Journal avril .pdf



Nom original: Journal avril.pdfAuteur: Gui

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Publisher 2016, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 29/03/2016 à 08:08, depuis l'adresse IP 78.225.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 575 fois.
Taille du document: 2.8 Mo (7 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Le journal mensuel de la
Sangha Nichiren Shū - Lyon Kō
Sangha affiliée au temple Guhōzan Renkōji du sud de l’Europe
Numéro 3 / avril 2016
Bonjour à tous !
La sangha est heureuse de vous présenter le troisième
numéro de son journal mensuel.
Dans ce numéro vous allez découvrir la dernière création de
notre ami Gérard de Lyon : un imposant et magnifique
Butsudan pour le temple Guhōzan Renkōji.
Le 8 avril, nous fêterons l’anniversaire de la naissance du
Bouddha Šākyamuni, c’est une date très importante pour les
bouddhistes et le Révérend Ōshima nous explique
l’importance de cette fête.

Nous vous souhaitons une agréable lecture.
La Sangha Lyon Kō.

Dans ce numéro :
 Un Butsudan pour le temple Renkōji par notre ami Gérard.
 Hanamatsuri - La fête des fleurs par le Révérend Ōshima.
 Le Gosho du mois : Jibiki Gosho
 Les évènements de la Nichiren Shū et le programme de nos
activités.

Hōkke Shoshin Jōbutsu Sho

Parvenir directement à la
boddhéité grâce au Sūtra du lotus
Imaginez par exemple, un oiseau
qui chante, prisonnier de sa cage.
Les oiseaux volant librement dans
le ciel entendent son appel et se
rassemblent autour du prisonnier.
En voyant les oiseaux prendre leur
essor dans le ciel, l'oiseau en cage
essaie d'en sortir. Quand notre
bouche récite le titre du Dharma
merveilleux,
notre
état
de
Bouddha,
ainsi
appelé,
se
manifeste immanquablement. Cela
éveille aussitôt le Bouddha de
Bonten et Taishaku qui, appelés par
nos voix, nous protègent. Pour
atteindre
rapidement
la
Bouddhéité il faut déposer
l'étendard de l'orgueil ainsi que
l'attachement à des conceptions
erronées et réciter Namu Myō Hō
Rengué Kyō.

Le journal mensuel de la Sangha Nichiren Shū - Lyon Kō - numéro 3 / avril 2016 page 1

UN BUTSUDAN POUR LE TEMPLE RENKOJI
UNE CRÉATION DE NOTRE AMI GÉRARD

Bonjour Gérard, peux-tu nous présenter ta dernière
création ?
Je travaille actuellement sur la réalisation d’un grand
Butsudan en bois pour le temple Renkōji. C’est la 3ème
étape d’un projet beaucoup plus vaste. Il complètera
ainsi harmonieusement les deux autres créations que
j’ai réalisé auparavant et qui sont déjà en place au
temple : le Soshidō et son autel.
Le Soshidō ?
Oui le Soshidō est une maison en l’honneur du
fondateur de notre école : Nichiren Shōnin , c’est un
lieu de recueillement. Généralement il y a un Soshidō
dans chaque temple, quand il y a de la place bien
entendu. Celui du temple de Cereseto est le seul en
Europe.

menuiserie puis comme prototypiste de meubles.
Combien de Butsudan as-tu déjà réalisé ? et combien
de temps te faut-il en général pour en fabriquer un ?
Une cinquantaine, pour le temps cela dépend
évidemment du modèle mais pour donner une idée il
me faut environ 3 h pour un petit Butsudan fabriqué en
série et jusqu’à 100 h pour un très élaboré.

Et qu’est-ce qu’un Butsudan, a quoi sert-il ?
Un Butsudan est la « maison du Bouddha » c’est un
meuble typiquement japonais, c’est comme une petite
armoire avec des portes, en général il est en bois, il
protège habituellement un objet de culte comme une
statue, une image ou un mandala, cela dépend de
l’école. Les pratiquants s’y recueillent deux fois par jour
pour prier, méditer, offrir de l’eau, de l’encens et des
fruits.
Depuis quand travailles-tu le bois ?

Peux-tu nous donner les caractéristiques du Butsudan
destiné au temple ?
Déjà sa taille, il est imposant : 130 cm de hauteur sur 70
cm de large avec une profondeur de 40cm, il pèse
environ 50 kilos. Il est d’inspiration japonaise et de
forme octogonale ce qui le rend plus difficile à
travailler, il est en frêne.
Posé sur l’autel, il abritera la statue de Nichiren Shōnin
et le Mandala Gohonzon.
Oui effectivement il est grand ! Depuis combien de
temps travailles tu dessus ?

