisation,
qui est le processus par lequel s'effectue la construction de l'automatisme8 et
la structuration inconsciente du psychisme. L'extériorité caractérise donc au
contraire le domaine de la représentation, l'incorporation de l'objet externe
dans le champ de la représentation, qui est rendu possible par l'accès à la
pensée symbolique9. L'extériorité de la pensée dans le domaine des modèles
psychologiques se rapporte toujours à la référence à des contenus
contingents, idéologiques plutôt qu'à des processus de fonctionnement
capables d'expliquer la variété des faits concrets. Elle est donc forcément
réductionniste.

1. Évolution historique
L'analyse de l'évolution historique des tests de taches d'encre nous amène
de la notion d'épreuve d'imagination à celle de Psychodiagnostic, puis à
celle de test projectif. Parallèlement, il nous faut aborder l'étude des indices
du Psychogramme de Rorschach et de ses successeurs, de la perception
visuelle aux facteurs d'intelligence-adaptation au réel versus d'affectivité.
Pris au sens wallonien, mais élargi à l'ensemble du développement psychologique.
"Nous utiliserons systématiquement le mot internaliser (ou internalisation) pour
désigner quelque chose qui est incorporé par l'enfant dans le système de la représentation
symbolisée et donc conserve un statut d'externalité tout en étant « dans » la pensée. En revanche,
nous utiliserons le mot intériorisé (intériorisation) pour indiquer l'appropriation par l'organisme,
par modification de sa propre structure, de l'objet externe, et donc sa disparition du champ
adaptatif (essentiellement conscient)" (Cariou, 1992, p. 256).
8
9

16

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

1. 1. De l'étude de l'imagination au Psychodiagnostic
(1895-1921)
À l'origine, les tests de taches d'encre étaient utilisés pour étudier
l'imagination, la créativité (Binet, et Henri, 1895 ; Dearborn, 1897 ;
Whipple, 1910 ; Rybakoff, 1910 ; Bartlett, 1916)10. Les premières
recherches de Rorschach lui-même allaient dans ce sens (1911)11.
En 1917, Hens12 comparait des populations enfants/adultes, sujets
normaux/psychotiques. Il recherchait des différences au niveau des
contenus des réponses, censés rendre compte de l'imagination. Il n'obtint
aucun résultat à ce niveau. Il s'interrogea alors sur le sens des différences
observées entre des sujets n'interprétant qu'une partie de la tache et ceux
prenant en compte sa totalité, sur l'impact que pourrait avoir l'introduction
de la couleur dans les taches et sur l'intérêt d'une telle épreuve pour le
diagnostic des psychoses. Ses conclusions auraient influencé Rorschach
dans l'élaboration du "Psychodiagnostic" (1921). Celui-ci a
particulièrement développé la conceptualisation de l'introversivité/
extratensivité, qu'il codifie sous l'intitulé "Type de Résonance Intime"
(rapport entre la kinesthésie et la couleur), et la mise en forme du
Psychogramme (indices statistiques basés sur les localisations,
déterminants, contenus humains et animaux)13. Le test est expérimenté sur
117 sujets normaux et 288 sujets psychiatriques.
Rorschach a ainsi transformé le test de tache d'encre d'une épreuve
d'imagination en test de personnalité à visée diagnostique. Mais il l'a fait
sur la base de résultats et de perspectives issus d'une étude sur l'imagination
effectuée sur la base des contenus. Or les contenus verbalisés par le sujet
sont relativement secondaires dans l'interprétation découlant du
Psychogramme14. "Rorschach avait porté ses efforts sur les fréquences des

Anzieu, D., Chabert, C. (1987, ©1961), p. 49.
11
Anzieu, D., Chabert, C. (1987, ©1961), p. 51.
12
Anzieu, D., Chabert, C. (1987, ©1961), p. 52.
13
Voir Annexe 2 : Cotation classique et Psychogramme (Rorschach et successeurs).
14
Seuls deux indices portant sur les contenus sont quantifiés et comportent des normes
dans le psychogramme : les réponses animales et humaines (A%, H%). Le A% est censé rendre
compte d'une certaine stéréotypie de la pensée et ainsi de l'adaptation sociale. Le H% renvoie,
selon Rorschach, aux dispositions de l'individu par rapport aux relations affectives et sociales.
10

17

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

cotations comme base du Psychogramme. Il avait noté que "de temps en
temps", le contenu des réponses semblait fournir des éléments pour la
compréhension du sujet, mais il avait exprimé ses doutes quant à
l'importance de cet aspect pour la méthode" (Exner, 1995, ©1993, p 16).
Ainsi, des travaux de Hens à ceux de Rorschach, la perspective a été
complètement inversée. De l'objectif d'étudier l'imagination, le test a été
réorienté vers un objectif psychodiagnostique. En outre, la méthodologie a
été intervertie : partant de l'étude des contenus, la démarche a été réorientée
plutôt vers la quantification des localisations et déterminants dans le
Psychogramme. "Alors que la perspective de Hens ouvrait sur une
classification des contenus, Rorschach s'intéressait beaucoup plus à une
classification des caractéristiques plus saillantes de la réponse" (Exner,
1995, ©1993, p. 5).
Néanmoins, le test a été au départ défini par Rorschach comme
"expérience diagnostique de perception (interprétation libre de formes
fortuites)" (1921)15. L'accent restait donc mis sur la mise en forme de la
perception, face à un matériel visuel structuré de manière relativement
complexe. La difficulté de conception des tests de taches d'encre
(perception/diagnostic) était donc posée implicitement, mais non formulée
et ainsi non résolue. Le syncrétisme s'est installé par ces biais, ces
distorsions involontaires et inconscientes.

1. 2. Du perceptif aux facteurs d'intelligence et
d'affectivité (1921-années 40)
Un autre glissement nous paraît contenu dans la conception du
Psychogramme de Rorschach. Les indices renvoyant manifestement au
cognitivo-perceptif (l'étendue de la localisation interprétée, la forme, la
couleur, le mouvement …), sont utilisés pour évaluer l'intelligence et
l'affectivité du sujet. Ce saut qualitatif ne semble ni identifié et encore

Actuellement, il est interprété comme le témoin de la capacité à effectuer l'identification
humaine.
15
La seconde édition le présentera comme "test d'interprétation des formes" : on note que
la notion de perception visuelle a été évacuée entre temps.

18

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

moins questionné par les différents auteurs. Il apparaît au contraire comme
une évidence légitime.
Par exemple, Beck a proposé une cotation en valeurs numériques
variables tenant compte des difficultés propres à chacune des planches.
Dans cette perspective, une réponse globale dite combinée (Gz) à la
planche III, c'est-à-dire intégrant divers détails, correspond à une cotation
supérieure à celle d'une réponse globale simple ou primaire (Gp) à la
planche V. La réponse "deux femmes qui font la cuisine dans un décor
africain" à la planche III obtient une cotation supérieure à la réponse "un
papillon" à la planche V. La totalisation des valeurs respectives de chaque
planche, débouche sur le calcul de coefficient d'organisation perceptive (Z).
Il permettrait d'approfondir la plus ou moins grande richesse des capacités
synthétiques, créatives et dynamiques de l'intelligence et de la perception
(évaluation des capacités intellectuelles).
Rorschach lui-même accordait des significations caractérologiques
différentes à chaque mode d'appréhension. Le type d'appréhension globale
(G) caractérisait selon lui un type abstrait ou théorique : la combinaison G
dominant et D insuffisant, s'appliquerait à un sujet doué de capacités
intellectuelles, d'imagination créatrice, mais ne prenant pas en compte les
détails de la vie quotidienne. Le type d'appréhension grand détail (D)
concernerait un type concret et pratique : il se rencontre chez des sujets
intelligents à divers degrés, souvent bons organisateurs et capables de saisir
les problèmes particuliers. Le type d'appréhension petit détail (Dd)
révélerait un type minutieux : il serait le signe d'une orientation d'intérêt
opposée à celle du type d'appréhension G (observation des faits particuliers
avec un penchant prononcé à l'introspection). Le type d'appréhension G-DDd constituerait le type équilibré, sa pensée orientée aussi bien vers les
problèmes abstraits que concrets, en ferait un individu bien adapté dans ses
relations sociales.
De l'évaluation du potentiel intellectuel du sujet certains de ces mêmes
indices, deviennent les critères d'évaluation de son rapport au réel, de son
adaptation sociale : en particulier le rapport entre réponses globales et
détails, les pourcentages de formes et de bonnes formes, les banalités. Ce
second saut qualitatif n'est pas plus identifié ni remis en question que le

19

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

premier, il semble encore une fois considéré comme scientifiquement
logique et légitime.
Ainsi, l'évaluation des capacités intellectuelles et du rapport au réel se
fait en fonction d'un certain nombre d'indices dont nombre de réponses
globales (norme : entre 20 et 30 % du total des réponses, suivant les
auteurs) et de leur qualité. Anzieu et Chabert, (1987, ©1961) expliquent à
propos des G simples (exemple, planche I : "chauve-souris") qu'ils
"témoigne[nt] d'une adaptation perceptive de base [… et] montrent la
qualité du rapport au réel, […] quand leur nombre est suffisant et qu'ils sont
associés à des perceptions correctes" (p. 64). Par ailleurs, l'insuffisance du
nombre de réponses grands détails (D) serait l'indice d'une pensée trop peu
concrète, détachée des réalités quotidiennes. Le pourcentage de réponses
"forme" (F%) rendrait compte de la capacité du sujet à s'adapter à la réalité
extérieure grâce à l'activité régulatrice de la pensée. "Les réponses
formelles constituent un mode de fonctionnement courant, banal, normal
qui consiste à appréhender la réalité par constat, description, lecture, en
restant dégagé des implications fantasmatiques et émotionnelles. Par là
même, elles montrent leur caractère adaptatif, confirmé par le pourcentage
de réponses formelles correctes (F+%) qui constitue un facteur de
socialisation non négligeable" (Anzieu et Chabert, 1987, ©1961, p. 75).
En contre point, d'autres indices sont considérés comme critères
diagnostiques de l'affectivité et des fantasmes inconscients : les
kinesthésies, couleurs, estompages et clairs-obscurs. L'on étudie également
leur niveau de contrôle par le réel, c'est-à-dire par la forme (FormeCouleur/
CouleurForme/ Couleur pure, FormeEstompage/ Estompage Forme/
Estompage, FormeClair-obscur/Clair-obscurForme, Clair-obscur). "La
kinesthésie représenterait la vie imaginative dans la mesure où celle-ci est
une compensation aux échecs, aux privations et aux frustrations" du réel
(Anzieu et Chabert, 1987, ©1961, p. 78). La signification des réponses
couleur a été quant à elle formulée par Rorschach. Selon lui, l'association
FormeCouleur "FC exprime l'affectivité socialement adaptée et acceptée
par le sujet, CF représente l'affectivité égocentrique, le narcissisme,
l'instabilité, C dénote l'impulsivité, l'absence de contrôle" (Anzieu et
Chabert, 1987, ©1961, p. 83). D'autre par, un lien est fait entre ces indices
et les spécificités sensorielles des planches. Ainsi, "les significations
pulsionnelles des couleurs apparaissent surtout aux planches rouges (II et