Depuis presque 40 ans, j’ai commencé par la Depuis plus d’un an, par intermittence et sur mon
Le journal mensuel de la Sangha Nichiren Shū - Lyon Kō - numéro 3 / avril 2016 page 2

temps libre, cela représente plus de 150 heures de Pour quand la finalisation du Butsudan est-elle
travail.
prévue ?
Peux-tu nous détailler les différentes étapes de la Mon objectif est de le finir pour la fin mars, le Révérend
réalisation ?
Tarabini viendra chercher le Butsudan lui-même au
Le Révérend Tarabini avait un projet bien défini, il a Dōjō de Lyon.
voulu que je m’inspire d’une photo et d’un croquis qu’il
a dessiné, j’ai alors élaboré un plan et il a accepté mon
idée. Nous nous concertons régulièrement sur
l’avancement des travaux.
J’ai sélectionné le bois puis acheté tout le matériel
nécessaire.
Puis je suis passé à la réalisation : débit du bois,
rabotage, ponçage, assemblage, ferrage et beaucoup
de balayage !

Ce Butsudan est magnifique, c’est un travail
exceptionnel ! Merci Gérard ! Nous tiendrions bien
entendu informé nos lecteurs de sa finalisation et de
son installation au temple dans les prochains numéros.

Où as-tu acheté le bois et qui l’a financé ?
Chez un négociant en bois et j’ai acheté le bois grâce
aux dons de plusieurs pratiquants : Dina, Anne, Agnès,
Maria Vittoria, Jayaura, Emilie, Guillaume, Patrice et
moi-même.
Le bandeau de bois sculpté est magnifique ! c’est toi
qui l’a réalisé ?
Non, c’est un don du Révérend Tarabini, il vient d’Asie.
Le journal mensuel de la Sangha Nichiren Shū - Lyon Kō - numéro 3 / avril 2016 page 3

Sur Hanamatsuri « La fête liée à l’anniversaire de la

Naissance du Bouddha Sakyamuni »
Par le Révérend Keiji Ōshima du Temple Renkōji, Italie
L e Bouddha Śākyamuni est une personne réelle, qui historiquement a existé il y a 2500 ans.
Il était originaire d'un petit pays en Inde. Son nom d'origine est Siddharta Gautama. Il naquit prince du royaume
des Śākya et atteignit l'illumination à l'âge de 30 ans. Il y a beaucoup d'histoires sur la naissance du Bouddha
Śākyamuni.
Ses parents étaient le roi Suddhodana et la reine Maya. Ceux-ci souhaitaient un fils depuis longtemps. Une nuit
la reine Maya rêva qu'un éléphant blanc entrait en elle et le matin suivant elle se rendit compte qu'elle était
enceinte. Comme l'éléphant blanc est un animal sacré en Inde, le rêve indiquait que le fils qui était en gestation
serait une personne précieuse.
Alors que Maya était retournée chez ses parents pour l'accouchement, elle visita le jardin de Lumbini où il y avait
une exposition de fleurs à ce moment-là. Tout à coup, elle commença à avoir des contractions et un garçon
naquit de son côté droit. Dans la légende d'origine indienne, naître par le côté droit est la forme de naissance
des nobles Kshatriya.
Ainsi naquit le Bouddha Śākyamuni. Immédiatement il dirigea son regard vers chacune des quatre directions fit
sept pas vers le nord et prononça ces paroles :
« Je serai une personne précieuse et importante pour vous tous par ce que je suis né dans ce monde pour sauver
tous les êtres vivants des souffrances du triple monde. »
Chacun des sept pas que j'ai fait est pour dépasser les six mondes des souffrances c'est à dire ; le monde de
l'enfer, le monde des esprits affamés, le monde de l'animalité, le monde des démons, le monde humain et le
monde du ciel. Le septième est un grand pas pour atteindre le monde de l'illumination.
Son nom Gautama signifie "meilleur taureau " (le taureau est aussi un animal sacré en Inde) et Siddharta signifie
"celui qui a réalisé le but et atteint l'objectif". Le Bouddha Śākyamuni a existé sous diverses formes dans des vies
antérieures et finalement, il est né dans ce monde en tant que prince destiné à atteindre l'illumination.