20

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

III) reconnues pour leur sollicitation particulièrement excitante dans le sens
d'une réactivation des mouvements agressifs et/ou libidinaux. […] La
sensibilité a la couleur grise ou blanche (C') souligne en général la tonalité
dépressive, l'inquiétude, l'anxiété diffuse du sujet alors que certaines
planches pastels peuvent entraîner l'émergence d'une certaine gaieté, de
bonheur et de plaisir dans les contacts avec le monde environnant" (Anzieu
et Chabert, 1987, ©1961, p. 84). Selon Beck, dans les réponses estompage,
"les réponses perspective […] sont nettement dépressives et typiques du
« complexe d'infériorité » […], les réponses texture […] traduisent l'avidité,
l'insatisfaction de certains désirs, notamment les désirs érotiques" (Anzieu,
Chabert, 1987, ©1961, p. 85-86). L'on peut s'interroger sur les bases
scientifiques de ces affirmations qui nous apparaissent comme de simples
transpositions de la pensée populaire.
Selon la psychanalyse, l'interprétation de la forme au Rorschach
renverrait à la différenciation Moi/Non-Moi dans la psychogenèse. "La
perception de la forme rend compte des différenciations topiques
fondamentales. Membrane de délimitation entre le dedans et le dehors,
entre le moi corporel et le non-moi, la forme participe tout d'abord aux
constructions identitaires. La barrière qu'elle édifie progressivement vis-àvis de l'excitation pulsionnelle rend propice le travail de la pensée. Régie
par le principe de réalité, la forme acquiert une fonction de régulation et de
contrôle qui permet de moduler les affleurements sensoriels et
fantasmatiques" (Boekholt, 1996, p. 575). On observe ici l'assimilation
directe entre la forme en tant que produit perceptif et les mécanismes de
défense du moi par rapport à l'excitation pulsionnelle (logique interprétative
qui reste proche de la pensée spontanée). Or s'il semble bien que le F+%
témoigne16 de la capacité du sujet à produire une réponse en accord avec le
matériel, en conclure que la forme visuelle est, dans l'évolution
ontogénétique, une "membrane de délimitation entre le dedans et le dehors"
semble une explication transposée du Rorschach au développement
psychologique, et qui ne trouve une légitimité par rapport à la

16
Entre autres choses, nous y reviendrons plus loin. Cf. "2. 2. Différences entre sujets
compétents visuels et sujets non-spécialistes au psychogramme (deux expériences)".

21

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

psychogenèse que dans une analogie avec les hypothèses du "MoiPeau"d'Anzieu17.

1. 3. Du test aperceptif au test projectif (années 40années 80)
Entre le créateur du test et ses successeurs, existe une révolution dans la
conception du processus d'élaboration de la réponse. Selon Rorschach, "le
sujet est conscient de ce que la tache d'encre n'est pas identique aux objets
stockés dans la mémoire. par conséquent, la méthode nécessite que le sujet
accepte d'identifier la tache […] comme quelque chose qu'elle n'est pas
mais à quoi elle ressemble. […] Il postulat qu'il existait chez les gens des
"seuils" différents dans leur aptitude à assimiler ou à intégrer des sensations
du stimulus aux engrammes. […] C'est pour cette raison qu'il avait rejeté
l'idée que des éléments inconscients pouvaient jouer un rôle dans la
formation d'une réponse. Il considérait que le processus de la réponse était
un processus de perception et/ou d'aperception" (Exner, 1995, ©1993, p
27).
En revanche, les successeurs de Rorschach ont redéfini son matériel en
terme de test projectif18 à partir des années 40, tant aux U.S.A. (Klopfer,
1939), qu'en France (Loosli-Usteri, Canivet, Ombredane et Beizmann)19. La
consigne de Rorschach était de dire « ce que cela pourrait être, ce que l'on
pourrait y voir ». La consigne donnée par les praticiens de l'école française
est souvent double : « ce que l'on pourrait y voir et ce que l'on pourrait
imaginer ». Cela constitue encore une mutation conceptuelle des tests de
taches d'encre. Mais le corpus théorique de la psychanalyse ne pouvait que
formaliser ce type d'épreuve sous le concept de projection.
Se développe alors toute l'interprétation dite qualitative (par opposition
au Psychogramme dit quantitatif), basée sur l'attribution d'une symbolique20
spécifique à chaque planche ou par série de planches. Ce "contenu latent"
17
Car même l'étude de l'évolution des réponses F au Rorschach en fonction des âges de
l'enfant, ne permet pas de conclure qu'il s'agit d'autre chose que d'une évolution de la capacité à
structurer la perception.
18
Nous y reviendrons dans le chapitre suivant.
19
Anzieu, D., Chabert, C. (1987, ©1961), p. 56.
20
Nous y reviendrons dans le chapitre suivant.

22

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

(classiquement planche VII maternel, planche IV paternel, planche VI
sexuel …) est considéré comme sous-jacent au contenu dit "manifeste" (la
structure formelle des taches, les couleurs …) et sa prise en compte
inconsciente serait déterminante dans l'élaboration des réponses du sujet.

1. 4. Approfondissement des options théoriques et
empiriques (années 80-2000)
Au cours des vingt dernières années, l'étude du test de Rorschach a pris
différentes orientations de recherche suivant les écoles de pensée. L'école
française s'est centrée sur la recherche théorico-clinique. On observe deux
orientations principale.
Celle de l'étude du rapport "entre dehors et dedans"21 pour reprendre
l'expression consacrée, et celle des pathologies en particulier limites22 : —
d'une part, la thématique des interférences perceptif/fantasmatique, de
l'enveloppe formelle perceptive du pulsionnel, du rapport entre enveloppe
corporelle et vie imaginaire, de la projection du Moi-corps, de la
représentation de soi au Rorschach ;
— d'autre part, l'étude des problématiques psychopathologiques, comme
l'hystérie, les état-limites, les pathologies narcissiques, la psychopathie, les
pathologies somatiques.
21
Le premier cas se décline dans diverses recherches comme celles citées ci-dessous : la
représentation de soi chez l'enfant et l'adulte (Boizou, Chabert et Rausch de Traubenberg,
1979) ; l'étude de l'enveloppe corporelle selon les critères de l'Image du corps "Barrière" et
l'Image du corps "Pénétration" de Fisher et Cleveland, appliqués aux réponses du Rorschach et
de sa relation avec la vie imaginaire du sujet (Peruchon, 1983) ; l'interférence entre activités
perceptive et fantasmatique dans l'élaboration de la réponse chez l'enfant (Rausch de
Traubenberg, 1983) ; l'étude des pathologies psychologiques et somatiques à travers la
projection du Moi-corps, contenant fondamental du psychisme, au Rorschach (Sanglade, 1983) ;
le rôle du perceptif au Rorschach comme enveloppe formelle contenante et régulatrice du
pulsionnel (Boekholt, 1996).
22
La seconde orientation de l'École Française du Rorschach se traduit dans les études
suivantes : les spécificités et similitudes des protocoles de sujets psychopathes par rapport à
d'autres populations cliniques (Merceron, Perron, Rossel et Viloux, 1979) ; l'expression des
mécanismes de défense états-limites au Rorschach (De Tychey, 1982) ; les modalités de
fonctionnement spécifiques des pathologies narcissiques, en particulier le surinvestissement des
limites, l'idéalisation et la spécularité des relations observées au Rorschach (Chabert, 1985) ; la
valeur de l'expression de l'agressivité au Rorschach dans le diagnostic différentiel de l'hystérie
(Boekholt, 1987) ; "le signe lien" comme expression d'un mécanisme de compensation du
clivage des pulsions chez les états-limites (Desportes, 1991).

23

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

Plus récemment, la recherche internationale et, plus particulièrement,
américaine, s'est orientée vers la recherche empirique, sous trois modalités
principales. Les études comparatives entre populations cliniques sont très
diversifiées23. La recherche s'organise également autour de l'étude de
variables du Rorschach24. Enfin, le troisième axe principal de recherche
concerne les études de validité (Karon, 2000 ; Skinstad, Troland et
Mortensen, 1999 ; Meyer, 1999 ; Merolle, 1999 ; Wiener, 2000, 1997),
pour certaines croisées avec d'autres tests ou échelles cliniques (Meyer,
Riethmiller, Brooks, Benoit et Handler, 2000 ; Silberman, 1999 ; Horigichi
et Sasaki, 1998).
***
Il ressort de la littérature que la cotation du test de Rorschach varie
suivant les auteurs et les écoles, entre la cotation de Rorschach lui-même et
celle de ses successeurs les plus directs dans les pays germaniques (par
exemple, Binder), et par rapport à celle de l'école française (Ombredane,
Canivet, après la seconde Guerre Mondiale), de Loosli-Usteri en Suisse, de
Beck aux États-Unis et de Klopfer (créateur de l'Institut Rorschach de New
York en 1939). Récemment, Exner a pour sa part proposé une approche
standardisée de la passation et de la cotation et a établi une base de données
normatives. Voici les principales variantes introduites par ces différents
auteurs :
Elles cernent la spécificité des réponses Rorschach des personnes âgées démentes
(Muzio et Luperto, 1999), les différences cognitives dans les réponses de sujets âgés suivant leur
lieu de vie (Domitrovic, 1998) ; les différences d'origine culturelles entre enfants danois et
américains au Rorschach (Ivanouw, 1999), les différences entre enfants doués et non-doués
(Widerman, 1998) ; les différences de réponses entre alcooliques suivant le type de
psychopathologie (Skinstad, Troland et Mortensen, 1999), les caractéristiques de personnalité
évaluées par rapport aux normes établies par Exner chez des femmes en début d'alcoolisme
(Bergman, Haver, Bergman, Dahlgren et Nielsen, 1998) ; l'influence d'une situation d'incertitude
comme l'attente d'une transplantation par rapport aux normes d'Exner (Spedden, 1998) ; les
différences observées sur une population de médiums, du point de vue des indices et normes
d'Exner (Comstock, 1997) ; les spécificités au Rorschach des sujets introvertis versus extravertis
(Wu, Zhu et Zhou, 1998) ; les différences et similitudes au Rorschach entre des sujets
pédophiles incarcérés et autres détenus (Bridges, Wilson et Gacono, 1998) ; l'étude des
indicateurs de Stress Post-Traumatique au Rorschach chez des vétérans (Goldfinger, 1999) ;
l'étude des variations des normes en fonction des différences culturelles sur une population de
latinos (Bachran, 1998), …
24
Telles que les réponses dites autistiques au Rorschach (Wagner, 1998), l'aspect
introversif du Type de Résonance Intime (Howard, 1999), le sens de l'apparition de contenus
sexuels féminins et d'un contenu féminin adulte à la planche VII (Milne et Greenway, 2000), les
contenus agressifs (Baity, McDaniel et Hilsenroth, 2000).
23

24

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

— Binder (1932) : proposition de cotation des réponses clair-obscur
(Clob),
— Beck (1936) : décomposition de la cotation de la réponse estompage
en gris, texture et perspective,
— Klopfer (1939) : proposition de cotation spécifique de la couleur noire
et blanche (FC'/C'F/C'), décomposition de la cotation de la réponse
estompage en ombre-texture, panorama-perspective et trois dimensions
ramenées à deux,
— Canivet, Ombredane : proposition de cotation de la couleur noire et
blanche dans les réponses couleur classiques (FC/CF/C), diversification de
la cotation du blanc (DblG, DblD, Ddbl),
— Exner (1993 et 1990) : les modifications introduites par cet auteur
s'avèrent plus importantes, car elles correspondent à une synthèse et une
refonte des systèmes de cotation de cinq spécialistes américains du
Rorschach (système intégré).
Ses principales innovations en matière de critères de cotations
concernent :
— la cotation du niveau de simplicité/indifférenciation/synthèse de la
réponse en sus de sa localisation (global, grand détail, petit détail)
— la cotation de la mise en forme de la symétrie des planches par le sujet
(déterminant) : "réponse paire" ( deux objets identiques mais ne se reflétant
pas), "reflet-forme" (reflet sans forme spécifique) et "forme-reflet" (reflet
d'un objet présentant une forme spécifique),
— les variations de la qualité formelle,
— les contenus, sensiblement équivalents à la liste française, excepté
l'adjonction d'une catégorie "vécu humain" renvoyant aux émotions et
expériences sensorielles telles que l'amour, la tristesse, une odeur, ...
— la cotation de tous les contenus compris dans la réponse (plutôt que la
cotation du contenu considéré comme dominant c'est-à-dire exclusif des
autres), qui diffère complètement du système adopté par l'école Française à
la suite de Rorschach,
— la liste des banalités en partie différentes des listes classiques, tenant
compte de l'évolution culturelle (exemple IX "créature de science fiction").
On note également divers ajouts dans les calculs résultants des cotations.
Exner a repris le mode de passation (dont la consigne et les relances), la
cotation et le Psychogramme en les reformalisant, les précisant et les
complétant. Son apport s'avère très rigoureux, fécond et très complet du

25

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

point de vue de l'état actuel des connaissances vis à vis du test du
Rorschach. Cette interprétation mérite effectivement la mention de
"Système intégré", car elle offre une vision et une pratique intégrant et
différenciant à la fois l'aspect traitement de l'information (perceptif et
cognitif) et l'approche globale de la personnalité. Elle résulte de la synthèse
et de l'homogénéisation des systèmes de Beck, Klopfer, Hertz, Piotrowski
et Rapaport-Schafer (cinq écoles américaines du Rorschach). Ces cinq
systèmes de passation, consigne, critères de cotation, …, divergeaient les
uns des autres, voire s'avéraient contradictoires, dans leur méthodes et leurs
logiques (excepté lorsqu'il s'agissait des bases mises en place par Rorschach
lui-même). Exner explique l'inscription de son travail dans la dynamique
historique du test. "Il représente en effet une intégration de toutes les
connaissances acquises de haute lutte, empiriquement démontrées, qui ont
marqué l'histoire du test depuis la parution de la monographie de Rorschach
en 1921 jusqu'à la recherche et à la conceptualisation du début des années
1970. Il reflète les travaux de tous les grands auteurs ainsi que les
conclusions de beaucoup de fidèles chercheurs qui ont contribué à l'étude
d'une stratégie complexe destinée à générer des informations sur la
structure et le fonctionnement de la personnalité" (1995, ©1993, p. 25).
Cette synthèse effectuée par Exner est un travail monumental, bien articulé,
cohérent et très clair.
Elle nous semble donc sensiblement dégagée du syncrétisme qui apparaît
dans les autres approches, et correspond à une nette évolution scientifique
du Rorschach. Excepté pour la partie traitement de l'information, l'approche
d'Exner conserve néanmoins des bases projectives que lui-même cherche
d'ailleurs à nuancer. "Il ne fait pas de doute qu'un processus de projection a
souvent lieu, mais ce serait une erreur de considérer ce test uniquement et
de façon simpliste comme une technique projective. Car il est bien plus que
cela, et, au fur et à mesure de la recherche, les mécanismes psychologiques
déclenchés par le stimulus devenaient apparents" (1995, ©1993, p. 26). On
note que son Système Intégré est essentiellement formulé à partir d'une
approche empirique du test. Il ne comporte pas d'analyse qualitative d'un
"symbolisme inconscient des planches", support à la projection, comme
c'est le cas de l'interprétation de l'école Française. Cela renvoie au souci de
l'auteur d'établir le Rorschach comme véritable test psychométrique, sur
"des bases empiriques solides" (Exner, 1995, ©1993, p. 17), d'établir une
approche rigoureusement standardisée et une base de données normatives,

26

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

ce qui permettrait selon lui de ne plus opposer méthode projective et
méthode objective au sujet du Rorschach. Piotrowski (1996) conclut que le
Système d'Exner est actuellement le plus utilisé aux U.S.A. pour l'analyse
du Rorschach, ce que confirme une revue de littérature25
Mais, quelle que soit la diversité des variables, populations, positions
théoriques, méthodologie de cotation, etc., explorées, il n'en reste pas moins
que la conception du Rorschach reste sur les mêmes bases théoriques
psychanalytiques. Les innovations concernent principalement des
précisions apportées dans le cadre de cette approche sur des indices,
cotations, groupes de sujets …
***
La conceptualisation des tests de taches d'encre est donc structurée par
deux niveaux principaux de glissement qui sous-tendent la pratique actuelle
du Rorschach. "D'épreuves d'imagination" (étude d'une fonction), ils sont
devenus "tests diagnostiques" (étude de la personnalité globale).
"D'aperceptif", le matériel a été redéfini comme "projectif".
Aussi, est-il possible de penser que la pensée scientifique reste marquée
d'un certain syncrétisme à ce sujet. Les rapports entre spécificité du
matériel, mécanismes perceptivo-cognitifs du sujet et structure
psychologique globale restent définis de manière assez confuse. "Les
planches du Rorschach, [constituent un stimulus visuel] bien connu pour
son ambiguïté entre perceptuel et pulsionnel" (Boekholt, 1996, p. 544-545).
Aussi est-ce ce problème que nous allons à présent aborder.

2. Syncrétisme conceptuel au Rorschach. De la
perception et du psychologique
Cet intitulé s'explique dans la mesure où il nous semble que la pratique
actuelle du test en France est marquée par une problématique de mise en
25
Ivanouw, 1999 ; Muzio, et Luperto, 1999 ; Meyer, 1999 ; Merolle, 1999 ; Goldfinger,
1999 ; Wiener, 1998 ; Widerman, 1998 ; Bergman, Haver, Bergman, Dahlgren et Nielsen, 1998 ;
Spedden, 1998 ; Wu, Zhu et Zhou, 1998 ; Bridges, Wilson et Gacono, 1998 ; Bachran, 1998 ;
Comstock, 1997 ; Cerfolio, 1997 ; Perry, Potterat, Auslander, Kaplan et al, 1996.

27

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

perspective entre stimulus perceptif (matériel), processus perceptivocognitifs et fonctionnement psychologique global du sujet en situation de
passation. Elle peut se résumer par cette phrase d'Anzieu et Chabert (1987,
©1961) : "vers une théorie projective de la perception" (p. 310). Pour
illustrer cette problématique théorique, nous proposons quelques résultats
expérimentaux et une discussion argumentée principalement par les
concepts de la Psychologie de la Forme.

2. 1. Vers une théorie projective de la perception ?
Anzieu et Chabert situent le Rorschach à l'articulation entre le perceptif
et le fonctionnement psychologique global. "En tant qu'objet potentiel,
imaginé, le Rorschach permet une reconstruction de la perception en
fonction des préoccupations du sujet, de ses relations aux objets internes et
externes, des fantasmes et des affects qui sous-tendent ses réponses. Les
interférences perceptives et projectives constituent l'articulation essentielle
des épreuves projectives et du Rorschach en particulier : dans une
perspective psychanalytique, le test de Rorschach pose la question
essentielle des rapports entre réel et imaginaire, perception et
représentation, entre excitation externe et excitation interne, entre dedans et
dehors" (Anzieu et Chabert, 1987, ©1961, p. 62). Dans cette citation
représentative de la conception psychanalytique, nous pouvons relever deux
points qui interrogent.
Nous pouvons penser qu'au Rorschach la perception en tant que réponse
du sujet est forcément le résultat de l'élaboration conjointe des processus
inconscients autant perceptivo-cognitifs que psychologiques au sens global
du terme. Nous n'adhérons pas à l'idée de ré-interprétation de la perception
par la projection, qui laisse sous-entendre que la première serait externe au
sujet contrairement à la seconde interne au sujet. La perception, au même
titre que tout autre processus, est pour nous une qualité du sujet. Dans la
citation qui précède, le processus perceptif (sujet) semble en fait confondu
avec le stimulus perceptif (taches).
Elle dessine une association entre réel, perception, excitation externe et
dehors versus une association entre imaginaire, représentation, excitation
interne et dedans. La perception n'est donc pas pensée comme conduite