Ceci est communément admis par les différentes écoles bouddhistes en général.
Cependant, dans le Sūtra du Lotus, notamment dans le chapitre XVI il est dit que le Bouddha Śākyamuni a déjà
atteint l'illumination dans le passé très lointain. D'autre part, il est certain qu'il naquit comme prince et atteignit
l'illumination à l'âge de trente ans. Il est certain que ces deux illuminations nous paraissent contradictoires mais
elles ne le sont pas.
Le Bouddha Sâkyamuni apparait sous diverses formes devant nous pour nous montrer beaucoup de choses.
Sa vie en tant que prince est le témoignage qu'un être humain peut certainement atteindre l'illumination du
Bouddha. Il nous enseigne que tous les êtres humains peuvent atteindre la bouddéité comme lui même l'a
réalisé. Il est possible de le faire d'une autre façon avec diverses pratiques mais en définitive nous l'atteignons.
Si le Bouddha Śākyamuni n'était pas né il y a 2500 ans, nous ne pourrions pas rencontrer le Bouddhisme du Sūtra
du Lotus. C'est pour cela que le 8 avril de chaque année nous célébrons Hana Matsuri ; c'est un jour très
important pour nous bouddhistes. Ce jour-là nous sommes reconnaissants d'avoir rencontré le bouddhisme et
nous célébrons le jour de la naissance de notre maître originel Bouddha Śākyamuni.
Le journal mensuel de la Sangha Nichiren Shū - Lyon Kō - numéro 3 / avril 2016 page 4

Le Gosho du mois
Jibiki Gosho
地引御書
じびきごしょ
Page 1894 du Showa Teihon Nichiren Shōnin Ibun
Page 122 et 123 du Writing of Nichiren Shōnin Biography and Disciples

Introduction :
Il s'agit d'une lettre adressée à Nambu Rokurō (Hakii Sanenaga) le 25ème jour du 11ème mois. Bien que l'année ne
soit pas mentionnée, on pense généralement qu'elle a été écrite dans la 4ème année de la période de Koan (1281).
Le manuscrit original (au total de cinq pages) était conservé dans le temple Minobu. Au 11 ème mois de l’année
1281, la partie centrale du temple principal au mont Minobu a été construite ainsi que d'autres installations
telles que des quartiers d’habitation et une écurie. En commémoration de la journée dédiée au Grand Maître
T’ien-t'ai, l’inauguration du nouveau temple eut lieu le 24ème jour du même mois. Dans cette lettre, Nichiren
relate à Nambu Sanenaga de Kamakura les détails de la journée et exprime sa gratitude envers le fils ainé de
Sanenaga, Sanetsugu, et à ses jeunes frères ainsi que les dispositions du Sieur Nambu pour sa coopération.

Lettre sur l’édification du temple
Le temple nouvellement construit est de 18 mètres carrés. Il a été complété par des combles, et a été consacrée
le 24ème jour du 11ème mois. Comme c’était jour de commémoration du Grand Maître T’ien-t'ai, nous avons
procédé à la lecture en sa mémoire et nous avons dansé la danse de la prolongation de la vie de tout notre cœur.
Nous avons donc terminé la cérémonie d'inauguration du nouveau temple à 5 heures de l’après midi sans
incident. Vers les 9 heures et demie du soir, mes disciples se sont rassemblés devant l'autel et ont pratiqué la
transcription d'un Sūtra en un jour.
En ce qui concerne les travaux de construction du nouveau temple principal, nous n'avons eu aucune pluie
pendant 24 jours, tandis que nous avons aplani les collines et préparé le terrain. Pendant les dernières journées
du 11ème mois, les quartiers résidentiels et une écurie ont été achevés. Le 8ème jour, les piliers du temple principal
ont été érigé, et le 9ème et 10ème jour, le toit de chaume a été achevé. Il a plu fortement sur le 7 ème jour, mais les
trois jours suivants le 8ème, le 9ème, et le 10ème jour , ont été nuageux et chaud comme des journées de printemps
mais à partir du 14ème jour, nous avons eu de fortes pluies et de la neige. La neige n’a pas fondu dans le village et
dans les montagnes elle s'entasse sur 3 à 6 mètres de haut, au petit matin le sol est dur comme du fer. En dépit
de la météo instable, le 23ème et le 24 ème jour étaient clairs et pas si froid. Nous avons eu de nombreux visiteurs
sur les deux jours et l’endroit était aussi peuplé que la ville de Kamakura dans la soirée. N’était ce pas dû au
pouvoir discrétionnaire de tous les Bouddha et des êtres célestes ?
Je crois que c'est grâce aux paroles que vous avez délivré à vos fils qu’ils ont pu réaliser le travail difficile d'aplanir
Le journal mensuel de la Sangha Nichiren Shū - Lyon Kō - numéro 3 / avril 2016 page 5