28

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

subjective mais comme objectivante, opposable justement à la subjectivité
dans un "accrochage au réel" (Anzieu et Chabert, 1987, ©1961, p. 62).
Elle devient alors le représentant du rapport à la réalité et ainsi des
capacités d'adaptation du sujet, alors que l'attitude "imageante" (Lagache,
1957)26 refléterait le vécu intrapsychique. Au Rorschach l'équilibre entre
ces deux types de conduites se traduirait à la fois par des réponses rendant
compte de l'insertion correcte dans la réalité et par la capacité à relâcher le
contrôle conscient pour laisser émerger l'interprétation des taches. La
théorie psychanalytique décrit un type de fonctionnement basé sur une
attitude objectivante, mis en place comme mécanisme de contrôle dans un
contexte psychopathologique de carences infantiles. "Si l'absence est trop
prolongée ou trop répétitive, certains bébés déploieront un véritable arsenal
visuel, afin de répéter la perception liée à la satisfaction du besoin. Il y aura
alors un surinvestissement du visible et des perceptions extérieures faute de
pouvoir, dans la pensée, constituer et conserver un objet interne fiable, ce
qui plus tard pourra se traduire par une trop précoce et harassante maîtrise
de la réalité externe. Les fonctions « objectivantes » et « réalisantes » du
visuel […] débouchent dans ce cas sur une amputation de l'appareil
psychique rivé aux seuls processus conscients. Toute autre est la pathologie
qu'offre le surinvestissement visuel de certains vécus délirants au détriment
de l'épreuve de réalité" (Boekholt, 1996, p. 541).
Ainsi, bien que formulée comme se situant à l'articulation du perceptif et
du projectif, il semblerait plutôt que la conception psychanalytique se
caractérise par un clivage de ces niveaux fonctionnels comme types
caractérologiques opposés. Dans ses formes extrêmes, cela se traduirait par
un type de sujets fonctionnant dans une dépendance pathologique au réel et
aux mécanismes de maîtrise perceptive, et à l'opposé, par un type de sujets
enfermés dans leur imaginaire délirant.
Perdant de vue que tout phénomène perceptif est forcément acte de
reconnaissance mettant en jeu tout le système cognitif du sujet dans
l'identification de l'objet27, la psychanalyse considère classiquement que "la

Anzieu et Chabert, 1987, ©1961, p. 61.
Bonnet distingue trois niveaux de traitement dans la perception visuelle :
— Le premier est sensoriel : traitements initiaux réalisés sur les images, il s'appuie sur les
relations entre les stimuli et les mécanismes physiologiques,

26
27

29

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

persistance d'une attitude systématiquement percevante se marque par
l'abondance des descriptions et des impressions, à la place de véritables
interprétations des taches" (Anzieu et Chabert, 1987, ©1961, p. 61). Le
terme "d'interprétation" semble alors pris en opposition avec la notion de
description, le premier renvoyant semble-t-il à la projection comme si ce
mécanisme pouvait être totalement indépendant de l'acte de reconnaissance
de l'objet. Entre le phénomène perceptif pur qui se manifesterait par du
descriptif et le phénomène dit projectif (interprétatif), le processus
d'identification de l'objet qui devrait situer à l'interface des deux autres
(cognition) est oublié. La perspective psychanalytique passe du perceptif au
subjectif sans intermédiaire de la connaissance, de la reconnaissance. Et
même plus précisément elle effectue un saut qui tend à assimiler la
perception au stimulus visuel qui la génère, comme si les compétences
individuelles au sujet dans le domaine visuel (plus ou moins grande
capacité à manipuler la couleur, facilité à se représenter les objets en trois
dimensions, performance de la ségrégation perceptive fond/forme …)
n'intervenaient pas et ne donnaient pas une coloration subjective à sa
perception.
Il y a donc là aussi quelque chose de l'ordre du syncrétisme. Les
frontières entre stimulus externe (planches) et processus internes de natures
différentes, tendent implicitement à se déplacer, selon l'argumentation des
différents auteurs. "L'interprétation a ses contingences perceptives dans la
matérialité des engrammes et ne saurait être totalement libre, sans quoi elle
deviendrait projection, au sens freudien classique, d'extériorisation d'un
processus interne ; limitée aux seuls facteurs de réalité, elle cesse d'être
interprétation pour approcher d'un produit perceptif pur, il faut bien le dire
sans grand intérêt" (Boekholt, 1996, p. 545). Le syncrétisme théorique est
repérable. Dans l'idée de "produit perceptif pur", l'on entend à la fois le
clivage entre perception et reconnaissance de l'objet, entre perception et
processus subjectifs. L'on entend également la confusion entre l'objet perçu
et le résultat interne au sujet du processus perceptif. D'autre part,
— Le deuxième est perceptif : structuration des traitements sensoriels, des figures sont
distinguées du fond de la scène, on perçoit des formes stationnaires ou en mouvement, des
objets en 3 dimensions,
— Le troisième est cognitif : les objets sont identifiés, ce niveau interagit avec nos
représentations en mémoire et nos connaissances antérieures.
Ces trois niveaux constituent une organisation hiérarchique, un niveau utilise les traitements
réalisés par les niveaux précédents.

30

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

l'interprétation de la tache n'est pas ici assimilée à la projection seule, mais
est le fruit de la projection et de la perception, ce qui illustre le déplacement
des frontières conceptuelles mentionné plus haut. En revanche, on note
l'idée d'interaction entre le matériel de test et le psychisme humain.
Pour entrer dans le détail de l'interprétation classique du test, voyons
comment les auteurs expliquent le rapport entre adaptation au réel, qui
dépend de la différenciation moi/non-moi, et réponses "forme" au
Rorschach. "Au niveau le plus fondamental, la qualité des réponses
formelles témoigne de l'aptitude d'un sujet à donner aux choses un contour
limitant établissant des frontières stables entre le dedans et le dehors :
toute forme se détache sur un fond ; la réponse formelle rend compte de la
capacité du sujet à circonscrire l'objet en le différenciant du décor dans
lequel il s'inscrit. S'il peut distinguer la forme et le fond, l'interne et
l'externe, il peut aussi intégrer la différence entre le réel et l'imaginaire. Les
réponses formelles connotent cet effort dans la mise à l'écart des ingérences
fantasmatiques pour autant qu'une perception puisse les éviter" (Anzieu et
Chabert, 1987, ©1961, p. 75-76). Cette assimilation de la différenciation
moi/non-moi à la capacité de bien discriminer une forme se détachant sur
un fond, nous paraît être une transposition d'un ordre de réalité (mécanisme
perceptif) à un autre (notion d'individuation). En outre nous remarquons la
généralisation au fonctionnement psychologique global des concepts de la
psychologie de la forme (ségrégation Figure/Fond) sans explicitation et
argumentation théoriques.
Anzieu et Chabert décrivent de quelle manière s'effectue la cotation
qualitative des réponses "Forme", en bonnes formes (F+) et mauvaises
formes (F-) et quels sont les critères qui président à la distinction entre
réponse grand détail (découpe fréquemment interprété) et réponse petit
détail (découpe rarement interprété). "S'offrent deux critères, celui de la
fréquence statistique et celui, gestaltiste, des bonnes formes. Le recours à la
statistique est la meilleure protection contre les dangers de l'appréciation
subjective : une forme exacte est celle qui est vue assez souvent par les
sujets, une forme inexacte est celle qui n'est vue que rarement. Mais des
statistiques, portant sur les nombreuses réponses F et sur un échantillon
important de sujets, exigerait un long travail d'équipe, considérable et
coûteux, qui n'a jamais pu être mené à bien. […] L'expérience des
praticiens, les réunions, de discussion entre eux, la compilation des

31

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

protocoles publiés permettent une approximation, semble-t-il satisfaisante"
(Anzieu et Chabert, 1987, ©1961, p. 74). "Les réponses grand détail D sont
constituées par les découpes qui, dans chaque planche, sont le plus
fréquemment interprétées. Le critère statistique adopté est le suivant : est D
toute découpe d'une planche qui est au moins interprétée une fois sur 22 ou
une fois sur 24, selon les auteurs. En fait les listes de D publiées dans divers
pays ne reposent pas toutes sur des calculs statistiques ; la distinction des
découpes fréquemment et rarement interprétées étant à peu près évidente.
Le critère gestaltiste de la forme prégnante qui s'impose à la perception a
d'ailleurs paru à certains plus important qu'un critère statistique aveugle"
(Anzieu et Chabert, 1987, ©1961, p. 67).
Pourtant, le critère gestaltiste de prégnance de la forme (qui se traduirait
au Rorschach par les bonnes formes F+ et les réponses grands détails D)
implique logiquement qu'il s'agit d'une localisation plus souvent perçue.
Critères gestaltiste et statistique ne paraissent donc pas opposables. D'autre
part, dans la notion de bonne forme au Rorschach, un saut a été effectué de
l'idée de localisation prégnante à la notion de qualité de la réponse du sujet.
Le critère gestaltiste définit comme "bonne forme" une forme qui présente
certaines caractéristiques physiques, rendant sa discrimination perceptive,
son détachement, sur le champ perceptif global plus facile. Le critère
psychanalytique, détourne le terme de bonne forme pour qualifier le
contenu de la réponse du sujet et non plus la localisation de sa réponse.
L'interprétation psychanalytique du Rorschach considère le "détail blanc"
comme une inversion figure/fond. Mais ce concept de la Psychologie de la
Forme est également détourné de son sens d'origine. En effet, pour les
gestaltistes, le critère d'inversion figure/fond dépend des caractéristiques
physiques de la figure, de la prégnance des formes. Et il est considéré
comme une réaction perceptive normale. D'ailleurs, Beizmann (1982)
l'attribue bien à un phénomène optique, apparaissant à la suite d'une
observation prolongée de la planche (détails blancs classiques aux planches
II et IX). Alors que pour la psychanalyse, en général ce type de réponse
contient un sens psychopathologique, exprimant une carence dans les
relations précoces à la mère ou renvoyant à la problématique de la
castration. "La centration sur le Dbl s'inscrit toujours dans le contexte d'une
faille, d'un manque se situant certes dans des registres conflictuels
différents mais portant toujours l'accent sur l'incomplétude" (Chabert, 1997,

32

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

©1983, p. 110-111). Ainsi, "il s'est opéré un glissement dans le cadre
théorique explicatif du Dbl qui, traité en fonction de la Gestalt, est de plus
en plus envisagé à la lumière des théories psychanalytiques"
(Rauch de Traubenberg, 1997, ©1970, p. 59). Ce que Rausch de
Traubenberg précise pour le Dbl est également valable pour les notions de
"bonne" et "mauvaise" formes, pour le D%, le Dd% et les Ban28.
Aborder plus précisément la cotation et l'interprétation de certains
indices du Psychogramme (F+/F–, D, Dbl) nous permet d'introduire notre
propos suivant, à savoir la comparaison des Psychogrammes de sujets
compétents visuels à des sujets non-spécialistes. Mais avant, à l'éclairage de
notre analyse, reposons la question de départ : vers une théorie projective
de la perception ?
Anzieu et Chabert (1987, ©1961) présentent "une théorie nouvelle de la
perception" (p. 310). Voilà comment ils l'expliquent. "Les termes
traditionnels de perception et de projection deviennent inadéquats. Bellak
préfère emprunter à Herbart la notion d'aperception, conçue comme « le
processus par lequel l'expérience nouvelle est assimilée et transformée par
la trace de l'expérience passée de chacun, de façon à former un nouveau
tout ». L'aperception est une interprétation : elle donne un sens à
l'expérience. Il y a distorsion aperceptive lorsque l'interprétation est
essentiellement subjective. En fait, toute interprétation est en partie
subjective ; une aperception purement objective, purement cognitive,
n'existe peut-être pas (p. 310-311). Ainsi, selon Bellak (1950) il existerait
quatre niveaux de distorsion aperceptive, allant d'un premier niveau
conscient ou préconscient (appelé "extériorisation", correspondrait au cas
où le sujet garde conscience du caractère subjectif de son aperception) à
trois niveaux inconscients ("sensibilisation", "projection simple ou transfert
d'apprentissage", "projection avec inversion"). Ces trois derniers niveaux
seraient de plus en plus infiltrés par les processus psychologiques primaires
et de plus en plus désertés par les processus secondaires.
On note à nouveau un saut qualitatif : "l'aperception est une
interprétation : elle donne un sens à l'expérience". Cela pourrait se
Nous pouvons penser que les Ban, G primaires et D sont de bonnes formes au sens de la
Gestalt (fréquence d'apparition), alors que les Orig, G complexes et Dd correspondent à des
formes plus complexes, difficiles à discriminer.

28

33

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

comprendre comme un équivalent au terme de reconnaissance cognitive
(processus d'identification de l'objet, complétant le processus perceptif de
distinction de la forme). Mais cela est immédiatement contredit par les
auteurs : "il y a distorsion aperceptive lorsque l'interprétation est
essentiellement subjective", cette phrase sous-entend une fusion entre le
niveau cognitif et le niveau de la personnalité globale. Suit à nouveau une
assertion contradictoire avec la logique précédente : "une aperception
purement objective" n'existe peut-être pas. Finalement, nous en arrivons à
un syncrétisme complet entre perception et projection avec les niveaux de
distorsion aperceptive de Bellak.
A travers eux est envisagé l'impact des caractéristiques perceptives du
réel. Son rapport avec le fonctionnement psychologique est alors formulé
comme un rapport de prépondérance de l'un au détriment de l'autre, en
fonction d'une plus ou moins grande prégnance de la structuration du
champ. Un déficit de sa structuration entraînerait une mise en échec des
mécanismes de défense du moi, le sujet se retrouvant dans une position
projective destinée à rétablir l'équilibre avec le milieu externe. La distorsion
aperceptive ainsi réalisée, le sujet retrouverait ses relations avec le milieu,
d'où un "effet cathartique des tests projectifs" (Anzieu et Chabert, 1987,
©1961, p. 313). En effet, plus le champ des stimulations extérieures "est
structuré, plus les facteurs extérieurs sont déterminants, et inversement
[concernant les facteurs internes]. La perception possède deux fonctions,
[…] la sélection d'informations utiles à l'organisme [… et], la défense du
Moi […]. Quand le champ perceptif devient de moins en moins structuré,
l'anxiété a tendance à augmenter, l'individu ne peut plus user des schèmes
anciens et in appropriés, le moi est obligé de projeter pour établir de
nouvelles relations adéquates avec le milieu et se sentir en sécurité […]. Au
test de Rorschach, le F+ indique que les distorsions aperceptives ont été
rejetées au maximum" (Anzieu et Chabert, 1987, ©1961, p. 312-313). Poser
les rapports entre réel et psychisme humain en termes de prépondérance
nous semble une simplification du problème, à un questionnement qui se
maintient au niveau de l'intuition spontanée et consciente de l'interaction
humaine avec le milieu. Wallon a critiqué cette psychologie de la
conscience. C'est "non seulement réduire le domaine de la psychologie à
celui de la conscience mais vouloir, par une sorte d'illusion animiste,
expliquer la conscience par la conscience, mettre la cause dans les effets
eux-mêmes, bien inutilement. Quels que soient les subterfuges employées,

34

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

décomposition du tout en images particulières et de catégories diverses,
puis recomposition par des artifices ou mécanismes variables, le résultat ne
peut, en définitive, rien donner de plus que les données initiales. Pur jeu
verbal ou, tout au plus, d'analyse conceptuelle, enfermé en lui-même et sans
contact avec les actions, rencontres et conséquences du réel" (Wallon, 1976,
©1963, p. 385).
Il ressort pour nous de l'ensemble de cette "théorie projective de la
perception" une impression de confusion. Les frontières conceptuelles se
déplacent sans cesse, clivant ou fusionnant les différents niveaux de la
problématique : stimulus extérieur assimilé au processus perceptif,
processus cognitif de reconnaissance de l'objet alternativement assimilé au
processus perceptif ou à la projection, perception et projection fusionnées
sous l'appellation "d'aperception". L'argumentation théorique semble donc
peu cohérente et peu convaincante vis à vis de cette emprise supposée de la
projection sur la perception.

2. 2. Différences entre sujets compétents visuels et
sujets non-spécialistes au Psychogramme (deux
expériences)
Le rôle de la perception visuelle dans l'élaboration des réponses —
pourtant prégnant avec un tel matériel —, est une question peu claire, peu
abordée par la recherche et forcément peu formalisée dans la pratique. "Le
Rorschach permet une reconstruction de la perception en fonction des
préoccupations du sujet, de ses relations aux objets internes et externes, des
fantasmes et des affects qui sous-tendent ses réponses" (Anzieu et Chabert,
1987, ©1961). La question de la perception au Rorschach n'a donc pas
réellement été étudiée pour elle-même dans la conception de l'École
Française du test.
Dans la perspective psychanalytique, la perception est toujours étudiée
par rapport à la projection. D'un point de vue empirique, cela a donné lieu à
des développements plus rigoureux que du point de vue théorique. Même
l'exceptionnel travail de fond de Beizmann (1966) concernant l'approche
perceptive du test (Livret de cotation des formes dans le Rorschach), reste
relativement ambigu dans l'application des concepts de la Psychologie de la

35

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

Forme au test (nous y reviendrons à la suite de l'encadré). Malgré son
travail de compilation de listes de réponses, destinée à permettre une
cotation homogène et objective dans l'évaluation de la qualité formelle des
réponses, il existe des divergences entre les auteurs à l'origine de ces listes
et l'expérience clinique nous indique qu'elles sont malheureusement loin
d'être exhaustives29 (même en cotant un certain nombre de réponses par
analogie aux listes comme Beizmann le conseille). Elle explique que "seule,
une solide expérience du Rorschach permet de décider de l'incompatibilité
de telle ou telle réponse avec une localisation déterminée et de choisir le
terme adéquat (même s'il s'agit d'une F-)" (1966, p. 16) et que les problèmes
de cotation de la qualité des formes concernent surtout les praticiens
débutants. Mais cela implique qu'à la "solide expérience" du test, peut
parfaitement se mêler la subjectivité du praticien et son niveau de
compétence dans la discrimination visuelle, sans que rien de précis ne
vienne formaliser la limite entre la première et les secondes. Pourtant, elle
reconnaît que "faute de liste normative, la qualité F+ ou F– […] dépend
aussi de certains traits de caractère propres à l'examinateur : en effet, la
cotation risque de varier selon qu'il manifeste une indulgence bienveillante
ou, au contraire, une exigence très formaliste, selon aussi son humeur du
moment, ses tendances à l'hésitation ou à l'affirmation, ses idées préconçues
relativement à ce qu'il connaît du patient" (1966, p. 8). Mais dans le même
temps, elle affirme que "ces difficultés d'évaluation qualitative — encore
que nous les considérions comme mineures puisqu'en définitive le
diagnostic se dégage de l'ensemble des facteurs en jeu — sont très
exagérées par l'examinateur novice et surtout par les détracteurs des
méthodes projectives qui, s'appuyant sur ce fait, vont jusqu'à contester au
Rorschach la qualité de « test »" (1966, p. 8). Or si le Rorschach sollicite
les mécanismes projectifs du sujet en passation, on ne voit pas bien
pourquoi il n'en ferait pas autant pour l'examinateur et l'expérience clinique
de ce dernier semble un bien frêle rempart contre la force attribuée à la
projection.
Nous avons voulu effectuer une première approche des processus
perceptifs au Rorschach, en travaillant sur des populations spécialistes/non
spécialistes du point de vue de la discrimination visuelle. En effet, "aux
combinaisons élémentaires […] s'en superposent d'autres qui sont
29

Ce qui se comprend aisément étant donné l'ampleur du travail que cela représente.

36

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

davantage sous l'influence des circonstances et de l'exercice. Ainsi les
structures psychomotrices peuvent-elles se diversifier d'un individu à
l'autre, selon leurs expériences et leurs habitudes personnelles. Il peut
appartenir à chacun de faire prévaloir certains systèmes sensoriels de
référence sur d'autres. Chez beaucoup par exemple, la série optique
semblera devenue le régulateur suprême. Les impressions visuelles ne sontelles pas en effet les plus aptes à connoter, de façon comparable entre elles,
des impressions hétérogènes et sans proportions communes" (Wallon, 1976,
©1954, p. 63). La première expérience compare des sujets artistes
plasticiens à des groupes témoins sur le plan visuel. La seconde compare
des sujets indépendants du champ sur le plan perceptif à des sujets
dépendants.

ENCADRÉ n°1 (expériences)

— Première expérience : Influence de la formation visuoperceptive sur les réponses au Rorschach (psychogramme)
Nous n'avons pas trouvé de recherches traitant de l'effet des compétences
visuo-perceptives sur les réponses au Rorschach. Seuls deux articles
abordaient les possibilités du test dans la mise en évidence de la créativité
artistique (Gregory, 2000 ; Helman, 1998).
Des populations d'artistes ont bien été étudiées à l'aide du Rorschach. Mais
l'objectif était de mettre en évidence une relation entre la créativité et une
problématique psychopathologique (Moore, 1999 ; Ramachandra, 1994 ;
Timsit, Meessen-Gilot et Donnay-Richelle, 1983). Car, selon Moore
(1999), les études empiriques et les théories psychanalytiques suggèrent
que les artistes pourraient fonctionner au niveau intrapsychique d'une façon
proche du fonctionnement état-limite. Les populations artistiques étudiées
ne sont pas toujours ou pas uniquement des artistes visuels, mais aussi des
musiciens (Bailey, 1998 ; Ramachandra, 1994), danseurs et écrivains
(Ramachandra, 1994), ce qui montre bien qu'une relation entre la formation
des artistes plasticiens et la spécificité de leur approche d'un test visuel
comme le Rorschach n'est pas envisagée.