le terrain et de mettre en place les piliers avec de grands efforts. Il en a été de même pour tes serviteurs Tōhyō,
les moines séculiers Uma et Saburō Hyōenojō qui ont montré la volonté de travailler dur. Ils disent que cela
pourrait coûter plus de 1000 kan de pièces de monnaie à Kamakura pour construire un temple comme ça.
Cependant, nous avons réalisé la cérémonie de la transcription du Sūtra Lotus en un jour. Bien que je pense que
nous devrions la compléter pour que votre prière soit accomplie, cependant si une prière n’a pas de réponse,
c’est la même chose que des mots sans réalité ou des fleurs sans fruits. S'il vous plaît je vous demande de
comprendre ma décision. Si une de vos prières n'est pas exaucée par le Sūtra du Lotus, comment est-il possible
pour nous de devenir Bouddha en gardant la foi dans celui ci. Lorsque votre prière sera exaucée, nous
terminerons ensemble la cérémonie de transcription. Comme il est dit dans un proverbe ; la foi en une divinité
commence à partir de la foi en un prêtre shintoïste. Si une prière secondaire n’est pas exaucée, comment est-il
possible qu’une grande prière s’accomplisse ? Si c’est ainsi, quelle est l’utilité de mettre sa foi en dans le Sūtra du
Lotus dans le but d'atteindre la bouddhéité. Je vous en dirai davantage en détail plus tard.
Sincèrement,
25ème jour du 11ème mois
Nichiren (signature kao)
Au Sieur Nambu Rokurō

Le Soshidō du temple Kuonji
Le journal mensuel de la Sangha Nichiren Shū - Lyon Kō - numéro 3 / avril 2016 page 6

Les Fêtes de la Nichiren Shū au mois d’avril 2016


8 avril : Naissance du Bouddha Šākyamuni :
Hanamatsuri (fête des fleurs).



23 avril : Fondation du bouddhisme de Nichiren
1er récitation de Namu Myōho Rengué Kyō.

Programme des activités des pratiquants du Dōjō
Lyon Kō pour avril 2016


Les jeudis soir : Gongyo collectif chez un pratiquant ou au
Dōjō.



Samedi 16 avril : Célébration d’Hanamatsuri au Dōjō.



Jeudi 28 avril le soir : étude collective sur les 4 nobles vérités
(4ème partie) chez Guillaume.



Atelier Origami (date à confirmer).

Si vous souhaitez obtenir des renseignements sur nos activités,
vous pouvez nous contacter par mail ou par courrier.

Le Kyobon des débutants
Le Kyobon pour les débutants dans la pratique de la Nichiren Shū est désormais disponible.
Volontairement abrégé par rapport au livret complet du temple Guhōzan Renkōji, ce Kyobon est prévu pour une
pratique biquotidienne devant son autel.
La phonétique est spécialement adaptée aux francophones.
Le livret est de format A5 et contient une quarantaine de pages.
Si vous souhaitez obtenir un exemplaire du Kyobon contactez nous par mail.
Une participation minime sera demandée afin de couvrir les frais d’envoi et d’impression.
Comité de rédaction: Anne, Guillaume, Patrice et Gérard.
Contact :
Par mail : lyonko.nichirenshu@yahoo.fr
Par courrier : NICHIREN SHŪ France, 325 Route du Corbet 38540 St Just Chaleyssin
Facebook du temple Renkoji en Italie : chercher le profil en tapant : Tempio Guhozan Renkoji - Nichiren Shu
Europa
Le journal mensuel de la Sangha Nichiren Shū - Lyon Kō - numéro 3 / avril 2016 page 7


Journal avril.pdf - page 1/7
 
Journal avril.pdf - page 2/7
Journal avril.pdf - page 3/7
Journal avril.pdf - page 4/7
Journal avril.pdf - page 5/7
Journal avril.pdf - page 6/7
 




Télécharger le fichier (PDF)


Journal avril.pdf (PDF, 2.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


journal avril
journal ns lyon ko mars 2016
journal mai n1
journal ns lyon ko ete 2016
journal ns lyon ko juin 2016
renkoji plaquette

Sur le même sujet..