37

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

Hypothèse, population et mode de passation :
Nous avons centré notre approche sur l'étude des indices du
Psychogramme30 dans la mesure où, comme nous l'avons précédemment
précisé, nous estimons que ces indices sont pour la plupart fortement reliés
avec les phénomènes perceptifs. Nous sommes partis de l'hypothèse qu'une
formation dans le domaine visuo-perceptif aurait donc un effet sur
l'interprétation quantitative classique du test. L'on devrait observer un effet
sur les "localisations" et les "déterminants", induisant une différence
significative entre nos sujets spécialistes d'une part et les deux groupes
témoins. En revanche, aucune différence significative ne devrait apparaître
entre les groupes témoins. Enfin, on ne devrait observer aucune différence
significative entre les trois groupes du point de vue "contenus".
Trois groupes de 15 sujets ont été testés, des sujets spécialistes (artistes
plasticiens31) et deux groupes témoins, tout-venants et musiciens32, ces
derniers devant permettre de contrôler la variable "artiste".
Le test a donc été présenté avec le mode de passation classique (spontanée,
enquête, consigne de Rorschach) et la cotation classique lui a été appliquée,
aboutissant au calcul du Psychogramme. Les résultats ont été traités avec le
T de Student.

Résultats :
Tableau 1 : Moyennes par groupe des résultats obtenus au
Psychogramme (groupes plasticiens/témoins)
Total
répons
es

R

Localisations
G%

D%

Dd%

Déterminants

Dbl
%

Util°
bl%

F%

F+%

TRI

Contenus
A%

H%

Autres

%

T

21,6

42,7

43,5

2,6

2,2

7,6

73,4

67,8

1,5/1,8

43

22,8

33,9

M

23,2

52,9

42,2

1,6

1,8

3,9

66

73,8

1,5/2

51

28,6

31,2

30
Voir Annexe 2 : Cotation classique et Psychogramme selon H. Rorschach et
successeurs.
31
Ces sujets ont été choisis par rapport à certains critères : formation diplomante et
production régulière pour les étudiants en arts plastiques, production donnant lieu à des
expositions pour les peintres, production de bandes dessinées pour les illustrateurs.
32
Étudiants en musicologie, interprètes, compositeurs, professeurs de musique.

38

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

42

P

30,36

56,4

6,1

4

15

67,3

2,6/4,8

63,1

39

25,8

35,2

T : groupe tout-venant, M : groupe musicien, P : groupe plasticien
R : nombre total de réponse (pour la passation spontanée)
G% : pourcentage de réponses globales, D% : pourcentage de réponses grand détail, Dd% :
pourcentage de réponses petit détail, Dbl% : pourcentage de réponses détail blanc, Util° bl% :
pourcentage d'utilisation du blanc
F% : pourcentage de réponses forme, F+% : pourcentage de réponses bonne forme, TRI : Type
de Résonance Intime (rapport entre réponses mouvement et réponses couleurs)
A% : pourcentage de réponses animale, H% : pourcentage de réponses humaine, Autre% :
pourcentage d'autres contenus,

Tableau 2 : Résultats du T de Student au Psychogramme (groupes
plasticiens/témoins)
Total

Localisations

Déterminants

Contenus

réponses

P/M

P/T

M/T

R

G%

D%

Dd%

Dbl
%

Util°
bl%

F%

F+%


C%

S

S

S

S

N-S

S

N-S

S

S

T=
4,31

T=4,7
9

T=2,9
6

T=2,4
0

T=3,0
5

T=4,6
3

S

S

S

N-S

N-S

S

T=
4,88

T=2,3
3

T=2,0
7

N-

N-S

N-S

T=2,4
0
N-S

S

N-S

T=2,5
1
N-S

N-S

N-S

A% H%

Autre
%

N-S

N-S

N-S

N-S

N-S

N-S

N-S

N-S

N-S

T=4,6
3
N-S

N-S

N-S

T : groupe tout-venant, M : groupe musicien, P : groupe plasticien
R : nombre total de réponse (pour la passation spontanée)
G% : pourcentage de réponses globales, D% : pourcentage de réponses grand détail, Dd% :
pourcentage de réponses petit détail, Dbl% : pourcentage de réponses détail blanc, Util° bl% :
pourcentage d'utilisation du blanc
F% : pourcentage de réponses forme, F+% : pourcentage de réponses bonne forme, TRI : Type
de Résonance Intime (rapport entre réponses mouvement et réponses couleurs)
A% : pourcentage de réponses animale, H% : pourcentage de réponses humaine, Autre% :
pourcentage d'autres contenus,

Ainsi, selon les hypothèses, nous observons des différences significatives
sur le nombre de réponses, les localisations et déterminants entre le groupe
Plasticien d'une part et les deux groupes témoins d'autre part.

39

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

Les indices montrant la plus grande capacité de discrimination visuoperceptive chez les plasticiens sont donc l'augmentation significative du
nombre de réponses (R) et des réponses détails (D%, Dd%), ces dernières
allant de pair avec l'abaissement des réponses globales (G%). De plus,
l'augmentation du Dd% chez les plasticiens qui est défini comme petit
détail, non par sa taille mais par sa basse fréquence d'interprétation, peut
être compris aussi comme un signe de plus grande performance du
processus discriminatif visuel (plutôt que comme un trait obsessionnel). Car
il s'agit d'une partie de la tache demandant une plus grande facilité de
ségrégation fond/forme (localisations originales). Un autre versant de cette
capacité discriminative s'observe dans une plus grande souplesse de
l'utilisation du renversement figure/fond, qui n'apparaît pas dans la cotation
normale (Dbl) mais est significative dans une cotation élargie (utilisation du
blanc33).
Du point de vue des déterminants de la réponse, on observe un abaissement
du pourcentage de "bonne forme" (F+%), pouvant être également interprété
comme un effet de l'efficience de la capacité de discrimination. Elle
permettrait l'identification de formes moins souvent perçues par les sujets
témoins34 et la population générale, donc de figures non comptabilisées
dans les listes de "bonnes formes". Le F% des plasticiens comporte plus de
F– que celui des deux autres groupes. Nous n'adhérons pas à l'interprétation
systématiquement pathologique des F– (cf. 2° partie, dernier chapitre). Une
partie d'entre eux est probablement constituée par des localisations rarement
discriminées, donc rarement interprétées et dont la mise en forme dans le
contenu de réponse du sujet peut être parfaitement perceptivement adapté.
Néanmoins, et bien que nécessitant un ré-étalonnage rigoureux35, ainsi
qu'un repositionnement théorique, le F+% nous semble potentiellement
l'indice le plus fiable du Psychogramme dans le sens où il se situe à
l'interface entre spécificité visuelle du matériel/ compétences visuoperceptives et cognitives du sujet/ structuration psychologique globale.
Peut-être gagnerait-il en précision de ce point de vue par l'adjonction d'un
calcul du F–% fondé sur des critères d'accord/désaccord entre réalité des
Indice créé pour cette recherche, qui évalue l'utilisation des espaces inter et intramaculaires, que la réponse soit G ou D.
34
Le F+ étant essentiellement défini par la fréquence d'interprétation.
35
Sachant le nombre de réponses formelles qu'il est quasiment impossible de coter F+, Fou F+/- sans faire appel à ses propres perceptions.
33

40

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

taches et réponses du sujet (donc ici aussi un approfondissement théorique
serait nécessaire).
Cet indice n'est d'ailleurs significatif qu'en comparaison avec le groupe
musicien. En outre, on note une nette augmentation de l'utilisation de la
couleur par les plasticiens, ce qui renvoie également à leur formation.
On n'observe aucune différence significative entre les deux groupes
témoins36, ce qui va aussi dans le sens de nos hypothèses sur la valeur
perceptive des indices du Psychogramme.
Enfin, nous n'observons aucune différence significative entre les trois
groupes (spécialistes/non-spécialistes) du point de vue des contenus, ce qui
rejoint nos hypothèses ainsi que notre analyse de l'évolution historique des
tests de taches d'encre. En effet, dans son étude sur l'imagination (notion
conceptuellement floue mais renvoyant à un ancrage perceptif37), Hens
(1917) ne trouvait pas de différence au niveau des contenus. Nos propres
résultats semblent le corroborer.
Sur la plupart des indices du Psychogramme concernant les "localisations"
et "déterminants", nous observons bien un effet des compétences acquises
des sujets en lien avec leur formation en arts plastiques : augmentation du
nombre de réponse (capacité discriminative), utilisation plus importante du
blanc (capacité à faire basculer la perception dans un renversement
figure/fond) et de la couleur (capacité à intégrer la couleur à la forme),
diminution du F+% (réponses statistiquement moins fréquentes renvoyant à
la capacité discriminative). Il semble donc bien que ce soient ces indices de
"localisations" et de "déterminants" qui sont liés aux compétences visuoperceptives.
Ainsi, autant nous parait-il logique de renvoyer localisations et
déterminants au registre cognitivo-perceptif, autant l'élaboration des
contenus, qui relève d'un processus essentiellement symbolique38, nous
Non-spécialistes sur le plan visuo-perceptif.
L'imagination pouvant se définir comme une recomposition, une synthèse créative à
partir d'engrammes perceptifs antérieurs.
38
Lorsque nous utilisons le terme de "symbolique" dans notre propre approche, nous nous
référons à la définition wallonienne de la "fonction symbolique", qui vient à maturité chez
l'enfant au cours de la troisième année, et non à une définition psycho-linguistique ou
psychanalytique. Cela renvoie au niveau proprement abstrait de la structure psychologique
36
37

41

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

paraît seule39 pouvoir renvoyer à la structure psychologique globale. Elle se
rapporte à un processus plus complexe (réellement interprétatif), de mise en
forme par la structure psychologique du stimulus perceptif perçu (d'où
l'absence de différence entre les groupes de compétence perceptive). Aussi
est-ce sur l'étude des processus élaboratifs sous-tendant les contenus, que
portera notre propre travail de grille d'analyse.

— Deuxième expérience : Influence de la Dépendance/
Indépendance au champ perceptif sur les réponses au Rorschach
(psychogramme)
La notion de dépendance/indépendance au champ (D.I.C.) correspond à la
capacité d'un sujet de dissocier un élément de son contexte et de le réutiliser
dans un autre contexte. La Dépendance au Champ se caractérise par la
difficulté à dissocier un élément du contexte (une figure du fond), l'individu
se base sur les éléments contextuels (le champ) pour traiter l'information
(Witkin, Goodenought, 1977). La perception est fortement dominée par
l'organisation du champ, ses parties sont perçues comme fondues. On peut
donc dire qu'il s'agit d'une approche perceptive globalisante, syncrétique.
L'Indépendance au Champ se caractérise au contraire par une facilité à
dissocier un élément du contexte, les parties du champ sont perçues comme
séparées du fond organisé. Nous en déduisons une plus grande efficacité du
processus d'analyse-synthèse, décomposition et recomposition de l'image.
L'analyse-synthèse n'est que la forme cognitive d'un processus adaptatif
général, qualifié de différenciation-restructuration par Cariou (1995). "Le
mécanisme de différenciation-restructuration de l'activité intégrée […] offre
un modèle permettant de décrire la permanence d'un processus identique
dans sa forme, quels que soient les contenus sur lesquels il s'exerce"
(Cariou, 1995, p. 134). L'auteur précise ensuite que ce processus peut en
effet s'appliquer autant sur la capacité de préhension ou la compétence à
résoudre un problème mathématique par exemple, que sur la globalité de la
structure psychologique que le développement humain a pour vocation de
mettre en place.

humaine et à l'accroissement du niveau d'abstraction et de complexification de cette structure au
cours du développement psychologique. On peut effectuer un rapprochement de cette notion
avec la notion de distanciation chez Piaget.
39
Excepté la qualité des formes qui nous semble être l'indice s'inscrivant à l'articulation
entre perceptif et structure psychologique globale.

42

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

Bien que, selon Tourette, on ne puisse pas parler d'individus dépendants ou
indépendants du champ car la D.I.C. serait un continuum sur lequel les
individus se répartissent de manière différentielle, chacun de ses deux pôles
ayant une valeur adaptative suivant la situation concernée, nous
dichotomiserons notre population de la sorte. En effet, cela nous semble se
justifier dans le cadre de cette recherche, dans la mesure où nous
définissons la D.I.C. uniquement sur le plan visuo-perceptif.

Hypothèse, population et mode de passation :
Dans la même perspective que la recherche précédente, nous avons engagé
une comparaison de Sujets Indépendants du Champ perceptif avec des
Sujets Dépendants du Champ perceptif, du point de vue de l'étude du
Psychogramme afin d'étudier l'effet de ce différentiel de compétence. Les
deux groupes ont été dichotomisés à partir d'une épreuve de ségrégation
perceptive de type Gottschaldt40, discrimination de figures simples au sein
de figures complexes.
Le Rorschach a été présenté avec le mode de passation classique et la
cotation classique lui a été appliquée, aboutissant aux calculs concernant les
réponses "globale" (G) et "grand détail" (D) du Psychogramme.
L'hypothèse testée était que les S.D.C. ont une approche du matériel visuel
plutôt syncrétique, alors que les S.I.C. mettent en œuvre plus facilement le
processus d'analyse-synthèse cognitivo-perceptive face à ce matériel. Nous
étudions le rapport entre G% et D%, puis la qualité élaborative des G.
L'intérêt du niveau du syncrétisme des G a été remarqué et formalisé dans
la tradition du Rorschach. "Les G secondaires apparaissent quand il y a eu
40
Pour distinguer les sujets dépendants du champ des sujets indépendants du champ sur le
plan visuo-perceptif, nous avons choisi d'utiliser "les épreuves des figures intriquées" au cours
de laquelle le sujet doit découvrir un élément simple dans un dessin complexe. Cette épreuve est
tirée des travaux de Gottschaldt (1927). Le matériel comprend quatre planches. La planche zéro
est donnée à titre d'exemple, la planche un comprend une figure simple et sept complexes. Les
planches deux et trois comprennent deux figures simples et dix figures complexes. La
population est constituée d'adultes tout-venant hommes et femmes âgés de 21 à 62 ans. Dans les
deux groupes de sujets, on obtient une moyenne d'âge de 37,2 et 41 ans.
Voici comment nous avons dichotomisé notre population. Les sujets dits dépendants du champ
ont été stoppés au bout de dix minutes (certains n'ont pas eu le temps d'explorer la planche
numéro trois). Tous ses sujets ont trouvés moins de 20 figures sur 27 (moyenne = 10 figures).
Les sujets dits indépendants du champ ce sont arrêtés d'eux-mêmes pour un temps inférieur ou
égal à dix minutes et ont tous trouvés plus de 23 figures (moyenne = 25 figures).

43

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

une succession d'opérations mentales dans l'élaboration de la réponse. […]
Quand ces opérations sont de bonne qualité, les G élaborés ou combinés
rendent compte d'une organisation structurante de l'engramme par une
combinaison des différentes parties de la tache : le sujet ne se contente pas
de s'attacher aux données du stimulus, mais réalise une opération mentale
originale dans la perception qu'il offre de la planche […]. Les autres G
secondaires ne sont pas combinées ; ils relèvent de la pensée syncrétique
(indifférenciation de l'ensemble et des parties) et ne sont normaux que chez
l'enfant âgé de moins d'une dizaine d'années" (Anzieu, Chabert, 1987,
©1961, p. 65-66). Exner (1998, ©1990) donne à cette question une
orientation cognitiviste. "Une activité cognitive bien plus importante est
fournie dans les réponses combinées, c'est-à-dire celles ou deux ou
plusieurs objets sont mis en relation. Par exemple deux personnes qui
ramassent quelque chose" (p. 20).

Résultats :
Tableau 3 : Résultats du T de Student au Psychogramme (groupes
S.I.C./S.D.C.)
G%

D%

G synthétiques %

G—>détails + Gz %

SIC

moyenne = 56,3

moyenne = 28,9

moyenne = 15,37

moyenne = 22,75

SDC

moyenne = 30,9

moyenne = 49,8

moyenne = 10,15

moyenne = 14, 05

T

3.66 : Significatif

3.66 : Significatif

1.66 : tendance S

1.75 : tendance S

P

< 0.005

< 0.005

0.05 < P < 0.1

0.05 < P < 0.1

G% : pourcentage de réponses globales, D% : pourcentage de réponses grand détail,
G synthétiques % : réponses globales combinées (Gz) + G intégrant le blanc + G détaillées
G—>détails : d'abord réponse globale puis détails de la globalité

Ces premiers résultats montrent, par une comparaison de dix S.D.C. à dix
S.I.C.41, une différence significative pour le pourcentage de réponses
globales (G%) et celui de réponses détails (D%). Le premier indice est plus
élevé pour les S.I.C. et le second plus élevé chez les S.D.C. Les S.I.C.
semblent donc bien faire de preuve d'une plus grande capacité de synthèse,

41
La faiblesse des effectifs est due à la difficulté à trouver des Sujets Indépendants du
Champ sur le plan visuo-perceptif.

44

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

alors que S.D.C. restent dans une démarche relativement syncrétique
puisque accrochés à l'analyse de localisations partielles sur les taches.
Un premier traitement de la qualité des G% montre une tendance à la
significativité, avec des résultats plus élevés chez les S.I.C. en ce qui
concerne les G synthétiques (combinés dits Gz, intégrant le blanc dits Gbl
et des G détaillés dans les éléments qui les composent, G—>détails ou
détails—>G42). Ce résultat de tendance à la significativité reste intéressant
étant donné la faiblesse des effectifs et suggère une plus grande efficacité
des S.I.C. en ce qui concerne l'aspect qualitatif des G, c'est-à-dire d'une
synthèse effectuée à partir d'une analyse des divers éléments de la tache.
Lorsque le champ est fortement structuré, les sujets indépendants du champ
sont plus aptes à le déstructurer. Lorsque le champ est faiblement structuré,
il sont plus aptes à le restructurer (Tourette). Il semble donc bien que la
différence réside dans une plus grande performance des S.I.C. dans le
traitement analytico-synthétique du matériel visuel. Ces données illustrent
la pertinence de la notion de dépendance versus indépendance au champ
pour l'étude du traitement de l'information visuelle au Rorschach.

2. 3. Désyncrétiser le perceptivo-cognitif du
fonctionnement psychologique global
Selon Exner, "il est clair que Rorschach avait une large connaissance des
travaux portant sur la perception […], notamment [… sur] la notion de
«forme prégnante». C'est une notion qui apparaît en filigrane dans la
plupart de ces écrits […] il met ainsi au point une série de codifications qui
s'inspirait largement des travaux des Gestaltistes (et notamment de ceux de
Wertheimer) et qui devait permettre de différencier certains aspects de la
réponse" (Exner, 1995, ©1993, p. 5) qu'il formalisa en particulier dans "les
localisations", et "déterminants".
Selon la Gestalt-Théorie, "tout objet sensible n'existe qu'en relation avec
un certain fond" (Guillaume, 1979, p. 63-64). La suite de nos recherches sur
Indices créés pour les besoins de cette étude à partir des catégories de localisations déjà
existantes. G—>détails : réponse globale puis détaillée, détails—>G : réponse détaillée puis
globalisée.
42

45

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

la perception aux tests de taches d'encre pourraient porter sur l'étude du
rapport figure/fond selon les planches. Quelles sont les planches qui
présentent un rapport figure/fond relativement stable ? Inversement, quelles
sont les planches qui constituent plus particulièrement des figures ambiguës
ou facilitant l'inversion, le renversement du rapport figure/fond (comme la
planche VII) ? Dans ce cas, quelle est la forme qui a la meilleure prégnance
perceptive (par exemple à la planche VII, le gris ou le blanc, les deux
formes face à face en position droite ou les deux formes dos à dos en
position inversée de la planche ) ?43 Ces questions ont leur pertinence dans
le cadre d'une application des concepts gestaltistes au Rorschach, car "si de
deux portions du champ, l'un enveloppe l'autre, la première, toute chose
égale, sera plutôt vue comme fond, la seconde comme figure. Un modèle
plus articulé, plus différencié, joue plus facilement le rôle de figure, un
modèle moins articulé, plus informe, celui de fond" (Guillaume, 1979,
p. 70-71).
Quelles sont les répercussions de ces aspects de la réalité perceptive du
matériel sur les processus de structuration de la perception du sujet ? Dans
ce cadre de la Psychologie de la Forme, il n'y a pas de raison de considérer
l'interprétation du blanc dans une figure ambiguë comme autre chose qu'un
processus perceptif normal44.

L'expérience clinique du Rorschach donne le gris à la VII comme figure présentant la
meilleure prégnance par rapport au blanc, sur une population tout-venant du point de vue des
compétences perceptives (non-spécialistes), ce qui va dans le sens de l'explication suivante de
Guillaume (1979). En outre, le sens de présentation des planches tend probablement à faire des
figures face à face, des formes plus prégnantes que les figures dos à dos qui nécessitent pour être
perçues, une bascule perceptive (donc un effort ou une souplesse des mécanismes
d'interprétation visuelle du sujet).
44
Les scores Z (Beck, 19 ; Exner, 1998, ©1990) caractérisant l'activité d'organisation
perceptive, suivant les difficultés spécifiques à chaque planche et l'efficacité des efforts de
synthèse du sujet, prend en compte les blancs de manière nuancée. "Certaines réponses inclues
effectivement des parties blanches sans que celles-ci sont nommément désignées […]. Le sujet,
en délimitant sa réponse englobe des espaces blancs comme dans les réponses de visage. Ce
serait une erreur de leur attribué un Z. En effet le sujet suit alors simplement le principe de
fermeture de la gestalt et ignore tout bonement le fond blanc. Il existe toutefois des réponses
visage aux planches III et X où les espaces blancs sont effectivement intégrés, par exemple " La
tête d'un clown, on voit ses yeux, son nez, et son visage est couvert de peinture blanche". Dans
ces cas là, le ZS est coté"(Exner, 1998, ©1990, p.48). Dans cette perspective, l'interprétation du
blanc n'est pas prise comme indice patologique en soi. Mais suivant la manière dont elle est
simplement incluse ou au contraire intégrée à la réponse, elle témoigne d'un certain niveau
d'organisation perceptive.
43

46

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

La bonne forme ou forme privilégiée se définit par les lois de prégnance
(proximité, similitude, clôture) : elle est régulière, simple et symétrique et
donc s'impose à la perception. La prégnance "est une force, et par suite
stabilité et fréquence d'une organisation psychologique privilégiée, parmi
toutes celles qui sont possibles" (Wertheimer, in Piéron, 1990, ©1951).
Dans le cadre du Rorschach, ce terme qualifierait uniquement une
localisation, une découpe sur la planche et non la réponse du sujet.
Inversement, on pourrait en déduire qu'une forme que l'on ne peut qualifier
de "bonne forme" ("mauvaise forme" semble un terme peu approprié du
point de vue de la Théorie de la Forme) se définit donc comme irrégulière,
complexe, asymétrique et, ainsi, difficile à percevoir. Une "mauvaise
forme" selon la terminologie du Rorschach (ou plutôt forme complexe
selon nos arguments précédents), ne serait donc pas une forme mal
interprétée et signe de psychopathologie (comme dans la cotation normative
du Rorschach), mais une forme difficile à discriminer, différencier et
structurer par le sujet percevant. Ainsi, bonnes formes et formes complexes
définies en fonction de critères gestaltistes, seraient toutes deux sujettes à
interprétations déviantes, voire délirantes de la part des sujets (ce que la
clinique peut confirmer). Néanmoins, globalement les bonnes formes ont
tendance à mieux résister à telles interprétations pathologiques. Rappelons
que le F+% nous semble l'indice prototype de l'interaction réalité visuelle
du matériel/ compétences visuo-perceptives/ personnalité (cf. Encadré n°1,
première expérience). D'ailleurs il s'agit d'un indice très sensible à
l'évolution génétique, qui suit une progression homogène45 au cours du
développement (3 ans = 46%, 4 ans = 56%, 5 ans = 58%, 10 ans = 75%,
adultes = autour de 80%), et qui se dégrade avec la schizophrénie (en
dessous de 50%).
On peut donc dire que certaines formes sont par nature faciles à
discriminer et à identifier, ne demandent pas au sujet un travail cognitivoperceptif élaboré. Au contraire, l'acte de reconnaissance de l'objet est direct,
quasi immédiat, pratiquement univoque du fait de ses propriétés matérielles
(forme simple).
D'autres formes doivent, quant à elles, faire l'objet d'un travail de
différenciation plus important (analyse puis synthèse perceptives), car elles
se présentent de manière trop syncrétiques pour être reconnues directement.
45

Beizmann (1966) p. 14.

47

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

Cette complexité46 ou ce syncrétisme de la figure, permet peut-être une plus
grande diversité des interprétations, des reconnaissances, des identifications
d'objets.
Donc, dans l'interprétation classique du Rorschach, la notion de "bonne
forme" (dite F+) est une dérive théorique qui assimile processus perceptifs
et processus psychologiques généraux. En effet, elle est définie par un
contenu (exemple, planche VIII : "deux animaux sur les côtés") et non par
des propriétés perceptives délimitant une localisation sur la planche
répondant aux lois de prégnance perceptive (dans l'exemple précédent à la
planche VIII : les parties roses latérales), qui ne présument pas de la qualité
de l'interprétation qui en est donnée par le sujet. Néanmoins, en effectuant
un travail d'analyse des propriétés perceptives du matériel Rorschach pour
lister les bonnes formes selon la Psychologie de la Forme, on retrouverait
probablement en grande partie au niveau statistique les localisations
correspondants aux contenus cotés comme banalités (Ban) dans le
Psychogramme, ainsi que les localisations dites globales primaires (Gp) et
grand détail (D).
La notion de bonne forme, qui définit donc une caractéristique du
stimulus perceptif selon la Psychologie de la Forme, est devenue une
caractéristique du sujet percevant selon la psychanalyse. Il en est de même
pour les autres qualités formelles, rattachées à la Gestalt-Théorie par
extension du concept de "bonne forme". Par exemple, Beizmann (1966)
précise à propos de la cotation intermédiaire F+/- que "ces réponses se
réfèrent surtout à des formes vagues et indéterminées, de prégnance
formelle faible (dans le sens de la Gestalt)" (p. 11). Nous pouvons parler de
confusion entre ce qui relève du matériel et ce qui relève des processus mis
en œuvre par le sujet percevant pour élaborer sa réponse47, d'une part, et,
d'autre part, ce qui relève des processus psychologiques généraux et ce qui
relève des processus perceptivo-cognitifs. Il semble que la conception
46
"Beck (1945) émit l'idée que le refus, ou la tendance au refus, pouvait […] être produit
par des problèmes dans les processus d'organisation perceptive, en particulier pour les planches
les plus "difficiles". Cette question engendra plusieurs études intéressantes sur la difficulté des
planches, dans lesquelles le temps de réaction était utilisé comme indice de difficulté ou
complexité du stimulus […]. Les données sur les fréquences […] ont confirmé la plupart [des]
conclusions" (Exner, 1995, ©1993, p. 30).
47
puisque Beizmann précise que la cotation F+/- est attribuée à des figures de prégnance
formelle faible (matériel), alors que cette est en fait considérée comme caractérisant le
fonctionnement du sujet.

48

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

classique reste dépendante d'un certain syncrétisme, qui ne permet pas
réellement ni de faire la distinction, ni de faire le lien entre les effets
propres au matériel, les effets des compétences des sujets et ceux de la
structure psychologique qui gère le rapport adaptatif global au milieu.
***
Pour élargir notre approche, de la perception visuelle au Rorschach,
replaçons la dans le contexte plus général du développement des fonctions
perceptives et sensorielles. Wallon explique les rapports entre ce qu'il
appelle l'espace subjectif ou kinesthésique et l'espace extérieur ou visuel.
"La série kinesthésique a besoin, pour délimiter son domaine, de références
dans la série visuelle. Spécifiquement distinctes, les deux séries sont
nécessairement complémentaires dans le domaine des formations
psychiques" (Wallon, 1976, ©1954, p. 65). C'est ce qui permet de
comprendre le phénomène visuo-perceptif suivant.
"Quand les deux espaces, droit et gauche, semblent s'unir en collaborant
aux mêmes actes, l'une des deux mains prenant l'initiative — la droite chez
les droitiers, la gauche devenant auxiliaire, — leur espace commun est
orienté de droite à gauche chez les droitiers et chez les gauchers, au
contraire, de gauche à droite. […] Il peut arriver que cette orientation
préférentielle ait son retentissement dans le domaine visuel et c'est sans
doute par là qu'il faut expliquer le fait signalé par Zazzo que, dans les
portraits de profils, l'orientation du visage vers la gauche est de beaucoup la
plus fréquente. Le personnage dessiné obéit à l'orientation de notre espace
subjectif. Il entre mieux ainsi dans notre champ perceptif. Il vient à nous. Si
au contraire, pour le regarder, nous obturons l'œil droit, le même profil nous
paraît tourné vers le dehors et vouloir nous quitter. C'est moins satisfaisant
pour l'assimilation perceptive de l'image" (Wallon, 1976, ©1954, p. 67). Il
semble donc que les rapports entre espace kinesthésique et espace optique
jouent dans le phénomène de ségrégation visuelle figure/fond. Ainsi, l'on
peut penser que les droitiers et les gauchers n'ont pas forcément les mêmes
performances en terme de discrimination visuelle selon la manière dont est
structuré le champ visuel, de droite à gauche ou inversement : les mêmes
sujets pourraient donc suivant le cas donner des résultats très différents du
point de vue de la DIC. Ce biais est en grande partie contrôlé au Rorschach
par la symétrie des taches lorsque la planche est regardée en position droite

49

De l'imagination à la projection. De la projection à la différenciation

ou inversée. En revanche, lorsqu'elle est orientée vers la gauche ou la
droite, il pourrait avoir un effet droitiers/gauchers par rapport à la DIC
suivant l'orientation des figures (droite/gauche ou gauche/droite).
Cela renvoie aux connexions intersensorielles qui se mettent en place au
cours du développement infantile, construisant une unité du champ
perceptif. "Avec la fin du troisième mois commencent à se faire jour les
associations intersensorielles, en même temps que débute la soudure
myélinique entre les domaines intéro- et proprioceptifs d'une part et le
domaine extéroceptif de l'autre.[…] Un résultat capital des associations
intersensorielles c'est d'individualiser les sources d'excitation en unifiant le
champ de la perception" (Wallon, 1976, ©1963, p. 394-395). Donc les
registres de l'espace kinesthésique et de l'espace visuel se différencient au
cours du développement. Mais toute différenciation étant également liaison,
ce processus aboutit à l'unification du champ perceptif, d'où la possibilité de
retentissement des orientations kinesthésiques sur la perception du champ
visuel.
***
Sans que cela ait été réellement explicité par les auteurs qui s'y sont
intéressés, la conception des tests de taches d'encre a sensiblement évolué
en un siècle. Cela nous semble légitimer, tant du point de vue d'une
continuité scientifique historique, que du point de vue épistémologique, la
proposition de reconsidérer à notre tour le Rorschach dans une autre
perspective théorique.
Nous ferons porter notre effort vers des démarches théorique et
méthodologique, complètement différentes. L'objectif de cette thèse n'est
pas de résoudre entièrement le syncrétisme conceptuel des tests de taches
d'encre, car il s'agit d'un travail de recherche complexe et à long terme.
L'objectif est de produire un outil permettant d'étudier le niveau
d'élaboration de la structure psychologique globale, sans interférence des
effets du matériel et du fonctionnement instrumental du sujet. Sans
interférence ne signifie pas sans interaction, mais au contraire en étant en
mesure d'identifier (sinon de contrôler) ces interactions.
En outre, notre démarche comporte un souci de rigueur méthodologique,
en termes de validité de la méthodologie de cotation et de validation des

50


Grille de différenciation sujet-milieu.pdf - page 1/374
 
Grille de différenciation sujet-milieu.pdf - page 2/374
Grille de différenciation sujet-milieu.pdf - page 3/374
Grille de différenciation sujet-milieu.pdf - page 4/374
Grille de différenciation sujet-milieu.pdf - page 5/374
Grille de différenciation sujet-milieu.pdf - page 6/374
 




Télécharger le fichier (PDF)


Grille de différenciation sujet-milieu.pdf (PDF, 3.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


grille de differenciation sujet milieu
questions de coster
encep579
questions de coster
article 1
kostogianni 2009

Sur le même sujet..